Le harcèlement sexuel, phénomène de société à un sens majoritaire

9 août 2012 | Tags: , , , , , , , ,

La loi sur le harcèlement sexuel a fait couler beaucoup d’encre, et il y a de quoi !

Dans le monde des transidentités, les réactions vives ne se sont pas faites attendre à juste titre. En effet, le harcèlement sexuel a toujours été connoté dans les d’un deux éléments de cette société binaire, soit chez les femmes, soit chez les hommes.

Je viens tout de suite sur ce terrain car pour pouvoir ensuite le décliner dans “l’autre monde”, il faut déjà analyser sa racine essentielle dans sa définition “première”.

Le harcèlement sexuel, quoi qu’on veuille bien en dire, est essentiellement un phénomène des hommes vers les femmes, mais il existe quand même des exceptions. J’en fus une durant la période “mec” de mon histoire sociale.

Dans ma vie professionnelle j’ai eu à vivre un harcèlement sexuel et ensuite moral dans mon enveloppe masculine et mon rôle masculin dans la société. Ce harcèlement, je l’ai vécu en 1996-1997 alors que j’étais en intérim, et il s’est manifesté par une drague éhontée de la part de la responsable de mon embauche intérim. J’ai proprement éconduit cette personne au risque de perdre mon travail. Il s’en est suivi un harcèlement moral très violent qui dura 4 mois où elle faisait tout pour que je craque. J’ai au final “gagné” en finesse en lui faisant signer des feuilles d’heure totalement réelles mais où elle ne contrôlait pas les heures supplémentaires que je lui faisais signer. Quand elle s’en est rendue compte, je disposais de l’arme de faire avancer les dossiers en continuant à faire des heures supplémentaires, qu’elle aurait bien voulu ne pas me payer, ou alors ne plus en faire et là, elle était complètement plantée. C’était embêtant, nous étions en pleine migration d’une cinquantaine de comptabilités tant économique, analytique que fiscale. J’ai donc pu mettre fin à son harcèlement par un bras de fer très long avec le soutien de la société d’intérim qui m’embauchait. Mais, ce harcèlement sexuel, puisqu’il s’agissait bien d’un tel type de harcèlement au départ ne s’est manifesté que par de la drague où elle se mettait en valeur en tant que femme et me présentait ses atouts féminins. Elle ne m’a pas touchée si vous préférez. Ce que je dis par là, c’est que le harcèlement sexuel dans ce sens n’est pas “sensuel” dans le sens “toucher”, donc viol physique de la personne harcelée. Il ne faut pas oublier la différence essentielle de force physique entre une femme et un homme dans la majeure-partie des cas. On voit là aussi dans l’exemple vécu que je cite, que le harcèlement sexuel n’ayant pas abouti, elle l’a immédiatement transformé en harcèlement moral.

Maintenant, mettons-nous dans l’autre sens : Harcèlement sexuel de la femme par l’homme. Là, je ne vais pas vous faire un dessin, mais vous savez très bien que la situation peut très vite dégénérer pour la femme qui ne se plie pas aux envies de l’homme en face d’elle. Le problème se situe toujours au niveau du rapport de force physique brute entre l’homme et la femme. Et puis, pour le peu que la femme soit très élégamment habillée, on va dire qu’elle est un appel au viol. Je ne l’invente pas ! Combien de fois n’ai-je pas entendu ce discours dans la bouche de ces messieurs autour de moi dans leurs conversations salaces !! Et cela, on l’entend quelle que soit la classe sociale des hommes. Vu le milieu professionnel dans lequel je suis, ce n’est pas du tout le milieu ouvrier défavorisé si souvent pointé du doigt, mais bien le milieu des “cols blancs” dont je parle par expérience. Par ailleurs, allez courir pour vous échapper d’un type vraiment décidé alors que vous êtes en talons et qu’en plus le sol est détrempé. Je vous en souhaite !

Le harcèlement sexuel est quand même bien plus présent dans le sens homme vers femme.

J’en reviens au monde des transidentités très vaste. Je ne referai pas le monde dans les définitions car tout simplement ce n’est pas le centre su sujet. Il existe deux sens majeurs de transition, l’un femme vers homme, l’autre homme vers femme. Et il existe un “no man’s land” culturel, sociétal, tout ce que l’on veut, des personnes qui ne se situeront jamais ni homme, ni femme. C’est un état de fait, et cela doit être totalement accepté j’en suis désolée pour tous les tenants du binarisme “sexuel” (mot employés par eux, bien évidemment, puisque la notion de genre gêne tout le monde !). Pour moi, dans le constat de ce que j’ai pu entendre et de ce que j’entends encore, ce “no man’s land” fait de l’ensemble de ces personnes potentiellement des femmes pour les visions étriquées des êtres purement binaires dans leur pensée. Si vous n’êtes pas un homme, c’est que vous êtes une femme, un efféminé, une “tante”, une “tarlouze” et j’en passe ! Tous ces termes à forte connotation sexuelle avilissante et surtout qui prouvent que vous n’êtes pas virils au sens où la société perçoit la virilité uniquement du point de vue des hommes. C’est d’un triste et c’est repoussant, mais malheureusement c’est ce que la société sert à ces êtres humains en général.

Donc, d’un côté, il y a les hommes, “les vrais, les poilus”, et de l’autre tout ce qui n’est pas homme. Vous comprendrez désormais pourquoi je dis que le phénomène de harcèlement sexuel est essentiellement vécu par les femmes… Et tout être humain qui n’est pas un homme pur et dur.

Il en résulte que cette loi promulguée qui fait apparaître l’identité sexuelle et non l’identité de genre comme toutes nous l’aurions voulu, est une loi essentiellement faite pour protéger les femmes et apparentées (normalement !!). Là où le législateur n’a pas fait son travail jusqu’au bout, concerne en effet l’identité de genre. La société reconnaît tout simplement les femmes au travers de cette loi et les transsexuelles opérées (essentiellement…), mais ne veut surtout pas reconnaître tous les intermédiaires : hommes efféminés, hommes précieux, transgenres, femmes en transition, hommes en transition (oui ! Eux aussi ont du mouron à se faire tant que les hommes ne les ont pas accepté à “égalité”, et peuvent même éventuellement être victimes de viol), homosexuels, homosexuelles, intersex’. Comme nous le savons statistiquement parlant, les femmes (nées et déclarées telles sur l’acte de naissance) représentent environ 53 % de la population. Si vous ajoutez les populations que je viens de citer, je pense que nous affleurons facilement 70 % de la société normalement concernée par cette loi. Problème… Cette loi a essentiellement été discutée par des hommes, les femmes ayant été assez copieusement rabrouées quand elles ont voulu introduire le concept de “l’identité de genre”.

Sans faire de féminisme à outrance, je tenais à recentrer le débat car nous voyons bien que si nous ne nous voilons pas la face, le harcèlement sexuel tel que décrit a déjà bien eu du mal à intégrer les transsexuelles et transsexuels, et encore cela a été fait au forcing par les associations qui sont vaillamment montées au créneau, qui comme nous pouvons le supposer ont essentiellement été entendue par des femmes. Si elles avaient été entendues par des hommes, alors oui, nous aurions eu dans le texte l’identité de genre.

Dans tous les cas, en tant que femme, je continuerai à combattre pour que ce soit l’identité de genre au sens large qui soit reconnue, et ce combat est un combat mené au quotidien lorsque le sujet est abordé en société. N’oublions pas que les lois sont d’abord faites par les citoyen-ne-s et leur évolution dans la société. Plus les citoyen-ne-s sont sensibilisé-e-s, plus la sphère d’influence peut toucher les politiques et plus le législateur se voit dans l’obligation de suivre le désir du peuple. Ou alors, c’est que nous ne sommes plus en démocratie.

Que de travail reste à accomplir !

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
La loi sur le harcèlement sexuel promulguée
La loi sur le harcèlement sexuel, votée il y a une semaine par le Parlement, a été promulguée lundi depuis le Fort de Brégançon (Var) par le président François Hollande et publiée mardi au Journal officiel. Ce projet de loi de 12 articles avait fait l'objet d'un rare consensus politique et vise à combler le vide juridique créé par l'abrogation du délit par le Conseil constitutionnel. Cette abrogation, le 4 mai, avait entraîné l'extinction immédiate des procédures judiciaires en cours. Le ...
LIRE L'ARTICLE >>
Groupe de travail sur le harcèlement sexuel / Collectif d’associations de personnes transsexuelles
Prenez connaissance des échanges qui ont eu lieu le 7 juin 2012 lors de l'audition par le Sénat des personnes se présentant comme je cite "Beaucoup d'associations travaillent sur les questions transgenres. Nous sommes venus au pied levé, à trois, mais nous les représentons toutes." à vous "toutes" de voir... Kiss. Mme Laura Leprince, présidente d'ID Trans' et membre de la commission Identité de Genre d'Homosexualités et Socialisme (HES). - Beaucoup d'associations travaillent sur les questions transgenres. Nous sommes venus au pied levé, à ...
LIRE L'ARTICLE >>
Les associations trans ont été entendues par le Sénat à propos de la loi sur le harcèlement sexuel
Communiqué commun : ORTrans / ID Trans’ / Inter-LGBT Les associations ORTrans, ID Trans’ et Inter-LGBT ont été reçues le jeudi 7 juin par le groupe de travail du Sénat sur le harcèlement sexuel. Cette audition a fait suite à une demande spécifique de nombreuses associations de personnes Trans (ORTrans, ID Trans’, ACTHE, ACCEPTEES-T, Mutatis Mutandis, ABC ) appuyée par l’Inter-LGBT organisatrice de la Marche des Fiertés LGBT de Paris. Sous la présidence de Jean-Pierre Sueur, président de la commission des Lois, Annie ...
LIRE L'ARTICLE >>
Injures et harcèlement des femmes en rue
http://www.youtube.com/watch?v=YVXc2o5shto L’équation un film + un hashtag = une prise de conscience a encore frappé ces jours-ci sur Twitter. Le film : Femme de la rue, d’une étudiante bruxelloise, Sofie Peeters. En caméra cachée, elle se promène simplement dans les rues de Bruxelles et fait entendre (enfin ?) les commentaires que certains hommes portent sur elle, en tant que femme, en tant qu’objet. La réaction immédiate sur Twitter a donc été la création d’un hashtag, #harcèlementderue, ayant pour but de libérer la parole ...
LIRE L'ARTICLE >>
Harcèlement : le défenseur des droits veut que la loi protège homo et trans
Le défenseur des droits veut que la loi protège aussi les homos et les trans Le Défenseur des droits Dominique Baudis s'est prononcé mercredi en faveur d'un élargissement de la future loi sur le harcèlement sexuel aux "brimades" et "humiliations" dont peuvent être victimes homosexuels et transsexuels. Auditionné mercredi par le groupe de travail sénatorial chargé de plancher sur le projet de loi, Dominique Baudis s'est "exprimé en faveur d'une définition du harcèlement sexuel qui ne se cantonne pas à la recherche de faveurs ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le Sénat décide que la discrimination envers les transsexuels sera désormais réprimée
(AFP) Le Sénat décide que la discrimination envers les transsexuels sera désormais réprimée. Le Sénat a inscrit à l'unanimité, jeudi, la discrimination envers les transsexuels dans la liste des discriminations punies par le code pénal, dans le cadre du débat sur le projet de loi contre le harcèlement sexuel. Un amendement consensuel, rédigé sur la base d'un sous-amendement du gouvernement et de plusieurs amendements des écologistes, de l'UMP, du PS et du groupe CRC (communistes), a été adopté en ce sens. Il ...
LIRE L'ARTICLE >>
(étude) Bien-être psychologique et sexuel de 207 transsexuelLEs français après une opération de sexe
(Une information relayée par notre amie Ester) Nous formulerons trois remarques importantes : - quelle est la méthodologie utilisée pour interroger les personnes opérées (contenu du questionnaire) ? - pourquoi les personnes non opérées ou refusées n'ont-elles pas été interrogées dans le cadre de cette enquête ? - sur Paris, 266 opérations sur 18 ans ne représente que 16 opérations par an. Introduction : Depuis plus de 20 ans, l’unité de transsexualisme de l’hôpital Foch accueille des demandes de changement de sexe. Elles font l’objet ...
LIRE L'ARTICLE >>
Fille ou Garçon mon sexe n’est pas mon genre
Réalisateur : Valérie Mitteaux Producteurs : ARTE FRANCE, OSTINATO PRODUCTION, CHAZ PRODUCTIONS Ils sont nés femmes mais vivent aujourd’hui comme des hommes. Portraits croisés de quatre "transboys" ou trans' FtM. Kaleb a une trentaine d’années. Après avoir fait le choix de "transitionner" (passer du féminin au masculin), il participe à des ateliers pour s’approprier sa masculinité. Lynn, lui, n’a jamais suivi de traitement hormonal. Il s’est autoproclamé "homme" et le revendique dans un one-man-show. Miguel, qui a collé des photos du temps où il s’appelait ...
LIRE L'ARTICLE >>
N O S avez-vous dit (Nouvel Ordre Sexuel) ?
Une très belle émission ce matin de "service publique" par Guillaume Erner sur France inter sur le thème du Nouvel Ordre Sexuel (NOS ..) Jadis on parlait des garçons et des filles de mon âge, mais aujourd'hui les rôles sexuels évoluent. A l'université, dans certaines associations, on s'interroge pour savoir s'il faut réellement continuer à distinguer les garçons des filles. Notre psy du mercredi Serge Hefez consacre un ouvrage à ce thème, intitulé Le Nouvel Ordre sexuel. re-écoutable ici ..... %CODE1%
LIRE L'ARTICLE >>
La loi doit aller au bout des intentions !
Un positionnement net et de poids pour toutes les personnes transidentitaires sans discriminations! Souvent accusé à tord de ne pas être suffisamment investis dans la lutte pour l'égalité et la non discrimination des personnes LGBT dans le monde du travail, la Confédération CGT en appuyant l'urgence d'une nouvelle loi contre le harcèlement sexuel et moral des personnes, s'exprime clairement pour demander que l'avancée proposée par le Sénat pour lutter contre la transphobie dans son projet sous le terme "d'identité sexuelle" reprenne ...
LIRE L'ARTICLE >>
La loi sur le harcèlement sexuel promulguée
Groupe de travail sur le harcèlement sexuel / Collectif d’associations de personnes transsexuelles
Les associations trans ont été entendues par le Sénat à propos de la loi sur le harcèlement sexuel
Injures et harcèlement des femmes en rue
Harcèlement : le défenseur des droits veut que la loi protège homo et trans
Le Sénat décide que la discrimination envers les transsexuels sera désormais réprimée
(étude) Bien-être psychologique et sexuel de 207 transsexuelLEs français après une opération de sexe
Fille ou Garçon mon sexe n’est pas mon genre
N O S avez-vous dit (Nouvel Ordre Sexuel) ?
La loi doit aller au bout des intentions !

7 responses to Le harcèlement sexuel, phénomène de société à un sens majoritaire

  1. Nadine a écrit le 9 août 2012

    Voilà un article qui me plait bien et qui peut être vu comme une suite de mon article “Métissage des genres”. Ce qui m’importe le plus est la compréhension large de l’identité de genre. C’est aussi, pour moi, une vision assez récente de ce qu’est l’identité de genre.

    Merci Alexandra

  2. krystel a écrit le 9 août 2012

    article fort bien écrit, juste une chose…
    une des rares organisations à avoir participé à cette loi est LGB (je me refuse toujours à y adjoindre le T)
    or L= lesbien G=Gay B=Bi-sexuel… donc chaque fois une préférence sexuel… rien de plus normal donc à ce que la loi parle de sexe et non de genre!
    lorsque j’ai évoqué ce détail auparavant, on m’a rétorqué que je n’y connaissais rien, que seul la LGB…Q pouvait se battre et faire valoir nos droits… maintenant ces même personnes pleurent la non reconnaissance du genre et veulent entrer en résistance… je dirais fallait y penser avant comme d’autres groupes qui ont su quoi faire!

    • Nadine a écrit le 9 août 2012

      Je suppose que tu veux parler de l’Inter-LGB…. t !

    • Alexandra a écrit le 9 août 2012

      L’inter-LGB… t n’est pas réputée pour prendre notre défense. En fait, je ne sais même pas pourquoi ils osent encore accoler le T au nom de leur organisation essentiellement tournée vers l’orientation sexuelle. Enfin si… Ils mettent le T pour faire bonne figure politiquement, mais ne prennent quasiment jamais fait et cause pour aucun-e trans’.

  3. Alexandra a écrit le 9 août 2012

    Merci Nadine !
    D’accord avec toi Krystel. Nous savons que le T est toujours mis à l’écart.
    Je n’abdique pas en ce qui me concerne, par contre en ayant plus que marre des querelles intestines entre chaque individualité, j’ai pris la décision il y a quelques temps de faire ma route sans gêner qui que ce soit mais en étant vigilante et en aidant tout de même à ma mesure. Je continue à mener une autre lutte, par le bas, au niveau de la vie quotidienne et encore aujourd’hui j’ai réussi à permettre à plusieurs personnes ce que c’est qu’une vie de transition et tout ce qui tourne autour. C’était dans le milieu où j’enseigne et ça a éclairé bien des lanternes. Il y a ce que génère l’Etat, mais il y aussi ce que les citoyens comprennent. Si les citoyens sont formés, ils peuvent pousser bien des choses que nous seules ne pouvons pousser, y compris les associations.

  4. Alexandra a écrit le 9 août 2012

    Et il y a en effet bien des pleureuses mais qui ne bougent pas le moindre petit doigt. Pire même ! Elles sont jalouses des réussites des autres. Je sais de quoi je parle, j’en ai pas mal écopé du fait de ma transition-éclair. Je ne me plains d’ailleurs pas, et du négatif, je le transforme en positif. C’est mon credo, et ce qui me permet d’avoir une vie vraiment heureuse et épanouie.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -