Intersexualité, rencontre avec Vincent Guillot

31 décembre 2012 | Tags: , , , , , ,

Vincent GuillotIntersexualité, rencontre en vidéo avec Vincent Guillot en septembre 2012, filmé par Canal Ti Zef.

Transcription de l’interview

je suis vincent Guillot et je suis l’une des fondatrices du mouvement intersexe et féministe

il y a une dizaine d’années on a décidé que l’on prendrait la parole, qu’on laisserait plus parler pour nous, et qu’on était pas seulement des monstres, qu’on était fière d’être intersexe,

et donc on a créé l’Organisation Internationale des Intersexes (OII) qui est la plus grosse organisation intersexes au monde

L’intersexualité, c’est quoi ?

c’est une création du vieux pouvoir, du pouvoir médical, pour invisibiliser tous les corps qui échappent au mâle et à la femelle

c’est à dire que pour les médecins on est des monstres, on faisait partie de la catégorie tératologie (NDLR : du grec τέρᾰς, monstre et logos, science, la tératologie est l’étude scientifique des malformations congénitales), depuis on est des femmes ou des hommes ratés

c’est tous les corps, pour quelque raison que ce soit, sont ni mâles ni femelle

leur objectif c’est de créer des hétérosexuels et donc d’éradiquer l’homosexualité et la transsexualité

Se mobiliser pour défendre ses droits

on a créé l’OII en 2002 en réaction aux associations intersexes qui se considéraient comme des malades et comme des femmes ratées ou des hommes ratées

cette condition là on ne la rejette pas, chacun a le droit d’exister dans son identité,

et une identité de malade, une identité pathologique elle est plus facile  à vivre parce qu’elle a une existence légale, on existe au moins auprès du corps médical

tandis que nous, qui disons on est pas des hommes, on est pas des femmes, on est autre chose, et on a rien à faire de la masculinité ou de la féminité, l’identité est beaucoup plus difficile à vivre puisqu’elle n’a pas d’existence sociétale

en tant qu’intersexe, fière d’être intersexe, d’avoir un corps qui diverge de la norme, on est des féministes et on rejoint le mouvement féministe et donc les LGBT

la question intersexe en tant que telle n’a pas vocation à devenir un mouvement social par contre elle fait partie intégrante du mouvement social qui dénonce qui l’oppression sexiste, qui est le féminisme, constructiviste et qui donc a intégré les lesbiennes, les gays, les bi et les trans.

Vers une reconnaissance légale

première revendication que l’on a c’est l’arrêt des mutilations génitales dans la petite enfance

c’est le droit a l’auto-détermination, c’est à dire c’est un accompagnement qui puisse nous permettre à l’âge adulte de choisir ou de ne pas choisir, c’est à dire soit de devenir physiologiquement un homme avec les papiers administratifs qui vont avec, soit une femme, soit mon corps me convient et je conserve ce corps là

la deuxième revendication c’est abolition de la mention du sexe à l’état civil

et c’est pas le gommage de l’identité homme ou femme, on la reconnait cette identité là, elle existe, et si quelqu’un veut se définir comme homme ou comme femme, il a toute légitimité à le faire

En parler …

au cinéma oui, dans les médias aussi mais parce qu’on a pas les codes sociaux pour capter que l’on parle d’intersexualité très souvent on ne perçoit pas que l’on parle d’intersexualité, ça c’est très étonnant, cette invisibilisation permanente de la question intersexe

on avait pas de mot pour se dire puisqu’on était complétement invisibilisé, on a eu un énorme travail à faire pour créer, pas seulement des concepts mais aussi des mots pour pouvoir se dire et que on est une population très précarisée, très marginalisée

que l’immense majorité d’entre nous parce qu’on a été abimé physiquement, on est pas en capacité d’avoir une insertion sociale et parce qu’on a passé notre enfance en hôpital on a une scolarité très chaotique qui nous permet pas d’accéder à des métiers qui nous permettraient d’avoir accès notamment aux matériels et aux techniques (NDLR: fait référence à l’audiovisuel)

ce qui fait que par rapport à d’autres mouvements ont a pris un retard important dans la visibilité

ce qui change puisque parce qu’on a pris la parole des jeunes intersexes qui arrivent peuvent se dire intersexe et du coup peuvent avoir une intégration sociale et maintenant s’emparent des outils et travaillent sur ces questions là.

notre lutte elle la même que les bretons et les basques, la même que les sourds, la même que les putes, la même que les sans papiers, c’est la dénonciation de l’oppression, et c’est la création d’outils pour pouvoir la dénoncer.

c’est pas un hasard si on est là, et c’est pas un hasard si j’ai contacté le festival en me disant “et oh ! on est là, on est là”.


L’interview en vidéo
http://films.canaltizef.infini.fr/IMG/mp4/vincent-encoded.mp4


(La transcription a été réalisée par mes soins, n’hésitez pas à me remonter toute erreur)

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Troisième sexe, redux !
Nous pouvions croire que le jugement en Australie pour la reconnaissance d'un genre neutre était une bonne nouvelle et un outil possible et supplémentaire pour les personnes transgenres et surtout pour les intersexes. Dans un communiqué, la branche australienne de l'Organisation Internationale Intersexes (OII) clarifie sa position et montre au contraire tout le danger de cette décision de justice. Vincent Guillot qui nous avait déjà alerté s'est exprimé à nouveau sur son profil facebook ce matin à ce sujet : Tout d'abord, comment ...
LIRE L'ARTICLE >>
Identité intersexe et identités plurielles en débat
Identité intersexe et identités plurielles en débat L'originalité de ce dossier sur les intersexuations mobilise des expertises et des spécialistes avec l'association Orféo et Vincent Guillot, ancien porte-parole de l'Organisation Internationale des Intersexué.es (OII) et un réseau d'expertises[...]
LIRE L'ARTICLE >>
1er novembre 2013 : l’Allemagne, premier pays européen à reconnaître un 3ème sexe
Depuis le 1er novembre 2013, l'Allemagne a été le premier pays européen à reconnaître un troisième sexe dans son Etat-Civil. Ce troisième sexe est strictement réservé aux enfants intersexes, c'est à dire nés avec une configuration de l'appareil génital ne permettant pas de dire si l'enfant est une fille ou un garçon. Il ne concerne nullement les personnes trans. Vincent Guillot, fondateur de l'OII en France, explique à quel point la position des enfants intersexe est actuellement intenable et comment ces enfants ...
LIRE L'ARTICLE >>
Octobre Rose
Cette campagne a pour objectif de mobiliser les femmes et leur entourage en les sensibilisant sur le cancer du sein par l'information et le dialogue et sur l'importance du dépistage. Une femme sur huit risque de développer un cancer du sein au cours de sa vie. Le cancer du sein reste la cause de mortalité par cancer la plus élevée chez la femme (18,3%). Parce que plus de 3 000 vies pourraient être sauvées chaque année en France si 70% des femmes de ...
LIRE L'ARTICLE >>
L’ordre des mots – Le Film
Un rapide billet pour vous signaler le site l'ordre des mots qui présente le film éponyme, documentaire réalisé en 2007 par Cynthia Arra & Mélissa Arra. Ce site très bien conçu présente en détail le travail réalisé mais surtout les lieux et dates des projections passées et à venir. Synopsis Ce film documentaire a pour objet de donner la parole à des personnes Trans’ et Intersexe dont la quête d’identité de genre se trouve entravée par des normes établies. Leurs moyens de résistance ...
LIRE L'ARTICLE >>
Dix idées fausses sur l’intersexuation
Par Curtis E. Hinkle de l'OII 1. L'intersexuation signifie qu'une personne possède deux appareils génitaux (faux) C'est probablement l'une des idées fausses les plus répandues. L'intersexuation n'a en général rien à voir avec l'appareil génital d'une personne. Il y a des personnes intersexuées avec un pénis et une ouverture vaginale. Cependant, il n'y a pas de cas documenté d'une personne née avec les appareils génitaux masculins et féminins pleinement développés. La grande majorité des intersexués ont des organes génitaux qui ont vraiment ...
LIRE L'ARTICLE >>
Fille ou garçon ? La réponse n'est parfois pas si évidente. Quand parents, médecins et psychologues doivent composer avec l'intersexualité... Si l'on en croit les statistiques, tout nouveau-né est soit un garçon, soit une fille. Et pourtant, ce n'est pas toujours aussi simple à déterminer ! Le sexe biologique d'un être humain s'exprime en effet à plusieurs niveaux et chez les intersexuels, l'apparence physique ne va pas forcément dans le même sens que les chromosomes. Depuis quelques années, la science se ...
LIRE L'ARTICLE >>
Fille ou garçon ? La réponse n’est parfois pas si évidente. Quand parents, médecins et psychologues doivent composer avec l’intersexualité…Si l’on en croit les statistiques, tout nouveau-né est soit un garçon, soit une fille. Et pourtant, ce n’est pas toujours aussi simple à déterminer ! Le sexe biologique d’un être humain s’exprime en effet à plusieurs niveaux et chez les intersexuels, l’apparence physique ne va pas forcément dans le même sens que les chromosomes. Depuis quelques années, la science se ...
LIRE L'ARTICLE >>
Injures et harcèlement des femmes en rue
http://www.youtube.com/watch?v=YVXc2o5shto L’équation un film + un hashtag = une prise de conscience a encore frappé ces jours-ci sur Twitter. Le film : Femme de la rue, d’une étudiante bruxelloise, Sofie Peeters. En caméra cachée, elle se promène simplement dans les rues de Bruxelles et fait entendre (enfin ?) les commentaires que certains hommes portent sur elle, en tant que femme, en tant qu’objet. La réaction immédiate sur Twitter a donc été la création d’un hashtag, #harcèlementderue, ayant pour but de libérer la parole ...
LIRE L'ARTICLE >>
Deux sexes !
Il n'existe que deux sexes ! A l'heure du mariage pour tous mais aussi de la visibilité accrue nécessaire pour les personnes transgenres et intersexes, je trouve cette vidéo de 2010 tout à fait adaptée aux messages que nous voulons pousser en 2013 ! PS: si quelqu'un en sait plus sur cette vidéo que j'ai trouvé par hasard au printemps dernier, merci de faire signe ! http://www.youtube.com/watch?v=-jGdOF-Nomg#!
LIRE L'ARTICLE >>
Troisième sexe, redux !
Identité intersexe et identités plurielles en débat
1er novembre 2013 : l’Allemagne, premier pays européen à reconnaître un 3ème sexe
Octobre Rose
L’ordre des mots – Le Film
Dix idées fausses sur l’intersexuation
Intersexualité : fille ou garçon ? Le Film
Reportage : Intersexualité – homme ou femme, telle est la question
Injures et harcèlement des femmes en rue
Deux sexes !

30 responses to Intersexualité, rencontre avec Vincent Guillot

  1. Alixia a écrit le 31 décembre 2012

    j’aime

    • Julie Mazens a écrit le 31 décembre 2012

      moi aussi ! j’ai découvert Vincent en faisant la transcription et j’en suis sortie chamboulée. Des phrases simples mais un message très fort.

      “une identité de malade, une identité pathologique elle est plus facile à vivre parce qu’elle a une existence légale, on existe au moins auprès du corps médical”

      je crois entendre parler transsexualité et parcours “officiel” …

      • Nadine a écrit le 31 décembre 2012

        Tout à fait, et c’est peut-être, aussi pour cela, que certaines personnes trans sont si accrochées à se considérées comme malades. J’existe… “au moins auprès du corps médical”
        Mais, je trouve cela un peu mince pour exister dans la société, je ne me vois pas sortir avec mon chirurgien partout où je vais ! :/

    • Julie Mazens a écrit le 31 décembre 2012

      en tout cas j’espère que notre modeste contribution ici sur Txy apportera un peu plus de visibilité encore à ces personnes qui ont le droit de vivre comme elles l’entendent !

  2. Alexandra a écrit le 31 décembre 2012

    On est en effet en plein dans cette pathologisation à tout prix. Déjà, nous concernant, les termes employés sont pathologisants, laissent la place à une pensée de déviance sexuelle du fait du mot désignant qui “nous serions”.
    Mais là, côté intersexe, le mot les enferme dès le départ dans la mutilation à la naissance et dans une identité qui a plus de 50 % de probabilité de ne pas être la leur.
    C’est très bouleversant.
    C’est là qu’on voit que cette volonté d’égalisation des têtes et de trancher tout ce qui dépasse, dans le monde occidental et particulièrement en France, a créé une société malade de son uniformisation. L’uniformisation, le gris à tout prix permet de mettre en place des schémas de consommation très utiles aux dirigeants mais démolit des pans entiers de population.
    Nous devons nous y faire, il y aura toujours un effort important à mener pour ne pas laisser nos vies tues, allant dans le cas des intersexes jusqu’à ces mutilations, et côté trans’ aussi à des mutilations chez celles qui n’auraient jamais dues être opérées mais que le corps médical a poussé dans ce sens au travers du chantage à la resocialisation par les papiers. “T’es opérée, t’as tes papiers. Tu ne veux pas te faire opérer, c’est ton choix (va sous les ponts ou sur le trottoir)”.
    Continuons nos efforts.

    • Alixia a écrit le 31 décembre 2012

      c’est quand même généraliser un peu vite le ” Tu ne veux pas te faire opérer, c’est ton choix (va sous les ponts ou sur le trottoir)”.
      c’est un peu comme ceulles qui disent ou laisse entendre ” que toutes les trans font le trottoir pour arriver a s’en sortir”.

    • Alexandra a écrit le 31 décembre 2012

      Je l’attendais celle-là… J’ai mis entre guillemets pour bien dire que ce n’est pas une généralité, mais que c’est ce qui arrive pour certaines. Ce serait se boucher la vue que de ne pas le dire.
      Alors, comme les guillemets n’ont pas suffi à dire que c’était un exemple, mais surtout le plus dur, je redis ici : Quand je mets des guillemets dans mes textes, c’est que je parle de cas spécifiques, d’idées reçues, mais pas de généralités.
      Bises.

      • Alixia a écrit le 31 décembre 2012

        loll, te taquine du matin, ça le fais pour cette fin d’année.
        kiss

      • natacha a écrit le 1 janvier 2013

        oui tu as raison , le trottoir est souvent une realité et c’est ce qui empeche certaines a avancer comme moi , ne sachant pas professionnellement ce qui adviendra.Mais a un moment donné l’attente ne sera plus supportable et je devrais avancer coute que coute.une de mes amies hormonee mais non opérée a envoyer plus de deux cent cv, je dis bien deux cent, en cours de traitement hormonal et apres , aucune réponse ni proposition d’embauche.quelle honte! .l’aspect privé compte donc bien plus que les competences lors d’une demande d’emploi.il est beau le pays de la declaration universelle des droits de l’homme, oui de l’homme et pas de la femme…

        • Nathasha a écrit le 2 janvier 2013

          que tu sois op ou non ca ne change rien a l attitude transphobe des patron ! le seul conseil que je peux te donner c est accroche toi , continue a croire en toi et avance même si c est long persévère encore et encore ! le tapin c est pas une vie on perd tout , famille amies ect ect pour un monde superficiel qui vous recrache une fois cassé et sans espoir plombé dans bien des cas ! et surtout seule

          • natacha a écrit le 2 janvier 2013

            merci nathasha et excellente annee a toi kiss

        • Alixia a écrit le 2 janvier 2013

          perso j’envoie des CV, mais en voulant être sure de ne pas être embaucher, du coup j’envoie un CV au masculin et une lettre de motivation au féminin.
          pas encore eu de réponses, ptdr.

          • natacha a écrit le 3 janvier 2013

            ok mais pourquoi tu veux pas être embauchée?

          • Alixia a écrit le 3 janvier 2013

            je ne veux pas être embauchéE du fait que ce serais dans le taf que j’ai fais toute ma vie et que j’ai plus envie. je préfère la nonchalance de ma vie de plasticienne, ça me vas très bien et ce, même si je fais beaucoup plus de travail pour beaucoup moins d’argent.

  3. Alexandra a écrit le 31 décembre 2012

    Ah puis zut ! J’avais même été plus loin, il y avait les parenthèses pour bien dire que c’était la pensée de certains qui n’en ont rien à faire des T. Quand même ! Alixia !!
    Toi… T’as pas pris ton café ! Lalalala !

    • Alixia a écrit le 31 décembre 2012

      mon litre de café du matin pris, 2eme thé en cours.
      depuis 4h ce matin, c’est le moins que je puisse faire.
      kiss

      • Alexandra a écrit le 31 décembre 2012

        Bon… J’ai compris, je vais me faire une citerne de café alors ! Hihihi !

        • Alixia a écrit le 31 décembre 2012

          si un jour je vient chez toi et que j’y dors, il me faudra soit un litre de café le matin, soit vin blanc et fromage. ou champagne a la place du vin blanc, ça peut aussi le faire.
          t’adore, kiss

          • Alexandra a écrit le 31 décembre 2012

            Le café… Je sais faire ! J’vais trouver un jerricane :-)
            Le vin blanc et le fromage, ça peut s’trouver ! :-)
            Le champagne ! Ah ben voilà ! Rien qu’ça ! Au p’tit dèj’ en plus ! :-)
            Moi aussi j’t’adore !
            Gros bisous !

  4. Celia a écrit le 31 décembre 2012

    Je trouve très bien ce que dit Vincent Guillot, et le rapprochement avec les féministes non essentialistes est très juste. C’est à dire les personnes qui considèrent qu’on est pas “femme” biologiquement mais que c’est une construction. On est femme dès lors que l’on se construit comme femme, pour quelque raison que ce soit. Que ce soit parce qu’on est femme bio : on nous a assigné femme en fonction de notre appareil génital à la naissance, ou que ce soit parce qu’on est femme trans : on s’est ressenti femme en dépit de notre sexe de naissance.
    Les intersexes portent un coup terrible à la légitimité du système où le genre est déterminé par le sexe. Ils dérangent l’ordre social encore plus que les trans, et subissent de ce fait une violence chirurgicale évidente sans aucune raison thérapeutique.

  5. Nathasha a écrit le 31 décembre 2012

    et sur quel base est on inter sexe ou pas ? caryotype ou autre ! je voudrai bien savoir ?

    • Julie Mazens a écrit le 31 décembre 2012

      caryotype et/ou hormonal

      ====

      Voici la définition proposée par l’Organisation Internationale des Intersexes :

      Les termes « intersexe » ou « intersexualité » renvoient à certaines variations du développement génital dit « normal » :

      – Une personne disposant d’un génotype (chromosomes) mâle (XY) pourra avoir, à la naissance, des organes génitaux qui ne sont pas complètement masculinisés. Très étendues, les variations morphologiques et anatomiques peuvent aller jusqu’à des organes génitaux qui ne sont pas du tout masculinisés.

      – Une personne disposant d’un génotype femelle (XX) pourra naître avec des organes génitaux qui ne sont pas complètement féminisés. Etendues également, les variations peuvent faire apparaître des organes génitaux d’apparence masculine.

      Ces variations congénitales se retrouvent le plus souvent classifiées dans le cadre des « malformations » ou « anomalies » génitales ; des « désordres » du développement sexuel, des « maladies » face auxquelles la médecine propose divers traitements regroupés dans le domaine de la chirurgie et de l’endocrinologie.

      La plupart des personnes intersexes et intergenres ne sont pas et ne se considèrent pas comme « malades ».

      En d’autres mots, la classification binaire «mâle/femelle», «homme/femme » est trop réductrice et les variations bien plus vastes que l’on ne le pense.

  6. Nathasha a écrit le 31 décembre 2012

    ok j ai compris en ce moment en plein dedans donc je cherche a comprendre sur le sujet vu que le corps médical est très avare d explication !

  7. Marion HARUKAZE a écrit le 1 janvier 2013

    Merci Julie pour cette vidéo instructive

  8. mika a écrit le 6 janvier 2013

    Dans ma famille je compte une quinzaine de personnes classées comme intersexuées, il y a une cassure
    entre ceux qui renient leur corps et/ou ceux des autres et ceux qui assument.
    Je tiens mon intersexualité de ma mère quie la tenait de sa mère et ainsi de suite, ma mère a rejeté son corps
    et le mien, ma grand mère elle comme une partie de sa famille assumait cette situation mais elle était en
    Finlande, ma mère s’est heurté à cette pathologisation de nos corps, il y a une dizaine d’années un médecin
    l’a castrée sans son accords lors d’une autre opération, d’autres médecins après ont réparé en bricolant
    ce qu’il avait cassé mais les problèmes de santé étaient irréversibles faute d’un traitement qu’ils ne lui ont pas
    donné, ils ont refusé de faire un constat des actes chirurgicaux et ont couvert les fautes du chirurgien sous
    couvert du secret médical.

    J’ai subi et je subis encore ce genre de comportement, il y a 3 ans j’ai eu une infection féminine qui est restée
    1 ans sans soin, finalement quand l’infection a atteint les reins, les poumons ils ont osé poser le vrai diagnostique
    et j’ai été guéri en 1 mois de traitement enfin adapté.

    De la part des médecins on a 3 types de réactions, la négation c’est la plus répandue ” monsieur cachez ces seins
    dont je veux rien savoir “, l’hostilité avec cette proposition qui n’est faite d’une ablation des seins et une totale
    hysterectomie comme si la présence d’organes féminins dans mon corps était une pathologie qu’il fallait traiter,
    enfin ceux beaucoup plus rares qui nous acceptent comme nous sommes.

  9. yukarie a écrit le 7 janvier 2013

    Mika,
    ton témoignage est vraiment touchant, et on aimerai en voir d’autres comme le tien.
    Il nous laisse sans voix.
    C’est pour cela qu’il m’a fallu un certain temps pour formuler une réponse. En même temps, je ne voulais pas ne rien écrire, car tu aurais pu penser que ton témoignage nous est indifférent. Il n’en est rien, bien au contraire.

    On voit combien notre société n’a de tolérance que l’apparence. Les faits sont tout autres.
    Pourtant je crois qu’il se passe en se moment un mouvement d’ensemble dans toute la société , et ce, à travers le monde. Cela devrait amener des changements même en bas de l’échelle, mais il faudra un certain temps pour en voir les effets …
    Contente de te lire.
    Yukarie

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -