Titica, la chanteuse transsexuelle lutte contre la transphobie

9 juillet 2012 | Tags: , , , , ,

La jeune chanteuse transsexuelle angolaise Titica veut aider, à travers son art, à lutter contre l’homophobie et la transphobie dans son pays.

C’est l’étoile montante de la scène musicale angolaise. Elle s’appelle Titica, a 25 ans et est transsexuelle et lesbienne. Son succès détonne dans un pays majoritairement catholique, où l’homosexualité reste un tabou.

Elle est de toutes les fêtes, officielles et privées. Elle passe sur toutes les radios, du nord au sud du pays. Et elle revient d’une mini-tournée internationale, après seulement un premier album. A 25 ans, Titica est la nouvelle icône du kuduro, ce style musical né en Angola qui mélange rap, techno et rythmes africains.

Inconnue il y a à peine un an, Titica a réussi une ascension éclair. Originaire du quartier populaire de Rangel, à Luanda, la capitale de l’Angola, elle fait ses débuts d’artiste comme danseuse.

Elle accompagne des artistes de kuduro à la mode, comme Noite e Dia, Propria Lixa et Puto Portugues, espérant un jour occuper le devant de la scène. Lors de spectacles, elle est repérée par une maison de production angolaise, LS produções, qui décide de lui donner sa chance.

Son premier single, «Chão», le sol, sort en octobre 2011. Il fait un carton. En quelques semaines, il devient le morceau le plus écouté en Angola et au sein de la diaspora angolaise.

La chanteuse investit les cadongueiros, ces taxis collectifs qui font le piquant de la circulation à Luanda, les sonneries des téléphones portables des adolescents et les fêtes d’anniversaire des plus petits.Suit un deuxième morceau, «Olha o Boneco», regarde le jouet, dans lequel elle chante avec Ary, autre star angolaise, et qui rencontre le même succès.

Titica est nommée meilleure chanteuse de kuduro de l’année et elle est invitée au Concert annuel des divas, un énorme show télévisé en présence du président de la République, Jose Eduardo Dos Santos.

Titica multiplie ensuite les concerts, en Angola et à l’étranger. En février et avril 2012, elle participe aux festivités du Carnaval et aux commémorations des dix ans de la fin de la guerre civile à Luanda, puis part en tournée dans les principales villes du pays.

Entretemps, elle s’envole pour les Etats-Unis, le Portugal ou encore le Brésil afin de se produire dans des festivals internationaux. Et, aujourd’hui, elle travaille sur un deuxième album.

Première artiste transsexuelle en Angola

Mais l’histoire de Titica est bien plus que celle d’un succès fulgurant. C’est surtout celle de la première artiste transsexuelle en Angola.

Car, le vrai nom de la chanteuse est celui d’un homme, Teca Miguel Garcia. De sexe masculin selon l’état-civil angolais, Titica explique s’être pourtant toujours sentie femme.

«Je jouais avec des poupées, je ne restais qu’avec des filles et je faisais tout comme une femme, raconte la chanteuse. Je ne savais pas ce que cela voulait dire mais je savais que j’étais différente des autres enfants.»

Une orientation sexuelle difficile à vivre en Angola. Sa famille la rejette, elle doit trouver refuge chez des amis. Les voisins et les passants se moquent, elle encaisse les critiques. «J’ai même été battue à cause de mes préférences sexuelles, les gens sont très sévères envers les personnes comme moi», lâche la jeune fille.

Malgré les difficultés, Titica décide de s’assumer. A 16 ans, elle entame les démarches pour se faire poser des implants mammaires, une opération qui a eu lieu il y a deux ans au Brésil.

«C’était comme s’il manquait quelque chose dans ma vie, mais après la chirurgie, je me suis sentie tellement mieux. Je me sentais plus moi, confie-t-elle. La Titica que vous voyez aujourd’hui en face de vous, c’était celle qui était enfouie tout au fond de moi.»

Symbole de la cause homosexuelle face aux tabous angolais

Depuis, Titica affiche un physique de top-model, grande métisse aux longs cheveux bruns, très apprêtée et à la poitrine toujours est mise en valeur par un décolleté. Dans ces clips et sur scène elle n’hésite pas à jouer la provocation avec des tenues sexy et des postures parfois très osées.

Dans ses chansons, elle parle notamment des différences sexuelles, des discriminations et appelle à la tolérance.

«Les gens sont encore bien fermés sur le sujet mais, grâce à Dieu, les mentalités commencent à s’ouvrir et ça va continuer. De plus en plus de gens vont s’habituer…»,espère-t-elle.

Un rôle social dont se félicite son agent, Emilia Abrantes:

«Les gens aiment Titica, avant tout, parce qu’ils apprécient sa musique. Mais à travers ses chansons, ils reçoivent aussi un message, à savoir qu’être gay n’est pas un problème et que les personnes lesbiennes sont des gens normaux.»

Vers une évolution de la société angolaise?

Une idée qui est loin d’être répandue en Angola. Dans ce pays très catholique, et où l’église exerce une forte influence, l’homosexualité reste un tabou dans toutes les classes sociales.

La pratique était même considérée comme illégale et passible de travaux forcés selon l’ancienne Constitution. La nouvelle, adoptée en 2010, est beaucoup plus floue sur le sujet. Si elle définit le mariage comme étant l’union d’une femme et d’un homme, elle condamne toutes les discriminations, dont celles en lien avec la sexualité.

«Peu importe le statut juridique de l’homosexualité, la réalité c’est qu’au sein de la société angolaise, ce mode de vie est largement condamné», souligne Antonio Coelho, le secrétaire du Réseau angolais des organisations et services de lutte contre le sida (ANASO), en contact avec la population homosexuelle du pays.

Au fil des ans, le responsable associatif a toutefois observé quelques signes d’ouverture de la société au débat sur l’homosexualité.  

«Dans ce contexte, Titica vient apporter une contribution aux efforts mobilisés pour faire bouger les choses», analyse Antonio Coelho.

Autre indice d’un possible changement: l’orientation sexuelle de Titica ne l’empêche pas d’être invitée par des membres du pouvoir, plus ou moins haut placés, pour animer les fêtes d’anniversaires de leurs enfants.

Plus globalement, la personnalité de Titica n’entache en rien son succès, en particulier auprès des plus jeunes, âgés parfois de 12 à 13 ans. Dans ces conditions, nul doute que Titica n’a pas fini de faire parler d’elle.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Titica
Le Kuduro, mélange de rap, techno et de rythme africain, fait partie du patrimoine angolais. Titica, une chanteuse âgée de 25 ans, en est devenue l’une des figures de proue. Son ascension rapide vers le succès n’a pas été entravée ni par sa transsexualité ni par son homosexualité. Titica, qui a aujourd’hui un album et plusieurs concerts à son actif, lançait en octobre 2011 son 1er single, "Chão". Ce titre a fait un tabac et a lancé sa carrière. http://www.youtube.com/watch?v=f9adsqmTIQE Depuis, son succès ...
LIRE L'ARTICLE >>
8e Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie
Dans cet interview vidéo réalisé par Yagg, Louis-Georges Tin détaille les grands axes de la 8e Journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie qui a lieu aujourd'hui le 17 mai 2012. La Journée Mondiale de Lutte Contre l’Homophobie a pour but d’articuler action et réflexion afin de lutter contre toutes les violences physiques, morales ou symboliques liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre. Elle entend susciter, soutenir et coordonner toutes initiatives contribuant à l’égalité entre les citoyens en la ...
LIRE L'ARTICLE >>
LOI n° 2012-954 du 6 août 2012 relative au harcèlement sexuel et la transphobie, et la discrimination fondée sur l'identité sexuelle et liée au sexe. Désormais, les propos injurieux et diffamatoires à caractère transphobe sont punis par la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881. Mise à jour : LOI n° 2014-56 du 27 janvier 2014 Injures, diffamations transphobes : dorénavant, les victimes de transphobie ont un an pour engager une action en justice pour les infractions commises à ...
LIRE L'ARTICLE >>
Appel à la création d’un collectif national de lutte contre l’homophobie et la transphobie.
L'association Nationale Le Refuge, reconnue d'utilité publique, appelle l'ensemble des associations citoyennes à se réunir autour d'un collectif national de lutte contre l'homophobie et la transphobie. Face à un débat qui s'annonce difficile, brutal et passionné, l'association Le Refuge souligne l'importance de fédérer les énergies dans un double objectif de pertinence et de cohésion. Toutes les associations sensibilisées à la lutte contre les discriminations et les exclusions sont concernées par la lutte contre l'homophobie qui concerne tous les secteurs de notre société. Le ...
LIRE L'ARTICLE >>
Transphobie : campagne participative avec les internautes !
Internet est le premier territoire d'expression de l'homophobie : 17% des actes homophobes signalés à SOS homophobie y sont repérés. C'est pourquoi SOS homophobie vous donne la parole pour occuper Internet et contribuer à faire reculer les discriminations. Comme sur le clip «Les Mots pour le dire», à vous de partager en un seul mot votre vision de l'homophobie, de la biphobie ou de la transphobie et un autre mot pour décrire le meilleur moyen de l'enrayer. Ces mots sous forme de ...
LIRE L'ARTICLE >>
« L’homophobie et la transphobie », priorités du commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme
WASHINGTON, DC, 8 juin (C-FAM) C’est dans un brouhaha de critiques sur la manière d’ordonner les priorités que Navi Pillay, le numéro 1 des droits de l’homme onusien, a lancé le mois dernier une vidéo sur « l’homophobie et la transphobie ». Dans cette vidéo, elle y conjure les Etats membres d’abroger les législations et pratiques  « discriminatoires ». Elle appelle aussi toutes les personnes à « combattre les comportements homophobes » par l’éducation des enfants et des adultes. Les dirigeants des Etats-Unis et les organisations militantes ...
LIRE L'ARTICLE >>
Questions Stupides à ne pas poser à une transsexuelle !
Questions Stupides à ne pas poser à une transsexuelle ! En tout cas, faut pas les poser à Calpernia Adams :) ! (sous-titrage en français réalisé par Chrysalide Lyon) http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=1qYEpgCfsqw
LIRE L'ARTICLE >>
Après le Sénat, l’Assemblée nationale reconnait la transphobie
Après le Sénat, l’Assemblée nationale reconnait la transphobie - Les Ministres annoncent en séance leur souhait d’un prochain débat sur toutes les problématiques liées à l’identité de genre. Communiqué de Presse inter-LGBT A l’Assemblée nationale, lors des discussions sur le projet de loi sur le harcèlement sexuel, déjà amendé par le Sénat, l’ajout du motif de discrimination fondée sur l’identité sexuelle à l’article L.225-1 du code pénal a été confirmé. Cela fait suite au travail du collectif composé d’ID Trans’, ORTrans et ...
LIRE L'ARTICLE >>
La transphobie tue.
(Communiqué de Presse du 19 novembre 2012) La Transphobie tue. Journée Internationale du Souvenir Trans   Transgender Day Of Remembrance (T-DOR) à vu le jour en 1999 pour rendre hommage à Rita Hester, femme trans afro-américaine odieusement assassinée le 28 novembre 1998. Depuis 14 ans, la communauté trans organise la Journée International du Souvenir Trans pour rendre hommage à toutes les victimes de transphobie. Cette année comme toutes les autres nous serons nombreux et nombreuses, partout dans le monde pour rappeler à quel point les personnes ...
LIRE L'ARTICLE >>
Si je suis entrée dans la prostitution, c’est parce que je suis transsexuelle. On m’avait dit que c’était le seul endroit où je pourrais rencontrer des trans. Je n’avais pas de famille, personne. J’avais 14 ans et je voulais me procurer des hormones. On m’a envoyée dans un foyer d’urgence pour les mineurs. J’en suis partie. Je dormais à la rue, je vivais chez les uns et chez les autres. J’ai commencé la prostitution au Bois de Boulogne. Je n’ai pas ...
LIRE L'ARTICLE >>
Titica, la chanteuse transsexuelle qui fait vibrer l’Angola
8e Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie
La transphobie et la loi française
Appel à la création d’un collectif national de lutte contre l’homophobie et la transphobie.
Transphobie : campagne participative avec les internautes !
« L’homophobie et la transphobie », priorités du commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme
Questions Stupides à ne pas poser à une transsexuelle !
Après le Sénat, l’Assemblée nationale reconnait la transphobie
La transphobie tue.
Myriam, transsexuelle et prostituée

2 responses to Titica, la chanteuse transsexuelle lutte contre la transphobie

  1. aimline a écrit le 9 juillet 2012

    je lui souhaite beaucoup de succés dans sa démarche!

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -