Photo du profil de Nadine

by

Timeline – 1900 à 1950 – la préhistoire de la Transidentité en France

17 janvier 2013 | Tags: ,

Ce document présente l’histoire chronologique de la transidentité en France de 1900 à 1950. Il s’appuie sur une recherche des sources qui sont indiquées sur la page Timeline.


  • 1908

    • Publication du livre de Magnus Hirschfeld, Le troisième sexe. Les Homosexuels de Berlin. Magnus Hirschfeld consacre ce livre à la sociologie du Berlin homosexuel, esquissant une topographie de la sociabilité transgenre en décrivant les “tavernes uraniennes”, les “cabarets de soldats” et la culture des bals populaires qui étaient des grands moments de travestissement. (source 1)
  • 1910

    • Parmi les transvestistes, dont Magnus Hirschfeld introduit dans Die Tranvestiten. la dénomination technique, sont spécifiquement décrits plusieurs transsexuels comme une catégorie différente des hermaphrodites et des homosexuels. Le transvestiste Otto Spengler avait servi de modèle à l’auteur deviendra le patient de Harry Benjamin. (source 4) Pour la première fois dans l’histoire de la sexologie, les hommes et les femmes qui s’identifient comme appartenant au sexe opposé de leur sexe biologique occupent dans la classification du docteur Hirschfeld un stade intermédiaire qui reconnait explicitement la contradiction entre leur sexe de naissance et leur sexe psychologique. (source 1, p.10)
  • 1911

    • Magnan (Valentin) et Pozzi (Samuel Jean), “Inversion du sens génital chez un pseudo-hermaphrodite féminin. Sarcome de l’ovaire gauche opéré avec succès“, Bulletin de l’académie nationale de médecine. Discussion de l’homosexualité comme effet psychique de l’hermaphrodisme ; la version française du “cerveau d’homme dans un corps de femme“. (source 4)
  • 1912

    • Selon Magnus Hirschfeld, qui a suggéré à Eugen Steinach ses expériences sur les glandes endocrines, date de la première intervention chirurgicale de réassignation sexuelle (mammectomie sur un jeune FtM de 21 ans, suivi par un psychiatre, qui l’aurait obtenue de force). (source 4)
  • 1913

    • Publication par Steinach d’un article sur La féminisation des mâles et la masculinisation des femelles. (source 1)
  • 1914

    • Marc-André Raffalovitch interrompt ses articles sur l’uranisme et l’homosexualité dans les Archives d’anthropologie criminelle, commencées en 1894, et qui étaient la source documentaire médicale essentielle sur ces questions. (source 4)
  • 1918

    • Mort de Samuel-Jean Pozzi, né en 1846. (source 4)
    • Hirschfeld (Magnus), Sexualpathologie. Sexuelle Zwischenstufen, vol. 1. Le vol. 2, paru en 1922, contient le premier témoignage sur l’histoire des traitements chirurgicaux des transsexuels, et notamment la mention du cas “Rudolph”: mastectomie bilatérale chez une transsexuelle, qui prend le nom de “Dora” (“Dorchen”). (source 4)
  • 1919

    • Magnus Hirschfeld fonde à Berlin l’Institut pour la sexualité. Il s’agit d’utiliser les locaux de l’Institut pour approfondir les connaissances sur la sexualité et militer pour une amélioration des conditions de vie des Intermédiaires sexuels. Mise en place d’une bibliothèque, constitution d’archives, organisation de conférences, consultations et traitement de divers patients : la notoriété de l’Institut de Sexologie devient internationale et constitue un pèlerinage obligé pour des intellectuels engagés comme Christopher Isherwood ou André Gide. (source 1, p.37)
  • 1920

    • Voronoff (Serge), endocrinologue russe travaillant en France, transplante des testicules de singes à des humains. L’affaire fait alors grand bruit. (source 4)
  • 1921

    • Opération de “Rudolph” Richter devenu “Dora” à Dresde (pénectomie) par Felix Abraham, élève de Magnus Hirschfeld, qui réopérera le patient pour lui construire un pseudo-vagin en 1930: premier cas de transsexualisme masculin traité par la chirurgie. Erwin Gohrbandt, le chirurgien plasticien, à la clinique chirurgicale de l’hôpital municipal de Berlin, pratique quelques réassignations sexuelles sur des transvestistes ou des transsexuels. (source 4) “La police l’arrêtait de manière fréquente et les tribunaux l’envoyaient en prison. Finalement, un juge eut pitié d’elle et demanda par courrier des conseils au Docteur Hirschfeld. Hirschfeld invita Richter à son institut et l’aida à obtenir un permis afin qu’elle puisse s’habiller comme une femme. Quand Hirschfeld lui proposa de changer de sexe, elle saisit l’occasion” (Joanne Meyerowitz citée par source 1, p.41)
  • 1922

  • 1926

    • Récit des premières opérations de Felix Abraham in Muehsam (Richard), “Chirurgische Eingriffe bei Anomalien des Sexuallebens“, Therapie der Gegenwart. (source 4)
    • Arrivée à Paris d’Anna Prinner (1902-1983), qui se fait dès lors appeler Anton: sous le d’Anton Prinner, l’artiste d’origine hongroise devient un des maîtres du constructivisme et une figure de l’avant-garde parisienne. (source 4)
  • 1927

    • Premiers essais d’administration d’hormones sexuelles à des femmes malades mentales en Allemagne. (source 4)
  • 1928

    • Publication de l’enquète de Ruth Maragerete Roellig sur les Lesbiennes de Berlin. La description des infrastructures de la sociabilité lesbienne permet de saisir l’importance du travestissement comme pratique festives, collective et connotée positivement. (source 1, p.39)
    • Publication de la nouvelle de Pierre Batut, Le Plaisir singulier, qui analyse les sentiments d’un homme qui se féminise progressivement et apprend à s’habiller en femme. (source 1, p.47)
  • 1929

    • En février, mastectomie pratiquée sur Violette Morris, à sa demande, par le docteur Cazalis à la clinique de La Garenne-Colombes. Violette Morris, sportive de haut niveau qui a fait retentir La Marseillaise aux quatre coins du monde dans des disciplines aussi diverses que le lancer de poids, du javelot et du disque mais aussi le football, la boxe, le cyclisme et le water polo, porte plainte contre la Fédération féminine sportive de France pour refus de licence en 1927. Le procès s’ouvre en 1930 à Paris, et les avocats de la Fédération expliquent que le port de l’habit masculin est suffisant pour refuser à Violette Morris le droit de continuer sa carrière de sportive : Maître Yvonne Netter en particulier s’appuie sur la mastectomie globale de Violette Morris pour dire que si une licence doit être accordée, c’est désormais auprès de la Fédération masculine qu’il faut s’adresser. (source 1, p.44))
  • 1930

    • Einar Wegener (“Lili Elbe”) demande à Magnus Hirschfeld de le transformer en femme, ce qui sera fait par Gohrbandt, à Berlin. (source 4)
    • Felix Abraham pratique quelques vaginoplasties (technique alors bien maîtrisée) et des greffes d’ovaires. (source 4)
    • Harry Benjamin, par l’intermédiaire d’Eugen Steinach, rencontre Sigmund Freud (qui aurait refusé de le prendre en analyse, mais avait accepté un traitement hormonal de Steinach). Début du voyage de Magnus Hirschfeld aux Etats-Unis, qui popularisera la sexologie et les thérapies hormonales de l’homosexualité. (source 4)
    • Publication du roman de Marcel Sherol, L’expérience du docteur Laboulette, sur les changements de sexe et les fluctuations des tempéraments. (source 1, p.47)
  • 1931

    • voila 1931Edouard Toulouse crée l’Association d’études sexologiques à Paris (première occurrence du terme au sens moderne en français) avec Angelo Hesnard et Achard. (source 4)
    • Commercialisation de la testostérone par Organon, mélangée bientôt à des hormones féminines pour traiter l’hypertrophie de la prostate et toutes sortes de désordres mentaux (Hombreol et Menformon). (source 4)
    • Publication de Vénus et Mercure de Jeanine Merlet, où Pierre Najac y décrit “L’Institut de science sexuelle à Berlin” avec des anecdotes sur les premiers transsexuels et des photos de travestis. (source 4) Cet article est le premier en France à proposer aux lecteurs la description d’une vaginoplastie. (source 1, p.48)
    • Edition française par Félix Abraham et traduit par Pierre Vachet du livre Perversions sexuelles de Magnus Hirschfeld. Le transsexualisme y est décrit comme la “manie androgyne” de certains transvestites. (source 4)
  • 1932

    • Dans un article intitulé “Aux assises des temps nouveaux” publié en octobre par le magazine Voilà, Pierre Scize signe un article qui commence avec la vie “normale” de Charles B., un français qui a déménagé à Berlin pour vivre en femme, grâce à l’intervention de Magnus Hisrchfeld. (source 1, p.45)
  • 1933

    • Le 6 mai, fermeture de l’Institut pour la sexualité de Berlin par les Nazis, qui brûlent une partie de la bibliothèque sur la place de l’Opéra. Harry Benjamin rapporte qu’il contenait des archives sur certains dignitaires du régime qui auraient précipité leur destruction. (source 4)
    • Publication dans la revue hebdomadaire Voilà d’un article de Magnus Hirschfeld présentant Dora Richter. (source 1, p.42)
    • Publication du livre de Maurice Rostand (fils du célèbre Edmond) La femme qui était en lui. Il fut certainement influencé par la vie de Lilie Elbe et les théories de Magnus Hirschfeld. (source 1, p.44)
  • 1934

    • En août, le magazine Voilà consacre une page entière à un FtM français : comment Henriette Accès est devenue Henri Accès grâce aux interventions du Docteur Minne. Une photo présente un beau jeune homme avec pour commentaire : “Monsieur Henri Accès après sa quatorzième opération“. (source 1, p.46)
    • En octobre et novembre, le magazine Voilà consacre, pendant cinq semaines, la rubrique Vice-versa à la vie de Lili Elbe sous le titre : Un homme change sexe : D’après les documents authentiques et scientifiques réunis par Niels Boyer. Une photo montre Lili Elbe, avant sa transition, dans un atelier de peinture à Montparnasse lors d’un séjour parisien en 1914. (source 1, p.44)) Lili Elbe, née Einar Wegener (connue en France sous le psudonyme d’Andréas Sparse), une artiste peintre danoise venue se faire opérée en Allemagne pour devenir physiquement une femme. Avant sa mort le 12 septembre 1931 (elle ne survécut pas à l’échec d’une greffe d’ovaires) elle obtint de son pays le changement d’état civil. (source 1, p.42)
  • 1935

    • Seconde conférence internationale de standardisation des hormones, à Londres. On découvre peu à peu que les hormones “sexuelles” sont loin d’avoir des fonctions uniquement sexuelles. (source 4)
    • Publication du livre d’Agnès Masson, Le travestissement. Essai de psycho-pathologie sexuelle, thèse de Paris, “la référence française sur le transvestisme” selon Pierre Henri Castel. Elle y porte un jugement négatif sur les efforts de Magnus Hirschfeld pour faciliter, au niveau médical (hormones et chirurgie) et administratif (papiers d’identité), la transition de ses patients. Médecin directeur de l’asile public d’aliénés de Saint-Alban en Lozère, Agnès Masson considère, en amalgamant homosexualité, travestissement et transsexualisme, que le militantisme de Magnus Hirschfeld n’a pas sa place en France parce que l’homosexualité masculine n’y est pas un délit, contrairement à l’Allemagne qui la réprime sévèrement. Agnès Masson cite à plusieurs reprises comme sources et autorité l’article de Georges Imann, “L’Institut de Science Sexuelle d’Hirschfeld”, publié en juillet 1932 dans la revue L’Aliéniste français, démontrant que la médecine française, bientôt de concert avec la psychanalyse, choisit dès le début le sceau de la pathologie (source 1, p.51-53)
    • Magnus Hirschfeld meurt à Nice après un passage par la capitale française.
  • 1936

    • Synthèse de l’oestradiol (ethynil-oestradiol), qui servira aux premières pilules anticonceptionnelles et aux auto-administrations d’hormones par les transsexuels. (source 4)
  • 1937

    • Le magazine Voilà consacre à quatre reprises des articles sur Michel-Marie Poulain (sous le pseudonyme de “Mickey”) dont le statut de pionnière en France va s’avérer incotestable en matière de médiatisation du transsexualisme. (source 1, pp 46-47)
  • 1941

    • La Premarin (des oestrogènes) est commercialisée aux Etats-Unis. (source 4)
  • 1943

    • Edward Doisy, prix Nobel de médecine pour ses travaux d’endocrinologie. (source 4)
    • Quelques opérations (depuis 1941) en Allemagne nazie, à des fins de soulagement thérapeutique, notamment la castration de “Heinrich” rapportée par Huelke (1949). (source 4)
    • Joseph Wechsberg rapporte un cas de transsexualisation forcée sur un adolescent de 13 ans à Auschwitz dans The Murderers Among Us: The Simon Wiesenthal Memoirs. (source 4)
    • Georges Marie André Schwidenhammer, arrêté par la Gestapo, est interné au Struthof et subit des traitements hormonaux féminisants ; il réclamera le premier un changement d’état civil en 1966; il n’obtiendra que la suppression de son prénom masculin en 1975. (source 4)
  • 1946

    • Parution du livre d’Etienne Wolff, Les changements de sexe, une somme sur l’intersexualité animale, à partir des travaux sur les hormones de l’embryon et la dominance, en fonction des allosomes XY. (source 4)
    • Maxwell Maltz construit le premier néo-pénis à urètre interne par la technique du double pédicule. (source 4)
    • Après plusieurs hésitations, Michel-Marie Poulain décide de changer de sexe en subissant plusieurs opérations. (source 1, p.66)
    • Floridor s’associe avec Marcel Oudjman pour lancer Madame Arthur. C’est dans une ambiance joviale et originale qu’une clientèle nombreuse et diverse vient applaudir les artistes en constatant une évolution des numéros avec le déclin du transvestisme (hommes singeant les femmes dans un registre comique) et la montée en puissance du transsexualisme (femme fascinant le public par leur changement de sexe)… C’est dans la loge que les transexuels partagent leur vécu, se soutiennes dans leur transition, se donnent des conseil et s’échangent des adresses. Il y a naissance d’un milieu transsexuel parce qu’il y a, en plus d’un espace commun, un langage, un rapport au corps et un vécu de l’intolérance qui donnent au groupe sa consistance et se sa cohérence identitaire (source 1, p.105-107)
  • 1947

    • Le français Alfred Jost commence ses travaux d’embryologie sur la formation des organes génitaux sous l’action des hormones sexuelles ; la doctrine complète sera fixée au début des années 50 (le sexe par défaut est le sexe féminin, il n’y a de différenciation que masculine). (source 4)
    • Encouragé par le succès croissant de Madame Arthur, Monsieur Marcel lance le Carrousel, faisant scandale en organisant un spectacle de transsexuels à deux pas de l’Élysée. (source 1, p.105)
  • 1949

    • Suite à l’ordonnance signée par le préfet de police Léonard le 1° février, les hommes n’ont plus le droit de danser entre eux dans les lieux publics, cette ordonnance renforce une ancienne, celle du préfet Lépine, dans l’interdiction des spectacles de travestis dans les bals populaires et les lieux où l’alcool est proposé à la vente… Cette ordonnance a paradoxalement fini par encourager le transsexualisme puisque les prises d’hormones et les cheveux longs naturels ont permis de contourner l’interdiction de se travestir (source 1, p.106-107)
Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Cette histoire chronologique de la transidentité en France doit être enrichie et mise à jour le plus régulièrement possible avec des sources fiables d'information. N’hésitez pas à nous contacter pour nous faire connaitre des événements manquants ou des erreurs ! cette page est un outil de mémoire collective, il est de notre responsabilité de l'enrichir. NB: cette timeline transidentitaire ne fait que lister des évènements majeurs pour l'histoire de la transidentité, elle ne raconte pas l'histoire de la transidentité comme peut ...
LIRE L'ARTICLE >>
Histoire des transsexuels en France
Histoire des transsexuels en France de Maxime Foerster %CODE1% Pays d'émergence du phénomène transsexuel au début du XXe siècle, l'Allemagne réunit alors les conditions nécessaires à la mise en pratique des théories du Dr Magnus Hirschfeld sur les "intermédiaires sexuels". Après le saccage par les nazis de l'Institut de Sexologie, la France prend le relais en Europe : l'artiste Michel-Marie Poulain raconte son changement de sexe dans Voilà et la déportée Marie André Schwidenhammer crée la première structure d'aide ...
LIRE L'ARTICLE >>
Changement d’état civil des personnes « trans » en France : du transsexualisme à la transidentité
Étude sur la situation actuelle concernant le changement d'état civil pour les personnes transidentitaires. Document co-écrit par Corinne Fortier, anthropologue et psychologue, chargée de recherche au C.N.R.S., Paris. Laboratoire d’Anthropologie Sociale (C.N.R.S.-E.H.E.S.S.-Collège de France) Et Laurence Brunet, juriste, Chercheuse associée au Centre «Droit, sciences et techniques», U.M.R. 8103, Université de Paris 1. «Personne ne sera forcé de subir des procédures médicales, y compris la chirurgie de réassignation de sexe, la stérilisation ou la thérapie hormonale, comme condition à la reconnaissance légale de son identité de genre.» (Principes ...
LIRE L'ARTICLE >>
Roxanne Sharks.
2012, portrait de la transidentité en France « Il fuit son corps pour un autre corps idéaliste, stérile. C’est parce qu’il met en question les racines de notre identité que ce transfuge nous interroge. La large diffusion de l’information par les médias et les progrès de la médecine ont propulsé le transsexuel sur la scène des phénomènes de société. Le transsexuel fascine : il est l’objet total du désir. "L’homme prostitué en femme a beaucoup de succès sur les trottoirs" (Welzer-Lang). ...
LIRE L'ARTICLE >>
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France Corinne Fortier [CNRS/LAS] dans le cadre du colloque Traitements et contraintes : approches empiriques des dispositifs de prise en charge institutionnelle, qui a eu lieu les 14 et 15 juin 2012, à l'Université Paris 13 à Bobigny. Nous nous intéresserons aux normes et contraintes du dispositif institutionnel lié au transsexualisme tel qu’il est pratiqué aujourd’hui en France, et en particulier à Paris où nous avons mené notre enquête de terrain en tant qu’anthropologue. Dans le ...
LIRE L'ARTICLE >>
Timeline – 1951 à 1974 – de la médiatisation à la dysphorie de genre
Ce document présente l'histoire chronologique de la transidentité en France de 1951 à 1974. Il s'appuie sur une recherche des sources qui sont indiquées sur la page Timeline. 1952 En février, publication dans les Annales Médico-psychologiques du rapport d'examen anatomo-pathologique de l'encéphale d'un dément précoce mort au cours d'une électronarcose 23 mois après une lobotomie, par MM. L. Marchand, J. Rondepierre, P. Hivert et P. Leroy. Cet examen montrant le traitement d'une personne transsexuelle est aujourd'hui choquant, notamment en ce qu'il traduit ...
LIRE L'ARTICLE >>
Timeline – 1975 à 1990 – du refus de prise en compte du transsexualisme au nom de justifications nationales
Ce document présente l'histoire chronologique de la transidentité en France de 1975 à 1990. Il s'appuie sur une recherche des sources qui sont indiquées sur la page Timeline. 1975 Création à Mulhouse de l'Association Beaumont Continental (ABC). L'association accueille uniquement des personnes dans le sens homme vers femme. Elle est créée sur le modèle de la Beaumont Society, un club anglais de personnes travesties, qui "font du tricot en parlant de football". L'association a fait perdurer cette image de club anglais au ...
LIRE L'ARTICLE >>
Article déplacé ici : http://www.txy.fr/blog/2012/04/09/histoire-des-transsexuels-en-france/
LIRE L'ARTICLE >>
Timeline – 1991 à 2011 – du transsexualisme aux transidentités
Ce document présente l'histoire chronologique de la transidentité en France de 1991 à 2011. Il s'appuie sur une recherche des sources qui sont indiquées sur la page Timeline. 1992 La Cour européenne des Droits de l'Homme condamne la France pour avoir refusé durant dix-sept ans un changement d'état civil à une personne transsexuelle opérée. Le 11 décembre, la Cour de cassation rend donc un arrêt contraire à celui de 1975. Cette condamnation marque un virage important dans l'histoire de la transidentité, puisque le changement ...
LIRE L'ARTICLE >>
L’illusion transsexuelle
%CODE1% NDLR : lire le commentaire http://www.txy.fr/blog/2012/10/21/lillusion-transsexuelle/#comment-2026, l'achat de ce livre est vivement déconseillé. Le transsexualisme est-il universel ou moderne ? Naît-on transsexuel ou le devient-on ? Quel est le sexe des transsexuels ? Peut-on parler de droit à l'identité sexuelle ? Le transsexualisme a-t-il des rapports avec la libéralisation des moeurs ? Avec la transformation des rôles masculin et féminin dans la société ?... En confrontant les points de vue parfois très divergents des acteurs sociaux engagés dans le " phénomène ...
LIRE L'ARTICLE >>
Timeline de la Transidentité en France
Histoire des transsexuels en France
Changement d’état civil des personnes « trans » en France : du transsexualisme à la transidentité
[Concours Txy 2012] “2012, portrait de la transidentité en France” par Roxanne Sharks
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France
Timeline – 1951 à 1974 – de la médiatisation à la dysphorie de genre
Timeline – 1975 à 1990 – du refus de prise en compte du transsexualisme au nom de justifications
Histoire des transsexuels en France, Maxime Foester
Timeline – 1991 à 2011 – du transsexualisme aux transidentités
L’illusion transsexuelle

3 responses to Timeline – 1900 à 1950 – la préhistoire de la Transidentité en France

  1. Alicia McRell a écrit le 17 janvier 2013

    Wow génial cet article! Maintenant je comprends mieux pourquoi Berlin est une ville tellement “open” par rapport aux trans-identités. Non vraiment, j’y ai passé que trois jours en Décembre et rien qu’en ce court séjour, j’ai tout de suite remarqué que de vivre ainsi ne posait vraiment guère de problèmes aux autres.
    Superbes recherches Nadine, bravo!!

    • Nadine a écrit le 17 janvier 2013

      Merci ! Bien que cela parle de l’histoire de la transidentité en France, il me paraissait inconcevable de ne pas parler de l’Allemagne et de Magnus Hirschfeld, tant ce dernier a apporté à la France, notamment avec Michel Marie Poulain, et aussi que Felix Abraham se soit formé en France, et la mort à Nice de Hirschfeld !

  2. Celia a écrit le 20 janvier 2013

    Merci Nadine pour ce travail

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -