Photo du profil de Nadine

by

Timeline – 1951 à 1974 – de la médiatisation à la dysphorie de genre

24 janvier 2013 | Tags: ,

Ce document présente l’histoire chronologique de la transidentité en France de 1951 à 1974. Il s’appuie sur une recherche des sources qui sont indiquées sur la page Timeline.


  • 1952

    • En février, publication dans les Annales Médico-psychologiques du rapport d’examen anatomo-pathologique de l’encéphale d’un dément précoce mort au cours d’une électronarcose 23 mois après une lobotomie, par MM. L. Marchand, J. Rondepierre, P. Hivert et P. Leroy. Cet examen montrant le traitement d’une personne transsexuelle est aujourd’hui choquant, notamment en ce qu’il traduit une obstination rétrospectivement abusive. Et qu’à la souffrance initiale s’ajoute celle du traitement psychiatrique. Il s’agissait de vaincre l’idée délirante, d’éradiquer le délire, à tout prix pourrait-on dire. (source 8)
    • Au Danemark, castration de George/Christine Jorgensen, 26 ans, à Copenhague par l’équipe de Christian Hamburger, comprenant le psychiatre Georg Stürup et les chirurgiens Poul Fogh-Andersen et Erling Dahl-Iversen; pas de vaginoplastie : le patient est admis comme un homosexuel demandant la castration (c’est ultérieurement que l’équipe qualifiera la procédure de “changement de sexe”). Une pénectomie sera réalisée la même année. (source 4) Christine Jorgensen est la première transsexuelle à avoir suscité un battage médiatique d’une ampleur exceptionnelle et inédite… Son histoire et sa personnalité bénéficient en décembre 1952 et tout au long de 1953 d’une publicité internationale qui permet de vulgriser auprès du grand public la condition transsexuelle. (source 1, p.93))
    • “Henri”, le patient de Jean Delay, est suivi par Jacques Lacan ; les entretiens se finiront d’un commun accord en 1954. (source 4)
  • 1953

    • Georges Burou commence à opérer des transsexuels à Casablanca. “Van”, le premier patient de Harry Benjamin devient “Susan” après une série d’opérations en Europe qui dureront jusqu’en 1958 ; l’Attorney General du Wisconsin s’était opposé aux opérations. (source 4) Voir sa technique ici (en anglais): http://ai.eecs.umich.edu/people/conway/TS/Burou/Burou.html.
  • 1954

    • Publication du livre J’ai choisi mon sexe : confessions de Michel-Marie Poulain. (source 4) Au dos de son autobiographie, apparaît une liasse d’articles de presse ayant parlé du “cas” Poulain avec des titres volontiers provocateurs comme “le Matisse d’Eze-Village a changé de sexe” ou encore “Cette élégante brune n’est autre que Michel-Marie Poulain, ancien dragon, peintre et père de famille”.
    • j'ai choisi mon sexeEn août, publication d’un article intitulé “Changer de sexe, est-ce une manière de faire fortune ?” dans La Revue des Folies-Bergères, écrit à l’occasion de sa venue dans un cabaret de Londres. L’article présente le transsexualisme comme le “mâle du siècle”, tenant à la fois de l’épidémie et de l’effet de mode. (source 1, p.96)
  • 1955

    • Psychologie des hommes cherchant à obtenir chirurgicalement la transformation de leur sexe“, La presse médicale, qui fait connaître l’article de Frederic Worden et James Marsh. (source 4)
    • Présentation d’un cas de transsexualisme, celui d’un adolescent, par Georges Heuyer, Serge Lebovici, L. Dell, Mme G. Pringuet et M. Novelleto devant le Groupement français d’études de neuro-psycho-pathologie infantile sous le titre “A propos d’un cas d’Eonisme). Ce jeune homme de 15 ans avait été hospitalisé parce qu’il avait demandé à être opéré pour change de sexe. (source 8)
    • Jacques Lacan, dans son séminaire sur “Le moi dans la théorie de Freud et dans la technique de la psychanalyse“, consacre une séance (le 8 juin 1955) à la critique du cas d’intersexualité de Fairbairn de 1931. (source 4)
    • Aux Etats-Unis, première mention du concept de “genre” par John Money, qu’il dit avoir reçu de Evelyn Hooker, après l’idée de “rôle” appliquée à la différence des sexes par Talcott Parsons dans Parsons (Talcott) et Bales (Robert), Family Socialization and Interaction Process. (source 4)
  • 1956

    • Thèse intitulée Contribution à l’étude du trans-sexualisme soutenue par le psychiatre lacanien Jean-Marc Alby, dans laquelle il dénie aux transsexuels le droit de changer de sexe en les catégorisant comme pathologiques (“un mouvement qui consiste à envisager la castration comme une thérapeutique du pervers sexuel”). (source 1, p.147)) C’est cette thèse qui introduisit, en France, le terme de transsexualisme dans la nosographie psychiatrique. (source 5)
    • L’avocat général, Raymond Lindon, réagit vivement à l’éventualité du traitement chirurgical des transsexuels ; dans un exposé sur les « Aspects juridiques du transsexualisme », ce magistrat affirmait qu’un chirurgien qui opérerait un transsexuel serait passible des rigueurs de l’article 316 du Code pénal punissant de la réclusion à perpétuité le crime de castration. (source 5)
  • 1957

    • Les préparations contraceptives contenant à la fois des oestrogènes et de la progestérone vont devenir la ressource principale des endocrinologues pour féminiser les transsexuels: Searle commercialise l’Enovid (mais l’indication contraceptive ne sera accordée qu’en 1960). (source 4)
    • Parution d’un article dans le journal France Dimanche pendant l’été, révélant le cas du menuisier Jean Jiousselot devenu Jeannette Jiousselot au Maroc avec le soutien d’un psychiatre et des autorités locales confirme le rôle crucial joué par les pays du Maghreb dans l’histoire des transsexuels en France.
  • 1958

    • Opération de Coccinelle, en même temps que son amie Pamela, par le Dr Burou à Casablanca. Elle fait partie des artistes du cabaret La Tournelle à Paris, avec George Jamieson (futur April Ashley) où se recruteront les opérées les plus célèbres. (Patricia Mercader citée dans source 1, p.115-116)
  • 1959

    • “Coccinelle” obtient la modification de son état civil du tribunal de la Seine, l’expert l’ayant prise pour une intersexuée révélée par l’opération. (source 4)
  • 1961

    • 17 avril, opération de Bambi par le Dr Burou à Casablanca. (source 7)
  • 1962

    • Coccinelle, après avoir obtenu son changement d’état civil en 1959, se marie à l’église, ce qui sera l’objet d’un scandale retentissant. C’est d’ailleurs suite à cet évènement que les juges compliqueront les changements d’état civil des transsexuel-le-s. ((Maxime Foerster “Elle ou lui ? Une histoire des transsexuels en France”)) “Le cas de Coccinelle est pour le Conseil de l’Ordre des Médecins l’occasion de déclarer que les interventions castratrices ne peuvent être admises que dans des cas d’intersexualité attestée par un chirurgien, un endocrinologue et un neuro-psychiatre ; le Conseil de l’Ordre des Médecins se conforme en ceci à la position qu’adoptent à cette période les juges français” ((Patricia Mercader citée dans source 1, p.83)
    • Coccinelle est luiLe Conseil de l’ordre des médecins refuse aux opérations des transsexuels un statut thérapeutique (elles sont dites “cosmétiques”, et donc, indirectement, illicites). (source 4)
  • 1963

    • Publication du livre Coccinelle est lui par Mario Costa. Premier livre publié lorsque la star est au sommet de sa notoriété après le scandale de son mariage à l’église. Ce livre est d’ailleurs traduit aux Etats-Unis où il propage l’image vamp et érotique de la transsexuelle comme femme fatale. (source 1, p.78)
  • 1965

    • Création de l’AMAHO (Aide aux Malades Hormonaux) par Marie-André Schwidenhammer, premier organe militant transsexuel en France. L’association va regrouper jusqu’à 30 000 travestis et transsexuels en France pour les aider dans leur parcours et surtout les orienter vers les pays où les castrations thérapeutiques sont autorisées. Durant des années, elle sera la porte-parole de la cause trans en France. (source 6) L’AMAHO éditera une carte de membre qui sera un fac-similé de la carte nationale d’identité (démarche inspirée par le “modèle” initié par Hirschfeld). dont le but était de compenser la lenteur ou l’impossibilité du changement d’état civil en raison de l’obstruction de la justice française. (source 1, p.69)
    • Première demande de modification d’état civil en France; conclusions du substitut Fabre, en France, qui lie en jurisprudence différence sexuelle et état civil.
  • 1966

    • Publication aux Etats-Unis de The Transsexual Phenomenon par Harry Benjamin, essai dans lequel il critique les efforts théoriques des psychiatres et psychanalyses pour faire du transsexualisme une pathologie et refuser le droit à la transition (source 1, p.57″)
    • Aux Etats-Unis, en août, première émeute transgenre à San Francisco, et ce, bien avant les émeutes au Stonewall à New York, en 1969. Le premier soir de l’émeute, le responsable du Compton’s Cafeteria a appelé la police quand certains clients transgenres commencèrent à se disputer. Quand un officier de police habitué à malmener la clientèle du Compton a tenté d’arrêter l’une des femmes trans, elle lui a jeté son café au visage. Ce fut le début de l’émeute, de la vaisselle et des meubles furent jetés, et les vitres du restaurant volèrent en éclat. La police a appelé des renforts alors que les combats se propageaient dans la rue, où les vitres d’une voiture de police furent brisées et un kiosque à journaux fut incendié. Le soir suivant, plus de personnes transgenres, des prostituées, les habitants de la rue Tenderloin, ainsi que d’autres personnes de la communauté LGBT se joignirent au piquet de grève devant la cafétéria pour empêcher le retour des personnes transgenres. La manifestation se termina avec l’éclatement de vitres nouvellement installées. (http://en.wikipedia.org/wiki/Compton’s_Cafeteria_riot) Cf aussi http://www.amazon.com/Screaming-Queens-Riot-Comptons-Cafeteria/dp/B003MRPN5U/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1339758718&sr=8-1
  • 1967

    • La fédération internationale d’athlétisme amateur impose des contrôles du sexe chromosomique aux athlètes. (source 4)
    • “Transsexualisme” entre dans l’Index medicus, comme distinct de “transvestisme”. (source 4)
  • 1968

    • Le CIO, aux jeux de Mexico, institue un test de chromatine pour vérifier le sexe des athlètes. (source 4)
    • Le mensuel Reportage est tout entier consacré au transsexualisme. La couverture, sous le titre “Homme-Femme, Hermaphrodites ou Travestis” présente deux stars de la culture cabaret transgenre : l’américain Ricky Renée à gauche et la MtF hollandaise Romy Haag à droite. En dépit de photos aguichantes et de titres abusant du sensationnel (“Ils sont 7000 en France”), le magazine aborde le transsexualisme de façon diverse et inhabituelle à travers des dossiers médicaux (schémas expliquant la “mutilation dévirilisante”), historiques (Jeanne d’Arc, brûlée vive par l’Église pour avoir porté l’habit masculin, le rôle des travestis dans le théâtre de Shakespeare) et juridiques (rôle des autorités dans le changement d’état civil). Les articles se suivent et contrastent par leur degré d’empathie : certains font preuve de compassion, d’autres reprennent le verdict des psychiatres. (source 1, pp.125-126)
    • Daniel Hugon, meurtrier d’une prostituée, obtient les circonstances atténuantes au titre du son “syndrome du XYY”. (source 4)
  • 1969

    • Aux Etats-Unis, les émeutes de Stonewall, en juin, à New York, contre les brimades policières anti-homosexuelles et anti-travestis; débuts du militantisme gay. Ce sont les travestis du bar le Stonewall à New York qui ont lancé les émeutes contre l’opposition hétérosexiste en attaquant les policiers qui venaient les embarquer au poste la nuit du 23 juin 1969. (source 1, pp.139-140)
    • Un rapport de médecine légale consacré aux « Problèmes médico-légaux et déontologiques de l’hermaphrodisme et du transsexualisme » amorce l’évolution de l’attitude du Conseil de l’ordre des médecins, ainsi que de celle des magistrats. (source 5)
  • 1971

    • Léon Pérel pratique sur une étudiante en médecine la première opération de réassignation sexuelle en France à l’hôpital Saint-François à Paris. (source 4)
    • Publication d’un roman de Guy des Cars, Une certaine dame. Il raconte les efforts d’une transsexuelle, Dominique, pour mener une vie anonyme avec son mari argentin. Dominique vit dans la hantise d’être découverte et marginalisée en raison de son passé et de son changement de corps. Entre l’intolérance imbécile des unes et le chantage d’un ancien collègue aigri, Dominique se bat chaque jour pour préserver son bonheur conjugal. (source 1, p.124)
    • Séminaires de Lacan (Jacques) sur le transsexualisme, dans D’un discours qui ne serait pas du semblant (20 janvier), où il critique Stoller, et Ou pire… (8 décembre). (source 4)
    • Création du Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR), donnant une impulsion radicale au militantisme homosexuel. Le mouvement ,qui a une existence courte mais intense de 1971 à 1973, compte en son sein quelques membres flamboyants dont l’outrance et le radicalisme les amènent à être perçus commun groupe informel et bordélique qui a pour effet d’embarrasser en interne le militantisme psycho-rigide des gauchistes et à l’extérieur de servir d’oriflamme provocateur lors des manifestations. Les Gazolines forment un groupe informel au sein du FHAR parce qu’il n’y avait pas de carte d’adhérent ni de force centrifuge dans cet agrégats de personnalités centripètes… La contribution des Gazolines à l’histoire des transsexuels en France tient à la pratique de ce qu’on a appelé aux Etats-Unis le gender fucking : activité militante qui consiste à composer soi-même sa propre (ou ses) identité(s) de genre en dehors de la matrice hétérosexuelle qui assigne à chacun de façon binaire et coercitive une identité de genre selon son sexe biologique. (source 1, pp.134-136)
  • 1972

    • Opération de réassignation de Claude Botella par le Dr Burou laquelle est à l’origine de la condamnation par la Cour européenne de Strabourg pour avoir refuser son changement d’état civil. (source 4)
    • Publication d’un texte de Lacan, Le séminaire… ou pire. Se posant en gardien de l’ordre du symbolisme, c’est sans surprise et à l’opposé d’un Harry Benjamin que Lacan renvoie les transsexuels à la folie et à l’erreur… C’est un Lacan au sommet de sa gloire et de son influence sur la psychanalyse en France qui jette l’anathème sur les transsexuels en taxant de délire pathologique le recours à la chirurgie pour choisir de vivre en harmonie avec son identité de genre. (source 1, pp.147-148)
  • 1973

    • L'homme qui change de sexeAux Etats-Unis, John Money introduit officiellement le concept délibérément élargi de “dysphorie de genre”, avec Norman Fisk et le chirurgien plasticien Donald Laub. (source 4)
    • L’hôpital Henri-Rousselle, à Paris, commence à accueillir des transsexuels dans une consultation spécialisée ouverte par Marcel Czermak. (source 4)
    • Avec plus de 800 opérations à son actif, le Dr Burou présente devant un parterre de scientifiques un rapport au Congrès médical de la transsexualité, à l’université de Stanford aux Etats-Unis, un pays gros pourvoyeur de clients, qui fera dire à Burou qu’il «doit y avoir plus de problèmes d’identité sexuelle aux Etats-Unis qu’ailleurs». (source 7)
    • Le premier numéro du mensuel Tabou (sous titré Forum des minorités sexuelles) aborde le transsexualisme avec un dossier intitulé Ni homme, ni femmes : Le drame des transsexuels. Le dossier, volontiers compassionnel, commence par distinguer l’intersexué du transsexuel avant de se pencher sur la dynamique du changement de sexe et la sexualité des transsexuels. (source 1, p.142)
    • Publication dans le magazine Tabou de l’article Quatrième sexe, par Giovanni Sciuto, décrivant la vie de Jean-Marie F. sous le titre “Le héros de la résistance devient femme, révélations sensationnelles d’un français exceptionnel”. Il s’agit d’un ingénieur, qui se travestissait en femme pour soutirer des informations auprès des Allemands. Cette activité est présentée comme un devoir professionnel au service de la Résistance. Pour justifier la poursuite du travestissement après la guerre et la quête du changement de sexe, Jean-Marie se décharge sur la femme qu’il a été obligé d’être pendant la guerre. (source 1, p.68)
Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Histoire des transsexuels en France
Histoire des transsexuels en France de Maxime Foerster %CODE1% Pays d'émergence du phénomène transsexuel au début du XXe siècle, l'Allemagne réunit alors les conditions nécessaires à la mise en pratique des théories du Dr Magnus Hirschfeld sur les "intermédiaires sexuels". Après le saccage par les nazis de l'Institut de Sexologie, la France prend le relais en Europe : l'artiste Michel-Marie Poulain raconte son changement de sexe dans Voilà et la déportée Marie André Schwidenhammer crée la première structure d'aide ...
LIRE L'ARTICLE >>
Timeline – 1975 à 1990 – du refus de prise en compte du transsexualisme au nom de justifications nationales
Ce document présente l'histoire chronologique de la transidentité en France de 1975 à 1990. Il s'appuie sur une recherche des sources qui sont indiquées sur la page Timeline. 1975 Création à Mulhouse de l'Association Beaumont Continental (ABC). L'association accueille uniquement des personnes dans le sens homme vers femme. Elle est créée sur le modèle de la Beaumont Society, un club anglais de personnes travesties, qui "font du tricot en parlant de football". L'association a fait perdurer cette image de club anglais au ...
LIRE L'ARTICLE >>
Timeline – 1900 à 1950 – la préhistoire de la Transidentité en France
Ce document présente l'histoire chronologique de la transidentité en France de 1900 à 1950. Il s'appuie sur une recherche des sources qui sont indiquées sur la page Timeline. 1908 Publication du livre de Magnus Hirschfeld, Le troisième sexe. Les Homosexuels de Berlin. Magnus Hirschfeld consacre ce livre à la sociologie du Berlin homosexuel, esquissant une topographie de la sociabilité transgenre en décrivant les "tavernes uraniennes", les "cabarets de soldats" et la culture des bals populaires qui étaient des grands moments de travestissement. ...
LIRE L'ARTICLE >>
Cette histoire chronologique de la transidentité en France doit être enrichie et mise à jour le plus régulièrement possible avec des sources fiables d'information. N’hésitez pas à nous contacter pour nous faire connaitre des événements manquants ou des erreurs ! cette page est un outil de mémoire collective, il est de notre responsabilité de l'enrichir. NB: cette timeline transidentitaire ne fait que lister des évènements majeurs pour l'histoire de la transidentité, elle ne raconte pas l'histoire de la transidentité comme peut ...
LIRE L'ARTICLE >>
Timeline – 1991 à 2011 – du transsexualisme aux transidentités
Ce document présente l'histoire chronologique de la transidentité en France de 1991 à 2011. Il s'appuie sur une recherche des sources qui sont indiquées sur la page Timeline. 1992 La Cour européenne des Droits de l'Homme condamne la France pour avoir refusé durant dix-sept ans un changement d'état civil à une personne transsexuelle opérée. Le 11 décembre, la Cour de cassation rend donc un arrêt contraire à celui de 1975. Cette condamnation marque un virage important dans l'histoire de la transidentité, puisque le changement ...
LIRE L'ARTICLE >>
Parcours de Transition
COGIATI - questionnaire combiné d’Identité de Genre et de Transsexualité en ligne. SoFECT - la Société Française d’Études et de prise en Charge du Transsexualisme a pour objet de réunir les professionnels de la prise en charge en France des problèmes relatifs à l’identité de genre. Parcours de Transition MtF Parcours de Transition FtM Nous vous conseillons un site très complet sur le sujet ici. ► Le mode d'emploi ultime pour une transition réussie et rapide ! ► Trans Aide - Guide de Transition ► Changement d'état-civil ...
LIRE L'ARTICLE >>
Pas facile de changer …… de sexe !
SOCIÉTÉ - Il est possible en France de devenir légalement une femme quand on est né homme, et vice versa. Mais au prix d'un long parcours juridique... Le tribunal de grande instance (TGI) d'Agen doit rendre ce lundi sa décision, après qu'un homme de 40 ans a fait une demande pour changer la mention de son sexe sur son état civil afin d'être reconnu comme femme, même s'il n'a pas subi d'opération chirurgicale des organes génitaux. Il est en effet possible ...
LIRE L'ARTICLE >>
“C’était de la dysphorie ?” 8 signes et symptômes de la dysphorie de genre indirecte
Le Trouble de l'Identité de Genre est, depuis la version V du DSM, remplacé par le terme moins pathologisant et stigmatisant de Dysphorie de Genre. Donc, en principe, la transidentité n'est plus considérée comme une maladie mentale. Aussi, pour en savoir un peu plus sur la Dysphorie de Genre, j'ai traduit le texte d'une personne trans' américaine qui s'interroge et apporte ses propres réponses en fonction de son vécu et de celui d'autres personnes. Zinnia Jonnes est une auteure et vidéoblogueuse. ...
LIRE L'ARTICLE >>
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France Corinne Fortier [CNRS/LAS] dans le cadre du colloque Traitements et contraintes : approches empiriques des dispositifs de prise en charge institutionnelle, qui a eu lieu les 14 et 15 juin 2012, à l'Université Paris 13 à Bobigny. Nous nous intéresserons aux normes et contraintes du dispositif institutionnel lié au transsexualisme tel qu’il est pratiqué aujourd’hui en France, et en particulier à Paris où nous avons mené notre enquête de terrain en tant qu’anthropologue. Dans le ...
LIRE L'ARTICLE >>
Marie-Marcelle, la Mère Teresa des transsexuels
L’infirmière Marie-Marcelle Godbout, 69 ans, a fondé en 1980 le premier organisme d’aide aux transsexuels du Québec. Elle-même transsexuelle, elle voulait changer l’image négative associée à sa condition. Sa première entrevue à la télé, avec Jean-Luc Mongrain, a suscité tout un émoi. «Je me prenais pour mère Teresa! Je voulais tellement aider que j’ai donné en ondes mon numéro personnel pour dire qu’une ligne d’écoute existait pour les transsexuels.» Le téléphone a commencé à sonner chez elle jour et nuit. Trente ans ...
LIRE L'ARTICLE >>
Histoire des transsexuels en France
Timeline – 1975 à 1990 – du refus de prise en compte du transsexualisme au nom de justifications
Timeline – 1900 à 1950 – la préhistoire de la Transidentité en France
Timeline de la Transidentité en France
Timeline – 1991 à 2011 – du transsexualisme aux transidentités
Parcours de Transition
Pas facile de changer …… de sexe !
“C’était de la dysphorie ?” 8 signes et symptômes de la dysphorie de genre indirecte
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France
Marie-Marcelle, la Mère Teresa des transsexuels

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -