Photo du profil de roxy

by

Existrans 2012, flambeau ou feu de paille?

22 septembre 2012 | Tags: , , , , , , , , ,

Depuis un certain temps, notamment avec l’imminence du défilé de l’Existrans, j’entends parler de personnages auxquels je n’avais pas eu affaire auparavant, ne m’étant que très peu intéressée aux mouvements de guérilla transidentitaires, les « TransFarcs » comme j’aime à depuis peu les surnommer, bien qu’au lieu l’emploi de la lettre C en terminaison il serait en l’occurrence plus judicieux d’y placer un F.

Certaines de ces personnes donc, usent de leur notoriété publique acquise dans le milieu de la presse entre autres, ou de leurs précédentes responsabilités au sein de l’organisation du dit mouvement, afin de contrôler du mieux possible la marche, en y figurant comme leaders incontestés.

L’un dans l’autre, vous me direz, rien de bien différent de l’attitude des politiques qui s’emparent dès que possible de toute manifestation pour symboliser leur soutien, en témoignent à la Gay Pride les innombrables chars politisés.

A qui aura le plus gros char, la meilleure musique et le plus de followers.

A l’Existrans point de chars, point de musique.

Les leaders fédérateurs n’ont alors qu’un but pour se démarquer et être les reines du bal : avoir la plus grande gueule…

Seulement, il semblerait que l’usage du porte-voix ne soit pas suffisant.

Il paraîtrait que les discours scandés soient sciemment préparés afin d’être brutaux et excessifs, et que des actes isolés visant à choquer pour interpeller soient d’ores et déjà organisés.

Bien, bien.

De deux choses l’une.

Qui est la cible directe ? Le gouvernement et les institutions légales.

Qui est la cible indirecte ? La population étrangère au mouvement et à son soutien.

Un défilé pacifiste annonce des revendications, le plus souvent classées par ordre de priorité.

La masse des manifestants représente l’implication réelle des gens qui défendent ces revendications.

Les médias couvrent l’évènement mais ne nous leurrons pas, aucun n’est apolitique.

Entre les détracteurs et les sympathisants, dont les intentions sont plus ou moins claires, un bon nombre d’entre eux guettent le scoop.

Or, qu’est ce qui par exemple peut intéresser un journaliste dont les intentions sont de publier des images choc ou d’écrire un papier enflammé ?

De toute évidence tout ce qui va venir ridiculiser le mouvement, le peuple étant bien plus friand de jeux que de sujets de réflexion, merci messieurs les empereurs romains de nous avoir depuis longtemps éclairés sur la question.

La cause transidentitaire regroupe par définition TOUS les transidentitaires.

Il m’a été rapporté que certains « leaders » du mouvement émettent de sérieuses oppositions concernant la participation des travesties…

Parfois on se demande si la poudre libre n’est pas utilisée à la paille…

Depuis quand une travestie n’est pas un transidentitaire ? (NDLR : une travestie est un transgenre qui explore sa féminité sous toutes ses composantes sans hormones et sans opérations ; en général un état transitoire transidentitaire, à différencier du travesti compulsif qui érotise le port de vêtements féminins)

Celles qui prônent haut et fort l’hégémonie transsexuelle au détriment des travesties oublient que fort souvent elles ont fait partie de cette « catégorie » qu’à présent elles méprisent.

Les travesties d’aujourd’hui seront peut-être les transsexuelles de demain et quand bien même elles ne le seraient pas, elles n’en restent pas moins des transidentitaires en l’état actuel des choses.

Là ou par contre je peux rejoindre certains doutes, c’est concernant la participation de personnes dont l’apparence un peu loufoque pourra être utilisée par les médias pour ne montrer qu’un côté « parade » du défilé.

La Pride c’est une chose, l’Existrans c’en est une autre.

On n’y danse pas sur de la tech, on n’y exhibe pas ses seins (en octobre il fait moins chaud qu’en juin, quoique le climat étant très bizarre…), bref on n’est pas là pour un événement festif détourné.

Je ne pense pas que l’idéal dans ce mouvement soit de montrer des personnes farfelues couvertes de paillettes, montées sur des échasses, maquillées à la Zavatta et portant des perruques bariolées.

Je n’ai rien contre mais c’est le meilleur moyen pour qu’elles fassent la une des journaux histoire de bien montrer à quel point les transidentitaires sont des « phénomènes ».

Pour autant, si ces personnes habituées à de tels déguisements sont réellement proches du mouvement, je trouve logique qu’elles n’en soient pas exclues, mais qu’une discussion avec elles s’impose, leur expliquant pourquoi il serait préférable qu’elles troquent le temps d’une journée leur look festif au profit d’une tenue moins tape à l’œil.

Bien évidemment, je ne prône pas l’austérité et la tête basse, tout au contraire.

Prenons un exemple tout bête, les FtM.

Certes on en voit moins, mais pour ceux que j’ai pu rencontrer, jamais je n’en ai vu vêtus en bleu de travail ou en biker pour faire plus viril …

Pourquoi faudrait il alors que les MtF poussent le bouchon dans la caricature de cabaret ?

Je rappelle que lorsque Joséphine Baker ou Zizi Jeanmaire sortaient du spectacle, elles ne portaient respectivement ni bananes à la ceinture, ni redingote à paillettes sur un body échancré…

Le mouvement est sérieux et l’identification de genre se doit de respecter un minimum cela si une crédibilité est souhaitée.

Peu importe le look d’une MtF si au moins il est celui d’une nana par pitié. Et les nanas ne portent pas toutes des jupes et des robes, arrêtons aussi les clichés intentionnels.

Portez ce que vous voulez si vous vous y sentez bien et en phase avec votre conception de votre identité, il n’y a pas de dress code, à l’exception des tenues à la Pinder.

Hormis pour l’image isolée, de quoi peuvent se servir les détracteurs et les amateurs de scoops croustillants pour casser un mouvement ?

Nous parlions tout à l’heure d’actes « coup de poing » destinés à choquer pour interpeller, un peu à la manière d’Act’Up, dont comme par hasard une des leaders est membre actif.

Rappelez-vous par exemple leur irruption dans une église pour célébrer un mariage homo pendant l’office…

Il serait prévu au même titre des actes symboliques visant à démontrer que le fait d’avoir l’apparence d’une femme, dans le cas à citer une poitrine, et d’être encore titulaire d’une carte d’identité de genre masculin soit une ineptie au regard de certaines lois.

Bien sûr que c’en est une.

Cela fait partie des revendications légitimes du mouvement.

L’acte prévu, auquel j’ai été conviée et auquel j’ai décliné l’invitation, consiste donc pour quelques trans à se rendre dans une piscine réputée pour son strict code vestimentaire interdisant le monokini aux femmes et de le pratiquer. L’intervention des autorités de surveillance se soldant par une présentation des cartes d’identité de sexe masculin, genre pour qui le torse nu est autorisé. En découle ce qui en découlera.

L’idée est sur le fond très bien pensée.

C’est la forme moi qui me dérange.

Une piscine est un lieu public où de nombreux enfants sont présents, et j’avoue être toujours très réticente à officier de quelque manière que ce soit devant un jeune public.

D’autre part, il y a de fortes chances pour que dans ce lieu figurent des personnes pour qui une transsexuelle soit un être encore méconnu, peut-être déjà un peu considéré comme farfelu, voire atteint d’une problématique sexuelle.

Il va sans dire que pour ces gens le doute sera confirmé à la seconde où cela se produira…

Pour un peu qu’un média reporte l’information et c’est à une bien plus grande échelle que la mauvaise image se propagera.

Est-ce vraiment le but souhaité ?

J’en doute fort et je crois que ces personnes devraient bien repenser leur acte et ne pas se contenter de voir cela comme une juste revendication. Les dommages collatéraux d’un acte choc sont parfois bien plus terribles que l’effet souhaité.

Le dernier point sur lequel je souhaite m’exprimer, et cela rejoint bon nombre de sujets sur lesquels je suis déjà intervenue, concerne le leadership et ses responsabilités directes à la fois sur ses membres et sur le mouvement lui-même.

Pour le peu que j’en connaisse, les responsables de cette organisation, auxquelles se joignent sans concertation quelques groupuscules et leurs suiveurs, sont soit des mégalos charismatiques, soit des réactionnaires affirmées, soit de mini despotes en puissance.

L’on affirme ses positions exclusives, l’on renie sans préavis des « catégories » de transidentitaires, l’on conseille des looks de vieilles mémés rassies et surtout, l’on se fait la guerre pour tirer la couverture à soi pour savoir à qui reviendra l’emblème du mouvement et sera porteur du flambeau.

Quelle belle image…

Que de gras à donner à la presse pour ridiculiser l’action entreprise et la légitimité des revendications.

A l’heure où la dépsychiatrisation de la transidentité est réclamée, voire des hystériques hurler à l’assaut et témoigner de leurs querelles de clocher, ou encore entendre des discours de cons comme celui de cette Marie-Edith Cypris dans son interview par rapport à son bouquin, monstre d’intolérance, on peut sérieusement s’inquiéter de l’interprétation de ce défilé.

Lorsque les clans écossais se sont enfin ralliés sous une même égide afin de faire face à l’envahisseur anglais, ils leur ont mis la pâtée et on fait de l’Écosse un pays libre.

Tant qu’ils n’étaient que des clans rivaux, ils amusaient la galerie avec leur affligeante division et leurs chefs braillards qui se foutaient régulièrement sur le pif.

Si à présent on ne réalise pas que l’état actuel y ressemble étrangement, et que sans apporter du sang neuf, des discours construits autour d’une vraie concertation et sans remplacer les vieux écrous rouillés qui grippent la machine l’effet obtenu ne sera jamais l’effet souhaité.

Il faut parfois du changement pour espérer du changement…

(NDLR: merci à toutes les relectrices : Alixia, Alexandra, Julie, … :) pas facile de s’assurer du respect des recommandations Trans Media Watch dans pareil billet !)

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Merci à Sonia pour l'organisation de cette soirée à L'absynthe après une grosse journée pour l'Existrans. Voir le reportage (photos et vidéo) dans ce billet. Présentes : Sonia, Heline & son ami, Jacqueline, Corie, Florence & Pascale, Valérie & Nathalie, Diana, Manon, Résonancia & son amie, Delphine, Loan, Sylvie, Laura, Julie & Agnès.
LIRE L'ARTICLE >>
Existrans 2012 : profiter du succès pour continuer à faire vivre l’unité !
J’étais hier à la marche de l’Existrans, édition N°16. J’ai adoré cette marche, notre nombre, les slogans, la diversité de nos identités représentées, hommes et femmes en tous genres et de toutes identités… sans oublier toutes celles et ceux qui les soutiennent. Cette marche à scellé dans un acte fort l’unité du mouvement et des associations trans’. C’était une grande marche, non seulement par son nombre (plus d’un millier de personnes !), mais aussi et surtout parce que nous avons su nous mettre d’accord ...
LIRE L'ARTICLE >>
ACTHE
La vidéo et quelques photos "officielles" prises par le sponsor non moins officiel mais discret de l'événement ! Merci à toutes les copines membres de Txy présentent qui ont marché ensemble (dans l'ordre de mes trois neurones de nana givrée) : Florence (représentant la CGT), Loan (Présidente de l'ABC), Jacqueline, Sonia, Résonancia, Joanna et Lisbeth, Manon, Maud, Nadine, Corie, Laura, Valérie, Diane, Clémence, Aurore, Geraldine, Véronique. En espérant n'avoir oublié personne, ni dans les membres Txy présents ni dans les associations et ...
LIRE L'ARTICLE >>
Compte-Rendu 2nd Réunion Organisation Existrans 2012
Compte-rendu rÉunion #2 Existrans 2012 24/07/2012 PrésentEs : Ester de Paris, Emilie Garçon (ANT), Candice, Guillermo, Léa (SOS Homophobie), Hélène Hazera (Act-Up Paris), Camille Barré (Fières et Révolutionnaires – PC), Julie Mazens (site Txy), Talah, Giovanna + 3 autres personnes (Acceptess-T), Jules (OUTrans) 1.    Le parcours  Suite aux six propositions de parcours proposés par Camille sur la liste, nous avons d’abord discuté de l’endroit d’arrivée de la marche : il a été décidé de confirmer l’arrivée sur la Place de l’Hôtel de Ville. Les discussions se ...
LIRE L'ARTICLE >>
Compte-Rendu 3ième Réunion Organisation Existrans 2012
Compte-rendu rÉunion #3 Existrans 2012 22/08/2012 PrésentEs : Talah, Camille (Fières et Révolutionnaires – PC), Bruce (What The Film), Juliette (What The Film), Douille (La Mutinerie), Sylvie (SOS Homophobie), Emilie (A.N.T), Pascale (Festival Chéries-Chéris), Alice (OUTrans), Jules (OUTrans) 1.    Soirée de soutien A priori on valide la formule convivialité/projections/performances/soirée-danse. La soirée serait divisée en plusieurs parties : -       Discussions, convivial -       Projection de films courts -       Performances / shows -       Soirée / danse Il faudra voir à la prochaine réunion si c’est une soirée pour récolter des fonds, et si oui ...
LIRE L'ARTICLE >>
Compte-Rendu 4ième Réunion Organisation Existrans 2012
Compte-rendu rÉunion #4 Existrans 2012 05/09/2012 PrésentEs : Emilie (A.N.T), Hélène (Act-Up), Ali (OUTrans), Clémence (chroniqueuse), Léa (SOS Homophobie), Giovana (Acceptess-T), Suzanna (Acceptess-T), Talah, Alice (OUTrans), Kamel (Act-Up), Jules (OUTrans)   1.    Revendications et mot d’ordre Longue discussions (impossible à traduire dans un compte-rendu, désolé :-p). Les revendications ont été lues, reformulées, discutées puis votées une par une, à la majorité. Seule la revendication 8 est à reformuler car nous n’arrivions pas à trouver une formulation convenable. La deadline pour ça est fixée à la fin de semaine. Revendications retenues : Le ...
LIRE L'ARTICLE >>
(A.N.T.) MANIFESTATION EXISTRANS DU 20 OCTOBRE 2012
MANIFESTATION EXISTRANS DU 20 OCTOBRE 2012 : UNITE POUR LE DROIT AU CHANGEMENT D’ETAT CIVIL LIBRE ET GRATUIT ! Pour la première fois depuis sa création, en 2004, l’Association NationaleTransgenre (A.N.T.) appelle à la 16eme édition de la marche Existrans du samedi 20 octobre. Contrairement aux années précédentes, où la plate-forme revendicative se refusait encore à revendiquer le droit au changement d’état civil libre et gratuit, l’Existrans soutient aujourd’hui clairement ce droit sous le slogan « Des papiers si je veux, ...
LIRE L'ARTICLE >>
Existrans 2012 – “Save The Date” – à vos agendas !
Voilà, l'affichette officielle tant attendue pour annoncer la date de la marche Existrans du 20 octobre 2012. A diffuser très largement et sans aucune restriction :) ! Et surtout à noter dans vos agendas ! NB1: l'affiche officielle avec les revendications sera publiée fin aout / début septembre en fonction des travaux des prochaines réunions préparatoires. Participation à la prochaine réunion le 22 aout (lieu à finaliser) ou sur la mailing-list (www.existrans.org pour les modalités d'inscription). NB2: finalement, la mention "intersexuéEs" a ...
LIRE L'ARTICLE >>
1ere Réunion d’Organisation de Existrans 2012
Contexte : Depuis des années le Collectif Existrans, un collectif informel qui regroupe des membres d'associations trans diverses comme des individus, organise la marche de l’Existrans pour porter les revendications trans dans l’espace public et politique. Txy se doit de participer à la préparation de cet événement qui concerne tous les transgenres. Organisation : La première réunion de préparation de l'événement Existrans 2012 est confirmée pour le 4 juillet à 19h00 sur Paris. Julie (et peut être Sylvie) y sera présente et ceux ou ...
LIRE L'ARTICLE >>
3ième Réunion d’Organisation de Existrans 2012
Contexte : Depuis des années le Collectif Existrans, un collectif informel qui regroupe des membres d’associations trans diverses comme des individus, organise la marche de l’Existrans pour porter les revendications trans dans l’espace public et politique. Txy se doit de participer à la préparation de cet événement qui concerne tous les transgenres. Le compte-rendu de la dernière réunion est ici. Organisation : La troisième réunion de préparation de l’événement Existrans 2012 est confirmée pour le mercredi 22 aout à 19h00 à la Mutinerie. Note de Julie: ...
LIRE L'ARTICLE >>
Paris – 20 octobre 2012 – Repas après l’Existrans 2012
Existrans 2012 : profiter du succès pour continuer à faire vivre l’unité !
Existrans 2012 – Quelques photos et vidéo du défilé
Compte-Rendu 2nd Réunion Organisation Existrans 2012
Compte-Rendu 3ième Réunion Organisation Existrans 2012
Compte-Rendu 4ième Réunion Organisation Existrans 2012
(A.N.T.) MANIFESTATION EXISTRANS DU 20 OCTOBRE 2012
Existrans 2012 – “Save The Date” – à vos agendas !
1ere Réunion d’Organisation de Existrans 2012
3ième Réunion d’Organisation de Existrans 2012

65 responses to Existrans 2012, flambeau ou feu de paille?

  1. Alexandra a écrit le 22 septembre 2012

    Sur le côté “loufoque”, attention à ne pas se tromper. Les Soeurs de la Perpétuelle Indulgence ont à priori un aspect loufoque mais sont très actives dans Paris pour aider les personnes en détresse. Elles seront là et ont un réel rôle social. Cet aspect a donc une fonction très précise et non un aspect festif.

    • Julie Mazens a écrit le 22 septembre 2012

      Nous pensons plus aux Drag Queens ou à certaines personnes qui vont courir nu devant le défilé :(

      Effectivement les sœurs ont une approche particulière. Que les médias n’ont jamais compris malheureusement, n’évoquant qu’un soi-disant côté festif alors qu’il s’agit d’un élément d’interpellation fort.

  2. Alexandra a écrit le 22 septembre 2012

    Ce qui me dérange aussi dans cette action coup de poing à la piscine, c’est que cela entraîne des “jeunes” trans’ qui iront parce que guidées par les organisatrices qui ne se sont pas un instant souciées du fait qu’elles seront ensuite clairement fichées et pire, leur vrais noms circulant sur la toile, et pouvant les griller pour toutes leurs recherches d’emplois à venir. Ça s’appelle pousser des gens au crime. Celles qui organisent cela, si elles veulent se suicider au niveau de la société, c’est leur problème, mais qu’elles n’emmènent pas d’autres dans leur action. Ou alors qu’elles leur en parle. Qu’elles leur dise le risque qu’il y a à montrer ses papiers être vues à la télé et se griller auprès de futurs employeurs, non parce qu’elles sont trans’ mais bien parce qu’elles troublent réellement l’ordre public et peuvent ainsi se présenter devant des enfants. Ça, je pense que c’est le plus grave de tout et qui pourra dans l’inconscient collectif les faire très mal voir. En ce qui me concerne, je me désolidarise d’un tel acte inconséquent.

    • roxy a écrit le 22 septembre 2012

      Absolument. Elles-mêmes… et d’autres. Vis à vis du grand public, l’action sera ressentie comme une atteinte aux bonnes moeurs et une provocation à caractère sexuel alors qu’il s’agit d’une revendication de genre. C’est exactement ce que je disais dans un précédent article traitant de genre et de communautarisme. Entraînées par des indépendantes irresponsables dont parfois l’intention n’est pas de nuire mais manque largement de projection, certaines personnes aux idées encore confuses risquent fort d’aller droit dans le mur, à titre personnel assurément et à bien plus grande échelle de contribuer à une désinformation désirée par beaucoup.

  3. Alexandra a écrit le 22 septembre 2012

    Attention Roxy ! Big Trans Média Watch si watching you! Merci à toi aussi.
    Oh lalalala ! Je vais te dire comme on m’a dit pour certains de mes écrits, tu ne vas pas te faire que des amies. Prépare les fortifications. :-)
    Ce texte a le mérite de synthétiser pas mal de points.
    Pour parler d’Act Up, cette organisation en elle-même est très sérieuse et très importante. Par contre il est vrai que celle que tu cites a tout de suite un égo surdimensionné quand il s’agit d’aller dans les manifestations, et pourtant, quand tu la connais en discussion sur tous autres sujets elle est une personne très agréable. Je sais qu’elle a souffert et qu’elle le retranscrit ainsi, ne se rendant pas compte qu’elle n’est plus du tout à l’écoute de quiconque quand elle rentre de ce genre de discours. Je me suis plusieurs fois fritée avec elle pour ses discours trop teintés et pouvant parfois relever d’une forme d’intégrisme. À côté de cela, elle est pourtant très sympa. Tout dépend le sujet abordé. Et dans le cas de l’Existrans, eh ben… C’est pas son côté le plus sympa.

  4. Aurelie a écrit le 22 septembre 2012

    Donc en gros si je viens avec les copines a existrans en sommes nous seront objet de dérision car ridiculisé par des slogans et autre pitrerie ? est ce que je dois comprendre ?

    • Julie Mazens a écrit le 22 septembre 2012

      non Aurélie

      quelques personnes seulement ont du mal à comprendre que des travesties puissent être dans la large famille des transidentitaires (trav aujourd’hui, trans demain, qui sait ? qui peut juger ?). cette position intégriste, fort heureusement, est minoritaire mais il faudra s’assurer qu’elles ne monopolisent pas le porte voix … (surtout que c’est Txy qui finance les piles LOL).

      à nous de montrer aussi, par l’image que nous donnons, l’épanouissement que nous présentons et la solidarité que nous affichons qu’il est possible d’être une grande famille transidentitaire réunie, marchant côte à côte, hormonées ou pas, opérées ou pas, …

      en gros, tout simplement, c’est une très grosse sortie Txy :) ! comme nous avons l’habitude de faire ;), des copines heureuses de se retrouver et de marcher ensemble pour un objectif commun. et surtout soi toi même :) !!!

      Kisss!

      • Aurelie a écrit le 22 septembre 2012

        Heu personnellement je ne vient pas au nom de txy ainsi que certaine amies aussi,( le coté militantismes n’as rien a voir avec txy mais est donc plutôt un engagement personnel ), mais la n’est pas la question donc je souhaite que lors de la marche de ne pas de nous faire tournez au ridicules et pas de faire de auto-flagellation, je suis partisane du mouvement mais si je sens le ridicule ou des slogans a la nouille je préférerais tourné les talons je préfère garder ma dignité !

        • Julie Mazens a écrit le 22 septembre 2012

          nous sommes bien d’accord et personne ne te demande de venir en le nom de quiconque (en tout cas, pas dans ce que j’écris perso). le militantisme est une affaire personnelle.

          Txy ne se fait que le relais (par ses contributeurs) des positions, parfois contradictoires, de personnes engagées personnellement pour le mouvement transidentitaire. Tu peux tout à fait t’exprimer à ce sujet d’ailleurs :).

          Txy en soi (si tu le vois comme un média d’expression ou l’émergence d’une pensée collective) n’a aucun avis sur la question car ce n’est ni une association ni un mouvement politique ! le seul point que Txy modère, c’est le respect de la liberté d’expression et le dialogue dans la courtoisie.

          les slogans et revendications sont publiques et indiqués dans le dernier compte-rendu de l’organisation Existrans

  5. Julie Mazens a écrit le 22 septembre 2012

    Ce billet traduit bien le fond du probleme dans Existrans …

    J’ajouterais que quelques unEs n’exhibent que les problèmes : prostitution, sida, suicides. au point que si tu ne leur parles pas du SIDA chez les travs, tu n’existes pas.

    Loin de moi l’idée de vouloir minimiser tous ces problèmes (et notamment le SIDA chez les travestiEs qui manque singulièrement d’études) et les revendications que nous supportons en témoignent !

    Mais il est tout aussi important de passer un message positif pour éviter que la société n’associe inconsciemment Trans == problème

    … et ne stigmatise encore plus une communauté fragmentée qui n’en a pas besoin.

    D’où le besoin, tout en évitant de tomber dans le folklore de la Pride, de montrer aussi une image sereine, solidaire, épanouie de tous les transidentitaires ! le message et les revendications n’en seront que fortifiés !

    Kisss.

  6. Aurelie a écrit le 22 septembre 2012

    Ce qui est une réponse de politicien que tu fais julie, un oui ou un non m’aurais suffit car si c’est pour être manipuler dans des stigmates de certaine personnes bien pensantes pourquoi allez donner de l’eau au moulin ?

    • Julie Mazens a écrit le 22 septembre 2012

      j’ai répondu au dessus à ton message – la réponse que tu trouves politicienne ne répondais pas à ton message que je n’avais pas encore lu, je recopiais une réponse faite à Fabienne Calmels sur FB :) et qui donne l’état d’esprit dans lequel je vais à Existrans, état d’esprit assez largement partagé dans la communauté.

  7. Aurelie a écrit le 22 septembre 2012

    ok dsl le message n’etait actuel au moment ou j’ai ecrit lol

  8. roxy a écrit le 22 septembre 2012

    Ah ah oui rassures toi Alexandra, le bunker est solide et j’ai ma propre usine de munitions assez sophistiquées. 😉
    Mes articles ne sont jamais gratuits et ont pour but d’ouvrir le champ de réflexion sur des sujets parfois un peu fermés.
    Les attaques directes envers certaines personnes ne concernent dès lors qu’un ou plusieurs actes bien précis, hormis celles dirigées envers les vrais fachos auxquels j’ai pu avoir affaire et envers qui, devant un tel amas de connerie, ne me fera leur accorder aucun sentiment de pitié.
    La personne dont tu parles, je ne la connais pas et veux bien te croire quant à ses autres qualités.
    Je ne l’ai pas assimilée à celles précédemment mentionnées n’ayant jamais eu l’occasion d’échanger en direct.
    C’est son action excessive et à mon goût mal orientée qui est critiquée ici, d’autant plus qu’avec de telles responsabilités on se doit d’être impartiale et ouverte d’esprit, ce qui ne semble pas être le cas, du moins sur ce sujet.
    Voilà, j’ai certes la dent dure, mais je crois savoir discerner un acte d’un esprit, des positions trop arrêtées n’étant pas un signe de méchanceté, mais plutôt un signe de fatigue à mon avis…
    Pour terminer, celles qui ne m’aiment déjà pas ( et j’en compte) et celles qui ne vont pas m’aimer sont invitées à argumenter, de préférence avec sens et capacité de dialogue, il serait dommage que le bunker sorte les chenilles… 😉

    • Alixia a écrit le 22 septembre 2012

      ben voila, je t’aime car tu es un peu trop requine pour moi, mdr.
      je t’aime pas car tu es trop mimi, ben oui, parfois le visuel est fort de sens. pfff
      p’tain, j’ai trop la forme ce matin, ce doit être le fait que je suis debout depuis 4h ou alors c’est le temps ou l’odeur ou le bruit, ou …….je sais pas en fait pourquoi je t’aime pas, quoique, en y regardant de plus près ( attend, je prend la loupe), alors voyons, ben si, ça a l’air d’aller, en fait je t’aime bien quand même la requine, loll.
      aller, vais te donner un cours de pixel-art ou un cours de pixel-street ou je sais pas, comment faire une performance artistique avec pas grand chose.
      tu t’égare miss. ah bon, meu non.
      bisouus les meuf, c’est la fin de la pose.

      • roxy a écrit le 22 septembre 2012

        Hihihi si il y a une chose dont je suis certaine c’est que je t’aime parce que t’es barge, mais dans le bon sens, celui qui ne nuit pas aux autres, celui qui fait pouffer à certaines lectures et presque toujours donne le sourire.
        Je sais que le sourire chez moi çà fait peur à cause des rangées de dents alors je me colle une nageoire devant le museau 😉
        merci pour le clin d’oeil en tout cas c’est chou :)

        • Alixia a écrit le 22 septembre 2012

          tu rejoins Iza dans le fait que je suis ” barge” héhé, mais bon, il faut être un peu barge pour faire ce que je fais, si je n’avais pas le grain de folie, je m’éclaterais pas.
          demain mr autan vas souffler en rafales a 55km/h, ça vas donner grave avec les bandes de papier, pff.
          suis juste une grosse patapouf avec ma lignée noire et blanche, mais j’ai aussi une bonne dentition, mais en général, j’aime bien attaquer en meute avec mes copines et je n’hésite pas a m’échouer pour me manger un phoque ou deux. sinon, si on me prend dans le bon sens des nageoires, je suis plutot du genre gentille.
          bisouus a toi la belle, la pose est finie.

    • Alexandra a écrit le 22 septembre 2012

      Je suis autant fatiguée de son mono-maniaquerie sur le sujet, rassure-toi. Et je compte bien lui coller dans les dents en direct à portée de conversation face à face si le sujet vient à être abordé. Elle me connaît. Elle sait que je ne suis pas une tendre quand ça va trop loin. :-)

  9. Liv a écrit le 22 septembre 2012

    J’ai aussi remarqué depuis que je m’intéresse à la scène trans en France (je suis d’origine anglaise) que l’on parle assez souvent (sur le web au moins) de sida et prostitution etc. Je ne vois pas pourquoi la transidentité doit être associée à ça… ce n’est pas comme s’il n’y a pas des gens cisgenres qui sont concernés par ces choses-là ou comme si la plupart des gens trans le seraient. Pour le reste, je suis d’accord que c’est dommage si pendant ce genre de manifestations des médias s’intéressent surtout à des gens avec une apparence extravagante, et oui, je ne comprends pas trop les gens qui veulent avoir un maquillage et des vêtements bizarres, et c’est vrai qu’on ne voit pas de femmes qui font ça, ou au moins très rarement. C’est discutable si certaines drag-queens peuvent vraiement être considérées comme trans, et il y en a, je pense, qui ne revendiquent pas non plus ce terme, disant qu’ils/elles s’habillent comme ça juste pour se marrer ou pour amuser les autres. Mais je suppose qu’on ne peut que suggérer que des gens comme ça pensent un peu au but de l’occasion, comme tu dis. On ne peut pas vraiment imposer un code vestimentaire.. Pour ce qui est des gens qui voudraient exclure des personnes trans qui ne sont pas transsexuelles, c’est d’une connerie pas possible. Il existe plusieurs possibles transidentités et ce ne serait vraiment pas constructif d’exclure des gens. Je déteste les gens qui réclament la liberté d’être eux-mêmes et d’être respectés, et puis ne veulent pas l’accorder la même chose à d’autres.

  10. roxy a écrit le 22 septembre 2012

    Merci Liv pour ton témoignage.
    Je crois en effet que beaucoup pensent ainsi et ce sont des paroles comme la tienne, qui soutiennent ces évidences, qui viennent prouver aux concernées qu’elles ne sont pas si adulées que çà, le silence valant acceptation.
    Pour les drags, il y a quelques trans dans le lot, aussi quelques travesties.
    Mais une drag c’est à la base une manière d’expression artistique, souvent excentrique certes par rapport à une tenue lambda, c’est une forme de show, tout comme les transformistes.
    On peut y trouver aussi bien de réels transidentitaires comme de seuls artistes.
    Je crois que les réels transidentitaires du lot sont à même de comprendre qu’il y a un temps pour tout.
    Amicalement
    Roxanne

    • Liv a écrit le 22 septembre 2012

      Merci, Roxanne, oui, je n’ai rien contre les drag queens en particulier, mais ça m’énerve un peu si les gens lambda, comme tu dis, pensent que les trans c’est ça, c’est surtout des gens qui veulent être trés voyants et excentriques avec des perruques énormes et de grands faux cils et des sourcils dessinés en arcs exaggérés etc.. Oui, je suppose que tu as raison que c’est une sorte d’expression artistique, que ce soit vraiment des gens qui se produisent dans des shows, ou que ce soit juste pour soi, et ses amis dans des clubs etc. Et j’imagine que ces looks sont assez compliqués à faire parfois et qu’elles y mettent de l’effort, c’est juste pas mon truc, je préfère essayer d’avoir l’air féminin et naturel, et je ne connais pas de femmes qui ressemblent à des drag queens, donc je ne verrais pas l’intérêt. Pour moi la féminité ce n’est pas une question de “plus c’est mieux”.

  11. Cand a écrit le 22 septembre 2012

    Coucou,

    Je suis attentivement la liste Existrans et je suis allée à deux réunions. Je n’avais pas entendu parler de ce mouvement “coup de poing” que je trouve passablement niais. Je n’ai pas tant ressenti que ça les enjeux de pouvoirs dont tu parles Roxanne. Mais, je suis toute nouvelle donc je ne maîtrise pas tout. Par contre, et cela va dans le sens de ton article, j’ai trois impressions complémentaires mais désagréables :

    – la première est une sorte d’intuition, pas réellement confirmée : la réflexion globale est fagocitée par certaines qui ne prennent en compte nos interventions que si elles vont dans leur sens. Dans les grandes lignes, tout est déjà bouclé.

    – nous sommes quelqu’une à vouloir nous investir et je côtoie des filles super intéressantes et censées. Seulement, nous ne sommes pas des guerrières, on ne fait pas ça pour l’honneur ou le pouvoir, nous sommes plutôt discrètes voire timides … bref, ces personnalités nouvelles qui arrivent avec d’autres approches et conceptions sur les façons de faire avancer le sujet ne sont à l’évidence pas entendues (nous sommes entendues pendant les réunions mais après c’est comme si on avait rien dit).

    – je déplore clairement l’absence manifeste de stratégie, l’absence hallucinante de réflexion, le manque de cohérence, l’amateurisme gauchisant passéiste et le conformisme. S’il le fallait, j’irais toutes les semaines en réunion. J’étais prête à écrire des choses, à me confronter à d’autres. Je ne suis pas la seule dans ce cas. Il aurait fallu s’écouter, creuser certains sujets, demander des contributions écrites, chercher les points d’accroches, prendre des risques en votant une option sur la base d’hypothèses précises. La réalité de la marche s’inscrit autour de quelques généralités (“des papiers quand je veux si je veux !” – tant que nous aurons des revendications du niveau d’une gamine de huit ans, il ne faudra pas s’étonner que d’autres décident à notre place).

    Finalement, je n’ai pas l’optimisme de Julie. Je ne suis pas d’accord avec le fond, avec l’essentiel qui sous-tend la marche. Je crois que toute violence (violence des mots bien sûr), toute provocation, toute critique du fameux “Etat transphobe” sont déplacés dans le contexte actuel. A mon sens, l’année est idéale pour s’imposer autour de quelques actes symboliques forts : une marche silencieuse et austère (austère car l’heure est grave, que Karima s’est suicidée suite à un refus de lui accorder ses papiers, que nous ne sommes pas des bêtes de foire, que nous voulons une prise en compte réelle de la question transidentitaire, que nous n’en pouvons plus d’être assimilé à une orientation sexuelle et qu’il faudra bien un jour marquer la différence – et je suis certaine que les mouvements gays nous soutiendraient et respecteraient ce choix), une liste de revendications argumentées et précises que nous pourrions remettre symboliquement à des personnalités politiques, quelques slogans unitaires et apaisés (comme base de la marche, cela n’empêche pas la liberté d’expression bien sûr).
    L’heure est à la construction afin de soutenir les efforts du gouvernement. Ensuite, en fonction des résultats et avancées, il sera temps de déterrer la hache de guerre. Mais aujourd’hui, pourquoi se mettre à dos ceux qui semblent nous accorder un tout petit peu d’attention ?

    Concernant le combat trans/trav, je ne sais pas s’il faut y accorder tant d’attentions. Je me suis super énervée sur le sujet, jusqu’à me montrer agressive, mais en parlant avec les intéressées, je me suis aperçue que leur position était bien plus nuancée. C’est bien de rappeler quelques principes. Inutile d’en faire un fromage. Dans les grandes lignes, nous sommes toutes d’accord pour une marche unitaire de la grande famille T.

    Bien que préparant la marche, je ne pense pas être présente. C’est un peu dur comme argument, mais j’ai peur de me “commettre”. Je ne veux pas me retrouver sous un panneau “l’Etat transphobe tue” ou “Des papiers quand je veux si je veux”. Vous allez vous moquer de moi mais derrière mon côté blonde, je suis une fille sérieuse et appliquée : je ne veux pas saboter les efforts actuels mis en oeuvre au niveau gouvernemental pour faire évoluer la situation trans en matière de lutte contre les discriminations, rectification de l’état civil et accès aux soins médico-sociaux.

    Bises

    • Julie Mazens a écrit le 22 septembre 2012

      je suis une éternelle optimiste dans la nature humaine … j’espère que ce n’est pas mon plus gros défaut :)

      je te rejoins sur l’appréciation de la dynamique de ce collectif. Par contre, ta présence est indispensable comme celle de toute la majorité silencieuse ! sinon cela donnera trop d’importance à quelques minoritaires historiques !

      et on peut crier un slogan genre : “dans la rue, dans le métro, jamais sans mes talons !” :)

      Kisss.

    • Alexandra a écrit le 22 septembre 2012

      Oui. Julie a raison. On doit être présentes. Je n’aimerais pas plus que toi me retrouver aussi sous des pancartes : “Non à la stérilisation” que je trouve excessives et intégristes, n’ayant jamais vu la réattribution sexuelle comme une stérilisation, mais on doit être présentes.
      Elles ne vont pas nous avoir par désistement. On ne peut laisser passer cela. Et à nous de l’ouvrir si on en a la possibilité pour recentrer le débat sur du positif et une réelle avancée des droits. Surtout qu’ici, de ce qu’on peut constater, on va peu ou prou dans le même sens.

      • AlexMec a écrit le 23 septembre 2012

        Euh, salut les filles, je suis tout nouveau ici, ça fait quelques jours que je lis les choses qui sont postées, mais je préfèrais ne pas encore m’impliquer dans les débats. Mais là, j’aimerais bien dire deux ou trois petites choses.

        Je comprends le sentiment de ne pas vouloir laisser quelques personnes “l’emporter” sur la majorité silencieuse, mais… Il y a des raisons pour lesquelles cette majorité est silencieuse, justement. J’en fais partie, et je n’irai pas à l’Existrans, et j’aimerais juste apporter mon point de vue pour expliquer pourquoi.

        1. “Des papiers, si je veux, quand je veux”: sérieusement? Comme l’a dit Candice, ça fait vraiment môme de huit ans. Je ne peux pas soutenir une marche dont le slogan nous présente commes des gamin-e-s capricieux-ses, qui veulent que les règles changent juste pour elles/eux.

        2. Je suis fonctionnaire d’Etat. Je travaille pour l’Etat. Je suis payé par l’Etat. Dans mon petit coin, je représente l’Etat pour les particuliers et entreprises qui me demandent des avis officiels (des papiers, justement, même si pas des papiers d’identité). Je ne PEUX pas me permettre de prendre le risque d’apparaître au vu et au su de tous sous des pancartes ou à côté de personnes condamnant ouvertement et fortement l’Etat. Une photo de moi sous une pancarte “L’Etat transphobe tue”, et c’est ma carrière qui pourrait bien y passer.

        3. En parlant de passer: mon but, c’est le passing total, un jour. Mon rêve, c’est le jour où les gens qui ne me connaissent pas, n’imagineront même pas que j’ai eu une vie de femme avant. M’exposer n’est donc pas exactement mon but…

        4. J’ai fait mon coming-out au boulot, et pour l’instant, ça se passe très bien. Les gens me prennent au sérieux, je ne suis pas un phénomène de foire, et tout se passe calmement. La dernière chose dont j’ai besoin, c’est qu’on me voit dans des circonstances où ma transidentité serait associée à de la violence (même simplement verbale), à des messages confus où sexualité et transidentité sont mélangées, ou à des actions-choc inconsidérées comme celle décrite plus haut. En fait, il sera tout à fait dans mon intérêt personnel, si ces choses devaient être mentionnées par mes collègues, de pouvoir dire, “Ces personnes ne représentent qu’une minorité extrémiste. Je désapprouve de leurs paroles/actions, et d’ailleurs je n’étais pas à l’Existrans à cause de ça.”

        Est-ce que toutes ces raisons sont égoïstes? Oui, j’en suis conscient.

        Et alors?

        Pendant plus de 30 ans, j’ai refoulé ce que je savais inconsciemment être (un homme), afin de satisfaire “les autres”. Maintenant que je m’offre enfin le droit d’être moi-même, je refuse de me laisser à nouveau embrigader par qui que ce soit, sous prétexte que je suis “l’un du groupe”, si cela veut dire soutenir (même implicitement) des pensées, propos ou actions avec lesquels je ne suis pas d’accord. C’est aussi simple que cela.

        • Liv a écrit le 23 septembre 2012

          Salut Alex. Contente de voir un FTM ici. Moi non plus je ne suis pas d’accord avec toutes les revendications. Je vais regarder de nouveau la liste sur leur flyer et poster mes opinions.

          • AlexMec a écrit le 23 septembre 2012

            Merci Liv :) Je dois avouer que ça me fait un peu bizarre de ne voir que des filles ici, surtout après avoir été toute ma vie le garçon manqué qui trainait toujours avec les garçons 😛 Y’a comme un renversement de situation assez marrant, là 😀

        • Liv a écrit le 23 septembre 2012

          Hihi. Je suis nouvelle ici aussi, mais je il me semble que les gens ne mordent pas :)

  12. Cand a écrit le 22 septembre 2012

    Oups ! dés le deuxième mot, une fôte d’ortografe ! désoléééééééééééééééééééééééééééééééééééééé !

  13. Liv a écrit le 22 septembre 2012

    Je pense que le changement de papiers devraient être possible pour une personne qui a commencé un parcours transsexuel, et a pris une décision sérieuse de vivre en tant que femme à temps plein, et je ne suis pas forcément contre l’idée que ça devrait inclure une démarche genre rendez-vous chez un psy, un diagnostic de dysphorie de genre etc… Ce n’est pas réaliste d’attendre à ce que l’état accepte de changer des papiers d’une personne d’un jour à un autre sur une simple demande. Par exemple il y a des gens qui pensent être peut-être transexuels et vouloir changer de sexe et puis réalisent plus tard que ce n’était pas le bon choix pour eux. C’est une chose très sérieuse, à faire avec beaucoup de réflexion et sans précipitation. Mais en Angleterre on peut changer ses papiers quand on a entamé un “real life test”, sans s’être fait opérer. Et il n’y a pas besoin de passer par un tribunal. Je pense que ça c’est suffisant.

    Personellement, je considère le terme “trans” comme synonyme de transgenre, et je prends transgenre dans un sens large, englobant le specre de personnes qui ne se sentent pas à l’aise dans le rôle et identité normalement imposés aux personnes de leur sexe, par exemple, des personnes de physique masculin qui s’identifient plus ou moins aux femmes, ou autant aux femmes qu’aux hommes, et/ou aiment exprimer une certaine féminité dans leur apparence, comportement, goûts etc.

    C’est difficile à définir précisément et je ne veut pas dire que, par exemple, chaque homme qui sort un petit peu des stéréotypes d’homme macho doit se considérer trans, mais pour moi ça inclut (dans une liste non pas exhaustif) des personnes androgynes/intergenres, des travesti/es (sauf les personnes qui ne s’habillent en vêtements féminins que par fétichisme), et des transsexuelles (opérés ou pas).

    Moi, par exemple, j’ai des jours quand je pense que je suis transsexuelle, et que seulement des peurs et un manque d’argent etc me retiennent d’essayer de suivre ce parcours, et d’autres quand je pense (ce que je crois être plutôt le cas), que je n’ai pas besoin d’aller si loin, et que ce qu’il me faut c’est ne pas me sentir obligée dans mon quotidien d’être un homme très masculin (et je ne pourrais pas dire que c’est vraiment le cas actuellement, par exemple, je peux m’habiller de façon assez détendue au travail, pas besoin de porter des cravattes etc, que je déteste; et je recommence à mettre des boucles d’oreilles parfois, ce que je faisais avant à une certaine époque, mais j’aimerais pouvoir aller un peu plus loin, et je le ferais si je n’avais pas peur des réactions des autres), et puis probablement de trouver des occasions de sortir en femme et/ou en look très androgyne de temps en temps (ma photo date d’il y a quelques ans en Angleterre), ce que je pense faire une fois que j’ai réglé certaines choses, comme de perdre un peu de poids.

    Mais toute ma vie j’ai eu une certaine lutte pour me comprendre et accepter, dans le fait que je ne me sens pas comme un homme “normal”, et quelque soit la bonne ‘étiquette” pour moi, je rentre d’une manière ou une autre dans la définition de transgenre, et je soutiens les droits de quiconque a besoin de se heurter aux stéréotypes et obstacles en étant lui-même et essayant d’être heureux (et que ce soit quelqu’un de sexe masculine ou féminin; voire intersexué). Perso je n’aime pas énormément le terme travesti, que je trouve un peu laid et stigmatisant. Je viens de regarder “travestir” dans le Trésor de la Langue Informatisée et je trouve:

    Transformer une chose en lui donnant un aspect mensonger qui en dénature le caractère. Synon. déformer, déguiser, falsifier, fausser.

    Si je m’habille en femme, ou de façon androgyne, c’est pour m’exprimer, et parce que ça me rend plus heureuse et épanouie, ce n’est donc pas un ‘déguisment” comme ce pourrait être pour un homme cisgenre qui s’habille en femme pour une fête constumée etc, et ce n’est pas mentir ou falsifier, c’est une façon d’être honnête avec moi-même et les autres. Donc, je préfère, par exemple, bigenre, intergenre, de genre fluide etc. Je penche pour bigenre aujourd’hui..

    Je suis cependant heureuse de voir la société évoluer (mais pas assez rapidemment) dans un sens ou les rôles pour les hommes et femmes sont un peu moins figés qu’avant (mais encore est-il le cas un peu plus pour les femmes [bio] que pour les hommes); et que l’on commence à parler des droits des personnes transgenres, ce qui n’était pas le cas il y a 10 ans ou plus.

    Je suis aussi heureuse qu’en France les choses bougent un peu avec ce gouvernement – on commence par exemple à parler ‘d’identité de genre”, par exemple , tandis qu’il y a 2 ou 3 ans je me souviens d’avoir lu sur un site gouvernemental (pour un organisme qui s’occupe du langage), que le mot “genre” était un anglicisme inutile parce que “nous avons déjà en français le mot sexe qui veut dire la même chose”.. On a inclus la transphobie dans une loi récente sur le harcèlement, et on parle de faire une nouvelle loi pour les trans. On ne peut pas attendre à ce que tout change d’un coup, et je ne pense pas que ce soit utile d’accuser le gouvernment d’être transphobe, quand pour une fois ils font un peu d’effort pour s’intéresser à ces questions. Moi j’aimerais cependant, comme certains états américains, qu’on fasse une loi rendant illégale la discrimination basée sur ” l’identité et l’expression de genre”.

  14. Liv a écrit le 22 septembre 2012

    Pour ce qui est la tendance à faire une amalgamme avec transidentité et sexualité, je pense que ce n’est pas très utile, vu que sexualité (préférence pour les hommes ou les femmes, ou les deux), n’a pas forcément de lien avec la transidentité, mais je pense quand même que les trans et gays et bis ont des revendications similaires en ce qui est d’être acceptés par la société, et que ce n’est pas mal que l’on a rajouté le “T” à LGBT. Déjà ça peut rendre la transidentié plus visible, puisque on parle des droits des homosexuels depuis plus longtemps et il existe plus d’organismes pour les droits des homos que pour les droits des trans, et on ne devrait pas cracher sur ça s’ils veulent aussi parler pour des trans. En plus les homophobes sont généralement aussi transphobes, parce qu’ils n’aiment pas qu’un homme ou femme se comportent comme l’autre sexe – pour les homos ils le font dans le seul domaine de la sexualité, pour les trans c’est plus large.

  15. yukarie a écrit le 22 septembre 2012

    “trav aujourd’hui, trans demain, qui sait ? qui peut juger ?”

    Julie, un trav est un homme.
    Une “trav” est une trans. et l’appeler trav est pour moi un manque respect car elle est femme. Elle ne se travestie donc pas quand elle s’habille en femme, puisque c’est sa nature intérieure.
    Elle fait donc partie des transidentitaire de facto. Qu’elle entame ou non une transition physique aujourd’hui ou jamais.
    C’était pour te donner des arguments face à ces gens intolérants 😉

    Yukarie

  16. Liv a écrit le 22 septembre 2012

    Je suis encore en train de m’habituer à des termes français pour parler du genre et des transidentités. Est-ce que c’est généralement accepté, alors, qu’on dit “une travesti” pour une personne de sexe masculin qui à un côté féminin qu’elle exprime en s’habillant en femme, et “un travesti” pour un homme qui met des vêtements de femme pour des raisons sexuelles tout en se sentant toujours entièrement un homme? C’est intéressant de savoir. Et qu’en est-il alors pour des femmes qui aiment s’habiller en homme, genre “drag kings”, dont il y en a aussi qui se sentent vraiment “homme” dans leur rôle masculin? Ce sont des travestis ou travesties?…. Ceci étant dit, comme je viens de dire je ne raffole pas du mot que ce soit avec ou sans “e”..

  17. Liv a écrit le 22 septembre 2012

    Moi j’aime la phrase “identité et expression de genre”, comme je viens de dire, en partie parce que c’est très large. Je soutiens le droit aussi, par exemple, pour les hommes de mettre des jupes pour des raisons de mode, même s’ils ne se sentent pas du tout trans, et ça pourrait aussi rentrer de façon large dans “expression de genre”.

  18. Liv a écrit le 22 septembre 2012

    J’aurais dû dire une travestiE dans mon post ci-dessus…

  19. Liv a écrit le 22 septembre 2012

    Pour ce qui est de la “pathologisation” (je viens de voir l’affiche d’Existrans), je dirais, que je suis d’accord que ce n’est pas idéal que la transidentité soit considéré comme une maladie mentale (quoique je pense que ce n’est plus le cas en France?) mais quand même les personnes transsexuelles normalement demandent des traitements médicaux – hormones, chirurgies etc, et qu’au moins en partie ça soit remboursable, donc, pour cette raison, et aussi parce qu’on peut comprendre que le gouvernement ne veut pas que quiconque peut se définier homme ou femme et changer ses papiers d’un jour à un autre sans aucune suivi officiel, je pense que c’est normale qu’il faut un diagnostic etc. Je pense que ça va si au moins les docteurs veillent surtout au sérieux de la personne et de sa décision et ne demandent pas qu’elle rentre dans une idée trop stéréotypée de ce qu’une femme/une homme “devrait” être, ce n’est pas si mal que ça. Une autre possibilité serait de requalifier la transsexualité en trouble physique et non pas mental (c’est le corps qui pose problème en fait, non pas le mental..).

  20. Mlle Sawasdee a écrit le 22 septembre 2012

    Je peux me permettre de soumettre un avis les filles 😉 ?

    Sans vouloir être rabat joie et paraître aigrie, ma dernière participation a l’existrans date de 2006 (periode ASB Tom Reucher). Comme vous J’ai usée mes talons de trav a l’existrans ( Et oui les trav deviennent des trans et ensuite même des femmes) et comme vous je me suis posée les mêmes questions, l’accès aux soins, la reconnaissance, les papiers etc …
    Ne vous faites pas trop d’illusions sur la portée médiatique et la diffusion du message de la marche.
    De plus des actions choc comme celles de la piscine c’est contre productif, pour celles qui connaissent, souvenez vous du GAT (http://transencolere.free.fr/gat/questcequegat.htm) question actions choc elles ont données ! pour quel résultat ?
    RIEN…. Rien a bouger, rien a changé sauf a créer encore plus d’incompréhensions de la part des citoyens lambda, des actions pour montrer au gouvernement notre existence ?
    Ce n’est pas très responsable de la part d’associations, surtout en ce moment ou le dialogue avec les divers services de l’état semble etre plus facile et plus volontaire…

    Voila juste l’avis d’une ancienne trav devenue une jeune femme :)

    Bonne manif les filles, éclatez vous, hurlez, discutez, expliquer, communiquer, mais restez digne et surtout pas de violence même verbale ça ne mène a rien, sauf a créer des murs encore plus grand.

  21. yukarie a écrit le 22 septembre 2012

    “Une autre possibilité serait de requalifier la transsexualité en trouble physique et non pas mental” .
    C’est le genre de phrase qui a un impact fort, je trouve. Et cet impact peut interpeller la société dans son ensemble. Elle mériterait d’être diffusée dans les grands médias.

    Quand à l’obligation de passer par un psy avant l’opération : les quelques cas de personnes qui ont compris que leur parcours était une erreur et se sont arrêtées avant l’irréversible semble justifier un minimum de réflexion, assistée d’un professionnel.
    Maintenant il semble que trop de psychiatres n’ont pas eu cette attention pour leur patient et ont en fait réduit leur activité à une simple vérification de la volonté de la personne d’aller jusqu’au bout du parcours. Cet aspect est très critiquable et justifie le libre choix du thérapeute.

    Liv, pour une personne venant de la langue anglaise, je trouve que tu maîtrises très bien le masculin et le féminin des mots !!

  22. Liv a écrit le 22 septembre 2012

    ou correcte, plutôt :-/

  23. Liv a écrit le 23 septembre 2012

    1. Changement d’état civil sans conditions – un peu utopiste/
    sans stérilisation – d’accord
    sans suivi psychiatrique – pas trop d’accord

    2. Libre choix de médecins ; maintien de remboursements – OK
    3. Transphobie recconue comme discrimination liée à l’identité de genre – OK
    4. Campagnes contre transphobie – OK
    5. Formation et sensibilation – OK
    6. Plus de recherche sur effets de hormones – OK
    7. Campagnes sur le Sida – pas nécessaire d’associer les trans le le Sida, il y a déjà des campagnes et organismes pour ça
    8. Abolition de loi contre racolage « précarisant les personnes trans » – devraient être au moins « certaines personnes » ou queque chose comme ça, et même chose que pour 7.
    9. Amélioration pour personnes T en prison – OK
    10. Faciliter régularisation de migrants – hmm, non, il y a aussi des gens qui s’occupent de ça, et seulement une minorité de trans en France sont des immigrés irréguliers
    11. Démantèlement immédiate des équipes hospitalières – quoi ? Alors qui s’occupera des demandes des transsexul/les en France? N’est pas utopiste de penser qu’elles seront immédiatement remplacé par quelque chose de mieux ? Ne faut-il pas plutôt dire ce qui ne va pas avec les (certaines des ?) équipes actuelles, et essayer de les faire évoluer, plutôt que de demander leur démentèlement ?? Et est-ce qu’elles sont toutes si mauvaises que ça? Est-ce qu’on veut vraiment se mettre à dos tous les personnels médicaux qui s’occupent des trans en disant que ce sont tous des cons qui ne nous comprennent pas? Ça ne me semble pas constructif. Pareille pout “état transphobe tue” etc quand pour une fois l’état commence à s’intéresser aux question de transidentités. Moi j’ai lu des commentaires sur des articles d’actualités ou des gens disaient des choses comme “l’économie part eà va l’eau, et on parle d’une loi sur les trans? Ce n’est pas une priorité, c’est du politiquement correct blabla…” Evidemment je ne suis pas du tout d’accord avec ses sentiments, mais le monde ne tourne pas autour de nous non plus.

    • AlexMec a écrit le 23 septembre 2012

      Ha ha, super, t’as dit tout ce que je pensais, alors comme ça, je n’ai plus qu’à ajouter:

      +1 !

      En particulier, je dois avouer que mettre sur le devant de la scène les problèmes de Sida et de prostitution ne me semble pas être une bonne idée du tout. Les gens lambda connaissent très peu la transidentité, mais beaucoup connaissent et méprisent le stéréotype de la “pute travelo du Bois de Boulogne”. Alors évidemment je ne dis pas qu’il faut séparer les trans des travs, loin de là, mais ça me parait contre-productif d’évoquer spontanément ce stéréotype quand on veut éduquer à propos de la transidentité en général. Si on veut que les gens ne nous prennent pas pour des pervers sexuels dépravés, il ne faut pas commencer par leur parler de nos problèmes de Sida et de prostitution – ça donne la mauvaise impression…

      Quant à démanteler les équipes hospitalières: comme tu dis, ils/elles vont aller où, qui ne peuvent pas se payer un parcours en privé??

      • Liv a écrit le 23 septembre 2012

        Bravo Alex, je pense la même chose. Déjà en France on associe trop les trans aux prostituées et la marginalisation etc, donc parler de prostitués, sida, immigrés illégales etc, et mélanger ces choses avec d’autres qui nous concerne tous et non pas une petite minorité, je le trouve contreproductif. Il faudrait se concentrer sur un noyau de revendications raisonnables et qui nous concerne tous. Pourquoi pas ajouter aussi des mesures anti-raciste parce que certains trans sont noirs, ou des mesures pour aider les chomeurs parce que certains trans sont au chomage, ou je ne sais pas quoi.

        • AlexMec a écrit le 23 septembre 2012

          La façon dont je le vois, le problème est qu’il n’est pas clair qui l’Existrans cherche à interpeller.

          S’il s’agit du gouvernement, alors oui, évidemment, il faut mentionner les situations qui ont besoin d’être étudiées d’urgence: le Sida, la précarité… Mais si on s’adresse au gouvernement, alors il vaut mieux éviter les pancartes du style “L’Etat transphobe tue”, parce que les gens ont tendance à ne pas vouloir discuter quand on commence par les insulter…

          Ou alors, est-ce l’Existrans s’adresse à la population générale? Parce que dans ce cas, woah, pas si vite! On ne peut pas défiler en réclamant par exemple “des papiers, si je veux, quand je veux”, quand la population ne connait même pas la problématique liée à notre changement d’état-civil! Si on veut s’adresser à la population, alors il faut continuer à enseigner les bases jusqu’à ce qu’une majorité comprenne qui nous sommes et ce dont nous avons besoin.

          Mais l’Existrans semble vouloir faire tout ça à la fois. Je ne vois pas vraiment comment c’est possible. Il faut choisir son public et adapter son discours à ce public – ou risquer de n’atteindre personne, ou pire, de rebuter une partie de l’audience.

          Au final, on rejoint ce que dit Candice, qui “déplore clairement l’absence manifeste de stratégie, l’absence hallucinante de réflexion, le manque de cohérence, l’amateurisme gauchisant passéiste et le conformisme.” L’Existrans ne semble pas clair sur qui est visé, et le résultat est inévitable: la confusion.

      • Alexandra a écrit le 23 septembre 2012

        Ben… On se rejoint. Extrait de mon article “La liberté totale de choix” : “Pour ma part je serais plus subtile que ce qui va être demandé. Je mettrais volontiers en compétition les équipes protocolaires avec leurs pairs étrangers. Ce serait très intéressant. Et en plus cela leur donnerait finalement le moyen de se confronter aux spécialistes étrangers du domaine.”

        • AlexMec a écrit le 23 septembre 2012

          Oh là là! Compétition?? Que n’as-tu dit là 😛 !? La fonction publique ne mange pas de ce pain-là 😀 !

          Ce que je veux dire, c’est que ça serait super, ce que tu proposes, mais que ça n’arrivera pas à moins d’une vraie volonté politique pour financer un tel projet. Et pour l’instant, la volonté politique, elle n’est encore qu’un nourrisson qui zigouille dans son berceau, alors c’est pas demain la veille qu’elle aura de quoi financer ce genre de formation…

          Par contre, si on s’y prenait bien, on pourrait peut-être arriver à présenter l’agréement de chirurgiens étrangers comme étant bénéfique à tout le monde? Les trans qui obtiennent de meilleurs résultats pour moins cher, et l’Etat français qui n’a plus à s’embêter avec la partie vaginoplastie du parcours…

          • Alexandra a écrit le 23 septembre 2012

            Ah zut ! J’ai employé un mot qui fâche ! Argh !

  24. Naïs a écrit le 23 septembre 2012

    Oh que j’aime cet article !!!

  25. yukarie a écrit le 23 septembre 2012

    la compétition des équipes peut se faire simplement en permettant aux Français(es) d’aller suivre les soins en Belgique ou ailleurs en Europe tout en étant remboursés par la sécu et mutuelles en France. A l’heure de l’Europe, cela devrait pouvoir passer.

    • Alexandra a écrit le 23 septembre 2012

      Désolée mais il n’y a pas que l’Europe qui existe et il semble que depuis que Monstrey ne soit plus celui qui opère en Belgique, la qualité ait baissé. Les meilleures offres sont hors-Europe. L’Europe, actuellement, c’est trop restrictif. Lorsque je regardais tous les chirurgiens possibles en mars 2011, j’ai pas mal enquêté et c’est ce qui est ressorti pour Gand. On m’a fortement déconseillé d’aller voir en Belgique. De là, j’ai regardé aux USA, en Grande-Bretagne et finalement en Thaïlande. J’ai été convaincue par Chettawut en terme de qualité et de sécurité et de taux de réussite hyper-élevé. Pour info, bien des américaines viennent chez Chettawut ou Suporn, ça veut bien dire que la notoriété est mondiale. Donc limiter à l’Europe est se fermer la porte aux grands.

    • Alexandra a écrit le 23 septembre 2012

      … Et j’ai bien entendu aussi regardé du côté du Canada…

  26. roxy a écrit le 23 septembre 2012

    Je me doutais que cet article allait faire réagir mais je m’attendais, et je ne suis pas la seule, à quelques morsures d’animaux blessés, ce qui n’est pas le cas.

    Vos propos sont intelligents, constructifs, parfaitement démonstratifs des dernières mentions de l’article, à savoir l’intérêt d’ouvrir le débat à travers des concertations étendues, d’un véritable recueil d’avis et leur analyse sérieuse.
    Le panel de transidentitaires représenté dans les commentaires liés à cet article est extrêmement large, et je félicite toutes les interventions, préférant répondre au sens large qu’à l’unité (m’étant déconnectée un moment et devant le nombre il serait aussi fastidieux qu’inutile de coller un “j’aime” à la Facebook sur chacune).

    Pour information, Julie vous le confirmera, les réactions se sont étendues à une échelle dépassant le site et ont fait couler de l’encre.
    Il semblerait que l’article soit perçu comme une ouverture à la polémique…

    Je dirais donc, pour reprendre AlexMec un peu plus haut, “Et alors?”.
    Que faut-il? La fermer lorsque quelque chose nous paraît incohérent dans une lutte supposée être commune?
    Faire profil bas devant l’hégémonie des pensées se croyant exemplaires et fortes de leur passif lié à la marche?
    Laisser s’enorgueillir les “porte-parole-sainte” sur du vent?

    Oui nous sommes à moins d’un mois de la marche et il est évident que tout ne peut pas être chamboulé et reconstruit en si peu de temps.
    Est-ce une raison pour ne pas réfléchir au bien-fondé de certains abus comme tenter de raisonner les organisateurs d’actes choc ou au moins les suiveurs désorientés qui risquent gros? Ou les porteurs de banderoles au message disproportionné.

    Bien sûr qu’il est trop tard pour organiser une élection démocratique des représentants du mouvement, ce qui à mon avis serait un point intéressant, programmes à l’appui, afin de donner un tant soit peu la parole à certaines qui subissent désespérément le joug des auto-proclamées ou choisissent l’abstinence par manque de repères ou sentiment de non-intégration.

    J’ai bien conscience que c’est une version “politique” et que le risque est fort d’y voir subdivisions et manipulation de la classe précitée.
    Mais bon, je crois que c’est à réfléchir. La plupart des transidentitaires ignorent tout du contenu de la marche, de ses slogans prévus, de l’intégralité des revendications au programme, etc à peine si l’on sait une date et un parcours.

    Où se trouve la démarche d’implication réelle adressée à tous les transidentitaires sous forme d’une information détaillée et ouvrant la concertation.
    20 ou 30% de votants à un programme élaboré comme le propose Candice c’est toujours 20 ou 30% d’avis réellement exprimés, plutôt que de pondre dans son coin quelque chose et de le soumettre le jour J, au risque (et Aurélie l’exprime très bien) de mettre au pied du mur des gens se déplaçant de loin pour une cause estimée juste dans sa globalité et se retrouvant assimilés à des slogans en désaccord avec leur opinion.

    Que l’on arrête de prendre les gens pour des cons en leur imposant la vision monochrome de certains.
    Se demander “qu’est ce qu’on fout là?” dans un tel cas est bien la pire des situations possible pour un être doué de raison…

    Alors j’ouvre la polémique? Oui. Et je le maintiens n’en déplaise à qui de droit.

    Je participerais au défilé, ne serais ce que parce que cela sera mon premier et qu’il n’y a pas de meilleur moyen pour soutenir un argument que de bien connaître le sujet et d’être témoin du déroulement des choses.
    Je soutiens volontiers certaines revendications mais je crois que cette année mon attitude sera plus celle d’une observatrice.

    Si mes craintes se confirment, je persisterais certainement dans la voie que la logique m’impose et que j’ai exprimée ici, et si ma voix et celle de qui refusent le système tel qu’il est se heurtent à un mur d’incompréhension et de déni, je considérerait dès lors que ma participation à cette manifestation en l’état est impossible, sans pour autant cesser le combat contre l’intolérance au sein d’une juste cause.

    Merci à nouveau pour vos contributions.

  27. Chloé AVRILLON a écrit le 15 octobre 2012

    Personnellement je comprends le coup de la piscine (non, je ne participerais pas). Je comprends également qu’il puisse être interpréter de plusieurs façons. Pour ma part, je n’y vois qu’une façon de démontrer le paradoxe d’avoir des papiers d’identité à l’opposé de son genre/sexe/rôle social.

    Enfin, à l’existrans, je m’y suis exprimée l’année dernière. Cette année je préfère laisser la place à d’autres (faut pas croire, mais personne ne se bouscule pour prendre la parole), passer le flambeau (ici aussi, peu de candidates ! c’est dommage !!!), et retourner dans le cortège, en soutient.

    C’est vrai, je passe à la télé et dans les journaux… est-ce que j’en retire une quelconque notoriété ? Bof, je ne sais pas et à vrai dire je m’en moque : je ne fais pas ça pour être célèbre. Pas du tout, j’aurais préféré être tranquille et rester peinarde dans mon coin plutôt que de voir certaines jalousies malsaines en sortir : le monde des trans, que voulez vous, c’est trop souvent du crépage de chignon, un concours du Narcisse le plus exacerbé, la foire d’empoigne pour l’ego le plus centré, le “Hit&Miss” version reality life, un Dallas psychologique de (pas “des”, “de”) dingue. Bref, ça part en vrille à tout va (et je ne suis pas la dernière à partir en vrille !!! Ca rend daiiiinnnngue une transition ! LOL )

    J’ai fait le constat que c’était toujours les mêmes têtes qui organisaient… et payaient l’existrans et beaucoup d’autre choses de leur propres deniers (oui, l’année dernière, les personnes qui ont organisé l’existrans ont du y mettre de leur poche !!! Ca va etre pareil cette année ???).

    En fait, c’est beaucoup plus facile de rester dans son coin, sortir le popcorn, compter les points et critiquer celles qui ont fait de leur mieux avec ce qu’elles avaient ou n’avaient pas.
    Je ne dis pas, nombre d’entre vous ici, se sont investies à la mesure de ce qu’elles pouvaient. mais combien justement, pour le peu, se sont faite cracher dessus ou on pris des coups de couteau assassins dans le dos, par simple médisance ?
    Il tout de même fort de constater (et cela nous dessert fortement aux yeux des politiques et des autres communautés que dans une population qui a si souvent été stigmatisée, il y ai si peu de tolérance : entre les hétérophobes, les homophobes, les transsexuelles qui ne piffent pas les transgenres ou vice-versa, les “passings-canons” qui ne peuvent pas sentir celles qui ont eu moins de bols (ou à l’inverse les jalouses), les pro-sofect, les anti, les pros psy, les anti-psys, celles qui font la gueule aux travestis, j’en passe…; pfiou !!!!!!! Mesdemoiselles, lâ-chez-du-lest !

    Enfin bref, depuis le début j’ai un vœux pieu : s’unir pour êtres plus fortes (je souhaite de tout cœur que Txy qui a cette vocation y arrive !!!)

    Mille bécots
    RDV Samedi :)

  28. Chloé AVRILLON a écrit le 15 octobre 2012

    Julie, tu écris plus vite que moi (j’ai écris 1 message, 4 crans plus haut, et tu en a écris 3 entre) :)

  29. Astriddd a écrit le 15 octobre 2012

    bah tout ça je le savais déjà je t’en avais même déjà parlé je crois ! c’est pas d’hier ça Julie, ça fait 15 ans que sa dure et tout les ans c’est le même refrain ! ça sens encore une fois une manifestation coupé en 2 ! je te conseille Julie de ne pas rentrer dans le lard des extrémistes sans avant prise des précautions stratégiques, car le nombre fait la force, et vous serez en sous nombre, il serait risqué de lutter contre ! je le redis ne lie pas en affection tout ce qui sera devant tes yeux je te sais trop naïve et trop fraiche ! je l’ai dit aussi a Manon! faites votre existrans et laisser les dire ! on s’organisera nous plus tard, on créera l’exisT ! Courage

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -