Laurence Anyways, un film d’abord sur l’amour et ses limites

22 juillet 2012 | Tags: , , , , , ,

Un film à voir et que je reverrai sans hésitations, pas tant pour l’aspect trans que pour les images et les émotions et questionnement sur l’amour et ses limites qu’il pose, en tout cas je le recommande!

Laurence Anyways, à travers la transidentité qui survient au sein du couple et qui pour ce qui me concerne touche à la réalité des réactions rencontrées, nous entraine dans la complexité de la relation à deux, l’amour n’est jamais remis en cause, bien au contraire il est plus fort que toutes les barrières seulement il faut parvenir à les surmonter et au prix d’efforts énormes à faire sur soi…

Quant aux personnes qui croisent la route d’un transidentitaire tout y est bien représenté, de l’acceptation à la violence transphobe dans les comportements, les paroles et les actes, rien ne manque à la palette.

Ce n’est pas un film sur la transsexualité, c’est un film sur les rapports humains autour de ce sujet et surtout de l’amour au milieu du croisement des chemins de vies qui conduisent à la révélation, sans jamais vraiment pouvoir savoir ou ils nous feront arriver…

Bon dimanche à tous, kiss.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Tous les articles pour la sortie en Salle de “Laurence Anyways”
Pour la sortie en Salle du film déjà culte le 18 Juillet 2012, retrouvez l'ensemble des articles que nous avons publié sur notre site : bande-annonce, interviews, critiques. Les séances du film (AlloCiné en France), Les séances du film (CinéNews en Wallonie) Bande annonce du film Les impressions de Florence Grandema : un film d'abord sur l'amour et ses limites ! Critique du film parue le 18 juillet 2012 - Le Monde Jusqu'au bout de l'amour "Laurence Anyways" remporte la Queer Palm 2012 Entretien avec Suzanne Clément Entretien ...
LIRE L'ARTICLE >>
“Laurence Anyways” : variation transgenre sur la fatalité du couple
(Article paru dans Le Monde) Le cinéma québécois, entité qui effarouche les cinéphiles par son goût emphatique du sujet de société, n'a jamais trouvé en France, hormis quelques succès occasionnels, une attention digne du lien qui nous relie à nos seuls vrais cousins d'Amérique. Depuis peu, un jeune énergumène nommé Xavier Dolan a réduit d'un coup en miettes cette prévention. Enervée et provocatrice, intelligente et malséante, forte de l'effervescence de la jeunesse, son œuvre, d'emblée mise en valeur par le Festival ...
LIRE L'ARTICLE >>
“Laurence Anyways”
Après avoir imposé son empreinte à Cannes à deux reprises avec les films "J'ai Tué Ma Mère" et "Les Amours Imaginaires", le virtuose québécois, Xavier Dolan, revient avec son nouveau long-métrage : "Laurence Anyways". L'histoire est assez simple, Laurence semble heureux, professeur apprécié par ses élèves et ses collègues. Mais un jour il décide de changer de sexe, et si sa petite amie décide de rester à ses côtés, sa vie bascule et leur relation devient toxique. http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=doh3M35m6z8 Sortie en France prévue pour ...
LIRE L'ARTICLE >>
En prolongement de la bande annonce du film Laurence Anyways, Xavier Dolan donne un premier interview. http://www.youtube.com/watch?v=0MOXKr-CYUU
LIRE L'ARTICLE >>
L’ordre des mots – Le Film
Un rapide billet pour vous signaler le site l'ordre des mots qui présente le film éponyme, documentaire réalisé en 2007 par Cynthia Arra & Mélissa Arra. Ce site très bien conçu présente en détail le travail réalisé mais surtout les lieux et dates des projections passées et à venir. Synopsis Ce film documentaire a pour objet de donner la parole à des personnes Trans’ et Intersexe dont la quête d’identité de genre se trouve entravée par des normes établies. Leurs moyens de résistance ...
LIRE L'ARTICLE >>
Après les succès internationaux de "J'ai tué ma mère" et "Les amours imaginaires", le jeune réalisateur Xavier Dolan présente son nouveau film "Laurence Anyways". http://www.youtube.com/watch?v=HHFziRhHFJs
LIRE L'ARTICLE >>
Suzanne Clément a fait sa coquine : seins nus et carré rouge !
Vendredi soir, Suzanne Clément a fait sa coquine avec sa blouse plus que transparente dévoilant ses seins nus lors de la montée des marches à Cannes, avec l’équipe du film Laurence Anyways. Xavier Dolan et ses amis ont aussi fièrement porté le carré rouge: "J’ai envoyé du monde faire le tour de la ville pour me trouver de la feutrine rouge. Je tiens à afficher mes couleurs parce que j’ai peur de ce qui arrive à la jeunesse du Québec, câlisse, avec ...
LIRE L'ARTICLE >>
Laurence Anyways: jusqu’au bout de l’amour
Un homme veut devenir femme. C’est un cataclysme. Dans la vie intime et sociale. Dans le regard des proches. Et dans celui des autres. Pour évoquer l’ultime défi d’une histoire d’amour, Xavier Dolan a mis dans son nouveau film des cris, des larmes, des répliques assassines, du rire, de la musique, des fulgurances visuelles. Melvil Poupaud, Suzanne Clément, Nathalie Baye, Monia Chokri et beaucoup de beau monde l’ont suivi dans son aventure. La bande annonce du film est ici. L'ensemble des articles ...
LIRE L'ARTICLE >>
“Je suis femme”, le prochain film de François Ozon
Cette été nous avons été en contact avec la production du prochain film de François Ozon, notamment avec la personne en charge du sourcing des comédiens. Ils ont contacté assez largement la communauté transgenre et ce sont notamment adressés à l'association ABC et à Txy via votre humble serveuse. Je dois mentionner au préalable que nous avons respecté strictement la demande de la production de rester discret sur le fait que François Ozon prépare un film sur l'histoire d'une femme transgenre ...
LIRE L'ARTICLE >>
Film et débat : « Transgenres : sortir enfin des clichés ! »
Dans le cadre du programme Homosaiques 2013 proposé par l'association AGILE de Clermont-Ferrand du 5 au 21 avril 2013 "de l'invisible au visible", une après-midi réservée à la transidentité avec la projet d'un film sur les transboys suivi d'un débat sur les clichés du monde transgenre ! Le samedi 13 avril après-midi à l'espace LGBT de Clermont-Ferrand. Projection du film « Fille ou garçon : mon sexe n'est pas mon genre » Ils sont nés femmes mais vivent aujourd’hui comme des hommes. Portraits croisés de quatre ...
LIRE L'ARTICLE >>
Tous les articles pour la sortie en Salle de “Laurence Anyways”
“Laurence Anyways” : variation transgenre sur la fatalité du couple
“Laurence Anyways”
Premier interview de Xavier sur Laurence Anyways
L’ordre des mots – Le Film
Autre interview de Xavier Dolan sur “Laurence Anyways”
Entretien avec Suzanne Clément (Laurence Anyways)
Laurence Anyways: jusqu’au bout de l’amour
“Je suis femme”, le prochain film de François Ozon
Film et débat : « Transgenres : sortir enfin des clichés ! »

5 responses to Laurence Anyways, un film d’abord sur l’amour et ses limites

  1. Alexandra a écrit le 22 juillet 2012

    Coucou Flo.

    Je n’ai pas été enchantée par le film car je le trouve vraiment trop loin du vécu d’une transition avec bien des choses passées sous silence.
    Je sais de quoi tu parles par contre, et c’est bien que nos avis divergent car nous ne vivons pas la même chose.
    Certain-e-s m’ont dit : “Alex, tu penses technique”, ce à quoi j’ai rétorqué que Xavier Dolan avait un peu créé le buzz autour de la “transsexualité” de Laurence pour finalement n’en faire qu’un pétard mouillé. Il a poussé le thème en avant, mais l’a clairement insuffisamment développé. Quant à Melvil Poupeau, ses références pour jouer le rôle n’ont pas été des trans’ ce qui est dommage. Dans le coup, il n’était vraiment pas crédible. C’est le reproche que je ferais à ce film.
    Mais, comme m’a dit le taxi qui me raccompagnait à mon domicile et avec lequel j’ai discuté du sujet de manière complètement ouverte : “Madame. Même si ce film n’est pas suffisamment creusé, maintenant que je connais le thème, que j’ai discuté avec vous, j’irai le voir, et il faut bien que vous pensiez que même si le sujet est trop léger, au moins il a l’avantage de vous sortir de l’ombre. C’est donc très positif.”. J’adhère à ce qu’il a dit. Un tel film, même “incomplet”, permet aux gens de plus appréhender nos parcours de vie, et nos aspirations.

  2. Florence GrandeMa a écrit le 22 juillet 2012

    Jamais une histoire, même autobiographique, à fortiori un film, ne permettra de transmettre le vécu que nous avons traversé en tant que trans, si la com à pu laisser penser que “Laurence Anyways” était un film transidentitaire et la narration d’un parcours de personne transsexuelle c’est exact qu’il n’en ai absolument rien comme je l’ai écrit.
    Par contre si l’on aborde la projection comme et c’est ce qui a conduit le réalisateur à ce projet, l’histoire qui doit relater la vie d’un couple au sein duquel la transidentité boulverse l’amour et l’union des conjoins, alors c’est une réussite totale et je base mon affimation sur l’expérience de vie qui est la mienne dans ce domaine particulier.
    Si Laurence “touche” aux hormones et s’engage en tant que transgenre dans une visibilité familiale, sociale et professionnelle, en aucuns cas l’aboutissement n’en ai un parcours de réassignation et le sujet même du film.
    Il n’en reste pas moins toutefois que les réactions provoquées par la transidentité visibilisée sont bien celles que je connais pour les vivre régulièrement et sur ce point, on peut toujours connaître pire en la matière c’est vrai, la représentation est juste. Kiss Alexandra, à bientôt.

  3. Johanna Joya a écrit le 12 août 2012

    J’en ai eu la nausée de subir ce film de 2h40, totalement surréaliste concernant la transition personelle de Laurence…
    Heureusement la première partie avec les phases coming-out/ rejet / déclassement social sont pertinentes.
    Pis j’adore les scènes “clippées” ^^
    Je peux aussi comprendre que ce film touchent celles qui ont vécu/vivent leur transidentité au sein d’un couple.

    Mais avec son coté bonhomme égoïste et capricieux, Laurence ne provoque vraiment aucune empathie. L’angle du film fait que l’on plaint plutôt sa compagne; c’est elle qui passe pour la victime… du “délire” de Laurence.
    Oui je sais c’est bien, ça nous rend visibles, existantes, pour Monsieur/Madame Lambda. Mais à mes yeux ce film frôle la transphobie…

    — SPOILER –>
    …Surtout par sa fin…à vomir son pop-corn!!
    La morale du film : Renie toi par amour, ça sera toujours mieux qu’entamer une transition qui ne sera jamais viable de toute façon (en gros c’est une lubie réversible)
    Petite illustration (MEGA SPOILER!) de mon ressenti face à ce film:
    https://img.skitch.com/20120812-cxqwdqeam78x7mp4uh8gj2yrd.jpg

    J’ai déconseillé à mon entourage d’aller le voir; pas envie de me faire détricoter tous mes efforts de pédagogie sur ma condition!
    (Sans rancunes pour celles qui ont aimé bien sur ^^’)

  4. Alexandra a écrit le 13 août 2012

    Alors Johanna, j’ai comme l’impression que nous n’avons pas vu la même fin… La stricte fin du film est claire… Elle est le début de la rencontre entre Fred et Laurence, un palimpseste en quelque sorte. Je n’ai pas aimé le film car il était censé aborder les cas spécifique trans’ et ce ne fût pas le cas. La preuve, Flo qui est transidentitaire s’y retrouve plus que quelqu’un comme toi ou moi. La cible est donc manquée puisqu’il s’agissait soi-disant d’un film sur le transsexualisme.

    Une amie qui m’a même suivie à Bangkok pour ma SRS a été le voir et a été très touchée et pense que même si en effet elle n’a pas retrouvé mon parcours, néanmoins elle estime que cela va permettre aux gens de commencer enfin à nous comprendre. Elle n’a pas trouvé que Fred était la victime du tout et était triste pour la condition de vie de Laurence et la souffrance endurée.

  5. Caroline de Nice a écrit le 4 octobre 2013

    Ce film m’a émue aux larmes, car avec mon ex ca a été le déchirement inévitable qui est montré dans le film, malgré tout nos efforts à elle et moi. Sinon c’était très irréaliste le reste…

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -