Photo du profil de Celia

by

La transidentité est une merde !

1 juin 2012 | Tags:

Les dégâts sont inévitables. La transidentité est une merde !

J’ai l’air de rigoler ? Ce n’est pas le cas. La transidentité est une merde, pas un choix. On est mal et quand on comprend enfin pourquoi, quand on décide d’agir pour cesser d’être mal, les ennuis commencent. Nous sommes considérées comme égoïstes, dérangées, pas capables d’accepter la réalité (bio), dures pour nos proches, insensibles à la peine que nous faisons aux autres, délirantes. Bien sûr ça se passe bien avec certaines personnes, heureusement… Mais ce sont des efforts pour nous nommer, nous accepter dans notre nouveau genre. Bien sûr il y a de l’indifférence, et quelquefois du soutien, et heureusement. Mais nous devons lutter, attendre, être patientes, payer, nous ruiner même pour être bien avec nous même.

Alors si au départ nous ne sommes pas sûres de nos convictions, de ce que nous sommes, de ce que nous sommes prêtes à jeter en sacrifice pour ce bien-être bien réel (oui on est mieux avec nous même), alors si nous ne sommes pas prêtes à être délaissées, oubliées, rejetées, il vaudrait mieux s’abstenir (mais le pouvons nous ?). Nous sommes “spéciales” et considérées comme telles. Les gens ne le disent pas en face, mais ils pensent “Whaaa, c’est spécial !”

Nous ne rentrons plus dans le moule, dans la norme de genre impensée et acceptée par la majorité. Nous bousculons cette norme, ce confort de certitudes.

Trans, toi qui est au seuil de ton coming-out, je te mets en garde. Je sais ce que tu ressens par rapport aux normes, ta peur de les transgresser. Je ne juge pas du tout cette peur, je la comprends. Et si je n’étais pas dans ce cas, dans l’attente d’une vie tranquille et dans la norme, je ne soignerais pas autant mon passing. Je ne veux pas que les gens éprouvent en me voyant une gêne d’être en face de quelqu’un en dehors de la norme. Mais les gens qui m’ont connue avant, et ils sont les plus nombreux, ils éprouvent bien le sentiment d’un écart de la norme, et ils le vivent plus ou moins bien (mon passing les aide, ils ont moins le sentiment de transgresser eux-même la norme en m’acceptant, quand je te dis que c’est la merde !). Souvent grâce à ce passing ils m’acceptent assez bien, heureusement pour moi (mes enfants, ma mère, mon père, ma compagne ne m’ont pas rejetée, pas du tout mais beaucoup d’autres se sont éloignés, et je constate un carnet de commande bien en baisse au niveau pro, peut-être conjoncturel, comment savoir ?)

Trans, mon amie,si tu fais cette transition et que cela se voit (c’est le but je pense), tu transgressera ouvertement la norme de genre. Tout peut arriver, en positif et en négatif (et heureusement aussi en indifférence). mais sans doute que si tu doutes, cela va augmenter les réactions négatives. SI tu est sûre de toi, que tu sais que tu transgresses une norme INJUSTE, que tu rejettes cette norme plutôt que d’être rejetée, que tu ne culpabilises pas, que tu peux expliquer en quoi ce que tu fais n’est pas préjudiciable pour les autres… cela rend les choses plus faciles.

Par contre, trans, mon amie, si tu est bouffée à la norme, si tu intériorises l’essentialisme, le déterminisme biologique, malheur à toi ! Cela te conduis à une intériorisation de la responsabilité, voire même de la culpabilité. D’où ma mise en garde, tout à fait amicale.

Le sentiment de plénitude qui nous rempli dans les premiers moments d’une transition est trompeur. Nous le confondons avec l’atteinte du bonheur (un autre leurre, une autre merde!). La transition n’apporte pas de bonheur, la transition ne fait que mettre un terme au malaise de devoir vivre “à côté de son genre”. La transition résoud simplement le conflit que nous avons en nous avec la norme de genre qui dysfonctionne et nous oppresse (la norme de genre est atteinte de dysphorie selon moi). C’est énorme, ça fait du bien, mais ça ne règle rien d’autre et ça n’apporte pas le bonheur mais la paix intérieure. Le prix de cette paix peut être lourd. Je ne suis même pas sûre moi-même d’être prête à le payer, je n’ai pas l’âme d’une martyre.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
1er numéro des “Cahiers de la Transidentité”
Nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie du premier numéro des "Cahiers de la Transidentité". Cette revue, qui s'adresse aux institutions mais aussi au grand public, est le fruit d'une collaboration entre les associations ABC et GEST. Au sommaire de ce numéro 1 L’édito: 2012 année de transition ? Approche historique de la transidentité Histoire du mouvement militant trans’ en France Cartographie des personnes trans’ au regard du dispositif médico-juridique français Transitions Vie affective et familiale, sexualité L’Odyssée de l’espèce sans genre (fiction) Contacts et liens Bibliographie succinte ...
LIRE L'ARTICLE >>
LA TRANSIDENTITE EN 2011
LA TRANSIDENTITE EN 2011 : TOUT BOUGE ET RIEN NE CHANGE (pour l’instant…) Cela fait très longtemps que tous les fronts de la contestation trans’ n’avaient pas été actifs en même temps. Ou pour ainsi dire : jamais. Associations, universités, médias, tribunaux… Tout s’empare de la question[...]
LIRE L'ARTICLE >>
Florence Grandema.
Transidentité simple question de genre sexuel? Être ou ne pas être qu'une «identité sexuelle » telle est la question... La fécondation in vitro de mon esprit stérile fertilisera peut-être par son approche ou ne sera pas reproductrice, du moins je l'espère, des généralités réductrices et castratrices pour tenter d'y répondre! Étant bien précisé en introduction que ce n'est que mon positionnement et que je ne livre ici que mon vécu avec le recul de trente ans de parcours d'apprentissage et de connaissance de ...
LIRE L'ARTICLE >>
25 & 26 janvier 2014 – Transidentité & Retraite Spirituelle
Le Christ inclusif s'adresse à toute personne pour l'assurer du oui inconditionnel de Dieu. Il nous révèle que nous sommes des merveilles à ses yeux, nous rends notre dignité, nous envoie dans le monde. Ce chemin de fierté est proposé particulièrement (mais non exclusivement) aux personnes homosexuelles et transgenres. Le titre et l’esprit de ce week-end est le même que l’an dernier mais le contenu est différent. Donc les participant-e-s de l'an dernier sont les bienvenu-e-s et nous seront contentes d'en ...
LIRE L'ARTICLE >>
La transidentité et la société
NDLR : ce billet constitue une réponse à un article qui a provoqué un grand émoi au sein de la communauté Trans, blessant nombre de personnes. Je suis restée quelques semaines muette très volontairement sur tous les canaux de blogging ayant bien des choses à mettre en place, mais suis loin d'être restée insensible tant à l'actualité du "vrai monde" que de celle du microcosme T. Beaucoup de mouvements prennent forme. On sent nettement une accélération et une prise d'assurance globale qui ...
LIRE L'ARTICLE >>
La transphobie, rejet des personnes Trans et de la transidentité
La transphobie est le rejet des personnes Trans et de la transidentité. Elle peut prendre plusieurs formes : exclusion familiale, amicale, professionnelle, refus de soin de la part du corps médical, stérilisation forcée réclamée par les tribunaux pour obtenir le changement d’état civil. Elle peut aller jusqu’à l’agression, voire le meurtre. Il est impossible de porter plainte en cas d’acte ou de comportement transphobe puisque ni la loi, ni la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité) ne ...
LIRE L'ARTICLE >>
Mes réflexions crétoises sur le travestissement et la transidentité
J'ai posté avant hier une série de photo prise en Crète où je suis très naturelle, sans aucun des artifices habituels d'unE travestiE, seulement avec quelques astuces utilisées par beaucoup de femmes : crème de peau matifiante, mascara, rouge à lèvre. Mais je vais revenir sur ce point, je pose juste le contexte. Suite à un commentaire très gentil d'Ester concernant ces photos ("De belles images de bonheur, comme ça fait plaisir a voir! Sortir au naturel est toujours une étape ...
LIRE L'ARTICLE >>
Coupables et victimes et de la transidentité
Ressentir de la culpabilité, je connais bien ce sentiment. C’est sans doute un sentiment utile quelquefois, pour repérer quand on fait bien ou quand on fait mal, mais lorsqu’on continue à se sentir coupable alors qu’on ne fait rien de mal c’est très pénible et il faut parvenir à se détacher de ce sentiment qui nous bloque. Quel mal faisons nous ? Nous perturbons un système de genre qui nous oppresse. Qui est coupable, le système oppressif que nous n’avons ...
LIRE L'ARTICLE >>
Sigmund Freud - DR Science et Avenir
"La psychanalyse n'est, au fond, qu'une foire aux illusions entretenue par ses adeptes, affirme Serge Larivée, qui vient de publier "La psychanalyse ne résiste pas à l'analyse". À quand la fin de la mascarade?" s'interroge-t-il. Nous savons touTEs combien les avis sont partagés sur les bienfaits ou non de tout ce qui tourne autour de la psychiatrisation et la dépsychiatrisation des parcours trans en France. Cette conclusion de l'étude menée par Serge Larivée, professeur à l’école de psychoéducation de l’Université de Montréal ...
LIRE L'ARTICLE >>
La prise en charge de la transidentité – Héloïse SCHNEIDER
Héloïse Schneider est diplômée du Master 2 droit de la santé de l’Université Montesquieu Bordeaux IV, promotion 2011-2012. Elle est l’auteur du mémoire sur La prise en charge de la transidentité. Ce mémoire aborde le difficile et actuel sujet de la prise en charge effective, adaptée, cohérente et simplifiée de la transidentité afin de garantir l’effectivité des droits reconnus à tout citoyen. En France, le parcours trans est très critiqué : les bases légales sont quasiment inexistantes ou inadaptées, les possibilités de traitements ...
LIRE L'ARTICLE >>
1er numéro des “Cahiers de la Transidentité”
LA TRANSIDENTITE EN 2011
[Concours Txy 2012] “Transidentité” par Florence Grandema
25 & 26 janvier 2014 – Transidentité & Retraite Spirituelle
La transidentité et la société
La transphobie, rejet des personnes Trans et de la transidentité
Mes réflexions crétoises sur le travestissement et la transidentité
Coupables et victimes et de la transidentité
La science met KO la psychanalyse. Transidentité : 1 – Freud : 0
La prise en charge de la transidentité – Héloïse SCHNEIDER

10 responses to La transidentité est une merde !

  1. Alexandra a écrit le 13 août 2012

    Ça résume assez bien ce a quoi nous nous sommes confrontées durant une transition. Je fais partie de celles qui ne doutaient pas un instant, mais ce fût quand même redoutable. Il faut avoir les nerfs bien accrochés ! Et il faut une dose de courage que ceux-là même qui nous fustigent de notre prise de décision n’ont pas même en additionnant leurs courages respectifs.

  2. Alixia a écrit le 13 août 2012

    pas l’impression d’être en dehors de MA norme, ben oui quoi.

  3. Camille a écrit le 13 août 2012

    Pour ma part, je suis d’accord avec ce que tu viens de dire mais je fais partie de celle qui doute réellement de ce qu’elles sont et surtout de ce qu’elles doivent faire. Assez ironique vu l’époque où on vit ……

    • Julie Mazens a écrit le 13 août 2012

      Rassures toi, tu n’es pas la seule.

      Je suis exactement dans cet état d’esprit. Je doute sur ce que je suis, alternant entre pauvre travestie de salon et transsexuelle qui s’ignore (volontairement?). De là à savoir où je veux aller et ce que je veux faire …

      Donc pour l’instant j’essaye de m’épanouir féminine à chaque fois que cela est possible avec les “moyens du bord”. J’ai déjà tellement de choses à explorer, et cela me permettra certainement d’y voir beaucoup plus clair (enfin, j’espère …) même si cette approche est fastidieuse et trop souvent frustrante, elle a pour avantage de ne rien faire d’irrémédiable tant que la clarté ne s’est pas faite …

      Kisss.

      • Camille a écrit le 15 août 2012

        C’est ce qui est rassurant dans la chose, c’est qu’on est pas seul. Après le fait de voir certaines plus avancées que moi me donnent un peu le cafard.

        Au final, je fais comme toi : j’en profite dès que je peux =)

  4. Alixia a écrit le 13 août 2012

    toujours essayer d’être SOI, mais aussi faire attention de ne pas être ce que les autres voudrais voir, sinon, reste le mur.

  5. Léa Рая Raya a écrit le 13 août 2012

    Pas mal comme réflexion je trouve 😉 j’aime assez.

    Par contre pour moi, ce n’est pas la transidentité qui est une “merde”, mais la transphobie !

    La norme de genre (que tu qualifies à juste titre d’injuste, impensée et dysphorique) est à mon sens transphobe et c’est le principal problème pour moi.

    Pour le “passing” c’est pareil : une façon de nous sur-imposer cette norme encore 1× (est-ce qu’on demande à un étranger de changer sa couleur de peau pour la naturalisation ?). Le passing n’est qu’une illusion, encore une façon de rejeter sur la personne le fait que cette norme l’oppresse (inversion oppresseur‑victime).

    Pour finir, tu évoques le prix le la transition (encore un truc transphobe la “transition”, tout comme le “coming-out” d’ailleurs), mais quid du prix ne pas faire cette “transition” ?

    Bises, Léa Рая

    • Celia a écrit le 15 août 2012

      Je suis d’accord c’est la transphobie qui est une merde. C’est ma manie de faire des titres provoc… j’ai pas résisté ! Oui pour le titre j’aurais pu préciser que c’est la transphobie qui rend la transidentité assez galère par bien des aspects, alors que ça devrait juste être “un autre genre possible” sans poser de problème particulier et sans obliger à une transition d’une rive à l’autre. Le fait est que pour moi qui suis excessivement normative c’est quand je suis invisible que je me sens bien. J’ai bien conscience que mon attitude n’est pas la plus courageuse, cette recherche du passing, mais c’est celle qui m’apaise aujourd’hui (peut-être pas demain…). Pour moi le prix de ne pas faire une transition est socialement trop cher, pas économiquement mais émotionnellement, je n’ai pas cette force que j’admire par ailleurs chez certainEs

  6. Naïs a écrit le 15 août 2012

    l’enfer c’est les autres … disait un certain…je sait plus qui 😀

  7. Alixia a écrit le 15 août 2012

    L’enfer, c’est les autres est une citation extraite de la pièce de théâtre Huis clos de Jean-Paul Sartre,

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -