Et les compagnes (de travesties, de transgenres) ?

20 décembre 2012 | Tags: , , , , ,

Laurence Anyways“, une histoire d’amour entravée par la transsexualité d’un homme.

Je voudrais partager brièvement avec vous un échange que j’ai eu avec mon amour de femme Agnès pas plus tard que hier soir. Et en profiter pour lancer un appel d’utilité !

Agnès venait d’avoir plus tôt dans la journée un échange téléphonique avec la compagne d’une copine transgenre. Échange qui restera bien évidemment privé mais qui fût l’occasion d’aborder l’aide effective au couple que pouvait apporter une communauté comme la notre, que ce soit au travers d’échanges et rencontres ou que ce soit au travers de lectures.

Force est de constater que si beaucoup de copines travesties ou transgenres sont en couple, le coming out est un événement important dans la vie du couple et qu’au-delà d’une acceptation éventuelle et “par amour” il n’est pas facile pour nos femmes de nous accompagner sur ce parcours transidentitaire, beaucoup d’entre-elles préférant d’ailleurs s’éloigner.

Quelques femmes de travesties ou transgenres se sont inscrites sur notre site, avec comme pour l’interlocutrice d’Agnès, la ferme volonté d’en savoir plus, de comprendre, d’apprendre des témoignages des autres femmes, de partager un questionnement sur des sujets difficiles (regard qui change sur la personne aimée, impact sur les relations sociales, sexualité dans le couple, …) et plus particulièrement ceux concernant les hormones et le changement de sexe.

Il est clair que dans l’esprit de nos compagnes il y a trois degrés de transgenderisme, dans un ordre croissant d’angoisse pour le devenir du couple et de leur capacité à accepter ce changement : travesti de temps en temps, la prise d’hormones, le changement de sexe. Ce fut d’ailleurs la première question à laquelle j’ai eu droit, et je pense, comme toutes les copines dans pareille situation : “as-tu l’intention de changer de sexe ?”.

Et force de constater que sur ces questionnements dans le couple, notre communauté n’apporte que peu de réponses et peu de témoignages. Comme le faisait remarquer l’interlocutrice d’Agnès, il n’y en a que pour nous sur ce site, nous les transgenres, renforçant au passage l’image perçue par nos compagnes d’égoïsme associé à notre démarche.

En réponse à cette constatation factuelle, j’apporterais ma réponse habituelle sur la ligne éditoriale du site : “le site va là où l’emmènent les contributrices et contributeurs”. Dans le cas discuté dans le cadre de ce billet, je constate surtout que nous n’avons aucune contributrice femme de travesti ou femme de transgenre et donc très logiquement aucun témoignage et aucun article sur le sujet Transidentité vu et vécu par nos compagnes.

Donc je lance un appel que j’espère nous relayerons toutes et tous pour que des compagnes de travesties ou de transgenres viennent témoigner, questionner notre communauté, partager leurs expériences, bonnes et mauvaises, au travers de petits billets, qui peuvent être anonymes si nécessaire, que nous nous ferons une joie de publier au profit de l’ensemble de la communauté T et de leurs proches.

Les sujets sont très nombreux : témoignages, évolution des relations sociales, évolution de la sexualité dans le couple, sorties ensemble, enfants, parents et famille, …

Je terminerais ce billet en disant aussi qu’il est important que nos compagnes nous accompagnent dans des sorties comme celles que nous proposons, afin de pouvoir rencontrer et échanger avec des femmes vivant des situations similaires. La prochaine sortie est prévue le 13 janvier pour la Galette des reines sur Paris, nous donnerons plus d’information prochainement.

Kisss.

PS: j’ai parlé des compagnes des transgenres féminins (MtF) mais le problème se pose aussi pour les compagnons ou compagnes des transgenres masculins (FtM), encore plus critique dans la mesure où nous n’avons que quelques transgenres masculins inscrits (moins de 1% des membres).

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Lingerie pour femmes transgenres et travesties par Chrysalis
De plus en plus de femmes transgenres travaillent dans le monde de la mode et une marque de lingerie a su le remarquer. Il s'agit de la marque Chrysalis. Depuis 2010, Chrysalis Lingerie crée des lignes de soutiens-gorge et de dessous qui répondent aux besoins bien spécifiques des femmes transgenres. Les sous-vêtements sont étudiés pour soulever, rentrer et lisser et les soutiens-gorge sont rembourrés. [...] L’idée, d’après Cy Lauz, une des co-fondatrices de la marque, était de créer un produit qui éliminerait au ...
LIRE L'ARTICLE >>
Malaika, 19 ans, se fait maquiller par une amie chez elle. Du fait de la discrimination de ses camarades de classe, elle a abandonné ses études. Et maintenant, elle danse dans les mariages et différentes fêtes pour gagner de l'argent.
(traduit librement par Julie) La rue Pakistanaise agresse vos sens : enchevêtrements de trafic; pop pakistanais en concurrence avec l'appel de la mosquée à la prière, épices piquantes dans un air torride. Et puis il y a les travestis. Aux feux de signalisation, vous croisez des personnes drapées dans des vêtements rose et rouge élégant, avec un maquillage scintillant. Ils tapotent leurs ongles peints sur la fenêtre de votre voiture, pour demander de l'argent. Et c'est là que vous remarquez le chaume ...
LIRE L'ARTICLE >>
Pratiques Narratives et Transidentité
Le dimanche 13 janvier 2013, de 11h à 12h, juste avant la Galette des Reines à La Mutinerie, Françoise Pietrapiana vient présenter à celles et ceux qui sont intéressées, travestis et transgenres, une démarche de Groupe Narratif Transidentitaire. L'agenda sera : ► 10 à 15 mn pour la présentation du Groupe Narratif Transidentitaire, ► réponse aux multiples questions, ► planning de dates et "inscriptions" pour les personnes transgenres intéressées. Françoise laissera un document écrit à l'issue de la présentation. Mise à jour du 6 janvier 2013 ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le Noël 2012 des Travestis et des Transgenres
Comme c'est la période de noël, il est logique que votre communauté Travestis & Transgenres se mette en quatre pour vous offrir deux nouveautés que vous attendiez toutes et tous avec beaucoup d'impatience :) ! La première nouveauté n'en est pas vraiment une puisque nous offrons depuis l'ouverture du site une liste des bonnes adresses (bar, restaurants, instituts de beauté, salons de coiffure, ...) que nous conseillons pour leur professionnalisme et pour leur accueil vis à vis des travestis et des ...
LIRE L'ARTICLE >>
Les sites et blogs des copines et copains ou de leur compagne, compagnon, femme ou trans-friendly (blog travesti, blog transgenre, blog transsexuel-le, blog cisgenre, ...) qui contribuent, ou par syndication automatique et/ou par contribution spécifique, au contenu de qualité offert par votre communauté transgenre. Retrouvez aussi le groupe des AuteurEs et Chroniqueurs qui participent régulièrement au contenu éditorial du site. N'hésitez pas à nous contacter (contact arobas txy point fr) si vous souhaitez contribuer vous aussi à cet effort en faisant syndiquer ...
LIRE L'ARTICLE >>
Vie Sociale
Événements et Sorties Votre communauté Trans vous propose tous les événements et les sorties organisés par et pour les travestiEs, les transgenres, les intersexes, … (projection de films, débats, permanence des associations, sorties entre copines, ateliers de maquillage ou de coaching, manifestations pour nos droits, séances de dédicaces de livres T, …) Annuaire des Bonnes Adresses || Critiques Quand on est unE travestiE ou une personne transgenre, il n’est pas toujours facile de trouver les services ou les lieux de sorties qui soient ...
LIRE L'ARTICLE >>
Des transgenres préhistoriques comme un atout dans des sociétés primitives !
Une étude ethnologique, tout juste publiée (1) dans la revue Human Nature et réalisée par Doug VanderLaan du Centre pour les addictions et la santé mentale au Canada, montre que les transidentités étaient présentes dans les sociétés ancestrales et souvent vécues alors comme un atout pour ces sociétés. A l'opposé de certaines attaques menés par une frange réactionnaire issue de la manif pour tous, cette étude montre que le transsexualisme n'est pas contemporain de notre époque et existait déjà pendant la ...
LIRE L'ARTICLE >>
Bonjour tout le monde !
BienvenuE sur la plateforme communautaire Trans' pour la promotion et l'information des personnes Transidentitaires et apparentées (travestis, transgenres, intersexes, transsexuels, tgirls, tboys, FtM, MtF, queer, androgynes, agenre, ... et toutes les autres appellations) ! Un groupe de personnes ayant participé à la sortie Tgirls de Clermont en février 2012 a décidé de prolonger cette aventure sous une forme communautaire basée tout à la fois sur le respect, la tolérance, la bonne humeur, la convivialité et le partage. Dans cette communauté Trans' que ...
LIRE L'ARTICLE >>
L’Observatoire Des Transidentités publie un entretien avec le Collectif Txy !
Pour son dossier de février 2013, l'Observatoire Des Transidentités (O.D.T.) publie un entretien avec le Collectif Txy ! Un moyen pour vous toutes et tous de partager sur notre projet collaboratif et participatif : notre genèse, nos réalisations, nos projets et nos objectifs. Nous voulons aborder l’ensemble des sujets transidentitaires (relations aux autres, parcours de transition, féminisation, coming-out, traitements médicaux, changement d'état-civil, vie dans le couple, ...), sans ignorer le sujet de la sexualité mais en luttant contre l’image stigmatisante, réductrice ...
LIRE L'ARTICLE >>
Les 10 principaux mythes à propos des personnes Transgenres
Les dernières études disponibles(°) utilisant des calculs de prévalence indiquent que 0,5 à 1,5% de la population s'identifie comme transgenre - au moins 300.000 personnes en France. Et pourtant, la plupart des gens ne savent presque rien sur eux. Et beaucoup de personnes, même parmi les militants LGBT et les féministes, ont du mal à distinguer l'identité de genre de l'orientation sexuelle, le mythe de la réalité transgenre, et à appréhender le concept même de transidentité. Et combien de vos amis ou ...
LIRE L'ARTICLE >>
Lingerie pour femmes transgenres et travesties par Chrysalis
Les transgenres Pakistanais dans une catégorie qui leur est propre
Présentation d’un Groupe Narratif à destination des Travestis et Transgenres
Le Noël 2012 des Travestis et des Transgenres
Contributeurs (sites & blog de femmes, hommes, travestis, transgenres et transsexuel-les)
Vie Sociale
Des transgenres préhistoriques comme un atout dans des sociétés primitives !
Bonjour tout le monde !
L’Observatoire Des Transidentités publie un entretien avec le Collectif Txy !
Les 10 principaux mythes à propos des personnes Transgenres

19 responses to Et les compagnes (de travesties, de transgenres) ?

  1. Alexandra a écrit le 20 décembre 2012

    Je rebondis immédiatement sur ton article, Julie, pour donner cet élément très important qui fait que bien peu de témoignages et d’aide existent en la matière. Moi-même, j’ai eu une vie en couple avant ma transition et ma compagne m’a accompagnée jusqu’à ce que je sois intégralement rétablie de la SRS de juin 2011, soit à la mi-décembre 2011.
    Pourquoi n’ai-je jamais parlé “en public” de ce que nous avons vécu ? Simple. Il ne faut pas oublier que les trans’ qui vont jusqu’au CEC sont “jugées” sur leur vie passée. Tu peux basculer rapidement de “primaire” à “secondaire”, classification franco-française des trans’, et de ce fait avoir bien plus de mal dans toutes tes démarches de transition. De ce fait, j’ai décidé de faire comme je sais si bien le faire (l’histoire le prouve), voler sous les radars. Je n’ai jamais évoqué officiellement son existence. Et grand bien m’a pris quand on voit que je n’ai jamais eu d’embûche pour toute ma transition. Je n’ai pas eu à justifier ou non du pourquoi j’avais vécu… Mon Dieu !! Avec une femme auparavant !
    Donc, le sujet ne peut être que brûlant pour les nénettes en transition car le jugement de… la Justice… et des psys (Je ne dirai pas de quelle veine, sinon je vais encore me prendre des scuds et je vais devoir déployer le parapluie de minutemans… Trop taaaaaaaaaard !!) qui sont parfois très très obtus sur la question.
    Autre point non négligeable… Je ne dois pas être la seule dans ce cas, mais ma compagne m’avait demandé la plus grande discrétion à son sujet car elle ne voulait pas risquer d’ennuis par ailleurs dans son environnement travail. Ben oui… Dans certaines boîtes, une personne comme moi peut poser des soucis. Et même pour la compagne, ça peut se propager à elle.
    Voilà pourquoi si peu de témoignages et d’aide existent. Ce n’est ni plus ni moins, bien souvent, qu’un réflexe de protection pour la compagne et pour la trans’.

    Bises ma grande !

    • Julie Mazens a écrit le 20 décembre 2012

      d’où la possibilité que j’indique de témoigner ou publier anonymement.

      On peut partager beaucoup de choses sans date, sans lieu et sans nom pour ne mettre personne en danger.

      Bisous!

    • Nathasha a écrit le 21 décembre 2012

      SUPERBE ! nous ne sommes pas souvent sur la même longueur d onde , mais sur ce coup chapeau tu résume la beaucoup de vérité que je partage en bien des point ! perso mon outing du passé date du mois d octobre pour le magazine Out d hétéroclite qui a fait un petit papier sur moi suite a un travail de journaliste sur mon implication T, pour les même raison que toi , j ai donner de l air a mon ex compagne par mon silence

  2. Nath a écrit le 20 décembre 2012

    Merci Julie de penser aussi a nos doubles, et oui j’ai l’impression, que si nous les aidons pas, c’est nous qui nous perdons.
    Car pour moi, bien sur plein de souci a cause Nath, et je la comprends……
    Mais elle aussi a des soucis à cause de moi, et à même peur de se retrouver dans le placard,,….

    • Julie Mazens a écrit le 20 décembre 2012

      ce n’est pas juste les aider !

      c’est surtout réaliser qu’elles existent, que nous sommes montées dans un TGV et qu’il ne faudrait pas les oublier sur le bord du quai.

      Ensuite, prise de conscience faite, et dans la mesure où la sauvegarde de ton couple, sans renier ton épanouissement au féminin, reste un objectif important, il faut engager le dialogue.

      Mais surtout il ne faut pas commencer à culpabiliser. Cela ne sert à rien sauf à se renfermer comme une huitre. Cette situation, ni elle ni toi ne l’avaient voulu mais elle existe. Il faut passer à la suite.

      Courage et mille bisous à toutes les deux !

  3. Cand a écrit le 20 décembre 2012

    Hello,

    Juste pour rebondir sur la démarche que je trouve intéressante. Il y avait un blog d’une dame qui exprimait ses sentiments et son inquiétude face aux changements de son époux, mais je n’arrive plus à le retrouver.

    Par contre, je me souviens que ce blog était triste, même désespéré. On sentait une réelle souffrance, beaucoup de ressentiment caché et aucune perspective positive. Cela m’avait excessivement troublé parce qu’on retrouvait ce reproche autour d’une image perçue comme égoïste. Une personne qui vit sa transidentité est “quelque part” dans l’action … pendant que la compagne subit … De plus la vie transidentitaire est parfois/souvent dure, ce qui nous incite à nous mobiliser positivement sur nos espaces de rencontres (genre “même pas peur”) alors que les épouses concernées souhaiteraient peut-être ressentir plus les doutes, les atermoiements, la conscience des sacrifices, les déchirements sentimentaux, toutes ces choses complexes à dire ? … ??????

    Bises
    Candice

    • Julie Mazens a écrit le 20 décembre 2012

      j’ai lu aussi le blog dont tu parles. La personne l’a fermé. c’est dommage en fait. Elle subissait des assauts discourtois en permanence alors qu’elle exprimait effectivement une réelle souffrance.

      et oui tu as raison sur chacun des points que tu mentionnes dans ton second paragraphe. Mais je ne vois pas d’autres solutions que de leur donner la parole et espérer qu’elles s’en saisissent afin de provoquer débat, dialogue, prise de conscience, …

      En tout cas, je peux leur assurer toute la visibilité et la modération nécessaire pour que cette expression puisse avoir lieu dans le respect de chacunE et que cela ne dégénère pas comme sur le blog que tu mentionnes.

      Bises !

  4. Marie a écrit le 20 décembre 2012

    Je m’exprime peu ou pas sur ce site parce que je ne suis pas bonne à l’écrit. Mais je discute beaucoup avec ma compagne. Ma compagne m’accompagne! Je le dis comme on crie tant je tiens à elle et tant j’ai vu de saccage relationnel dans notre milieu. Pour moi, la transition est une rude épreuve pour retrouver l’amour de moi-même, mais elle est porteuse d’espoir. Pour ma compagne, ma transition c’est s’interroger sur son orientation sexuelle au risque de me perdre.

    Comment créer dans le couple un espace serein et sécurisé, à l’abri des pressions de conformité de toute sorte pour évoluer à deux ? Comment comprendre l’autre et le respecter sans se renier et sans céder sur l’essentiel ? Dans notre cas c’est l’empathie qui nous aura aidés. Il y a un point ou l’on sent que la douleur de l’autre réclame du temps et parfois simplement d’être reconnue.

    Avec le temps je pense aussi que ma pâquerette (je ne sais pas comment on appelle une femme passée) me préfère vraie. Et je crois aussi que nous avons le sentiment d’avoir un couple vivant parce que la situation nous force à tester si nos valeurs sont vraies.

    Je sais qu’elle voudrait rencontrer d’autres femmes cisgenre vivant avec des trans pour partager cette solitude spécifique qu’elle connaît. Je vais donc lui parler ce soir de ce billet.

    • Julie Mazens a écrit le 20 décembre 2012

      je t’incite effectivement à lui en parler. Mon amour a déjà rencontré plusieurs femmes de trans, notamment Pascale la femme de Florence de Ces Messieurs Dames, Nathalie la femme de Valérie, Aurélie la femme de la célèbre Fuijeda, …

      Et ça nous permet vraiment d’avancer dans notre couple même si par moment les échanges et discussions avec d’autres cisgenre peuvent la mettre dans des réflexions difficiles. De fait, je suis obligée aussi, en miroir, de me poser les bonnes questions et d’engager cette discussion, quelque soit le sujet (vie sociale, orientation sexuelle, coming out sur les proches, place des enfants, hormones, …). A long terme, c’est forcément bénéfique même si parfois on préférerait ignorer les questions.

      Bises.

    • Julie Mazens a écrit le 20 décembre 2012

      PS: tu as une très bonne plume à l’écriture, peut être juste un peu le manque de pratique … je passe du coq à l’âne mais j’ai remarqué que mon côté féminin s’exprimait bien mieux, y compris socialement parlant, que mon côté masculin. tout ça pour dire que tu ne devrais pas te mettre de barrière ! prends ta plume et écrit :) de ce que je perçois, tu as des choses à nous dire, des expériences à partager.

      PSS: un peu long pour un PS.

      Kisss.

    • Nadine a écrit le 20 décembre 2012

      J’aime beaucoup ce que tu dis : “Comment créer dans le couple un espace serein et sécurisé, à l’abri des pressions de conformité de toute sorte pour évoluer à deux ? Comment comprendre l’autre et le respecter sans se renier et sans céder sur l’essentiel ? Dans notre cas c’est l’empathie qui nous aura aidés. Il y a un point ou l’on sent que la douleur de l’autre réclame du temps et parfois simplement d’être reconnue.” C’est même touchant !

      Bises

  5. Celia a écrit le 21 décembre 2012

    Pour l’instant ma compagne et moi sommes toujours ensemble, malgré mon changement (récent) de sexe. Elle n’a pas eu de problème avec le fait que je devienne une femme. Notre amour n’a jamais été basé sur l’apparence mais sur l’énergie, au delà du genre. Energie sexuelle, énergie des projets partagés (art, rencontres, discussions). Je n’ai jamais cru à l’essentialisation de la sexualité. Nous n’avons jamais été hétéros mais avons partagé des pratiques héteros. Nos pratiques changent, pas nos êtres.

    Ce qui est vrai, c’est qu’elle a eu à subir un coming out familial pénible, sa famille estimant qu’elle se “faisait avoir”.

    Elle est active dans ma transition, et se l’approprie. Elle aussi est en transition dans sa relation avec moi, et même socialement car nous cotoyons des milieux lesbiens que nous n’approchions pas avant. Elle regarde beaucoup mon corps, mon changement, mon nouveau sexe qu’elle trouve très bien fait.

    Les hormones qui coupent la libido constituent une étape cruciale, une épreuve bien avant la modification de sexe. Mettre un terme à cette épreuve fait même partie du désir de changement, pour permettre le retour de la libido et d’une sexualité.

    Je comprends tout à fait qu’une personne veuille se séparer, pour cette raison ou une autre, et rien n’est jamais acquis, surtout quand on est très arrêté sur la fameuse (et trompeuse selon moi) “orientation sexuelle”. La relation n’est pas inscrite dans la durée, mais dans le présent, dans la mesure où l’on partage des choses, même de façon conflictuelle. On peut être avec quelqu’un sans plus avoir de relation, alors autant se séparer si ça devient un blocage pour d’autres choses à vivre.

    Je ne fais aucun pronostic sur la durée de ma relation présente.

  6. anne a écrit le 21 décembre 2012

    Bonjour

    Je suis Anne, femme de Nath, et j’avoue avoir du mal à avancer dans mon couple, bien que je ne suis pas fermée !!!

    Tant de questionnement !! E il est vrai que de rencontrer des femmes de T ne peut que permettre d’avancer dans son cheminement, et de ne pas s’isoler … Car difficile il est pour nous d’en discuter avec nos ami(e)s bien que je n’ en ai aucune honte ou gêne !! Après entendre dire … Des amies … Je ne pourrais jamais vivre cela … Et moi Anne .. Me trouve anormale d’accepter cela dans mon couple …

    La partie couple, devrait peut être mise plus en avant dans le site ? Plutôt que dans le forum et permettrait une meilleure approche du sujet ? Je ne sais pas … Une idée …

    En tout cas .. Femme bio, trav, trans, n’hésitait pas à parler de votre vie de couple car cela ne peut qu’aider d’autres personnes !!

    Bises à toutes

    • Julie Mazens a écrit le 21 décembre 2012

      Il y a trois grosses différences entre le forum et les articles :

      1) le forum est privé, les articles (ainsi que l’auteurE sauf demande spécifique) sont publiques.

      2) il faut se sentir capable d’écrire un article surtout de fond alors que tout le monde peut participer à une discussion dans un forum.

      3) le forum aborde des sujets plus personnels alors que l’article essaie de généraliser.

      Notre site offre les deux possibilités : article ou forum. Sur le sujet du couple en particulier, ni le forum ni les articles ne sont très bavard …

      Pour mettre plus en avant la partie couple, il nous faut des contributrices ! J’espère que notre appel sera entendu :) !

  7. Nathasha a écrit le 21 décembre 2012

    oui c est une bonne démarche de parler ici de nos vies de couple !pour que les débutantes et même les autres trouves des élément comparatif a même de les aider dans leur routes et leurs questionnements ! que nous soyons en couple sur les bases du passé avec la compagne ou le compagnon de toujours , ou alors sur d autre bases après une séparation ! ou en sont nos couples passé ou présent , comment on évolué nos relation avec nos compagnes ou compagnons ?

  8. Valerie du 68 a écrit le 22 décembre 2012

    Coucou,je suis transgenre,ça c’est sans aucun doute…lol…et sous THS.Je partage ma vie maintenant avec ma cherie Stephanie depuis un an…On a failli se quitter quand je lui ai laché la verité,en septembre 2011…apres quelques questionnements bien legitimes,on a décidé vu que l’on s’aime que ça valait la peine d’aller de l’avant….Pour le moment je dois alterner ma vie de nana contre celle de mec,comme pour le boulot,mes enfants que j’ai de temps en temps(separation)…Je n’ai pas encore eu le cran d’aller plus loin,mais ca va venir,c’est sur…Alors je vais lui en parler ,afin qu’elle vous donne son sentiment sur notre(nos) “aventures interieures et exterieures”…Car etre transgenre c’est en nous et je pense qu’il est plus simple d’essayer de vivre notre vie ensembles que de lutter contre sa transidentité….

  9. Valérie Hach a écrit le 22 décembre 2012

    Bonjour , je confirme que les rencontres entres conjointes à Bordeaux comme à Paris récemment ont fait le plus grand bien à Nathalie et ont des répercussions positives sur notre aventure commune…. La prochaine est en préparation , en petit comité, mais elle servira peut être de base à une participation plus forte des conjointes car j’ai aussi le sentiment que cela répondra à une demande. Nous avons tellement besoin d’elle(s)!

  10. Sophya a écrit le 23 décembre 2012

    J’ai largement, et dès ma présentation ici, évoqué mon couple, avec mon épouse, et les relations, sur le plan de la sexualité (où mon épouse a dû trouver hors de notre couple une réponse “virile” à sa libido restée hétérosexuelle, moi-même étant devenue trop “féminine” sur ce plan pour la satisfaire virilement), comme celui de la complicité affective (restée intacte, voire même plus intensifiée par cette situation particulière de couple, grâce à un dialogue plus fréquent et surtout plus franc entre nous 2).
    Mon épouse sort bien volontiers avec moi, Sophya, en ville comme dans des lieux où nous sommes bien en vue, comme des bars-brasseries ou des restaurants.
    Nous sommes d’ailleurs très partantes pour participer à des sorties “mixtes”, épouses/compagnes et nous, leurs T, mon épouse ayant beaucoup apprécié un week-end passé, où elle a ainsi échangé avec d’autres épouses/compagnes son vécu et son ressenti d’épouse de T.
    Au plaisir donc de nous rencontrer et de vivre ensemble des moments simple et décontractés, occupées que nous serons à visiter des sites, à profiter de paysages ou à papoter autour d’un verre, sans faire grand cas de nos “spécificités”, que, je pense, nous devons, voire nous avons intérêt parfois à oublier !!!

  11. Sophya a écrit le 9 janvier 2013

    Ma contribution quant à l’évolution de mon couple, à travers ma transidentité et la prise en compte de la place de mon épouse :
    Sophya transgenre, une histoire banale mais une épouse exceptionnelle …
    Il était une fois … un homme, Il est une fois … une transgenre !
    – Il était une fois … un homme qui, ayant choisi une compagne avec qui il vivait depuis quelque décennie dans une relation «vanille», fut happé par l’attrait du travestissement et de la soumission, qui se conjuguèrent assez rapidement l’un avec l’autre … dans une envie de vivre ainsi, concrètement et autrement, sa profonde sexualité.
    – Il était une fois … un homme qui découvrit que, dans sa sexualité, sa masculinité originelle devait accepter de laisser «trans»paraître, à ses côtés et de temps en temps, une féminité, certes latente mais réelle, trop longtemps refoulée et cachée (lui-même ne raflait-il pas tous les 1ers prix lors de carnavals ou de concours de déguisement, toujours habillé en «femme», ici gitane, là bigoudène, ailleurs pin-up en monokini !) …
    – Il était une fois … un homme qui choisit d’abord de vivre seul ces pulsions, sans en parler à sa compagne, parce que c’était, paraît-il, «inavouable», parce que l’habitude installée dans son couple avait relégué au second plan la confrontation partagée et renouvelée de leurs sexualités, parce que la crainte de « faire mal » à sa compagne était plus forte, ou bien était un prétexte plus confortable, que le besoin d’être sincère et transparent avec elle …, parce que …
    – Il était une fois … un homme qui connut les «5 à 7» à la recherche lancinante de lieux et de moments où il pourrait assouvir ses pulsions, s’y maquiller et s’y travestir, un homme qui multiplia les cachettes dans sa maison où il gardait des dessous féminins, et bientôt aussi des dessus, qui lui révélaient à son propre regard, puis un jour au regard des autres, la partie de lui-même qui se découvrait féminine,
    ——————————
    – Il est une fois … un homme qui décide un jour de dire à sa compagne-épouse, D., que transidentité et soumission sont maintenant sa façon à lui de vivre pleinement sa sexualité, certes au terme et au prix de quelles tensions dans son couple, faites de silences lourds, de reproches ou d’incompréhensions ouvertes …, tensions sans doute inévitables mais combien salutaires …,
    – Il est une fois … un homme qui éprouve la surprise et la joie d’entendre un jour D. lui expliquer – spontanément – que, même dans un couple affectivement lié, il pouvait y avoir une sexualité vécue différemment par elle et par lui, une compagne qui témoigne ainsi d’un acte d’amour rare, fait de tolérance et d’acceptation sincère des différences, …
    – Il est un homme qui, enfin, trouve avec D. non seulement l’espace de sincérité et de transparence qui lui paraît indissociable de son amour pour elle, mais aussi l’espace de partage où elle et lui donnent l’un à l’autre, autant qu’elle et lui reçoivent l’un de l’autre …,
    – Il est une fois … une transgenre et son épouse, qui retrouvent aujourd’hui l’envie de renouer le dialogue dans leur couple, l’envie de parler de leurs sexualités si différentes et assumées chacune dans une nouvelle dimension, l’envie de se raconter leurs joies et leurs envies vécues avec leurs partenaires respectifs …
    – Il est une fois … une transgenre, Sophya, qui peut maintenant rêver de ses pulsions en gardant les yeux ouverts !

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -