Photo du profil de Nadine

by

Timeline – 1975 à 1990 – du refus de prise en compte du transsexualisme au nom de justifications nationales

31 janvier 2013 | Tags: ,

Ce document présente l’histoire chronologique de la transidentité en France de 1975 à 1990. Il s’appuie sur une recherche des sources qui sont indiquées sur la page Timeline.


  • 1975

    • Création à Mulhouse de l’Association Beaumont Continental (ABC). L’association accueille uniquement des personnes dans le sens homme vers femme. Elle est créée sur le modèle de la Beaumont Society, un club anglais de personnes travesties, qui “font du tricot en parlant de football”. L’association a fait perdurer cette image de club anglais au “travestissement bon chic bon genre”. Elle s’inscrit dans de l’auto-support, “l’objectif numéro 1 étant de créer du lien social, permettre aux gens de se retrouver entre personnes vivant la même chose “. Cependant, les personnes transsexuelles y sont acceptées. Elle compte aujourd’hui entre 200 et 300 adhérents. (source 2)
    • Le cinquième numéro de la revue mensuelle Homo abord la condition des transsexuels en posant la question : “Transsexualité : erreur de la nature ?”. Le dossier retrace les vies de la belge Kathy Dee et de Coccinelle, sans évoquer le cas des FtM. (source 1, p.142)
    • Le 16 décembre, la Cour de cassation interdit les changements d’état civil des transsexuels diagnostiqués et opérés, arguant de l’indisponibilité de l’état civil (dans cette acception, indisponibilité signifierait alors impossibilité pour quelque raison que ce soit d’envisager un changement volontaire d’état sexuel). En revanche, dans des “Instructions Générales sur l’Etat Civil”, il autorise, en cas d’ambiguïté sexuelle à la naissance constatée par un médecin, il devient autorisé de ne pas inscrire le sexe de l’enfant sur l’acte de naissance, jusqu’à dissipation des doutes et complément à l’acte par acte judiciaire. Les mêmes instructions recommandent que les parents choisissent un prénom lui aussi ambigu. (source 1, p.68)
  • 1976

    • Pasteur DoucéEn octobre, création à Paris du Centre du Christ Libérateur (CCL) par le pasteur Doucé accueillant des homosexuel-le-s, des prostituées et des transsexuel-le-s. Il deviendra un lieu important dans l’histoire associative trans’ en France, en tant que premier vrai espace de reconnaissance. Le centre offre un soutien psychologique, politique (milite auprès du parlement européen) et théorique avec la publication d’un essai “La question transsexuelle“. De fait, il inaugure les trois racines principales du mouvement associatif – auto-support, lobbying, expertise – qui se développeront par la suite. Le centre fonctionne jusqu’à l’assassinat inexpliqué du pasteur en 1990. Cette mort brutale et incompréhensible sèmera la terreur et, pendant un certain temps, le refus de se regrouper des personnes trans’. Le patient travail de lobbying du pasteur Doucé amènera le Parlement Européen à voter une “résolution sur la discrimination dont sont victimes les transsexuels” et la recommandation n° 1117 invitant les états à accorder le changement d’état civil aux transexuel(le)s opérées en 1992. (source 2)
    • Jacques Lacan examine en public “Michel H.”, une personne transsexuelle, à la consultation sur les ambiguïtés sexuelles de l’hôpital Henri-Rousselle (dirigée par Marcel Czermak): texte publié en 1996 dans Sur l’identité sexuelle. A propos du transsexualisme, Czermak (Marcel) et Frignet (Henry). (source 4)
  • 1978

    • Publication du livre “Elle… les travestis. La vérité sur les transsexuels” de Colette Piat où elle restitue divers témoignages édifiants sur l’oppression policière. (source 1, p.150)
    • mh508Création de la première équipe hospitalière de France à Paris. Elle est constituée d’un psychiatre, d’un endocrinologue et d’un chirurgien. Elle fonctionne en un réseau, qui rassemble aujourd’hui 5 hôpitaux : l’Hôpital Foch (Suresnes) pour la psychiatrie, la psychologie, et la chirurgie des réassignations Femme > Homme, l’Hôpital Cochin (Paris) pour l’endocrinologie, l’Hôpital Sainte-Anne (Paris) pour la psychiatrie et la psychologie, Hôpital Saint-Louis (Paris) pour la chirurgie des réassignations Homme > Femme, et les phalloplasties par lambeau antibrachial radial, ainsi que pour la chirurgie esthétique, la chirurgie maxillo-faciale, la dermatologie, l’ORL, et le service de maladies infectieuses, et l’Hôpital Paul Guiraud (Villejuif) pour la psychiatrie. (source 3)
    • Le tribunal de Saint-Etienne admet la première demande de changement d’état civil depuis l’affaire Coccinelle en 1962. (source 4)
    • Publication du livre de Michel Foucault Herculine Barbin dite Alexina B. (source 4)
    • Publication dans le numéro de juillet du magazine féministe de bandes dessinées Ah ! Nana d’un dossier sur la transsexualité. On peut y lire un témoignage sur Grizelda ancienne membre des Gazolines.
  • 1979

    • Premier changement d’état civil à Créteil motivé par la discordance du “sexe cérébral ou psychosocial” et du sexe de naissance. (source 4)
    • Le chirurgien Pierre Banzet commence à opérer les transsexuels à l’hôpital Saint-Louis de Paris, avec Jean-Pierre Luton (endocrinologie) et Jacques Breton (psychiatrie); le Conseil national de l’ordre des médecins accepte les interventions à visée thérapeutique, qui sont dès lors remboursées par la sécurité sociale. (source 4)
    • En juillet, M. le Sénateur Henri Caillavet pose une question au ministre de l’Intérieur concernant le changement d’état civil. Celui-ci, M. Alain Peyrefitte répond de la manière suivante : «Toute modification d’un acte de l’état civil impliquant une contestation sérieuse du contenu du document ne saurait relever que d’une procédure judiciaire et non purement administrative. Tel est le cas pour celui qui souhaite faire modifier la mention relative à son sexe figurant dans son acte de naissance. L’action judiciaire destinée à rechercher quel sexe véritable doit lui être reconnu implique très généralement une expertise afin de déterminer les éléments physiques, physiologiques, génétiques, psychiques et comportementaux permettant de ranger la personne concernée dans l’un ou l’autre sexe. A ce jour, plusieurs décisions juridictionnelles ont reconnu l’état de transsexuel du demandeur et ont, en conséquence, ordonné le changement de l’énonciation relative au sexe contenue dans l’acte de naissance de l’intéressé. En raison des répercussions souvent graves de ces décisions judiciaires, notamment sur la vie de la personne concernée, les juridictions sont appelées à procéder à des investigations minutieuses et délicates. Il n’a, toutefois, pas été observé que la durée de ces procédures était supérieure à celle des affaires présentant des difficultés similaires. Dès lors, les dispositions en vigueur semblent suffisantes pour permettre aux véritables transsexuels de trouver une solution juridique qui leur permette d’être intégrés dans notre société.» (source 9)
  • 1980

    • Le DSM III incorpore la définition du transsexualisme comme “Gender Identity Disorder” et dans le même temps, officialise la disparition de l’homosexualité de la liste des pathologies (sauf l'”homosexualité ego-dystonique”) ; de nombreuses autres pathologies sexuelles sont également listées à la demande des sexologues (le masochisme sexuel et les inhibitions du désir sexuel et de l’orgasme féminin). Le terme “perversion” y est remplacé par “paraphilie”. (source 4)
    • Diffusion de l’émission Aujourd’hui Madame consacré aux transsexuels et intitulé Les Transsexuels. Débat sur la transsexualité avec l’éclairage du professeur KLOTZ et Maître GENDREAU, avocat, ainsi que les témoignages des nombreux invités sur le plateau. Deux reportages de Martine CHARDON et Anne-Marie ULLMANN sont également proposés. Dans le premier nous suivons l’accueil d’un transsexuel par l’AMAHO, une association pour les malades hormonaux. Le second fait le portrait de deux transsexuelles. (http://www.ina.fr/video/CPB80054142/les-transsexuels.fr.html)
  • 1981

    • Mort de Marie André Schwidenhammer. (source 4)
    • Parution d’un article intitulé Les transsexuels à Paris dans le journal Libération du 12 juin :  “Ils se réunissent aujourd’hui à Paris, peu de temps après la mort de celle qui fut à l’origine de leur mouvement [La mort de Marie-Andrée, ou l’histoire naissance du mouvement transsexuel] Après la disparition de Marie-Andrée (née en 1909), présidente-fondatrice de l’AMAHO … (Aide aux Malades Hormonaux), la première association française de transsexuels, qu’elle avait fondée en 1965 …” (http://www.archiveshomo.info/archives/presse-diverse/1981.htm)
    • Création, à Montrond les Bains, de l’association AMEFAT (Association médicale française pour l’aide aux transsexuels) par le Dr Marie-Ange Grenier.(source 2) Médecin militaire de formation, la personnalité autoritaire de la fondatrice et certaines positions polémiques ont amoindri la portée du soutien et du lobbying menés par cette association. Ayant participé entre autres aux Universités d’Été Euro-méditerranéennes de Marseille en 1983 ainsi qu’à la première émission de télévision pour grand public consacrée au transsexualisme (“Carte à Anne Gaillard”), Marie Ange Grenier a joué le jeu d’une visibilité de la question transsexuelle mais son militantisme, loin d’être consensuel parmi les transsexuels, n’a pas eu l’impact et la longévité du CCL en France.
    • Le 7 avril, le sénateur Henri Caillavet dépose une proposition de loi pour porter modification de la loi n° 75-625 du 11 juillet 1975, instituant la lutte contre la discrimination fondée sur le sexe pour l’étendre à la discrimination fondée sur l’homosexualité masculine ou féminine. Les mêmes dispositions seraient concevables pour la vie des transsexuels. Dans l’exposé des motifs est aussi indiqué que “la douleur qui étreint les transsexuels est plus vive encore [que celles des homosexuels] et le rejet de la vie active plus sévère également. C’est l’état civil “faussé”, le prénom “déguisé”, le premier chiffre fatidique de l’identification nationale (I.N.S.E.E. ou S.S.) qui font du transsexuel un citoyen traqué un être humain souvent contraint à la prostitution.” (source 9)
    • La Cour d’appel de Lyon rend un avis nuancé dans une affaire concernant un transsexuel ; elle n’accepte de considérer que son sexe masculin, mais l’autorise à adopter le prénom plus neutre de Claude, afin de « faciliter son insertion sociale ». (http://thd75010.yagg.com/)
  • 1982

    • Création de l’équipe hospitalière de Lyon autour des Drs A. Leriche, B Mazenod et JP Vignat associés à des juristes à la suite des travaux de l’équipe de Baltimore. Il s’agit d’un réseau qui rassemble des médecins issus de plusieurs hôpitaux : Hôpital Henry Gabrielle pour la psychiatrie, la psychologie et la chirurgie de réassignation dans les 2 sens ( MtF et FtM) ; Hôpital Lyon Sud pour les consultations d’anesthésie préopératoire, l’endocrinologie et l‘hospitalisation ; Hôpitaux Est ( HFME et Louis Pradel) pour l’endocrinologie ; Hôpital Saint Jean de Dieu pour la psychologie ; Hôpital du Vinatier pour la psychiatrie. L’équipe suit des patients en collaboration avec les équipes de Marseille, Montpellier et Nice. (source 3)
    • R. Kuss, chef du service d’urologie de l’hôpital de la Pitié communiquait à l’Académie de médecine « les réflexions et les conclusions d’un groupe de travail sur le transsexualisme », sous la forme d’un texte qui reconnaît l’existence de cette maladie et admet, malgré toutes les objections qu’elles soulèvent, les interventions chirurgicales de changement de sexe, en souhaitant que les tribunaux prononcent les changements d’état civil rendus nécessaires par celles-ci. (source 5)
    • Le 9 avril, le sénateur Henri Caillavet dépose une proposition de loi pour, entre autres choses, que les transsexuels puissent changer facilement d’état civil, et ce que l’on soit opéré ou pas. Dans son livre, Maxime Foerster dit que “la proposition de loi du sénateur Caillavet a fait l’objet d’un renvoi devant la commission des lois mais le rapporteur n’ayant volontairement par rapporté le texte, ce dernier n’avait aucune chance d’être débattu dans l’hémicycle, confirmant la volonté des législateurs français d’esquiver leur responsabilité vis-à-vis de la question transsexuelle.” (source 1)
  • 1983

    • Tenue à Bordeaux du huitième Symposium international sur la « dysphorie de genre » (sous l’égide de la Harry Benjamin International Gender Dysphoria Association, HBIGDA). (source 3)
    • Création, à Paris, de l’AIRIG, Association pour l’information et la recherche sur l’identité du genre ; ce groupe œuvrera pour la solidarité et la défense des droits civiques et sociaux des personnes transsexuelles. (http://thd75010.yagg.com/2012/05/04/1983/)
    • Publication de l’essai de Catherine Millot (psychanaliste lacanienne) : Horsexe, essai sur le transsexualisme. Une rhétorique pleine de défiance et de mépris qui assigne explicitement les transsexuels au statut d’objets délirants, lançant le défi aux psychanalystes de sauvegarder le paradigme de la différence des sexes… La conclusion du livre est sans appel mais aussi sans surprise : Millot, en fidèle lacanienne, renvoie les transsexuels à la déraison et appelle les psychiatres à ne pas suivre leurs patients dans leur délire… Quand bien même Horsexe n’est qu’un essai parmi tant d’autres s’inscrivant contre la dépsychiatrisation du transsexualisme, il tient une place à part par son autorité, sa diffusion et sa publication aux Etats-Unis en 1991 sous le titre Horsexe : Essay on Transsexuality. (source 1, pp. 161-164)
    • FR3 propose en prime-time « Le corps de mon identité : être transsexuel », une émission d’Anne Gaillard basée sur le témoignage de Marie-Ange, Marie-Claude et Eric. (http://thd75010.yagg.com/2012/05/04/1983/)
  • 1986

    • La Question TranssexuelleLe pasteur Doucé réunit un collectif d’une trentaine de personnes pour publier un essai qui propose d’informer le grand public sur le transsexualisme, ses spécificités et ses revendications. La question transsexuelle ne ressemble en rien à ce qui a été publié sur le transsexualisme : ni autobiographique, ni spéculation psychiatrique ou psychanalytique, le livre rassemble une série d’articles, témoignages et entretiens présentant les aspects juridiques, psychologiques, médicaux et culturels inhérents à l’existence des transsexuels. (source 1, pp. 169)
  • 1987

    • Publication des livres Coccinelle par elle-même et Le Saut de l’Ange par Maud Marin. (source 4)
  • 1989

    • Le Ministère de la Santé adresse à la CNAM une circulaire qui officialise un protocole de soins créé par l’équipe parisienne : les trois équipes médicales hospitalières existantes s’en servent pour se déclarer comme “officielles“. C’est de cette façon qu’est validé le protocole de prise en charge hospitalier décrit précédemment (rapport HAS). La condition pour l’exonération du ticket modérateur des soins médicaux passe par le diagnostic psychiatrique de transsexualisme. (source 2)
    • En septembre, vote d’une résolution du parlement européen condamnant la discrimination à l’égard des transsexuels, et d’une recommandation (n°1117), dite “rapport Rodota”, appelant les Etats membres à rectifier les états civils des transsexuels “irréversibles”, y compris l’acte de naissance, et tendant à leur donner un statut de minorité protégée. (source 4) Ainsi le Parlement européen invitait « les États membres à arrêter des dispositions reconnaissant aux transsexuels le droit de changer de sexe par le recours aux traitements endocrinologiques, à la chirurgie plastique et aux traitements esthétiques, arrêtant la procédure applicable en la matière et interdisant toute discrimination à l’égard des transsexuels; les États membres à garantir que les caisses de maladie rembourseront les coûts des traitements psychologique, endocrinologique, de chirurgie plastique et esthétique; etc. » (http://www.europarl.europa.eu/committees/en/libe/studiesdownload.html?languageDocument=FR&file=34170)
    • Avant-projet sur les sciences de la vie et les droits de l’homme, en France, dit “Avant-projet Braibant”, qui refuse de légiférer sur le transsexualisme et favorise les solutions jurisprudentielles, et admet la position de Henri-Pierre Klotz (l’auteur de l’article de 1955 sur le “travestissement habituel”) selon laquelle le changement d’état civil est “un élément de la thérapie”. (source 4)
  • 1990

    • Mort du pasteur Joseph Doucé dans des circonstances mystérieuses. Sa mort a pour effet immédiat l’arrêt des réunions trans’. (source 1, pp. 173)
    • Condamnation à de très lourdes peines, de 3 médecins de Nice, Jean Vacant urologue, Jean-Claude Masson chirurgien et un neuro-psychiatre, pour avoir, en 1980, opéré illégalement sur la personne de Jean-Marc (Jennifer) Oyac, 24 ans. Il s’est suicidé(e) 9 ans après les faits (et avait entamé une action en justice contre ces médecins avant son suicide et dont l’action en justice a été continuée par sa famille). Condamnés à 6 et 4 mois de prison avec sursis (le dernier relaxé) et 20 000 F d’amende, par la Cour d’Aix en Provence et condamnation à 662.500 F, puis le 15/02/95 par le 3° tribunal civil de Nice. (http://jardin.secret.pagesperso-orange.fr/EcritsScientifiques/GuideTranssexuel/HISTORIC.htm et http://www.liberation.fr/vous/0101131237-trois-medecins-condamnes-apres-le-suicide-d-un-transsexuel-a-nice)
Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Timeline – 1991 à 2011 – du transsexualisme aux transidentités
Ce document présente l'histoire chronologique de la transidentité en France de 1991 à 2011. Il s'appuie sur une recherche des sources qui sont indiquées sur la page Timeline. 1992 La Cour européenne des Droits de l'Homme condamne la France pour avoir refusé durant dix-sept ans un changement d'état civil à une personne transsexuelle opérée. Le 11 décembre, la Cour de cassation rend donc un arrêt contraire à celui de 1975. Cette condamnation marque un virage important dans l'histoire de la transidentité, puisque le changement ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le Transsexualisme : une catégorie nosographique obsolete
Document libre de droit écrit par Arnaud Alessandrin (O.D.T. Observatoire Des Transidentités). (NDLR: La nosographie est la description et classification des troubles et des maladies). Le transsexualisme est une invention médicale récente. En France, c’est la conjonction « psychiatrie-droit-médecine » qui assure aujourd’hui son diagnostic et sa clinique. Or, tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif, il apparaît que le « transsexualisme » tel qu’il est proposé par les équipes hospitalières ne répond plus aux demandes des personnes transidentitaires. En effet, ...
LIRE L'ARTICLE >>
Histoire des transsexuels en France
Histoire des transsexuels en France de Maxime Foerster %CODE1% Pays d'émergence du phénomène transsexuel au début du XXe siècle, l'Allemagne réunit alors les conditions nécessaires à la mise en pratique des théories du Dr Magnus Hirschfeld sur les "intermédiaires sexuels". Après le saccage par les nazis de l'Institut de Sexologie, la France prend le relais en Europe : l'artiste Michel-Marie Poulain raconte son changement de sexe dans Voilà et la déportée Marie André Schwidenhammer crée la première structure d'aide ...
LIRE L'ARTICLE >>
Timeline – 1951 à 1974 – de la médiatisation à la dysphorie de genre
Ce document présente l'histoire chronologique de la transidentité en France de 1951 à 1974. Il s'appuie sur une recherche des sources qui sont indiquées sur la page Timeline. 1952 En février, publication dans les Annales Médico-psychologiques du rapport d'examen anatomo-pathologique de l'encéphale d'un dément précoce mort au cours d'une électronarcose 23 mois après une lobotomie, par MM. L. Marchand, J. Rondepierre, P. Hivert et P. Leroy. Cet examen montrant le traitement d'une personne transsexuelle est aujourd'hui choquant, notamment en ce qu'il traduit ...
LIRE L'ARTICLE >>
Changement d’état civil des personnes « trans » en France : du transsexualisme à la transidentité
Étude sur la situation actuelle concernant le changement d'état civil pour les personnes transidentitaires. Document co-écrit par Corinne Fortier, anthropologue et psychologue, chargée de recherche au C.N.R.S., Paris. Laboratoire d’Anthropologie Sociale (C.N.R.S.-E.H.E.S.S.-Collège de France) Et Laurence Brunet, juriste, Chercheuse associée au Centre «Droit, sciences et techniques», U.M.R. 8103, Université de Paris 1. «Personne ne sera forcé de subir des procédures médicales, y compris la chirurgie de réassignation de sexe, la stérilisation ou la thérapie hormonale, comme condition à la reconnaissance légale de son identité de genre.» (Principes ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le transsexualisme
%CODE1% Présentation de l'éditeur Il serait aujourd'hui facile de changer de sexe. La science permet de modifier l'apparence sexuelle du corps; le droit ne s'oppose généralement pas au changement d'état civil. Beaucoup semblent même voir dans le transsexualisme une étape logique dans la libération des mœurs, après celle de l'émancipation féminine ou de la reconnaissance sociale de l'homosexualité. Mais la levée de la répression en matière de sexualité n'empêche nullement de s'interroger sur une pratique médicale qui, pour répondre à la demande, porte ...
LIRE L'ARTICLE >>
Cette histoire chronologique de la transidentité en France doit être enrichie et mise à jour le plus régulièrement possible avec des sources fiables d'information. N’hésitez pas à nous contacter pour nous faire connaitre des événements manquants ou des erreurs ! cette page est un outil de mémoire collective, il est de notre responsabilité de l'enrichir. NB: cette timeline transidentitaire ne fait que lister des évènements majeurs pour l'histoire de la transidentité, elle ne raconte pas l'histoire de la transidentité comme peut ...
LIRE L'ARTICLE >>
Etat civil : quelle prise en compte de la transsexualité ?
Le Sénat vient de publier une étude comparative des dispositions législatives relatives à la modification de l’état civil des personnes transsexuelles dans six pays européens (Danemark, Espagne, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni et Suède), huit États d’Australie et deux pays d’Amérique latine (Argentine et Uruguay). Selon cette étude, deux générations de lois peuvent être distinguées. Historiquement, les premières lois ont été adoptées dans les pays d’Europe du Nord de l’Europe (Suède, Danemark et Pays-Bas) en vue de protéger les personnes souhaitant changer de sexe, ...
LIRE L'ARTICLE >>
Timeline – 1900 à 1950 – la préhistoire de la Transidentité en France
Ce document présente l'histoire chronologique de la transidentité en France de 1900 à 1950. Il s'appuie sur une recherche des sources qui sont indiquées sur la page Timeline. 1908 Publication du livre de Magnus Hirschfeld, Le troisième sexe. Les Homosexuels de Berlin. Magnus Hirschfeld consacre ce livre à la sociologie du Berlin homosexuel, esquissant une topographie de la sociabilité transgenre en décrivant les "tavernes uraniennes", les "cabarets de soldats" et la culture des bals populaires qui étaient des grands moments de travestissement. ...
LIRE L'ARTICLE >>
Transsexualisme et changement d’état-civil
« La liberté, ce bien qui fait jouir des autres biens », écrivait Montesquieu. Et Tocqueville : « Qui cherche dans la liberté autre chose qu’elle même est fait pour servir ». Qui s’intéresse aujourd’hui à la liberté ? A celle qui ne se confond pas avec le libéralisme économique, dont on mesure combien il peut être source de prospérité mais aussi d’inégalités et de contraintes sociales ? A celle qui fonde le respect de la vie privée et la participation authentique à la vie ...
LIRE L'ARTICLE >>
Timeline – 1991 à 2011 – du transsexualisme aux transidentités
Le Transsexualisme : une catégorie nosographique obsolete
Histoire des transsexuels en France
Timeline – 1951 à 1974 – de la médiatisation à la dysphorie de genre
Changement d’état civil des personnes « trans » en France : du transsexualisme à la transidentité
Le transsexualisme
Timeline de la Transidentité en France
Etat civil : quelle prise en compte de la transsexualité ?
Timeline – 1900 à 1950 – la préhistoire de la Transidentité en France
Transsexualisme et changement d’état-civil

6 responses to Timeline – 1975 à 1990 – du refus de prise en compte du transsexualisme au nom de justifications nationales

  1. galwenne a écrit le 31 janvier 2013

    Cet éphéméride de la question trans en Françe est bien documenté et joliement mené j’adore..

  2. Mlle Sawasdee a écrit le 31 janvier 2013

    C’est très intéressant, et instructif.
    Merci

  3. Nadine a écrit le 31 janvier 2013

    Merci les filles !

  4. yukarie a écrit le 1 février 2013

    quel travail ! Bravo!

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -