Photo du profil de Ester

by

*Etre élevé par un transsexuel n’est pas un problème pour la santé de l’enfant !*

16 février 2013 | Tags: , , , , , , ,

cecos(article paru initialement dans le Journal International de Médecine)

Paris, le jeudi 14 février 2013 – Le Centre d’étude et de conservation des œufs et du sperme humains (CECOS) de l’hôpital Cochin est le seul centre en France à répondre favorablement aux demandes de don de sperme émises par des couples où le futur père est…une femme devenue homme. Aux enfants nés de ces dons de sperme, le CECOS propose un examen psychiatrique et psychologique annuel.

C’est grâce aux données obtenues dans ce cadre et en collaboration avec l’unité de transsexualisme de l’hôpital Foch (Suresnes) qu’a pu être menée une enquête inédite sur le devenir des enfants élevés par des transsexuels, dont les résultats ont été révélés cette semaine par le Quotidien du médecin.

Un secret trop souvent gardé

Il apparaît tout d’abord que sur une cohorte de 266 personnes ayant souhaité bénéficier d’une chirurgie de réattribution sexuelle (dont deux tiers sont passées d’un sexe féminin à un sexe masculin), plus de la moitié vivent en couple (54 %) et 35 % avec des enfants. C’est plus souvent le cas des femmes devenues hommes. Des situations très diverses peuvent exister : les enfants peuvent avoir été conçus avant l’intervention de changement de sexe, ils peuvent être nés après PMA grâce à un don de sperme ou encore ils peuvent être les beaux enfants ou les enfants adoptés de la personne transgenre. En tout état de cause, les conclusions de l’hôpital Foch et du CECOS de Cochin sont parfaitement rassurantes quant à l’absence d’impact délétère de cette situation sur les jeunes enfants. Suivis ici jusqu’à douze ans, ces derniers présentent un développement psychomoteur et cognitif normal et ne souffrent « pas de trouble de l’identité sexuée ». Si des résultats complémentaires devraient permettre de mieux renseigner le devenir de ces enfants à l’adolescence, les responsables de l’enquête peuvent déjà mettre en exergue un élément : l’importance de ne pas cacher aux enfants le transsexualisme d’un des adultes vivant avec lui. Cependant, pour l’heure dans 48 % des cas, le secret prime.

Léa Crébat


La fédération française des CECOS, qui regroupe l’ensemble de ces organismes publics, les seuls habilités à collecter nos semences. Rappelons que le don est un acte consenti, anonyme et gratuit. Pour devenir donneur il faut être majeur, en bonne santé et avoir respectivement moins de 37 et 45 ans pour une femme et un homme.

En complément, un article du Quotidien du Médecin transmis par Nadine, article paru le 11 février dernier

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
(étude) Bien-être psychologique et sexuel de 207 transsexuelLEs français après une opération de sexe
(Une information relayée par notre amie Ester) Nous formulerons trois remarques importantes : - quelle est la méthodologie utilisée pour interroger les personnes opérées (contenu du questionnaire) ? - pourquoi les personnes non opérées ou refusées n'ont-elles pas été interrogées dans le cadre de cette enquête ? - sur Paris, 266 opérations sur 18 ans ne représente que 16 opérations par an. Introduction : Depuis plus de 20 ans, l’unité de transsexualisme de l’hôpital Foch accueille des demandes de changement de sexe. Elles font l’objet ...
LIRE L'ARTICLE >>
Emission Transphobe sur France Culture
Dans la rubrique « connaissance de l’ennemi », voici un hallucinant festival de transphobie sur France-Culture... Vous allez aussi adorer l’introduction :-) ... Changer de sexe. Pourquoi ? Comment ? Avec Pierre Jouannet, ancien président de la fédération des Cecos (centre d'études et de conservation des oeufs et du sperme), médecin à l'hôpital Cochin et professeur à l'université René-Descartes et Bernard Cordier, chef du service de psychiatrie de l'hôpital Foch de Suresnes. %CODE1%
LIRE L'ARTICLE >>
En Suisse, le chômage est six fois plus élevé parmi les trans
Pour la première fois, une enquête examine la situation des personnes transgenre sur le marché du travail suisse. Elle souligne le risque de déclassement qui accompagne le coming-out et la transition. Si l'on en croit la projection la plus courante, on compterait 40'000 personnes transgenres en Suisse. Une population mal connue, particulièrement quant à leur situation sur le marché du travail. Sur un échantillon modeste, 35 personnes, Transgender Network Switzerland (TGNS), organisation faîtière des trans suisses, a réalisé une toute première ...
LIRE L'ARTICLE >>
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France Corinne Fortier [CNRS/LAS] dans le cadre du colloque Traitements et contraintes : approches empiriques des dispositifs de prise en charge institutionnelle, qui a eu lieu les 14 et 15 juin 2012, à l'Université Paris 13 à Bobigny. Nous nous intéresserons aux normes et contraintes du dispositif institutionnel lié au transsexualisme tel qu’il est pratiqué aujourd’hui en France, et en particulier à Paris où nous avons mené notre enquête de terrain en tant qu’anthropologue. Dans le ...
LIRE L'ARTICLE >>
Transsexuel – manifeste pour sa réhabilitation …
Coucou les meufs, J'adore les paradoxes et il y en a quelques-uns qui me turlupinent depuis quelques temps : - ce rejet, et même ce mépris chez certaines, des translovers ... d'ailleurs, il faudra qu'un jour vous m'expliquiez avec quels genres de mecs vous couchez et comment vous faites ; - cette excitation quasi-obsessionnelle à démontrer que la transidentité n'est pas une sexualité ... et dans le même temps à se précipiter en bas-résilles partout où y'à moyen de se faire attraper. Je sais, ...
LIRE L'ARTICLE >>
Appel à contribution pour une étude sur les discriminations au travail des personnes LGBT
Cet article se fait le relais d'un appel à contribution pour une enquête dans le cadre d'une étude préliminaire sur les discriminations au travail ou en recherche d'emploi des personnes LGBT. Le monde professionnel est un lieu où les discriminations directes ou indirectes dues à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre des travailleuses et des travailleurs sont encore très présentes. En tant que personnes transidentitaires, notre communauté est très largement concernée avec des enjeux spécifiques liés notamment au changement d'état ...
LIRE L'ARTICLE >>
Photo de Danielle prise le 21 février 2004
Vous allez lire une histoire vraie et rare au sujet d'un jeune garçon qui reçut une aide de la part de sa mère dont certains enfants on besoin, mais que presque aucun ne reçoivent. Daniel aurait du naître fille. Dans ces pages, vous allez rencontrer le père de Daniel qui croit que la réassignation de sexe est contre la volonté de dieu. Vous allez suivre les matches d'escrime avec les bureaucrates, et les conflits de pouvoirs avec les professionnels de la relation ...
LIRE L'ARTICLE >>
Des transsexuel-le-s suédois demandent réparation à l’Etat
(source AFP) 142 transsexuel-le-s suédois ont déposé ce lundi une demande de réparation d'un montant total proche de 5 millions d'euros, et réclamé des excuses officielles de l'État pour avoir subi une stérilisation de force lors des changements de sexe entre 1972 et 2012, a annoncé lundi leur représentant, la Fédération nationale pour les droits des homosexuels, bisexuels et transsexuels. «La demande a été déposée aujourd'hui devant le Chancelier de la Justice», l'autorité indépendante qui prend position sur les sollicitations en matière ...
LIRE L'ARTICLE >>
Qui défend l’enfant queer ?
Roxanne nous a transmis un édito publié dans le Libération avec le petit message suivant : "c'est un texte d'une incroyable vérité, d'une incroyable beauté. Je ne peux que partager tellement c'est touchant". Et c'est un très bon édito car il replace la manifestation du 13 janvier 2013 sur le terrain même de ce qu'elle défend : l'enfant. Les manifestants du 13 janvier n’ont pas défendu le droit des enfants. Ils défendent le pouvoir d’éduquer les enfants dans la norme sexuelle et de ...
LIRE L'ARTICLE >>
Là où il y a du gène…
Il y a une petite semaine, un article est paru concernant la réponse de l’Académie de médecine  sur la conservation des gamètes des personnes transgenres et transsexuelles. On passera sur la photo illustrant l’article, il est vrai que la plupart d’entre nous vont travailler ou faire leurs courses à moitié à poil ! La demande a été faite par le défenseur des droits, Dominique Baudis, dont on se demande bien de quoi il se mêle… La réponse de l’Académie de médecine montre une ignorance ...
LIRE L'ARTICLE >>
(étude) Bien-être psychologique et sexuel de 207 transsexuelLEs français après une opération de sexe
Emission Transphobe sur France Culture
En Suisse, le chômage est six fois plus élevé parmi les trans
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France
Transsexuel – manifeste pour sa réhabilitation …
Appel à contribution pour une étude sur les discriminations au travail des personnes LGBT
“Maman, J’ai besoin d’être une fille”
Des transsexuel-le-s suédois demandent réparation à l’Etat
Qui défend l’enfant queer ?
Là où il y a du gène…

10 responses to *Etre élevé par un transsexuel n’est pas un problème pour la santé de l’enfant !*

  1. Cand a écrit le 16 février 2013

    Super intéressant. Dis Ester, tu as trouvé où cet article ?
    Bises

  2. Mlle Sawasdee a écrit le 16 février 2013

    intéressant, mais je souris!
    Ils se rendent compte que la population trans est tout simplement “normale” cela fait longtemps que nous le disons mais personne nous croit :)

  3. Brigitte Goldberg a écrit le 16 février 2013

    Apparemment la source serait :
    http://www.jim.fr/en_direct/pro_societe/e-docs/00/02/18/24/document_actu_pro.phtml
    Ce qui est très révélateur, c’est surtout le fait que près de la moitié des trans n’ose pas le dire… Encore un très long chemin à parcourir…

  4. Ester a écrit le 16 février 2013

    Je remarque aussi dans cette étude que 48% des couples cachent à leurS enfantS la transsexualité d’un des parents.
    Qu’en pensez vous. Que feriez vous à leur place?
    (note: je n’ai pas d’enfant)

    • Julie Mazens a écrit le 17 février 2013

      je n’aime pas trop le terme transsexualité qui ne considère au mieux que les personnes opérées et au pire renvoie à un sujet de sexualité. D’ailleurs cette étude ne dit rien des transgenres et apparentés au sens large, bien plus nombreux que les quelques cas mentionnés par l’étude.

      Personnellement, je n’ai pas l’intention à court terme de parler de ma transidentité à mes enfants. Ils n’ont pas besoin de savoir. Par contre d’autres personnes de mon entourage sont au courant parce que leur dire m’a apporté certaines choses (confiance, soutien, éclairage, …).

      De l’intérêt de bien choisir son coming-out (je prépare une page sur le sujet) qui doit être, à mon sens, maitrisé et ciblé, pour accompagner le parcours de transition dans la douceur.

      Après, il faut être prêtE aussi à tout imprévu, notamment le fait d’être outé de façon plus ou moins volontaire.

      • Ester a écrit le 17 février 2013

        Je partage ton avis. Comme l’article ne traite que des enfants ayant un parent transsexuel j’ai employé le terme transsexualité.
        On pourrait élargir le sujet aux couples avec unE transidentitaire, mais ce serait mieux d’ouvrir un sujet distinct.

  5. Nathasha Show a écrit le 17 février 2013

    mes enfant sont au courant depuis toujours, a part mon fils de 21 ans qui accepte mal ,tout va pour le mieux avec mes filles et mon ex femme , aussi bien a l extérieur qu a la maison au contraire c est un bonus pour la tolérance et un atout de confiance un truc en plus entre eux et moi

  6. Jeanne Swidzinski a écrit le 17 février 2013

    Je ne suis que partiellement concernée par l’intitulé car mes 3 enfants sont grands ( 30, 28 et 21 ans) quoique le dernier est encore étudiant.
    C’est vrai que le coming out a été plus facile avec ses aînés mais maintenant nos relations sont bonnes, franches et de qualité ( respect de nos façon d’être différente etc…)
    Je remarque également qu’il n’a plus “honte” d’en parler à ses ami(e)s car il vient souvent déjeuner avec certains d’entre eux à mon appart.
    Je pense que lorsqu’on est en phase avec notre ressenti et notre façon d’être, personne ne peut nous faire des remarques négatives par rapport à notre façon de vivre notre genre.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -