Photo du profil de Nadine

by

Changement De Sexe : Comment S’orienter ?

28 août 2012 | Tags: , , , , , , , , ,

S’il n’est plus considéré comme un trouble mental, le transsexualisme reste un sujet complexe et débattu. Face à la demande des associations, des filières de soins se mettent en place pour instaurer une prise en charge rigoureuse et pluridisciplinaire de ces personnes en mal d’identité. Le Dr Thierry Gallarda, psychiatre membre du service Hospitalo-Universitaire du Pr Krebs à l’hôpital Sainte-Anne de Paris, va entreprendre une étude autour des liens entre la mémoire autobiographique et la constitution de l’identité de genre.

Egora.fr : Qu’entend-on par transsexualisme ?

Dr Thierry Gallarda : Du point de vue des classifications actuelles des troubles mentaux, le transsexualisme appartient au chapitre des troubles d’identité de genre. Sa persistance en tant que trouble et ses contours cliniques font l’objet de discussions au sein des groupes d’experts en charge de la révision de ces classifications (CIM 11 et DSM V). La réflexion semble s’acheminer vers la notion de dysphorie de genre plutôt que celle de trouble qui demeure trop souvent associée à une certaine stigmatisation et ne reflète pas la diversité de ces conditions. En fait, au-delà de la notion de trans-sexualisme qui renvoie directement à celle d’une transition entre les sexes, ce sont de multiples situations auxquelles le corps médical se voit confronté. Pour une majorité d’entre eux, nos consultants expriment néanmoins un désir permanent de modifier leurs caractères sexuels de manière à mettre en accord leur identité de genre avec leur rôle social et leur apparence physique.

Quel est en France le parcours de soins des transsexuels jusqu’à la transformation chirurgicale et le changement d’identité ?

Les portes d’entrée dans le système de santé peuvent être assez diverses, liées au degré d’information des personnes sur les modalités de la transition hormono-chirurgicale et à l’offre de soins disponible dans leur bassin de vie.

Chez les plus jeunes ou en région rurale, c’est souvent le médecin généraliste qui est consulté en premier. Dans ce cas, le médecin de famille a la mission d’accueillir les interrogations, la souffrance, la honte parfois de ressentir ce sentiment de ne pas être venu au monde dans le corps adéquat et d’éprouver ce désir irrépressible de rectifier son anatomie. Son rôle de soutien du patient et de ses proches est déterminant de même que son aide à l’orientation dans un parcours de soin spécialisé. Auprès des populations urbaines, souvent mieux informées, parfois demandeuses d’initier une transition hormonale dans les meilleurs délais, le recours direct aux endocrinologues est assez fréquent. A l’inverse, les psychiatres sont rarement sollicités d’emblée par les personnes dysphoriques de genre. Ils le sont plus fréquemment par des confrères lorsque la demande de transformation émerge chez des personnalités particulièrement vulnérables sur le plan psychique, atteintes d’un trouble mental chronique (schizophrénie, trouble bipolaire, trouble envahissant du développement…) ou chez celles qui se questionnent sur l’opportunité d’une démarche psychothérapique associée. Les chirurgiens spécialisés dans les interventions de réassignation sexuelle exerçant dans le public sont peu nombreux et ne sont jamais consultés sans avis endocrinologique ou psychiatrique préalable mais ce constat ne s’applique pas aux plasticiens qui proposent une offre moins spécifique (rhinoplastie, mammoplastie…).

Dans tous les cas, les regards croisés de ces trois spécialistes (endocrinologue, chirurgien, psychiatre) sont essentiels afin d’appréhender au mieux : le degré d’autonomie de la personne dans sa prise de décision d’une transformation irréversible de son anatomie, le risque médical (anesthésique, lié aux prises d’hormones au long cours ou à des antécédents spécifiques…) et l’accroissement éventuel du risque de décompensation psychique, en particulier en présence d’antécédents de cet ordre. A cet égard, dans la plupart des grandes villes de France (Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux…), il existe des équipes spécialisées regroupées dans le cadre de la SOFECT qui regroupent des chirurgiens urologues ou gynécologues, des endocrinologues, des psychiatres et des psychologues et dans certains cas des juristes.

A quoi êtes-vous attentif en tant que psychiatre ?

Tout au long d’un parcours de soins pluridisciplinaire qui dure généralement entre 1,5 et deux ans, notre mission va être d’évaluer la constance du désir de transformation (dont il faut rappeler notamment auprès des plus jeunes, qu’elle est irréversible et induit une stérilité définitive), d’accompagner au mieux la souffrance psychique, que cette dernière soit individuelle ou qu’elle soit exprimée par les conjoints ou les familles, d’alerter parfois un patient sur le risque d’aggravation de son état psychique dans les suites opératoires voire de regret lorsque sa demande de changement paraît intriquée aux symptômes d’une affection mentale qui nécessite des soins spécifiques (par exemple, schizophrénies ou troubles affectifs bipolaires non traités…). Dans ce cas, il est important de favoriser la reprise des soins psychiatriques de proximité en lien avec le médecin traitant et de réévaluer la demande de THC après l’obtention d’une meilleure stabilisation des symptômes. De façon générale, dans ces situations souvent complexes, une ligne directrice sera d’évaluer le plus précisément possible le degré d’autonomie du patient, autrement dit, savoir s’il possède une autonomie psychique suffisante pour évaluer le bien fondé de cette intervention. Si c’est le cas, après réflexion collégiale, il n’y a alors pas de raison de s’opposer à une transformation hormonochirurgicale.

Que souhaitez-vous pour l’avenir ?

Les débats théoriques actuels autour des questions de genre sont très fournis au niveau sociétal, philosophique et politique . S’ils l’influencent indubitablement, ils dépassent néanmoins largement le champ de notre pratique médicale. Celle-ci demeure en effet centrée sur les patients désireux d’entamer une transition hormono-chirurgicale dans les conditions optimales de sécurité et de suivi. Après plus d’une quinzaine d’années d’exercice, dans des conditions souvent difficiles, notre équipe ne peut que se réjouir de la réflexion approfondie qui a été menée au cours des dernières années sur ce sujet longtemps demeuré « marginal » dans notre pays autour des filières de soins, des acteurs de santé et des missions spécifiques de chacun. Je fais notamment référence aux travaux de la HAS et plus récemment au rapport de l’Igas paru cette année. Au-delà de cette étape de « synthèse » et de recueil de témoignages qui était incontournable, il s’agit désormais de s’appuyer sur l’expérience des différentes équipes impliquées dans notre pays afin de proposer une offre de soins répondant à des standards d’efficience, de qualité et à une charte éthique.

A l’hôpital Sainte Anne où vous exercez doit débuter un ambitieux travail de recherche sur le genre ? Pouvez-vous nous en parler ?

A la faveur d’une collaboration scientifique avec l’équipe du Pr Piolino, dans le cadre d’un Programme Hospitalier de Recherche Clinique (Phrc), nous allons en effet entreprendre une étude autour des liens entre la mémoire autobiographique et la constitution de l’identité de genre chez des personnes dysphoriques et d’autres qui ne le sont pas. La mémoire autobiographique a été largement impliquée dans la constitution et dans la permanence du sentiment de Soi au cours de la vie. En conciliant une perspective psychologique et neuroscientifique (au moyen d’une imagerie cérébrale fonctionnelle), nous allons essayer de mieux comprendre comment des sujets dysphoriques de genre et d’autres qui ne le sont pas (ou moins) ont pu construire leur sentiment d’identité (d’être une personne de l’autre genre ou d’être une personne dont le genre est en accord avec le sexe biologique) et comment leur mémoire entretient ce vécu permettant une cohérence de soi. L’ensemble des équipes franciliennes proposant une offre de soins psychiatrique et psychologique aux personnes souffrant d’une dysphorie de genre et le département d’imagerie morphologique et fonctionnelle du Chsa (Pr Méder et Oppenheim) sont partenaires de cette recherche.

Source :

http://www.egora.fr/

Auteur : Dr Catherine Bailly

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Rapport des Affaires Sociales sur la prise en charge des Trans
Évaluation des conditions de prise en charge médicale et sociale des personnes trans et du transsexualisme. Rapport Décembre 2011. Après la remise en 2009 d'un rapport de la Haute autorité de santé (HAS) sur la prise en charge du transsexualisme, le ministère de la santé a mis en place un groupe de travail piloté par la Direction générale de l'offre de soins dont l'objectif était de mettre en œuvre l'une de ses principales recommandations : la désignation de centres de référence multidisciplinaires. ...
LIRE L'ARTICLE >>
(étude) Bien-être psychologique et sexuel de 207 transsexuelLEs français après une opération de sexe
(Une information relayée par notre amie Ester) Nous formulerons trois remarques importantes : - quelle est la méthodologie utilisée pour interroger les personnes opérées (contenu du questionnaire) ? - pourquoi les personnes non opérées ou refusées n'ont-elles pas été interrogées dans le cadre de cette enquête ? - sur Paris, 266 opérations sur 18 ans ne représente que 16 opérations par an. Introduction : Depuis plus de 20 ans, l’unité de transsexualisme de l’hôpital Foch accueille des demandes de changement de sexe. Elles font l’objet ...
LIRE L'ARTICLE >>
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France Corinne Fortier [CNRS/LAS] dans le cadre du colloque Traitements et contraintes : approches empiriques des dispositifs de prise en charge institutionnelle, qui a eu lieu les 14 et 15 juin 2012, à l'Université Paris 13 à Bobigny. Nous nous intéresserons aux normes et contraintes du dispositif institutionnel lié au transsexualisme tel qu’il est pratiqué aujourd’hui en France, et en particulier à Paris où nous avons mené notre enquête de terrain en tant qu’anthropologue. Dans le ...
LIRE L'ARTICLE >>
Pas facile de changer …… de sexe !
SOCIÉTÉ - Il est possible en France de devenir légalement une femme quand on est né homme, et vice versa. Mais au prix d'un long parcours juridique... Le tribunal de grande instance (TGI) d'Agen doit rendre ce lundi sa décision, après qu'un homme de 40 ans a fait une demande pour changer la mention de son sexe sur son état civil afin d'être reconnu comme femme, même s'il n'a pas subi d'opération chirurgicale des organes génitaux. Il est en effet possible ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le Transsexualisme : une catégorie nosographique obsolete
Document libre de droit écrit par Arnaud Alessandrin (O.D.T. Observatoire Des Transidentités). (NDLR: La nosographie est la description et classification des troubles et des maladies). Le transsexualisme est une invention médicale récente. En France, c’est la conjonction « psychiatrie-droit-médecine » qui assure aujourd’hui son diagnostic et sa clinique. Or, tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif, il apparaît que le « transsexualisme » tel qu’il est proposé par les équipes hospitalières ne répond plus aux demandes des personnes transidentitaires. En effet, ...
LIRE L'ARTICLE >>
L’APA révise le DSM : être transgenre n’est plus un trouble mental ?
Ce samedi 1er décembre 2012, le conseil d'administration de l'APA (American Psychiatric Association - Association américaine de psychiatrie) vient d'approuver les dernières révisions proposées au Manuel de Diagnostique et Statistiques des troubles mentaux, ce qui sera désormais connu comme le DSM-V. Cela marque un jalon historique pour les personnes transgenres et au genre non conforme, que leurs identités ne soient plus considérés comme un trouble mental. L'homosexualité avait été déclassifiée de la même façon des troubles mentaux en 1973. Jusqu'à présent, ...
LIRE L'ARTICLE >>
Jurisprudence: Pas de changement de sexe à l’état civil sans intervention chirurgicale !!
Voici un article récent du 13 FEVRIER 2013 commentant un  ARRÊT DE LA COUR DE CASSATION DU 13 FÉVRIER 2013 Le problème posé par ce genre de décision est que certains changements d'état-civil sont accordés SANS EXIGENCE DE CHIRURGIE DE STÉRILISATION quand d'autres sont refusés au terme d'une longue bataille juridique: arriver en cassation implique le passage précédent devant plusieurs autres tribunaux. Cela implique aussi qu'un grand nombre de décisionnaires aient chaque fois refusés d'accéder à la demande de changement d’État Civil. ...
LIRE L'ARTICLE >>
Changement d’état civil: entretien avec Maître Caroline Mecary
Question essentielle pour une personne trans’: comment changer d’état civil? Réponse avec Maître Caroline Mecary, avocate au barreau de Paris. Quelle est la procédure pour changer d’état civil? La procédure pour changer la mention du sexe sur les registres de l’état civil, est aujourd’hui la suivante. La personne transsexuelle doit assigner le Procureur de la République près du Tribunal de grande instance, dans le ressort duquel elle réside aux fins de modification de la mention de son sexe et généralement de ses prénoms ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le sexe et l’état-civil (synthèse)
Dans ce texte Philippe Reigné, à partir de la jurisprudence actuelle, des recommandations européennes, de la loi argentine et de l'évolution de la définition du sexe, fait des propositions juridiques pour intégrer socialement tant les personnes transidentitaires que les personnes intersexués par le CEC. Ainsi il fait les propositions suivantes (ce que l'on retrouve tout en fin de l'article) : En conclusion, il est proposé de maintenir la mention du sexe portée sur les actes de naissance, mais de l’omettre de tous les autres ...
LIRE L'ARTICLE >>
Thèse d’Arnaud Alessandrin publiée sur l’Observatoire des Identités (O.D.T.)
DE LA QUESTION ‘TRANSSEXUELLE’ A LA QUESTION TRANS / DE LA QUESTION TRANSGENRE A LA QUESTION CISGENRE Arnaud Alessandrin vient de soutenir sa thèse sur la question trans' dans laquelle il propose un glissement du "transsexualisme" aux "devenirs trans" et de la question "trans" à la question "cis". Il a récemment dirigé le livre collectif "la transidentité : des changements individuels aux débats de société" et co-anime, avec Karine Espineira et Maud Yeuse Thomas, l'O.D.T. (Observatoire Des Transidentités). Le « transsexualisme » est ...
LIRE L'ARTICLE >>
Rapport des Affaires Sociales sur la prise en charge des Trans
(étude) Bien-être psychologique et sexuel de 207 transsexuelLEs français après une opération de sexe
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France
Pas facile de changer …… de sexe !
Le Transsexualisme : une catégorie nosographique obsolete
L’APA révise le DSM : être transgenre n’est plus un trouble mental ?
Jurisprudence: Pas de changement de sexe à l’état civil sans intervention chirurgicale !!
Changement d’état civil: entretien avec Maître Caroline Mecary
Le sexe et l’état-civil (synthèse)
Thèse d’Arnaud Alessandrin publiée sur l’Observatoire des Identités (O.D.T.)

8 responses to Changement De Sexe : Comment S’orienter ?

  1. Alexandra a écrit le 28 août 2012

    Quelle vue étriquée et déformée à ce type ! La maladie mentale. Encore la maladie mentale. Toujours la maladie mentale. Sortons de ce cercle vicieux. C’est tout simplement affligeant !

    Je vous renvoie à ceci : http://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20080105144030AAjZbiV

    Dont voici des extraits concernant mr Gallarda :
    Gallarda, Thierry (psychiatre, Sainte-Anne, Paris)
    « Le transsexualisme est une affection rare (1 cas sur 50 à 100 000), mais qui génère un désarroi existentiel majeur et pose des problèmes médicaux, juridiques, éthiques et sociaux complexes. La définition du trouble est purement clinique. »
    Thierry Gallarda, Le syndrome de transsexualisme : aspects cliniques et perspectives thérapeutiques, in Encéphale, septembre-octobre 1997
    (en collaboration avec I. Amado, S. Coussinoux, M.-F. Poirier, B. Cordier, J.-P. Olié)

    Périn, Jean (psychanalyste, juriste)

    « Saint-Thomas pensait que nous n’étions qu’usufruitiers de notre corps, Dieu en étant propriétaire. Dans cette conception,la jouissance sexuelle est du côté humain. Le transsexuel qui veut se rendre maître de son statut, aboutit à ce que la jouissance soit du côté de Dieu c’est-à-dire de l’Autre. Il confusionne deux places (l’usufruitier et le propriètaire), dont Saint-Thomas avait marqué la division. »
    Jean Périn, Le transsexuel dans tous ses états : le fabuleux jeu de mot du substitut Fabre, 1996, cité par Thierry Gallarda (psychiatre à Paris) dans Le syndrome de transsexualisme in Séminaire de psychiatrie biologique, hôpital Sainte-Anne, Tome 30

  2. Nadine a écrit le 28 août 2012

    Donc, si je comprends bien, Alexandra, l’indisponibilité du corps serait une invention religieuse puisque Saint Thomas “pensait que nous n’étions qu’usufruitiers de notre corps”. Alors, encore une c…e catholique à combattre malgré son passage dans la laïcité.
    Ce qui m’inquiète, aussi, dans cet article, c’est le fait de dire que les “filières de soin” ont été mises en place sur “la demande des associations”. Alors que les associations combattent ces “filières de soin”. Il est aussi à noter ce “travail de recherche sur le genre” qui va être mis en place et dont on peut s’inquiéter du résultat !

    • Alixia a écrit le 28 août 2012

      oui, c’est peu comme la recherche sur la transidentité que les psy des protocole font depuis….. pfff et don on ne peut voir les résultats.
      ya aussi le coup du caryotype demander par les endo des protocoles, ce qui me désole c’est de faire ce genre de demande systématiquement et que l’on voit le coût d’une telle demande, comme quoi ce genre de médecins en a rien a faire du fric de la sécu.

    • Alexandra a écrit le 30 août 2012

      Je pense que nous comprenons la même chose, Nadine. Les assos les combattent et ils trouvent le moyen de dire que les assos sont avec eux. Affligeant et surtout mensonger au possible.

  3. amelie a écrit le 30 août 2012

    Je ne sais pas pour vous mais moi je suis contente d’avoir faite un caryotype, aussi que ma copine Maria.

    J’explique : déclaré homme a la naissance, suivant un parcourt trans et il se sont aperçus au caryotype qu’elle été XX.
    Delà un scanner et il se sont aperçue qu’elle avais tout comme une femme et été intersexe.
    Comme quoi un simple teste corrige 32 ans d’erreur.

  4. Alixia a écrit le 30 août 2012

    ah oui, mais c’est assez facile de justifier sa transition après.
    ah oui, le caryotype a dit que, donc normal que …
    ah oui, le psy m’a dit que j’étais bien trans, donc normal que….
    parfois un peu l’impression qu’il faut l’approb d’un tiers pour justifier vos transition.

    • amelie a écrit le 1 septembre 2012

      ? ? ? ?
      justifier quoi ?
      En general quand l’on fait un caryotype ou que l’on va chez un psy, c’est que l’on a deja decider de faire le pas.
      Alors je vois pas ou tu veux en venir.
      Maintenant je ne vois pas ou est le problème si un psy peut nous rassure sur les choix que l’on fait.
      Mais bon il vaut mieux que ce choix soit le notre, c’est claire.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -