L’Histoire de Lou – 2ème partie – Lou et les Hommes

28 janvier 2013 | Tags: ,

Maison close par Lautrec : http://www.parisrevolutionnaire.com

Maison close par Lautrec : http://www.parisrevolutionnaire.com

Lou est attirée sexuellement par les hommes ;
C’est un fait, une évidence, une réalité.
Cela faisait de nombreuses années que Lou savait cela, et cela faisait de nombreuses années que ses partenaires étaient donc de sexe masculin.

A l’époque, je veux dire, à l’époque avant laquelle Lou avait révélé (à elle-même et au monde entier) son apparente féminité, ceux-ci se qualifiaient généralement dans la catégorie des « gays » : c’est à dire des personnes d’apparence masculine portant un sexe mâle et attirés sexuellement par des personnes d’apparence masculine portant un sexe mâle.

Lorsqu’elle avait des rapports sexuels avec ceux-ci, elle avait, à ses dires, une sexualité féminine et eux une sexualité masculine.

Elle considérait donc que « s’offrir à un homme était un acte féminin » et inversement que prendre son ou sa partenaire était un acte masculin.

Je ne sais pas si vous êtes de son avis, mais toujours est-il qu’il en était ainsi pour elle.

En somme, le regard que Lou porte de cette époque, l’incite à décrire ses rapports ainsi : « J’étais donc une femme d’apparence masculine, portant un sexe masculin et avec une sexualité féminine tandis que mes partenaires, quant à eux, étaient d’apparence, de sexe et de sexualité masculins.

« Mais de quels genre étaient-ils ? » osais-je lui demander !
« ça ! Nous n’en parlions pas ! »
« Certains étaient certainement plus .. euh … virils, que d’autres … Certains étaient plus attentionnés, d’autres moins, certains étaient plus égocentrés, d’autres plus altruistes, certains étaient plus sensibles, d’autres peu … etc.. mais savoir leur genre ???? Je ne leur ai jamais demandé ! Du reste, ils n’auraient pas compris ! Et moi-même je ne savais pas tout cela. »

« Et puis, il y avait aussi les hétéros pas gays mais qui l’étaient quand même tout en disant qu’ils ne l’étaient pas ! … Et puis il y avaient les bis aussi … enfin … »

Enfin …. Toujours est-il qu’il existait, aux yeux de Lou, une certaine concordance entre l’attirance explicitée de ses partenaires et ce qu’elle pouvait leur offrir. Si ses partenaires aimaient sa sexualité féminine, ils aimaient aussi son sexe masculin, Ils l’aimaient, non pas pour s’en servir, mais plutôt comme un apparat, « une marque de reconnaissance de désir et de ressemblance, peut-être ? » .

Mais lorsque la féminité de Lou apparut au grand jour, cela mit du rififi dans l’ordre des choses.
Ses amis « gays » d’autrefois se détournèrent … ce qui laissa Lou perplexe.

De son point de vue, il ne lui semblait pas que dans l’intimité de l’alcôve, les choses fussent différentes d’auparavant, elle ne se sentait ni plus féminine, ni moins, du reste, elle n’avait pas le sentiment de modifier ses comportements, ni que ses ressentis aient variés …
C’était donc une histoire d’apparence ? Juste une histoire d’apparence ?

« Pourtant, ma féminité, elle était bien là, auparavant, tu sais, elle n’est pas arrivée du jour au lendemain … » me dit-elle, « Comme si je pouvais la montrer par mes gestes, pas ma façon d’être, de ressentir et d’agir, mais lorsque je l’ai affichée alors là, ça a été le chambard.»

« Ce qui s’est passé pour eux ? … je n’en sais fichtre rien …
– Tu ne leur as jamais demandé ?
– Si … non … oui … je ne sais pas … ils ne savaient pas … du reste ça a coupé court, tu sais. Et puis moi-même j’étais un peu perdue à cette époque »

Et aussi, en contrepartie, Lou fit alors la connaissance d’autres hommes, « ceux précisément attirés par mon ambiguïté, ceux attirés par les « femme à bites » … »
« Cela m’a amusée un temps. Et puis cela valorisait ma féminité. J’aimais avec eux me sentir femme. »

Puis elle me raconta comme finalement elle se lassa de ceux-là. Rares (en a-t-il existé un seul ?) furent ceux qui voyaient en elle plus qu’une chose sexuelle particulière, ignorants de la Personne qu’elle était ; nombreux étaient ceux qui la contactaient pour seule fin de réaliser un fantasme, tiré de quelques images vidéos pornographiques, qui de plus « leur permettait d’assouvir leurs pulsions homosexuelles tout en couchant avec une femme ».

« Et puis, tu sais, une trans, ça vaut moins cher qu’une pute ».

Je sentais dans ses propos, une grande amertume, voire une certaine colère, contre eux ? contre elle-même ?
« Mais tu ne peux pas savoir, j’en ai eu de tous âges, 10, 20, 25 ans plus jeunes que moi ! Des gamins de vingt piges comme des vieux vicelards qui se couchaient sur le lit en me disant « Suce-moi », comme si j’étais une professionnelle … »
« Et le pire, vois-tu, c’est que je le faisais. »

« Et l’amour ? » ….
Pour Lou, l’amour était ailleurs, l’amour était distancié du sexe.
« J’en ai trop fait … j’ai trop fait de sexe, et trop fait mal. L’excitation des hommes m’excitaient mais finalement ils m’ont usée … et en plus je ne les faisais même pas payer ! »
« Une fois j’ai essayé, ou plus exactement j’ai fait semblant d’essayer : un mec que j’ai rencontré sur un chat et qui proposait de me payer. Pourquoi pas, je me dis. Il me téléphone. Et là j’ai craqué ! Un tel irrespect, un tel égoïsme, et des schémas plaqués à me faire vomir. J’ai laissé tomber. »

« Et l’amour ?, je te demandais. »
« – Comment voulais-tu que je rencontre un homme capable de m’aimer dans mon ambivalence ? Les Personnes bi-sexuées n’ont pas de statut ici. Elles n’existent que dans le monde de la nuit. Quand je dis bi-sexuées, je parle précisément de genre et de sexe. Il n’y a pas de place pour les personnes dont le genre et le sexe ne correspondent pas. Tu comprends pourquoi il est tellement plus facile de rester dans le placard. Au moins, là, on est tranquille, c’est chaud … Le souci c’est quand le placard devient trop étroit … mais tu sais, sortir du placard c’est aller dans un no man’s land … ou bien c’est aller jusqu’au bout, se mettre en conformité. Avais-je le choix ?»

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Les hommes peinent à lire les émotions féminines
Une étude récente un peu passée inaperçue et hautement polémique ... des scientifiques pour prouver ce que certaines femmes ne cessent d'affirmer depuis des années : les hommes ont beaucoup de difficultés à lire les émotions féminines. Et les chercheurs d'y voir un caractère génétique et sexué du cerveau remontant à une période très lointaine de l'histoire humaine. Les chercheurs de l'hôpital universitaire LWL à Bochum (ville d'Allemagne de l'Ouest) ont réalisé une étude avec des hommes volontaires et ont constaté qu'ils ...
LIRE L'ARTICLE >>
Quand les vêtements féminins étaient l’apanage des hommes …
Aussi étonnant que cela puisse paraître, les talons hauts, les bas, le corset et autres pièces de la garde-robe féminine ont d’abord été portés par les hommes et, à une époque où les questions de genres fleurissent, les allers-retours de l’histoire semblent dire que rien n’est jamais aussi « genré » qu’il n'en a l’air. Jusqu’au Moyen-Âge, le sous-vêtement n’avait pas de fonction érotique, ni ne permettait la distinction des classes, il était simplement utilitaire. C’est à la Renaissance que sa ...
LIRE L'ARTICLE >>
Hommes, femmes : la construction de la différence
%CODE1% XX, XY, comment devient-on un homme ou une femme ? Qui gouverne la construction de notre identité sexuelle ? Nos gènes ? Nos hormones ? La société ? La famille ? … Simone de Beauvoir avait-elle raison lorsqu’elle écrivait « On ne naît pas femme on le devient » ? Sauf accident, tout individu obéit aux lois de la génétique et de la physiologie qui créent dans notre espèce des mâles et des femelles. Mais au-delà, le regard de nos parents, de ...
LIRE L'ARTICLE >>
Coming-out à mon travail – 2ème partie
3 août 2010Mon coming-out professionnel ne s’est pas arrêté à ma hiérarchie: il s’est poursuivi sur l’ensemble de ma société. Cela s’est fait, globalement de manière très positive et, je dois associer à cette annonce mes différents responsables ainsi que certains collègues qui ont oeuvré pour la réussite de cette dernière (merci seb et lilia pour ne citer qu’eux…)Je n’entrerais pas dans le détail des conversations qui, à peu de choses près, se sont toutes ressemblées, ont toutes duré à ...
LIRE L'ARTICLE >>
28 août 2010 bon oui je sais ca fait pas exactement 4 mois de traitement mais plutôt 4 mois et 3 semaines! je n’ai malheureusement pas eu le temps de faire de bilan avant aujourd’hui. 1- bilan physique En ce qui concerne ma masse musculaire, la tendance qui se dégageait lors de mon 1er bilan se confirme: j’ai clairement moins de force, et, il m’arrive régulièrement d’avoir des courbatures (surtout au niveau des bras et des épaules) sans pour autant avoir pratique de ...
LIRE L'ARTICLE >>
Les hommes dans l’armée sont ils plus susceptibles d’être transgenre ?
Selon une étude qui sera bientôt publiée, les hommes américains qui ont servi dans l'armée seraient deux fois plus susceptibles de se considérer comme transgenres que les hommes qui ne sont pas des anciens combattants. Le psychologue George Brown, Vétéran de l'US Air Force a indiqué à l'organisme de presse du Ministère de la Justice, avoir examiné les dossier de plus de 5 millions d'anciens combattants dans le cadre de cette étude. Un papier écrit par Brown en 1988, «Les transsexuels ...
LIRE L'ARTICLE >>
Ces athlètes féminines qui sont aussi… des hommes
Une étude menée par des experts des CHU de Montpellier et de Nice, à la demande du Comité international olympique (CIO), vient de percer l'un des mystères du monde sportif : certaines athlètes ont dans leur patrimoine génétique le chromosome masculin Y, ce qui les avantage dans les compétitions. Mais au-delà de la science, cette étude réhabilite au passage toutes ces sportives masculines dont la dignité de femme a été si souvent moquée. L'avancée est scientifique. Elle est aussi, indiscutablement, humaine. L'article ...
LIRE L'ARTICLE >>
© The Islet of Asperger
En ce moment, j’ai pas la grande forme comme on peut le voir sur mon dernier statut Facebook. J’ai plutôt envie de tout fermer car j’ai vraiment l’impression de n’y rien comprendre. Et c’est là une des caractéristiques du Syndrome d’Asperger, dont je suis atteinte, qui est de ne pas connaître (et comprendre) les codes sociaux. En fait, le Syndrome d’Asperger fait de nous des handicapés sociaux. Je dirais plutôt que le Syndrome d’Asperger est la catégorisation des handicapés sociaux plutôt ...
LIRE L'ARTICLE >>
Lingerie et sous-vêtements sexy pour les hommes féminins
Pour les hommes (et les travestis et les transgenres avec service trois pièces) qui veulent des sous-vêtements sexy type lingerie fine, réalisés avec soin et s'intégrant parfaitement à un corps masculin, la société HommeMystère propose des culottes confortables, des soutien-gorges qui tiennent aux épaules, des combinés sexy malin et des tissus et coupes agréables pour être portés toute une journée. Notamment de jolis soutien-gorges et bustiers dans des tailles de bonnet (AA et A), de tour de poitrine et de bretelles adaptés. Je ...
LIRE L'ARTICLE >>
Mon mari est une femme pas comme les autres
%CODE1% Sandra Antignani-Viale Editions Tabou 160 pages - 17 euros - juin 2010 Guide sur la psycho-sexualité des couples Présentation de l'éditeur On a souvent entendu parler de la part de féminité chez les hommes. Qu'en est-il vraiment? Ce livre, basé sur l'étude de plusieurs centaines de personnes reçues en consultation, apporte une classification du comportement sexuel qui n'existait pas jusque-là. Sans parler d'homosexualité, les êtres sexués sont socialement cloisonnés dans un stéréotype: d'un côté les hommes, de l'autre les femmes, chacun emprisonné dans leur sexualité. Pourtant ...
LIRE L'ARTICLE >>
Les hommes peinent à lire les émotions féminines
Quand les vêtements féminins étaient l’apanage des hommes …
Hommes, femmes : la construction de la différence
Coming-out à mon travail – 2ème partie
2ème bilan biologique apres 4 mois de traitement
Les hommes dans l’armée sont ils plus susceptibles d’être transgenre ?
Ces athlètes féminines qui sont aussi… des hommes
Ma vie de trans
Lingerie et sous-vêtements sexy pour les hommes féminins
Mon mari est une femme pas comme les autres

4 responses to L’Histoire de Lou – 2ème partie – Lou et les Hommes

  1. loulou a écrit le 29 janvier 2013

    Tu comprends pourquoi il est tellement plus facile de rester dans le placard. Au moins, là, on est tranquille, c’est chaud … Le souci c’est quand le placard devient trop étroit … mais tu sais, sortir du placard c’est aller dans un no man’s land … ou bien c’est aller jusqu’au bout, se mettre en conformité. Superbe

  2. Nathasha a écrit le 29 janvier 2013

    Coucou

    superbe , j adore pleins de truc me font réagir c est fort ce que tu écrit !

    « Et puis, tu sais, une trans, ça vaut moins cher qu’une pute » CA c est Faux ! et souvent nous avions plus de succès et de client que les Bio ( je parle de ca avant l invasion de l Est )

    mais oui vaste sujet les hommes ! entre les désespéré les homo refoulé les curieux ! pour en trouver un capable d aimer sincèrement une trans sans arriéré pensée c est super dur! donc j ai renoncer au prince charmant sur son cheval blanc , j ai renoncer a vivre une histoire d amour avec un homme ! j en ai beaucoup souffert car j ai une réel attirance pour eux , mais j ai pris une autre route , je suis en couple avec une jolie T ,et quand le démon me tiraille ,je prend je consomme et je jette je me sert des mêmes armes qu eux avant ,ils sont devenu instrument temporaire

    Lou ……. très beau texte

  3. Alex a écrit le 30 janvier 2013

    “mais tu sais, sortir du placard c’est aller dans un no man’s land”
    et c’est ce no man”s land qui est flippant

  4. AlexMec a écrit le 2 février 2013

    Mais lorsque la féminité de Lou apparut au grand jour, cela mit du rififi dans l’ordre des choses.
    Ses amis « gays » d’autrefois se détournèrent … ce qui laissa Lou perplexe.

    De son point de vue, il ne lui semblait pas que dans l’intimité de l’alcôve, les choses fussent différentes d’auparavant, elle ne se sentait ni plus féminine, ni moins, du reste, elle n’avait pas le sentiment de modifier ses comportements, ni que ses ressentis aient variés …
    C’était donc une histoire d’apparence ? Juste une histoire d’apparence ?

    Non, pas une histoire d’apparence: une histoire de genre, et de respect.

    Un mec gay est attiré par les mecs. C’est la définition même de gay. Alors quand quelqu’un se présente comme femme (ou au moins comme “non-homme”), il est tout à fait logique que la plupart des mecs gays ne soient pas ou plus attirés par cette personne.

    Il y a plein de filles trans dont je trouve le look assez masculin physiquement attirant. Mais ce sont des filles, et ça, c’est complètement rédhibitoire dans ma tête.

    Un mec très féminin, ça reste un mec, et plein de mecs gays vont être attirés par lui. Mais le jour où ce mec dit, “Ben en fait, je suis une femme”, il est tout à fait normal que plein de mecs gays ne veuillent plus de relations avec elle. En fait, c’est si ils disaient que ça ne change rien à rien qu’il pourrait y avoir un problème, parce que ça pourrait indiquer qu’ils ne prennent pas la femme à son mot, qu’ils la réduisent à son apparence (“T’as un pénis, donc t’es un mec”), et qu’ils n’écoutent pas sa revendication qu’elle est en fait une femme. Mais s’ils écoutent, s’ils entendent bien “Je suis une femme”, alors il est naturel que leur réponse soit, “Okay. Bon ben, plus de sexe alors.”

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -