Transphobie entre T, la pire des plaies

30 novembre 2012 | Tags: , , , , , , , , , , , ,

Ce matin, j’ai eu la tristesse de voir que la transphobie entre T avait encore frappé. A chaque fois que je vois, lis, cela, j’ai mal. J’ai mal pour celle qui subit l’assaut et j’ai tout aussi mal pour celle qui donne l’assaut.

Le problème est éternel. Dans tous les cas le sujet tourne autour de la supposée “plus grande féminité” de celle qui agresse l’autre. Elle se permet un jugement de valeur fondé sur des critères que je n’ai toujours pas réussi à cerner sauf à surtout comprendre que l’attaquante immanquablement est une personne très mal dans sa peau et qui l’exprime en attaquant une personne qu’elle voit trop bien dans sa peau. En l’occurrence la personne attaquée ici, fût nôtre Julie que j’ai retrouvée ce matin assez mal. Vous avez toutes pu voir le contenu de ce qui s’est passé si vous êtes connectée à elle par Facebook. Volontairement, je ne citerai pas qui, ni où l’attaque en question s’est passée, car cela en fait n’a pas d’importance. Ou si ! Ne pas donner le lieu a de l’importance car l’administratrice du groupe en question n’est pour rien dans ce qui s’est produit et a apparemment agi rapidement pour supprimer les attaques transphobes en question. Donc, il est important de noter que pour quelques brebis galeuses, toutes celles qui sont dans le groupe ne doivent surtout pas être assimilées, ce serait encore pire que tout et très dommageable pour des filles présentes dans ce groupe qui ne cherchent que réconfort et à apprendre sur elles-mêmes au contact de “consœurs”. Je ne suis moi-même pas dans ce groupe, mais je pars du principe qu’un groupe est un lieu de vie tant qu’il permet l’entraide, et je n’ai pas à donner un avis négatif sur un groupe auquel je ne participe. Aussi, je me fonderai sur ce que m’a dit Julie, à savoir ce groupe est constitué de personnes juste dans le besoin d’information, donc un groupe somme toute très classique dans le monde T.

L’agression gratuite à l’encontre de Julie a provoqué chez moi diverses réactions. On ne peut laisser ainsi ce genre de choses se produire. Je ne suis pas pour autant en contre-attaque, mais l’évènement mérite tout de même une réaction. Pour situer l’évènement, il a tourné autour une proposition de séance de maquillage, ce qui expliquera ce que j’écris plus loin et que j’ai tiré en partie de ma réaction à chaud sur le fil de Julie. Certains passages de cet article sont donc issus de cette réaction.

Premier constat, tout comme dans “le monde réel”, le monde T comporte son lot de personnes toxiques. Le seul souci, non des moindres, est qu’une personne toxique peut faire bien du mal lorsqu’elle s’attaque à une T un peu fragile. Ce qui caractérise l’environnement T est une grande fragilité due tout simplement au rejet constant, perlé, et bien existant envers les T de par ce qu’elles véhiculent de remise en question de ce qu’est le genre. En effet, de par nos parcours, nous bousculons ce qui fait en théorie la femme, l’homme… Qu’y pouvons-nous ? Pas grand-chose, si ce n’est vivre. Que des personnes extérieures au T blessent par inadvertance ou non des T est inadmissible, mais peut s’expliquer par une ignorance. Que des T blessent d’autres T est en revanche sans circonstance atténuante. Ces derniers temps, ce procédé a tendance à se répéter, mais cela est logique. Le site Txy prend de la vitesse, reste sobre et informatif, commence à acquérir de la notoriété, et de ce fait gêne l’univers des “vraies femmes” et autres “issues de trans'”, et autres vocabulaires dont je n’ai pas idée, mais qui est tout aussi classifiant et rabaissant pour les autres “non classifiées” ainsi… Enfin… C’est ce que pensent les personnes employant ce vocabulaire pour se désigner.

Pour ma part, je suis moi, je ne suis pas l’autre et je laisse l’autre vivre. Si l’autre me demande de l’aide, si je suis capable de la donner, je la donne, sinon je tâche d’orienter vers quelqu’un de plus qualifié que moi. Mais je ne sais même pas me classifier. Si ! Je suis juste une femme et je me fous de savoir si j’ai été un homme auparavant d’un point de vue parties génitales constatées à la naissance, administrativement de fait, et qu’ensuite j’aie pu être vue travestie, trans’. Tout cela en fait importe peu. J’ai fait mon trajet. Je n’ai ennuyé personne et je n’ai jugé personne. J’ai lancé hier la création de ma nouvelle carte d’identité, de ma carte électorale, de mon passeport. Je vais lancer la réédition de tous mes diplômes. Tout cela, je le fais pour mon confort de vie, et pas pour les autres. Je le fais pour pouvoir travailler, voyager, sans être ennuyée par un passé administratif qui peut gêner un monde binaire. Je ne juge personne et ne me compare à personne, et ce n’est pas maintenant que cela commencera.

Ces T ont oublié qu’avant d’être dans leur vie comme elles le sont, elles sont passées par une phase travestie comme 99,9 % d’entre nous qui avons atteint notre vie en harmonie, et elles ne supportent pas de voir celles qui sont au début de leur cheminement. Si cela se trouve, cela les ramène à de durs souvenirs sur ce qu’elles vivaient dans cette phase et elles le font payer cher aux autres. Maintenant, je serais étonnée qu’elles aient une vie agréable. Quand on ne pense qu’à faire du mal aux autres ainsi, il y a un grave problème. Je serais surtout très inquiète à leur place.

Et vous voulez que je vous dise les filles ? Eh bien la séance maquillage de samedi dernier était très sympa et c’est une expérience à renouveler. Je suis moi-même très peu maquillage comme vous l’aurez constaté, mais je trouve l’initiative très bonne, d’autant plus pour celles qui ne savent pas bien faire et nécessitent de l’aide pour apprendre plus vite.

Je n’en ai jamais parlé car ce n’était pas essentiel pour moi, mais quand j’ai démarré “dans la vraie vie”, j’étais en train de faire des emplettes dans un Monoprix pour justement le vrai démarrage de fin janvier 2011, c’était fin décembre 2010. J’achetais tout bêtement des collants opaques. Il y avait une maquilleuse pro de l’Oréal qui était là et qui m’a proposé de me maquiller. J’ai accepté. Elle m’a donné en une séance tous les conseils qui m’ont permis d’affiner ce que j’avais appris par moi-même et donc finalement débuter ma transition 100 % dans les meilleures conditions. J’étais à un mois du 100 %, il me restait à prévenir mes clients à l’époque. Un mois plus tard, j’avais donné toute mon ancienne garde-robe à Emmaüs. Eh bien, je suis contente qu’une professionnelle m’ait appris ce que toute fille apprend de sa mère, de ses copines dans l’adolescence. Ces séances de maquillage organisées par Julie ont strictement cette vocation. Désolée. Je ne vois pas où est le mal. Julie peut être fière d’elle, car bien nombreuses sont celles qui n’aident personne et ont par ailleurs la critique et le venin faciles.

Pour en revenir à ce que semblent être les “vraies femmes”, à l’extrême, se posent les questions suivantes : une femme qui a perdu ses cheveux (j’en connais), une femme qui a subi une ablation de la poitrine pour cause de cancer (j’en connais), une femme qui a subi une ablation de l’utérus à cause d’un fibrome (j’en connais une de très près), d’un papillomavirus (j’en connais une autre de très près), une femme atteinte d’hirsutisme (j’en connais), une femme qui produit de la testostérone en masse (j’en connais)… Toutes ces femmes… Ne seraient pas des femmes ? On en revient à l’éternelle question… Qu’est ce qui définit “être une femme” ? La réponse me semble pourtant si évidente… Ce n’est en tout cas pas le physique contrairement à ce que pensent certaines, mais bien la personne elle-même, et personne, JE DIS BIEN PERSONNE, ne doit et peut remettre en cause l’auto-détermination du genre.

Et si l’auto-détermination du genre amène à autre chose que femme ou homme, personne ne peut et ne doit juger. La vision binaire présente dans monde est génératrice de bien des maux.

Et les comparaisons réductrices avec des névroses comme “je suis Napoléon” ne peuvent être prises en exemple pour justifier des propos transphobes en les masquant derrière de la moquerie. Ce que j’écris là, n’est plus à destination de ces personnes pathétiques, elles n’en valent pas la peine, mais bien pour celles qui ont pu être attaquées par de telles personnes.

Vivez ! Ne vous occupez pas de ces personnes toxiques ! Elles naviguent dans des zones bien sombres de la pensée. Avoir besoin de se comparer aux autres pour exister dénote surtout un beau besoin de vivre par procuration au travers des autres en leur bouffant au passage leur énergie. Quand on vous sort de telles horreurs, comme celles qui ont visé directement Julie, ça fait mal, je sais.

Pour ma part, j’ai décidé de ne plus m’attacher à cela. Il faut juste poursuivre sa route et ne pas laisser de telles personnes rentrer dans votre sphère. Vous êtes vous, et personne ne peut vous le retirer. Tant qu’on ne fait de mal à personne, il n’y a pas de raison de se remettre en question ou de laisser quelqu’un vous remettre en question.

CQFD !!!

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Marre de la Transphobie à toutes les sauces !
Hé ben voilà, je suis en vacances dans un endroit merveilleux et je prends ma plume pour pousser une (petite) gueulante. Bien méritée. Je vous prends à témoin. Voilà le contexte. Jenny nous fait l'honneur et la gentillesse de témoigner de sa décision de transition, en texte et en vidéo. Elle y exprime un certain nombre d'idées personnelles - nous reviendrons dessus - ce qui est, pour entamer ce coup de gueule, son droit le plus légitime, surtout sur une plateforme de ...
LIRE L'ARTICLE >>
La transphobie : un obscurantisme ordinaire
par Jean Zaganiaris, politologue Si l’on a tendance aujourd’hui à utiliser le mot « obscurantisme » pour désigner les délires théocratiques, il faut rappeler que ce terme peut aussi revêtir des formes non religieuses tels que le machisme, le racisme, le colonialisme, la raison d’Etat, le capitalisme, l’homophobie et la transphobie … Les « fous de dieux » sont tout aussi obscurantistes que l’appareil étatique responsable de l’enfermement du groupe de rock russe Pussy Riot, que les politiques ultra libérales imposées en Grèce ou bien ...
LIRE L'ARTICLE >>
Meghan Murphy & Osez Le Féminisme : la Transphobie en roue libre
La féministe radicale Meghan Murphy a été entendue début mai par le sénat canadien. Un discours plein de transphobie et de raccourcis qui a été relayé par Osez Le Féminisme fin juin. La france découvre les TERFs (Trans-Exclusionnary Radical Feminists) et elle a l'air d'aimer ça. Résumons le discours en deux phrases : "L'identité de genre n'existe pas. Il n'existe que le stéréotype de genre, qui est instrument du patriarcat." Ce discours est séduisant pour les personnes cisgenres, car il permet à ...
LIRE L'ARTICLE >>
Parcours hospitaliers : Transphobie de classe
Ce soir nous étions au forum des images. Je représentais avec d’autres le collectif Existrans, venu débattre avec le public autour du documentaire projeté : "Le Sexe de mon identité" de Clara Vuillermoz, destiné à la télévision, qui décrit des parcours hospitaliers FtM et MtF dans le cadre du GRETIS à Lyon. A la vue de ce documentaire une chose m’a frappée : la transphobie ne touche pas tout le monde de la même façon. Selon votre classe sociale, vous pouvez ...
LIRE L'ARTICLE >>
Chat OUTrans : « La transphobie de la part du milieu médical est le premier facteur qui empêche de prendre soin de sa santé »
Vous avez pu chatter en direct avec l’association OUTrans le 19 juin. Voici la retranscription complète des échanges. Maria: Avez vous le sentiment que les revendications trans’ sont pleinement intégrées par les assos LGBT maintenant? OUTrans: Oui la question trans’ est de plus en plus prise en compte au sein des revendications LGBT mais il y a encore beaucoup d’ignorance vis-à-vis des enjeux et des réalités politiques autour des questions trans’. Ganimo: Qu’entendez-vous par « les enjeux et les réalités politiques autour des questions trans » ?  OUTrans: ...
LIRE L'ARTICLE >>
La transphobie devient un critère légal de discrimination aux contours flous, mais pour le gouvernement l’identité de genre peut attendre
Nous nous faisons l'écho de la nouvelle loi votée le 25 juillet, les réactions continuent à tomber ... ________________________________________________________________________________ Vote à l'unanimité du projet de loi sur le harcèlement sexuel. La transphobie devient un critère légal de discrimination aux contours flous, mais pour le gouvernement l'identité de genre peut attendre. ________________________________________________________________________________ Communiqué de Presse Fédération LGBT / ANT Le 25 juillet, l'Assemblée nationale a adopté le nouveau projet de loi relatif au harcèlement sexuel, pour combler le vide juridique laissé par l'abrogation, le 4 mai dernier, du ...
LIRE L'ARTICLE >>
Après le Sénat, l’Assemblée nationale reconnait la transphobie
Après le Sénat, l’Assemblée nationale reconnait la transphobie - Les Ministres annoncent en séance leur souhait d’un prochain débat sur toutes les problématiques liées à l’identité de genre. Communiqué de Presse inter-LGBT A l’Assemblée nationale, lors des discussions sur le projet de loi sur le harcèlement sexuel, déjà amendé par le Sénat, l’ajout du motif de discrimination fondée sur l’identité sexuelle à l’article L.225-1 du code pénal a été confirmé. Cela fait suite au travail du collectif composé d’ID Trans’, ORTrans et ...
LIRE L'ARTICLE >>
La transphobie tue.
(Communiqué de Presse du 19 novembre 2012) La Transphobie tue. Journée Internationale du Souvenir Trans   Transgender Day Of Remembrance (T-DOR) à vu le jour en 1999 pour rendre hommage à Rita Hester, femme trans afro-américaine odieusement assassinée le 28 novembre 1998. Depuis 14 ans, la communauté trans organise la Journée International du Souvenir Trans pour rendre hommage à toutes les victimes de transphobie. Cette année comme toutes les autres nous serons nombreux et nombreuses, partout dans le monde pour rappeler à quel point les personnes ...
LIRE L'ARTICLE >>
Après le Sénat, l’Assemblée nationale reconnait la transphobie ?!
Désolée mais absolument pas d'accord avec ce titre! Reconnaître qu'une personne est victime de faits de harcèlement motivés par son "identité sexuelle" et punir l'auteur pour cela qu'est-ce que cela signifie exactement concernant une personnes transidentitaire victime d'actes de discriminations, de violences ou même d'agression de nature sexuelle? En quoi cela "reconnait" dans la loi la transphobie elle même??? Et d'abord avant même de parler de reconnaitre la transphobie, si on parlait vraiment de reconnaitre les personnes transidentitaires comme des citoyen-ne-s qui ...
LIRE L'ARTICLE >>
La transphobie, rejet des personnes Trans et de la transidentité
La transphobie est le rejet des personnes Trans et de la transidentité. Elle peut prendre plusieurs formes : exclusion familiale, amicale, professionnelle, refus de soin de la part du corps médical, stérilisation forcée réclamée par les tribunaux pour obtenir le changement d’état civil. Elle peut aller jusqu’à l’agression, voire le meurtre. Il est impossible de porter plainte en cas d’acte ou de comportement transphobe puisque ni la loi, ni la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité) ne ...
LIRE L'ARTICLE >>
Marre de la Transphobie à toutes les sauces !
La transphobie : un obscurantisme ordinaire
Meghan Murphy & Osez Le Féminisme : la Transphobie en roue libre
Parcours hospitaliers : Transphobie de classe
Chat OUTrans : « La transphobie de la part du milieu médical est le premier facteur qui empêche de
La transphobie devient un critère légal de discrimination aux contours flous, mais pour le gouvernement l’identité de genre
Après le Sénat, l’Assemblée nationale reconnait la transphobie
La transphobie tue.
Après le Sénat, l’Assemblée nationale reconnait la transphobie ?!
La transphobie, rejet des personnes Trans et de la transidentité

30 responses to Transphobie entre T, la pire des plaies

  1. Nadine a écrit le 30 novembre 2012

    Une maquilleuse pro dans un Monoprix ??? Mais pour qui ??? Certainement pas pour des vraies femmes !!! Elles, elles savent se maquiller d’instinct, c’est pour ça qu’elles sont de vraies femmes !! Les autres, c’est juste des mecs qui essaient d’imiter les vraies femmes ! 😉

  2. Mlle Sawasdee a écrit le 30 novembre 2012

    Je ne sais pas quoi dire, a part répéter encore et encore que des comportements HAINEUX venant de personnes elles aussi T sont inadmissibles!
    La haine c’est une solution de facilité :(
    Je profite du post pour remercier le travail de Julie sur TXY et tout ce qui gravite autour, je me rends pas compte de l’impact d’un site comme celui ci, mais cela doit aider directement et indirectement beaucoup de filles, les vrais comme les fausses!

    Bizdunefaussefemmeetfieredel’etre!

    • Alexandra a écrit le 30 novembre 2012

      « J’aime », « Like ». 😀

    • Nathasha a écrit le 30 novembre 2012

      c est honteux ! moi qui suis sectaire dans un certain sens ! je ne crache pas dans la soupe je sais que je fut trav de longue années et transgenre en attente d op aussi ! maintenant mon parcourt est fini mais je n oublie rien de mon passé ! c est immonde de tel propos

      et je vous garanti que ses deux personnage aime beaucoup le monde des transformiste et du spectacle , et bien c est fini pour elle les amitiés avec les transformistes chez qui j ai une certain crédit , car a 90% TV et le reste Trans ! ils vont adorer les comm des deux tordu et je pense que leur groupe d amis va baisser

  3. Celia a écrit le 30 novembre 2012

    Les “vraies” femmes faut leur dire “comment va ta prostate ?” quand elle vous gonflent avec leur néo vagin ! 😉

  4. Alexandra a écrit le 30 novembre 2012

    En mode Fesses de Bouc, mais comme WordPress n’est pas équipé en bouton “Like”, on fait comme on peut ! Trop fort ! 😀

    • Julie Mazens a écrit le 30 novembre 2012

      y a plein de plugins pour faire des “J’aime”, “like”, …

      C’est un choix délibéré pour ne pas réduire notre zone commentaires à ce qui fait le succès de fessebouc, à savoir une longue liste de “J’aime” sur des billets qui ne sont même pas lus …

      Je pense que nos membres et lecteurs méritent mieux que ça.

      bon je sais aussi que tu me tendais la perche, suis tombée dans le piège LOL, mais j’adore me faire piéger.

      Bisous.

      • Alexandra a écrit le 30 novembre 2012

        Hihihi ! Chui en mode chipie totale !!

      • loulou a écrit le 30 novembre 2012

        Très bon article, bah le monde T, c’est beaucoup de jalousie, beaucoup d’ego mal placé, beaucoup de narcissisme et pas mal de personnes avec de grands malaises…Le problème de Julie c’est que forcément en multipliant les contacts avec des T via face de plouc ou Txy, elle multiplie les probabilités de rencontrer ce genre d’individus…Faut pas perdre de temps à répondre à ces gens là, ignorer les, laisser leur dans leur petit monde merdique et avancez, on a déja perdu trop d’années pour continuer à perdre du temps avec ceux là…

  5. Florence GrandeMa a écrit le 30 novembre 2012

    Navrant, déplorable… Toujours et encore, les même profils détéstables qui générent souffrances et images négatives envers la grande majorité des personnes transidentitaires, quelle misère! Comme dans les “cités” une poignée d’individus malveillants portent préjudices et opprobre sur toute la population qui vit proche d’eux… Quelle triste réalité perpétuelle! Kiss.

  6. AlexMec a écrit le 30 novembre 2012

    Dois pas le dire pas le dire pas le di– PSYCHOTHERAPIE! … Et merde, j’lai dit…

    Sérieusement, quand je lis des trucs pareils, mon réflexe c’est d’envoyer tout ce beau monde chez un psy.
    – Z’avez transitionné mais maintenant vous ne pouvez plus voir les gens en pré-transition en peinture?
    – Z’êtes coincé-e dans toutes sortes de phobies et autres formes arbitraires de penser?
    – Z’êtes pas sûr-e de ce que vous voulez/pensez/êtes/ressentez?
    – Z’avez du mal à endurer la violence des autres?
    Trouvez-vous un bon psy et démêlez tout ça avec elle/lui, à votre rythme, en privé, en sécurité.

    C’est sûr, trouver un BON psy n’est pas facile. Mais autant que je sache, aucun-e de nous qui veut transitionner n’abandonne l’idée des hormones juste parce que seule une poignée d’endocrinos savent faire, ou l’idée des chirurgies parce qu’encore moins de chirurgiens y connaissent quoi que ce soit. Hé ben, c’est pareil avec les psys! Juste parce la grande majorité d’entre eulles n’y connaissent rien, et qu’une trop grande minorité est même transphobe, ça ne veut pas dire que les psys n’ont rien à nous apporter. Il faut juste trouver un-e bon-ne!

    A part ça, moi je peux vous dire c’est quoi une vraie femme: c’est tout bêtement quelqu’un qui possède tout l’attirail féminin – vagin, utérus et ovaires en état de marche (de préférence avec mômes accrochés aux basques, parce qu’une femme n’achève de se réaliser complètement que dans la maternité), gros seins et généreuses courbes en forme de sablier, cheveux longs… Quelqu’un comme moi si je n’avais pas coupé mes cheveux, quoi!

    (Pour ceulles qui ne comprendraient pas l’humour très amer de ce dernier paragraphe: visez mon pseudo…)

    Oh, et Julie? You rock!

    • Alexandra a écrit le 30 novembre 2012

      Tsss ! Tsss ! Tsss ! Faut te faire la leçon hein, Alex ! T’as oublié les chromosomes XX et p’is toujours en jupe et pis avec une voix haut-perchée ! Chui sûre qu’en cherchant bien on en a oublié !
      Si maintenant je dois te rappeler tout ! Ah lalala !
      😉 😀

      • AlexMec a écrit le 1 décembre 2012

        Bah, les chromosomes XX sont sous-entendus à partir du moment où les ovaires et compagnie fonctionnent 😛

        Toujours en jupe et talons, maquillage, coiffure impeccable, voix haut perchée et très mesurée, attitude soumise, toujours consciente de l’impératif d’être séduisante tout en ne pensant jamais au sexe, jamais demandeuse de sexe mais toujours prête à l’accepter, désireuse et capable d’avoir un travail qui rapporte tout en s’occupant quasiment exclusivement de la maison et des enfants, etc, etc, etc…

  7. aimline a écrit le 30 novembre 2012

    je me suis que chez les travs et les trans,il y a pas mal de personne qui sont un peu à l’ouest!Peut etre dut à la dificulté d’assumer.C’est sûr,il n’y pas que des personnes bien.

  8. Alexandra a écrit le 1 décembre 2012

    Je ne comprendrai jamais que ce soit à l’intérieur que les pires comportements puissent se produire. Mais il est vrai, pour l’avoir aussi constaté dans ma communauté de naissance pas mieux lotie, que c’était souvent au sein même de la communauté que les pires comportements se produisaient les uns contre les autres, comme si finalement la difficulté cristallisait les souffrances de certains par un rejet de leur propre “sang”.
    Vu le comportement que j’ai lu de cet incident, ce sont des T, c’est quasi-sûr à 100 %. Ce ne sont pas des “femmes de naissance”. Les termes employés, le vocable, restent très marqués d’un certain univers. Et cela ressemble étrangement à une forme de croisade d’intégrisme des “vraies trans'” contre tout ce qui ne se range pas à leurs vues.
    Sauf qu’elles n’ont pas compris, assimilé un point essentiel. A quel que point du parcours où l’on se trouve, ou même si le parcours est fini, normalement les décisions les plus lourdes ont été prises en amont en tout début, et ces décisions concernent chacunes individuellement. La seule chose à se préoccuper, dès lors, est sa propre vie afin de “forcer” le destin en notre faveur.
    Un comportement qui consiste à taper sur celles qui diffèrent de soi est juste contre-productif et dénote surtout un grave problème d’identification personnelle. A un certain stade, même, et là je rejoins Alex (Ben oui !), il faut consulter. Je le dis sans méchanceté, c’est juste un constat. Et, petite précision, dans les autres milieux (hors-T), bien des gens sont dans le jugement, et toujours on constate un malaise de vie. Le rôle des psys est justement de permettre d’extirper ce qui ne va pas. Quelqu’un qui est bien dans sa peau n’a pas besoin de juger l’autre, et c’est valable dans tous les milieux.

  9. Celia a écrit le 1 décembre 2012

    Mouais… Pour moi ce sont les idées des psys qui sont colportées par ces “vraies femmes” (vraies connes c’est la seule chose sûre, conne au sens non pas sexuel mais en terme d’esprit étroit et limité). Donc envoyer les gens chez les psys qui ne comprennent rien à la transidentité, qui pensent que c’est une pathologie et pas un résultat de la politique de ségrégation des genres, je dubite.

    • AlexMec a écrit le 1 décembre 2012

      Je cite ce que j’ai dit dans mon premier commentaire:

      “Hé ben, c’est pareil avec les psys! Juste parce la grande majorité d’entre eulles n’y connaissent rien, et qu’une trop grande minorité est même transphobe, ça ne veut pas dire que les psys n’ont rien à nous apporter. Il faut juste trouver un-e bon-ne!”

      Il y a des endocrinos qui sont transphobes; nous ne travaillons pas avec eux si nous pouvons l’éviter.
      Il y a des chirurgiens qui sont transphobes; nous ne travaillons pas avec eux si nous pouvons l’éviter.
      Alors pourquoi cette croyance infondée qu’on ne peut pas faire pareil avec les psys? Oui il y a des psys qui sont transphobes, mais nous n’avons pas à travailler avec eux si nous pouvons l’éviter.

      • Celia a écrit le 1 décembre 2012

        mais j’avais bien lu la première fois et je ne faisais pas une réponse…
        Pour moi le pb n’est pas qu’il y ait des psys transphobes et d’autres friendly. Si on consulte un psy c’est qu’on pense avoir un problème (moi quand je vais voir un psy, je ne le consulte pas, je lui demande juste un certificat parce que la société l’exige, par exemple pour m’accorder un traitement ou une opération, pas pour qu’il me dise mieux que moi qui je suis et de quoi j’ai besoin). Pour moi la transidentité n’est pas un problème que j’aurais, mais un problème que la société à avec moi. Donc c’est à la société de se soigner, pas à moi. Je ne suis pas malade, merci. Non les psys n’ont rien a m’apporter dans le cadre de ma transition, à part signer les certificats débiles qui sont éxigés. Et en dehors de ma transition, n’importe quelle oreille bienveillante et de bon sens m’apporte plus que ce genre d’expert qui ne tire sa science que de de la doxa freudo lacanienne.

  10. admin a écrit le 1 décembre 2012

    *** MODERATION ***

    Je viens de modérer plusieurs commentaires (suppression des jugements de valeurs ou autre message n’apportant rien au débat mais faisant monter la température).

    Je ré-ouvre en comptant sur votre sérénité – on peut défendre une position et rester chacun sur sa position car il ne s’agit pas de gagner ou d’avoir raison mais d’éclairer les lecteurs avec différents points de vues argumentés. chacun/chacune se fera sa propre opinion sur un sujet très difficile.

    En cas de nouveaux dérapages, le fil des commentaires de ce billet sera définitivement fermé. Merci.

    *** me signaler tout commentaire qui nécessiterait encore modération, vu la quantité, j’ai pu en oublier ***

  11. Véronique a écrit le 3 décembre 2012

    Cela me rappelle une discussion il y a deux semaines environ avec un gay qui ne comprenait pas que je puisse être bisexuelle et transgenre. Oups là aussi je transgresse car beaucoup de trans ne veulent pas entendre parler de sexualité !… Et pourtant la binarité de genre ne se construit-elle pas dans le rapport sexué de domination masculine ? mais bon, je ne voudrais pas dévier vers un autre débat.
    Ce dont je suis convaincue c’est qu’il y a des imbéciles partout, trans, cys autre… et qu’il nous arrive à toutes/tous d’avoir des comportements imbéciles. Cependant pourquoi des trans se délectent-elles de se moquer de trav ou d’autres trans ?
    Une trans non encore opérée a été par deux fois un peu maladroite à mon égard, notamment elle semblait douter de ma véritable identité… Et il ne s’agissait pas d’une mise en garde, d’un conseil… j’ai senti une manière de me prendre de haut… Cela m’a d’abord mise un peu mal à l’aise puis je me suis dis en pensant à elle : “pauvre c…”. Ce dont je suis certaine, c’est que je me sens plus à l’aise dehors en fille qu’en mec (dans son salon seule, c’est toujours facile)… et que des éléments de mon corps me pèsent de plus en plus.
    Alors je ne comprends pas pourquoi des femmes trans s’en prendraient à une autre trans (ou à un FtM…), sauf à devoir s’affirmer femme en abaissant les autres.
    Ce qui compte au final est notre bonheur à toutes (et à tous pour les garçons filles de naissance) !
    Bises

    • Nathasha a écrit le 3 décembre 2012

      oui tu as raison ! sexualité c est TABOUUUUUUUUUUUU ! Ptdr !!!!! vie profite sois T et bi si cela te chante , laisse les cons Miauler profite de la vie c est la tienne ! ça m’arrive d être maladroite ! suis une championne et je m en excuse ,mais c est pas voulue ou par vice ! dans mon métier je croise beaucoup de bio (H) pur et dur et beaucoup de Tv , alors a la fin je me mélange car c est pas évident une fois sur scène ou en coulisse , surtout que dans ce milieu la vilaine c est moi car je triche , je suis Transsexuuuuuuelle ,comme on dit dans le spectacle , j ai des formes a coup d hormones et les homme regarde un peut plus sur scène ! mais c est un univers très riche le monde des Tv du spectacle

  12. paloma a écrit le 5 décembre 2012

    bien dit

  13. Meghannoire a écrit le 23 décembre 2012

    Je travaille beaucoup avec des filles et des femmes d’origine chromosomique et surtout les filles ont tendence a juge les laides et il y a du racisme dans leur propos comme par example toutes les americaines sont grosses comme ca, les quebecoises ne sont pas feminines, elle ressemble comme un “gars” (garcon vulgere), elle est trop feminine alors c’est une faible, soumise, les japonaises sont soumise a cause qu’elles ont ete des geishas, qu’elles sont devenue des office-ladies ou parce qu’elles ont porte l’uniforme a la “Sailor Moon” ou a la Sawako ou Sadako (personnage transgenre dans Ringu), les amerindiennnes d’ameriques latines sont des victimes de viol parce qu’elles sont faibles, les mulsumanes sont soumises et donc faibles ou des nunuches parce qu’elle porte le voile (en fait, le voile, en un pays du desert est une protection contre le soleil (voir mon text au Doctisssimo ” la premiere chose a faire pour etre belle- 1″), c’est jusqu’au fils du temps, ca s’est perveti en “personne a le droit de voir ma femme, son visage, ses cuisses, ses jambes, ses courbes, ect” et finalement nous n’avons pas un gros cul comme les negresses ou les blanches. J’ai entendu tous ceci ci-dessus de la bouche des filles de toutes les cultures envers leurs consoeurs…les travestis y passent a d’autres temps (voir transsexualisme de Colette Chiland).

    Conclusion, nous sommes des personnes feminines comme les filles chromosomiques et qu’il y a une attaque ou une ridiculisation (certains males y passent aussi mais c’est une autre histoire) en notre feminite (jupe robe, rondeur, gros cul, faible, fragile (voir ma belle therapeute), ect) de la part des cultures “blanches” et occidentalisees en commencant par Hollywood et leurs sosies copieurs (seule les bandes dessinees japonaise rendent justice a la douceur erotique et feminite…. et (excluant) les BDs koreennes sont out pour moi). Tous ceux-ci causent un malaise en notre image et nous avons tous tendence a vouloir cacher, ostraciser…anihiler(?) les personnes que nous pensions qu’ils abaisse “notre” image ou identite ou de qui nous sommes…

    En bref, les jeunes filles et les jeunes femmes se trient entre elles et c’est maleureusement la meme chose pour nous, les personnes d’origine masculine qui se feminisent, nous jugeons ‘celles” qui ont les traits trop masculins ou disgracieux (moi aussi, j’ai tendence a dire yuuuck parfois et ceci va aussi contre moi-meme. il y a des moments que je me critique le look severement….comme toutes les filles et…..comme tous les garcons…ils sont plus sournois en ceci…he oui, ils se critique eux-memes aussi)….

    …..c’est un peu comme les nazie qui concluent qui est un vrai allemand et qui qui ne l’est pas…

    ….j’avais ecrit des messages sur le doctissimo a ce sujet et a propos des equipes officielles “nouvelles” de la France (Paris) dont j’en fais reference a l’equipe de l’Hopital generale de Montreal….leur methode leur protocole, je les questionnent sur ce. Peut-etre sans le savoir, le choix qui est une vrai transsexuelle ou une vrai fille me donne l’impression qu’il y a une action eugeniste ou eu-image ou plus precisement, eu-phenotype.

    definition: “Eu” veut dire en ancien grec “bien ou bon” et phenotype est l’ensemble des caracteres apparents (le look) resultant de l’expression des genes et de l’influence du milieu (remarquez ce denier).

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -