Photo du profil de roxy

by

Un an déjà…

7 octobre 2012 | Tags: , , , , , , ,

Une année s’est écoulée depuis le 4 octobre 2011 où j’ai pour la première fois utilisé le traitement hormonal qui m’avait été prescrit, dans le but d’emprunter enfin ce que j’estime être mon chemin vers la liberté.

Bon la liberté ça reste relatif…

Disons la liberté d’être moi-même avant tout.

Les carcans imposés par la vie en société se voient multipliés lorsque l’on ose en déformer l’image attendue.

Il n’y a qu’à voir les regards lancés aux personnes affichant les nombreux looks jugés « décalés », gothiques, androgynes, ou même simplement un peu trop « flashy ».

Il n’y a pas que dans les auto-écoles que l’on est jugés sur un code, c’est un examen continu dès que l’on sort de chez soi dans ce pays.

Il y a une chose qui est aussi certaine, c’est que la mode féminine, même si on va juger ce qui sera considéré comme une trop grande excentricité, est bien moins soumise à des conditions de genre.

Le look « garçonne » est complètement intégré à l’image de la femme par exemple.

Pour un homme, la féminisation n’est pas du tout perçue comme un style par le public.

Les androgynes sont déjà dévisagés alors ne parlons pas d’un look carrément féminin…

Les tentatives de Jean-Paul Gaultier vers le mariage d’éléments masculins et féminins sur des hommes n’ont pas dépassé la largeur des podiums et il paraît même que certains de ses parfums masculins sont boudés par des hommes pour une soi-disant « trop grande féminité », alors que les femmes ne se gênent absolument pas pour porter des parfums réputés masculins sans déranger qui que ce soit.

Alors on aura beau dire « J’enquiquine le regard des autres », « je fais ce que je veux (parce que je le vaux bien…) », ce n’est pas forcément simple d’affronter la certitude que son passage ne va pas laisser indifférent.

Il reste bien sûr le choix d’essayer de se fondre dans la foule par la tenue la plus discrète possible, et ce n’est pas le seul cas des transgenres puisque beaucoup de femmes optent pour des tenues ne risquant pas de trop les faire remarquer, couleurs sobres, vêtements aux coupes fort peu ostentatoires, et pas trop de talons si possible.

Celles qui dérogent à cette règle et osent porter des talons, des mini jupes ou des couleurs vives sont immédiatement repérées dans la masse et sujettes à une étude plus approfondie, parfois envieuse, parfois libidineuse, et le plus souvent juste due à un réflexe motivé par la différence.

Autant dire que la transgenre qui adopte ce look s’expose à cela et risque fort d’être « grillée » sur des détails qui auraient pu passer inaperçus autrement.

En toute logique, le problème n’est pas d’être grillée comme transgenre.

C’est de doublement déranger ces messieurs dames…

Les femmes qui s’habillent au gré de leurs envies les dérangent parce qu’elles ne suivent pas le mouvement « requis ».

Si en plus on réalise qu’il ne s’agit pas de femmes biologiques, le quidam réagit comme s’il était trompé avec intentions…

Un autre fait dont il faut tenir compte, c’est que l’homme est un loup pour l’homme.

Les rapports de force sont essentiels à l’équilibre de la meute.

L’homme pourtant, à la différence du loup, aime à pariatiser et rejeter les éléments en position de faiblesse de par le nombre, la différence visible qui expose à critique aisée et surtout si bien évidemment ils affichent profil bas.

Une sortie en groupe de transgenres les rassurent à juste titre, car on osera moins les asticoter ouvertement, hormis parfois de la part des quelques groupes d’imbéciles dont la provocation est la seule loi.

De même, à l’heure ou tout un tas de pauvres gens à l’esprit dérangé, bien souvent par le malheur d’une vie chaotique comme il s’en trouve de plus en plus fréquemment, déambulent dans les transports ou la rue en vociférant d’inintelligibles paroles et dont le passant se détourne de la façon la plus effrayée qui soit, une attitude humble et discrète peut-être interprétée comme un signe de faiblesse et générer quolibets et autres brimades.

Mais une fois de plus, il ne faut pas croire que cela se limite aux transgenres et que le reste des gens est épargné.

La courtoisie et le respect de l’être humain n’est plus un sacerdoce pour personne et la moquerie est un jeu pervers qui peut fédérer un nombre impressionnant de personnes, motivées par l’orgueil tiré du fait de rabaisser des gens en présence d’un auditoire, de convictions éducationnelles ou religieuses dans lesquelles ils ont été nourris de haine envers ceux qui ne leur ressemblent pas, ou de sentiments de frustration issus de pensées interdites inapplicables en la circonstance.

Les groupes d’individus dont les activités solitaires s’orientent vers ces mêmes personnes qu’ils vont fustiger au sein de la bande, les hommes transis d’émoi et leur femme furibonde au passage d’une jolie petite nana bien dans ses baskets sur laquelle ils vont communément déverser un flot de sarcasmes bourrés d’amertume, les pseudos rangés derrière une foi contraignante ayant les mêmes pensées que les précédents mais qui cette fois vont invoquer l’atteinte au respect de leur foutu Manitou, sont tous autant qu’ils sont la plaie de la liberté évoquée plus haut.

Pour ma part, je dirais que ma patience à des limites.

Circuler librement et dans le respect des lois est un droit civique essentiel qu’aucun de ces olibrius n’est en droit de venir entacher de sa sombre attitude.

Tant que cela se limite aux regards, quels qu’ils puissent être, je m’en moque éperdument.

Les gloussements emprunts de malaise et les termes déplaisants marmonnés me passent la plupart du temps au-dessus mais sont à la longue assez barbants.

Les agressions verbales provocatrices scandées haut et fort et les heureusement fort rares agressions physiques, elles, me font monter au créneau.

Tout cela pour dire qu’on peut avoir fait un choix symboliquement orienté vers la liberté et devoir affronter une nouvelle forme d’enfermement…

Mais après tout, les vies faciles çà ne court pas les rues et loin de moi l’idée d’imputer à ma transidentité l’origine de tous mes maux ou d’en faire un sujet de complaintes pour pleurnicher sur mes détresses passagères.

Je l’ai voulu.

J’ai mis 5 ans à tester, analyser et comprendre les enjeux et contraintes que ce choix m’imposerait, alors ce n’est pas maintenant que je vais faire comme si je débarquais de ma bulle face au monde qui m’entoure.

Je suis sereine, heureuse et fière d’être qui je suis.

Cette année n’a d’ailleurs pas été en reste de m’accorder de grandes joies.

Après les premiers mois très difficiles psychologiquement en raison des turpitudes liées aux bouleversements hormonaux, les choses se sont stabilisées, mon esprit à continué d’évoluer tandis que mon corps se transformait enfin, se féminisant de manière régulière mais croissante.

L’harmonie obtenue a changé de nombreux points de ma conception globale de mon être.

L’envie de sortir de plus en plus du ghetto dans lequel j’avais fait mes armes en public (lieux et soirées dédiés transgenres), l’envie de partager des amitiés avec des personnes extérieures à ce milieu qui m’acceptent comme je suis, l’envie d’aider par le conseil celles qui me tendent la main tout en restant réaliste sur les limites de mes connaissances, et surtout cette nouvelle envie d’écrire, plus forte, plus essentielle, plus vitale dirais-je même.

Est né de cette avidité d’écriture un roman, entreprise enfin aboutie après presque 30 ans d’hésitations et de tentatives avortées.

Ma nouvelle vie entamée, mes pensées soudain bien ordonnées et une volonté d’acier m’ont prouvé que cette transformation dépassait largement le cadre du physique à travers cette réalisation.

Un esprit nouveau était venu compléter l’ancien.

Parce que contrairement à certaines idées reçues, je ne crois pas que lorsque l’on devient une transsexuelle l’ancien soi meurt au profit d’une autre entité.

Certes certaines choses changent radicalement.

J’ai eu notamment la sensation de voir le monde à travers des yeux nouveaux.

Mais est-ce pour autant logique de perdre ses souvenirs et de renier son passé ?

Absolument pas.

L’homme que j’étais n’était autre que la femme que je suis.

Seulement dans mon cas je n’en avais pas complètement conscience et mon mode de vie était différent.

Pas de quoi en faire un drame, j’ai vécu une vie passionnante et d’une richesse inouïe, je ne renie rien et suis la première à y faire référence si l’occasion se présente.

La renaissance n’est qu’un symbole, je suis née il y a 46 ans et pas il y a un an.

Le nouveau moi est une énième réalisation de ma vie, un accomplissement comme pour mon roman.

Il aura mis certes un temps non négligeable à prendre forme mais la vie est un puzzle gigantesque dont nous ignorons tout du résultat final et dont nous passons toute notre existence à assembler les pièces.

On se construit et parfois on se déconstruit pour mieux se reconstruire.

Parfois ce sont les aléas de la vie qui mélangent les pièces et qui nous font former une image différente de celle à laquelle nous nous attendions depuis quelques temps.

Les gens sont témoins de cet ouvrage et essaient eux aussi de nous influencer dans la création de certaines images, mais il n’appartient qu’à nous de tenir bon car le vrai bonheur c’est d’être autonome dans ses choix.

Roxanne est là à présent, bien là.

Je me fiche éperdument des opinions de toutes celles et ceux qui s’interrogent sur le devenir de mon parcours, je n’ai pas à me justifier ni à donner d’infos sur mes intentions d’en faire plus selon une logique qui est leur mais peut-être pas mienne.

Certaines qui peuvent me considérer à ce jour comme une « fausse femme » n’ont qu’à bien se tenir parce que l’identité féminine est avant tout un état d’esprit et toutes les opérations du monde ne feront pas une femme de qui n’en a pas l’âme.

C’est pourquoi j’avance haut et fort que toute transgenre à le potentiel de se prétendre femme (ou homme dans le cas opposé) et qu’il m’a été donné de constater que certaines ne le sont pas, peu importe l’avancée morphologique dans laquelle elles se complaisent.

Le corps peut s’habiller et se transformer mais le cœur et l’esprit resteront toujours les véritables témoins de l’identité d’un être.

C’est sur cette phrase que s’achève ce petit pamphlet, bilan d’un an de réflexion sur une condition nouvelle qui s’avère pour moi avoir été un choix magnifique, une vraie consécration.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Fille ou Garçon mon sexe n’est pas mon genre
Réalisateur : Valérie Mitteaux Producteurs : ARTE FRANCE, OSTINATO PRODUCTION, CHAZ PRODUCTIONS Ils sont nés femmes mais vivent aujourd’hui comme des hommes. Portraits croisés de quatre "transboys" ou trans' FtM. Kaleb a une trentaine d’années. Après avoir fait le choix de "transitionner" (passer du féminin au masculin), il participe à des ateliers pour s’approprier sa masculinité. Lynn, lui, n’a jamais suivi de traitement hormonal. Il s’est autoproclamé "homme" et le revendique dans un one-man-show. Miguel, qui a collé des photos du temps où il s’appelait ...
LIRE L'ARTICLE >>
Quelques mots sur les TERFs
Chloé a récemment publié une lettre en réponse à des propos particulièrement agressifs d'une militante appartenant à un mouvement radical-féministe, que je ne citerais pas pour ne pas lui faire plus de publicité que nécessaire. Je voudrais cependant revenir sur ce sujet pour tenter de caractériser ces personnes qui excluent les transgenres MtF du groupe des femmes ... ces radicales féministes appelées TERF pour Trans-Exclusive Radical Feminists. A la base, la TERF va affirmer que : ► les femmes trans font une transition ...
LIRE L'ARTICLE >>
Des transgenres préhistoriques comme un atout dans des sociétés primitives !
Une étude ethnologique, tout juste publiée (1) dans la revue Human Nature et réalisée par Doug VanderLaan du Centre pour les addictions et la santé mentale au Canada, montre que les transidentités étaient présentes dans les sociétés ancestrales et souvent vécues alors comme un atout pour ces sociétés. A l'opposé de certaines attaques menés par une frange réactionnaire issue de la manif pour tous, cette étude montre que le transsexualisme n'est pas contemporain de notre époque et existait déjà pendant la ...
LIRE L'ARTICLE >>
Lingerie pour femmes transgenres et travesties par Chrysalis
De plus en plus de femmes transgenres travaillent dans le monde de la mode et une marque de lingerie a su le remarquer. Il s'agit de la marque Chrysalis. Depuis 2010, Chrysalis Lingerie crée des lignes de soutiens-gorge et de dessous qui répondent aux besoins bien spécifiques des femmes transgenres. Les sous-vêtements sont étudiés pour soulever, rentrer et lisser et les soutiens-gorge sont rembourrés. [...] L’idée, d’après Cy Lauz, une des co-fondatrices de la marque, était de créer un produit qui éliminerait au ...
LIRE L'ARTICLE >>
Dans un comté américain, Une élève transgenre autorisée dans les toilettes des filles !
Une école de Nashua dans le New Hampshire a décidé d'accepter totalement l'identité sexuelle d'une élève transgenre de huit ans. Née dans le corps d'un garçon, elle souhaite pouvoir s'habiller comme une fille et utiliser les toilettes féminines de l'école. "Je pense que si l'environnement devient de plus en plus accueillant pour les jeunes transgenres, beaucoup d'entre eux vont avoir le courage de s'affirmer. Les parents et les écoles doivent apprendre à l'accepter", déclare Janson Wu, l'avocat qui a représenté l'élève ...
LIRE L'ARTICLE >>
Les transgenres sont confrontées a toutes sortes de difficultés dans la SOCIETE par ce qu'enfreindre la Séparation des genres masculins et féminin heurte encore beaucoup de gens. Mais en vérité si ces personnes réfléchissaient un peu elles réaliseraient que les transgenres ne causent pas de tort à la SOCIETE ni à elles mêmes en particulier. Il existe toute une série de mesures simples et ne coutant RIEN à la SOCIETE qui permettraient de faciliter la vie des transgenres et d'arrêter leur ...
LIRE L'ARTICLE >>
"Laurence Anyways", une histoire d’amour entravée par la transsexualité d’un homme.
Je voudrais partager brièvement avec vous un échange que j'ai eu avec mon amour de femme Agnès pas plus tard que hier soir. Et en profiter pour lancer un appel d'utilité ! Agnès venait d'avoir plus tôt dans la journée un échange téléphonique avec la compagne d'une copine transgenre. Échange qui restera bien évidemment privé mais qui fût l'occasion d'aborder l'aide effective au couple que pouvait apporter une communauté comme la notre, que ce soit au travers d'échanges et rencontres ou ...
LIRE L'ARTICLE >>
La transphobie devient un critère légal de discrimination aux contours flous, mais pour le gouvernement l’identité de genre peut attendre
Nous nous faisons l'écho de la nouvelle loi votée le 25 juillet, les réactions continuent à tomber ... ________________________________________________________________________________ Vote à l'unanimité du projet de loi sur le harcèlement sexuel. La transphobie devient un critère légal de discrimination aux contours flous, mais pour le gouvernement l'identité de genre peut attendre. ________________________________________________________________________________ Communiqué de Presse Fédération LGBT / ANT Le 25 juillet, l'Assemblée nationale a adopté le nouveau projet de loi relatif au harcèlement sexuel, pour combler le vide juridique laissé par l'abrogation, le 4 mai dernier, du ...
LIRE L'ARTICLE >>
Déshabillez-nous : Ces Messieurs Dames : Vidéo Intégrale
Nous avons retrouvé le mythique reportage Déshabillez Nous - Ces Messieurs Dames que nous mettons intégralement en ligne au profit de toutes et tous. Disclaimer : nous Transleaks, sommes parfaitement conscientes de l'illégalité de cet acte puisque le droit français ne contient pas de principe de "Fair Use" comme aux États-Unis ; nous considérons comme légitime d'avoir accès à ce documentaire de référence qui est une œuvre du Service Public Français, qui a été payé par nos impôts et qui devrait ...
LIRE L'ARTICLE >>
La transidentité et la société
NDLR : ce billet constitue une réponse à un article qui a provoqué un grand émoi au sein de la communauté Trans, blessant nombre de personnes. Je suis restée quelques semaines muette très volontairement sur tous les canaux de blogging ayant bien des choses à mettre en place, mais suis loin d'être restée insensible tant à l'actualité du "vrai monde" que de celle du microcosme T. Beaucoup de mouvements prennent forme. On sent nettement une accélération et une prise d'assurance globale qui ...
LIRE L'ARTICLE >>
Fille ou Garçon mon sexe n’est pas mon genre
Quelques mots sur les TERFs
Des transgenres préhistoriques comme un atout dans des sociétés primitives !
Lingerie pour femmes transgenres et travesties par Chrysalis
Dans un comté américain, Une élève transgenre autorisée dans les toilettes des filles !
Pourquoi cette dramatisation du genre?
Et les compagnes (de travesties, de transgenres) ?
La transphobie devient un critère légal de discrimination aux contours flous, mais pour le gouvernement l’identité de genre
Déshabillez-nous : Ces Messieurs Dames : Vidéo Intégrale
La transidentité et la société

36 responses to Un an déjà…

  1. Carolyne TeeGee a écrit le 7 octobre 2012

    Beau témoignage, mais pour ce qui est du Grand Manitou, je pense que tu te trompes, Roxanne, comme le prouve ce livre très intéressant sur l’histoire (méconnue pour ma part) des transgenres au sein des tribus amérindiennes. Ne rendons pas à César ce qui appartient à Momo et ses (con)disciples :)

    http://books.google.fr/books?id=d5mqEk6UKUUC&printsec=frontcover&dq=men+as+women%2C+women+as+men&source=bl&ots=X0aps3Is5K&sig=r2zlRffCM5Ugcv6wKU8ITN3Cceg&hl=en&sa=X&ei=pVZrUNm4HvPb4QS_nYCgBQ&ved=0CC4Q6AEwAA

    • roxy a écrit le 7 octobre 2012

      Merci Carolyne mais tu te seras doutée que le Manitou (employé volontairement sans l’adjectif “Grand” pour ne pas lui donner un sens réducteur) était un clin d’oeil à la généralité des religions monothéistes qui condamnent dans un grand ensemble (bouddhisme et quelques plus rares exceptées) la transidentité selon l’interprétation de leurs prêcheurs essentiellement d’ailleurs.
      Les polythéistes d’hier et les animistes d’aujourd’hui, ainsi que les peuples amérindiens comme tu les cites sans oublier le cas extraordinaire des inuits ont montré et montrent encore une bien plus large ouverture d’esprit à ce sujet et sur bien d’autres.
      Je n’entends pas réduire cependant la palme de l’intolérance aux seuls disciples dont tu parles car les chrétiens entre autres ne sont pas en reste de promettre enfer et damnation aux transgenres, qu’ils assimilent comme d’habitude aux homosexuels (c’est tellement plus simple quand on est bête comme ses pieds de faire des amalgames).
      Il n’y a qu’à écouter les sermons de certains pasteurs américains (évangélistes je crois) pour entendre des propos qui rendraient jaloux le pire des ayatollahs…
      Enfin de toute façon, transgenres, homosexuels, ou même gens qui préfèrent le thé au café le matin, quand ces dangereux personnages ont décidé de s’en prendre à quelqu’un ce n’est pas sans conséquences désastreuses à une très large échelle et c’est déplorable.

      • Carolyne TeeGee a écrit le 7 octobre 2012

        Même s’il y a des cons et des intolérants intégristes partout, il y a cependant une chose fondamentale et essentielle que les occidentaux ne veulent pas voir : pour les musulmans, le coran est un livre “incréé”, ou encore créé par dieu et intemporel, ce qui exclut toute interprétation et interdit tout aggiornamento, car celà reviendrait à remettre en cause l’existence de dieu et ferait s’effondrer de fait cette “religion”.
        Pour celles et ceux qui ont vu le film Dogma, c’est un peu la même chose, mais en beaucoup moins drôle.

        L’idée, et surtout le piège imparable, c’est que si on critique ou qu’on remet en cause tel ou tel verset de ce bouquin, histoire de l’adapter à la civilisation moderne et à ses valeurs (comme un “islam de france” par exemple…je me marre), on ne fait donc que remettre en cause ce que dieu aurait écrit. Or dieu est infaillible, grand principe fondateur de toutes les religions monothéistes, et prouver de facto qu’il ait pu se tromper, c’est toute la création qui s’effondre…tu mords le topo ?

        Et quand dans un bouquin, tout n’est qu’appels au meurtre, au sexisme, à l’intolérance, en total désaccord avec nos valeurs républicaines, mais qu’en plus c’est validé par dieu, on fait quoi ? Les lois de la république primeraient sur des lois divines ? On vient d’en avoir l’illustration parfaite quand on a vu nos politiques se coucher comme des dhimmis pour quelques petits mickeys…

        • roxy a écrit le 7 octobre 2012

          Fort possible mais le sujet de la religion n’est pas le sujet du billet Caro et il est tellement délicat et peut amener tellement d’opinions et de discordances que je souhaite l’arrêt immédiat de l’épilogue sur ce sujet, recommandant à qui le souhaite d’écrire un article de fond sur le sujet afin d’y laisser débattre celles que cela intéresse.
          Personnellement, je me fous de la religion comme de mes premières chaussettes, je suis agnostique et n’ai de comptes à rendre à personne.
          Je n’ai fait qu’une simple mention liée à une des nombreuses formes d’intolérance rencontrées, je vous serais à toutes reconnaissantes d’aller en causer ailleurs si çà ne vous embête pas car ce sujet m’exaspère vraiment très vite et comme il s’agit d’un billet intime je serais peinée que cela soit le seul point retenu. bises.

  2. Charly Carolingiens a écrit le 7 octobre 2012

    Comme je le disais ailleurs, voilà un joli texte dans la verve des “articles roxannesques” et qui, outre le fait de s’appuyer sur le l’intime, amène quelques “balises” (les passages en gras) qui peuvent parfaitement faire l’objet de débats séparés….

    Et puis, quoi de plus beau que de lire: <> !

    Bravo a toi Roxanne :)

    • Charly Carolingiens a écrit le 7 octobre 2012

      Bon, une petite fâcherie avec WordPress…..j’ai eu le malheur d’utiliser un texte entre guillemets et du coup il (WordPress) m’a sucré la phrase citée…

      Il fallait donc lire en fin de paragraphe :
      ————————————————-

      Quoi de plus beau que de lire ” Je suis sereine, heureuse et fière d’être qui je suis ” !!

      Bravo a toi Roxanne :)

      • roxy a écrit le 7 octobre 2012

        Merci à toi Charly je suis heureuse de cette interprétation!
        C’est en effet un sujet très intime qui me tient à coeur et qui est avant tout un partage auprès de celles qui ont vécu, vivent ou vivront cette belle expérience de réalisation de soi.
        Les phrases en gras sont les points clés de ma réflexion, je ne les impose bien entendu à personne, il s’agit simplement d’un partage d’idées et comme tu le dis si bien, une éventuelle ouverture à débats séparés.
        Gros bisous!

  3. Aurore a écrit le 7 octobre 2012

    Je suis tout à fait d’accord sur l’ensemble de cette magnifique redaction.

    -“Mais après tout, les vies faciles çà ne court pas les rues et loin de moi l’idée d’imputer à ma transidentité l’origine de tous mes maux ou d’en faire un sujet de complaintes pour pleurnicher sur mes détresses passagères.”. Je suis bien d’accord avec toi, car ils ne faut pas cristalisée nos peurs et nos maux sur le simple fait que l’on se fait “agresser” dans la rue uniquement parceque l’on est une T. Les femmes rondes subissent aussi bon nombre de moquerie dans leur quotidien, ou tout simplement parcequ’un homme a un grand nez… Les agresseurs utiliseront toujours le defaut le plus flagrant pour les moquerie et rabaisser l’autre (et se sentir ainsi le dominant de la meute), qu’a cela ne tienne, il doit vraiment etre idiot pour faire cela car cela pourra lui arriver un jour (cela me fait penser au K de dino buzati (de memoire), ou les chasseurs deviennent des gibiers), mais aussi ce mefier d’etre arrogant, car on peut tj trouver plus fort que soi.

    Et tout comme toi, je ne renierai jamais mon passée, car cela fait celle que je suis aujourd’hui. Je me sens en accord avec moi meme, et n’aimerait pas me sentir imputée d’une partie de ma vie.

    Merci de se billet qui montre une âme merveilleuse !
    bise !

    • roxy a écrit le 7 octobre 2012

      Merci sincèrement Aurore je ressens encore le plaisir de nos échanges à travers ce commentaire.
      Je crois que nous sommes faites pour nous comprendre 😉
      Je ne t’oublies pas d’ailleurs pour ce que tu sais :)
      mille bisous!

  4. Alexandra a écrit le 7 octobre 2012

    Je me devais de donner mon experience du moment car elle alimente ton article.

    Pour abonder dans ton sens, Roxanne, cette semaine j’ai été amenée à entamer une très longue discussion sur ce qu’avait été globalement ma vie, avec un couple que je connais depuis quelques temps avec qui je me suis liée d’amitié. J’ai donc forcément évoqué mon passé qui expliquait mon présent personnel, professionnel et sportif. Je leur ai ouvert le yeux sur le parcours que j’ai dû faire sans verser dans le pathos et eux m’ont ouvert les yeux sur des points que je n’avais pas envisagé. Je vois les choses sous un jour encore nouveau par rapport à dimanche dernier, et je suis en train d’entamer la revue d’un pan de ma vie laissé en suspend. Si j’avais refusé en bloc, nié en bloc mon passé, jamais je n’aurais bénéficié de leur aide (et qu’elle aide !! Elle est à mon sens cruciale, car touchant à la famille) sur ce point précis. Il se trouve que je n’ai pas honte de mon passé, encore heureux ! Nous sommes un tout. Oublier notre passé revient à couper toute racine. Les imbéciles existeront toujours, nuiront à toutes personnes qui ne vont pas dans leur sens. Les T n’ont pas le monopole des nuisances subies par les imbéciles. Évidemment… Ça fait mal car d’un coup, dans la phase T ouverte, les imbéciles se ruent, attirés comme les abeilles par le miel. Les T doivent pour autant faire fi de leurs racines pour éviter la nuisance des imbéciles ? Pourquoi tant d’entre nous refusons bien souvent de parler de notre passé que ce soit dans la phase T ou après ? Bien souvent pour ne pas subir les imbéciles. Pour ma part, je fais fi des imbéciles, mais surtout pas de mon passé. Les plus gênés n’ont qu’à s’en aller.

    • roxy a écrit le 7 octobre 2012

      Très juste Alex. Etre libre d’être soi commence par l’acceptation de soi passé, présent et avenir.
      La réflexion est nécessaire en tout point, à tout moment.
      Il faut savoir écouter; pas pour suivre aveuglément mais pour mieux réfléchir, confirmer ses pensées ou les faire évoluer.
      Je ne suis pas une donneuse de leçons je suis une partageuse d’idées, c’est bien là toute la différence avec celles qui cherchent à imposer les leurs.
      J’ai parlé de puzzle mais je pourrais parler aussi de Légo (désolée pour la pub à une marque 😉 )
      Les légos ont cet avantage de pouvoir permettre de multiples constructions au gré du désir du créateur.
      Mais ils ont tous un point commun: une base solide faite de blocs résistants qui sont là pour soutenir n’importe quel type d’édifice.
      Notre passé c’est cette base et il est essentiel à une bonne reconstruction…
      Merci de ton intervention. Bises

      • Aurore a écrit le 7 octobre 2012

        Ma vision n’est pas celle des lego !! hihihi.
        Pour ma part, c’est plutot celle d’un phare en pleine mer, il faut trouver un rocher solide pour la construction (notre identité dont on est sure a 100%), et apres amener des bloc de pierre pour eriger le phare (notre passé, nos actes, nos choix, ..) et ensuite la creation de la coupole en verre (notre transition ??) pour enfin faire briller notre lumiere qui eclairera l’ocean (notre bonheur qui rayonne enfin)..

        Voila !!

    • Alixia a écrit le 8 octobre 2012

      (ans de transition et je ne fais pas abstraction de mon passé et je ne fais pas non plus une croix sur qui j’étais.
      samedi aprem, j’ai été retrouvée une connaissance sur la campus de la FAC du Mirail, elle, elle sait pour moi, elle m’a présenter a ses amiEs en tant qu’alixia et comme je suis une bavarde, me voila a parler d’art et de création.
      ensuite débat dans un amphi et apéro et là, avec certaines personnes ont en est venu a parler de “genre” et j’ai pas cachée que j’étais en transition, mais j’ai mis l’accent sur l’essentiel pour moi, dire que j’étais ” moi” et rien d’autre.
      il en ressort, que j’ai de nouveaux “amiEs” sur FB, loll et que je suis inscrite sur un site de rencontre pour “sorties amitiés”.
      on m’a dit que j’étais tellement a l’aise que l’on faisait fie de mon look, même si mon look laisse a désirer. mais on m’a aussi dit qu’il y avait des femmes plus masculine que moi.
      de toute façon, comme je l’ai déja dit, je porte mon nom de créatrice depuis le début et il reste des traces sur la toile, donc j’assume. mais je ne dis pas a tout le monde non plus mes origines.
      le mec lambda qui m’invite a prendre un verre, d’une je lui dis rien, deux je refuse de boire un verre, pas par peur qu’il puisse découvrir qui je suis, juste parce-que je refuse les invitations des personnes que je ne connais pas et surtout, je trouve qu’il y a toujours une intention masqué derrière une invitation de mec.
      donc au final, oui, j’assume mon passé, et ce passé me sers aussi dans ma vie courante pour créer.

  5. Liv a écrit le 7 octobre 2012

    Merci pour ton témoignange, et je suis contente que globalement tu te sens bien quoique tout n’est pas parfait et il existe des cons qui font des remarques s’ils remarquent des différences chez quelqu’un etc. Je suis d’accord aussi avec tes commentaires sur la difficulté pour les hommes qui voudraient choisir un look féminin. A une époque, quand j’allais dans ce sens, j’ai aidé à créer un groupe pour les hommes qui voulaient avoir une liberté totale de choisir des looks masculins ou féminins ou androgynes, et on avait beaucoup de membres inscrits pour notre groupe en-lighne et on avait fait quelques sorites à Londres – aux parcs et musées et restaurants etc, non pas juste dans des lieux transgenre. Je pense qu’il est important que les gens puissent s’exprimer comme ils veulent, avec ou sans se revendiquer d’être trans. Pout une raison ou une autre le groupe n’existe plus, mais c’était une bonne idée. J’ai vu récemment que Richard O’Brien – écrivain et acteur anglais, qui a crée The Rocky Horror Show – a commencé à porter des looks féminins. Il se dit transgenre, en fait, aussi depuis peut de temps, mais n’essaie pas de “passer” et n’a pas d’intentions de prendre des hormones etc. Je recommande le Evening with Richard O’Brien que l’on peut trouver sur internet, si vous comprenez l’anglais, ou entr’autres il parle de sa transidentité. Voici l’une de cette série de vidéos YouTube, où ils porte une robe (pensez aussi qu’il a environ 70 ans – je trouve qu’il a l’air vraiment bien).





    • roxy a écrit le 7 octobre 2012

      Thanks for the compliment and definitely thanks for the video Liv! This chap is such a great comedian and the rocky horror show is one of my favorite movie! This video was such a pleasant moment, i just pissed myself! Always been very touched by english humor like John cleese’s one in Fawlty Towers ou Rowan Atkinson’s in Blackadder! As long as it hasn’t been translated into french of course, what a pity…
      Voilà pour le petit clin d’oeil anglophone 😉
      Merci beaucoup Liv pour ce bon moment de fun!
      bisous

  6. Liv a écrit le 7 octobre 2012

    Hey, you write very good English Roxy, did you spent a lot of time in the UK, or just watching British comedy? 😉 J’adore Blackadder en particulier. Je n’ai pas vu The Rocky Horror Picture Show en entier depuis qu’un prof nous l’a montré quand j’étais ado! A l’origine c’était une comédie musicale, qui a été – et continue à être – un énorme succès, ce qui a été très agréable pour Richard O’Brien – avant il était un acteur peu connu, après il a été confortable financièrement pour la vie, mais je ne le lui en veux pas vu qu’il semble être une personne tellement sympatique. Je me rappelle à l’âge d’ 11 ans environ, ma mère avait été voir la pièce et elle a dit après que ça concernait un travesti transylvanien, et m’a demandé si je savais ce que c’était qu’un travesti, et j’ai dit que oui… (et dans la tête je pensais que je supposais que c’était quelqu’un comme moi, un garçon qui aimait des choses de fille, et que ceci était un secret que je ne pensais jamais pouvoir mentionner).

    J’ai reproché un peu à ce film/pièce le fait de pousser pas mal dans des stéréotypes de drag queens et excès sexuels etc, mais finalement c’est fait avec bonne humour et je pense qu’à la longue il aura été bien pour encourager les gens à être plus détendus concernant les différences de genre et de sexualité.

    Pour lui, Richard se dit transgenre (depuis seulement quelques années qu’il est sorti du placard), et s’être toujours senti plus fille que garçon, mais en partie il avait peur de ne pas être convaincant en tant que femme s’il changait de sexe; mais finalement je trouve que ce qu’il fait maintenant, en ne pas essayant de nier le fait qu’il a un corps et voix d’homme etc, mais en exprimant sa féminité quand même, je trouve ça bien et libérateur. je pense que ceci aussi devrait être une des possibilités pour des gens avec des sentiments T. Pour ce qui est la sexualité, il a été marié plusieurs fois et a eu des enfants mais il est bi.

    Tu peut trouver une partie où il parle de la transidentité ici:





    Bises
    Liv

    • roxy a écrit le 7 octobre 2012

      Oui j’ai vécu un peu au sud de l’Angleterre il y a une vingtaine d’années dans le Sussex à East Grinstead près de Gatwick où j’ai fais un peu le stew pour la B.A (eh non je n’ai jamais eu l’intention de devenir hôtesse de l’air lol).
      Je te rjoins sur le rocky horror picture show car évidemment tout dépend de l’interprétation qu’on en fait.
      A ce sujet je trouve que “la cage aux folles” n’est pas en reste d’avoir servi d’exemple pour ridiculiser les transgenres, à tel point que les intolérants et autres auteurs de “bad jokes” utilisent ce terme pour nous désigner ainsi même que les homosexuels puisque dans le fil tout a été associé.
      Je ne vais pas caché avoir trouvé le film et la pièce très drôles mais cela a donné beaucoup de matière aux détracteurs pour s’amuser à nos dépends…
      Tout comme je pourrais faire un aparté sur l’une des pires réalisations de Spielberg, “les dents de la mer”, qui a stigmatisé mes pauvres chers requins au rang de monstres avides et sanguinaires…
      Concernant Richard merci de me l’avoir fait découvrir sous cet angle c’est une personne pleine d’humour et de sensibilité et de toute évidence un grand artiste très complet.
      bises
      Roxanne

      • Liv a écrit le 7 octobre 2012

        Il n’y a pas de quoi. Oui, il est de toute évidence quelqu’un de très doux et charmant (aussi bien que talentueux), aussi de très honnête et ourvert. J’aime bien. Et maintenant je vois le film d’un oeil plus bienveillant aussi. Et on peut au mois dire que si le personnage de Frank N. Furter est assez extravagant, il est aussi plutôt impressionnant et débordant de confiance.. tapez “Sweet Transvestite” sur YouTube (regardez la version avec Tim Curry qui a 3 millions de vues), pour ceux/celles qui ne savent pas de quoi je parle. Et finalement, je suppose que si le personnage n’avait pas été aussi extravagant alors le film n’aurais pas trop marché, vu que l’excès et extravagance sont ces raisons d’être en quelque sorte…

      • Liv a écrit le 7 octobre 2012

        Je suis aussi d’accord que tout est question d’interprétation, et les préjugés qu’on amème avec soi … si on n’en a pas, on rira et s’amusera des excès du spectacle simplement, mais si on en a on pourra s’en servir ensuite pour dire que toutes les personnes de sexualités ou identités de genres différents sont de grandes folles extravagantes, même si ce n’était pas le but du film.

      • Liv a écrit le 7 octobre 2012

        En plus le film/comédie musicale, au mois a fait parler des trans — il a été crée dans les années 70, quand on n’en parlait presque pas sauf peut-être de rares articles de presse (plutôt à sensation).

  7. Liv a écrit le 7 octobre 2012

    Je précise, la cas où des gens ne le savent pas, que Richard a tout crée dans The Rocky Horror show – il a écrit toutes les chansons etc (et il a joué RiffRaff dans la version filmée).

  8. Cand a écrit le 7 octobre 2012

    Coucou,
    Super intéressant et j’aime beaucoup le petit film de Liv (juste le souci c’est que ce type a l’air super drôle et mon anglais n’est pas assez bon pour comprendre la moitié des blagues – mais ça c’est tant pis pour moi !).
    Bisous

  9. Cand a écrit le 7 octobre 2012

    ps : je pique le film pour le mettre sur mon p’tit salon 😉

    • Liv a écrit le 7 octobre 2012

      Cool :) J’ai posté le premier clip parce qu’il a un look plus féminin (il a changé ses vêtements pendant des pubs) mais c’est plutôt l’autre où il parle d’être trans, et c’est vers 5 minutes.

  10. Liv a écrit le 7 octobre 2012

    Personnellement cependant je l’ai surtout connu parce qu’il était le maître de cérémonie d’une sorte de jeu télévisé à la télé anglaise quand j’étais ado – The Crystal Maze

  11. Aurore a écrit le 7 octobre 2012

    Liv !!! je veux voir le film !! Mais j’ai juste un grand carré tout noir !!
    Possible de juste mettre le lien ?
    Mici !

    • Aurore a écrit le 7 octobre 2012

      bha nan c bon en faite… j’ai dit oui a un truc et hop !!

      <— une vraie blonde comme on en fait plus !

      • Liv a écrit le 7 octobre 2012

        Hihi. Bien. Mais comme je disais, si tu comprends un peu l’anglais, c’est la deuxième vidéo que j’ai postée (part 1 of 5), où il parle d’être trans (et dit des choses très sensées) – vers 5 minutes. Mais je te suggère de commencer vers 4 minutes, ou il parle du symbolisme des contes de fées. Ou bien la regarder en entier évidemment.

      • Liv a écrit le 7 octobre 2012

        Je dis, “il” parce que je pense qu’il ne revendique pas autre chose, mais c’est plutôt il/elle je suppose, voire elle

  12. Alixia a écrit le 7 octobre 2012

    ouahh, super, très bien, excellent, quoi dire d’autre, sait plus trop en fait, parfois il vaudrait mieux que je me taise, me taire?? non, impossible.
    heureusE pour toi Roxanne.

  13. Nadine a écrit le 8 octobre 2012

    J’aime beaucoup cette réflexion tant sur toi-même que sur la transidentité !

    Merci

    Nadine

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -