Photo du profil de Nadine

by

Ni fille, ni garçon, ils sont « de genre inconnu »

15 mars 2013 | Tags: , ,

«C’est une fille ou un garçon?» demande-t-on toujours à la naissance. Pourtant, il arrive que certains ne se reconnaissent dans aucune de ces deux catégories. Pour TÊTUE, ils ont témoigné.

Naïel, photographe, a choisi «FtU»

Naïel, photographe, a choisi «FtU»

Têtue fait témoigner des FtU comme ils se définissent eux-même, ou «female to unknown», de femme vers inconnu. Pas vraiment fille, mais pas garçon non plus, et vice-versa.

Ils font parti des “agenres” qui veulent se détacher d’étiquettes qui ne leur correspondent pas.

Si le mouvement transgenre bénéficie d’une visibilité médiatique accrue de certainEs trans, ce billet donne (enfin) la parole à ceux qui ont décidé de ne pas décider, certainE militant pour une société non binaire.

NDLR : Naïel, le photographe pour ce billet, a choisi «FtU» et des vidéos de son blog sont hébergées sur Txy.

L’article au complet sur Têtue.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Destroy Genders or Fucking Genders : pour une société non binaire !
Destroy Genders or Fucking Genders : pour une société non binaire. Vidéo de l'exposition photos. DVD . PAL 48mn (NDLR : archives vidéos du blog de Naïel sponsorisées par Txy en attendant la refonte de son site d'auteur, les vidéos dérangent et se font "modérer" sur les lieux habituels de stockage) Vidéo version française Vidéos en téléchargement. http://www.txy.fr/videos/naiel/DG-FG-FR.wmv http://www.txy.fr/videos/naiel/DG-FG-EN.wmv http://www.txy.fr/videos/naiel/DG-FG-DE.wmv http://www.txy.fr/videos/naiel/DG-FG-SP.wmv
LIRE L'ARTICLE >>
31 mars 2013 – Journée Internationale de la Visibilité Transgenre
La Journée internationale de la visibilité Transgenre (TDOV - Transgender Day Of Visibility) a été lancée par Rachel Crandall en 2009, une activiste basée dans le Michigan. Elle a commencé cet événement comme un événement Facebook et sa diffusion en fait aujourd'hui une journée internationale pour célébrer la visibilité Trans. Cette année la Journée se déroule le 31 mars 2013 et les événements entourant cette journée internationale comprennent des manifestations, des actions positives, des sitins, des groupes de paroles ou de ...
LIRE L'ARTICLE >>
Reconnus officiellement comme troisième genre, ils seront appelés hijras en anglais et en bengali.
(Dhaka Tribune) Les hijras, qui ne sont ni homme ni femme , sont dorénavant considérés comme un troisième genre distinct au Bangladesh et obtiennent priorité pour l'éducation et d'autres droits comme la santé et le logement. La décision a été prise lundi lors d'une réunion gouvernementale présidée par le Premier ministre Sheikh Hasina. Le porte-parole du gouvernement, Musharraf Hossain Bhuiyan, a informé les médias juste après cette décision. Les journalistes ont pu demandé au porte-parole si l'orthographe de Hijra serait orthographié avec un ...
LIRE L'ARTICLE >>
Ces athlètes féminines qui sont aussi… des hommes
Une étude menée par des experts des CHU de Montpellier et de Nice, à la demande du Comité international olympique (CIO), vient de percer l'un des mystères du monde sportif : certaines athlètes ont dans leur patrimoine génétique le chromosome masculin Y, ce qui les avantage dans les compétitions. Mais au-delà de la science, cette étude réhabilite au passage toutes ces sportives masculines dont la dignité de femme a été si souvent moquée. L'avancée est scientifique. Elle est aussi, indiscutablement, humaine. L'article ...
LIRE L'ARTICLE >>
31 mars 2013 – Scène Ouverte
La Journée internationale de la visibilité Transgenre lancée par Rachel Crandall se tient le 31 mars 2013. Pour fêter et participer nous aussi à ces événements, Alicia nous propose une scène ouverte en musique. Jam session, open mike session par et pour personnes transgenres et trans-friendly ;). Demandez le Programme ! Nina Blue: chant Alicia Nikki Horton: chant, guitare Ouriel Ellert: basse Christopha Mareschal: batterie
LIRE L'ARTICLE >>
Festival "Tous les genres sont dans la culture"
Genres Pluriels, association Belge de soutien et visibilisation des personnes aux genres fluides, trans* et intersexes, a le plaisir de vous présenter la quatrième édition de son Festival « Tous les genres sont dans la culture ». Ce festival aura lieu à Bruxelles et à Namur du 16 au 24 novembre 2012, dans le cadre de la Quinzaine de l'Égalité des chances et de la diversité. Il vise à sensibiliser le public à la pluralité des genres, aux transidentités et aux intersexes, dans une ...
LIRE L'ARTICLE >>
Scoop !!! touTEs les trans sont des x-men !!!!
J'ai un scoop pour vous ! TouTEs les trans sont des x-men ! Pour s'en convaincre, il suffit de regarder ces vidéos et de relever les phrases suivantes : Vidéo 1 : http://youtu.be/tT8oQT8ILpY ► On vaut plus que tout cela, on ne le sait même pas ► Il n'y a pas que la douleur, ni la colère, il y a aussi de la bonté en nous ! (... et quand à réussi à tout canaliser... ça déménage !!!!) ► Demain, l'humanité saura que les trans existent (si, si, ...
LIRE L'ARTICLE >>
La réponse à ma “Lettre ouverte d’une trans à François Hollande”
La réponse à ma “Lettre ouverte d’une trans à François Hollande”. J’ai reçu cette lettre aujourd’hui, signée du chef de cabinet de François Hollande. Ça roule quoi, François Hollande est d’accord avec nous ! Du coup même plus besoin d’aller à l’Existrans, la marche des trans et de ceux et celle qui les soutiennent (heu à toutes fins utiles je vais y aller quand même, c’est le 20 octobre, 14:00 Place de la Bastille à Paris, on sait jamais…). J’ai caviardé les ...
LIRE L'ARTICLE >>
13 Juillet 2013 – Conférence Internationale sur la Transidentité
EDIT du 11 juillet 2013 : PROGRAMME EN COURS D'ADAPTATION ! L’EuroPride Marseille Méditerranée 2013 est un événement festif mais aussi culturel et militant (conférences, expositions, spectacles, arts vivants, etc.) offrant la possibilité d’organiser des conférences internationales sur les « Transidentités » les 12 et 13 juillet 2013 à la Friche de la Belle de Mai. Ces conférences s’intéresseront plus particulièrement aux questions des parcours transidentitaires, aux réalités rencontrées par les personnes trans en France et en Europe, et enfin à leurs ...
LIRE L'ARTICLE >>
Lisbeth.
Scénario d'un court métrage de 22 minutes Synopsis Marc est un jeune cadre commercial dynamique dans une grosse société, c’est un homme à qui tout réussi, tant sur le plan professionnel que personnel. Il partage la vie de Lisbeth, ravissante femme, mais ils ont un secret, Lisbeth est en réalité Michel. Si ce secret ne pèse pas sur les épaules de Jules, pour Marc il en est tout autrement. Son environnement de travail est très conformiste, nombre de ses collègues adhèrent aux ...
LIRE L'ARTICLE >>
Destroy Genders or Fucking Genders : pour une société non binaire !
31 mars 2013 – Journée Internationale de la Visibilité Transgenre
Les hijras sont maintenant un genre distinct au Bangladesh
Ces athlètes féminines qui sont aussi… des hommes
31 mars 2013 – Scène Ouverte
Festival "Tous les genres sont dans la culture"
Scoop !!! touTEs les trans sont des x-men !!!!
La réponse à ma “Lettre ouverte d’une trans à François Hollande”
13 Juillet 2013 – Conférence Internationale sur la Transidentité
[Concours Txy 2012] “Les mots sont des poignards” par Lisbeth

7 responses to Ni fille, ni garçon, ils sont « de genre inconnu »

  1. Nathasha Show a écrit le 15 mars 2013

    ah ok je viens de lire l article , rien de neuf du coup , juste un buzz , j avais penser a un article sur l intersexualité a la base comme quoi les média font bien de la merde et tourne les choses dans le sens du vent ! du coup oui on peut se définir agenre

    je lis “Ni fille, ni garçon, ils sont « de genre inconnu »” je dirait il se définissent de genre inconnu ( maintenant vous pouvez me taper dessus ) car j avoue qu on en a un peut marre d être mis a toutes les sauces trans maintenant il y a même des pseudo inter psychologique qui viennent frapper a la porte des assos inter ( alors que nous parlons de nos soucis médicaux des décision lors de notre enfance des conséquence d un klin ou d un turner sur nos vies de symptome qui nous touche dans notre chair au quotidien avec des souffrance physiques , des inter nouvelle sauce viennent faire de la propagande pour la disparition des genre et des sexes pour des genre fluide qui nous libéreront de nos soucis ! conclusion c est pour ça que les inter ( herma turner klint ect ect ) refuse d être assimilé de force LGBTQI et T , car souvent les inter qui prennent la parole ne le sont pas souvent des T qui parle pour nous a coup d ideo que nous ne reconnaissons pas et les sources viennent de l étranger car les asso herma de France rechigne a être prise en otage dans la petite guerre politico médical du gender

    • AlexMec a écrit le 16 mars 2013

      je lis “Ni fille, ni garçon, ils sont « de genre inconnu »” je dirait il se définissent de genre inconnu ( maintenant vous pouvez me taper dessus )

      Je ne taperai pas, je dirai juste que c’est une différence qui n’existe pas 😛 Par définition, le genre étant quelque chose de strictement interne et personnel, nous “sommes” tous du genre dont nous “nous définissons”. Etre ou se définir, en matière de genre, c’est la même chose.

      alors que nous parlons de nos soucis médicaux des décision lors de notre enfance des conséquence d un klin ou d un turner sur nos vies de symptome qui nous touche dans notre chair au quotidien avec des souffrance physiques , des inter nouvelle sauce viennent faire de la propagande pour la disparition des genre et des sexes pour des genre fluide qui nous libéreront de nos soucis

      Pas cool! Le genre n’est pas le sexe, donc la fluidité du genre n’est pas la même chose du tout que l’intersexualité. Les deux peuvent bien évidemment se croiser, mais l’une ne peut expliquer ou éliminer l’autre, dans n’importe quel sens. Je trouve un peu (beaucoup!) effarant que des trans mélangent les deux O.o

  2. Nathasha Show a écrit le 16 mars 2013

    pour moi beaucoup trop de trans essaye d expliquer ou de justifier leur souffrance en cherchant un lien avec l intersexuation! je pense que ce n est pas la solution , j ai même entendu vous avez de la chance ! de la chance d avoir une vie de merde dans un monde qui refuse la différence et nous colle dans la case monstre ! ne pas oublier que beaucoup d inter reste dans le genre assigné a la naissance peut comme moi font le choix de l autre coté ! c est pour ca que l intrusion des trans dans le discours intersexe est très mal vue ! moi perso je me promène entre les deux groupe LGBT et inter sans soucis j admet mon transsexualisme sans problème et j assume mon choix ,mais je comprend que beaucoup d inter ne veulent pas être assimilé a la GP et au autre truc

    • AlexMec a écrit le 17 mars 2013

      pour moi beaucoup trop de trans essaye d expliquer ou de justifier leur souffrance en cherchant un lien avec l intersexuation

      Ah, je vois. Mais je suis d’accord avec toi que ce n’est pas la solution.

      j ai même entendu vous avez de la chance

      =_= Je sais que l’herbe a toujours tendance à paraître plus verte dans le champ du voisin, mais là c’est grave…

      c est pour ca que l intrusion des trans dans le discours intersexe est très mal vue

      I c’est I, et T c’est T. Les uns ne doivent pas parler pour les autres; ça me semble évident, mais apparemment pas pour tout le monde. Bizarre.

  3. Nathasha Show a écrit le 17 mars 2013

    de la chance ! de se faire pourrir par les enfants a l école de ne pas vouloir par peur de piscine ou autre sport ! d être the thing a la visite médical ! a cet age on comprend pas on se renferme on a pas d amis ! le collège c est l enfer pas de rapport amoureux même de petit flirt rien que dalle ! a part allez au zoo a la maison médical pour te faire voir ,pas grand chose de bien ! et plus tu grandi plus tu souffre plus les différence arrivent tu es chétif et je passe certain détail t es seule rapport au autre son les raclées que tu prend a l école ! de la chance ? pas d adolescence pas d enfance pas de vie on te traite comme un monstre ! les filles ?t es pas fonctionnel et tu te dégoute ! les garçon ?t a envie mais t a la trouille !et le jour ou tu trouve une petite place dans un monde asso pour moi gay en premier qui m on ouvert les bras , et un jour trans ou tu t implique au moindre problème de taille sur des question de genre il y a toujours une âmes sensible pour te dire , mais toi t es pas trans alors fout pas ta merde ! conclusion tu es dégouter du milieu asso et du coup c est fini ! de la chance c est peut etre ca alors

  4. Alexandra a écrit le 17 mars 2013

    Vous remarquerez que bien souvent je vous dis : “Je ne me suis jamais sentie trans’. J’utilise le mot parce que c’est ce qui se comprend le mieux.”. Et j’ajoute bien souvent : “J’ai toujours été une femme.”. Quand j’ai parlé de mes ennuis métaboliques dans un blog que je maintenais à l’epoque et que j’ai fait disparaitre juste après la SRS, j’ai même eu droit par certaines intégristes pas directement, mais chez d’autres [modéré] à : “Il y en a qui justifient leur transition avec n’importe quel prétexte.”. Pendant 6 mois je n’en ai plus reparlé, sentant bien que la discrimination était à nouveau au rendez-vous. Alors oui, ça ne se voyait pas franchement, quoique quand je reprends les photos de différentes périodes de ma vie, et bien si cela se voyait. Entre 2006 et 2010, j’ai de “belles” photos à la plage où ma poitrine naissante est bien visible. Mais à l’époque c’était (ma mère) : “Ca doit être des masses graisseuses que tu as.”. Sauf que… Je n’étais pas en surcharge pondérale !! Je n’ai eu besoin en tout et pour tout que de la SRS et de l’épilation du visage pour que tout soit rapidement en place. Mais j’ai bien vu à l’époque la levée de boucliers de certaines quand j’ai dit quel était mon problème essentiellement physiologique et qui me donnait enfin la réponse à tous les malaises bien réels inexpliqués que j’avais vécu depuis mon adolescence. Et certains de ces malaises récurrents étaient inquiétants (perte du sens de l’orientation et affaiblissement brutal pendant quelques heures). J’avais bien consulté des médecins sporadiquement durant toute ma vie, sans penser à cela, d’autant que la société n’enjoint pas à parler de notre particularité, et à chaque fois on me disait que c’était psychosomatique, qu’il n’y avait rien physiquement parlant. Forcément ! C’était métabolique !
    Il y a différentes formes plus ou moins visibles d’intersexuation. La mienne est d’un coup devenue visible vers 43 ans quand tout s’est déclenché. Voilà pourquoi j’ai du mal à employer le mot trans’ me concernant. Je ne le fais que pour ne pas encore plus embrouiller, mais ce mot ne me parle pas plus que cela. Par contre, oui, j’ai bien fait une transition puisque mon corps est quand même passé très rapidement de masculin à féminin avant même l’opération, et avant même le THS. Le THS a été surtout un frein au métabolisme emballé. Il était devenu plus qu’urgent que je passe sur le billard. Il a fallu derrière 10 mois pour que le métabolisme se rééquilibre et que les malaises disparaissent définitivement, le temps que l’organisme se stabilise enfin.

    • Nathasha Show a écrit le 17 mars 2013

      c est un peut la même chose pour moi ! j était androgyne un joli trav en somme ! et j ai pt les plombs marre de ne pas trouver ma place ,marre que mes amants voit en moi ce que je voulais faire disparaitre ect ect ! alors oui j ai pris la décision de vivre enfin ce que j était !j ai commencer une hormonothérapie agressive et en 2009 a Lyon j ai fait enlever ce truc immonde et j ai continuer mon délire chirurgical avec a ce jour des regret pour certain truc ! j ai décider d être enfin libre , d être une femme même un stéréotype pour compenser la douleur du passé , mes surrénales me joue encore des tour a cause d un systeme endocrinien compliqué ! et oui souvent j ai des réflexion ” ah oui pour toi c est plus facile , ca prend mieux sur toi , t a fait trop de chirurgie , toi le protocole tu connais pas comme nous tu es rentrer par la grande porte ,ect ect “mais je le dit j ai pas plus de chance qu une autre ! pour certaine trans je dit la période avant la transition c est le calme avant la tempête,même si pour beaucoup il y a un mal être fort ! pour nous c est l enfer dés la puberté la mise au banc le rejet social et affectif alors jamais je n assimilerai cela a de la chance , certes je détone dans l univers trans mais le mot Transsexuelle prend donc du coup tout son sens !

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -