Guide pour les médias – Approches à éviter

27 mai 2012 | Tags: , , , , ,

Cet article est à destination des journalistes qui réalisent des articles ou reportages sur les Transgenres au sens très général, des précautions à prendre et des approches à éviter par respect pour la personne humaine.

Le nombre de reportage sur les trans se multipliant actuellement à la télévision française, et le non respect de la personne humaine étant assez visible, cet article doit vous donner aussi quelques clés pour critiquer ces émissions peu scrupuleuses qui cherchent avant tout l’audience et le sensationnel.

(article du Trans Media Watch, librement traduit et interprété par Julie Mazens)


Utilisation inappropriée des guillemets

L’utilisation de guillemets peut être perçu comme très négatif et discréditant (par exemple: ‘Vous pourriez dire “elle” était un mec’, “Caroline” entra dans la chambre ‘), car cela implique d’emblée que la compréhension de la personne interviewée de sa propre identité est fausse (ou même induite en erreur).

Référence à des représentations dégradantes d’autres personnes trans

Évitez toute référence visant à rabaisser la représentation des personnes trans, notamment en provenance de médias qui les présentent comme un objet de risée ou comme des malades mentaux. Et plus généralement, tout raccourci “comique” fréquemment utilisé par les journalistes.

Insister sur l’apparence d’une personne trans

Insister sur l’apparence d’une personne trans (ou une personne en transition) va les embarrasser car c’est susceptible d’entraver tous leurs efforts pour être acceptés dans le genre dans lequel ils visent à vivre (‘Vous pouvez toujours leur dire … regardez leurs grandes mains!’).

Cela fait partie d’un processus connu sous le nom «altérité» – c’est à dire la marginalisation délibérée de certains groupes par une constante, hors de propos, la référence à des aspects de leurs vies, leurs coutumes – ou dans ce cas leur corps – qui sont inhabituel et différent par rapport à la «norme». L’effet (et parfois le but, comme dans les années 1930 en Allemagne) est de créer l’aliénation, la méfiance et l’isolement – et cela rend les victimes vulnérables.

Ce processus est un phénomène bien connu par d’autres groupes dans la société : les Noirs et les Asiatiques en souffrent encore aujourd’hui. Et certaines femmes qui ne correspondent pas à des normes de genre stéréotypés peuvent également en souffrir.

Utilisation non nécessaire de l’état de trans d’un individu

L’utilisation “gratuite” de l’état de trans d’un individu quand cela n’a aucune incidence sur la question ou sur l’histoire et va humilier ou divulguer des informations privées qui pourraient mettre la personne trans en danger ou en grande difficulté dans son emploi, sa vie sociale. voir faire du mal à ceux qui tentent de les soutenir.

Il y a malheureusement de nombreux cas dans les médias de journalistes qui cherchent à “animer” une histoire en ajoutant des observations tout à fait inutiles sur le genre ou le sexe d’une personne (par exemple : “Un transsexuel est déclarée coupable de vol à l’étalage”, “Un travesti gagne à la loterie”, “un travesti est assassiné”). Dans la majorité des cas, l’histoire de genre ou de sexe de l’individu n’aura aucun lien avec le sujet, et l’ajout de ce matériel ne sert qu’à publiquement humilier ou de divulguer des informations privées qui pourraient mettre la personne trans en danger physique grave, ou à titre gratuit du mal à ceux qui tentent de les soutenir.

Encore une fois, les communautés noires et asiatiques ont souvent souffert de ce genre de couverture – avec l’origine ethnique signalés régulièrement, même si cela n’a aucune pertinence pour le sujet traité. Heureusement, cette pratique est maintenant beaucoup moins fréquente. Pour les personnes trans elle reste néanmoins endémique.

Mauvaise utilisation du genre

Si le sujet d’un article ou d’un reportage se considère être une femme, il faut la traiter comme une femme. Et notamment utiliser les pronoms féminins. De même, utiliser des pronoms masculins pour quelqu’un qui se considère comme masculin.

Délibérée ou irréfléchie, l’utilisation du «mauvais» pronom envoie un signal très clair de non respect ou de remise en cause de l’expérience vécue par la personne. Et au pire, vous aurez complètement miner la crédibilité et l’authenticité de votre sujet en le tournant en dérision.

Défendre le sectarisme comme si c’était de “l’humour”

Les humoristes racistes, pour se défendre d’avoir allumé ou insulté une personne ou un groupe de personne, va utiliser l’argument qu’ils n’ont pas “le sens de l’humour” ou qu’ils ne “peuvent pas comprendre la plaisanterie”.

Les personnes transgenres rapportent qu’ils reçoivent fréquemment de la violence verbale, souvent agressive ou de nature sexuelle, notamment de la part des médias comiques ou des humoristes.

Justifier une telle “comédie” de cette manière n’est plus acceptable – en partie parce qu’il alimente un climat de fanatisme et de préjugés dans la société, donnant un soutien tacite aux racistes. Les personnes trans ont un aussi bon sens de l’humour que n’importe qui, mais deviennent vite très découragées par d’incessantes humiliations irréfléchies, portées au nom d’un soit-disant “humour”.

Utilisation du nom précédent

Il n’est pas rare pour un article ou une émission sur une personne transgenre de révéler leur nom précédent. Cela donne la fausse impression que les personnes transgenres sont heureuses d’avoir leurs noms précédents rendu public. Une personne transgenre prend un nouveau nom afin de refléter leur changement de sexe. Dans ce processus, ils écartent leur ancien nom et l’acte unilatéral de changement de nom est tout à fait emphatique à ce sujet. En aucun cas, l’ancien nom n’est gardé ni utilisé.

Vous devez éviter de révéler l’ancien nom d’une personne transgenre pour éviter de mettre la personne à risque ou en danger de harcèlement. Par ailleurs, si son changement de nom est officiel, vous vous exposez à des risques de poursuites.

Il est important pour une personne transgenre d’être en mesure de faire table rase du passé, de vivre une vie libre de toute persécution. Ils ont droit à une nouvelle carte d’identité et permis de conduire. Tout cela n’est d’aucune utilité si leur ancien nom et le nouveau sont liés sur un site Web. Lorsque cela se produit, une telle personne n’a pas le choix, sauf de changer leur nom à nouveau s’ils veulent que la vie privée à laquelle ils ont droit soit possible.


Retrouvez d’autres informations et références sur cette thématique dans les principes exposés par Jogjakarta ainsi que le billet réalisé par L’idendité de genre au temps présent sur les trans et les médias.


Protocole d’accord

(version française réalisée par STS67)

Introduction

Trans Media Watch, ses partenaires dans les mass média et dans la presse reconnaissent le besoin d’une communication et d’une coopération renforcée dans le but d’assurer une meilleure représentation des personnes trans dans tous les médias. Nous reconnaissons qu’un traitement respectueux des personnes trans et de leurs problèmes par les médias est essentiel pour assurer l’égalité sociale

Objectifs

L’objectif de ce document est de définir les buts communs des parties ayant signé ce document, en ce qui concerne la représentation des personnes trans dans les médias et d’établir un ensemble de standards à appliquer au sein des organisations participantes. Il a également pour but d’établir des standards en ce qui concerne les interactions entre ces organisations et les personnes trans du public, avec leurs familles, ami-e-s et collègues. Les signataires s’engagent à tenir pleinement compte des objectifs auxquels ils se sont engagés, quand ils projettent ou ils constituent du contenu pour leurs médias respectifs.

Définitions

Dans le cadre de ce document, le terme «trans» s’applique à toutes les personnes à l’identité et/ou à l’expression de genre atypique, y compris, mais pas exclusivement, les personnes transgenres, les personnes qui portent les vêtements traditionnellement attribués à un autre sexe que celui auquel elles ont été assignées ainsi que les personnes qui ne s’identifient ni avec le genre masculin ni avec le genre féminin.

Le terme transgenre inclut toutes les personnes qui ont l’intention d’entreprendre, qui sont en train d’entreprendre ou qui ont entrepris un processus de transition destiné à leur permettre de vivre en permanence dans un genre autre que celui qui leur a été assigné à la naissance. Il faut cependant noter que certaines des personnes qui ont achevé une telle transition ne se définissent plus comme transgenres.

Le processus de transition peut inclure un traitement hormonal et/ou des procédures chirurgicales, mais il ne doit pas être considéré comme s’appliquant exclusivement à des personnes ou à des situations dans lesquelles ces procédures sont utilisées.

Les standards définis pour les personnes trans s’appliquent également aux cas dans lesquelles une personne est présumée trans, mais dans lequel il n’a pas été possible d’obtenir une confirmation de sa part.

Par extension, le terme « trans » s’applique également aux situations concernant les personnes mentionnées ci-dessus, quand bien même aucune personne spécifique ne serait mentionnée. Il peut aussi s’appliquer aux personnes intersexes quand ces personnes sont victimes, effectivement ou potentiellement, de préjugés et/ou de discriminations transphobes.

Dans le cadre de ce document, les termes « transphobie » et « transphobe » s’appliquent aux actions et aux expressions qui, injurient, blessent, menacent, humilient, ou affligent de quelque manière les personne trans en lien direct avec leur identité trans (réelle ou imaginée), quand ces actions sont motivées par les préjugés, quand elles résultent du refus d’exercer les précautions élémentaires destinées à assurer la sécurité et le bien-être des personnes en question (au même titre de ce qu’on ferait pour n’importe quel autre être humain). Ces termes s’appliquent aussi à de tels actes quand la personne visée est étroitement associée à une personne trans, en raison du statut de cette dernière. C’est par exemple le cas quand une célébrité est ridiculisée parce que cette dernière est en relation avec une personne trans.

Convention

Les signataires de ce document s’engagent à œuvrer à réaliser les objectifs suivants :

► Mettre fin à la transphobie dans les médias

► Mettre fin au flot de désinformation concernant les personnes trans dans les médias

► Diffuser une représentation juste, bien informée, positive et respectueuse des personnes trans dans les médias

► S’assurer que les personnes trans travaillant avec ou au sein des médias sont traitées avec le même respect que celui accordé à des personnes non trans dans des situations équivalentes.

De plus, les signataires s’engagent à entreprendre une revue annuelle des efforts réalisés pour atteindre ces buts et à en publier les résultats dans un rapport.

Aucune part de cette convention ne peut l’emporter sur les obligations légales ou les engagements que les signataires pourraient avoir face aux autorités officielles.

Eliminer la transphobie dans les médias

Les recherches de Trans Media Watch suggèrent que le contenu transphobe diffusé par les médias peut affecter directement la manière dont les personnes trans sont traitées par la société.

Les signataires de ce document s’engagent à respecter les règles suivantes :

► Éviter toute utilisation d’expressions ou de dénominations offensantes pour les personnes trans

► Éviter toute description gratuite ou toute référence qui ridiculise les personnes trans

► Éviter toute référence sensationnaliste à des personnes ou à des questions trans, en particulier toute référence à leur parcours de vie quand celui-ci n’est pas directement pertinent par rapport au sujet traité.

► Éviter toute référence au parcours médical des personnes trans, sauf quand celui-ci est directement pertinent par rapport au sujet traité.

► Éviter tout usage de pronom et de dénomination qui soit contraire à la manière dont des personnes trans s’identifient.

► Éviter toute mention de l’identité précédente d’une personne transgenre, sauf si cette dernière a explicitement donné son autorisation.

► Mettre fin à la diffusion de désinformation au sujet des personnes trans dans les médias

Étant donné que les personnes trans constituent une minorité et que nombre de personnes du public n’ont pas conscience qu’elles sont directement en lien avec des personnes trans, elles sont particulièrement sujettes et vulnérables à des représentations biaisées de leur identité et de leur parcours de vie.

En conséquence, les signataires s’engagent à respecter ce qui suit :

► S’assurer que toute mention de statistique concernant les personnes trans provienne de source de référence, qui ne soit pas elle-même biaisée et qui soit à jour.

► S’assurer que toute mention de statistique ou de théorie concernant les personnes soit à jour et non biaisée, à moins qu’il s’agisse clairement de traiter un sujet historique.

► Consulter des personnes trans à chaque fois qu’il est question de publier de l’information concernant l’expérience de vie de ces dernières.

► S’assurer que les collaborateur-trice-s ont une information adéquate au sujet de ces questions, en particulier quand il-elle-s doivent produire de nouveaux contenus ou faire face à des délais très courts.

► S’assurer que tout contenu acquis auprès d’autres entreprises ou institution respecte ces mêmes standards.

► Diffuser une représentation juste, bien informée, positive et respectueuse des personnes trans dans les médias

Des estimations prudentes de la population trans en Grande Bretagne considèrent qu’elle constitue entre 1% et 2% de la population générale. Bien que les personnes trans apparaissent fréquemment dans les médias sous la forme de stéréotypes stigmatisés, comme celui de travailleur-euse-s du sexe, il y a extrêmement peu de portraits de personnes trans ordinaires qui vivent leur vie paisiblement. De la même manière, alors qu’il n’est pas rare de voir des documents traitant d’issues tragiques auxquelles certaines personnes trans doivent faire face, il y a extrêmement peu de contenus positifs reflétant la vie heureuse et féconde de nombreuses personnes trans.

Les signataires de ce document s’engagent à pratiquer ce qui suit :

► Développer du contenu qui représente les personnes trans de manière réaliste et positive

► Accroître la mise en perspective des personnes trans et de leurs parcours de vie dans un contexte plus large (plus représentatif et plus respectueux).

► Fournir des modèles positifs aux jeunes trans

► S’assurer que les personnes trans travaillant avec ou au sein des médias sont traitées avec le même respect que celui accordé à des personnes non trans dans des situations équivalentes.

► Améliorer le traitement des personnes trans dans les médias commence par le développement d’un environnement respectueux de ces dernières au sein même de ces organisations. Cela signifie aussi faire le nécessaire pour que les personnes trans qui travaillent avec ces organisations aient toutes les assurances d’un traitement respectueux et juste.

Les signataires de ce document s’engagent à pratiquer ce qui suit :

► Fournir une formation adéquate aux collaborateur-trice-s afin d’éviter tout harcèlement transphobe sur la place de travail.

► S’assurer de la présence de canaux de communication permettant à tout-e collaborateur-trice se sentant victime de harcèlement transphobe de pouvoir demander et obtenir de l’aide.

► S’engager à ne pas exercer de pression sur les personnes trans, sur leur famille, amis ou collègues pour les forcer à parler de leur parcours trans.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Txy et les médias
Chers amiEs, Plusieurs fois par mois, nous recevons des messages de sollicitations émanant de médias, principalement télévisuels, pour mettre en relation des intermédiaires, réalisateurs ou autres sociétés de production avec des membres du site. Je m'appelle XXX, je suis réalisatrice, et je prépare un documentaire pour une nouvelle chaine de la TNT (xxxxxxxxx), un documentaire consacré aux jeunes trans. Le but est de mieux faire connaitre cette problématique pour aider les plus jeunes qui se trouvent parfois en situation difficile. Je cherche ...
LIRE L'ARTICLE >>
Les médias
Relations entre médias et Communauté Trans Documents et Articles sur les médias et leur traitement des sujets liés au travestissement, au transgenderisme et à la transidentité. Nous contacter pour ajouter un document manquant ou un lien non fonctionnel. La représentation médiatique de la communauté Transgenre est un enjeu énorme dans notre société du spectacle, au point qu’il existe plusieurs groupes travaillant à la question tel que le trans media watch en UK ou le tout récent observatoire des transidentés en France, observatoire ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le Guide de Bambi
NDLR : en complément du Guide de Bambi, voir aussi le très complet témoignage d'Alexandra ainsi que le témoignage tout récent d'Elora. Ce document est fourni pour aider les patients du Docteur Chettawut Tulayaphanich M.D au cours de leur chirurgie et de leur convalescence à Bangkok, en Thaïlande. Le site web du Dr Chettawut Tulayaphanich www.chet-plasticsurgery.com contient beaucoup de détails sur les procédures chirurgicales. Ce document a été rédigé pour vous fournir des informations complémentaires. Aucune commission ou frais de toute nature ...
LIRE L'ARTICLE >>
Un petit guide de transition très bien fait, réalisé par l'association Trans Aide.
LIRE L'ARTICLE >>
Appel à contribution pour une étude sur la représentation du sein dans les parcours transgenre et intersexe
Ce petit billet pour un appel à contribution dans le cadre d'une étude sur la représentation du sein dans les parcours transgenre MtF et FtM et intersexes. Cette étude se veut respectueuse des personnes trans’ et intersexes, comme de leur parcours de vie et de leur autodétermination J'ai voulu une approche inclusive dans le choix du vocabulaire. Je vous prie d’excuser toute maladresse qui serait bien entendue involontaire de ma part. Questionnaire Il s'agit d'un court questionnaire limité à 9 questions. Avons-nous voulu ou pas ...
LIRE L'ARTICLE >>
Transgénérations
Transgénérations est un exercice de style (ludique et jubilatoire parfois) de 17 minutes monté comme un clip vidéo et réalisé par Karine Espineira. Il enchaine des images à très grandes vitesses sur la représentation des trans' dans les médias audiovisuels depuis 1957 à travers des supports variés (œuvres cinématographiques, émissions de télévision : débats, informations, reportages, divertissements, talk-shows, fictions). Il est fait plus pour être lu qu'écouté, d'où la prédominance de fond musical sur la parole qui elle doit se lire ...
LIRE L'ARTICLE >>
La réponse à ma “Lettre ouverte d’une trans à François Hollande”
La réponse à ma “Lettre ouverte d’une trans à François Hollande”. J’ai reçu cette lettre aujourd’hui, signée du chef de cabinet de François Hollande. Ça roule quoi, François Hollande est d’accord avec nous ! Du coup même plus besoin d’aller à l’Existrans, la marche des trans et de ceux et celle qui les soutiennent (heu à toutes fins utiles je vais y aller quand même, c’est le 20 octobre, 14:00 Place de la Bastille à Paris, on sait jamais…). J’ai caviardé les ...
LIRE L'ARTICLE >>
Se Travestir – Guide et Conversion des Tailles de Chaussures et Talons
Pas si simple pour une personne travestie ou transgenre de choisir ses chaussures avec notre morphologie souvent si particulière : grands pieds et pieds plus larges liés à notre squelette construit par les hormones masculines. Nous avions déjà publié un article pour choisir la taille de ses chaussures en fonction de la hauteur des talons, il manquait un guide pour aider les travestis et les transgenres à choisir la bonne taille de chaussures. Car si les travestis ayant une pointure inférieure ...
LIRE L'ARTICLE >>
Beware – Dites le à vos enfants !
Nous avions déjà mis la vidéo de ce film sur notre site ici. J'ai eu un contact avec l'un des membres (Bruce) de l'association auteure du film qui me transmet cette information à partager avec vous en attendant le lancement de leur nouveau site. Nous aurons l'occasion de suivre les productions et faire circuler les messages de cette association. Beware est le premier film de l'association What The Film!, association de cinéma militant fondée en 2011. Produire, réaliser, diffuser, projeter pour décloisonner les ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le comptoir de l’info: la transidentité
Anne Gaelle et Florence Bertochio discutent sur la transidentité. - mal être dans l'enfance, l'adolescence : j'ai l'impression que je ne suis pas dans le bon corps - la transidentité n'a rien à voir avec la sexualité mais avec le genre - histoire vielle comme le monde : des enfants se construisent dans un genre qui n'est pas le sexe biologique - il faut les accompagner - problématique des papiers d'identité, incompréhension des pouvoirs publics pour simplifier la vie des trans - procédure pour le ...
LIRE L'ARTICLE >>
Txy et les médias
Les médias
Le Guide de Bambi
Trans Aide – Guide de Transition
Appel à contribution pour une étude sur la représentation du sein dans les parcours transgenre et intersexe
Transgénérations
La réponse à ma “Lettre ouverte d’une trans à François Hollande”
Se Travestir – Guide et Conversion des Tailles de Chaussures et Talons
Beware – Dites le à vos enfants !
Le comptoir de l’info: la transidentité

2 responses to Guide pour les médias – Approches à éviter

  1. lisadq a écrit le 30 mai 2012

    Voilà un exemple très clair du reportage qui vient de passer sur D8
    dimanche 27 mai 2012
    l’emission de Direct8 dispo sur le web pour ceux que ça intéresse, ça se passe ici:

    Vidéo direct8

    C’est Nicole qui écrit : – “je rapelle mon résumé :

    Version D8: Le regard des autres et en particulier de ses proches peut être très dur pour une personne transgenre. Se faire accepter avec sa nouvelle identité, c’est ce que vit au quotidien Nicole dans son petit village des Landes. Il y a cinq ans, Nicolas est parti un mois en Thaïlande. À son retour, Nicolas avait disparu laissant sa place à Nicole. À 30 ans, elle tente maintenant de démarrer sa nouvelle vie. Elle a conservé son métier de réparateur en informatique. Mais à la campagne, difficile de passer inaperçue même si Nicole n’aspire qu’à cela.

    hum … je me permets quand même de proposer une version légèrement plus réaliste:

    Version Nicole : Le regard des autres et en particulier de ses proches peut être plutôt simple pour une personne transgenre. Se faire accepter avec sa nouvelle identité, c’est ce que vit au quotidien Nicole dans son petit village des Landes. Il y a deux ans et après plus d’un an passé sous sa nouvelle identité, Nicole est partie un mois en Thaïlande. À son retour, Nicole avait perdue 8Kgs. À 30 ans, elle tente depuis cinq ans de démarrer sa nouvelle vie. Elle a conservé son métier de réparateur en informatique. Même à la campagne, facile de passer inaperçue même si Nicole a appris à s’en taper complètement, depuis le temps.

    là je dis oui :p ”

    La petite histoire D8 et Nicole:
    – “il y’à deux mois, je recevais un journaliste pour faire 20 minutes sur mon cas dans l’émission “chacun son histoire” , pourquoi? parce qu’on m’a demandé, et que je préférais que ce soit moi, que le premier fétichiste venu ;).
    plus récemment dans les journaux, je lis “il y’a cinq ans, Nicolas part en Thaïlande , à son retour, il est devenu Nicole” et ouille, j’envoie illico un mail au journaliste, d’abord parce que dans une seule phrase, il y’à pas moins de DEUX choses fausses, et parce qu’ensuite c’était précisément l’approche que je voulais éviter….
    il me confirme qu’effectivement c’est des conneries, mais bon, quelque part le mal est fait…
    puis l’émission arrive, et là… le pitch des journaux est encore balancé dès l’introduction de l’émission !
    et ça, ça m’énerve quand même …..plusieurs fois la voix-off invente des trucs faux, sans complètement réécrire ma biographie heureusement, mais en y ajoutant quelques violons inutiles… et surtout en faisant abstraction des années qui précèdent la Thaïlande, comme si quoi que ce soit avait commencé là-bas…. je fulmine !

    J’aime beaucoup la conclusion, “depuis notre passage, Nicole s’est offert des vacances au japon ou elle à pu tester sa nouvelle féminité”
    …… MAIS BANDE D’ABRUTIS ça je l’ai déjà fait il y’à trois ans, donc une année entière avant l’opé, elle n’a rien de “nouvelle” ma féminité!! (c’est le genre de trucs faux qui m’énervent dont je parlais plus tôt… ) “.

    Il y a d’autres personnes qui peuvent se retrouver dans ces commentaires, mais qu’en pensez vous vous ?

  2. Julie Mazens a écrit le 30 mai 2012

    Merci Novan pour ce témoignage de Nicole.

    PS: j’ai édité ton commentaire pour renvoyer sur la vidéo et surtout les commentaires associés sur notre site. Car Joanna qui a participé aussi à cette émission en discute justement. Il est intéressant de confronter les avis :).

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -