A tout prix – garçon ou fille

17 novembre 2012 | Tags: , , , , , , , , , , , ,

Documentaire réalisé par Hélène Mourot, diffusé sur M6 dans l’émission A tout prix le 14 novembre 2012.

Ce reportage a suivi pendant un an cinq personnes transsexuelLEs.

La zone de commentaires est à vous ! N’hésitez pas à nous dire ce que vous avez pensé de ce documentaire.


1ère Partie


Seconde Partie


Synopsis

Garçon ou fille, homme ou femme… Le genre à notre naissance est en général l’une des rares certitudes que nous ayons. C’est d’ailleurs l’une des premières questions que l’on pose aux parents : « garçon ou fille » ? Comme si, déjà, tout était dit… Or, dans quelques cas, rares, la nature joue des tours. Certains, depuis la petite enfance, sont persuadés de n’être pas nés dans le bon corps.

Il y a encore 30 ans, les homosexuels devaient se cacher et une partie du corps médical voulaient les « guérir ». De la même façon, il y a encore un an, la transsexualité était considérée comme une maladie mentale. Ce n’est plus le cas depuis un décret de mars 2010.

Les transsexuels ne sont plus des malades psychiatriques mais entrent dans le cadre des ALD (affections longues durées), avec des traitements (hormones, opération, séances de psychiatrie) pris en charge par la sécurité sociale. En revanche pour obtenir leurs nouveaux papiers d’identité, c’est encore le parcours du combattant ; un parcours long, 2 ans minimum, et humiliant.

Impossible de chiffrer le nombre de transsexuels en France. On estime qu’ils sont entre 40 000 et 60 000 selon les associations, mais ce n’est qu’une estimation très imprécise. Un tiers des transsexuels le seraient dans le sens « fille vers garçon » (FtM, female to male), deux tiers « garçon vers fille » (MtF, male to female). Tous ont pourtant un point commun qu’ils clament haut et fort : « Nous n’avons pas choisi d’être transsexuels, nous le subissons, personne ne choisirait cette vie-là par plaisir ! ».

Qu’est-ce qu’être transsexuel de nos jours en France ? Comment vivent-ils au quotidien ? Comment passent-ils d’homme à femme, ou à l’inverse de femme à homme ? Quelles opérations chirurgicales doivent-ils subir ? Comment leur famille, leur entourage vivent-ils ce changement de sexe ? Est-ce dans la tête ou dans le corps ?

À travers 5 personnages forts, aux histoires et aux enjeux différents, nous avons essayé de répondre à ces questions :
– Izou, 19 ans : un coming-out et tout à construire
– Manuella, 49 ans et une famille à préserver
– Morgane, se faire opérer en Thaïlande ou mourir…
– Bradley Faiki, 28 ans, cinéaste militant transboy
– Rachel, 38 ans, une survivante de la rue.

Pendant près d’un an, nous avons suivi au quotidien ces cinq personnalités incroyables, drôles et émouvantes, à qui la nature a joué des tours. Ils n’ont rien caché de leur quotidien et nous ont accepté pendant l’un des moments les plus forts de leur vie : celui où ils sont passés définitivement d’un sexe à l’autre, pour être enfin bien dans leur peau.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Le bourlingueur en Thailande : “rencontres avec le 3ième sexe”
« Rencontre avec le troisième sexe » La Thaïlande compte 63 millions d'habitants dont 180 000 transsexuels, vingt fois plus qu'en France. Là-bas, on les appelle des « Katoeys », et la plupart semblent bien intégrées dans la société. Certaines sont mannequins, femmes d'affaires célèbres ou maire de leur village. Comment vivent-elles ? Comment sont-elles acceptées ? Si les Katoeys ont aujourd'hui leur place dans la société thaïlandaise, c'est notamment grâce à la religion bouddhiste, qui considère la transsexualité comme un destin, une ...
LIRE L'ARTICLE >>
Fille ou Garçon mon sexe n’est pas mon genre
Réalisateur : Valérie Mitteaux Producteurs : ARTE FRANCE, OSTINATO PRODUCTION, CHAZ PRODUCTIONS Ils sont nés femmes mais vivent aujourd’hui comme des hommes. Portraits croisés de quatre "transboys" ou trans' FtM. Kaleb a une trentaine d’années. Après avoir fait le choix de "transitionner" (passer du féminin au masculin), il participe à des ateliers pour s’approprier sa masculinité. Lynn, lui, n’a jamais suivi de traitement hormonal. Il s’est autoproclamé "homme" et le revendique dans un one-man-show. Miguel, qui a collé des photos du temps où il s’appelait ...
LIRE L'ARTICLE >>
Destroy Genders or Fucking Genders : pour une société non binaire !
Destroy Genders or Fucking Genders : pour une société non binaire. Vidéo de l'exposition photos. DVD . PAL 48mn (NDLR : archives vidéos du blog de Naïel sponsorisées par Txy en attendant la refonte de son site d'auteur, les vidéos dérangent et se font "modérer" sur les lieux habituels de stockage) Vidéo version française Vidéos en téléchargement. http://www.txy.fr/videos/naiel/DG-FG-FR.wmv http://www.txy.fr/videos/naiel/DG-FG-EN.wmv http://www.txy.fr/videos/naiel/DG-FG-DE.wmv http://www.txy.fr/videos/naiel/DG-FG-SP.wmv
LIRE L'ARTICLE >>
Des quartiers chauds aux quartiers chics : l’étonnant destin des transsexuels thaïlandais
Enquête exclusive - Des quartiers chauds aux quartiers chics : l'étonnant destin des transsexuels thaïlandais Documentaire diffusé sur la chaine M6 le 20/05/2012 Synopsis : La Thaïlande compte 63 millions d'habitants dont 180 000 transsexuels, soit vingt fois plus qu'en France. Ces personnes sont appelées des «katoeys». Elles sont bien intégrées dans la société thaïlandaise grâce à la religion bouddhiste qui considère la transsexualité comme un destin. Un collège a même créé des structures adaptées aux jeunes «katoeys» de l'établissement qui sont de ...
LIRE L'ARTICLE >>
Reportage France 3 – “Le sexe de mon identité”
NDLR : Film documentaire projeté lors Festival Chéries Chéris dans le cadre de la marche de l'Existrans. Tous les articles sur ce documentaire >> ici<<<. Tout d'abord ce reportage est très respectueux des femmes et hommes interrogé-e-s ce qui est notable lorsque l'on voit la plupart des reportages sur le sujet depuis quelques temps. Pour une fois, je me fends de la phrase suivante : je vous conseille vivement de le voir, surtout si vous êtes dans la boucle du Gretis ...
LIRE L'ARTICLE >>
Quand le sexe se révolte
Le genre a des contours de plus en plus flous. Le sexe biologique et l'identité de genre peuvent être en parfaite opposition. Dans la série des documentaires Tabou, un reportage australien d'une heure diffusé par le National Geographic Mariés depuis plusieurs années, Ashley et Tony sont heureux dans leur couple, et en paix avec eux-mêmes. Quand ils se sont rencontrés, Ashley était un homme, et Tony, une femme. Quant à Blian, un homme athlétique et viril, il était, il y a quelques ...
LIRE L'ARTICLE >>
10 au 12 mai 2013 : La Sortie Nationale et Printanière
La grande sortie nationale printanière organisée par votre communauté aura lieu du vendredi 10 mai à midi au dimanche 12 mai fin de journée à Tours. Pour vous pré-inscrire, il est impératif de vous pré-inscrire (cf formulaire plus bas) et de réserver dès à présent votre hôtel. Toutes les informations sur le programme et les hôtels sont >>> ici <<<. Merci à Valérie et sa femme Nathalie pour leur implication dans ce projet au profit de touTEs !
LIRE L'ARTICLE >>
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France Corinne Fortier [CNRS/LAS] dans le cadre du colloque Traitements et contraintes : approches empiriques des dispositifs de prise en charge institutionnelle, qui a eu lieu les 14 et 15 juin 2012, à l'Université Paris 13 à Bobigny. Nous nous intéresserons aux normes et contraintes du dispositif institutionnel lié au transsexualisme tel qu’il est pratiqué aujourd’hui en France, et en particulier à Paris où nous avons mené notre enquête de terrain en tant qu’anthropologue. Dans le ...
LIRE L'ARTICLE >>
(étude) Bien-être psychologique et sexuel de 207 transsexuelLEs français après une opération de sexe
(Une information relayée par notre amie Ester) Nous formulerons trois remarques importantes : - quelle est la méthodologie utilisée pour interroger les personnes opérées (contenu du questionnaire) ? - pourquoi les personnes non opérées ou refusées n'ont-elles pas été interrogées dans le cadre de cette enquête ? - sur Paris, 266 opérations sur 18 ans ne représente que 16 opérations par an. Introduction : Depuis plus de 20 ans, l’unité de transsexualisme de l’hôpital Foch accueille des demandes de changement de sexe. Elles font l’objet ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le transsexualisme
%CODE1% Présentation de l'éditeur Il serait aujourd'hui facile de changer de sexe. La science permet de modifier l'apparence sexuelle du corps; le droit ne s'oppose généralement pas au changement d'état civil. Beaucoup semblent même voir dans le transsexualisme une étape logique dans la libération des mœurs, après celle de l'émancipation féminine ou de la reconnaissance sociale de l'homosexualité. Mais la levée de la répression en matière de sexualité n'empêche nullement de s'interroger sur une pratique médicale qui, pour répondre à la demande, porte ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le bourlingueur en Thailande : “rencontres avec le 3ième sexe”
Fille ou Garçon mon sexe n’est pas mon genre
Destroy Genders or Fucking Genders : pour une société non binaire !
Des quartiers chauds aux quartiers chics : l’étonnant destin des transsexuels thaïlandais
Reportage France 3 – “Le sexe de mon identité”
Quand le sexe se révolte
10 au 12 mai 2013 : La Sortie Nationale et Printanière
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France
(étude) Bien-être psychologique et sexuel de 207 transsexuelLEs français après une opération de sexe
Le transsexualisme

21 responses to A tout prix – garçon ou fille

  1. Celia a écrit le 17 novembre 2012

    J’ai regardé les premières minutes… Je refuse de continuer. Regarder ce genre de merde ne m’apprend rien. Quelque soit la sincérité des témoins et leur histoire qui est respectable, ce genre de docu n’est qu’une fiction à base de montage imbriqué savamment en maintenant un pseudo suspense pour garder l’audience. Un peu façon psy qui vous font attendre les hormones. C’est prendre les trans et le public pour des cons. Quand une parole pour les droits des trans sera-t-elle entendue et respectée ?
    http://cestmongenre.wordpress.com/2012/07/27/jy-vais-jy-vais-pas-a-la-television/

    Bises
    Alice

    • Gwendolyne a écrit le 18 novembre 2012

      un peut d’accord avec toi mais la à dire qu’il prennent les trans pour des cons je suis pas d’accord cela a pour mérite d’éclairer les non initiés …. c’est vrai que c’étais un peu plat quand même …. par contre j’ai bien aimé le témoignage morgane de c’est pour cela que j’ai pas regarder en entier juste en zappan quand la pub arrivait sur la chaine que je regardais…

      pour moi un des meilleur reportage c’es http://youtu.be/DdLhgnkBKOU

      merci

  2. Alexandra a écrit le 17 novembre 2012

    Je viens de terminer de regarder la première partie.
    J’en avais entendu bien des choses, mais justement, que du positif. Je l’ai entendu de la bouche d’un ami que je connais depuis plus de 20 ans, de personnes autour de moi.
    J’ai une vision généralement négative à très négative de ce genre de reportages qui ridiculisent régulièrement celles et ceux qui se prêtent “au jeu” de la télé. Karine Espineira le relate très bien par ailleurs au travers de ses écrits sur le sujet.
    J’ai fait comme je fais toujours, je me suis mise à la place du spectateur qui n’y connaît rien. N’oublions pas que pour bien des gens, nous sommes des sortes d’OVNIs, des personnes très étranges. N’oublions pas que nous frappons l’imaginaire collectif. Lorsque je regarde ces reportages, je prends cette position afin de “comprendre” ce que le téléspectateur ingurgite sur le sujet.
    Et… Pour une fois… Je me trouve face à un reportage qui ne détruit pas l’image de celles et ceux qui sont filmés. Bien entendu des scènes sont rejouées. Pour cette première partie, j’ai trouvé le reportage respectueux, même si en effet on peut faire mieux. Mais je n’ai pas eu la ressenti que les concepteurs de ce reportage particulier aient été dans le sensationnel. Et c’est bien un des extrêmement rares reportages qui ne donne pas dans le grand n’importe quoi.
    Je m’attendais à une énième mise en spectacle, là je vois un reportage qui respecte les protagonistes. C’est assez exceptionnel.
    Je comprends désormais mieux les retours que j’ai eus sur le sujet. Je vais pouvoir à nouveau discuter avec mon ami et aussi les différentes personnes qui m’ont posé des questions après avoir vu ce reportage.
    Je me mets au visionnage de la deuxième partie qui va relater les chirurgies de réassignation et apparemment l’après-SRS. Espérons que cette deuxième partie soit à la hauteur de la première.

  3. Alexandra a écrit le 17 novembre 2012

    Deuxième partie tout aussi bien menée. Ce reportage a dû nous apporter beaucoup, même s’il ne respecte pas forcément une charte aussi costaud que Trans Media Watch. Il y a de la mise en scène, on le sait. Et je trouve justement qu’on voit bien les moments où il y a mise en scène, comme si le réalisateur veut bien montrer qu’il y a reconstitution. J’ai même tendance à dire que ce sont peut-être les trans’ elles-eux-mêmes qui peuvent avoir demandé ces reconstitutions pour donner plus d’explications.
    J’ai été moi-même touchée par plusieurs passages, car dans ce qui est relaté, certains de ces passages, je les vis. Bradley… Sa famille qui ne veut pas le voir, c’est ce que je vis, pour des raisons identiques à ce qu’il cite, avec mes parents que je n’ai plus vu du jour où j’ai annoncé la couleur, le 14 novembre 2010. Plus de deux ans maintenant qu’ils ont coupé les ponts… Et vous savez quoi ? J’espère réellement de tout cœur que mes parents aient regardé ce reportage car il est susceptible de leur mettre du plomb dans la tête.
    Je comprends maintenant pourquoi tant de gens m’en ont parlé si positivement.
    Pour information, avant-hier soir tard, j’ai regardé le début de “Touche pas à mon poste” dirigée par Cyril Hanouna, ils ont passé le reportage en revue, et n’en ont dit que du bien, levant la lourdeur de ce qui est vécu en France et prenant très au sérieux les chirurgies de réattribution sexuelle, et prenant très au sérieux les difficultés rencontrées dans le quotidien. Si une émission comme “Touche pas à mon poste” se met à “nous faire de la pub”, c’est qu’il y a peut-être un revirement de situation dans le monde des médias. C’est important.
    Donc… Ben je ne peux le dire autrement, je plussoie ce reportage même s’il peut souffrir de défauts.

  4. Alexandra a écrit le 17 novembre 2012

    … Je viens de me rendre compte que ce reportage a été diffusé le jour de mon anniversaire, le 14 novembre, et comme je l’ai dit plus haut, c’est le 14 novembre 2010 que mes parents m’ont rejetée, le soir de mon anniversaire. Il y a donc de fortes chances qu’ils l’aient regardé.

  5. Jeanne Swidzinski a écrit le 18 novembre 2012

    oui, on y voit différentes versions de la transidentité avec des rejets familiaux qui débouchent sur des aides d’une personne sensibilisée à cette démarche ( Izou et Sarah), d’autres qui se prostitue ( Rachel). On y voit aussi Morgane qui croit naïvement que Chet ( qui va lui faire une belle chatte) va la faire devenir femme par la même occasion. Elle est touchante parce qu’elle est spontanée mais quand même ingénue. De plus, son copain qui lui avait donné 5000 € pour l’opé, n’est plus amoureux après. C’était sans doute un “translover” qui la préférait avec un pénis, ça existe aussi!
    De toute façon, il ne faut pas attendre de ces émissions la perfection dans le respect de nos démarche mais plutôt des témoignages de situations singulières. Ces émissions contribuent quand même à vulgariser nos questionnements identitaires et c’est toujours ça de pris.

  6. natacha a écrit le 18 novembre 2012

    je rejoins jeanne,ce type de reportage permet de vulgariser nos situations et nos questionnements identitaires.si il faut passer par la case media et tv pour être reconnue et comprises , alors allons y .
    j’ai beaucoup aimé Rachel qui se prostitue certes mais qui fais aussi des shows et du transformisme pour s’en sortir, touchante , vraie …et toujours ce medecin compréhensif a lyon qui “repare les conneries de Dieu”.Pour moi un beau reportage, plein d’espoir et axé sur le vecu des trans dans leur quotidien.

    • Nathasha a écrit le 18 novembre 2012

      j ai beaucoup aimé aussi le passage sur rachel , c est drole je revois certaine image de mon propre passé dans ce temoignage , la prostitution le transformisme les question sans reponse ! et Alice il ne fait pas non plus cassez dés que c est TV machin qui coupe monte et fait la promo ! c est clair la tv c est de la merde ,mais c est aussi un moyen d expression pour certain et d info pour d autre ! un peut marre d un certain extremisme d un petit groupe qui on decider que c etait comme ca pour tout , qui ne donne pas de conseille mais se delecte a faire de la propa pour tel ou tel chir , pour tel type d hormo pour tel anti andro et pas l autre , on se retrouve devant des asso lors des groupe de rencontre avec des stereotype flagrant ! la merde des forum repété sans reflexion perso a la limite du bourrage de crane ! autodetermination dirigé pour moi ! a tel point que maintenant je refuse de venir au groupe de parole pour faire la gentille trans et ecouté la soupe des nouvelles et leur argumentaire debiter par coeur ! je ne donne plus d adresse d endo ou autre et je commence tranquillement a me retirer des actions de groupe des manif et autre machin du genre ,pour me consacrer a des action plus militante avec HES !a tel point que le Tdor de Lyon seront sans moi et et beaucoup de trans rhone alpes vont suivre mon exemple nous iront boire un verre en ville ,loin d un systeme qui ne nous represente plus et qui se sert de gens qu il non pas connus a des fin de propagande politique ! le décés de Samira des Myriades m est rester de travers car amie de protocole d OP et d autre lieux aussi recup par certaine pour faire du bruits

      • Nathasha a écrit le 18 novembre 2012

        je precise que Samira n est autre que Karima qui a une epoque plus lointaine 2008 utiliser le debut de son nom pour prenom , et c est sous ce prenom que nous avions fait connaissance au Grettis

  7. Nathasha a écrit le 18 novembre 2012

    j ai beaucoup aimé aussi le passage sur rachel , c est drole je revois certaine image de mon propre passé dans ce temoignage , la prostitution le transformisme les question sans reponse ! et Alice il ne fait pas non plus cassez dés que c est TV machin qui coupe monte et fait la promo ! c est clair la tv c est de la merde ,mais c est aussi un moyen d expression pour certain et d info pour d autre ! un peut marre d un certain extremisme d un petit groupe qui on decider que c etait comme ca pour tout , qui ne donne pas de conseille mais se delecte a faire de la propa pour tel ou tel chir , pour tel type d hormo pour tel anti andro et pas l autre , on se retrouve devant des asso lors des groupe de rencontre avec des stereotype flagrant ! la merde des forum repété sans reflexion perso a la limite du bourrage de crane ! autodetermination dirigé pour moi ! a tel point que maintenant je refuse de venir au groupe de parole pour faire la gentille trans et ecouté la soupe des nouvelles et leur argumentaire debiter par coeur ! je ne donne plus d adresse d endo ou autre et je commence tranquillement a me retirer des actions de groupe des manif et autre machin du genre ,pour me consacrer a des action plus militante avec HES !a tel point que le Tdor de Lyon seront sans moi et et beaucoup de trans rhone alpes vont suivre mon exemple nous iront boire un verre en ville ,loin d un systeme qui ne nous represente plus et qui se sert de gens qu il non pas connus a des fin de propagande politique ! le décés de Karima des Myriades m est rester de travers car amie de protocole d OP et d autre lieux aussi recup par certaine pour faire du bruits

  8. Celia a écrit le 18 novembre 2012

    Je ne pense vraiment pas que la tv soit un moyen d’expression. C’est une entreprise dans une logique de profit. Cette logique suffit d’elle même à invalider la qualité des infos.
    Sur le reportage je ne l’ai pas regardé car je n’y arrive pas, ça m’agace tellement ! J’ai arrêté quand j’ai vu la structure du montage : on ne finit pas une histoire et on commence une autre pour maintenir l’audience, anti zapping ! Mais je comprends vos points de vues, et peut être que ce docu est meilleur que certains autres genre “tellement vrai” mais ça me fait la même impression. Et je ne dis pas ça du tout contre les personnes qui témoignent car toutes ces histoires me touchent énormément. Mais je préfère les partager dans les permanences OUTrans au centre LGBT à Paris où je suis.
    Après tout vous avez peut-être raison, quand j’ai fait mon coming out à ma mère elle avait vu des choses à la télé et ça l’a aidé, mais je dois dire dans un sens compassionnel et ce n’est pas forcément cette compassion que j’attends. Mais bon je vais pas me plaindre ma mère est avec moi sur Skype deux fois par jour depuis Bangkok et elle me soutient à fond même si pour elle ma transidentité est une anomalie de la nature (ça me gène qu’elle pense ça)
    Alexandra ce que tu vis me touche beaucoup j’espère que ça va s’arranger avec tes parents. Après tout si la compassion peut ramener nos proches vers nous c’est une mauvaise base mais un bon résultat !
    Excusez moi des fois je suis un peu radicale dans mon expression, je dis “c’est de la merde cette émission” mais rien n’est jamais tout blanc ou tout noir, c’est ma façon de simplifier et d’avoir une position un peu claire ;-). Ça ne m’empêche pas d’apprécier des avis contraires
    Bises

    • Alexandra a écrit le 18 novembre 2012

      :-) t’inquiète. Tu as une convalescence à réussir et c’est le point le plus important, au-delà de toutes ces émissions. Et moi aussi j’ai eu mes gros coups de gueule sur ces émissions en avril dernier. Pour ma part je comprends sans problème ta position.
      Il est deux choses qui me font réagir différemment à cette émission : le fait de tout avoir terminé donc je suis bien plus détachée, et aussi le fait que j’en connaisse au moins une de visu dans ce reportage. J’ai coupé les ponts avec elle pour des raisons personnelles, mais j’ai quand même été touchée de savoir qu’elle s’en était sortie. Quoi qu’on en dise, elle avait une vie réellement dure. Le fait de savoir, au travers de cette émission, qu’elle a droit au bonheur, enfin, m’a tout de même réchauffé le cœur. A ma connaissance de l’époque, elle était en dehors de tout media WEB. Je la connaissais au moment de ma propre convalescence avant de reprendre le travail, donc durant août 2011. Je l’ai connue pour l’aider en post-op car elle avait besoin d’aide et personne autour d’elle, et même ponts coupés, j’ai terminé l’aide que j’avais entamé. Je n’ai qu’une parole. Et justement, connaissant son parcours “réel”, j’ai un point de référence différent par rapport au reportage par rapport à des personnes la découvrant par ce reportage. Tout est très loin d’être faux, et ce n’est, en tout cas pour elle, pas du tout du pathos. C’est même plutôt fortement atténué par le reportage.
      Mais bon… En effet… Ce serait bien de sortir un jour du larmoiement. Et aussi, ce sont en effet les mécanismes du reportage que de tronçonner les histoires pour tenir en haleine. C’est parfois très pénible.

      • Julie Mazens a écrit le 18 novembre 2012

        je vais faire pareil sur Txy puisque ça fait de l’audience.

        je vais saucissonner les articles en 3 ou 4 morceaux, ajouter une phrase de suspense à la fin de chaque morceau avec LA question et je vais coller des écrans de pubs entre chaque morceau … à la manière de doctissimo par exemple.

        votre avis :) ?

    • Alexandra a écrit le 18 novembre 2012

      … Et par rapport à mes parents, c’est un point très difficile. Je vis sans pouvoir les revoir, et je fais comme s’ils étaient morts (comme à un moment dit Morgane d’ailleurs !), mais les jours de blues ça remonte. C’est ma seule famille de sang.
      Réellement, pour moi, c’est la chose la plus difficile qui me soit donnée. Et je ne pouvais tenir compte d’eux quand tout a commencé. Je ne pouvais que tracer ma route, sachant que je les perdais. Mais c’est quand même une lourde perte.
      Peut-être qu’un jour comprendront-ils que ma vie est restée stable ? Le leit-motiv de mon père était : “Tu vas pouvoir aller gagner ta croûte au bois, espèce de dégénéré !”. Sympa, hein ? Je relativise maintenant. Mais sur le moment, c’était une grande souffrance. C’était il y a déjà deux ans.
      Et je me dis que si ce type d’émission peut désamorcer ce genre de comportements pour celles qui suivent, ce sera cela de gagné.

  9. Gwendolyne a écrit le 18 novembre 2012

    encore une fois je suis d’accord avec toi surtout pour la structure de l’émission c’est une trame à la mode en ce moment par contre moi je zap quand même …

    ok je pensais que tu en avais aussi contre les témoignages …

    moi j’ai pas la chance d’avoir ou de connaitre des permanences et des personne trans prés de chez moi alors je vie tout cela seule et au travers du net et des émissions

    bise à toi

  10. natacha a écrit le 18 novembre 2012

    Natacha, alexandra, alice , je comprend vos points de vue et je suis d’accord, rien ne vaut des lieux d’ecoute ou les personnes trans peuvent échanger et recevoir un peu de chaleur.c’est vrai que le reportage fait des séquences et tient le quiddam en haleine pour l’audience, c’est triste mais c’est le fonctionnement actuel des médias ou tout est audience et rentabilité, d’ailleurs quelque soit le sujet présenté. je retiens que le message passe et que les gens comprendront les souffrances des trans et verront qu’elles essayent de s’integrer socialement (et ne finissent pas toutes, comme le dit le papa de Alexandra au tapin au bois pour bouffer,et quand bien même il faut bien survivre dans ce monde d ‘exclusion ).
    les gays et lesbiennes ont connu ça il y a trente ans et eux avec le VIH, c’était pas mieux ,on ne parlait d’eux qu’à travers la maladie et ils étaient presque tout le temp asociés à elle. ils se sont detachés de ça et peuvent vivre leur vie au grand jour aujourd’hui. c’est notre tour dorénavant de nous exterioriser , tout du moins pour celles qui sont en phase transitoire, puisque beaucoup le disent apres, la transition n’est qu’un passage et une fois terminée , il n’en reste plus rien , que des hommes et femmes, donc si les medias peuvent contribuer a dire que nous existons pendant les phases transitoires et à faire réflechir un chef d’entreprise qui serait confronté a une d’entre nous , sans qu’il jette systematiquement le cv sans s’y interesser, alors je suis preneuse.J’ai une amie qui a lancé deux cent cv ou elle residait dans le sud de la france au grau du roi, elle n’a jamais eu aucune réponse…pour moi c’est honteux , elle avait des compétences et fais des études dans l’automobile.elle est donc au rsa et pas facile de vivre avec si peu.c’est ce qui m’attend aussi quand je vais debuter une transition.

    • Alexandra a écrit le 20 novembre 2012

      Oui, Natacha, malgré l’avenir que mon père m’a annoncé ce fameux soir, j’ai justement prouvé qu’on peut continuer à travailler sans interruption durant toute la transition. C’est possible. Je ne cache pas que j’ai eu très peur durant les deux années de transition que ça ne tienne pas. Je ne suis pas Wonder Woman. J’ai pu faire une preuve que ça tient. Et c’est en effet ce genre de message qui doit passer. Nous ne sommes pas d’un coup plus du tout qualifiées parce que nous affichons par la force des choses que nous sommes trans’. Et en effet, la transition est un passage (il y en a qui disent qu’elles restent à vie trans’, je ne suis pas d’accord, d’expérience), et je confirme que ce n’est qu’un passage. Je vis ma vie de femme, désormais. Maintenant, je continue à intervenir, aider, mais d’une manière très différente d’avant.
      Et le comble dans l’histoire, concernant le tracé de vie que m’a prédit mon père, je suis en train de réaliser un dossier dans mon métier qui laissera une trace tout à fait visible et à un endroit où personne ne pouvait m’attendre, pas même moi ! C’est beau le déni ! Le pire, c’est qu’il était super-fier pendant 23 ans de pouvoir dire autour de lui ce que je faisais avant. Et là, ben… J’ai bien la sensation qu’il va devoir être fier de… Sa fille !!!!

  11. natacha a écrit le 20 novembre 2012

    ok mais pour la transition, souvent celles qui conservent leur emploi sont celles qui sont dans une carrière ou deja en cdi avant la transition.Si tu es au chomage, tu as peu de chances de trouver un emploi pendant cette transition ,ça arrive mais c’est rare.donc a part le spectacle eventuellement ou le monde de la nuit, il y a pas grand chose.
    suis contente pour toi et tu sembles très attachée à ton pere,j’espere qu’il t’apportera toute la reconnaisance que tu mérites.KISS

  12. Claire Monjoie a écrit le 22 novembre 2012

    Je ne reviendrai pas sur le coté voyeur / recherche d’audience que véhicule ce type d’émission dont vous avez abondamment parlé ici et que je déplore aussi dans le principe.
    Cependant, je lui trouve une vertu, celui d’une information relativement objective destinée à une grand public pour qui nos copines restent un mystère incompréhensible qui entraine parfois rejets et violences.
    Or, elles existent, certaines d’entre nous le sont, d’autres comme moi ne le franchiront sans doute jamais mais le pas de l’opération de ré-assignation mais nous faisons toutes partie de la même communauté.

    Ce type de reportage, comme celui extrêmement bien fait comme celui de Thierry Demaizière, “Ces messieurs dames” (http://www.txy.fr/blog/2012/08/15/mythique-deshabillez-nous-ces-messieurs-dames/) diffusé il y a quelque temps, contribuent, j’en suis persuadée, à mieux nous faire accepter dans notre société.
    La télé-réalité a parfois du bon…

  13. rachel tailhan-denat a écrit le 26 mars 2013

    voyeur par la force des choses. M6 exige certaines choses, que perso j ai refusées. par exemple …rentrer dans sa douche, faire semblant de dejeuner…..
    d autres choses que j ai dites ont ete coupees au montage…d autres que je trouvait stupides ,comme dire mon nom de naissance,( pendant ma conversation avec la fleuriste ,amie de jeunesse) ont ete mise alors que je ne voulais pas.
    mais je sais que ce n est pas la faute d helene mourot , elle ne participe pas au montage.Elle a ete elle meme decue par certaines choses qui ont ete faites sans son accord.
    Helene a fait ce reportage avec beaucoup d amour car c est une femme touchee de pres pres par la transidendité

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -