Pourquoi je suis trans (à grande vitesse) ?

30 décembre 2012 |

article supprimé à la demande de l’auteurE

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Zut, je suis pas une vraie trans, je suis juste un travgenre
C’est marrant de penser que la transidentité ne choisit pas ses cibles. Ça veut dire en gros qu’on peut être trans et ne rien comprendre à la transidentité. Ainsi, il existe des trans qui n’ont absolument rien compris à la différence entre sexe et genre. On peut être trans et reproduire les pires discours de la pathologisation ! Pour ces personnes, comme la Madame Lysebeth “femme issue de la transidentité” qui doit s’ennuyer comme un rat mort sur son forum de VRAIES ...
LIRE L'ARTICLE >>
Pourquoi ne suis-je pas trans ?
Pourquoi ne suis-je pas trans ? C’est une vraie question à la Marcel Duchamp ! Depuis Duchamp, l’artiste, c’est celui qui dit qui l’est. Il suffit de se déclarer soi-même artiste pour l’être. Trans, c’est pareil ? J’ai rencontré une fille qui s’appelait Sophie. Mon beau-frère l’aurait prise pour un homme : habits d’homme, look d’homme, apparence sociale totalement masculine. Barbe, calvitie. Juste une fine chaînette dorée autour du cou – un homme peut en porter, c’est dans les limites de la tolérance sociale. Mais cette personne ...
LIRE L'ARTICLE >>
Txy, en perte de vitesse, vendu à Chedeville SAS
Selon une source bien informée, le site transidentitaire Txy, en forte perte de vitesse après une année très difficile, va être vendu à Chedeville SAS. Un projet que les modérateurs du site auraient unanimement qualifié de "sanction d'un échec cinglant". Lors d'une réunion extraordinaire par skype ce week-end prévue initialement pour préparer le premier anniversaire du site lancé le 5 avril 2012, la patronne a annoncé aux modérateurs du site qu'elle avait été approchée par M. Charly, actionnaire de Chedeville SAS et ...
LIRE L'ARTICLE >>
Trans bidule, Trans machin, Trans truc … Quatro !
J'ai parlé précédemment de mon positionnement de femme d'origine transsexuelle par distinction vis à vis des femmes bio et j'avais mis de coté le transgendérisme. Tout d'abord je rappelle que durant notre parcours nous avons tous été pendant une période plus ou moins longue, tout d'abord travesti(e), ensuite trans-genre et enfin transsexuel(le) pour ceux et celles qui se destinaient à l'opération. Le résultat de ce long parcours fait de nous des hommes ou des femmes socialement reconnu(es) comme tel(le). Pour ceux qui en ...
LIRE L'ARTICLE >>
Trans bidule, Trans machin, Trans truc … (ter)
Dans un article que j'ai écris ici, je disais que la trans aimait à se définir seule. Dans le cadre privé cela ne dérange en rien, mais lorsque l'on en arrive à un cadre plus général cela créé un méli-mélo dans lequel il est bien difficile d'y voir clair. On a tendance à vouloir généraliser la trans-identité sous l'appellation "trans-genre" ce qui est un grand fourre tout dans lequel on y trouve forcément un grand bordel. Les appelations "transsexuelle" "trans-genre" et ...
LIRE L'ARTICLE >>
Trans bidule, Trans machin, Trans truc … (bis)
Mais oui ma chérie tu es belle, ta tenue est trop top, tes shoes je t’en parle pas tu peux embrasser une girafe, ton rouge à lèvres me donne envie de te t’en rouler une et tes ongles rien à dire (sauf peut être griffe moi) quant à ta culotte … heu désolée mais là tu vois j’ai autre chose à faire … Faut bien que tu comprennes ma chérie que rien n’est facile dans la vie, oui je sais ce ...
LIRE L'ARTICLE >>
Trans bidule, Trans machin, Trans truc …
Par définition la Trans est une emmerdeuse, ce qui peut se comprendre vu son parcours. Plus elle est vieille et plus elle est chiante, ce qui n'est pas forcément une règle ou exponentiel et là aussi cela peut se comprendre. La trans aime à se définir seule, elle a sa propre vision des choses qui n'est pas forcément mauvaise et elle est susceptible. Pour aborder une personne Trans sans forcément entrer en conflit linguistique avec elle, le mieux est de lui ...
LIRE L'ARTICLE >>
..... La psy cause ..... Quelle signification cela peut-il avoir ? Encore un ghetto ? Que cela signifie être trans ? C'est comme se poser la question que cela signifie d'être une femme ou un homme ? Selon quel critère serait-on une trans primaire ou une trans secondaire ? Des psy bien intentionnés nous amènent à vouloir nous faire croire qu'en fonction de la date de la révélation de notre identification à l'autre sexe, nous serions trans primaire ou trans ...
LIRE L'ARTICLE >>
Sortir comme une grande fille : le sac à main, votre kit de survie !
Vous n'auriez pas l'idée de partir dans le désert sans prendre un bon GPS, une gourde pleine d'eau, un chapeau et un sérum antivenimeux contre les morsures de serpent ou de scorpion ! Donc, pour vos premiers pas en tant que fille en extérieur, il est important d'emmener avec vous le strict minimum pour survivre à tout imprévu qui pourrait vous mettre dans une situation plus ou moins délicate en milieu urbain. L'idée de ce tutoriel m'est venue après avoir vécu il y ...
LIRE L'ARTICLE >>
Bref, je suis heureuse…
Hiver 1997: Angers…Je suis dans le train qui me mène à Saumur, un Dimanche soir… La déprime m’envahit!!! je suis au bord des larmes… je viens de laisser sur le quai ma mère qui culpabilise sans savoir ce qui se passe réellement dans mon esprit, et je me rends, comme chaque semaine dans cette maudite caserne ou je suis sensée devenir un homme, un vrai! Maudit service militaire…je suis un garçon et je dois effectivement assumer ce statut pour entrer ...
LIRE L'ARTICLE >>
Zut, je suis pas une vraie trans, je suis juste un travgenre
Pourquoi ne suis-je pas trans ?
Txy, en perte de vitesse, vendu à Chedeville SAS
Trans bidule, Trans machin, Trans truc … Quatro !
Trans bidule, Trans machin, Trans truc … (ter)
Trans bidule, Trans machin, Trans truc … (bis)
Trans bidule, Trans machin, Trans truc …
Trans primaire … Trans secondaire …
Sortir comme une grande fille : le sac à main, votre kit de survie !
Bref, je suis heureuse…

24 responses to Pourquoi je suis trans (à grande vitesse) ?

  1. Nathasha a écrit le 31 décembre 2012

    Etre trans n’est pas un état, c’est un mouvement. Un mouvement vers nous même et vers les autres. Un mouvement de construction intime et sociale contre les apparences. Un mouvement de révolte contre des normes oppressantes qui voudraient nous empêcher d’exister. Seul ce mouvement est signifiant, le reste n’est rien. Etre soi-même n’existe pas, on le devient à vive allure, avant de disparaître sans crier garde dans un néant un peu angoissant (mais on l’espère très reposant).

    je suis pas du même avis ! mais ça c était couru d avance ! car ça na pas plus de base que d autre théorie c est une affirmation a la mode comme beaucoup d autre !!!!

  2. Alixia a écrit le 31 décembre 2012

    suis assez d’accord avec Coline.

  3. AlexMec a écrit le 31 décembre 2012

    Ce que j’en retiens:

    1. Se demander si on est trans est une question complètement absurde.

    2. Il faut se mépriser soi-même pour se poser la question de se demander si on est trans.

    3. Etre soi-même n’existe pas.

    4. Mais être, c’est aussi devenir.

    5. Et être, c’est aussi faire.

    6. Mais il n’existe pas d’actes qui pourraient définir que quelqu’un est trans.

    … Mouais. C’est du gros baratin bien défensif, pour moi, tout ça. Jugements des autres et de leurs propres interrogations sur eulles-mêmes, définitions péremptoires de termes couramment utilisés d’autres façons, amalgames aléatoires entre des concepts bien différents, tout ça pour en arriver à la conclusion que tu ne veux pas avoir à te justifier quand tu dis que tu es trans.

    Mais à part ça, c’est moi qui ne comprend rien à rien quand je conseille aux gens d’aller voir un psy pour mieux se comprendre eulles-mêmes. Ben voyons.

  4. yukarie a écrit le 31 décembre 2012

    “Seul ce mouvement est signifiant, le reste n’est rien. Etre soi-même n’existe pas.”

    je serais plus nuancée. Même s’il est vrai qu’il y a aussi du mouvement dans le fait d’être trans. J’approuve l’idée énoncée en introduction : agir pour ne pas tourner en rond.

    Etre soi-même : c’est tout l’objet de la recherche spirituelle. Même si les taoistes précisent qu’il faut chercher cet être dans le mouvement.

    merci pour le sujet : il fait réfléchir.

  5. Geraldine Claise a écrit le 2 janvier 2013

    Ah oui, bravo ! Moi qui intellectualise ma trans’itude je trouve heureux que des filles s’expriment avec autant d’intelligence… effectivement il serait avérant de ne pas avoir de doutes dans une expérience aussi unique et nouvelle dans une vie. Et c’est en me construisant que je découvre avec contentement que je suis de plus en plus femme et de moins en moins l’homme détesté que j’étais… Tout ceci n’est qu’un apprentissage comme on apprend à devenir parent ou à gérer une entreprise… Je trouve rassurant que des filles ressentent les mêmes choses que moi même si au fond je m’en fout car ma démarche est sincère… Par contre la méchanceté et l’ironie bien masculine de certains propos me font penser que certaines filles sont loin de leur sois disant féminité…. Rien de pire qu’une trans” aigrie qui ne connais pas la gentillesse… Quitte à hérisser les féministes pour moi la féminité c’est de la douceur et du savoir vivre et non de l’agressivité… de plus gratuite… de perdant/perdant et sa vulgarité détestable.

    • Julie Mazens a écrit le 2 janvier 2013

      +1

    • natacha a écrit le 3 janvier 2013

      bonjour geraldine,
      oui l’agressivité n’apporte rien ,je pense être une fille gentille aussi.le souci c’est que c’est souvent perçu par les autres comme un manque de caractere ou un manque de personnalité.En etant gentille, on se fait bouffer la laine sur le dos,et les gens profittent, donc il faut calculer sa gentillesse et ne pas la donner comme du pain béni a n’importe qui naturellement .c’est triste mais pas le choix , sinon tu es esclave des autres.

      • Geraldine Claise a écrit le 3 janvier 2013

        Rien de nouveau dans le monde trans” comme ailleurs dans tout groupe installe. Le bizutage qui me fait horreur fait partie des mœurs andemiques des faibles…qui ont peur de la concurrence des nouveaux. Être gentille est une force inoxydable qui permet d’ignorer la méchanceté des rates, des cas sociaux et tout assisté qui voudrai tout avoir sans rien payer…ma carapace du bonheur est telle que j’ignore toute cette méchanceté comme si elle n’existai pas et ne vois que la gentillesse et la beauté …car mon égoïsme de femme heureuse m’imunise contre les agressions dont je n’ai rien a faire…je plaind les béotiens qui ont du temps a perdre en étant incorrects avec moi….pas complètement naïve je me souviens comment j’ai été mal reçue dans l’assos de Toulouse ou je demandai comment trouver des hormones…et comment tu es regardée de travers tant que ton physique féminin ne s’est pas affiné…aujourd’hui ou je passe plus que bien grâce à ma joie de vivre et mon charisme j’ai oublié toute cette misère imbécile…je n’ai plus de temps a perdre avec des souffrances psychologiques inutiles…je n’ai ni remord ni rancune, car d’être heureuse lave de toute crasse mentale… Cette constatation n’est pas spécifiquement transsexuelle….le but ultime de tout être humain est d’être heureux…Ma transformation participe largement à me rendre heureuse, mais ma carapace naturelle est le fruit de longues méditations et de tout un travail sur sois-même sans rien attendre des autres…car comme tu le dis tout est paradoxal et très facilement nous pourrions regretter que la gentillesse soit considérée comme une faiblesse…mais bien sur elle est une force bien considérée par les gens intelligents doues d’un cœur et d’un cerveau… Ce qui n’est pas le cas des béotiens…Bisous…

        • Alixia a écrit le 3 janvier 2013

          ne sait pas de quelle assoc tu parle, mais suis pas passer par une assoc pour avoir des rensignements pour le THS à Toulouse, ah si, j’avais demander à certaines filles de cette belle ville ou je vie, mais est rien eu en retour. un peu comme si tout le monde voulais garder précieusement ses petites adresses.
          j’ai eu donner les adresses de mes toubibs ici a certaines filles don l’apparence était encore pas super, mais aussi a des FtM et sans passer par les assoc don je me suis vite écartéE pour vivre ma vie.

          • Geraldine Claise a écrit le 3 janvier 2013

            Oui, la mesquinerie participe du bizutage… Ce qui fait dire à certaines filles que nous passons par le “parcourt du combattant”. Mais encore une fois, rien de surprenant quand on étudie le comportement humain…les gens généreux sont rares….les mesquins sont légions… Et puis le monde est divisé en deux entre celles qui lisent et sont instruites et celles qui n’ouvre jamais un livre et imposent leur manque d’éducation….

          • Alixia a écrit le 3 janvier 2013

            si il n’y avait que la mesquinerie, mais bon, vais pas encore dire ce que beaucoup de monde sait déja, vu que j’en parler et reparler de ce qui m’étais arriver avec certaines trans “ouverte d’esprit?? ” ptdr.

    • AlexMec a écrit le 3 janvier 2013

      il serait aberrant de ne pas avoir de doutes dans une expérience aussi unique et nouvelle dans une vie

      Pourquoi? Comme pour toute expérience, il y a ceulles qui ont des doutes, ceulles qui finalement ne se lancent pas, mais aussi ceulles qui n’ont jamais eu aucun doute.

      pour moi la féminité c’est de la douceur et du savoir vivre et non de l’agressivité

      Eurgh! Bonjour les flashbacks à mon passé d’endoctrination dans une église où les rôles homme/femme sont strictement encadrés… Pour avoir vu bien trop de filles mutilées psychologiquement par de tels discours, je ne peux pas laisser passer ça sans réagir. La féminité, et son pendant la masculinité, sont des concepts descriptifs qui ne doivent absolument pas être utilisés pour prescrire ou limiter le comportement des invididus! Dire “J’associe la féminité à la douceur”, pourquoi pas. Mais sous-entendre qu’une femme n’en est pas vraiment une parce qu’elle n’est pas douce, ça ne va plus. Une femme est une femme est une femme; ce qui fait d’elle une femme est le fait qu’elle se voie en tant que femme, point. Elle peut être grande, baraquée, poilue, aggressive, grande gueule, et même avoir un pénis et des testicules au lieu d’un vagin et d’un utérus, sans que cela donne à qui que ce soit le droit de dire qu’elle est moins une femme que d’autres!

      En fait, si je ne me trompe, c’est même le principe de base de la transidentité, non? “Ce n’est pas l’apparence, le comportement, le sexe physique, ou le gènome de quelqu’un qui détermine son genre, mais seulement son ressenti”. On a changé les règles avec la nouvelle année ou quoi?

  6. Geraldine Claise a écrit le 2 janvier 2013

    sorry pour le avérant au lieu de aberrant… Mais comme je vois ici beaucoup d’intelligence, vous aviez, j’en suis sûre rectifié…

  7. Alixia a écrit le 2 janvier 2013

    boudu, quel apprioris sur ce que doit être une femme, il me semble quand même, il me semble, que c’est le patriarcat qui enferme les femmes dans les stéréotypes, mais je vois que certaines ” femmes” se plaisent a s’y enfermer volontairement.

  8. Geraldine Claise a écrit le 2 janvier 2013

    Je recherche un chirurgien qui accepte la pose mammaire de 800 cc !

    • Julie Mazens a écrit le 2 janvier 2013

      pas sure que tu trouves cela ici …

      • Geraldine Claise a écrit le 2 janvier 2013

        J’ai trouvé un bon plan en Tunisie… mais pas très chaude pour risquer mes fesses dans une ambiance transphobe….

        • Nathasha a écrit le 2 janvier 2013

          evite les clinique la bas trop de soucis je t ai poser un lien

  9. Alixia a écrit le 2 janvier 2013

    suis pas féminine et je cherche pas forcément à l’être car si une femme c’est forcément jupe et tout le reste de la compagnie, alors plus d’une femme que je peux croiser dans la rue ou qui font partie de mes amies ne sont pas des femmes. si on ne se base que sur les stérotypes et le look pour se définir femme, il ne faut pas s’étonner parfois que certaines se prennent du “mr” dans la figure quand elles ouvrent la bouche.

  10. Mlle Sawasdee a écrit le 2 janvier 2013

    Pourquoi je suis trans?
    Je ne me suis jamais réellement cette question… je me suis posée des tas de questions comme nous toutes, dire l’inverse serai mentir, mais savoir le pourquoi je m’en fiche, c’est un fait! j’ai accepté comme tel.
    J’ai agi pour accepter le fait d’être trans plutôt que de connaitre la cause, j’ai trouvé cela plus constructif pour mon équilibre personnel… Aujourd’hui je peux affirmer que c’était la bonne démarche pour moi.
    Par contre ce n’était pas “a grande vitesse” le temps permet d’apprendre et de s’apprendre et de construire durablement.
    Bizatoutes

    • Julie Mazens a écrit le 2 janvier 2013

      +1

      je suis sur cette même ligne.

      Le pourquoi n’a pas d’intérêt mais le comment vivre féminine me parait beaucoup plus épanouissant.

      Et oui je prends le temps d’apprendre (après tout, une fille a eu quelques années d’apprentissage auprès de sa mère …) et de construire un chemin unique, harmonieux et solide.

  11. Geraldine Claise a écrit le 2 janvier 2013

    C’est bien les filles qui acceptent de se définir trans” avant d’affirmer d’être des femmes !

  12. Clotilde Kallas a écrit le 2 janvier 2013

    Je suis totalement d’accord avec Héline. Le pourquoi est un questionnement intellectuel qui n’aide pas à vivre. Lorsque l’on est mal dans sa peau, il faut avancer dans la direction qui soulage ce mal. mais il faut laisser faire temps , ne pas brusquer les évolutions au risque de se perdre…
    Bises

    • natacha a écrit le 3 janvier 2013

      oui ne pas bruler les étapes.sauf pour celles qui sont “trans primaires” et pour qui c’est une question de vie ou de mort des l’enfance ou l’adolescence.je suis lente aussi et je suis en train de laisser “le pourquoi” derriere moi pour evoluer vers le “comment”.bises natacha

X
- Entrez votre position -
- or -