Photo du profil de Celia

by

Parcours hospitaliers : Transphobie de classe

14 octobre 2012 | Tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,

Le Dr Morel-Journel face à un trans dans « Le Sexe de mon identité » de Clara Vuillermoz

Le Dr Morel-Journel face à un trans dans « Le Sexe de mon identité » de Clara Vuillermoz

Ce soir nous étions au forum des images. Je représentais avec d’autres le collectif Existrans, venu débattre avec le public autour du documentaire projeté : “Le Sexe de mon identité” de Clara Vuillermoz, destiné à la télévision, qui décrit des parcours hospitaliers FtM et MtF dans le cadre du GRETIS à Lyon.

A la vue de ce documentaire une chose m’a frappée : la transphobie ne touche pas tout le monde de la même façon. Selon votre classe sociale, vous pouvez passer au travers de pas mal d’épreuves, notamment l’épreuve qui consiste à laisser des médecins décider ce qu’ils feront de votre corps. Vous pourrez vous soustraire à ces mauvais traitements uniquement si vous avez la capacité à payer les traitements et les opérations sans vous faire rembourser.

Dans le film, on assiste, et c’est une première, au « conseil de classe », qui décide du passage ou pas sous le bistouri de ce bon docteur Morel Journel. Un brave homme au demeurant, qui a réfléchi à la question, et qui semble plus avancé que ses copains de classe sur les questions de genre (il a lu le Gender Outlaw ou quoi ?). Par exemple lui envisage assez sereinement que quelqu’un puisse demander une ligature des trompes sans autre chose de plus (phalloplastie ou mamectomie), ses potes profs au conseil trouvent quand à eux que tout fout le camp, qu’on peut quand même pas aller mettre des écailles sur le dos de quelqu’un ou fabriquer des monstres juste pour faire plaisir.

C’est quoi ces trans qui demandent des trucs sans même avoir l’air de souffrir ? Eux les toubibs on leur à dit qu’ils étaient là pour soigner, éviter la souffrance. Ils ont juré craché sous serment, ils ne peuvent plus déroger. Donc ils veulent pouvoir la juger cette souffrance. Suffit pas de se dire trans, de dire je veux ci ou ça, ou pas ci ou ça. Il faut évaluer longuement, peser le pour et le contre des années avant de faire des cadeaux de Noël à ces pauvres trans sans le sous qui souffrent tant. Dire oui à ces opérations tellement irréversibles qu’on dirait que c’est à eux qu’on va transformer le pénis en vagin leur fout une de ces pétoches ! Leur responsabilité est engagée vous comprenez. Alors pas question de se défausser, on decide entre nous. Pas unE trans ne fait partie du conseil. Y’a même pas de délégué de classe. Juste la caméra de Clara Vuillermoz cette fois, qui capte ces débats de haute volée philosophique et éthique, ou papas et mamans psy, endocrino, et chirurgien (y’a une femme dans le lot) vont dire oui ou non à cette demande folle. Ils vont la prendre pour vous cette responsabilité. « Je pratique une chirurgie qui transforme un corps sain en un corps imparfait, dépendant à vie de la médecine. » déclare le Dr Morel-Journel, ce qui est juste si l’on s’en tient à la matérialité des faits mais donne une idée de l’angle de vue quelque peu différent et antagoniste avec un point de vue trans.

La seule du reportage qui a pu échapper à ce parcours hospitalier est chef d’entreprise. Cela confirme s’il était besoin que quand on a les moyens, on évite de se faire traiter en objet et on décide comme un grand ou comme une grande de son orientation… heu… de ses opérations.

Transphobie de classe. Classe dominante, les toubibs, classe dominée, les trans. Jusqu’à quand ? Tous ces professeurs décident pour vous. Il faut les voir évaluer les candidats. Les malgenrant systématiquement (sauf MJ) Les psys : « Crédible en femme cet homme ? Non ! Pas crédible ! Trop vieux ! D’ailleurs on l’a refusé y’a 10 ans ! Pas sexy !  » Se rendant compte de l’énormité de leur cruauté, ils se gaussent « Oh, oh, oh, heureusement on est pas à pour juger en fonction de notre idéal féminin ». Allez ça passe, va pour cette fois, grâce au coup de pouce de MJ, IL l’aura sa vagino LE trans !

A ne pas manquer, le conseil de classe transphobe comme si vous y étiez, c’est fin octobre sur France 3 (le 27 je crois).


Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Une séance Existrans à Chéries Chérie – Samedi 13 octobre à 20h00
Rencontre débat avec le Collectif Existrans autour du documentaire "Le Sexe de mon identité" le samedi 13 octobre à 20h00, en partenariat avec l'association What The Film! Le collectif Existrans organise depuis 1997 l'Existrans, la marche des trans et de celles et ceux qui les soutiennent. Une fois encore, le collectif soutient la campagne internationale Stop Trans Pathologization 2012, "campagne pour la dépathologisation des identités trans". Nous avons choisi de nous aligner sur cette campagne, car nous partageons ses objectifs, dont les ...
LIRE L'ARTICLE >>
Reportage France 3 – “Le sexe de mon identité”
NDLR : Film documentaire projeté lors Festival Chéries Chéris dans le cadre de la marche de l'Existrans. Tous les articles sur ce documentaire >> ici<<<. Tout d'abord ce reportage est très respectueux des femmes et hommes interrogé-e-s ce qui est notable lorsque l'on voit la plupart des reportages sur le sujet depuis quelques temps. Pour une fois, je me fends de la phrase suivante : je vous conseille vivement de le voir, surtout si vous êtes dans la boucle du Gretis ...
LIRE L'ARTICLE >>
Nicolas Morel-Journel, meilleur chirurgien de France pour les réattribution, et humain
Actuellement, en France, le docteur Nicolas Morel-Journel est considéré comme étant le meilleur chirurgien en matière tant de vaginoplasties que de phalloplasties. Il est malheureusement le seul au bon niveau de technicité pour réaliser des opérations fonctionnelles et esthétiquement réussies avec un taux de réussite digne de ce nom, n'amenant que très rarement ses patientEs à revenir sur la table d'opération pour des retouches. En 2012, j’ai pratiqué 130 opérations dans le cadre d’un changement de sexe. Mais parfois, certains patients nécessitent ...
LIRE L'ARTICLE >>
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France Corinne Fortier [CNRS/LAS] dans le cadre du colloque Traitements et contraintes : approches empiriques des dispositifs de prise en charge institutionnelle, qui a eu lieu les 14 et 15 juin 2012, à l'Université Paris 13 à Bobigny. Nous nous intéresserons aux normes et contraintes du dispositif institutionnel lié au transsexualisme tel qu’il est pratiqué aujourd’hui en France, et en particulier à Paris où nous avons mené notre enquête de terrain en tant qu’anthropologue. Dans le ...
LIRE L'ARTICLE >>
La transphobie : un obscurantisme ordinaire
par Jean Zaganiaris, politologue Si l’on a tendance aujourd’hui à utiliser le mot « obscurantisme » pour désigner les délires théocratiques, il faut rappeler que ce terme peut aussi revêtir des formes non religieuses tels que le machisme, le racisme, le colonialisme, la raison d’Etat, le capitalisme, l’homophobie et la transphobie … Les « fous de dieux » sont tout aussi obscurantistes que l’appareil étatique responsable de l’enfermement du groupe de rock russe Pussy Riot, que les politiques ultra libérales imposées en Grèce ou bien ...
LIRE L'ARTICLE >>
Chat OUTrans : « La transphobie de la part du milieu médical est le premier facteur qui empêche de prendre soin de sa santé »
Vous avez pu chatter en direct avec l’association OUTrans le 19 juin. Voici la retranscription complète des échanges. Maria: Avez vous le sentiment que les revendications trans’ sont pleinement intégrées par les assos LGBT maintenant? OUTrans: Oui la question trans’ est de plus en plus prise en compte au sein des revendications LGBT mais il y a encore beaucoup d’ignorance vis-à-vis des enjeux et des réalités politiques autour des questions trans’. Ganimo: Qu’entendez-vous par « les enjeux et les réalités politiques autour des questions trans » ?  OUTrans: ...
LIRE L'ARTICLE >>
Transphobie
Vous n’êtes certainement pas arrivé par hasard sur cette page. Il s’agit vraisemblablement d’une recherche sur un moteur de recherche avec des mots-clé comme “transphobe”, “transphobie”, “transmisogynie”, "discrimination", … qui vous a amené à découvrir cette page et notre site communautaire Txy. La transphobie est une discrimination portant sur l’identité de genre. Elle peut se manifester sous forme de violences verbales et physiques (agressions, crimes de haine, viols, ou meurtres), par un comportement discriminatoire ou intolérant (discrimination à l'embauche, au logement, ou ...
LIRE L'ARTICLE >>
La transphobie tue.
(Communiqué de Presse du 19 novembre 2012) La Transphobie tue. Journée Internationale du Souvenir Trans   Transgender Day Of Remembrance (T-DOR) à vu le jour en 1999 pour rendre hommage à Rita Hester, femme trans afro-américaine odieusement assassinée le 28 novembre 1998. Depuis 14 ans, la communauté trans organise la Journée International du Souvenir Trans pour rendre hommage à toutes les victimes de transphobie. Cette année comme toutes les autres nous serons nombreux et nombreuses, partout dans le monde pour rappeler à quel point les personnes ...
LIRE L'ARTICLE >>
Métamorphoses
Bonjour à tou-tes C'est mon premier article ici. J' aurais aimé vous transcrire in extenso, ce que je viens de publier dans mon nano-blog de potes, "Les Suiveurs de Choses". Mais je suis une brelle authentique pour ce genre de manipulations, alors je me contente de vous donner le lien (NDLR: je l'ai mis en dessous :)). [Edit. par Phlune : Merciiiii !] J'ai tâché de faire un résumé sommaire, avec mes mots, de la situation trans',  à l' usage des gens qui savent-pas-ou-peu-mais-sont-prêts-à-apprendre, tout ...
LIRE L'ARTICLE >>
13 octobre 2012 – Chéries Chéris
Rencontre débat avec le Collectif Existrans autour du documentaire "Le Sexe de mon identité" le samedi 13 octobre à 20h00, en partenariat avec l'association What The Film! Le collectif Existrans organise depuis 1997 l'Existrans, la marche des trans et de celles et ceux qui les soutiennent. Une fois encore, le collectif soutient la campagne internationale Stop Trans Pathologization 2012, "campagne pour la dépathologisation des identités trans". Nous avons choisi de nous aligner sur cette campagne, car nous partageons ses objectifs, dont les ...
LIRE L'ARTICLE >>
Une séance Existrans à Chéries Chérie – Samedi 13 octobre à 20h00
Reportage France 3 – “Le sexe de mon identité”
L’incroyable retard de la France dans la prise en charge des chirurgies des trans
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France
La transphobie : un obscurantisme ordinaire
Chat OUTrans : « La transphobie de la part du milieu médical est le premier facteur qui empêche de
Transphobie
La transphobie tue.
Métamorphoses
13 octobre 2012 – Chéries Chéris

7 responses to Parcours hospitaliers : Transphobie de classe

  1. Celia a écrit le 14 octobre 2012

    Merci Julie de publier ce texte sur TXY, qui me vaut des attaques en règle sur FB d’une personne trans qui considère que j’attaque la réalisatrice. Elle n’a rien compris, ou bien elle fait semblant.
    Dans mon texte,le problème que je relève c’est la transphobie de classe des parcours hospitaliers, qui n’est pas une idée défendue dans le film, mais une évidence qui m’est apparue à la vision du film. Selon notre condition sociale nous ne sommes pas égales face à la transphobie. Et pour moi la posture de la plupart de ces médecins est transphobe (et sexiste) en ce qui ne reconnaissent pas les trans comme des égales (excepté peut-être le Dr Morel-Journel qui est un peu plus respectueux) Donc on peut dire que le documentaire à ce mérite de mettre ce fait en évidence, même si c’est à son corps défendant. La réalisatrice est parvenue à pénétrer dans ce que je nomme les “conseils de classe” du GRETIS. Elle à obtenu cette possibilité grâce à son compagnon chirurgien et ancien interne de Morel Journel disait-elle lors du débat. SI je ne l’attaque pas, je ne défends pas non plus son film qui ne s’oppose pas du tout à l’injustice des parcours hospitaliers. Dans le débat hier soir allait même plus loin en prenant clairement parti pour les médecins. Elle se faisait l’avocate de leur condition de travail et de leur sens éthique, révélant ainsi l’accointance (de classe ?) entre médias et médecins. Moi je dis les médecins nous en avons besoin, mais qu’ils ne nous traitent pas en objets soumis à leur pouvoir, comme il le font entre eux dans le reportage. C’est à nous de décider pour nous même, et c’est plus difficile quand notre condition sociale nous impose de nous soumettre à leur jugement.
    Bises

  2. Alixia a écrit le 14 octobre 2012

    j’ai vu les attaques sur FB. sache que je suis d’accord avec toi.

  3. Nathasha a écrit le 14 octobre 2012

    No Comment ! c est n importe quoi la transphobie de classe des parcours hospitaliers ! du moment qu ils disent non ! Hop transphobe !

    je ne suis pas en accord avec ca mais bon ! suis pro patho

  4. Mlle Sawasdee a écrit le 14 octobre 2012

    Je suis de ton avis Célia quand tu écrits :

    “Selon votre classe sociale, vous pouvez passer au travers de pas mal d’épreuves, notamment l’épreuve qui consiste à laisser des médecins décider ce qu’ils feront de votre corps. Vous pourrez vous soustraire à ces mauvais traitements uniquement si vous avez la capacité à payer les traitements et les opérations sans vous faire rembourser.”

    Je rajoute que tu peux te faire rembourser toute la partie médicale,hors chirurgie, en étant hors protocole.

    Problème d’accès équitable aux l’informations et surtout aux différents professionnels indispensables pour effectuer une transition.
    Le résultat des divers groupes de travail actuels sont importants pour que dans le futur l’accès à toutes les transitions soit égalitaire quelque soit les moyens et la situation géographique de la personne.

  5. Héloïse a écrit le 15 octobre 2012

    Mais vous ne comprenez rien à la procédure d’évaluation
    Il a été refusé parce qu’il était trop vieux pour être primaire
    Il revient après s’être marié, fondé une famille et bâti une carrière professionnelle
    Et avec 10 ans de plus il rentre pile poil dans la catégorie secondaire
    (Je sens qu’on va me finir comme ça)
    Il l’aura sa lobotomie du cerveau masculin d’entre les jambes, le malade mental !

    Et concernant le mal genrage systématique, ne vous inquiétez pas, la loi qui sera issue du groupe de travail gouvernemental réglera ça
    L’usage des termes “Monsieur” et “Madame” synonyme de “Penis” et “Garage à bite”, dans les équipes protocolaires, seront abolis au profit du terme neutre “Trouduc”
    Que demande le peuple (qui vote)

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -