Photo du profil de roxy

by

Peut-on parler de “marketing” du Troisième Genre ?

14 juin 2012 | Tags: , , ,

Il n’est pas rare de trouver spontanément des corrélatifs envers différentes choses.

Il y a quelques jours par exemple, une amie et moi-même dissertions en comparant les sociétés d’insectes et la société humaine.

Il me semble en avoir trouvé un sur lequel m’appuyer afin essayer de faire passer un message, d’une part à ceux dont le jugement se limite à l’apparence, mais aussi à celles qui sont parfois l’objet justifié de ce jugement.

Il concerne la comparaison entre certaines communautés, en l’occurrence ici la communauté du troisième genre, et les produits de consommation…

Si, si! Vous allez comprendre…

Dans un premier temps, laissez-moi vous citer ce que je considère être quelques points assez représentatifs d’une personne du troisième genre.

Commençons par les points positifs:

– d’un point de vue sentimental, il est fréquent qu’elles fassent preuve d’une grande sensibilité émotive. Peut-être la résultante des nombreuses sollicitations masculines combinées aux toutes aussi nombreuses brimades de la part de ces mêmes hommes, suivant les circonstances de la rencontre, mais nous y reviendrons.

– d’un point de vue sexuel, elles sont souvent des amantes hors pairs. Leur combinaison de féminité et de masculinité leur confère le pouvoir de doser efficacement sensualité et libido.

– d’un point de vue de l’attitude, leur féminité est en général bien plus exacerbée que dans le commun de la gent féminine “naturelle”. Elles soignent leur image à la fois par nécessité de mimétisme, mais leur modèle est la femme dans sa version idéalisée par l’esprit de l’homme.

Quelques points négatifs à présent:

– Psychologiquement parlant, elles sont souvent très seules, souffrant du rejet de la part d’une population à la fois ignorante de leurs motivations et avide de critique facile et de presse à scandales.

– Amoureusement parlant, elles pâtissent d’une réputation sulfureuse parfois infondée, en tout cas très largement exagérée, rendant innombrables les propositions de rencontre mais rares les compliments sincères et la reconnaissance  de leur véritable identité de femme. La référence à la prostitution de certaines transsexuelles et les résultats des moteurs de recherche, à 90% sexuels, en sont les vecteurs les plus fréquents.

– Socialement parlant, elles subissent encore l’absence de reconnaissance de leurs droits et la non-officialisation de leurs difficultés par la loi, et souvent la religion. La transphobie n’est pas vraiment reconnue à contrario de l’homophobie. Le parcours d’une transsexuelle en termes d’assistance médicale, de soutien socioprofessionnel et de changement d’identité est plus éprouvant que celui du combattant.

Les dualités ne résident donc pas que dans l’apparence.

Nos forces sont aussi nos faiblesses.

Et si chaque individu, peu importe son sexe ou ses choix de vie, possède son existence propre avec le chapelet de qualités et de défauts auxquels on s’attend chez n’importe qui, il est bien rare que l’on accorde aux gens du troisième genre l’occasion ou le temps d’en fournir la preuve.

Le phénomène de communauté enferme les gens dans un carcan étiqueté à l’avance, un peu à la manière dont on emballe les produits.

Voici donc là où je voulais en venir !

La composition mentionnée sur l’étiquette ne fait ici plus cas de la provenance, de la traçabilité et des conditions d’élevage du produit… rires… (un peu jaunes certes mais rires quand même…)

L’homme est pourtant un consommateur né. Et les médias ne sont plus avares de citations en matière de troisième sexe… Je citais auparavant l’Internet, mais les reportages sur elles dans la presse papier, la télévision ou la radio se font de plus en plus nombreux.

L’idée en soi n’est pas négative du tout. Lorsque l’on sait que plus de la moitié des gens qui nous décrient le font par ignorance et manque d’information, on se dit que toute source de connaissance devrait amener la reconnaissance. Mais tout comme une formule scientifique peut aider l’humanité si la recherche va dans ce sens, elle peut aussi la détruire mise entre de mauvaises mains.

Le pouvoir de la presse, on le sait, est immense.

Si le JT ne vous montre que des jeunes de banlieue en version “racaille”, la plupart des gens n’iront pas chercher plus loin et penseront qu’un jeune issu de la banlieue en est forcément un.

Au même titre, imaginons un reportage qui vous montre un transgenre en grande détresse sociale, sujet à l’opprobre public ou à contrario, comme je l’ai parfois vu, “épanouie” dans une idyllique relation d’acceptation de par sa femme et sa famille. Médisants, les gens penseront que ces personnes sont soit des tordus qui l’ont bien voulu, “parce qu’il faut être dingue pour se comporter de la sorte quand on pourrait être un « bonhomme comme les autres »”, soit ce sont des farfelus qui ont bien de la chance d’être tombés sur des gens compréhensifs…

Alors, au final, que nous montrent la presse “honnête”, soit -disant soucieuse d’informer, ainsi que son corolaire, le média web quant à lui beaucoup moins soucieux des apparences et à la démarche essentiellement commerciale?

Des transsexuelles prostituées en étalage au bois, des transsexuelles en difficulté d’intégration, des transsexuelles en couple avec une femme, représentant somme toute un assez faible pourcentage du lot, des transsexuelles actrices X, des annonces transgenres bourrées de clichés version “nymphomane patentée”…

Est-ce vraiment l’image idéale que l’on veut présenter pour faire avancer l’intégration?

Même si tout ceci représente une partie de la réalité, où se situe le concept de l’individu, qui boit, qui mange, qui pleure, qui rit, qui aime, qui pense? Lorsque l’on interroge la moyenne des gens, un transgenre est considéré comme une curiosité amusante ou une âme en peine pour les plus gentils, un détraqué ou un sociopathe pervers pour les plus méchants.

Dans une grande généralité cependant, les hommes s’accordent à penser, indépendamment des questions sociales, que beaucoup de représentantes du troisième genre sont souvent quand même “sacrément sexy”…

Il faut donc croire que “Google” remporte plus de suffrages que “Zone Interdite”…

Revenons-en alors à notre notion de marketing produit.

Le « consommateur » de travestis ou de  transsexuelles, blotti bien au chaud derrière son écran et loin de tout risque de se faire huer pour cet acte, va bien sûr se fier à l’apparence pour faire son choix dans les immenses rayons de l’hypermarché du web.

Selon ses goûts, il va sélectionner la couleur et la taille et puis bien sûr… étudier le packaging!

Vos haricots vous les préférez noirs, rouges, blancs, jaunes?

Épais, fins, extra-fins?

Avec ou sans la queue?

Frais ou saumurés?

Emballage en tissu ou en cuir? …

Et le goût alors?

Ben on s’en fiche…

Des haricots c’est des haricots…

C’est juste pour accompagner…

Le principal c’est de manger copieusement, pas cher et donc de SE faire plaisir…

Un peu hard oui je sais mais bon… l’inspiration du moment hein… on va dire çà.

Ce qui est par contre fort dommage au demeurant, c’est que ce soit souvent le produit lui-même qui monte la surenchère et contribue à bien faire stagner les aprioris.

Un individu du troisième genre ne sera jamais proposé au rayon “bio”,  mais il suffirait d’un peu plus de simplicité et de moins d’ostentation pour que l’ostracisme qui les frappe diminue et finisse par les intégrer dans l’ensemble.

Je suis en effet sidérée de ne trouver sur les images de profils de sites de rencontre ou de réseaux sociaux, de chat ou de messageries diverses qu’une écrasante majorité de fesses en string (quand ce n’est pas à l’air, oh misère), de jambes en Dim-Up tronçonnées, voire d’actes sexuels en gros plan.

N’est ce pas contribuer à ce que l’étalage déjà bien osé qui tapisse le net prenne une tournure systématique?

Mon avis est que cela porte préjudice à l’image globale du troisième genre, ainsi qu’à celles d’entre nous dont la motivation première n’est pas de proposer leur marchandise à l’étal, mais bel et bien d’exister tout simplement, comme n’importe quel citoyen.

L’on peut être jolie ou simplement naturelle en étant soi-même, sans avoir à afficher ses fesses dès la première image.

Pour celles d’entre elles qui tiennent tant à être féminines, que l’on me cite le nombre de profils de femmes naturelles qui font de même…

Pardon?  Je n’ai pas bien entendu? Ah oui c’est çà… aucune… Étrange non?

Qu’elles ne s’étonnent pas après si les hommes commencent leur dialogues par des “humm! T’es une bonne s…..!”

Qu’elles ne s’étonnent pas non plus si les hommes qui les contactent sont en majorité des machos, des pervers ou des individus sans éducation.

Le respect commence par soi-même.

Je n’ai aucune morale à faire ou de conseils à donner, mais une chose est sûre : il n’y a pas de fumée sans feu.

Qu’elles ne croient pas qu’en exhibant leurs intimités on les considèrera autrement que comme des objets de plaisir.

Hormis bien sûr si c’est leur business dont elles font la promotion, il serait bien de tenter une autre approche marketing.

Un bon produit n’a pas besoin de tant de décorum pour faire des adeptes…

Si les aficionados du fast-food ne trouvent plus de Mc Do, ils seront bien forcés de retrouver le goût des vrais aliments et réduiront la consommation pour privilégier la qualité à la quantité.

Concernant les gens du troisième genre, leurs amateurs changeront leur attitude négligée au profit d’un comportement de circonstance, et montreront un respect mérité à la personne qu’ils convoitent.

Et peut être enfin, au bout du compte, pourront-ils enfin les considérer comme des femmes et aller parfois au-delà de l’apparence, seul moyen de faire naître des sentiments réels…

Roxanne

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Le ciel peut attendre …
Avant-hier, le journal Têtu titrait sur son site : « Vote du mariage pour tous : Où fêterez-vous ce moment historique? ». Ce moment historique je ne le fêterais pas. Au delà de cette loi louable mais mal ficelée et incomplète, qui ne prend pas en compte les problèmes liés à la filiation et à la parentalité, (et je ne parle même pas de la PMA), je me disais que cette grande conquête pour l’égalité des droits concernerait aussi celles et ceux ...
LIRE L'ARTICLE >>
Marketing genré – mon genre est-il à vendre ?
Un exercice de réflexion pour ce week-end de fin d'année 2012 ! Vous êtes-vous sentis soudainement plus viril en achetant votre dernier rasoir ? Plus féminine en choisissant des yaourts allégés ? Pas de panique, vous êtes en plein marketing genré ! Le marketing genré est un pur produit de l’économie de marché. Le but est de faire consommer plus en proposant des produits de plus en plus ciblés. On crée ainsi la demande en proposant une offre réservée à une tranche ...
LIRE L'ARTICLE >>
La transphobie devient un critère légal de discrimination aux contours flous, mais pour le gouvernement l’identité de genre peut attendre
Nous nous faisons l'écho de la nouvelle loi votée le 25 juillet, les réactions continuent à tomber ... ________________________________________________________________________________ Vote à l'unanimité du projet de loi sur le harcèlement sexuel. La transphobie devient un critère légal de discrimination aux contours flous, mais pour le gouvernement l'identité de genre peut attendre. ________________________________________________________________________________ Communiqué de Presse Fédération LGBT / ANT Le 25 juillet, l'Assemblée nationale a adopté le nouveau projet de loi relatif au harcèlement sexuel, pour combler le vide juridique laissé par l'abrogation, le 4 mai dernier, du ...
LIRE L'ARTICLE >>
TransKind n° 5
Un cinquième numéro qui parle des hommes transgenres dans le cinéma et à la télévision. Les films où ils sont présent sont suffisamment rare, ce qui a permis d'en passer un certain nombre en revue. Vous trouverez aussi une interview de Bruce, des conseils vestimentaires, du festival de Douarnenez, des réflexions de Josk, l'annonce de la naissance du collectif nantais Purple Block, le communiqué de l'Existrans et quelques autres contributions. Pour le prochain numéro, nous lançons un appel à contribution. Le ...
LIRE L'ARTICLE >>
Alors voilà, le genre de petit rien qui s'ajoute au grand tout. Donc il y a quelques jours, avec mon ami Clément -il fait partie des gens qui savent pour ma transition- nous étions partis faire des achats dans un Leroy-Merlin, près de Toulouse. La canicule arrivant, il voulait acheter une hélice de plafond, de façon à rendre plus supportables les chaudes nuits et les bouillantes journées. Nous passons en caisse, lui muni de son gros carton et moi d'une petite balise d'éclairage nocturne à 1€ que j'avais l'intention ...
LIRE L'ARTICLE >>
Fille ou Garçon mon sexe n’est pas mon genre
Réalisateur : Valérie Mitteaux Producteurs : ARTE FRANCE, OSTINATO PRODUCTION, CHAZ PRODUCTIONS Ils sont nés femmes mais vivent aujourd’hui comme des hommes. Portraits croisés de quatre "transboys" ou trans' FtM. Kaleb a une trentaine d’années. Après avoir fait le choix de "transitionner" (passer du féminin au masculin), il participe à des ateliers pour s’approprier sa masculinité. Lynn, lui, n’a jamais suivi de traitement hormonal. Il s’est autoproclamé "homme" et le revendique dans un one-man-show. Miguel, qui a collé des photos du temps où il s’appelait ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le cerveau peut produire et libérer des œstrogènes
A l'Université du Wisconsin à Madison, une équipe de recherche sur les Primates vient de publier une information assez surprenante : le cerveau peut produire et libérer des œstrogènes. Une découverte qui pourrait nous conduire à une meilleure compréhension des changements hormonaux observés avant la naissance et tout au long de notre vie. Les résultats de cette recherche, publiés aujourd'hui dans le Journal of Neuroscience, montrent que l'hypothalamus, une région du cerveau, peut contrôler directement la fonction de reproduction chez les singes ...
LIRE L'ARTICLE >>
Se maquiller au naturel !
Je voudrais vous convaincre au travers de ce petit billet de l'intérêt médical, économique et sociétale d'acheter vos produits de maquillage avec un label BIO. Revue sur l'intérêt d'un maquillage naturel, sur les labels écologique et biologique, sur la coloration et sur quelques idées reçues. Quel est l'intérêt d'un maquillage naturel ? Sans faire une très longue liste, vous pouvez noter les points essentiels suivants : l'absence d'ingrédients de synthèse issus de la pétrochimie (parabens, huiles minérales, phénoyéthanol, ...) suspectés d'avoir un impact ...
LIRE L'ARTICLE >>
Irréversibilité, qu’ils disent …
*** La jurisprudence française exige classiquement qu'une personne désirant obtenir le changement de sexe à l'état-civil fasse la démonstration de traitements médicaux irréversibles dans la direction du genre souhaité. Le mot irréversibilité revient souvent, le mot stérilisation JAMAIS. Or, l'étude exhaustive des multiples traitements médicaux généralement utilisés pour réaliser un changement médical de sexe, montre sans aucune ambiguïté possible qu'AUCUN de ces traitements ne sont irréversibles, à l'EXCEPTION des traitements stérilisants. Ou pour le dire autrement :dans le contexte de la jurisprudence française, ...
LIRE L'ARTICLE >>
Qui suis-je et pourquoi certains me verront moins et d’autres plus…
Il y a à présent six ans de cela, je faisais mes premiers pas au sein d'une communauté atypique dont j'ignorais quasiment tout : les « transgenres » (comme il était commun de les appeler à l'époque pour généraliser les différentes « catégories » que l'on retrouve derrière les termes les plus courants tels que travestis ou transsexuels). Pour moi, ancienne nuitarde très ouverte d'esprit, aucun jugement n'était porté sur les personnes dont l'apparence, les penchants sexuels ou autres différences marquées ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le ciel peut attendre …
Marketing genré – mon genre est-il à vendre ?
La transphobie devient un critère légal de discrimination aux contours flous, mais pour le gouvernement l’identité de genre
TransKind n° 5
Une petite anecdote peut-être ? (2nde édition)
Fille ou Garçon mon sexe n’est pas mon genre
Le cerveau peut produire et libérer des œstrogènes
Se maquiller au naturel !
Irréversibilité, qu’ils disent …
Qui suis-je et pourquoi certains me verront moins et d’autres plus…

8 responses to Peut-on parler de “marketing” du Troisième Genre ?

  1. Cand a écrit le 31 décembre 2012

    Coucou !
    Je suis tout à fait d’accord avec toi … et d’ailleurs, nous sommes de plus en plus nombreuses à essayer d’affirmer une autre image, moins “cliché pourri” et plus féminine disons 😉
    J’aime bien l’idée d’en faire un concept marketing au service de la cause trans :-)
    Biiiiiiiises
    Candice

  2. Cand a écrit le 31 décembre 2012

    Alors, quand est-ce que tu lances les concepts “L’île de la transition”, “Travelor” et “Make-up academy” :-) :-) :-)

  3. Alicia McRell a écrit le 8 janvier 2013

    Super article et point de vue dont je partage totalement.
    Il faut absolument stopper cette stigmatisation et assocition 3ème genre=objets sexuels. Et ce respect effectivement commence par soi-même! Sans cela, impossible de même penser à un rapport equilibré avec les personnes avec qui on inter agit!

  4. charlotte elyane a écrit le 17 août 2013

    Découvrant cet article sur le tard, j’approuve totalement ..!

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -