Laurence Anyways: jusqu’au bout de l’amour

16 mai 2012 | Tags: ,

Un homme veut devenir femme. C’est un cataclysme. Dans la vie intime et sociale. Dans le regard des proches. Et dans celui des autres. Pour évoquer l’ultime défi d’une histoire d’amour, Xavier Dolan a mis dans son nouveau film des cris, des larmes, des répliques assassines, du rire, de la musique, des fulgurances visuelles. Melvil Poupaud, Suzanne Clément, Nathalie Baye, Monia Chokri et beaucoup de beau monde l’ont suivi dans son aventure.

La bande annonce du film est ici.

L’ensemble des articles sur le sujet sont ici.



Pour son troisième long métrage, Xavier Dolan a eu du temps, de l’ambition, des sous et la collaboration de quelques-uns des meilleurs artisans de l’industrie, tant devant que derrière la caméra. Laurence Anyways ressemble en tous points à ce qu’il avait en tête. Et même au-delà.

À 35 ans, Laurence Alia décide de révéler ce qu’il est vraiment. Il annonce à Fred, la femme de sa vie, qu’il deviendra femme. À partir de ce point de départ, Xavier Dolan a élaboré Laurence Anyways, un film-fleuve, dont l’intrigue est étalée sur une dizaine d’années, dans lequel deux êtres sont confrontés directement à la nature de leur amour, ainsi qu’au regard des autres.

« Qu’est-ce qui est le plus important, aimer ou survivre ? , demande l’auteur cinéaste. Il ne peut y avoir plus ultime défi dans une histoire d’amour que celui posé par un être qui décide de changer de sexe. Particulièrement s’il vit déjà en couple. Dès que j’ai eu l’idée de ce film, j’ai su qu’on irait jusqu’au bout de cette histoire. Et que pour bien la raconter, il fallait étaler le récit sur une longue période. Je voulais aussi un film en mouvement. Pour tout dire, je voulais faire un ostie de beau film ! »

Pour faire son « ostie de beau film », Xavier Dolan a dû avoir les moyens de ses ambitions. Contrairement à ses deux premiers longs métrages, J’ai tué ma mère et Les amours imaginaires, Laurence Anyways a été produit à l’intérieur du cadre institutionnel avec un budget, très honorable, d’environ 8 millions de dollars.

« Cela ne change mon approche en rien, si ce n’est qu’on a bénéficié de 56 jours de tournage, précise le cinéaste. Pour un scénario de cette nature, c’est ce qu’il fallait. De la même façon, on ne peut pas expédier un récit qui se déroule sur 10 ans en enchaînant des scènes qui entremêlent les époques toutes les trois secondes. Le film est long, oui, mais pas lent. Le scénario impose son propre rythme. Il y a eu beaucoup de discussions sur la durée – 2 h 40 – mais on reconnaît aujourd’hui qu’il ne pouvait en être autrement. Ce fut d’ailleurs un grand bonheur de travailler avec l’équipe de production dirigée par Lyse Lafontaine. Il est très agréable d’élaborer un film dans une atmosphère aussi harmonieuse. »

Le film en tête

Fidèle à son habitude, Xavier Dolan a veillé à tout. En plus du scénario et de la réalisation, celui que l’on surnomme le « jeune prodige du cinéma québécois » dans la presse française signe le montage de son film, de même que les costumes. Sur ce plan, il a aussi pu compter sur le talent du vétéran François Barbeau. Ce dernier a conçu une dizaine de costumes originaux.

« Je sais ce que je veux, dit Xavier Dolan. Je ne dis pas que je suis le meilleur monteur du monde, mais je sais que je suis le bon monteur pour ce film-là. Quand on me dit qu’un regard extérieur est parfois nécessaire pour prendre du recul par rapport à son travail, je dis non. Au moment même de l’écriture du scénario, le montage du film était déjà fait dans ma tête. La bande-annonce, mise en ligne récemment, était déjà conçue de façon très précise avant même que le scénario n’existe. À l’arrivée, Laurence Anyways est identique à ce que j’avais en tête. Et va même au-delà ! »

Le récit est campé dans les années 90, une décennie qui, aux yeux de l’auteur, symbolise une époque de renaissance.

« C’était au lendemain de la chute du mur de Berlin, rappelle-t-il. Les droits des homosexuels étaient mieux reconnus, l’ostracisme envers les gens atteints du sida s’estompait un peu, bref, il y avait un espoir collectif. Depuis l’arrivée du XXIe siècle, nous n’avons pas eu grand répit. »

Très foisonnant, le film mélange les styles et les approches. Des scènes crues, réalistes, où les personnages s’affrontent de façon très directe, s’enchaînent à des séquences plus oniriques, très travaillées sur le plan esthétique, où le temps semble être suspendu. Une scène de bal nouveau genre, élaborée au son du célébrissime Fade to Grey (Visage), marquera sans doute les esprits.

« C’est comme une sorte de réflexe, explique Xavier Dolan. Dans tous mes films, il y a ces apartés qui relèvent de l’ordre du fantasme. Ces interventions plus oniriques viennent éclairer le propos d’une autre façon. Oui, il y a un grand souci esthétique dans ces séquences-là. Ma grande priorité reste quand même l’histoire et le jeu des comédiens. À cet égard, j’ai été magnifiquement servi par Melvil Poupaud et Suzanne Clément, ainsi que par les nombreux autres acteurs qui participent au film. Il y a du bon monde là-dedans ! »

Cap sur Cannes

Le jour où il prendra l’affiche au Québec dans un circuit d’environ 25 salles, Laurence Anyways sera présenté au Festival de Cannes dans la section Un certain regard. L’auteur cinéaste sera bien entendu sur la Croisette, en compagnie de quelques-unes des vedettes de son film. Outre Melvil Poupaud et Suzanne Clément, Monia Chokri et Magalie Lépine-Blondeau seront aussi du voyage. Nathalie Baye, qui interprète la mère de Laurence, sera vraisemblablement retenue par un tournage.

« Le comité de sélection du Festival a estimé que Laurence Anyways n’avait pas sa place dans la compétition et son choix est souverain, fait remarquer Xavier Dolan. La présentation des Amours imaginaires à Un certain regard il y a deux ans a ouvert la porte à des rêves et des fantasmes qui devenaient vraisemblables tout à coup. D’où la déception de ne pas avoir été retenu pour la compétition. Mon deuil est fait, cela dit. Cet épisode m’a d’ailleurs inspiré très vivement l’écriture d’un scénario, mais je ne peux révéler grand-chose pour l’instant. Soixante pages ont été écrites depuis deux semaines. Il s’agira de mon quatrième long métrage. »

C’est dire que l’adaptation de la pièce de Michel Marc Bouchard Tom à la ferme, dont le dramaturge assume présentement la première phase d’écriture, viendra plus tard.

Laurence Anyways prend l’affiche le 18 mai.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Tous les articles pour la sortie en Salle de “Laurence Anyways”
Pour la sortie en Salle du film déjà culte le 18 Juillet 2012, retrouvez l'ensemble des articles que nous avons publié sur notre site : bande-annonce, interviews, critiques. Les séances du film (AlloCiné en France), Les séances du film (CinéNews en Wallonie) Bande annonce du film Les impressions de Florence Grandema : un film d'abord sur l'amour et ses limites ! Critique du film parue le 18 juillet 2012 - Le Monde Jusqu'au bout de l'amour "Laurence Anyways" remporte la Queer Palm 2012 Entretien avec Suzanne Clément Entretien ...
LIRE L'ARTICLE >>
Suzanne Clément a fait sa coquine : seins nus et carré rouge !
Vendredi soir, Suzanne Clément a fait sa coquine avec sa blouse plus que transparente dévoilant ses seins nus lors de la montée des marches à Cannes, avec l’équipe du film Laurence Anyways. Xavier Dolan et ses amis ont aussi fièrement porté le carré rouge: "J’ai envoyé du monde faire le tour de la ville pour me trouver de la feutrine rouge. Je tiens à afficher mes couleurs parce que j’ai peur de ce qui arrive à la jeunesse du Québec, câlisse, avec ...
LIRE L'ARTICLE >>
Entretien avec Melvil Poupaud, à l'affiche de "Laurence Anyways", 3ème long-métrage de Xavier Dolan, dans lequel il interprète le personnage principal de Laurence Alia. http://www.youtube.com/watch?v=o5EBSsryvEU
LIRE L'ARTICLE >>
En prolongement de la bande annonce du film Laurence Anyways, Xavier Dolan donne un premier interview. http://www.youtube.com/watch?v=0MOXKr-CYUU
LIRE L'ARTICLE >>
Queer Palm 2012
À la veille de la remise des prix qui se déroule aujourd'hui au Festival de Cannes, le président du jury de la section Un Certain Regard, Tim Roth, a dévoilé la liste des lauréats. Laurence Anyways, troisième long métrage du jeune prodige québécois (après J'ai tué ma mère et Les Amours imaginaires) qui raconte la transition d'une professeur de littérature incarnée par Melvil Poupaud, n'a pas remporté de prix dans cette section mais obtient néanmoins la Queer Palm, le prix "LGBT, ...
LIRE L'ARTICLE >>
“Laurence Anyways”
Après avoir imposé son empreinte à Cannes à deux reprises avec les films "J'ai Tué Ma Mère" et "Les Amours Imaginaires", le virtuose québécois, Xavier Dolan, revient avec son nouveau long-métrage : "Laurence Anyways". L'histoire est assez simple, Laurence semble heureux, professeur apprécié par ses élèves et ses collègues. Mais un jour il décide de changer de sexe, et si sa petite amie décide de rester à ses côtés, sa vie bascule et leur relation devient toxique. http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=doh3M35m6z8 Sortie en France prévue pour ...
LIRE L'ARTICLE >>
Après les succès internationaux de "J'ai tué ma mère" et "Les amours imaginaires", le jeune réalisateur Xavier Dolan présente son nouveau film "Laurence Anyways". http://www.youtube.com/watch?v=HHFziRhHFJs
LIRE L'ARTICLE >>
4 juin 2013 – “Une nuit en Trans”
Canal+ propose le 4 juin 2013 à partir de 22h35 "Une nuit Trans" avec un documentaire, un film, deux courts métrages et une série. Dès 22h35, Bambi, un documentaire signé Sébastien Lifshitz sur le témoignage d'une des premières transsexuelles françaises. Le documentaire Bambi a été salué par le Teddy Award du meilleur documentaire au Festival de Berlin. Après Bambi, Canal+ diffuse le troisième long métrage de Xavier Dolan, Laurence Anyway, avec Melvil Poupaud, Nathalie Baye et Suzanne Clément qui décrocha le prix ...
LIRE L'ARTICLE >>
“Laurence Anyways” : variation transgenre sur la fatalité du couple
(Article paru dans Le Monde) Le cinéma québécois, entité qui effarouche les cinéphiles par son goût emphatique du sujet de société, n'a jamais trouvé en France, hormis quelques succès occasionnels, une attention digne du lien qui nous relie à nos seuls vrais cousins d'Amérique. Depuis peu, un jeune énergumène nommé Xavier Dolan a réduit d'un coup en miettes cette prévention. Enervée et provocatrice, intelligente et malséante, forte de l'effervescence de la jeunesse, son œuvre, d'emblée mise en valeur par le Festival ...
LIRE L'ARTICLE >>
“Je suis femme”, le prochain film de François Ozon
Cette été nous avons été en contact avec la production du prochain film de François Ozon, notamment avec la personne en charge du sourcing des comédiens. Ils ont contacté assez largement la communauté transgenre et ce sont notamment adressés à l'association ABC et à Txy via votre humble serveuse. Je dois mentionner au préalable que nous avons respecté strictement la demande de la production de rester discret sur le fait que François Ozon prépare un film sur l'histoire d'une femme transgenre ...
LIRE L'ARTICLE >>
Tous les articles pour la sortie en Salle de “Laurence Anyways”
Entretien avec Suzanne Clément (Laurence Anyways)
Entretien avec Melvil Poupaud, à l’affiche de “Laurence Anyways”
Premier interview de Xavier sur Laurence Anyways
«Laurence Anyways» remporte la Queer Palm 2012
“Laurence Anyways”
Autre interview de Xavier Dolan sur “Laurence Anyways”
4 juin 2013 – “Une nuit en Trans”
“Laurence Anyways” : variation transgenre sur la fatalité du couple
“Je suis femme”, le prochain film de François Ozon

1 response to Laurence Anyways: jusqu’au bout de l’amour

  1. Julie Mazens a écrit le 26 mai 2012

    “Le film de Xavier Dolan est celui qui, par sa vérité davantage encore que par sa fulgurance, malgré l’esbroufe et la surabondance, m’a le plus ému pendant ce Festival. Plus que tout autre film de la sélection officielle, compétition comprise.” – Marc Cassivi, La Presse

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -