Photo du profil de Nadine

by

Ma vie de trans

9 août 2012 | Tags: , , , , , , , ,

© The Islet of Asperger

© The Islet of Asperger

En ce moment, j’ai pas la grande forme comme on peut le voir sur mon dernier statut Facebook. J’ai plutôt envie de tout fermer car j’ai vraiment l’impression de n’y rien comprendre. Et c’est là une des caractéristiques du Syndrome d’Asperger, dont je suis atteinte, qui est de ne pas connaître (et comprendre) les codes sociaux.

En fait, le Syndrome d’Asperger fait de nous des handicapés sociaux. Je dirais plutôt que le Syndrome d’Asperger est la catégorisation des handicapés sociaux plutôt que que d’en être la conséquence.

On classe généralement les Aspies (surnom des gens “atteints” du syndrome d’Asperger) comme des autistes légers, facilement intégrables, quasiment invisibles. C’est un handicap invisible, et quand on en révèle notre cas, les gens ont énormément de difficultés à nous croire.

D’un côté, mon syndrome d’Asperger et de l’autre ma transidentité et ma transition font qu’il peut y avoir téléscopage et tout cela est mélangé. J’ai donc toujours vécu avec les deux et parfois il m’est difficile de faire le distinguo entre les deux dans mon histoire. D’autant que ce n’est que récemment que j’ai découvert qu’on pouvait également me classer dans le syndrome d’Asperger. Aussi, j’envisage de faire confirmer mon auto-diagnostic par une équipe spécialisée à l’hôpital de Créteil.

Cela fait plus de 40 ans que je suis en transition et ce n’est que depuis quelques années que je prends les choses en main. Je ne me rappelles plus exactement à quel âge, mais ça devait être vers 12/13 ans que j’ai décidé de devenir une femme, un soir en voyant passer une étoile filante. Mais mon manque de courage, voire ma lâcheté, m’en a empêché et me faisant louvoyer, atermoyer entre deux périodes de travestissement et mise dans la poubelle de ma garde-robe féminine. Sans vraiment assumer ce que je suis et ce que j’avais décidé de ce que serait ma vie.

Depuis mon adolescence, je n’ai jamais vraiment eu une sexualité masculine épanouie et normale. Ce qui me valut au service militaire d’être violée (bite au cirage). Et comme une conne, à la sortie, je me suis sentie obligée de chercher une sexualité masculine normale. Et ceci, tout en ayant mes périodes de travestissement. Ce que j’ai finit par tout mélanger et ne plus comprendre qui j’étais. Il m’a fallu atteindre ma quarantaine pour enfin coucher avec une fille. Je n’arrivais pas à comprendre pourquoi j’avais autant de difficultés à avoir des relations avec les filles. Il est possible que mon Asperger autant que mon identité féminine en ait perturbée plus d’une !

Et pour faire comme tout le monde, pour être une personne rangée, bien comme il faut, je me suis mariée une première fois. Mariage qui dura peu de temps et qui fut suivi par ma première prise en main de ma transition. Et qui elle aussi ne dura qu’un certain temps, m’étant totalement déballonnée par la réflexion d’une voyante (ayant pourtant bien vu mon instabilité sexuée) me dit “plutôt que de changer de sexe, pourquoi ne pas être homo”. Il est possible que la relative meilleure acceptation de l’homosexualité par rapport à la transsexualité m’ayant inconsciemment fait prendre conscience de la difficulté de la tâche me fit retrouver ma lâcheté. A l’époque, j’étais suivi par une psychothérapeute spécialisée dans le rêve éveillé et fut dans le déni complet par rapport à mon identité féminine, elle n’admettait pas que je puisse dire que dans ma famille, je me mettais dans le “clan” des filles (ma mère et mes sœurs) en opposition à mon père. Déni qui participa aussi au rejet de ma propre identité féminine.

Et, toujours, pour faire comme tout le monde j’ai cherché à me remarier, et j’y suis arrivé grâce à un site de rencontre. Ce n’est qu’après quelques années de mariage (je me suis mariée en 2006), que mon identité féminine et le désir de faire une transition me sont ressortis comme le nez en plein milieu de la figure. Cela, quelques mois après le décès de ma tante (la soeur de ma mère). Peut-on y voir un lien de cause à effet, comme le voit ma femme, je n’en sais rien ? Toujours est-il que c’est dans un train, en voyant une femme lire un livre intitulé “Elle est partie” que tout m’est ressorti. Au début de notre relation avec ma femme, j’avais parlé de mon désir “perdu à jamais” de me travestir. Elle vit quelques photos, qui furent vite jetées à la poubelle, et récupéra ma garde-robe féminine, mes produits de maquillage et bijoux. Quand mon désir de devenir femme se réveilla, elle en fut bouleversée et était loin de comprendre tout ce qui pouvait se cacher derrière. Elle fut longtemps dans le déni total et me proposa de rencontrer sa psychothérapeute en hypnose, dans le secret désir que cette dernière me guérisse de mon désir. Et ce fut tout le contraire. Au cours d’un entretien de 2 heures, elle me conseilla plutôt de réaliser mon souhait. Quand j’ai raconté que j’avais pris la décision de faire une transition, elle fut abattue.

A l’époque, j’étais fortement troublé par certaines femmes que je croisais dans la rue. Leur liberté d’être, de s’habiller, faisait comme un écho en moi, et j’avais alors beaucoup de mal à l’accepter. J’étais, si on peut dire, jalouse d’elles parce qu’elle pouvaient être et se comporter en femme alors que moi… J’ai essayé au début de contrôler mes émotions en parlant à ma femme de m’habiller en jupe comme le font certains hommes (association HEJ). Puis petit à petit, j’ai repris mes habitudes de m’habiller en femme au vu et au su de ma femme. Chose qu’elle accepte de plus ou moins bonne grâce. Et plus, le temps passait, plus je déprimais ; aucune envie de faire quoi que ce soit en dehors de la routine métro-boulot-dodo. Et côté sexe c’était aussi la déroute (éjaculation précoce). Surtout, pour ma femme ; je n’ai aucun plaisir particulier à faire l’amour avec elle en particulier et avec les femmes en général, bien que je n’ai aucune attirance particulière pour les hommes.

Malgré tout, je vais voir mon médecin traitant pour lui faire part de ce que je suis et de ma décision de faire une transition. Lui aussi m’accepta telle que je suis. Voilà bien du changement en seulement 6 ans. Il m’a fait une lettre de recommandation pour le confrère qui voudra bien me prendre en charge. J’ai pris un rendez-vous avec un psychiatre à Paris pour le 14 janvier 2010 (nom trouvé dans la liste qui m’a été fournie par Tom Reucher). Plus d’un an après, j’ai commencé l’hormonothérapie, d’abord avec l’androcur, puis l’estreva et enfin la progestérone. Depuis le début de cette année, je vais à des réunion d’une association dénommée Outrans. Et en juin, et juillet j’ai fait deux séances de relooking, apprentissage du maquillage. Dont tu peux voir le résultat dans mes albums photos sur Facebook. Avec le peu de confiance que j’ai en moi, il m’a été difficile de voir la féminité que je pouvais dégager. Même des amis de longue date me trouvèrent très féminine, c’est peu dire. Et il faut aussi que je change les croyances que j’ai sur moi.

Du temps de ma première tentative de transition, je m’étais approchée d’une association, le CARITIG, qui n’existe plus. Et avec le recul, je trouve que l’accueil qui m’avait été fait était plutôt froid. Il ne m’avait jamais été conseillé quoi que ce soit de chemin à suivre, ni d’aller voir un psy, un endocrinologue. Et pourtant, je connaissais le protocole pour avoir visiter le site web transsexualisme.info (site qui d’ailleurs m’effraya au plus haut point). A l’époque, le CARITIG proposait des ateliers, et celui auquel je suis allée était celui sur les perruques. Mais, à chaque fois que je suis allée au centre LGBT de l’époque, j’y suis allée avec une barbe de quelques jours. Comprenne qui pourra!

C’est en écrivant ce texte que je prends conscience du terme “identité féminine“ quant à définir ce que j’ai toujours ressenti. Jusqu’à maintenant quand je parlais de mon désir de devenir femme certaines personnes me rétorquaient que je pouvais exprimer la féminité qui est moi de manière différente, par exemple, reconnaître et accepter mon intuition. Mais, justement d’intuition, j’étais en plein dedans, mais comme souvent avec cette bête là, il est difficile d’une part de savoir l’exprimer (d’autant plus si on est Aspie), et d’autre part il est aussi difficile d’argumenter puisque basé uniquement sur un ressenti. D’où fatalement les quiproquos et incompréhensions.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Performance de genre : Gelitin
La Louvre-Paris, 2008
Je me dis que j’ai eu de la chance je n’ai pas vécu de période d’atermoiements. Le jour où j’ai pris conscience de ma transidentité correspond à peu de choses près au début de ma transition. Mais il aura fallut beaucoup de temps avant que ce jour ne vienne. Je n’avais pas conscience des causes de mon mal-être trimballé depuis l’enfance. Je ne savais pas d’où venait cet ennui profond, ce peu d’appétit de la vie allant jusqu’au dégoût de moi-même. ...
LIRE L'ARTICLE >>
Dessin Deligne
Ça faisait longtemps que je n'avais pas écrit, effectivement il y a déjà un certain temps que j'ai envie de ne rien faire, envie de m’isoler,  de disparaître … de rêver d'être capable de tout recommencer comme dans un livre magique. Le problème de m'isoler en espérant que tout ira mieux demain ne semble pas vraiment fonctionner, ce texte c’est ma manière d'exprimer que les choses ne vont pas bien, pardonnez-moi ! Même dans mon coin, isolée du monde, je continue à avoir ...
LIRE L'ARTICLE >>
Trans-Maçonne
Je suis trans et j'en suis fière. Je suis Franc-Maçonne et j'en suis fière Bien sur, on ne manquera pas de m'interpeller sur l'influence et les scandales de la FM, qui régulièrement font les marronniers d'une presse à sensations. Bien sur on ne manquera pas de l'interpeller sur ce que le "bien pensant commun" considère au pire comme une perversion au mieux une maladie quand on parle de transidentité. Ce n'est pas l'objet de cet article. Je fus initiée en février 2010 dans ...
LIRE L'ARTICLE >>
40 ans de transition ? Quand une oisillonne apprend à voler
Si je puis dire, ma transition a débuté il y a plusieurs années, entre mes 13 et 15 ans. Aussi, je n’ai plus aucun souvenir de cette prise de décision. Je ne me rappelles même plus dans quelles conditions, j’ai pu la prendre. Et je n’ai pas souvenir d’avoir eu une quelconque pression de la part de mes parents et de ma famille. Tout ce que je peux me rappeler est que j’avais conscience que ce désir était plutôt subversif ...
LIRE L'ARTICLE >>
Trans bidule, Trans machin, Trans truc … (ter)
Dans un article que j'ai écris ici, je disais que la trans aimait à se définir seule. Dans le cadre privé cela ne dérange en rien, mais lorsque l'on en arrive à un cadre plus général cela créé un méli-mélo dans lequel il est bien difficile d'y voir clair. On a tendance à vouloir généraliser la trans-identité sous l'appellation "trans-genre" ce qui est un grand fourre tout dans lequel on y trouve forcément un grand bordel. Les appelations "transsexuelle" "trans-genre" et ...
LIRE L'ARTICLE >>
..... La psy cause ..... Quelle signification cela peut-il avoir ? Encore un ghetto ? Que cela signifie être trans ? C'est comme se poser la question que cela signifie d'être une femme ou un homme ? Selon quel critère serait-on une trans primaire ou une trans secondaire ? Des psy bien intentionnés nous amènent à vouloir nous faire croire qu'en fonction de la date de la révélation de notre identification à l'autre sexe, nous serions trans primaire ou trans ...
LIRE L'ARTICLE >>
Parents de Trans – Le Coming Out
Je voudrais témoigner d'une étape essentielle dans un parcours de transition, celui du coming out auprès de ses parents. En préambule, je voudrais préciser que mon témoignage sera forcément limité, j'ai perdu mon père il y a quelques années. Et même si je suis persuadée qu'il aurait compris et accepté ma démarche, je n'aurais malheureusement pas cette joie de partager ma transidentité avec lui. Je voudrais aussi profiter de ce témoignage pour rappeler un certains nombre de points qui sont, à mon ...
LIRE L'ARTICLE >>
Pré-Hop –  3 ! Quand on est trans, on ne nait pas femme, on décide de le devenir
Quand on est trans on décide de devenir femme et c’est là que ça coince. Car cette décision, une femme "cisgenre" (c'est à dire pas trans !) n’a pas à la prendre. Elle devient femme sans le décider. Il lui suffit d’accepter le genre qu’on lui a assigné. De suivre le mouvement qui s’impose de l’extérieur et qu’accompagne son développement biologique. Au contraire, le genre ne survient jamais par défaut quand on est trans, malgré l’espoir de certaines qui ont eu ...
LIRE L'ARTICLE >>
Un petit guide de transition très bien fait, réalisé par l'association Trans Aide.
LIRE L'ARTICLE >>
Trans bidule, Trans machin, Trans truc … Quatro !
J'ai parlé précédemment de mon positionnement de femme d'origine transsexuelle par distinction vis à vis des femmes bio et j'avais mis de coté le transgendérisme. Tout d'abord je rappelle que durant notre parcours nous avons tous été pendant une période plus ou moins longue, tout d'abord travesti(e), ensuite trans-genre et enfin transsexuel(le) pour ceux et celles qui se destinaient à l'opération. Le résultat de ce long parcours fait de nous des hommes ou des femmes socialement reconnu(es) comme tel(le). Pour ceux qui en ...
LIRE L'ARTICLE >>
Premiers pas de trans’
Trans-identité, c’est effrayant
Trans-Maçonne
40 ans de transition ? Quand une oisillonne apprend à voler
Trans bidule, Trans machin, Trans truc … (ter)
Trans primaire … Trans secondaire …
Parents de Trans – Le Coming Out
Pré-Hop – 3 ! Quand on est trans, on ne nait pas femme, on décide de le
Trans Aide – Guide de Transition
Trans bidule, Trans machin, Trans truc … Quatro !

6 responses to Ma vie de trans

  1. Alexandra a écrit le 9 août 2012

    Très beau témoignage Nadine qui montre une fois de plus toutes les difficultés à être soi-même dans la société actuelle. Pour les plus jeunes, la génération qui a actuellement 20 ans, les difficultés sont largement amoindries car il est désormais plus facile de parler de sa transidentité lorsqu’on la comprend, que celle-ci soit “entre deux” ou qu’elle débouche sur un constat de “transsexualisme” (J’aime vraiment pas ce mot, mais bon, il n’y a que lui qui définisse la volonté d’accomplir la totalité du chemin). Pour nos générations qui nous sommes dévoilées dans les 10 dernières années, celle des 40-50 ans, avoir pu s’affirmer se confirme être un vrai parcours du combattant. Néanmoins, nous arrivons au final à nous faire accepter. Pour toutes celles qui ont affirmé leur persona avant 1990, ça a été essentiellement un carnage. Seules les plus fortes passaient le cap de ce qu’on peut voir dans tous les écrits à disposition sur internet, et pour beaucoup elles ont vécu un enfer entre l’administration et la société qui étaient dans un déni total de l’existence des transidentités.
    Donc, oui, nous avons en effet une identité féminine et nous l’assumons plus ou moins selon notre avancement dans le parcours face à la société. Le “truc” ? Ne pas se laisser démonter par les autres et assumer pleinement qui nous sommes. Il ne faut pas oublier que “les autres” peuvent vivre sans question leur vie, alors pourquoi rester malheureuses dans nos coins sous prétexte que la société a du mal avec nous ? Plus ils nous verront assumées, je dirais, plus ils s’habitueront. Surtout que la plupart d’entre nous n’aspirons qu’à une vie “tranquille”. C’est mon cas, ma vie est tranquille et très riche, et je suis “de l’autre côté” socialement, professionnellement, par rapport à mon assignation administrative de naissance.
    Courage !

  2. Alixia a écrit le 9 août 2012

    tu sais Nadine, quand tu es venue a Toulouse, tu étais toi, non?
    perso je t’ai sentie sure de toi, peu-être aussi que c’étais dû a l’ambiance détendue de tous le monde, sais, mais tu étais cool, pas stressée, c’est ce que j’ai ressentie.
    bizz

    • Nadine a écrit le 9 août 2012

      Alixia, il est vrai que le fait de se retrouver à plusieurs dans une “ambiance détendue” cela aide beaucoup ! Et je ne m’attendais absolument pas à un tel accueil de la part de Delphine, chose qui m’a plus que plu. Ma seule difficulté fut de commencer la conversation avec Delphine, je n’arrivais pas à trouver comment l’engager. Là, oui Asperger m’embêtes !

      • Alixia a écrit le 9 août 2012

        oui, je vois, mais Delphine est une personne avec qui on peut facilement discuter, même si l’on croit parfois qu’elle peut être innacessible vis a vis de ses positions.
        tu sais, mettre la cause sur une maladie pour se justifier de ne pas pouvoir faire ceci ou cela est un frein, donc il serais peut-être bon d’évacuer ce syndrome de je ne sais trop quoi pour enfin pouvoir avancer dans ta vie.
        soit sure de toi et de ce que tu es.
        bizz

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -