De la situation française et de ses “solutions”

26 février 2013 | Tags: , ,

reconnaissance-une-egerie-transAu loin, dans mon appartement montréalais, j’observe ce qui se passe sur la scène Trans parisienne et française. Je ne suis pas une militante, je ne suis pas une passionnée, je ne suis pas impliquée et je progresse seule sur le chemin de ma féminité.

Bien, mal … je n’ai pas envie de me poser de questions, je n’ai pas envie de vivre dans ce combat perpétuel de quelques unes tout en respectant totalement leur engagement. J’ai simplement du mal à comprendre pourquoi cela ne va pas plus vite en France pour la reconnaissance de notre état alors que dans le monde, les exemples abondent d’une meilleure acceptation et reconnaissance des personnes Trans.

Au Canada, la reconnaissance du mariage homosexuel a eu lieu en 2005, par le gouvernement libéral de Paul Martin et le gouvernement conservateur de Stephan Harper n’a jamais remis en question celui-ci. Le Québec s’inspire dans sa philosophie du “Vivre et laisser vivre” , ce qui permet à tout un chacun de vivre selon ses attentes, philosophie ou religion. Cela rappelle assez la manière de vivre anglaise qui juxtapose une infinité de populations différentes dans leurs différences et protège les minorités dans leur manière d’être. Une Trans se retrouvera donc dans le bus à coté d’un sikh ou d’une femme voilée de la tête au pied sans que cela pose de problèmes à quiconque.

Une société idéale le Québec, oui … et non, pour ceux et celles ayant suivi mes actualités Facebook, j’ai été relativement surprise par la réaction de deux de mes grands amis québecois qui refusent actuellement mon changement … de plus, l’égérie de la communication web 2-0 , Michelle Blanc, qui est régulièrement invitée à la télévision québecoise tant pour ses activités professionnelles que pour sa transition d’homme à femme a essuyé il y a peu un refus clair et net de la part de sa famille lors de funérailles familiales. Cependant le changement des papiers est facilité et il me suffirait de re-vivre un an au Canada sous ma nouvelle identité pour obtenir mon passeport canadien féminin.

Aussi j’écris ce texte un peu coup de gueule sur la situation française en n’ayant rien lu, en n’ayant pas débattu, en n’ayant pas suivi l’actualité (ou si peu) bref en totale naïveté et ouverture avec pour seuls arguments, la règle du Bon sens et l’intuition.

Comment se fait il que ce pays qui est le mien soit aussi rétrograde sur la notion de la reconnaissance de la transidentité ??

Je ne pense pas qu’il y ait plus ou moins de Trans en France qu’ailleurs en Europe ou dans le monde occidental. Ce n’est donc pas dans le nombre qu’il faut aller chercher la faille.

Je reviens à un texte publié par moi, il y a quelques mois sur le « village gaulois » et je me dis qu’une partie du « problème » viendrait sans doute de quelques illuminéEs qui hurlant plus fort que les autres, et centréEs sur leur propre malaise rendent inaudible le message de la majorité. De plus, ces illuminéEs par leur enthousiasme (si on peut qualifier leurs virulences d’enthousiastes) ont tendance à rallier dans un premier temps les nouveaux, nouvelles en quête de repère.

Un autre point aussi très important … le fait que la société française soit finalement très traditionaliste, de par son histoire, sa construction lente, et ne voir les mouvements sociaux français qui ont essaimés tout au long de sa longue histoire, non comme une constituante de sa véritable nature, mais comme les soubresauts nécessaires à la mise en corrélation avec les pays alentours. La France est un pays réactionnaire, traditionaliste qui manque d’ouverture sur les questions sociétales (on l’a bien vu sur la question du mariage pour tous) et qui ne demande qu’à rester bien tranquille dans son coin. Elle est loin l’image de la révolution française, furoncle maudit d’un pays somme toute bien bonapartiste.

La seule solution se trouve donc dans une épreuve de force et de séduction unifiée avec le gouvernement et les différentes institutions politiques. Elle est dans un dialogue à une seule voix (ou presque) du coté des intervenants des associations Trans. Elle est dans la quête introuvable d’une égérie Trans (comme les « antis » ont trouvé leur Frigide Barjot, nous devons trouver la notre). Ce gouvernement n’est pas contre nous, il est juste indécis, à nous d’enfoncer les portes, de nous introduire dans les cabinets ministériels et parvenir à bâillonner les ultras.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Monsieur le Président, Je suis une personne trans et je m’adresse à vous afin de vous décrire quel sort est le mien aujourd’hui en France. Mes droits humains ne sont pas respectés, comme je vais vous le montrer. Ma transidentité n’est pas une pathologie mais le hiatus que je ressens profondément entre mon identité de genre et le sexe que l’on m’a assigné à la naissance. Une juste définition de l’identité de genre est donnée en 2006 dans les Principes de Jogjakarta : ”L’identité ...
LIRE L'ARTICLE >>
[Humour] La langue française est masculine …
Coucou les filles et les garçons, Petites leçon de chose de la langue et de la grammaire française , où le masculin l'emporte sur le féminin ... à méditer ... hihihi ! Bises Loan C'est quand même bien fait, le français... Un gars : c'est un jeune homme Une garce : c'est une pute Un courtisan : c'est un proche du roi Une courtisane : c'est une pute Un masseur : c'est un kiné Une masseuse : c'est une pute C'est pas compliqué le français, la preuve: Un coureur : c'est un ...
LIRE L'ARTICLE >>
Karine Espineira est la première Trans à obtenir le grade de Docteure de l’université française
(Communiqué de Presse) Les faits ! Karine Espineira a obtenu le grade de docteure en sciences de l'information et de la communication, le lundi 26 novembre dernier avec la mention la plus élevée que l'université pouvait lui accorder. Le travail innovant qu'elle a soutenu porte sur la construction médiatique des transidentités, et leur modélisation. Elle devient ainsi la première trans identifiée à atteindre le grade de docteure dans l'Université française. Elle considère cette reconnaissance académique comme un signal fort. "Peu importe la personne ...
LIRE L'ARTICLE >>
« La manière dont tu me regardes »
« LA MANIÈRE DONT TU ME REGARDES » Les Éditions du Fléché vous invitent à participer à un recueil de textes ayant pour thème « La manière dont tu me regardes. ». L'histoire de cette maison d'édition commence au début de la grève étudiante du ''Printemps érable'' de 2012 au Québec. RÈGLEMENTS Les textes soumis doivent être écrits du point de vue d'une personne s'identifiant comme trans* et doivent respecter le thème. Le format est libre. Il peut s'agir d'une nouvelle, d'un poème, d'une ...
LIRE L'ARTICLE >>
Calvin Neufeld présente un poème au sujet de la fierté trans à la Journée de la Fierté Trans 2012 à Montréal, Québec, samedi le 5 mai 2012. http://www.youtube.com/watch?v=pbRLuVPU9KI
LIRE L'ARTICLE >>
La mélodie du bonheur
La mélodie du bonheur... Je suis tombé sur cet article de « Têtu » évoquant le rapport 2013 de l’association SOS Homophobie : http://www.tetu.com/actualites/france/rapport-de-sos-homophobie-les-actes-anti-lgbt-en-nette-hausse-en-2012-23288 Comme on pourra le constater, pas une ligne sur les lesbiennes, pas un mot sur les trans. Chacun sais que les premières vivent au pays des bisounours quand aux trans, elles se lèvent chaque matin en chantant la mélodie du bonheur. Cette manière réductrice de réduire l’ensemble des discriminations à une seule et unique problématique revient purement et simplement à ...
LIRE L'ARTICLE >>
Fierté Montréal, forte présence des politiques pour la première fois.
SOURCE CANOE.CA MONTRÉAL - Pour la première fois depuis sa création en 1979, le traditionnel défilé de la fierté gaie à Montréal comptait parmi ses participants un premier ministre du Québec. Pauline Marois était accompagnée de plusieurs ministres et députés de son gouvernement pour cette marche qui clôturait les festivités de la 7e édition de Fierté Montréal, le plus grand rassemblement de lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres (LGBT) de la province. La classe politique présente en grand nombre (reportage 18h) «Si j'ai voulu ...
LIRE L'ARTICLE >>
Vers un troisième sexe sur les passeports canadiens?
Une troisième désignation de sexe, «X», pourrait-elle s'ajouter aux «F» et «M» inscrits sur les passeports canadiens? Passeport Canada examine sa politique sur le sexe indiqué sur le document officiel de voyage, dans la foulée de changements apportés en Australie l'automne dernier, a appris La Presse. Selon les nouvelles règles australiennes, les personnes transgenres peuvent y choisir le sexe de leur choix sans avoir subi de chirurgie au préalable. Les personnes intersexes, dont l'anatomie ne permet pas de les identifier formellement à un ...
LIRE L'ARTICLE >>
Trans Egeria du 9 au 12 mai 2012
1re exposition internationale de photographies sur les transsexuel(le)s présentée au Québec Léa T copyright Kacper Kasprzyk Après avoir été présentée en première à Paris en 2011, l’exposition Trans Égéria sera déployée pour la première fois sur le continent nord-américain cet été à travers différentes villes du Québec. Cette exposition, créée par le curateur Frédéric Fontan à la Reflexgallery de Paris et adaptée par l’ATQ et Frederic Fontan au contexte québécois, rend hommage à plusieurs personnalités trans qui ont marqué l’histoire internationale. Des ...
LIRE L'ARTICLE >>
Marc-Antoine Cloutier, fondateur et directeur général du regroupement des cliniques juridiques Juripop, accompagné de Gabrielle Bouchard, porte-parole du Centre de lutte contre l’oppression des genres - DR Yves Provencher/Métro
Depuis le mois de juin 2013, les parlementaires Québécois s'étaient emparés du sujet de l'obligation d'opération faite aux personnes transgenres pour obtenir leur changement d'état-civil. Cette semaine, il vient de prendre la décision de faire évoluer le Code Civil dans ce sens. La porte-parole du Centre de lutte contre l'oppression des genres, Gabrielle Bouchard, a déclaré C’est un pas dans la bonne direction, mais ce n’est pas suffisant. Mais les choses ne semblent pas être si roses qu'il y parait. En effet, cette nouvelle ...
LIRE L'ARTICLE >>
Lettre ouverte d’une trans au Président de la république française
[Humour] La langue française est masculine …
Karine Espineira est la première Trans à obtenir le grade de Docteure de l’université française
« La manière dont tu me regardes »
Fierté Trans Poème
La mélodie du bonheur
Fierté Montréal, forte présence des politiques pour la première fois.
Vers un troisième sexe sur les passeports canadiens?
Trans Egeria du 9 au 12 mai 2012
Québec : les transgenres ne seront plus obligés de changer de sexe

15 responses to De la situation française et de ses “solutions”

  1. Nadine a écrit le 26 février 2013

    Julie, LA nouvelle égérie Trans’ !!! :)

  2. Chloé Tigre Rouge a écrit le 26 février 2013

    Si seulement on était dans une société anglo-saxonne, ça serait possible. Dans notre modèle de civilisation toutefois, la loi dicte l’idéal, l’idéal est la norme et sortir de la norme c’est le mal. Ce raccourci rapide résume les difficultés qu’ont les personnes “particulières” à s’intégrer dans notre pays.

    Merci pour ton mot.

    • Diane Librement a écrit le 26 février 2013

      il n’y aucune loi qui définit la transidentité, c’est bien là, le problème

      • Chloé Tigre Rouge a écrit le 26 février 2013

        Encore faudrait-il pour que la transidentité soit définissable, que l’on définisse ses composantes, ce qui nécessite pour les français un changement de paradigme. Notre loi n’aime pas les particularismes… sinon ça serait réglé.

        • Diane Librement a écrit le 26 février 2013

          Notre loi n’aimait pas l’avortement, n’aimait le mariage pour tous, l’abolition de la peine de mort … la société française comme les autres est évolutive … contre son gré !! cessons d’avoir peur, regroupons nous sagement autour d’une idée simple et de quelques personnes capables de la véhiculer sans tirer la couverture à elles, ou sans virer parano et les choses évolueront

        • Chloé Tigre Rouge a écrit le 26 février 2013

          Sauf que la transitude n’est pas un sujet de société ni un choix de civilisation, c’est un sujet profondément individuel. Ca ne joue pas dans la même cour que les “grands sujets de société”.

          Mais je développerai plus tard, je manque pour l’heure de temps.

          • Héloïse a écrit le 26 février 2013

            Qui traverse la grande muraille du binarisme conquiert la transitude

      • Alexandra a écrit le 26 février 2013

        Et c’est bien tout le problème… En fait, ce n’est pas une loi qui “définit” la transidentité qui est nécessaire, mais une loi qui déverrouille l’identité de genre. Le problème majeur en France tient à une interprétation incorrecte du Code Napoléonien et de l’indisponibilité des personnes. Le nœud du problème est là.
        Et… Je vais juste me permettre un ajout car j’ai vu un reportage extrêmement intéressant sur l’esclavage la semaine dernière. Il ressortait que le fait qu’un Etat-Civil existe était une antinomie pure de l’esclavage. Avoir une identité donnait de fait une liberté. C’est vrai. Après, c’est surtout la liberté de définir son identité qui manque en France, et retour à la case départ avec ce problème du principe de l’indisponibilité des personnes donc du verrouillage quasi-absolu de l’Etat-Civil par l’Etat.

        • Chloé Tigre Rouge a écrit le 27 février 2013

          C’est le cartésianisme qui fait ça (faut que je bosse mon article :'(), qui pour définir le genre (en fait, le sexe en vocabulaire français) s’en réfère à la biologie, vague repère stable et immuable pour savoir qui est quoi.

          C’est une forme d’anthropométrie, tout comme si on notait la race, la taille, la couleur des yeux… et ça a aussi été un outil de contrôle dans le passé.

          Ca n’est malheureusement pas une interprétation incorrecte, mais juste conservatrice, du CN (ou de ce qu’il en reste en 2013)… parce que de leur point de vue biologique ils n’ont pas tort. C’est le point de vue cartésien-biologique-déterministe qui est un problème, pas l’usage qu’ils en font.

          Je ne suis pas ma biologie.

  3. Nadine a écrit le 27 février 2013

    La France est un état paternaliste jusque dans ses textes de loi.

    “Cela vient de l’empreinte kantienne très forte dans notre culture et nos lois (notre code civil) qui dit qu’il existe un intérêt supérieur de l’Homme qui prévaut même sur la disponibilité de son corps. C’est le fameux principe de l’indisponibilité de la personne qui n’est portée si haut par aucun autre pays au monde. D’où nos débats sur les lois de bioéthiques qui minent d’ailleurs de nombreux sujets LGBT sur les droits procréatifs.”

  4. Alexandra a écrit le 2 mars 2013

    Bon… Et tu rentres quand du Canada qu’on se fasse un petit restaurant ?
    Ah zut. C’est pas le sujet. Oui… Je sais… C’était juste pour détendre l’atmosphère. :-)

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -