Les hormones féminines et les femmes transgenres / transsexuelles

17 décembre 2012 | Tags: , , , ,

Nous venons de mettre en ligne un document assez complet sur les hormones féminines et les femmes transgenres / transsexuelles.

Les thématiques développées sont : introduction aux hormones, type d’hormones, effets du traitement hormonal, traitement hormonal substitutif (THS), modes de prise, produits d’hormonothérapie, dosage hormonal, traitement après une réassignation (SRS), risques potentiels et effets secondaires, risques long termes, obtention des médicaments sans ordonnance.

Vous pouvez aussi lire notre article simplifié sur les différents éléments clés relatifs aux hormones.


Cette page sur les hormones est fournies uniquement pour informer et ne constitue en aucun cas des conseils médicaux. Nous ne saurions être responsable de tout traitement hormonal que vous pourriez décider de suivre. Un tel traitement devrait toujours se faire sous la supervision d’un médecin endocrinologue.


Ce sujet est hautement polémique – si vous souhaitez faire des remarques, des compléments, des corrections sur ce document important, n’hésitez pas à nous contacter calmement et courtoisement, pour nous soumettre toutes vos modifications argumentées ou à utiliser la zone des commentaires ci-dessous. Nous étudierons toutes les demandes avec beaucoup de soin.

Quelques informations sur cette page : elle a été traduite de l’anglais manuellement avec des adaptions à la situation française. Plusieurs passages ont été totalement réécrits pour une position plus neutre et des informations médicales sensibles ont été supprimées volontairement et remplacées par des avertissements à la nécessité d’une concertation entre la personne concernée et des praticiens. Cela concerne notamment la liste des produits, les dosages, les moyens d’obtenir les produits sans ordonnance.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Effets des hormones féminines sur les femmes transgenres / transsexuelles
En complément de notre document assez complet sur les hormones féminines et les femmes transgenres / transsexuelles, nous venons de mettre en ligne un tableau sur les effets de ces hormones féminines sur différentes caractéristiques du corps en transition (seins, pilosité, ...). Vous pouvez aussi lire notre article simplifié sur les différents éléments clés relatifs aux hormones. Cette page sur les effets des hormones féminines est fournies uniquement pour informer et ne constitue en aucun cas des conseils médicaux. Nous ne saurions ...
LIRE L'ARTICLE >>
Effets des hormones féminines sur les femmes transgenres / transsexuelles
Avertissement Important: cette page sur les effets des hormones féminines est fournies uniquement pour informer et ne constitue en aucun cas des conseils médicaux. Nous ne saurions être responsable de tout traitement hormonal que vous pourriez décider de suivre. Un tel traitement devrait toujours se faire sous la supervision d'un professionnel de santé qualifié : médecin traitant ou endocrinologue. Cette page est un complément d'information sur les hormones féminines pour les femmes transgenres et transsexuelles. Caractéristiques Désirées Effets du Traitement Hormonal Autres Traitements alternatifs Forme ...
LIRE L'ARTICLE >>
Les oestrogènes peuvent être pris sous forme de pilules, d'injection, ou de timbre transdermique (photo).
Avertissement Important: cette page sur les hormones est fournies uniquement pour informer et ne constitue en aucun cas des conseils médicaux. Nous ne saurions être responsable de tout traitement hormonal que vous pourriez décider de suivre. Un tel traitement devrait toujours se faire sous la supervision d'un professionnel de santé qualifié : médecin traitant ou endocrinologue. Introduction aux hormones Tous les animaux ont des hormones. Les hormones sont des messagers chimiques qui circulent dans le sang et qui mettent en ou hors ...
LIRE L'ARTICLE >>
Femmes Transgenres en Prison
Pour mettre en perspective une nouvelle bien triste, à quelques jours du T-DOR, voici un document réalisé par le collectif Infokiosque qui présente la problématique des femmes transgenres/transsexuelles en prison avec des témoignages. Observatoire international des prisons (OIP) : "Depuis plus d'un an, elle demandait des informations sur les structures médicales spécialisées dans la prise en charge des transsexuelles. Personne ne lui répondait au niveau du centre pénitentiaire", la détenu "a subi de nombreuses brimades: non prise en compte de sa ...
LIRE L'ARTICLE >>
La bière contient des hormones féminines
(traduit de l'espagnol) Le weekend dernier, alors que j'étais dans mon bar habituel avec mes amis, un de ceux-ci a commenté qu'il avait lu quelque part que la bière contenait des hormones féminines, et la bière, consommée à fortes doses, faisait que l'individu développe des signes caractéristiques des femmes. Après avoir bien rigolé, on a décidé de se renseigner sérieusement sur le sujet, et de mener certaines expériences. C'est pourquoi, au nom de la science et uniquement pour la science, on a ...
LIRE L'ARTICLE >>
Une étude médicale montre que le traitement hormonal Trans est sûr et efficace
Une étude récente a montré que le traitement hormonal de substitution (THS) des patients transsexuel-le-s est à la fois sûr et efficace. Les résultats d'une étude européenne sur l'hormonothérapie ont été présentés au 95e Congrès annuel de l'Endocrine Society à San Francisco samedi dernier par le docteur Katriern Wierckx. Apaisant des craintes que l"hormonothérapie puisse conduire à des effets néfastes sur la santé, les résultats obtenus ont indiqué que les personnes transgenres en thérapie hormonale (NDT: sur une courte période) ont reçu ...
LIRE L'ARTICLE >>
Lingerie pour femmes transgenres et travesties par Chrysalis
De plus en plus de femmes transgenres travaillent dans le monde de la mode et une marque de lingerie a su le remarquer. Il s'agit de la marque Chrysalis. Depuis 2010, Chrysalis Lingerie crée des lignes de soutiens-gorge et de dessous qui répondent aux besoins bien spécifiques des femmes transgenres. Les sous-vêtements sont étudiés pour soulever, rentrer et lisser et les soutiens-gorge sont rembourrés. [...] L’idée, d’après Cy Lauz, une des co-fondatrices de la marque, était de créer un produit qui éliminerait au ...
LIRE L'ARTICLE >>
Des Témoignages et Récits de Travestis, Transgenres, Intersexes, TranssexuelLEs ou apparentés et Trans-Friendly
«Concernant le récit de vie, il n’y a pas de consigne précise. Le début peut avoir lieu en n’importe quel point de la temporalité, de même que le premier regard peut se porter en n’importe quel point d’un tableau ; l’important est que, peu à peu, l’ensemble ressurgisse » Houellebecq M., 2005 : 27-28. « C’est par la comparaison entre parcours biographiques que l’on voit apparaître des récurrences des mêmes situations, des logiques d’action semblables, que l’on repère, à travers ses effets, ...
LIRE L'ARTICLE >>
Transition & VIH
C'est assez  rare de pouvoir lire des informations sur les forums T concernant le VIH et les THS. Pour faire suite au billet de notre copine Nida "Analyses Sanguines" dans lequel elle dit cette phrase très importante : "si un test immunologique était positif, cela aurait annulé directement le traitement hormonal pour la transition". Cela permet de ressortir des oubliettes deux documents traitant du VIH et des Trans. Le premier, c'est une interview du docteur Nicola Hacher réalisé en 2006 dans PROTOCOLE magasine diffusé ...
LIRE L'ARTICLE >>
Traitement hormonal Homme à Femme (MtF)
Beaucoup de transsexuelles (MtF) pensent que les hormones sont un remède miracle qui va les transformer en créatures de rêves. Non ! Les hormones ne sont pas des produits anodins. On ne peut pas décider de s’hormoner sur un coup de tète ou sur un caprice ou encore pour assouvir un fantasme passager ("avoir des gros seins"). Quand on décide de s’hormoner, c’est un choix personnel définitif : les conséquences sociales deviennent irréversibles et les risques sont importants pour la santé en ...
LIRE L'ARTICLE >>
Effets des hormones féminines sur les femmes transgenres / transsexuelles
Effets des hormones féminines sur les femmes transgenres / transsexuelles
Les hormones féminines et les femmes transgenres / transsexuelles
Femmes Transgenres en Prison
La bière contient des hormones féminines
Une étude médicale montre que le traitement hormonal Trans est sûr et efficace
Lingerie pour femmes transgenres et travesties par Chrysalis
Des Témoignages et Récits de Travestis, Transgenres, Intersexes, TranssexuelLEs ou apparentés et Trans-Friendly
Transition & VIH
Traitement hormonal Homme à Femme (MtF)

41 responses to Les hormones féminines et les femmes transgenres / transsexuelles

  1. Nathasha a écrit le 17 décembre 2012

    voila encore une fois on cite la finasteride , qui elle aussi a eu un avis de nocivité en novembre 2011 , mais on acculte l Androcur , a ce demander si c est vraiment libre ou diriger ça ! pro transgenre type STS67 et anti castration chimique , je ne ferait l opologie d aucun des deux mais je ne trouve pas ca logique de faire la pub d un poison plutôt que d un autre ! c est comme pour les injectable , personne ne va parler ! donc laisser la direction de la prescription au pro , médecin et ando par devoir de réserve et par souci d équité

  2. Mlle Sawasdee a écrit le 17 décembre 2012

    ben oui cela rend les hommes stériles, nous on s’en fiche !

  3. Nathasha a écrit le 17 décembre 2012

    excusez pour les doublons ! mais j étais très en colère de voir les dérive de certain site revenir en force ! laissons la médecine au médecin ! je milite pour un accès plus simple au système de soins ! c est pas pour voir des sites faire de la propagande pour tel ou tel hormonothérapie ! dans un but purement diriger ! transgenre contre transsexuelle ! qu on explique la différence des action de certaine molécule pour expliquer les conséquence sur la libido et sur les capacités érectile , j accepte !mais ont doit donner des infos en tous sens et non pas a sens unique ! beaucoup de personne trans ne veulent pas avoir de soucis érectile d autre veulent conserver leur sexualités ! je ne juge pas je dit informons de façon clair et non dirigé

    • Julie Mazens a écrit le 17 décembre 2012

      oulala

      j’ai pourtant pris beaucoup de précautions donc je vais l’écrire en très gros ? : “si vous souhaitez faire des remarques, des compléments, des corrections sur ce document important, n’hésitez pas à nous contacter pour nous soumettre toutes vos modifications “

      donc merci de rester calme, de commenter et d’argumenter vos positions qui comme c’est indiqué seront prise en compte dans ce document.

      et oulala bis

      Franchement !!! imaginer un seul instant que je fais la promotion ou de la propagande pour un tel ou un tel me donne franchement envie d’aller m’occuper de sucer les fraises.

      et merci d’arrêter avec transgenres vs transsexuelles – un combat d’arrière garde qui ne fait certainement pas avancer la cause ni des unes ni des autres.

      Bises !

      • natacha a écrit le 18 décembre 2012

        bonjour julie et merci pour cet article complet.
        je n’ai toujours pas compris la difference entre transgenres et transexuelles.
        En gros , transgenres ne se font pas opérer et transexuelles le font? c’est ça la difference?
        Et dans l’article tu ne parles pas de la “modificationde l’esprit”sous prise d’hormones dont on avait parlé lors d’un echange .est ce une realité et ça se traduit comment concretement?merci de ta reponse.

        • Julie Mazens a écrit le 18 décembre 2012

          je ne comprends plus la différence non plus :).

          effectivement pour certain transsexuelle pourrait définir une trans opérée sauf que celles-ci préfèrent femme issues de la transsexualité. trans donnant l’idée d’un chemin.

          ceci dit, transsexuelle étant tellement connotée que beaucoup de copines préfèrent se dire transgenres … même si l’opération est prévue ou réalisée.

          et à l’autre extrême de la transidentité on trouve aussi des différences équivalentes entre travesti et transgenres. Ces dernières voulant se démarquer d’une vision purement fétichiste collée par la société.

          En résumant, trans ou transgenre ça permet de couvrir tout le monde sans discrimination aucune.

          Sauf que certaines transsexuelles considèrent alors qu’elles ne peuvent être assimilées à des travestie ou même des transgenres qui ont trouvé une zone de confort sans opération (et même pour certaines sans hormones).

          c’est ce que l’on appelle alors la transphobie des trans …

          ça déborde largement de l’article sur les hormones. donc dans le texte sur les hormones, j’utilise indifféremment l’un ou l’autre terme.

          pour l’effet sur le cerveau et la pensée des hormones, c’est un fait relaté par les copines mais je n’ai pas su en parler. Je veux bien un peu d’aide pour cette partie que je ne connais pas (encore?) personnellement.

          Kisss.

          • natacha a écrit le 18 décembre 2012

            Merci julie.tous ces termes sont compliqués et je m’y perd, ya aussi “tgirl” maintenant et “travgenre”, lol ,en ce qui me concerne , je reste sur transgenre, au sens litteral du terme, probleme d’identité de genre.kiss

          • Julie Mazens a écrit le 18 décembre 2012

            Tgirl c’est la volonté de certaines de classifier les travestis entre celles qui seraient perdues et celles qui seraient honorables et respectueuses. mais qui juge qui, sur quels criteres, … ? à éviter donc.

            travgenre est une insulte utilisée par certaines transsexuelles pour des copines qui vivent full type en nana mais ont gardé leur libido masculine.

            la aussi, qui sont elles pour juger et pour fouiller dans la culotte d’une autre personne !! donc terme à éviter aussi.

          • Nadine a écrit le 18 décembre 2012

            Pour ce qui est des hormones, je pense que le ressenti (l’effet sur le cerveau) est personnel et, donc, sera différent pour chaque personne.
            Pour ma part, ça n’a absolument rien changé. Juste le plaisir, et la sensation, de voir mon corps se transformer et de pouvoir mieux l’apprécier. Je n’ai rien ressenti de particulier au niveau du cerveau, et je ne suis pas devenue plus bavarde pour autant (il parait que les femmes sont plus bavardes que les mec). Mes sujets d’intérêts sont toujours restés les mêmes. Et quand la poitrine a commencé à pousser, j’appréciais plutôt les petits grouillements intérieurs et même les tiraillements et douleurs à la point des seins. Et pourtant, je ne suis pas maso !

          • Alexandra a écrit le 20 décembre 2012

            Les hormones agissent plus ou moins sur l’humeur, nous sommes plusieurs à l’avoir constaté.
            Dans mon cas, la montée en puissance de l’estradiol dans le corps m’a progressivement rendue moins émotive (Si si ! Je vous assure ! J’explique plus loin.). Mais en fait, c’est clairement la disparition de la testostérone qui m’a fait trouver une sérénité que je ne connaissais pas.
            Alors, je précise de suite que les hormones, de loin, ne sont pas les seules dans le circuit mais contribuent au changement d’humeur, ça semble être un dénominateur commun, hors effet placebo : “Je prends des hormones, je me mets à avoir des émotions féminines.”. Euh… Les émotions féminines ont les a dès le départ ou pas, les hormones n’y sont pour rien. Elles aident juste par effet psychologique de la prise à laisser ces émotions se manifester car on se libère. Le geste de prise en lui-même est symbole de libération. C’est vraiment un effet placebo. Il faut tellement de temps pour que le métabolisme change que les effets réels ne se font pas sentir avant bien longtemps.
            Dans mon cas, la testostérone était un facteur énorme dans la production d’adrénaline, je m’en suis rendue compte à postériori. J’étais très facilement et rapidement nerveuse en cas de soucis. Ce n’est plus le cas (la part émotive dont je parlais plus haut). Pour info, j’ai constaté que les derniers effets physiologiques sur mon organisme, de la testostérone, ont fini par disparaître au bout de 10 mois environ après la SRS. Ce n’est pas rien ! Comment le sais-je ? Simple. Chez moi, la testostérone avait des effets physiologiques dévastateurs bien réels. Ces effets ont fini par disparaître progressivement en 10 mois.
            Mais, je sais aussi que le fait de m’être totalement accomplie contribue aussi à la sérénité que je vis. On va dire que c’est un ensemble de facteurs dont les hormones sont un vecteur parmi les autres. Dans mon cas, il est clair que la disparition de la testostérone a quand même été un facteur non-négligeable pour ne plus avoir de poussées brutales d’adrénaline en cas d’émotion et aussi pour la disparition des malaises violents que j’avais vécu pendant les 18 mois précédents lorsque mon organisme s’était littéralement enflammé. J’ai pu le constater, pour la partie émotionnelle, dans des phases difficiles de ma vie où avant j’aurais été une boule d’angoisse avec le cœur à la limite de la tachycardie.

            Sinon, je te rejoins Julie sur le vocabulaire. Bien des mots sont inventés, repris, pour marquer une différence. Pour T-Girl, je n’étais pas au courant de ce distingo fait. C’est juste triste. Sans faire dans le consensuel, nous sommes partie de l’Humanité. Mais l’être humain aimant bien classer pour se rassurer, à l’extrême cela donne ces termes qui cachent toujours la même chose : “Moi, je suis mieux que toi.”. Bataille d’égo… Peu n’ont encore compris que ce sont ces mêmes classements qui font que la discrimination existe. Le plus affligeant est quand les discriminé-e-s en rajoutent en inventant encore plus de vocabulaire classifiant, donnant encore plus de grain à moudre aux intolérants, voire même entre eulles-mêmes dans la spirale infernale de la discrimination. A nous d’arrêter toutes ces classifications contre-productives, les combattre, même. Dans les débuts de ma transition, j’ai failli plonger à ce jeu débile des classifications, n’ayant pas de repères, ne sachant même pas à l’époque ce qu’était le terme général “transgenre”. J’ai toujours vogué “hors-milieu” auparavant. J’ai très vite appris. J’ai vite identifié la perversité de ces classifications et je les ai fuies comme la peste. Merci au passage à Florence, Arnaud et les autres. Merci à Arnaud, d’ailleurs, pour le sérieux de son travail minutieux de recherche et qui à mon sens mérite d’être lu et surtout compris. Je suis toujours attristée quand je vois des T parler des autres T en utilisant ces termes classifiants. C’est l’éternel problème des oppressé-e-s qui oppressent les autre oppressé-e-s moins solides qu’eulles.

    • Julie Mazens a écrit le 17 décembre 2012

      PS: j’ai supprimé les commentaires doublons.

    • Alexandra a écrit le 17 décembre 2012

      Remettre sur le tapis les différences “transsexuelle” “transgenre” s’appelle mettre de l’huile sur un feu qu’on avait enfin réussi à éteindre ici.
      Pour rappel, Txy est un média totalement ouvert et respectueux de chaque T et ne prône aucune différence entre les T laissant chacun-e se définir sans montrer du doigt tel-le ou tel-le autre.

      • Nathasha a écrit le 18 décembre 2012

        pour info je ne dit pas de l huile sur le feu ! mais respectons l autodetermination de chacune ! beaucoup de fille en parcour veulent le transsexuelle car elles envisagent l OP ! d autre prefere le transgenre c est pareil ! apres c est une question de choix et de respect ,personne na a dire on dit ca et pa ca ! par exemple je me présente comme femme d origine transsexuelle ! je n essaie pas de dire je suis plus bio qu une bio ! c est une façon de voir et c est la mienne ! si une personne me dit d un ton affirmatif et connaisseur que malgré tout je suis transgenre car c est la véritable appellation moins patho ! c est clair que c est une rino assuré pour la dite personne ! je suis Transsexuelle , je respecte tout les T leur choix leurs appellation leur façon de gérer leur hormones ou même leur sexualité ! sans jamais mettre en doute leur féminité ou caractère masculins (FTM) ! mais liberté

  4. Nadine a écrit le 17 décembre 2012

    C’est sûr qu’en traduisant un document anglais en français sur les hormones, Julie se prendrait les pieds dans le tapis. La spironolactone étant préconisée aux states et interdite en France. Quant à la Finastéride, je connais pas, mais il semblerait qu’aux States ce soit spironolactone ou finastéride. Alors qu’en France pour les pro-anti-testostérone ce soit androcur ou finastéride. Julie n’a pas fait gaffe ! Autant pour elle !

    • Julie Mazens a écrit le 17 décembre 2012

      Merci Nadine pour ta position constructive !

      Je vais de ce pas remplacer spirobidule par androcur. J’ai déjà rajouté une remarque sur l’effet perte de libido des progestatifs.

      bises.

  5. Mlle Sawasdee a écrit le 17 décembre 2012

    Il faut pas t’énerver Nathasha 😉
    L’article est plutôt bien fait, bien sur que c’est aux médecins en concertation avec la personne concerné de décider , a ce sujet il y a un bel avertissement au début 😉

    • Julie Mazens a écrit le 17 décembre 2012

      l’avertissement sur la concertation médecin / personne concernée est effectivement donné à plusieurs reprises dans ce document (texte que j’ai ajouté par rapport à l’original).

      De la même façon, je n’ai pas traduit les passages donnant des noms de produits ou des dosages ou des manières d’obtenir les produits sans ordonnance et j’ai mis un texte d’avertissement.

      car effectivement, ce texte a vocation informatif et ne doit en aucun cas se substituer aux praticiens.

      Merci à toutes de faire vos commentaires – c’est important pour que ce texte soit le plus complet possible et sans position partisane.

  6. Julie Mazens a écrit le 17 décembre 2012

    Je viens d’ajouter un avertissement supplémentaire ainsi qu’une explication détaillée de comment ce document (http://www.txy.fr/hormones) a été réalisé et comment il peut évoluer de vos commentaires et remarques.

  7. Alexandra a écrit le 17 décembre 2012

    J’ai lu intégralement le texte et il n’y a aucune incitation à prendre des hormones, ni de dosage donné pouvant permettre une auto-médication. Il s’agit bien d’un article de vulgarisation ayant pour but d’informer et donner des pistes de réflexion en concertation avec les médecins.
    Maintenant, le texte lève qu’il n’existe aucune interdiction d’importation en France, ce qui n’est que le reflet de la loi française. Là encore, il n’y a rien de répréhensible et rien de bien nouveau sous le soleil. D’autant que le texte précise bien que l’auto-médication est fortement déconseillée.
    La cigarette tue pourtant bien des gens et elle continue d’être en vente, et les enseignes avec le lumineux “Tabac” existent bel et bien en France. C’est autrement plus dangereux comparativement.

    • Nathasha a écrit le 17 décembre 2012

      le truc qui gêne et la référence a un anti androgene en particulier ! alors que plusieurs existe ! pour ce qui est du dosage ou de l incitation c est normal de ne pas faire d incitation ma remarque n allait pas dans ce sens ! et pour ce qui est de l utilisation de l acetate les usa ne font pas force de loi ! ou alors parlons de delestrogen et de progynon ! je sais je suis une chieuse

  8. Nadine a écrit le 18 décembre 2012

    L’association américaine The Endocrine Society a publié un document intitulé “Endocrine Treatment of Transsexual Persons: An Endocrine Society Clinical Practice Guideline” pour formuler les bonnes pratiques pour le traitement endocrinien des personnes trans. Il y décrit, entre autres choses les effets de hormones sur le corps. Comme c’est un document états-unien, certaines ne sont pas autorisées en France, notamment la Spironolactone, alors que l’Androcur est interdit aux Etats-unis.

    Vous pourrez le trouver ici : http://www.endo-society.org/guidelines/final/upload/endocrine-treatment-of-transsexual-persons.pdf.

    Dans le European Journal of Endocrinology a publié des commentaires d’un point de vue européen ici : http://www.eje-online.org/content/162/5/831.full

  9. Cand a écrit le 19 décembre 2012

    Très intéressant … surtout, j’ai appris que Julie suçait les fraises :-)
    (c’est bon, ok, je ne suis plus là …)

  10. Nadine a écrit le 19 décembre 2012

    Il y a une chose qui a été complètement “oubliée” (désolée !), c’est le rôle de la prostate avec la testostérone. Laquelle est impactée après une SRS. Dans l’article suivant, on en parle un peu plus en détail : http://www.pharmaciengiphar.com/Prostate-Importance-de-la.html.
    Bien qu’il semblerait aussi que l’antitestostérone puisse avoir un rôle dans le traitement du cancer de la prostate. Cf. http://newsatjama.jama.com/2011/12/07/heart-risks-associated-with-antitestosterone-prostate-cancer-treatment-remain-unclear/

    2 liens, j’vais être encore modérée !

    • Caroline de Nice a écrit le 18 janvier 2013

      Il y a aussi depuis quelque temps des chercheurs (américains je crois) qui ont fait une étude sur la progestérone. Il semblerait que cette hormone aurait des effets bénéfiques et préventifs contre le cancer de la prostate, ce qui est une bonne chose pour les Trans, opérées ou pas. En effet, la SRS n’implique pas l’ablation de la prostate (d’après mes amies opérées).

  11. yukarie a écrit le 1 janvier 2013

    l’article intéressant par son côté synthèse.
    Je note une lacune sur les effets des hormones :
    on évoque essentiellement les effets physiques , sur le corps et sur la libido.
    Mais rien de ce qui concerne les effets psychiques.
    Il y a cependant un petite allusion à cet aspect dans l’introduction : “Tout d’abord, pourquoi voulez-vous vraiment commencer à les prendre ?”
    Or il me semble que ces effets sont un des points importants (pour moi LE point le plus important) dans la décision de commencer ou non un hormonothérapie.

  12. yukarie a écrit le 1 janvier 2013

    également il serait bon d’avoir un paragraphe sur les conséquences de l’arrêt de la prise d’hormones , que ce soit avant ou après l’opération qui supprime les testicules.

  13. yukarie a écrit le 1 janvier 2013

    effet de l’androcur et autres sur la repousse des cheveux ?

    l’ablation des testicules a-t-elle le même effet?

  14. Caroline de Nice a écrit le 18 janvier 2013

    Ce qui est évident vu mon expérience du milieu Trans local sur les Alpes Maritimes, c’est que le fait d’anéantir la testostérone chez une MTF n’a aucun effet sur son agressivité. Si une personne a un caractère agressif, elle continuera à être comme ça, même après l’éventuelle opération de réassignation. Ce qui est important et corrobore certains points de l’article : Les hormones ne modifient ni le comportement ni le corps de façon magique.
    On est qui on est, et rien ne change ça.
    Alors c’est clair que les hormones vont “arrondir les angles” ou les aiguiser (FTM) mais il est capital de bien comprendre que les hormones ne sont pas une solution miracle. C’est injuste oui, car nous ne sommes pas toutes et tous égales/aux face à la nature de nos corps, et que les passings peuvent varier de catastrophiques à miraculeux, THS et opé SRS ou pas. Uneamie s’est toujours faite refouler, moquer et même insulter, après des années de THS et surtout après la chirurgie SRS.
    Elle a fini par se suicider l’année dernière, après s’être rendue compte que modifier sa chimie corporelle et ce qu’il y a dans sa culotte n’avait pas fait d’elle la femme qu’elle imaginait.
    La réalité peut être archi cruelle pour nous les personnes Trans.
    Comme je le dis souvent, la transition se fait d’abord dans la tête, sans médicaments ni chirurgie.
    Le THS et éventuellement la SRS ne sont que secondaires dans la transition, je ne le vérifie que trop chaque jour. Le traitement aide, la chirurgie aide, mais il faut être une femme (ou un homme (FTM)) dans sa tête AVANT de commencer quelque transition que ce soit.

    • Alixia a écrit le 18 janvier 2013

      absolument d’accord avec toi Caroline pour “Comme je le dis souvent, la transition se fait d’abord dans la tête, sans médicaments ni chirurgie.”

    • Julie Mazens a écrit le 18 janvier 2013

      j’ai pour habitude de penser et de dire à certaines copines, attention, il ne faut pas confondre moyen et objectif …

      La chirurgie et le THS peuvent être des moyens mais en aucun cas l’objectif d’une vie … cela donne sinon des personnes malheureuses qui seront passées à côté de leur chemin de vie.

      Et sans faire de polémique, c’est certainement une des raisons qui expliquent pourquoi je croise autant de personnes tristes et aigries dans cette communauté !

      A nous de faire passer aussi ce message dans nos relations quotidiennes avec nos copines ! vivez ce que vous êtes d’abord, les médocs et les opérations à user avec précautions et réflexions.

      Bises !

      • Alixia a écrit le 18 janvier 2013

        absolument d’accord avec toi Julie. vivre, être heureuse de vivre, rester optimiste, positiver. ne pas avoir peur des autres et accepter les autres tel qu’illes sont.
        bisouss

    • Mlle Sawasdee a écrit le 18 janvier 2013

      +1000!

  15. Caroline de Nice a écrit le 18 janvier 2013

    :)

  16. Nathasha a écrit le 18 janvier 2013

    Oui a chacune ses priorites. Je ne m estime pas aigri et malheureuse a cause de ma ths hors norme et de mes chirurgie a repetition.chacune dois voir ce qu elle veut avant tout .il n y a pas de modele etabli. J ai pas envie de ressembler a un bucheron landais de 80 kg alors que la medecine me propose des alternatives.il y a des femme a petite poitrine ou avec une stature imposante ou avec le visage carré et masculin . Ben si cela convient aux autres c est bien et ca me gene pas. Mais c est pas mon objectif de vie donc

  17. Alexia Reborn a écrit le 15 juillet 2014

    Bonsoir à toutes et tous;
    Une question m’a été posée et je n’ai pas de réponse à fournir à la personne. Donc je vous la soumet.
    ” Que penser, quels risques à consommer des crèmes et gélules du genre, Puéraria mirifica, siluette, Breast machin etc…?”
    Je vous remercie infiniment pour vos réponses que je ferai lire à la personne concernée.
    Bravo pour votre site très bien fait, très bien documenté et explicite.

  18. Ester a écrit le 20 juillet 2014

    Bonjour,
    comme Alexia m’a posé en MP la question voici la réponse détaillée.
    J’ai été voir pour la plante sur le wikipedia anglais et j’ai suivis le lien vers le principe actif. En résumé le principe actif n’est pas celui qu’on a cru, c’est un produit voisin trés sensible à l’oxydation. EXTRAIT de wikipedia ++Extracts of Pueraria mirifica reportedly containing miroestrol are marketed as dietary supplements intended to lead to breast enhancement in women. However, there is no scientific basis for such claims. The Federal Trade Commission has taken legal action against marketers for these fraudulent claims.[6]++
    Donc ce produit ne doit pas être vendu aux USA avec l’allégation de “Fait grandir la poitrine”. Le principe actif sensible à l’oxydation disparait exposé a l’air.
    Ce produit, COMME TOUS LES PHYTOESTROGENES, est beaucoup moins efficace que la vraie hormone. LEs vraies hormones ont un prix dérisoire. Il faut juste trouver le moyen d’en acheter (sur ordonnance…). D’ailleurs quand on compare les phytoestrogènes a l’hormone naturelle on est toute étonnée de voir qu’il n’y a aucune ressemblance.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -