Suis-je belle ? La travestiE et le rituel des photos

18 octobre 2012 | Tags: , , , , , , , , , , , ,

(c) Nath Sakura, 2012

(c) Nath Sakura, 2012

Un billet qui me trotte depuis assez longtemps dans mes quelques neurones de nana givrée et qui se rappelle à mes bons souvenirs ! car dans deux jours ma prochaine sortie et mon ange Agnès qui me parle de son appareil photo à charger, des photos qu’elle va prendre de nous.

Et moi d’imaginer l’organisation nécessaire pour que mon iphone ait suffisamment de jus entre le départ du matin, la rencontre avec Manon pour sa première sortie, la marche Existans, le shopping chez Carmen Steffens et la soirée Txy … autant de séquences, autant de photos à venir !

Billet pas simple à écrire non plus. Je me rends compte de ce genre de difficultés lorsqu’il s’agit de classifier dans les nombreuses catégories proposées par la ligne éditoriale du site. Photos ? c’est plutôt réservé aux réalisations des artistes. Coup de Gueule ? ce billet n’a rien de révolutionnaire. Tutoriels ? je ne vais pas vous apprendre à vous prendre en photo. Article de Référence ? je n’aurais pas cette prétention. A défaut, je pourrais la mettre dans la catégorie Passing, et vous en conviendrez certainement à la fin de votre lecture, que finalement c’est peut être la bonne classification, ce rituel étant tellement lié à notre désir conscient et inconscient de passer.

Ce rituel est à la fois tellement général (le “selfie” – cet autoportrait qui existe depuis des siècles mais que les nouvelles technologies, les appareils photo intégrés aux téléphones et leurs connexions aux réseaux sociaux ont porté à de nouveaux sommets) mais aussi tellement personnel, individuel. Je ne suis pas sociologue et je ne vais pas vous faire de grandes théories sur ce besoin de photo, son côté narcissique, son côté parfois obsessionnel. Je vais plutôt vous montrer au travers de mon parcours comment ce rituel s’exprime chez moi. Finalement, c’est peut être Témoignages la bonne classification pour ce billet :).

Avant d’éclore de ma coquille, je ne connaissais pas ce rituel de la photo. Lorsque qu’en octobre 2010 je réalise mon coming out auprès de mon ange Agnès, je commence alors à prendre quelques photos de mes préparations. La soirée pendant laquelle Julie rencontre Agnès reste gravée dans nos mémoires respectives mais a fait aussi l’objet d’une longue séance photo qu’il m’arrive parfois de regarder avec un brin de nostalgie.

J’avais bien pris quelques photos de pieds, de jambes, de talons pendant les vingt cinq années précédentes, de travesti compulsif. mais cette période est révolue. Et a laissé place à un parcours et une question très intimes.

Après deux ans de réflexions sur le travestisme et la transidentité, je sais que je ne veux pas devenir une femme par quelque chirurgie que ce soit. Mais je dois avouer que je m’interroge beaucoup sur l’effet des hormones sur mon corps et surtout sur mon esprit. Pour le moment je vie l’instant présent, celui de m’habiller en femme, de sortir de chez moi, d’aller à la rencontrer de copines, d’avoir des activités et des relations sociales fortes.

Je sais que cette partie de moi, cette expression de ma féminité est présente. bien là, ancrée en moi. pour toujours. C’est une chose de se travestir et d’avoir des relations humaines fortes avec d’autres T. C’est autre chose que de savoir où je veux aller, quel est ma finalité. et surtout l’évolution au fil du temps de mon objectif de vie.

La photo d’abord comme un témoignage de cette éclosion puis de cette existence, de ce cheminement. La photo comme une amie qui m’accompagne tout au long de ce chemin de vie. La photo de moi aussi comme l’acceptation de mon image féminine, de cette facette de ma personnalité, de l’acte de se travestir. Souvenir d’un instant de bonheur.

La photo ensuite comme étalon de ma “beauté”. Je parle d’abord de ma tenue et de mon maquillage, ma jupe, mon top, mes Carmen Steffens, ma perruque, mes bijoux. Suis-je suffisamment convaincante le temps d’un regard de l’autre ? Que l’autre ne me trouve ni laide ni ridicule ! Que l’autre apprécie mon joli sourire, mes yeux pétillants de bonheur, la féminité de mes gestes.

Suis-je “belle” en femme ? Suis-je “crédible” en femme ? au delà de cette “beauté” intérieure qui m’habite lorsque Julie vie en moi. Impossible de s’en convaincre sans le regard ou l’appréciation de l’autre. Devenir désirable aux yeux des autres ! Tel l’inconnu qui se fait photographier avec sa star préférée. A déplorer certainement, une des valeurs de notre société moderne basée sur l’image, passage souvent obligé pour se faire accepter, pour avoir le sentiment d’exister.

Quand je regarde une de mes photos, j’ai d’abord besoin de me sentir “belle” à mes yeux. Sans me mentir. C’est essentiel pour me réaliser en tant que femme, trouver un sens à ce que je fais, trouver un sens à là où je vais. La photo m’aide à mesurer cette progression, à mesurer cette satisfaction du maquillage réussi, de la tenue choisie avec gout, de la situation vécue.

La photo finalement comme marqueur de mon identité féminine. Julie est bien réelle car personne ne conteste la véracité d’une photographie, retouchée ou pas. Elle montre la réalité, la vérité. Dans le monde du travestissement en particulier et de la communauté Transgenre en général, la photo de Julie en situation est le preuve que j’existe. la preuve que je m’assume en femme. que je m’épanouis.

Je ne parle pas des stars médiatiques de la communauté T qui passent leur temps à se prendre en photo dans leur salle de bain. Façon narcissique d’extérioriser leurs pulsions sexuelles refoulées ? Non je parle des travesties qui s’épanouissent au travers d’activités et relations humaines fortes et valorisantes.

Une photo de Julie sur les Champs Élysées ? Au delà d’un éventuel challenge, la preuve que j’étais bien à cet endroit et qu’une personne a gentiment accepté de prendre la photo. Un geste pas si anodin que ça, car c’est aussi la preuve que j’ai eu une interaction sociale avec cette personne. Que cette personne a légitimé mon existence.

Lorsque je publie mes photos, sur le site ici ou sur mon compte facebook, je ne fais pas qu’étaler outrageusement cette “beauté”. J’attends surtout inconsciemment en retour que les autres me répondent, légitimant ainsi mon existence. Reconnaissant ma progression, mon évolution, mon épanouissement.

Cette reconnaissance des autres me nourrit au niveau de l’affectif, de l’égo, de l’estime de soi mais aussi et surtout au début de notre parcours, de l’acceptation de soi. Se montrer en photo aux autres quand on se travestie est la meilleure manière de ne pas se sentir isolée, de ne pas sombrer dans la déprime de la solitude.

Je remarque d’ailleurs que j’ai mon propre rituel, celui de me prendre en photo avec la copine que je rencontre pour la première fois. Comme un échange de reconnaissance. Nous sommes et nous vivons !

En retour des photos que je publie, je laisse souvent un commentaire ou un message sur les photographies des copines. Par sincérité toujours (je m’abstiens dans le cas contraire), je fais ce don, j’envoie ce signal de reconnaissance à l’autre. Car derrière cette simple photographie il y a comme pour moi, toute sa vie de femme, tout son parcours, tout ses espoirs, ses peines et ses bonheurs. La vie quoi :) !

Le rituel des photos, comme un rituel de passage d’une rive à l’autre ! de la féminité refoulée à la féminité épanouie !

Kisss.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
être soi nécessite volonté et force
Hier matin je visionnais un nouveau témoignage de notre amie Emma ("Comment je vois ma transition") qui a déclenché le désir d'écrire sur un certain nombre de réflexions en cours sur le concept d'"être soi" dans un cadre transidentitaire. (Soit dit en passant, au delà des réflexions que ce visionnage a provoqué chez moi, je crois important que toute personne en questionnement sur la transition visionne ce type de témoignages rafraichissants et empreint de joie de vivre) Une jacasserie donc un peu ...
LIRE L'ARTICLE >>
Les photos, quelle limite accepter sur Txy ?
Un petit message pour intervenir afin d'éviter que les galeries photos ne disparaissent de Txy, ce qui n'est pas exclu aujourd'hui après plusieurs réactions à certaine photo publiées dernièrement. Pour ma part j'ai fait et je fais encore lors de mes sorties beaucoup de photographies, même si je n'en poste presque plus aujourd'hui pour des motifs que j'ai déjà donné. L'objectif en était double, personnel au début car ces photos m'aidaient à tenir jusqu'à la prochaine occasion d'être moi même, ainsi ...
LIRE L'ARTICLE >>
[TravestiE Tout Terrain] Maquillage et soleil font très bon ménage !
Nouvelle rubrique que nous initions aujourd'hui : le/la travestiE tout terrain avec un premier sujet que nous avons déjà abordé très rapidement sur ma page facebook : comment se maquiller quand il fait 35°C ou plus à l'ombre ... Le sujet a démarré mardi dernier avec l'arrivée des grosses chaleurs sur la France et notre amie Alexa Queen qui nous faisait remarquer que le maquillage en été, pas facile facile pour unE travestiE : "Dur dur de se make up avec ...
LIRE L'ARTICLE >>
Andrej Pejic avec un push-up
Ce tutoriel pour travestie ou transgenre en début de parcours fait suite aux conseils pour réaliser vos premières sorties et aux astuces pour sortir de chez soi en toute discrétion. Cette troisième partie a été réalisé en partant des conseils très pertinents que l'on trouve sur la toile, notamment chez Ester de Paris et chez Jacqueline, conseils disponibles depuis plusieurs années sur leurs blogs respectifs que j'ai enrichis de mes expériences récentes avec mes premières sorties en 2012. Son fil conducteur ...
LIRE L'ARTICLE >>
Déconstruisons les stéréotypes de la féminité !
Force est de constater que nos meilleurs billets sur le site, lus des zillions de fois par mois, sont essentiellement ceux ayant pour thématique le travestissement et plus précisément les mille et unes astuces indispensables pour être la plus féminine possible : les accessoires pour être plus féminine, le contenu de son sac à main, la démarche d'une vraie femme en Carmen Steffens, comment parler comme une vraie femme [NDLR : méthode totalement inutile pour Aurore (°) ], comment s'habiller ...
LIRE L'ARTICLE >>
Pour faire suite à mon article " dimension des photos" et afin de ne pas générer un travail supplémentaire à nos chères jardinières, pour faire respecter la charte sur les photos, je vous invite à vérifier le cadrage lors de l' importation sur Txy, et vérifier en utilisant les poignées, petit carrés à chaque angles du cadre en pointillé, qui permettent d' agrandir ou diminuer la zone de sélection  que vous désirez poster. Dans le cas ou, comme demandé expressément dans la charte vous ne parvenez ...
LIRE L'ARTICLE >>
Comme une gamine devant un gâteau au chocolat :) – avec Ester chez Make Up For Ever à Rue Des Francs Bourgeois.
Lorsque que l'on est travesti ou transgenre et que l'on veut sortir et comme le mentionnait Ester dans un commentaire, il est très important de "choisir son public" : des lieux à certains horaires sont plus tranquilles pour vos premières sorties que d'autres. Et il est important d'y aller crescendo dans les difficultés. Nous vous avons donc mijoté un programme en dix sorties, essentiellement en journée, de difficulté progressive et sans prise de risque inutile, pour que au fil de ces ...
LIRE L'ARTICLE >>
Travestie Extrémiste et Egocentrique
J'écris ce billet à 2h40 du matin en espérant ensuite trouver enfin un peu le sommeil. Pour ne plus ruminer toutes ces pensées négatives qui m'assaillent, j'ai besoin d'écrire et de me révolter (gentiment, je suis pacifique :)). J'ai osé commenter le billet d’Émilie sur l'épanouissement au travers d'un blog. J'ai voulu, pour enrichir le sujet, et en plusieurs points argumentés, développer une vision complémentaire et apporter quelques précisions et quelques légères différences d'appréciations sur : ► le statut droit d'auteur d'un blog ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le Bar de La Mutinerie
Nous vous avions concocté un programme assez varié, à la carte. Dans une ambiance chaleureuse, nous avons déroulé ces différentes activités, l'occasion pour de petites nouvelles de faire connaissance et leurs premiers pas accompagnées. Bravo à touTEs les participantEs pour leur bonne humeur, une bonne trentaine de personnes au total (travesti, transgenre, transsexuelle et cisgenre). Et une météo finalement très clémente nous a permis des promenades dans le quartier pour accompagner des copines dans leur première sortie. Dans les membres inscrits du ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le rituel du papillon
Il se tenait face à son miroir, pensif, indécis… La journée avait été longue et difficile. Enfin il se retrouvait dans son refuge loin de toutes les responsabilités et des obligations de son quotidien. Il s’était enfermé dans sa pièce à lui, ce lieu ou tous ces désirs devenaient réalité, dans cette pièce remplis de trésors chers à son cœur. Sa pièce n’était pas très grande, mais elle lui appartenait… elle ressemblait à un petit cellier sans fenêtre, ou tout voyeur ...
LIRE L'ARTICLE >>
Suis-je belle (la suite) ? L’illusion (du) travesti
Les photos, quelle limite accepter sur Txy ?
[TravestiE Tout Terrain] Maquillage et soleil font très bon ménage !
Dix idées reçues pour votre (première) sortie en travestie
Passing – Belle comme Nathasha en trois leçons …
poster des photos correctes
Des conseils pour vos dix premières sorties en travestiE
Travestie Extrémiste et Egocentrique
Sortie d’automne (24 novembre 2012) une belle journée !
Le rituel du papillon

32 responses to Suis-je belle ? La travestiE et le rituel des photos

  1. loulou a écrit le 18 octobre 2012

    Très bon article: Je rajouterais que je trouve (même si ca part d’une bonne intention) assez blessant tout les commentaires de type: Très belles femme, Une vrai femme maintenant, très féminine… Jamais une vue nana bio qui recevait ce genre de compliments…

    • Julie Mazens a écrit le 18 octobre 2012

      J’évite ce genre de commentaires aussi. Tu as raison de le preciser

      Par contre je félicite pour un maquillage réussi, pour une tenue élégamment portée, pour une situation qui montre l’épanouissement et le bonheur d’être une nana.

      • loulou a écrit le 18 octobre 2012

        Pas plus tard que ce matin, je viens de recevoir sur txy en privé: tu es vrai hyper feminine credible et surtout belle. On croirait une vraie femme
        Je ne dirais pas qui c’est, mais pour moi, même si c’est à la base un compliment, bah ça me fait chier de me prendre ça dans la gueule…Je sais même pas quoi répondre ^^

        • Julie Mazens a écrit le 18 octobre 2012

          juste un merci :).

          il ne faut pas y voir un compliment ni “malsain” ni tout court. Quand je reçois ce type de message, surtout d’une copine du site, je le ressens plus comme une forme d’envie.

          La personne peut avoir du mal à se réaliser et à progresser comme nous arrivons certaines à le faire. il faut plutôt encourager la personne, lui expliquer que ce n’est pas une compétition, chacune a son rythme en fonction de son contexte qui lui est propre.

          Le seul témoignage qui compte au travers de nos photos, c’est celui de dire : “c’est possible d’être soi”.

        • Astriddd a écrit le 18 octobre 2012

          tu dis juste merci ! moi je fais ça !

          • Astriddd a écrit le 18 octobre 2012

            Ce sont souvent des personnes qui sont envieuses et qui culpabilise de ne pas pour se lâcher comme elles le voudraient! mais il faut pas les agresser pour autant ! elles le font par gentillesse!

    • AlexMec a écrit le 18 octobre 2012

      “Jamais une vue nana bio qui recevait ce genre de compliments…”

      Il est effectivement rare que les nanas bios reçoivent ce genre de compliments… parce qu’on attend automatiquement d’elles qu’elles soient belles, féminines et désirables de toutes façons. Donc pourquoi les féliciterait-on quand elles ne font que faire ce qu’elles sont censées faire, hein? Il n’y a que celles qui sortent vraiment du lot qui méritent qu’on les félicitent. Les autres, celles qui sont juste belles et féminines, elles ne méritent pas de compliments, parce qu’elles n’accomplissent rien d’exceptionnel. [Oui, je déborde de sarcasme dégoûté, là, au cas où quelqu’un-e se poserait la question.]

      Et puis, va demander aux nanas bios combien d’entre elles ont entendu toutes sortes de réflexions sur comment telle femme pourrait être jolie si elle se maquillait, ou comment telle autre a “du potentiel” mais elle le ruine en s’attifant mal, ou encore comment telle troisième devrait prendre des cours de danse pour apprendre l’élégance.

      Va leur demander combien d’entre elles ont entendu pendant toute leur enfance et leur adolescence et même leur vie d’adulte, “Fais pas ci, porte pas ça, fais pas cette tête, te tiens pas comme ça… parce que c’est pas féminin.”

      Et le mot “hommasse”, tu connais? Tu sais, la femme qui est tellement peu féminine par ses traits ou sa silhouette qu’on peut se permettre de carrément nier sa féminité en l’assimilant à un homme?

      Alors oui, les commentaires que tu reçois sont blessants, mais ils ne sont qu’un autre aspect de la misogynie hallucinante qui imprègne toute notre société “jusqu’au coeur de la fibre” comme disent les pubs de lessive. Cette misogynie, les femmes bios la subissent depuis le jour où elles sont nées, éduquées comme elles le sont à bien comprendre que le plus important pour une femme, par-dessus tout, c’est d’être “féminine”, c’est-à-dire belle et désirable aux yeux des hommes. Et voilà pourquoi tant de gens, aussi bien hommes que femmes, te font ce compliment: parce qu’avoir réussi à devenir belle et désirable est LE signe, le seul signe important, qui marque que tu es enfin une “vraie femme”. Tu as gagné, et les gens te félicitent. Victoire amère, mais la seule victoire qui est censée compter aux yeux d’une femme…

  2. Martyne a écrit le 18 octobre 2012

    Excellent article.
    Je ne suis pas dérangée par les commentaires, je les utilise pour essayer d’évoluer.
    Par contre, des filons pour se faire prendre en photo….j’en cherche……je dois avoir les bras trop courts….. 😉 😉

    • loulou a écrit le 18 octobre 2012

      Les meilleurs photos sont les photos sont les photos prises par des amis/familles au naturel

    • Julie Mazens a écrit le 18 octobre 2012

      Pour se faire prendre en photo, le plus simple est encore d’aller vers l’autre et de lui demander :).

      Difficile la première photo mais ensuite quel bonheur d’échanger dans la vie réelle.

      Sans compter (Alexandra peut en témoigner lors du T-Brunch) qu’il est possible d’aller dans des lieux propices -> les étrangers paparazzi sur les Champs qui flashent tout ce qui bouge et nous sont tombés dessus sans même demander l’autorisation de photographier 😉 …

      • Alexandra a écrit le 18 octobre 2012

        Ah oui ! Ca c’était fou ! J’ai halluciné quand j’ai compris ce qui s’était passé. Euh… Ah non ! J’dois pas en parler sinon on va finir de fil en aiguille par savoir qui était “Mle X”. Faut pas que je grille ma couverture !

      • AlexMec a écrit le 18 octobre 2012

        La touriste en question n’a probablement pas réalisé à quel point elle est passée bien près de se prendre le poing de ma soeur dans la figure 😛 M’enfin bon, dans l’absolu, “bellos” est un compliment – même si je doute que ce soit le bon genre =_=

  3. Alexandra a écrit le 18 octobre 2012

    Ton analyse part du cœur et c’est ce qui est important. Et oui, tu as raison quand tu dis que quelqu’un qui te prend en photo sur les Champs te légitime à tes yeux.
    De manière plus générale, sans plonger dans un narcissisme déplacé, je ne connais pas beaucoup d’être humain qui n’aime pas l’image qu’il renvoie. Que ce soient les punks grunge, les bobos dans la nonchalance étudiées de leurs vêtements, la bimbo qui en fait trop, les femmes et hommes d’affaires, … Toutes ces personnes veulent renvoyer une image mais en premier marquent leur identification à eux-elles-mêmes au travers de leur look. Dans chacune de ces attitudes, les codes vestimentaires marquent l’appartenance à un groupe d’humains. Dans le monde de la femme occidentale existe toute une série de code à laquelle chaque femme adhère plus ou moins, mais quels que soient les vêtements portés, le maquillage affiché ou le non-maquillage, ces codes existent. Ajoutés à ces codes, les codes comportementaux impliqués de fait par les codes vestimentaires, l’un n’allant pas sans l’autre quoi qu’on en dise, qui finalement régissent nos interactions en société… Si un décalage existe, c’est là que la “légitimisation” devient ardue voire impossible.
    Tu réalises peut-être un rituel, mais pas tant que cela, tu ne fais que coller à ton idéal. Surtout, plus que tout, tu te donnes un point d’appui vers ton épanouissement, chose la plus importante (à mon sens).
    Et ta dernière phrase est très juste. Le petit commentaire d’encouragement s’il est sincère permet à celle qui a posté sa photo de se rassurer, d’avancer plus, de se libérer.
    … Et j’ai pris le temps de t’écrire ce petit commentaire d’encouragement, car pour une rare fois, tu écris, et ça fait vraiment plaisir d’enfin te lire. Tu as bien des choses à dire. Prends ce relais, c’est bien !

    • Julie Mazens a écrit le 18 octobre 2012

      Une rare fois que j’écris LOL :) … plus de 200 articles sur le site (1/5 du volume).

      Mais j’ai compris où tu voulais en venir :) -> tu parles des billets où je parle de moi, de mon parcours, de mes pensées, de mes questions, de mes sentiments, de mon être profond …

      c’est vrai qu’ils sont très rare.

      Pour deux raisons essentielles : j’ai toujours peur que mes billets trop personnels marquent trop le site comme étant d’une certaine façon le blog de Julie. Ce qui n’est pas l’objectif. et puis j’ai toujours eu une forme de réserve sur les sujets privés. et je préfère en parler une fois que le sujet ne me touche plus vraiment, que j’ai pris de la distance et que je ne réagis pas à chaud.

      Ceci dit, je travaille à une évolution du site qui permettra à chacunE des inscritEs d’avoir un blog personnel (comme sur yagg). Julie devrait avoir le sien à ce moment là :). Peut être alors que je me dévoilerais un peu plus.

      En tout cas, merci pour tes encouragements ! car je suis très loin d’avoir ta plume.

      Kisss.

  4. Alixia a écrit le 18 octobre 2012

    chapeau bas miss.
    je retourne dans mon antre, sinon on vas encore croire que je n’ai que ce site pour m’exprimer.
    bizz

  5. Astriddd a écrit le 18 octobre 2012

    Tellement vrai comme discours! C’est en partageant qu’on apprends ! Et quoi que ce soit , photos, techniques, vidéos, cadeaux, discours, rassemblement, etc.. tout est bon si il est bien partagé. c’est ça être humain!

  6. Frederique a écrit le 18 octobre 2012

    Tu as tres bien resumé la situation de notre condition,et ce besoin d’etre rassuree sur sa feminité…cependant ,en ce qui me concerne , je ressens de moins en moins ce besoin de garder une trace de mes sorties,et je dirais meme que plus je me plonge dans la vie et que je mene tranquillement ma petite vie de nana, moins je pense à prendre des souvenirs… Je ne sais pas pourquoi?

    • loulou a écrit le 18 octobre 2012

      Bah parce qu’au début tout est nouveau et quand tu le vis au quotidiens, bah tu t’habitue et ça n’a plus trop de sens “Tiens je suis au monop je vais me prendre en photo ^^ ” C’est d’ailleurs assez normal comme réaction

    • Julie Mazens a écrit le 18 octobre 2012

      que dis l’article en trois points :

      1) la photo permet de dire “j’existe” mais surtout de s’affirmer dans son identité féminine

      2) la photo mesure ta progression entre le début et la finalité (l’objectif intime que tu t’es fixé)

      3) la photo témoigne d’un parcours (au sens je partage avec l’autre)

      A mon humble avis, tu es arrivée à l’objectif du parcours que tu as initié. Pour reprendre chacun des trois points :

      1) tu affirmes ton identité féminine, tu es toi,

      2) tu as atteins ta zone de confort où tu n’as plus besoin de mesurer une progression et,

      3) tu es certainement au bout de ton parcours (au sens, tu as atteins ta finalité).

      En ce sens, tu n’as plus besoin de photo. C’est un peu comme pour un enfant, au début à sa naissance on fait une photo par jour et puis progressivement, au fur et à mesure qu’il grandit, ça diminue jusqu’au jour où il ne reste plus que les grands événements :).

      Kissss.

    • Julie Mazens a écrit le 18 octobre 2012

      et comme dit loulou, une fois que tu t’es prise en photo dans un monop, ça n’a plus beaucoup d’intérêt.

      Dis autrement, si aller faire du shopping était un challenge, le voilà réalisé (point 1 – je me suis affirmée dans mon identité féminine, point 2 – j’ai progressé au point d’aller au monop et point 3 – je témoigne que je suis capable d’aller au monop).

  7. Frederique a écrit le 19 octobre 2012

    tu as raison et pourtant ce point de confort je ne l’ai toujours pas trouvé,j’ai perdu un peu ce coté ludique , j’ai surtout l’impression d’etre passee a autre chose…

  8. Cand a écrit le 22 octobre 2012

    Je croyais que c’était propre aux T d’aimer se prendre en photo. Quand je vois ma fille, c’est très ado en fait :-) On est donc comme des ados, pas trop sûres de nous et la photo est un bon moyen de se rassurer (ou de se dégoûter parce des fois, ça me colle le moral à zéro cette vilaine tronche).
    Bises

  9. Alixia a écrit le 22 octobre 2012

    perso, je ne me prend plus en photo, mais d’autre me prenne en photo et franchement, je peux difficilement dire non. donc, même si j’aime pas ma tête, ben je fais de plus en plus avec et je prend le partis de rire de moi.

  10. Frederique a écrit le 22 octobre 2012

    Je crois aussi que je me prends moins en photo car je deviens de plus en plus difficille et cet image pas suffisemment feminine m’agace parfois…et me montre les limites de l’exercice…

  11. Julie Mazens a écrit le 26 décembre 2013

    Alors que 2013 se termine, le dictionnaire anglais Oxford vient de consacrer “mot de l’année”, le “selfie” – cet autoportrait qui existe depuis des siècles mais que les nouvelles technologies, les appareils photo intégrés aux téléphones et leurs connexions aux réseaux sociaux ont porté à de nouveaux sommets.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -