Après le Sénat, l’Assemblée nationale reconnait la transphobie ?!

25 juillet 2012 | Tags: , , , , , , ,

Désolée mais absolument pas d’accord avec ce titre!

Reconnaître qu’une personne est victime de faits de harcèlement motivés par son “identité sexuelle” et punir l’auteur pour cela qu’est-ce que cela signifie exactement concernant une personnes transidentitaire victime d’actes de discriminations, de violences ou même d’agression de nature sexuelle? En quoi cela “reconnait” dans la loi la transphobie elle même???

Et d’abord avant même de parler de reconnaitre la transphobie, si on parlait vraiment de reconnaitre les personnes transidentitaires comme des citoyen-ne-s qui ont le droit de vivre dans la liberté, l’égalité et la fraternité dont la République est censée être la garante pour tous!

Pour le reste voici de quoi il s’agit:

L’article L.225-1 du code pénal

Dans les 2 premiers alinéas de l’article, les mots «orientation sexuelle» sont remplacés par «orientation ou identité sexuelle».

Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs moeurs, de leur orientation sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée.

Constitue également une discrimination toute distinction opérée entre les personnes morales à raison de l’origine, du sexe, de la situation de famille, de l’apparence physique, du patronyme, de l’état de santé, du handicap, des caractéristiques génétiques, des mœurs, de l’orientation sexuelle, de l’âge, des opinions politiques, des activités syndicales, de l’appartenance ou de la non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée des membres ou de certains membres de ces personnes morales.

Ou est la relation avec la transidentité dans tout ça??? Orientation ou identité sexuelle ben oui mais c’est bien sur!!! T toi ma Flo, c’est mieux que rien tu sais… Trans-et-phobie d’état à l’égard des personnes transidentitaires ça oui c’est le véritable genre de la France aujourd’hui encore.

Mesdames et Messieurs les élus de la nation, du Sénat comme de l’Assemblée nationale, l’identité de genre, la transidentité, ça n’a pas obligatoirement à voir avec tout ce qui est connoté et ce dans tous les sens du terme, de “sexuel-le”! Ne soyez pas “obsédé-e-s sexuel-le-s” en pensant aux transidentitaires, merci, Kiss.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Après le Sénat, l’Assemblée nationale reconnait la transphobie
Après le Sénat, l’Assemblée nationale reconnait la transphobie - Les Ministres annoncent en séance leur souhait d’un prochain débat sur toutes les problématiques liées à l’identité de genre. Communiqué de Presse inter-LGBT A l’Assemblée nationale, lors des discussions sur le projet de loi sur le harcèlement sexuel, déjà amendé par le Sénat, l’ajout du motif de discrimination fondée sur l’identité sexuelle à l’article L.225-1 du code pénal a été confirmé. Cela fait suite au travail du collectif composé d’ID Trans’, ORTrans et ...
LIRE L'ARTICLE >>
Transphobie
Vous n’êtes certainement pas arrivé par hasard sur cette page. Il s’agit vraisemblablement d’une recherche sur un moteur de recherche avec des mots-clé comme “transphobe”, “transphobie”, “transmisogynie”, "discrimination", … qui vous a amené à découvrir cette page et notre site communautaire Txy. La transphobie est une discrimination portant sur l’identité de genre. Elle peut se manifester sous forme de violences verbales et physiques (agressions, crimes de haine, viols, ou meurtres), par un comportement discriminatoire ou intolérant (discrimination à l'embauche, au logement, ou ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le Sénat décide que la discrimination envers les transsexuels sera désormais réprimée
(AFP) Le Sénat décide que la discrimination envers les transsexuels sera désormais réprimée. Le Sénat a inscrit à l'unanimité, jeudi, la discrimination envers les transsexuels dans la liste des discriminations punies par le code pénal, dans le cadre du débat sur le projet de loi contre le harcèlement sexuel. Un amendement consensuel, rédigé sur la base d'un sous-amendement du gouvernement et de plusieurs amendements des écologistes, de l'UMP, du PS et du groupe CRC (communistes), a été adopté en ce sens. Il ...
LIRE L'ARTICLE >>
La loi doit aller au bout des intentions !
Un positionnement net et de poids pour toutes les personnes transidentitaires sans discriminations! Souvent accusé à tord de ne pas être suffisamment investis dans la lutte pour l'égalité et la non discrimination des personnes LGBT dans le monde du travail, la Confédération CGT en appuyant l'urgence d'une nouvelle loi contre le harcèlement sexuel et moral des personnes, s'exprime clairement pour demander que l'avancée proposée par le Sénat pour lutter contre la transphobie dans son projet sous le terme "d'identité sexuelle" reprenne ...
LIRE L'ARTICLE >>
Les associations trans ont été entendues par le Sénat à propos de la loi sur le harcèlement sexuel
Communiqué commun : ORTrans / ID Trans’ / Inter-LGBT Les associations ORTrans, ID Trans’ et Inter-LGBT ont été reçues le jeudi 7 juin par le groupe de travail du Sénat sur le harcèlement sexuel. Cette audition a fait suite à une demande spécifique de nombreuses associations de personnes Trans (ORTrans, ID Trans’, ACTHE, ACCEPTEES-T, Mutatis Mutandis, ABC ) appuyée par l’Inter-LGBT organisatrice de la Marche des Fiertés LGBT de Paris. Sous la présidence de Jean-Pierre Sueur, président de la commission des Lois, Annie ...
LIRE L'ARTICLE >>
La transphobie devient un critère légal de discrimination aux contours flous, mais pour le gouvernement l’identité de genre peut attendre
Nous nous faisons l'écho de la nouvelle loi votée le 25 juillet, les réactions continuent à tomber ... ________________________________________________________________________________ Vote à l'unanimité du projet de loi sur le harcèlement sexuel. La transphobie devient un critère légal de discrimination aux contours flous, mais pour le gouvernement l'identité de genre peut attendre. ________________________________________________________________________________ Communiqué de Presse Fédération LGBT / ANT Le 25 juillet, l'Assemblée nationale a adopté le nouveau projet de loi relatif au harcèlement sexuel, pour combler le vide juridique laissé par l'abrogation, le 4 mai dernier, du ...
LIRE L'ARTICLE >>
Article 225-1 du code pénal voté par le Sénat : Transcription des discussions
D'abord plébiscité, le vote du sénat introduisant la transphobie dans la loi sur le harcèlement sexuel a donné lieu quelques échanges houleux entre ANT et Inter-LGBT. L'Association Nationale Transgenre (ANT) est rapidement montée au créneau pour protester contre l'expression «identité sexuelle»: «Dans le texte voté au Sénat, nous avons une vague notion “d’identité sexuelle”, qui laissera au juge une totale liberté d’appréciation, puisque cette notion n’est pas définie par la loi», déplore l'association. Mais la réaction de l'ANT ne fait pas consensus. ...
LIRE L'ARTICLE >>
La transphobie, rejet des personnes Trans et de la transidentité
La transphobie est le rejet des personnes Trans et de la transidentité. Elle peut prendre plusieurs formes : exclusion familiale, amicale, professionnelle, refus de soin de la part du corps médical, stérilisation forcée réclamée par les tribunaux pour obtenir le changement d’état civil. Elle peut aller jusqu’à l’agression, voire le meurtre. Il est impossible de porter plainte en cas d’acte ou de comportement transphobe puisque ni la loi, ni la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité) ne ...
LIRE L'ARTICLE >>
Article 225-1 du code pénal voté par le Sénat : nous préférons toutefois l’emploi des termes « identité de genre » à « identité sexuelle »
Communiqué commun - Inter-LGBT/ORTrans/ID-Trans’ Le Sénat vient d’inscrire à l’unanimité, jeudi 12 juillet, la discrimination envers les personnes trans dans la liste des discriminations punies par la loi (article 225-1 du code pénal). Quoiqu’imparfaite dans sa formualtion, cette inscription s’est faite à la faveur du débat sur le projet de loi contre le harcèlement sexuel. Suite à l’initiative d’ORTrans, un collectif composé d’ID Trans’, ORTrans et Inter LGBT auditionné le 7 juin 2012 par le groupe de travail sur le harcèlement sexuel ...
LIRE L'ARTICLE >>
Comme son prédécesseur Alvaro Gil Robles en 2006, Thomas Hammarberg, Haut Commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, dresse un constat accablant de l’état des droits de l’Homme dans notre pays, qui confirme hélas toutes les critiques émises depuis des années par nombre d’associations. Recommandations aux Etats membres du Conseil de l’Europe Les Etats membres du Conseil de l’Europe devraient : 1. Mettre en œuvre les normes internationales des droits de l’homme sans distinction et interdire expressément la discrimination fondée sur ...
LIRE L'ARTICLE >>
Après le Sénat, l’Assemblée nationale reconnait la transphobie
Transphobie
Le Sénat décide que la discrimination envers les transsexuels sera désormais réprimée
La loi doit aller au bout des intentions !
Les associations trans ont été entendues par le Sénat à propos de la loi sur le harcèlement sexuel
La transphobie devient un critère légal de discrimination aux contours flous, mais pour le gouvernement l’identité de genre
Article 225-1 du code pénal voté par le Sénat : Transcription des discussions
La transphobie, rejet des personnes Trans et de la transidentité
Article 225-1 du code pénal voté par le Sénat : nous préférons toutefois l’emploi des termes « identité
Respecter les Droits Humains. Le rapport Hammarberg

3 responses to Après le Sénat, l’Assemblée nationale reconnait la transphobie ?!

  1. Florence GrandeMa a écrit le 25 juillet 2012

    Pour les courageuses et les personnes qui veulent comprendre pourquoi je réagis ainsi et bien savoir de quoi il s’agit, ci-dessous les échanges concernant les amendements pendant les débats au Sénat:

    Compte rendu analytique officiel du 12 juillet 2012

    Harcèlement sexuel (Procédure accélérée – Suite)

    Mme la présidente.- Nous reprenons l’examen du projet de loi relatif au harcèlement sexuel. Dans la discussion des articles, nous en sommes parvenus aux articles additionnels après l’article 2.

    Discussion des articles (Suite)

    Articles additionnels après l’article 2

    Mme la présidente.- Amendement n°59 rectifié, présenté par Mmes Assassi et Borvo Cohen-Seat, M. Favier, Mmes Cohen, David, Gonthier-Maurin et Beaufils, MM. Bocquet et Billout, Mmes Cukierman, Demessine et Didier, MM. Fischer, Foucaud, Hue, Le Cam et Le Scouarnec, Mmes Pasquet et Schurch et MM. Vergès et Watrin.

    Après l’article 2

    Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

    I. – L’article 225-1 du code pénal est ainsi rédigé :

    a) au premier alinéa, après le mot : « sexe, » sont insérés les mots : « de leur identité sexuelle, » ;

    b) au dernier alinéa, après le mot : « sexe, » sont insérés les mots : « de l’identité sexuelle, ».

    II. – À l’article L. 1132-1 du code du travail, après le mot : « sexe, » sont insérés les mots : « de son identité sexuelle, ».

    III. – Au deuxième alinéa de l’article 6 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droit et obligations des fonctionnaires, après le mot : « sexuelle, » sont insérés les mots : « de leur identité sexuelle, ».

    Mme Annie David. – Le droit français doit être conforme à la directive 2006/54/CE. En effet, la Cour de justice a considéré que le champ d’application du principe d’égalité de traitement entre les hommes et les femmes ne saurait être réduit aux seules discriminations fondées sur l’appartenance à l’un ou l’autre sexe : « eu égard à son objet et à la nature des droits qu’il tend à sauvegarder, ce principe s’applique également aux discriminations qui trouvent leur origine dans le changement de sexe d’une personne ».

    Le Gouvernement a choisi le terme « ?identité sexuelle » ; nous préférons « identité du genre », afin d’éviter toute discrimination. Nous avons proposé d’instaurer une circonstance aggravante lorsque le harcèlement a pour objet d’offenser ces personnes. On nous a répondu qu’il s’agissait plutôt de discrimination : c’est justement l’objet de cet amendement. (Applaudissements sur les bancs CRC ; Mme Esther Benbassa applaudit aussi)

    Mme la présidente.- Amendement n°14 rectifié bis, présenté par Mme Benbassa, M. Placé, Mmes Bouchoux, Lipietz et Archimbaud, M. Desessard, Mmes Aïchi et Blandin et MM. Dantec, Gattolin et Labbé.

    Après l’article 2

    Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

    L’article 225-1 du code pénal est ainsi modifié :

    a) Au premier alinéa, après le mot : « sexuelle, », sont insérés les mots : « de leur identité sexuelle, » ;

    b) Au dernier alinéa, après le mot : « sexuelle, », sont insérés les mots : « de l’identité sexuelle, ».

    Mme Esther Benbassa. – Cet amendement a pour objet de reconnaître la transphobie parmi les discriminations prohibées par le code pénal, en intégrant « l’identité sexuelle » à la liste des discriminations énoncées à l’article 225-1. Cette demande est légitime et fait l’objet d’une demande croissante de la société civile.

    Il opère ainsi une coordination avec le 5° du III de l’article premier du projet de loi, dont la liste des discriminations est issue de l’article 225-1 du code pénal.

    Mme la présidente.- Sous-amendement n°67 à l’amendement n°14 rectifié de Mme Benbassa, présenté par le Gouvernement.

    Amendement n° 14 rectifié bis

    1° Avant-dernier alinéa

    Remplacer le mot :

    après

    par le mot :

    avant

    et remplacer les mots :

    de leur identité sexuelle

    par les mots :

    ou identité

    2° Dernier alinéa

    Remplacer le mot :

    après

    par le mot :

    avant

    et remplacer les mots :

    de l’identité sexuelle

    par les mots :

    ou identité

    Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes, porte-parole du Gouvernement. – Mme la garde des sceaux et moi-même avons dit vouloir nous en remettre à la sagesse de la Haute assemblée : ce n’était pas qu’une formule de politesse. Les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle sont réprimées depuis 2001 ; les magistrats ont eu de cette disposition une interprétation large, qui inclut l’identité sexuelle : je vous renvoie à une décision de la cour d’appel de Douai du 3 décembre 2009. Mais notre code pénal pourrait être plus explicite. Le sous-amendement est motivé par le fait qu’il s’agit de préciser la loi, non d’y ajouter.

    Mme la présidente.- Amendement n°40 rectifié bis, présenté par Mmes Jouanno et Duchêne, MM. Milon et Cardoux, Mmes Lamure et Bruguière, MM. Grosdidier, B. Fournier et Doligé, Mme Mélot, M. Duvernois, Mmes Troendle, Farreyrol et Kammermann, MM. Bourdin, Fleming et Bécot, Mme Keller et MM. Fouché, Couderc, Savary et P. André.

    Après l’article 2

    Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

    L’article 225-1 du code pénal est ainsi modifié :

    a) Au première alinéa, après les mots : « sexuelle, », sont insérés les mots : « de leur identité sexuelle, » ;

    b) Au dernier alinéa, après le mot : « sexuelle, », sont insérés les mots : « de l’identité sexuelle, ».

    Mme Chantal Jouanno. – Cet amendement est dans la lignée des précédents. Nous avons été sensibles aux propos des représentants de l’association des transsexuels ; ils sont environ 15 000, particulièrement concernés par le harcèlement et la discrimination. Se posera un jour la question des difficultés que les personnes rencontrent dans leur changement d’identité. C’est une question d’égalité et de dignité.

    Mme la présidente.- Sous-amendement n°68 à l’amendement n°40 rectifié de Mme Jouanno, présenté par le Gouvernement.

    Amendement n° 40 rectifié bis

    1° Avant-dernier alinéa

    Remplacer le mot :

    après

    par le mot :

    avant

    et remplacer les mots :

    de leur identité sexuelle

    par les mots :

    ou identité

    2° Dernier alinéa

    Remplacer le mot :

    après

    par le mot :

    avant

    et remplacer les mots :

    de l’identité sexuelle

    par les mots :

    ou identité

    Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre. – Il est défendu.

    Mme la présidente.- Amendement n°48 rectifié quater, présenté par Mmes Meunier et Blondin.

    Après l’article 2

    Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

    L’article 225-1 du code pénal est ainsi modifié :

    a) Au premier alinéa, après le mot : « sexuelle, », sont insérés les mots : « de leur identité de genre, » ;

    b) Au second alinéa, après le mot : « sexuelle, », sont insérés les mots : « de l’identité de genre, ».

    Mme Michelle Meunier. – Cet amendement est un premier pas. Mais l’identité du genre n’est pas l’identité sexuelle : on peut être né d’un sexe sans avoir l’identité du genre correspondante. Selon le Conseil national consultatif des droits de l’homme, l’expression « identité de genre » prend mieux en compte cette réalité.

    M. Alain Anziani, rapporteur de la commission des lois. – La commission a émis un avis défavorable à ces amendements mais nos débats ont fait évoluer les positions. Nous avons été impressionnés, comme Mme Jouanno, par les souffrances des personnes auditionnées. Il nous semblait que les textes en vigueur étaient suffisants ; je suis cependant favorable à une explicitation. Mais il faut éviter que les juridictions ne considèrent pas, a contrario, que les personnes transsexuelles ne sont pas protégées par les dispositions relatives à l’orientation sexuelle.

    Le sous-amendement du Gouvernement pourrait être étendu aux quatre amendements. Je propose donc une rédaction commune, en laissant ouvert le débat sur « l’identité du genre ».

    Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre. – Merci, monsieur le rapporteur, de cette proposition : « orientation ou identité sexuelle » me convient. Il faudra apporter la même précision dans les autres textes.

    « Identité sexuelle » ou « de genre » ? Je ne suis pas sûre que cette dernière notion soit juridiquement plus précise. Les transgenres se choisissent bien une identité sexuelle. Actuellement, la notion de genre est inconnue en droit pénal.

    Les sous amendements nos67 et 68 sont retirés.

    Mme Annie David. – Je me rallie à la proposition du Gouvernement. Il importe que les mêmes modifications soient faites dans le code du travail et le statut de la fonction publique.

    Quant à l’identité de genre, le débat mérite d’être ouvert. Cet entre-deux est important pour ces personnes.

    L’amendement n°59 est retiré.

    Mme Esther Benbassa. – La rédaction proposée me convient. « Genre » est un anglicisme, et par histoire du genre, on désigne en réalité les études sur les femmes. Si l’on écrit « transgenre » dans le droit, on ne s’y retrouvera plus !

    L’amendement n°14 rectifié bis est retiré

    Mme Chantal Jouanno. – Je retire mon amendement.

    L’amendement n°40 rectifié bis est retiré.

    M. Jean-Jacques Hyest. – Cette solution est la bonne.

    Compte tenu des auditions du groupe de travail, il fallait faire quelque chose. J’espère que l’Assemblée nationale mettra en conformité le code de travail et le statut de la fonction publique.

    Quant au débat sur le genre, c’est un débat philosophique. On ne peut utiliser un terme inconnu en droit. Ce serait du moins prématuré.

    Mme Michelle Meunier. – Je retire mon amendement mais je persiste : la notion de « genre » est utile pour lutter contre les discriminations ; nous ne sommes pas dans un débat philosophique.

    L’amendement n°48 rectifié quater est retiré.

    Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre. – Le code du travail et le statut de la fonction publique ne sont pas seuls concernés. Il faudra être exhaustif.

    Le débat sur le genre me passionne mais il est plus sûr de s’en tenir ici à l’identité sexuelle.

    Mme la présidente.- Je mets donc aux voix l’amendement n°69 de la commission.

    Amendement n°69, présenté par M. Anziani, au nom de la commission des lois.

    Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

    Aux premier et second alinéas de l’article L. 225-1 du code pénal, les mots : « orientation sexuellee sont remplacés par les mots : « “orientation ou identité sexuellee.

    L’amendement n°69 est adopté et devient un article additionnel.

    Voila, kiss, Florence.

  2. Naïs a écrit le 26 juillet 2012

    de toutes les façons il faudra quand mm prouver les faits si cela se presente…..dépot de plainte et tout le toutim judiciaire coûteux etc…bon courage !!!

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -