Photo du profil de ODT

by

La SoFECT : du protectionnisme psychiatrique

13 avril 2013 | Tags: , ,

STP 2012NDLR : L’Observatoire des Transidentités (ODT) nous fait l’honneur de publier en exclusivité un document unique concernant la SoFECT. Merci de respecter scrupuleusement le droit d’auteur et l’usage d’extraits.

Retrouvez ce texte dans les “Cahiers de la Transidentité” volume 1 concernant l’histoire de la dépathologisation. En espérant que cette introduction vous donne l’envie d’en savoir plus et de participer au débat en zone de commentaires.


Extrait de « La SOFECT : du protectionnisme psychiatrique »

Texte de Arnaud Alessandrin, Maud-Yeuse Thomas et Karine Espineira

Issu de : Histoire d’une dépathologisation, « Cahiers de la transidentité », vol.1, pp : 73-76

________________________________________________________

Introduction

En juillet 2010, contre toute attente, une nouvelle association apparaît dans le paysage transidentitaire. Il ne s’agit pas d’une association d’auto-support trans mais d’une association militante d’un genre nouveau puisqu’elle repose exclusivement sur les praticiens hospitaliers « experts » de la transidentité. Il n’est pas étonnant que cette association voit le jour quelques mois après la publication du rapport de la HAS  sur la prise en charge du transsexualisme, et nous pouvons même faire l’hypothèse que c’est en réaction à l’organisation d’une assemblée générale des associations trans, tenue en avril de la même année, que s’est constituée la SOFECT (la Société Française d’Études et de prise en Charge du Transsexualisme). Déjà dans les années 80, des associations de médecins avaient vu le jour autour du transsexualisme (l’AAT  par exemple). Mais les vingt dernières années du monde associatif trans sont, au contraire, caractérisées par l’émergence d’associations trans puissantes et nombreuses, en opposition plus ou moins franche avec les « experts » médicaux. La SOFECT apparaît donc dans un paysage associatif et plus largement un contexte sociétal, marqué par la lutte contre les discriminations du moins contre les préjugés, qui lui est défavorables. Il serait intéressant de souligner que c’est au niveau international comme local que se jouent ces oppositions.

Au niveau international d’abord, puisque dans un contexte de redéfinition globale des classifications psychiatriques internationales (DSM et CIM), il apparaît que la SOFECT prend appui sur des définitions cliniques obsolètes, proposées à l’encontre de tou.te.s comme encore thérapeutiques : « À travers ces changements, l’action des médias, de politiques politiciennes, et d’associations d’usagers, peut obscurcir ce qui en France est le moteur de notre activité ». « Moteur » qui exclut les intéressé.es. Le cadre éthique d’une mutuelle compréhension est balayé au profit d’une idée globale de l’humain dont l’étayage est plus que jamais problématique. Ces espaces de déstabilisation sont des éléments puissants qui concourent à des redéfinitions en profondeur de ce que peuvent être les devenirs trans imprononçables dès lors via l’unique trope du transsexualisme pathologique.

Pour le dire autrement, alors que la psychiatrie internationale change, alors que le droit international change, en France c’est le statu quo. L’absence d’évolution nette de la part des praticiens hospitaliers français quant au transsexualisme nous dit aussi quelque chose sur la manière dont les « experts » professionnels prennent en compte la parole et les revendications de ceux qui viennent les contrarier au plus près de leur pratique quotidienne ; à savoir les « experts » associatifs. Face aux trans et face aux changements, la SOFECT est immobile.

Cette constance, que nous pourrions aussi juger comme étant l’absence de volonté d’adaptation, est d’autant plus étrange que les idées défendues (celles d’un « vrai » et d’un « unique » « transsexualisme ») autant que la population prise en charge dans ces équipes, sont minoritaires au niveau des pratiques trans. De ce point de vue, à défendre des intérêts catégoriels, psychiatriques, ces praticiens rendent invisible et inaudible l’immense majorité des personnes qui désirent changer de sexe et de genre, en les repoussant vers un hors cadre juridique et médical qui les rend vulnérables. Mais en même temps qu’il les vulnérabilise, il renforce leur autonomie à l’endroit même de leurs désirs de reconnaissance, dans leur conviction par exemple qu’une éthique clinique du transsexualisme est aussi une éthique de l’accès aux soins et non seulement de la prise en charge des individus mais plus profondément de la prise en compte des parcours ; parcours qui aujourd’hui ne peuvent que se prononcer qu’au pluriel.

Depuis l’été 2010 donc, les praticiens des équipes hospitalières de changement de sexe en France se sont réunis pour harmoniser leurs pratiques, faire face aux critiques associatives, répondre aux exigences de la Haute Autorité de Santé en termes de suivis et enfin s’organiser en une association forte dans le but de pouvoir discuter avec les autorités compétentes. Le texte de janvier 2011 écrit par sa présidente, Mireille Bonierbale, ne fait aucun doute :

« L’année 2010 a été marquée par la constitution de notre société et par le rassemblement de nos forces qui en a fait un interlocuteur incontournable. Souhaitons que 2011 voie une structuration encore plus élaborée de ces forces, mais d’ores et déjà notre société en elle-même est devenue une interface de communication et de coordination qui n’avait jamais existé jusque-là. Nous allons donc continuer nos échanges et mettre en place un travail commun de recherches qui nous permettront d’acquérir une surface scientifique nationale. »

Cette stratégie de marketing a marqué les esprits et révèle le mouvement opéré lors de la prise en charge. Les protocoles hospitaliers sont « nationaux » et buttent sur la pratique des associations et l’internationalisation de l’offre de soins. Rappelons que celles-ci ont mis en place des réseaux en Europe afin de pallier l’hégémonie psychiatrique et l’incompétence (voire la dangerosité) des chirurgies pratiquées.

En ce sens, malgré les concertations mondiales, celles-ci restent spécifiques à la France à la fois dans leur méthode chirurgicale et dans leurs modes de suivi. En 2010, lors d’une réunion ministérielle, la SOFECT propose ainsi de bloquer la circulaire de prise en charge des opérations dans l’U.E. Selon un des responsables associatifs présents à cette réunion : « La demande de circulaire que nous avions déposée pour les prises en charge hors de France n’a pas pu quitter le ministère de la Santé. La Sofect s’y étant opposée ». Stratégie d’appropriation doublée d’une stratégie de droit de veto malgré leur position minoritaire. Toujours lors de cette réunion, la SOFECT remet un document de travail au ministère de la Santé s’opposant aux demandes des associations et de la HAS (Haute Autorité de Santé) qui, dans son rapport de 2010, envisageait un remboursement des opérations faites à l’étranger « tant que l’offre de soins ne sera pas suffisante ». La SOFECT y répondra de la manière suivante : « Le libre choix du médecin devrait obéir aux règles générales sur le territoire national […] et non à des présupposés […] Il n’y a aucune justification rationnelle pour un remboursement de la prise en charge à l’étranger ». Suite à cette réunion, les demandes des associations sont restées lettre morte. D’ailleurs, ces interventions à l’étranger sont désignées par certains praticiens français comme du « tourisme médical ». Pour l’essentiel, il s’agit de maintenir un monopole exclusif alors même que les équipes hospitalières traitent un pourcentage réduit de la population trans.

On s’oppose ici aux formes transgenres mais on souhaite néanmoins en contrôler l’existence. On soulignera la méfiance qu’inspirent ces pratiques chirurgicales internationales alors qu’il s’agit de s’intéresser de plus près à cette « industrie émergente » du soin, concurrentielle et mondialisée. Car les choses ne sont pas immobiles. Le contexte des transidentités évolue, vite, et déstabilise ce protectionnisme psychiatrique que constitue ou tente de préserver la SOFECT.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Respectrans vs Sofect: y a pas match!
Dans cet article, je  rebondis sur le gros travail effectué par l’association Outrans en 2010 (www.outrans.org)Aujourd’hui, en France,  la personne qui souhaite changer de sexe se voit orienter par la très grande majorité des médecins de ville (pas forcément bien formés sur la transsexualité) vers les équipes qu’ils appellent « officielles », plus objectivement connues sous l’appellation d’ équipes pluridisciplinaires et qui sont regroupées depuis 2010 sous l’égide de la nouvelle association nommée sofect (www.sofect.org)!Or, dans les faits, cette association regroupe des médecins ...
LIRE L'ARTICLE >>
Thèse d’Arnaud Alessandrin publiée sur l’Observatoire des Identités (O.D.T.)
DE LA QUESTION ‘TRANSSEXUELLE’ A LA QUESTION TRANS / DE LA QUESTION TRANSGENRE A LA QUESTION CISGENRE Arnaud Alessandrin vient de soutenir sa thèse sur la question trans' dans laquelle il propose un glissement du "transsexualisme" aux "devenirs trans" et de la question "trans" à la question "cis". Il a récemment dirigé le livre collectif "la transidentité : des changements individuels aux débats de société" et co-anime, avec Karine Espineira et Maud Yeuse Thomas, l'O.D.T. (Observatoire Des Transidentités). Le « transsexualisme » est ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le Transsexualisme : une catégorie nosographique obsolete
Document libre de droit écrit par Arnaud Alessandrin (O.D.T. Observatoire Des Transidentités). (NDLR: La nosographie est la description et classification des troubles et des maladies). Le transsexualisme est une invention médicale récente. En France, c’est la conjonction « psychiatrie-droit-médecine » qui assure aujourd’hui son diagnostic et sa clinique. Or, tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif, il apparaît que le « transsexualisme » tel qu’il est proposé par les équipes hospitalières ne répond plus aux demandes des personnes transidentitaires. En effet, ...
LIRE L'ARTICLE >>
RESERVATIONS OBLIGATOIRES SUR ABC PARIS La réunion n'aura lieu qu'avec AU MOINS 5 participantes. Il est nécessaire de prévenir au moins 3 jours avant Les couples sont bienvenus. Il n'est pas nécessaire d'être membre de l'association ABC (La plus ancienne association pour transidentitaires de France!) Réunion organisée par ESTER. Ne vous inscrivez pas via TXY: cela me complique les choses entre ma messagerie et la messagerie txy.
LIRE L'ARTICLE >>
Parcours de Transition
COGIATI - questionnaire combiné d’Identité de Genre et de Transsexualité en ligne. SoFECT - la Société Française d’Études et de prise en Charge du Transsexualisme a pour objet de réunir les professionnels de la prise en charge en France des problèmes relatifs à l’identité de genre. Parcours de Transition MtF Parcours de Transition FtM Nous vous conseillons un site très complet sur le sujet ici. ► Le mode d'emploi ultime pour une transition réussie et rapide ! ► Trans Aide - Guide de Transition ► Changement d'état-civil ...
LIRE L'ARTICLE >>
Rapport des Affaires Sociales sur la prise en charge des Trans
Évaluation des conditions de prise en charge médicale et sociale des personnes trans et du transsexualisme. Rapport Décembre 2011. Après la remise en 2009 d'un rapport de la Haute autorité de santé (HAS) sur la prise en charge du transsexualisme, le ministère de la santé a mis en place un groupe de travail piloté par la Direction générale de l'offre de soins dont l'objectif était de mettre en œuvre l'une de ses principales recommandations : la désignation de centres de référence multidisciplinaires. ...
LIRE L'ARTICLE >>
Entretien avec Chrysalide
Association Chrysalide Interview ODT Après OUTrans, nous poursuivons le travail de visibilité des associations trans. Ce mois-ci Chrysalide nous propose un panorama de ses activités, initiatives et analyses de la situation trans en France. La préoccupation de l'écriture d'une histoire Trans est[...]
LIRE L'ARTICLE >>
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France Corinne Fortier [CNRS/LAS] dans le cadre du colloque Traitements et contraintes : approches empiriques des dispositifs de prise en charge institutionnelle, qui a eu lieu les 14 et 15 juin 2012, à l'Université Paris 13 à Bobigny. Nous nous intéresserons aux normes et contraintes du dispositif institutionnel lié au transsexualisme tel qu’il est pratiqué aujourd’hui en France, et en particulier à Paris où nous avons mené notre enquête de terrain en tant qu’anthropologue. Dans le ...
LIRE L'ARTICLE >>
Cette histoire chronologique de la transidentité en France doit être enrichie et mise à jour le plus régulièrement possible avec des sources fiables d'information. N’hésitez pas à nous contacter pour nous faire connaitre des événements manquants ou des erreurs ! cette page est un outil de mémoire collective, il est de notre responsabilité de l'enrichir. NB: cette timeline transidentitaire ne fait que lister des évènements majeurs pour l'histoire de la transidentité, elle ne raconte pas l'histoire de la transidentité comme peut ...
LIRE L'ARTICLE >>
2nde Réunion d’Organisation de Existrans 2012
Contexte : Depuis des années le Collectif Existrans, un collectif informel qui regroupe des membres d'associations trans diverses comme des individus, organise la marche de l’Existrans pour porter les revendications trans dans l’espace public et politique. Txy se doit de participer à la préparation de cet événement qui concerne tous les transgenres. Le compte-rendu de la 1ere réunion est ici. Organisation : La seconde réunion de préparation de l'événement Existrans 2012 est confirmée pour le 24 juillet à 19h00 chez Act'Up Paris. Julie devrait y ...
LIRE L'ARTICLE >>
Respectrans vs Sofect: y a pas match!
Thèse d’Arnaud Alessandrin publiée sur l’Observatoire des Identités (O.D.T.)
Le Transsexualisme : une catégorie nosographique obsolete
Table de L’ABC PARIS
Parcours de Transition
Rapport des Affaires Sociales sur la prise en charge des Trans
Entretien avec Chrysalide
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France
Timeline de la Transidentité en France
2nde Réunion d’Organisation de Existrans 2012

47 responses to La SoFECT : du protectionnisme psychiatrique

  1. Alexandra a écrit le 13 avril 2013

    Très bel article comme toujours de la part des éminentEs Karine, Maud-Yeuse et Karine.
    Je me demande combien de temps l’enfumage de trans’ va continuer, ou devrais-je dire l’ignoble mascarade menées par ces équipes qui n’ont rien d’officiel et qui ont déjà fait bien des dégâts. Sans compter que dans cette partie n’est pas évoquée le lobbying souterrain auprès des tribunaux pour bloquer les changements d’état-civil de celles passées ailleurs que par leurs équipes. J’ai bien failli être bloquée pour cause de “vérification si [je] n’avai[s]t pas de psychose résiduelle” dans l’obtention de mon CEC.
    Tant que les trans’ se laisseront mener par le bout du nez et agréeront à ce que ces équipes leur font, la SoFECT a de beaux jours devant elle.
    Réveillez-vous bon sang ! Réveillez-vous !

    • Chloé Tigre Rouge a écrit le 13 avril 2013

      De façon plus constructive, on peut désapprouver le lobbying de cette “société” sans pour autant désavouer tous ses membres (plus ou moins “forcés” d’y être par leur organisation et pour faire entendre leurs voix).

      Je n’ai rien contre une SoFECT saine ou contre des associations d’auto-support saines, des associations qui viseraient à améliorer la société et la vie des individus. Par contre, dès qu’on entre dans une militance de défense d’intérêts égoïstes, je suis beaucoup plus circonspecte. Que ce soit les anti-opé ou les médecins pro-monopole, s’il n’y a pas d’argument solide…

      Par ailleurs je constate que la fameuse SoFECT, en 1 an d’existence, a réussi à acquérir suffisamment de poids pour faire bloquer une circulaire. D’où tire-t-elle sa légitimité ? Sait-on comment précisément elle l’a obtenue ?

      • Alexandra a écrit le 13 avril 2013

        Je pense de nulle part ailleurs qu’un lobbying intense et des appuis à un niveau où le carnet d’adresse compte plus que le bien des patientEs.

  2. Diane Librement a écrit le 13 avril 2013

    Je le répète, tant que les Trans seront divisées en trente six milles associations (soit une de plus que le nombre de trans en France) , la SOFECT aura de beaux jours devant elle

    • Julie Mazens a écrit le 13 avril 2013

      le nombre de personnes transidentitaires en France, chiffré par des gens sérieux, c’est certainement plutôt entre 500.000 et 1.500.000 personnes. Rien qu’en Angleterre, le dénombrement des trans opérées ou ayant décidé de est de 50.000 … et selon une étude anglaise, GIRES, la seule étude fiable sur cette planète, la transidentité concerne entre 300.000 et 500.000 personnes rien qu’au Royaume-Uni.

      Arrêtons donc déjà de colporter des chiffres faux (j’ai lu encore récemment 10.000 dans un article bien pensant) et bien en deçà de la réalité, cela fait justement le jeu de la SoFECT que l’on soit perçu comme une minorité d’une minorité …

      pour votre info, en visiteur unique depuis un an, Txy c’est plus de 220.000 personnes qui se sont intéressées au sujet transidentité …

  3. Diane Librement a écrit le 13 avril 2013

    c’était de l’humour, Julie … 36000 communes,… cependant si l’étude de la GIRES au Royaume Uni est considérée comme seule fiable, il y aurait donc autant de personnes transidentitaires en France puisque les populations des deux pays sont identiques (et non un million et demie) et peut-être un peu moins lié à la différence culturelle entre les deux pays … on l’a bien vu sur le mariage homosexuel, celui ci semble être passé comme une lettre à la poste en Angleterre et ce sous gouvernement conservateur alors que l’opposition de droite française s’accroche comme un chien à son os à des prérogatives hétérosexuelles passées date. Le sujet me concerne tout autant que toi, je considère la SOFECT comme nuisible mais les actions des associations T me semblent trop dispersées et dépourvues d’union sacrée …

    • Julie Mazens a écrit le 13 avril 2013

      non car l’étude GIRES n’inclue par les intersexes alors que la transidentité vision française inclue les intersexes. Les variations intersexuées touche 1 bébé sur 100 environ. 650.000 personnes en France dont la plupart s’ignore.

  4. Nathasha Show a écrit le 13 avril 2013

    J adore la SOFECT !!!!! euuuuuuuuuu voila c est dit jeter moi des pierres virer moi du fofo , je ne reviendrai pas sur ce point ! si je n avais pas croiser la route d un chir Humain NMJ ( et oui il l es ) , j aurais réussi a me foutre en l air , soi j aurai continuer mon parcourt autodestructeur , soi la 5 em tentative aurait était la bonne ! j avais pas les Moyen pour la Thaïlande ou le canada et la bas on discrimine par l argent ta le HIV c est 30% plus cher ! et pour moi vivre avec c etait plus possible certaine le peuvent et le veulent tant mieux pour elle !mais pas moi ! alors oui je continue a soutenir le Grettis ( je rappelle pour la X em fois que le grettis c est Lyon et qu il n y en a pas d autre ni a bordeaux ou paris ,cela m amuse quand certaine disent j ai vu le grettis a bordeaux ou a paris ! le grettis c est Lyon et il est certainement plus humain ( hors Psy et endo transphobe) que beaucoup d autre en France!) et a chaque fois qu on me demandera de le défendre ou de prendre position je le ferai au seins de mon asso

    • Alexandra a écrit le 13 avril 2013

      Pour un chirurgien humain, beaucoup de psys transphobes, de chirurgiens qui ratent leurs patientes, d’endocrino qui refusent les hormones, d’équipes qui demandent à des filles de tout recommencer si jamais elles doivent avoir le malheur de leur demander de l’aide. Même Wey Go Hu qui est hors SoFECT demande les mêmes choses que la SoFECT.
      Ce ne sont pas des traitements humains ni respectueux des trans’. Ce sont des machines à lessiver les trans’. Combien de fois ai-je lu ou entendu : “Bon. Suffit de dire au psy ce qu’il veut entendre pour avoir son passeport pour les hormones ?”. Puis la même chose pour les épilations. Puis encore la même chose pour l’opération. Puis on prend les mêmes et on recommence pour les certificats pour le CEC.
      Faut arrêter de les propulser au rang de dieux. Ils font surtout un beau mal à toutes les trans’ qu’ils prennent en charge.
      Comme dit en début, pour un respectueux, beaucoup d’irrespectueux et même des clairement transphobes dans le lot.
      Arrêtez de les porter aux nues ! Ce n’est pas faire un cadeau à celles qui suivent.
      Ca doit changer.

    • Alexandra a écrit le 13 avril 2013

      Il y a peu une fille m’a dit qu’elle avait eu une ALD par demande de traitement là où j’ai tout eu sur une seule ALD. En plus, ils donnent les ALD au compte-gouttes comme des bons points. La fille a bien joué le jeu de la parfaite petite femme au fourneau des années 50 avec le porte-jarretelles et prête à satisfaire son époux, alors on lui donne le bon point pour accéder à l’étape suivante. C’est juste débectant. Témoignage direct que j’ai eu sur le sujet, donc pas du “on dit”.

    • Alexandra a écrit le 13 avril 2013

      Pour le porte-jarretelles c’est une image. Pour le reste par contre…

  5. Nathasha Show a écrit le 13 avril 2013

    ca tombe bien suis trés trés années 50 et porte jar telle et jupe crayon sur brushing blond platine , c est donc pour cela qu ils m adore ( a part shoendorf qui me déteste cordialement) ! non je blague enfin non!!!! j espère que je ne suis pas passé en flèche a cause de ca et que c est pas au physique que se fait la sélection je serais tres decu ,

    • Alexandra a écrit le 13 avril 2013

      Ben… Doit-on te décevoir ?… Chez certains psys, le physique compte avant tout. Et je me suis même laissée dire qu’une fille qui a le physique qui correspond à des critères de “féminité” a plus de chances d’accéder à sa SRS qu’une moins “belle”.
      Ca se dit très souvent, trop souvent. Pas de fumée sans feu comme on dit.
      J’espère ne pas t’avoir trop déçue… 😉
      😀

      • Nathasha Show a écrit le 13 avril 2013

        bon perso j ai pas eu a faire le délire psy , juste une fois pour évaluer si j avais pris conscience des implication de l opération ( et oui non fonctionnelle pour mon cas ) ! mais oui je sais très bien que les psy et certain chir préfère une trans mode et travaux ou bimbo comme moi maquillé et totalement superficiel , et bien sur heteronormé ! je ne cache pas que pour certain truc j ai jouer le jeu , j y vais toujours en bimbo , je leur donne ce qu ils demandent ! d un autre cotés certes je suis heteronormé , je déteste les femmes même ( avis perso qui n engage que moi!)donc c est un plus pour eux (psy)qui sont homophobes ! mais je prend tout avec humours et détachement :-) :-)

  6. Jeanne Swidzinski a écrit le 13 avril 2013

    Et c’est reparti! :)
    Si on pouvait éviter de caricaturer, non?
    L’article de l’ODT dénonce la stratégie de la SOFECT qui est d’être la seule référence en matière de transidentité et de rejeter les associations ( qui sont “expertes” par rapport à cette situation).
    Concernant les démarches, il faut respecter chacun(e) d’entre nous, qu’on fasse appel aux équipes hospitalières en place ou en ayant recours à des praticiens privés en France ou ailleurs.
    Ce qui est certain, c’est qu’il faut faire évoluer la situation actuelle en France pour le CEC et pour l’accompagnement médical pour ceux ou celles qui le souhaitent.
    Mais je pense qu’en ayant recours à des raccourcis ou à des rumeurs, on ne se respecte pas.

  7. pocahontas a écrit le 13 avril 2013

    Oui, les psy jugent par rapport à ton aspect physique passing… ils ne comprennnent rien à la transidentité. Une belle trav avec un bon passing qui ne sort que pour aller voir son psy aura la priorité sur d’autres filles qui sont transidentitaires.
    Et j’en connais deux cas.
    Pour eux une personne transexuelle c’est une personnes qui les fait bander.
    Si le chirurgien dont tu parles est humain le reste de l’equipe reste encore à voir…
    C’est aussi pour ca qu’une fois leur transition terminée la moitié des filles ne sortent plus de chez elles, car elles n’etaient jamais sorties sauf dans des milieux fermés.
    Ils font languir les personnes qui ont un mauvais passing qui parfois vivent mieux leur genre que d’autres. ca peut durer 5 ans si tu n’es pas décourager avant.
    Il faut savoir aussi que les chirurgien ont un quota par an et qu’ils selectionnent leurs preferences.
    Ils prennent en compte ton passing, l’acceptation de ta famille, si tu travailles, ta vie sociale.
    Tout le blabla quand j’avais 7 ans tralalalaere ils en ont rien a foutre et c’est toujours la meme chose.

    • Nathasha Show a écrit le 13 avril 2013

      heu !!!!C’est aussi pour ca qu’une fois leur transition terminée la moitié des filles ne sortent plus de chez elles, car elles n’etaient jamais sorties sauf dans des milieux fermés., pour moi c est faux , je côtoie énormément de Transsexuelle op et nous sortons ensemble absolument partout ! certes oui j évite les relation avec des gens Hors milieu Gay , mais c est un choix et une préférence personnel dus a mon métier et a mon lieux de résidence ( en pleins milieu du petit marais lyonnais)

      • pocahontas a écrit le 13 avril 2013

        Je ne parle pas pour toi mdr, je ne te connais pas, je parle dans une généralité… heureusement que y a des filles epanouies apres toutes ces épreuves…

        • Nathasha Show a écrit le 13 avril 2013

          pour moi c était pas une épreuve ! ma vie d avant c était une épreuve ! m approcher d un homme avec ce truc immonde entre les jambes c était une épreuve ! maintenant je vie je suis heureuse je suis en harmonie avec mon corps , je n hésite plus a le montrer a allez a la plage a faire des photos limite a plus me dénuder sur scène ! je suis vivante je suis une femme avec certificat de conformité a mon sens !

  8. Héloïse a écrit le 13 avril 2013

    L’avantage de la sofect, c’est qu’on ne te demande pas d’apprendre par coeur les 50 pages du rapport Hammarberg avant de t’aider

  9. Jeanne Swidzinski a écrit le 13 avril 2013

    Nathasa a écrit :
    “t es pas objective !! tu es un produis sofect ! donc conflit d intérêt !!”
    Pas tout à fait, je suis un produit mixte, psychiatre privé+sofect, psychologue privé (pour les tests), endocrinologue privé, chirurgien sofect.
    Pour les personnes qui n’ont pas un bon passing, c’est un peu plus compliqué pour elles car la société n’est pas respectueuse des genres non binaire. Il vaut mieux pour elles qu’elles soient “solides” ( mentalement).

    • Nathasha Show a écrit le 13 avril 2013

      pour moi tu as une bonne analyse a propos du passing ! j avoue être passé comme une lettre a la poste , pourtant HIV , Pute et plusieurs TS et automutilation ! mais assez bon passing et parfaite Bimbo heteronormé croyant encore au prince charmant et a la vie de couple avec mooosieur ! ( j en suis revenue depuis sur la vie de couple avec moosieur )

    • Alixia a écrit le 13 avril 2013

      je me permet de rigoler, c’est quoi un passing corect??
      on peut pas dire que j’ai UN ” PASSING ” suis juste MOI et j’ai pas de soucis dans ma vie courante, j’expose, je parle au autres sans soucis, vos affirmation toute faite me font beaucoup rire.
      je travaille avec beaucoup, beaucoup de monde, j’ai pas de passing et les gens sont aussi respectueux avec moi qu’avec ceulles qui peuvent avoir un passing ” CORECT”.
      p’tain, je rentre juste du 1er jour d’un festival et ça me fou en colère de lire ce genre de propos.

      • Jeanne Swidzinski a écrit le 13 avril 2013

        Alixia pourquoi dis-tu que tu n’as pas de passing? Le passing, c’est une notion générale qui signifie “passer”. Çà ne se réduit pas au visage, au corps, au mouvement, à la voix, à l’habillement, c’est l’ensemble de la personnalité en relation avec le monde environnant.
        Donc, si tu vis ta vie en rencontrant d’autres personnes et que cela se passe bien, pourquoi chercher autre chose?
        Les personnes qui ne passent pas bien le savent malheureusement à leur insu car elles entendent des réflexions, des insultes et même des agressions physiques.

        • Alixia a écrit le 13 avril 2013

          c’est la notion de ” passing correct” qui me rend vénère.
          dire que pour avoir une vie ” normale?” il faut avoir un passing correct, ça, non.
          il n’y a pas que le passing qui entre en ligne de compte, il y a l’état ” d’être”, ça c’est important, tu peux ^^etre hyper féminine et ne pas avoir ” l’être” et là, ya tout faux.
          mais bon, hein! je le dis depuis 6ans et bien souvent on se fou de ma figure, donc a force.
          en fait, suis aussi vénère pour autre chose et me demande, si, je peux vraiment faire confiance, au monde T??
          oui, ce soir j’en suis là, vais réfléchir, penser, évaluer, prendre le temps pour bien peser les pour et les contres, ma décision seras au bout de tout ça, dans 3 jours, 3 semaines, 3 mois??
          plus envie de dire quoique ce soit à l’heure actuelle sur ma vie, que ce soit ici ou sur FB.
          vient de me prendre une grosse claque qui est dure a digérer.

  10. AlexMec a écrit le 13 avril 2013

    Je ne me prononcerai pas sur la SoFECT, puisque je ne suis pas passé par une équipe hospitalière, donc je n’y connais pas grand-chose.

    Par contre, un refrain qui revient trop souvent à mon goût dans ce genre d’articles, c’est “Ouin, ils font mieux ailleurs, pourquoi que la France elle fait pas comme les autres!?” C’est trop facile, ça. C’est trop facile de critiquer quand la France est soi-disant à la traine, alors même qu’on ne reconnait pas quand elle est parmi les pionniers.

    Exemples:

    1. Où est l’article célébrant le fait que le premier article du projet de loi concernant le mariage pour tous est passé hier tel quel au Sénat? A part Natasha, personne n’a l’air de s’en soucier. Et pourtant, la France n’est-elle pas rudement en avance sur une bonne partie du reste du monde dans ce domaine? On n’est pas les premiers, d’accord, mais on est loin d’être les derniers non plus! Alors pourquoi personne ne célèbre ça?

    2. Si on s’en tient à la transidentité, la France est un pays où:
    – l’homophobie est légalement interdite, ce qui protège au moins partiellement bon nombre d’expressions des diverses transidentités;
    – le terme “identité de genre” a été prononcé par le gouvernement;
    – on peut obtenir un THS légalement;
    – on peut obtenir une SRS légalement;
    – il existe un système de prise en charge par la Sécu (aussi imparfait soit-il) pour la transition;
    – le changement de prénom est légalement possible, et la transidentité est reconnue comme un motif légitime pour le demander;
    – idem pour le changement de sexe;
    – une fois ces changements obtenus, il est illégal pour qui que ce soit de refuser d’en tenir compte;
    – et j’en oublie probablement d’autres.

    Toutes ces choses ne sont pas disponibles partout dans le monde, loin de là!

    Je ne dis pas que nous vivons dans un Eldorado de la Transidentité, bien sûr que non. Mais agiter le drapeau “C’est mieux chez certains voisins bien choisis!” alors qu’en fait, c’est mieux en France que dans beaucoup d’autres pays, c’est hypocrite à mes yeux, et ça discrédite automatiquement tout argument qui utilise ce moyen déloyal pour essayer de mieux asseoir sa validité.

    • Nathasha Show a écrit le 13 avril 2013

      +100 :-)

    • Alexandra a écrit le 13 avril 2013

      Alex… J’ai été sur plus de 50 % des manifestations et je l’ai célébré très largement sur mon mur FB. J’ai même appelé au rassemblement de mercredi mais il y a eu très peu d’engouement. J’étais au 14eme Printemps des Assoces LGBT dimanche dernier. J’étais au rassemblement sous la pluie mercredi à me cailler dans l’humidité…
      le changement de prénom est légalement possible c’est pour cela qu’une fille vient de se voir tout rejeter en bloc il y a moins d’une semaine parce qu’elle est mariée et qu’ils n’ont surtout pas voulu tenir compte du cas de Chloé.
      Concernant le mariage pour tous, allez faire un petit tour sur les sites des fachos vous allez voir comment ils se torchent avec la loi pourtant déjà bien avancée.

      Donc, non Alex, la France devient de plus en plus un pays d’arriérés. Désolée, mais il faut arrêter de se boucher la vue.

      Bises.

      • AlexMec a écrit le 13 avril 2013

        J’ai même appelé au rassemblement de mercredi mais il y a eu très peu d’engouement.

        En même temps, à 20h et au beau milieu de la semaine, fallait s’y attendre.

        le changement de prénom est légalement possible – c’est pour cela qu’une fille vient de se voir tout rejeter en bloc il y a moins d’une semaine parce qu’elle est mariée et qu’ils n’ont surtout pas voulu tenir compte du cas de Chloé.

        Elle a pu faire sa demande, oui ou non? Si oui, c’est que le changement est possible. C’est de ça que je parle: faire changer son prénom est légalement possible (pas garanti, mais possible), et une fois obtenu, tout le monde est obligé d’accepter le nouveau prénom. Ce genre de choses n’est pas donné à tout le monde de par le monde.

        Concernant le mariage pour tous, allez faire un petit tour sur les sites des fachos vous allez voir comment ils se torchent avec la loi pourtant déjà bien avancée.

        Et alors? Si la loi passe (et ça a l’air bien parti), ils seront bien obligés de la respecter sous peine de sanctions légales, comme tout le monde.

        Donc, non Alex, la France devient de plus en plus un pays d’arriérés.

        Désolé en retour, Alex 😉 , mais je crois que c’est toi qui sous-estime ce que les gens doivent endurer dans d’autres pays. Oui, il existe une toute petite minorité de pays où les trans sont mieux traitéEs – mais il existe surtout une vaste majorité de pays où iels sont beaucoup moins bien traitéEs! Alors, non, nous ne sommes pas un pays d’arriérés, faut arrêter d’éxagérer.

        • Chloé Tigre Rouge a écrit le 13 avril 2013

          AlexMec, épouse-moi. Enfin, quand la penteglissantepédophiliepolygamiemariagepourtousavecsonchien aura eu lieu.

          • AlexMec a écrit le 13 avril 2013

            J’suis flatté comme tout, mais va falloir que tu dé-transitionnes d’abord, parce que je veux pas épouser une fille, moi 😛 !

        • Alexandra a écrit le 13 avril 2013

          Je n’ai jamais eu l’habitude de regarder derrière moi. J’ai plutôt tendance à regarder vers ce qui est meilleur. Et quand je vois que d’un côté la France dit à tout le monde qu’il faut respecter les trans’ et ne l’applique pas sur son territoire, pour moi il y a comme une sorte de vol sur la marchandise.
          Ensuite… La France a eu de l’avance avec le PACS, et est considérablement en retard désormais pour un pays qui se dit développé ne serait-ce que sur le plan de ce mariage pour tous. Dans tous les autres pays où ce droit a été entériné, il n’y a pas eu un tel déversement de haine. Et quand on voit ces processions moyenâgeuses qui sont maintenant dans la rue, ben j’appelle cela une régression, un retour vers l’obscurantisme. Et quand je vois que certains groupuscules utilisent le terme de “printemps” pour justifier leur retour à des valeurs obscurantistes, je ne peux m’empêcher de penser au recul brutal qu’on pris des pays chez qui les “printemps” ont été noyautés, pillés par des obscurantistes. Alors oui, la France est en train de prendre une pente très très glissante si le gouvernement ne se fait pas plus ferme.
          Regarde juste ce qui s’est passé durant les six derniers mois pour le mariage pour tous, c’est assez inquiétant.
          En théorie, les prochains textes discutés devraient être ceux pour les T. Je pâlis d’avance vu la telle déferlante de haine obscurantiste qui vient de s’exprimer contre l’homosexualité. Je me dis que contre les trans’ ça va être colossal. Il va falloir être fortEs.
          Maintenant, pour mercredi, il y avait urgence, alors oui c’était 20 heures, il pleuvait, mais on a fait ce qu’il fallait. Il ne faut pas dire que personne ne s’est préoccupé du mariage pour tous et ne l’a pas suivi.
          Et pour les demandes, beaucoup de trans’ font leurs demandes en France et beaucoup sont rejetées. Ça revient à ne pas avoir fait de demande. Et surtout, le/la trans’ a été appauvriE par la procédure, continue à être de plus en plus désocialiséE. Donc, ce n’est toujours pas humain. C’est une transphobie sournoise, rampante.

          Et pour terminer, non je ne sous-estime pas ce qui se passe dans les autres pays, mais déjà je m’occupe de ce qui est à proximité de moi, c’est à dire sur le territoire, et il y a déjà beaucoup, trop à faire. C’est par moment désolant, déprimant. J’ai ma vie maintenant, mais je suis touchée dans les tripes pour toutes celles et tous ceux qui sont dans les transitions et avec les difficultés que l’on connaît. Même si mon parcours a été exemplaire car j’ai peu traîné dedans, je suis très très consciente de ce que les autres endurent car je suis plus qu’à l’écoute, je suis aussi active. Ça fait parfois très mal aux tripes quand je vois certaines situations.

          C’est sans coup de gueule, juste les tripes qui parlent.

          • AlexMec a écrit le 13 avril 2013

            La France a eu de l’avance avec le PACS, et est considérablement en retard désormais pour un pays qui se dit développé ne serait-ce que sur le plan de ce mariage pour tous. Dans tous les autres pays où ce droit a été entériné, il n’y a pas eu un tel déversement de haine.

            Euh, si? Juste parce que tu n’en as pas entendu parler ne veut pas dire que ça ne s’est pas passé. C’est la même chose en ce moment d’ailleurs: j’ai des amis aux USA qui ont entendu parler du vote du Sénat, mais qui ont été très surpris quand je leur ai parlé de l’augmentation des violences homophobes.

            Et quand on voit ces processions moyenâgeuses qui sont maintenant dans la rue, ben j’appelle cela une régression, un retour vers l’obscurantisme.

            Et pourtant tous ces gens ne sont pas sortis d’une lampe de génie. Juste parce que tu ne les voyais pas, et ne les entendais pas, ne veut pas dire qu’ils n’existaient pas. Ils se contentaient de parler entre eux, mais ils ont toujours été là. Ce que tu vois maintenant n’est pas un retour vers quoi que ce soit, mais simplement l’expression d’une minorité qui se taisait ces derniers temps, c’est tout.

            En théorie, les prochains textes discutés devraient être ceux pour les T. Je pâlis d’avance vu la telle déferlante de haine obscurantiste qui vient de s’exprimer contre l’homosexualité. Je me dis que contre les trans’ ça va être colossal. Il va falloir être fortEs.

            Je ne pense pas, non. Je les connais, les antis, j’ai grandi parmi eux. Le mariage pour tous était quelque chose qui était garanti de les énerver au plus haut point, surtout après (selon leur point de vue) qu’on leur ait imposé le PACS plus ou moins en douce. Mais les trans, ils n’en ont rien à faire. Au pire, on aura quelques antis ici et là qui auront des vapeurs à l’idée qu’un “homme” utilise les toilettes pour femmes, mais comme on n’est pas aux USA, ici, les gens hausseront probablement les épaules devant le peu d’intérêt de la chose. Donc non, à mon avis, les anti-mariage-pour-tous ne s’intéresseront pas aux lois pour les trans.

            Il ne faut pas dire que personne ne s’est préoccupé du mariage pour tous et ne l’a pas suivi.

            Ce n’est pas ce que j’ai dit. Ce que j’ai dit, c’est qu’il n’y a pas eu d’article ou de petit mot sur le fait que le premier article de la loi est passé tel quel au Sénat, alors que justement c’est le fondement même de tous les futurs droits pour les couples de même sexe.

            Et pour les demandes, beaucoup de trans’ font leurs demandes en France et beaucoup sont rejetées. Ça revient à ne pas avoir fait de demande.

            Là, tu parles comme quelqu’un qui a l’habitude d’avoir le droit de demander. Ceulles qui ont vécu dans des situations où iels n’avaient même pas le droit de demander, savent pertinemment qu’il y a une ENORME différence entre “demander et se voir refuser” et “ne pas pouvoir demander du tout”. Cette différence, c’est tout simplement le libre arbitre, rien que ça.

            Et surtout, le/la trans’ a été appauvriE par la procédure, continue à être de plus en plus désocialiséE.

            Le refus, l’échec de la demande, est le risque inhérent à l’exercice du libre arbitre. Cela ne veut pas dire qu’il est acceptable, dans ce cas précis, que le prix humain de ce refus soit aussi élevé, mais il faut reconnaitre que ce refus n’existe que parce que les trans peuvent demander en premier lieu, ce qui est déjà énorme.

            Et pour terminer, non je ne sous-estime pas ce qui se passe dans les autres pays, mais déjà je m’occupe de ce qui est à proximité de moi, c’est à dire sur le territoire, et il y a déjà beaucoup, trop à faire.

            Je suis bien d’accord, mais le sujet de mon commentaire original était précisément la comparaison injuste (car tronquée) que le monde trans français a tendance à faire entre la France et le reste du monde, quand et seulement quand ça l’arrange. Dire, “Il reste beaucoup à faire, et on peut s’inspirer de certains voisins sur certains points,” c’est juste. Mais dire, “On n’a rien de bon ici!” alors qu’au final, les français sont quand même parmi les citoyens les mieux lotis et les mieux protégés au monde, trans compris… Voilà, ça, ça m’énerve =_=

            Et puisqu’on parle de prendre aux tripes:
            – Combien de pays ont ouvert le mariage aux couples de même sexe?
            – Combien de pays considèrent l’homosexualité comme un crime?

          • Alexandra a écrit le 14 avril 2013

            Je ne demandais pas une analyse de texte. J’exprimais juste un sentiment. Tant pis, je n’ai pas été comprise. Pas grave, je m’en remettrai.
            Bon… J’ai un dimanche ensoleillé à vivre. Bonne journée.

          • AlexMec a écrit le 14 avril 2013

            Ne dénigre pas ma façon naturelle de répondre, s’ il-te-plait.

            Bonne journée.

          • Alexandra a écrit le 14 avril 2013

            Je ne dénigre pas. Je disais simplement que pour le coup ça ne nécessitait pas ce mode.

    • Julie Mazens a écrit le 15 avril 2013

      1. Où est l’article célébrant le fait que le premier article du projet de loi concernant le mariage pour tous est passé hier tel quel au Sénat?

      ça me parait un peu hors sujet même si je comprends bien que c’est un exemple pour illustrer le côté pleurnichard des français.

      ceci étant dit, je réalise que nous avons effectivement zappé de célébrer ce vote au moins par un entrefilet …

      on touche les limites de notre modèle de ligne éditoriale. Une petite centaine de personnes inscrites ont la possibilité de créer un tel billet … manifestement personne ne s’en est souciée (alexandra et moi étions overbookées).

      Bises.

  11. SOS a écrit le 13 avril 2013

    Transphobie – Ces équipes hospitalières sont illégales, transphobes, ne s’occupent que des personnes trans & intersexes qui doivent obligatoirement être préparées et diagnostiquées psychiatriquement, pour effectuer obligatoirement ” un parcours ” : hormonal et chirurgies avec une stérilisation imposée :

    Pour changer ” voir soigner, et par des tests, et des tentatives transphobes illégales ” pour l’un ou l’autre sexe binaire obligatoirement, pour rentrer dans les deux cases des stéréotypes de sexe.

    Pareil : c’est le cas aussi pour les équipes privées, et des médecins transphobes qui veulent contrôler les trans & intersexes et les rendre esclaves d’eux à vie. Honteux !

    A virer d’urgence tout cela, aucun patient même avec une ALD n’est obligé à de telle contrainte, c’est inadmissible ! ces pratiques sociétales transphobes discriminantes.

    Il n’ y a pas égalité de traitement , comme pour le reste de la population Française.

    La transphobie est un délit : http://www.sos-transphobie.org

    • Chloé Tigre Rouge a écrit le 16 avril 2013

      “Illégal”, ça reste à prouver. Mettez-vous à jour avant de poster et de mettre tout le monde dans le même panier, ça serait chou, merci. Ou alors allez jusqu’au bout de votre démarche et posez des bombes, s’ils sont si méchants.

      C’est en travaillant _avec_ les autres et pas _contre_ eux qu’on réussira à faire évoluer la situation. L’opposition n’est pas une posture tenable.

    • Héloïse a écrit le 16 avril 2013

      Petit trans ! Viens par ici voir ton gentil psy…
      Tu sais que tu as besoin d’hormones pour survivre dans ce monde binaire.
      Tu sais que si tu ne prends plus tes hormones, tu aura plein de problème de santé.
      Tu en veux encore, il faudra d’abord te les faire couper, qui voudrait supporter ça pour une génération de plus ?
      Tu n’auras pas tes hormones tant que tu ne dis pas sur tf1que nous sommes les meilleurs spécialistes du monde qui t’ont sauver la vie.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -