Identité de genre, orientation sexuelle, discrimination et mariage pour tous

25 décembre 2012 | Tags: , , , , ,

Femen violence manifestation

Femmes femen agressées lors des manifestations contre le mariage pour tous (crédit photo : image retravaillée par Tuxboard.com et mise à disposition pour diffusion libre)

Depuis quelques mois maintenant, on a pu assister à une belle levée de boucliers du monde patriarcal, hétérosexuel phallocrate pour tout faire pour empêcher les homosexuels d’accéder au droit de se marier. Mais où se situe réellement le problème en fait ?

La notion même de mariage est religieuse. J’en ai parlé plusieurs fois avec une amie de foi musulmane qui elle-même me le dit : “Le concept même de mariage est religieux. Dans le domaine laïc, chacun fait ce qu’il entend. Pour ma part, je me suis mariée religieusement, et d’un point de vue républicain je ne suis pas passée devant monsieur le Maire. C’est un choix. J’ai préféré le mariage religieux parce que Dieu sera toujours là alors que le maire non il est élu pour six ans et pas forcément par des gens qui ont la même vision de la vie que moi.” (Citation directe de l’amie concernée avec son aimable autorisation. Propos intégral). En clair, le clérical n’a pas à se mêler du laïc.

La position de l’Église… Est sa position mais n’a pas à venir sur le terrain laïc. Il est déplorable de voir que l’Église vienne se mêler de ce qui se passe dans la République. Depuis 1905, il y a eu séparation de l’Église et de l’État. Dans cette séparation, la liberté de culte ainsi que le respect de la religion ont été énoncés. Je fais partie de ces personnes qui respectent les croyances des autres, mais je demande à ces mêmes croyants de respecter ma position de ne pas croire en leur religion. La vie en communauté, c’est aussi cela.

Maintenant, décortiquons un peu les racines de ce haro contre les homosexuels et replaçons-le dans un cadre plus large qui est celui de l’identité de genre couplé à l’orientation sexuelle.

Dans le cadre de l’orientation sexuelle, la plupart des religions n’admettent pas les rapports homosexuels et cela dans un cadre provenant de la nuit des temps où l’humanité avait besoin de naissances pour survivre. La racine de ce rejet de l’homosexualité est majoritairement liée à cet état de fait… remontant à plus de mille ans !! Jusqu’à la sortie du Moyen-Âge ! Quoique… En Grèce et dans la Rome Antique, l’homosexualité n’était pas rejetée. On peut d’ailleurs aussi penser que le rejet de l’homosexualité par les trois grandes religions monothéistes soient une sorte de réponse de rejet de Rome. Je ne serai pas étonnée que des écrits existent sur ce sujet.

Entretemps, l’humanité a quand même bien peuplé l’ensemble de la planète, et ce qui pouvait éventuellement être une question de survie, ne l’est plus de nos jours.

Par ailleurs, la science étant ce qu’elle est, être homosexuelle n’implique plus l’impossibilité de procréer du fait de l’existence même de la PMA (Procréation Médicalement Assistée). Et pour ce qui est d’être homosexuel, la GPA  (Gestation Pour Autrui) existe aussi, bien que cela soit très mal vu en France, toujours par les mêmes d’ailleurs. Question de mentalité, la GPA est aussi une autre voie de procréation. Il est clair que les deux pratiques en question, PMA et GPA, nécessitent un encadrement pour éviter des abus, mais n’encadre-t-on pas nombre de choses qui si elles n’étaient pas encadrées pourraient amener à des abus ?

Ceci étant posé, je vais maintenant revenir sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre.

Nida avait déjà abordé ce sujet dans un article sur le même sujet en donnant des exemples où finalement la notion même d’homosexualité ne pouvait plus être vraiment déterminée dans le cadre des Trans.

Si nous prenons l’orientation sexuelle dans le cadre de la transidentité, on voit tout de suite que la notion même d’hétérosexualité et d’homosexualité volent en éclat.

Je suis quasiment sûre de ne pas me tromper en disant qu’un intégriste de l’acabit de ceux qui manifestent bruyamment dans les rues contre le mariage pour tous, voit en une personne comme moi “un homme à qui on les aurait coupées”. Je reprends cette expression car c’est celle qui me fût servie lorsque j’ai voulu reprendre le cyclisme en compétition en septembre dernier, expression prononcée d’ailleurs… par des femmes cyclistes !! On voit déjà la grande ouverture d’esprit de telles personnes centrées sur elles-mêmes. On remarquera d’ailleurs que c’est le même raisonnement qui a été appliqué, même si pas dit, dans le cadre des élections de Miss Univers jusqu’à ce que sous la pression les trans’ soient enfin admises dans ces concours.

De ce fait, si ces personnes nous considèrent être des hommes et que nous ayons un rapport sexuel avec une femme, cela fait de nous des hétéros ? Dans leur tête oui… Sauf que… Nous sommes des femmes. A priori, nous ne sommes pas équipées comme des hommes, et même si notre vagin et notre vulve sont construits et non de naissance, ils existent bel et bien et fonctionnent pour la partie purement sexuelle au féminin. Donc, nous sommes bien des femmes et dans les définitions, deux femmes ayant un rapport sexuel ensemble sont homosexuelles !

Toujours dans le cadre où nous sommes considérées comme des hommes, avoir des relations sexuelles avec un homme fait de nous des homos dans la tête de ces mêmes personnes. Et… Non ! Comme dit au chapitre précédent, notre appareil génital fait bien de nous des femmes et de ce fait, même si nous n’avons pas capacité à procréer, ce type de relation fait de nous des hétéros toujours dans le cadre des définitions posées par ces gens-là.

Là, je viens juste de poser le cas le plus simple, une trans’ opérée, et je vais pousser le bouchon un peu plus loin, qui a socialement ses papiers d’identité au féminin, ce qui est mon cas depuis mercredi 19 décembre 2012 !

Si je pousse le raisonnement au taquet, avant le 19 décembre 2012, mes papiers faisaient que j’étais encore considérée administrativement de sexe masculin… Donc, mes rapports sexuels avec un homme faisaient de moi “un” homosexuel et mes rapports sexuels avec une femme faisaient de moi “un” hétérosexuel ? Et à partir du 19 décembre 2012, je suis subitement devenue “une” hétérosexuelle pour mes rapports sexuels avec un homme et “une” homosexuelle pour mes rapports sexuels avec une femme ??

Sachant que depuis mon plus lointain souvenir je me suis toujours définie comme étant une femme, si j’avais eu un enfant avec une femme pouvant procréer, j’aurais de ce fait été une femme homosexuelle ayant un enfant avec une autre femme. C’est ce qui a cours actuellement concernant Chloé qui a obtenu son changement d’état-civil en octobre dernier. Bien que l’Etat n’ait pas modifié son acte de mariage par pure hypocrisie, les faits sont là. Chloé a bien eu des enfants en tant que femme reconnue comme telle par la Justice. Et ne venez pas me dire que c’est tiré par les cheveux. Vues les barrières qui nous sont mises pour nos changements d’état-civil où on nous demande de prouver qu’on est bien des femmes depuis la naissance “nées dans le mauvais corps”, on ne peut ensuite nous opposer les parties génitales dont nous étions affublées pour adapter la vérité selon ce qu’on a envie de prouver. On ne peut avoir le beurre, l’argent du beurre, et le cul de la crémière avec !!

Poussons encore un peu plus loin les crans… Des personnes se définissent transidentitaires ni hommes, ni femmes. J’en connais plus d’une, donc c’est bien une réalité et non une vue de l’esprit. Quelle est l’étiquette qui convient pour déterminer leur position dans la société dans le système binaire par rapport à leur sexualité ? Sont-elles homosexuelles ? Hétérosexuelles ? Si vous arrivez à plaquer une définition selon le système binaire, bravo ! C’est que vous aurez été touché-e par la grâce de la mauvaise foi (et non par la foi).

A la lumière de tout ce que je viens d’écrire, on voit bien que les concepts mêmes d’hétérosexualité, d’homosexualité, et même de bisexualité que je n’ai pas cité pour ne pas rajouter une couche de complexité, étant dans ce monde binaire bisexuelle moi-même, que ces concepts de qui couche avec qui et donc de la définition de ce que représente qui couche avec qui devient obsolète. A l’aune des transidentités, ces concepts volent en éclat !

Et c’est bien pour cela que les personnes transidentitaires sont très mal vues par le pouvoir à l’heure actuelle, même si la situation se détend un peu actuellement, car nous brisons totalement les barrières du genre, et se faisant, nous brisons intégralement les barrières de l’orientation sexuelle. Nous montrons et démontrons que l’orientation sexuelle est un instrument du pouvoir et non une question de bien ou de mal comme l’homophobie latente le pose.

De tous temps, l’Église a voulu conserver la main-mise sur le pouvoir sur les humains. Et quoi de plus fort que le contrôle de la vie sexuelle des gens ? Contrôler la vie sexuelle des gens, est l’instrument de pouvoir le plus abouti car il touche directement la part le plus profonde d’humanité de tout être humain. Contrôler la vie sexuelle d’un être humain revient à le contrôler entièrement.

L’union civile républicaine appelée improprement “mariage” repose actuellement intégralement sur ce concept de contrôle de qui couche avec qui, de qui a la bénédiction ou non du pouvoir en place et en tâche de fond du contrôle par l’Église de qui couche avec qui. On voit dès lors qu’ouvrir légalement le mariage aux homosexuel-le-s brise irrémédiablement le contrôle indirect des cultes religieux sur la vie quotidienne des gens. On comprend dès lors pourquoi il y a une telle levée de boucliers de la part des religions en général dans leur partie intégriste qui fait le jeu du pouvoir des cadres religieux.

Au-delà de simplement ouvrir la possibilité aux homosexuel-le-s de pouvoir s’unir devant le Maire, le terme de mariage devrait être immédiatement abandonné car provoquant cette confusion qui donne du grain à moudre aux religions. Ce terme est essentiellement religieux et ne devrait rien avoir à faire au niveau de la République laïque.

Si en plus on tient compte de la vision de la sexualité, au-delà de l’aspect procréation, des humains sous l’angle des transidentités, les notions mêmes d’homosexualité et d’hétérosexualité volent immédiatement en éclats. De ce fait les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle disparaîtraient mécaniquement.

Les transidentités ont finalement bien des choses à apporter au combat mené par les LGB pour l’accession aux droits fondamentaux de s’unir et aussi à la disparition de l’homophobie.

Je pense que nous sommes la clé, la solution à tous ces problèmes de discrimination liés à l’orientation sexuelle qui actuellement assombrissent les rapports humains dans notre société.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Article 225-1 du code pénal voté par le Sénat : nous préférons toutefois l’emploi des termes « identité de genre » à « identité sexuelle »
Communiqué commun - Inter-LGBT/ORTrans/ID-Trans’ Le Sénat vient d’inscrire à l’unanimité, jeudi 12 juillet, la discrimination envers les personnes trans dans la liste des discriminations punies par la loi (article 225-1 du code pénal). Quoiqu’imparfaite dans sa formualtion, cette inscription s’est faite à la faveur du débat sur le projet de loi contre le harcèlement sexuel. Suite à l’initiative d’ORTrans, un collectif composé d’ID Trans’, ORTrans et Inter LGBT auditionné le 7 juin 2012 par le groupe de travail sur le harcèlement sexuel ...
LIRE L'ARTICLE >>
Non, l’identité sexuelle n’est pas l’identité de genre !
Je peux dire que je partage le point de vue de l’ANT ou d’autres associations qui voient bien le calcul politique à l’œuvre dans ce glissement sémantique qui voudrait passer pour secondaire et qui, en fait, marque au moins l’absence de volonté de ce gouvernement “de gauche” de s’affronter à partie réactionnaire de l’assemblée sur la question de l’identité de genre. Au nom de ce marché politicien, les droits des trans passeront à la trappe, c’est pour moi une évidence. ...
LIRE L'ARTICLE >>
L’Église épiscopalienne américaine n’a pas de problèmes avec les questions d’identité de genre !
L’Église épiscopalienne américaine n’a pas de problèmes avec les questions d’identité de genre ! Et en France, la République tergiverse encore sur la reconnaissance de l’identité de genre comme motif de discrimination … Le magazine Têtu s’en est récemment fait l’écho, mais la nouvelle semble n’avoir pas encore eu l’écho qu’elle mériterait. Pourtant, l’Église épiscopalienne a officiellement autorisé l’ordination de ministres du culte transgenres. Cette décision a été prise à une large majorité. La branche américaine de la Communion anglicane (2,3 millions d’Américains ...
LIRE L'ARTICLE >>
La transphobie devient un critère légal de discrimination aux contours flous, mais pour le gouvernement l’identité de genre peut attendre
Nous nous faisons l'écho de la nouvelle loi votée le 25 juillet, les réactions continuent à tomber ... ________________________________________________________________________________ Vote à l'unanimité du projet de loi sur le harcèlement sexuel. La transphobie devient un critère légal de discrimination aux contours flous, mais pour le gouvernement l'identité de genre peut attendre. ________________________________________________________________________________ Communiqué de Presse Fédération LGBT / ANT Le 25 juillet, l'Assemblée nationale a adopté le nouveau projet de loi relatif au harcèlement sexuel, pour combler le vide juridique laissé par l'abrogation, le 4 mai dernier, du ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le Sénat décide que la discrimination envers les transsexuels sera désormais réprimée
(AFP) Le Sénat décide que la discrimination envers les transsexuels sera désormais réprimée. Le Sénat a inscrit à l'unanimité, jeudi, la discrimination envers les transsexuels dans la liste des discriminations punies par le code pénal, dans le cadre du débat sur le projet de loi contre le harcèlement sexuel. Un amendement consensuel, rédigé sur la base d'un sous-amendement du gouvernement et de plusieurs amendements des écologistes, de l'UMP, du PS et du groupe CRC (communistes), a été adopté en ce sens. Il ...
LIRE L'ARTICLE >>
DR - Huffington Post
Alors que depuis l'entrée des femmes dans le monde du travail, celles-ci se sont toujours retrouvées à des échelons inférieurs, moins bien payées que leurs pairs masculins, une nième étude tente une approche en mettant le manque de succès des femmes en entreprise sur le compte du manque d'ambition. Cette étude a été réalisée par la Dr. Peggy Drexler, auteur, chercheur en psychologie, Université Cornell. D'autres hypothèses sont avancés toutes plus ou moins contestables, et dans tout ce lot, un cas très parlant ...
LIRE L'ARTICLE >>
Identité de genre et changement d’état civil
Texte présenté à la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) le 16 Avril 2013. Identité de genre : Quelle genre d’identité ? Qu’on le veuille ou non, notre système juridique aussi bien qu’administratif ainsi que les rapports régissant les liens privés sont définis par la seule notion du sexe. L’état-civil définit l’existence légale des individus sur la base de ce seul critère. La notion du sexe dans l’état-civil est une notion exclusivement morphologique basée sur une observation clinique et définie ...
LIRE L'ARTICLE >>
Résolution du Parlement européen du 13 décembre 2012 et Identité de Genre
Le Parlement européen vient d'adopter une résolution le 13 décembre 2012 concernant son rapport annuel sur les droits de l'homme dans le monde et la stratégie de l'Union européenne à ce sujet. L'identité de genre est clairement au menu ! Résolution du Parlement européen du 13 décembre 2012 concernant le rapport annuel 2011 sur les droits de l'homme et la démocratie dans le monde et la politique de l'Union européenne en la matière (2012/2145 (INI)). ► concernant la liberté d'expression (médias sociaux/libertés ...
LIRE L'ARTICLE >>
Transidentité, discrimination, un vécu
Préambule Aujourd’hui, j’ai pris la décision de vous parler d’un pan de la transition que j’ai vécue jusqu’au mois de juin 2012 et dont j’avais sciemment décidé de ne pas parler afin de ne pas attirer la schkoumoune. Tous mes articles ont globalement été dans un sens positif lorsqu’il s’agissait de vous parler de ma propre transition ; j’avais pris la décision dès le départ de ce blog de ne jamais évoquer les problèmes plus ou moins graves que j’ai rencontrés dans tout ...
LIRE L'ARTICLE >>
Finlande : chacun devrait bénéficier d’une protection égale contre la discrimination
Strasbourg, 14/6/2012 - « L'adoption récente d'un plan d'action national sur les droits de l'homme montre la détermination du Gouvernement à améliorer la protection des droits de l'homme en Finlande. Il convient aussi de saluer la création du Centre des droits de l'homme et de la Délégation aux droits de l'homme, bien que leurs besoins en ressources doivent encore être mieux pris en compte », a déclaré Nils Muižnieks, Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, à l'issue ...
LIRE L'ARTICLE >>
Article 225-1 du code pénal voté par le Sénat : nous préférons toutefois l’emploi des termes « identité
Non, l’identité sexuelle n’est pas l’identité de genre !
L’Église épiscopalienne américaine n’a pas de problèmes avec les questions d’identité de genre !
La transphobie devient un critère légal de discrimination aux contours flous, mais pour le gouvernement l’identité de genre
Le Sénat décide que la discrimination envers les transsexuels sera désormais réprimée
Les femmes en entreprise : manque d’ambition ou discrimination ? Un FtM témoigne
Identité de genre et changement d’état civil
Résolution du Parlement européen du 13 décembre 2012 et Identité de Genre
Transidentité, discrimination, un vécu
Finlande : chacun devrait bénéficier d’une protection égale contre la discrimination

21 responses to Identité de genre, orientation sexuelle, discrimination et mariage pour tous

  1. Nathasha a écrit le 25 décembre 2012

    c est pas mal du tout ca !!!!!!

  2. AlexMec a écrit le 25 décembre 2012

    Billet rudement intéressant! Et pour une fois, on est d’accord sur la conclusion 😛 Mais bon, c’est pas ça qui va m’empêcher de faire mon chieur pinailleur, comme d’hab…

    En clair, le clérical n’a pas à se mêler du laïc.

    Euh, non. Le résumé de ce que ton amie a dit, c’est l’inverse: le laïc n’a pas à se méler du clérical – ce qui se trouve être ma position aussi 😛 Probablement pas par hasard non plus, puisque moi aussi j’ai été confronté en mon temps à cette dichotomie “mariage civil/mariage religieux”, sauf que moi je n’avais pas le choix: la religion à laquelle j’appartenais refusait de pratiquer un mariage religieux sans mariage civil préalable pour les personnes relevant d’un pays où seul le mariage civil est officiellement reconnu. J’ai donc du passer par deux mariages différents, tout comme tous ces couples catholiques qui passent vite fait devant le maire avant de foncer à l’église. Que ces deux cérémonies portent le même nom, avec juste un adjectif différent, alors qu’elles sont fondamentalement différentes et n’ont pas du tout la même portée juridique, c’est une aberration, et il est temps d’y mettre fin.

    Au-delà de simplement ouvrir la possibilité aux homosexuel-le-s de pouvoir s’unir devant le Maire, le terme de mariage devrait être immédiatement abandonné car provoquant cette confusion qui donne du grain à moudre aux religions. Ce terme est essentiellement religieux et ne devrait rien avoir à faire au niveau de la République laïque.

    Exactement. C’est pour ça que je ne suis pas pour “le mariage pour tous”, mais plutôt pour “le mariage pour personne”. Par mariage, j’entends “mariage civil” évidemment.

    Les transidentités ont finalement bien des choses à apporter au combat mené par les LGB pour l’accession aux droits fondamentaux de s’unir et aussi à la disparition de l’homophobie.

    Oui… sauf que les LGB ne sont pas magiquement moins binaires dans leur façon de voir que les hétéros juste parce qu’ils et elles subissent une forte discrimination =_= Par exemple, la discrimination anti-B de la part des LG est encore trop souvent ressentie: “Tu es avec nous (homo) ou contre nous (hétéro), mais pas les deux.” Alors s’attendre à ce qu’ils nous laissent auto-déterminer notre genre et de fait notre sexualité… Ouais, c’est pas gagné.

    Au passage:

    Quoique… En Grèce et dans la Rome Antique, l’homosexualité n’était pas rejetée.

    Attention, pas si simple. L’homosexualité dans la Rome et la Grèce Antiques n’était pas la même chose que l’homosexualité moderne. Plus précisément, c’était surtout certaines pratiques homosexuelles bien codifiées qui étaient acceptées/encouragées (le mot “pédé” vient de l’une de ces pratiques, la pédérastie). De plus, la plupart des cas d’homosexualité dans la Grèce et la Rome Antiques étaient en fait des cas de bisexualité, car ces relations homosexuelles venaient s’ajouter aux relations hétérosexuelles (et en particulier au mariage) auxquelles ces hommes devaient également se soumettre.

    On peut d’ailleurs aussi penser que le rejet de l’homosexualité par les trois grandes religions monothéistes soient une sorte de réponse de rejet de Rome.

    Pas Rome, non, vu que la première (dans le temps) de ces trois religions (et celle sur laquelle les deux autres sont fondées) pré-date Rome et même la Grèce Antique de pas mal de siècles 😉 Par contre, un rejet de certaines pratiques des civilisations environnantes à l’époque où les Israélites cherchaient à s’établir comme peuple à part, ça, c’est plus que possible. Sans oublier bien sûr l’aspect “encourager la natalité à tous prix” que tu as mentionnée toi-même.

    Super intéressant, comme billet :) !

    • Alexandra a écrit le 25 décembre 2012

      Merci Alex ! Et je suis particulièrement d’accord avec ta première remarque concernant l’inversion. Mais connaissant mon amie, c’est pensé dans les deux sens. J’ai juste oublié de mettre le deuxième côté. Je prends ta rectification.

  3. Nathasha a écrit le 25 décembre 2012

    suis un peut contre ton truc ! moi je suis pour le mariage ! j ai espoir un jour d être en mesure de me marier !!!!!!!! le système baba cool ;, pas de genre sur les papier ,pas d union civil ! enfin la grosse anarchie sous couvert de liberté ça me gonfle un peut c est très alter gaucho révolutionnaire ! renversons les institution ! pour moi !! et oui pour moi c est hors de question

    • AlexMec a écrit le 25 décembre 2012

      Je suppose que c’est une réponse à mon commentaire? Alors dans ce cas, je te rassure tout de suite: je ne suis pas contre l’union civile, bien au contraire 😉 Je suis pour une union civile encore plus étendue que ce qui est promu actuellement, ouverte non seulement en genres, mais aussi en nombre par exemple (pourquoi se limiter à deux personnes, quand il existe des groupes de personnes désirant s’unir toutes ensemble, ou des personnes désirant s’unir à plusieurs personnes différentes avec l’accord de toutes ces personnes?)

      Par contre, je veux retirer le mot “mariage” de cette union, parce que le mariage, c’est comme le baptême: c’est religieux à la base, par définition. Donc on laisse le mariage aux religieux, avec droit pour eux de le limiter à qui ils veulent, et on se crée une union civile avec son propre nom et ses propres règles dans laquelle aucune église n’a le droit de fourrer son nez. C’est ça que je soutiens.

      • Nathasha a écrit le 25 décembre 2012

        AHHHHHHHHHHHHH ouaiiiiiiiiii ! la franchement je ne sais plus quoi dire ! la fameuse polygamie ! tu m excusera faut un peut de temps pour réfléchir au concept , étant d une nature possessive extrême pour moi c est assez dur a concevoir , mais bon suis pas non plus contre car assez ouverte sur pas mal de choses ! mais la tu ma prise de court!!!!!!

        • AlexMec a écrit le 25 décembre 2012

          Hé, t’inquiètes pas 😉 ! Je ne suis pas pour imposer la polygamie à qui que ce soit. Je dis juste que je ne trouve pas juste que celles et ceux qui désirent la pratiquer ne puissent pas être protégés légalement tout comme les monogames le sont. Je ne vois pas de raison d’empêcher un trio où tout le monde aime les deux autres de se marier tous ensemble, ou une personne d’épouser trois autres personnes dans trois unions différentes, du moment que les trois autres personnes donnent toutes leur accord pour chaque union. Laisser aux adultes le droit de gérer leurs relations, et protéger tous les enfants de façon égale: c’est ça que je veux.

          Et pour la majorité qui se contenterait parfaitement d’une seule union entre deux personnes: pas de problèmes, ça aussi, c’est couvert 😀 !

  4. Julie Mazens a écrit le 25 décembre 2012

    La dinde de Noël : Christine Boutin ! Elle n’a pas craint d’expliquer que les homosexuels n’étaient pas discriminés puisqu’ils pouvaient se marier avec une autre personne d’un autre sexe …

    • AlexMec a écrit le 25 décembre 2012

      Désolé de jouer les chieurs encore une fois, mais d’un point de vue technique/légal, elle a parfaitement raison. La discrimination, c’est nier à un groupe un droit que la majorité possède. Hors, les homosexuels ont parfaitement le droit de se marier, sous la définition du mot mariage, c’est-à-dire avec une personne du sexe opposé. Et à l’inverse, les hétérosexuels n’ont pas le droit de se marier avec une personne du même sexe. Donc oui, stricto sensu, Boutin a raison.

      Ou, pour dire autrement: quel est le droit qui est refusé aux homosexuels? C’est le droit d’épouser quelqu’un qu’ils aiment. Seulement voilà: ce droit n’existe pas. Même si le mot “aimer” apparait dans la formule du mariage civil, il n’en reste pas moins que deux personnes (du sexe opposé) peuvent se marier tout en se détestant – ou même sans se connaître du tout avant le jour du mariage! Inversement, les hétérosexuels n’ont pas de droit inaliénable d’épouser toute personne du sexe opposé qu’ils aiment et qui les aime en retour. Par exemple, si cette personne est déjà mariée, a moins d’un certain âge, ou fait partie de leur famille biologique très proche, alors tintin! Tout l’amour du monde ne leur donnera pas l’autorisation de se marier pour autant. Donc il n’existe pas de droit, autant pour les homos que pour les hétéros, de “se marier avec la personne que l’on aime”.

      D’ailleurs, historiquement, la notion de mariage n’était que vaguement reliée à la notion d’amour. Le mariage, c’était pour assurer une filiation officielle, transmettre un patrimoine, encourager la cohésion sociale en liant les familles entre elles, et ainsi de suite. L’amour était un plus, mais pas une nécessité – et inversement, les amours adultères étaient monnaie courante mais pas reconnues officiellement.

      Ce n’est que très récemment que les notions de mariage et d’amour se sont trouvées unies si intimement. Et c’est pour ça que la notion de “mariage homosexuel”, qui aurait sidéré même les Grecs et les Romains de l’Antiquité, a émergé.

      Cela ne veut évidemment pas dire que cette notion est ridicule. Les traditions n’ont pas toujours raison, et les grandes avancées sociales ont généralement l’air d’aberrations à leurs débuts. Mais cela veut dire qu’il faut être conscient-e-s de ce que nous demandons, et de ce à quoi nous nous confrontons, sinon nous ne pourrons jamais exposer les bons arguments à celles et ceux qui nous opposent des millénaires de tradition.

      • Nadine a écrit le 25 décembre 2012

        Pourtant, la Boutin en question s’est mariée avec son cousin germain !

        • AlexMec a écrit le 25 décembre 2012

          Eh oui, c’est légal en France!

          De plus, se marier entre cousins (voire entre frères et soeurs!) est une coutume qui remonte à la nuit des temps 😉 Traditionnellement, c’était pour garder le fameux patrimoine à l’intérieur d’une même famille – éviter de devoir diviser une terre, par exemple.

          Détail intéressant: Wikipédia me dit qu’il faut une dispense du Pape lui-même pour pouvoir épouser son cousin germain religieusement. Boutin est bien Catholique? Je me demande si elle l’a eu, sa dispense – ou alors… *gasp* Elle n’est pas mariée à l’Eglise O.o ?? Roooh la la, c’est pas bien, ça 😛 !

      • Alexandra a écrit le 25 décembre 2012

        Oui… Enfin… Tout cela c’est nier l’existence de nombre de couples qui se sont mariés par réel amour. Ils existent. Là, Alex, tu fais de la rhétorique et au passage tu alimentes l’obscurantisme de ce genre de personnes.
        Alors, je sais que tu aimes jouer l’avocat du diable, c’est indéniable. Sauf que nous faire limite du Bénabar, genre :
        “C’est l’histoire de l’agneau qui invite le loup à manger,
        c’est l’histoire du cochon apprenti charcutier,
        c’est l’histoire du canard qui trouve sympa d’être laqué,
        c’est l’histoire du pigeon qui, enfin bref, vous avez compris l’idée.”

        … n’est peut-être pas très choisi. Je pense qu’ils sont assez grands pour nous servir ce genre de raisonnements de très mauvaise foi sans qu’en plus la communauté les alimente ainsi.
        Donc, dans l’absolu, tes raisonnements sont “recevables”… En encore… Mais dans le monde relatif dans lequel nous vivons, ça s’appelle se tirer une balle dans le pied.

        • AlexMec a écrit le 25 décembre 2012

          Je ne suis absolument pas d’accord. Ce que je rapporte ici, ce sont des siècles de tradition, qui composent les fondements mêmes de la société dans laquelle nous vivons. Nier ces traditions, c’est fermer les yeux et se boucher les oreilles pour ne pas avoir à réellement discuter avec l’autre en face. En particulier, qualifier d’emblée leur position de “raisonnements de très mauvaise foi” alors que ce n’est pas du tout le cas la plupart du temps, est certes facile mais ne nous amènera nulle part.

          En gros: tu ne peux pas espérer convaincre “ceux d’en face” si tu ne connais pas leur position et pourquoi ils la tiennent. La connaissance, c’est le pouvoir. Il faut savoir pourquoi les gens pensent comme ils pensent avant de pouvoir leur donner les arguments qui vont les convaincre. Sinon, tu te bats contre des moulins à vent à grands coups de “Raaah, j’ai tort et vous avez raison, na!” Impressionant certes, mais pas du tout efficace.

          • Alexandra a écrit le 25 décembre 2012

            Euh… Ben… Arriver à me dire qu’un transgenre “pur” est hétéro ou homo dans ses rapports sexuels selon sa position dans la sphère des identités qui n’a rien de système binaire relèvera forcément de la mauvaise foi… C’est un constat pur et simple. :-)

          • AlexMec a écrit le 25 décembre 2012

            Je suis paumé, là: qu’est-ce que ça a à voir avec ce que j’ai dit dans le commentaire avec lequel tu n’es pas d’accord O.o ?

            Ensuite, tu sous-estimes l’étendue de la simple ignorance des gens. La mauvaise foi implique que l’on sache, ou au moins soupçonne, la vérité mais qu’on s’entête quand même à dire autre chose. Quand on est simplement complètement ignorant de la vérité, ce n’est pas de la mauvaise foi.

            Et de l’ignorance, en matière de sexualité et d’identité, il y en a à la pelle dans la population française moyenne! Je t’ai déjà raconté, il me semble, comment je casse systématiquement le cerveau des gens si j’essaie de leur expliquer que je transitionne de femme vers homme, mais que je n’aime toujours que les hommes. L’homosexualité, ils comprennent. La transidentité, ils comprennent plus ou moins. Mais que l’on puisse transitionner pour devenir homosexuel (je parle en terme de conséquence, bien sûr, pas de but), alors ça, ça les dépasse complètement!

            Et note que mon exemple n’implique même pas de sortir du contexte de la présumée binarité de la sexualité et de l’identité, puisqu’aussi bien en tant que femme hétéro qu’en tant qu’homme gay, je m’inscrit pleinement dans cette binarité. Et pourtant, les gens n’arrivent déjà plus à suivre!

            Alors quand on essaie de les faire sortir de la binarité…!

            C’est pour ça que je considère comme suprêmement important d’expliquer aux gens d’où viennent leurs “convictions” et leurs “traditions”: pour les motiver à réfléchir, à apprendre, et éventuellement à comprendre.

            Par exemple, si tu pointes du doigt que leur fameux mariage oh-si-sacré, c’est le même mariage qui autorisait les petits vieux libidineux des pièces de Molière à épouser des toutes jeunes filles (et à les violer ensuite en toute impunité), le même mariage que celui dans lequel leur arrière-grand-mère au 19ème siècle n’avait pas son mot à dire (éternelle enfant légale qu’elle était), alors là tu peux leur demander, “Vous êtes sûrs qu’il est vraiment si sacré que ça, votre mariage?” et surtout, “Si accorder la majorité légale aux femmes, et encourager le mariage d’amour, ont été de bonnes choses, alors êtes-vous si sûrs que l’étendre à encore plus de couples d’amoureux va fatalement le ruiner?” Et c’est LA qu’ils peuvent démontrer leur mauvaise foi en refusant même de réfléchir, ou au contraire commencer leur chemin sur la voie de la découverte des sexualités et des identités – et c’est un coup gagnant pour nous quoi qu’ils fassent 😉

          • Alexandra a écrit le 25 décembre 2012

            Ben… Pour la “mauvaise foi”… Je faisais juste référence à ce que j’avais écrit dans mon article… M’enfin ! :) Tu l’as utilisé pour autre chose, j’y peux rien ! :)
            Et puis j’vais faire ma Julie : On a raison t’as tort ! Na ! Hihihi ! (Me demande pourquoi on a raison, je sais pas !)

          • AlexMec a écrit le 25 décembre 2012

            On t’a jamais expliqué que les femmes étaient les reines du multi-tâches, alors que les hommes étaient plutôt genre une seule chose à la fois 😛 ? Alors faut pas confusionner mon pov ch’tit cerveau de mec >.< !

            (Si tu sais pas pourquoi t'as raison, t'inquiètes pas, je peux toujours me trouver une raison pour avoir tort 😛 – et non, il n'y a pas de lapsus cette fois 😀 )

        • AlexMec a écrit le 25 décembre 2012

          Lapsus révélateur de ma part 😛 ? Dans l’avant-dernière phrase, il faut évidemment lire “Raaah, j’ai raison et vous avez tort, na!”

          • Julie Mazens a écrit le 25 décembre 2012

            trop tard, nous avons évidemment compris ce qu’il fallait comprendre. Tu as (encore) tord et nous avons (toujours) raison MDR.

            bises.

          • AlexMec a écrit le 25 décembre 2012

            Ha 😀 ! Je dois avouer que c’est un lapsus qui m’amuse bien, parce qu’à l’échelle de ma vie, j’aurai toujours eu tort et raison à la fois…

            Ai-je mentionné que j’ai grandi et vécu presque toute ma vie dans une religion assez fondamentaliste? Les arguments des gens “de l’autre côté”, je les connais comme ma poche… Et les raisonnements qui les sous-tendent aussi. Et c’est pour ça que je sais que les appels à la compassion ne peuvent pas marcher avec beaucoup d’entre eux, et aussi que les démonstrations logiques utilisées par beaucoup d’assos et personnes LGBT n’ont littéralement aucun sens à leurs yeux, parce que les prémisses utilisées pour ces démonstrations ne leur parlent pas. Ils pensent littéralement détenir la vérité, donc il faut des raisonnements qui retournent leurs propres arguments contre eux pour arriver à les toucher.

            Ca ne devrait pas être aussi dur avec les non-religieux, mais bizarrement, ça l’est quand même souvent =_=

  5. Alexandra a écrit le 28 décembre 2012

    Quand je parlais de “cadres religieux” et de pouvoir dans mon article, je parlais instinctivement.
    Voici un lien qui conforte mes dires et mon ressenti.

    http://www.nsae.fr/2012/12/28/manif-anti-mariage-pour-tous-du-13-janvier-2013/

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -