Le ciel peut attendre …

24 avril 2013 | Tags: , ,

le-ciel-peut-attendreAvant-hier, le journal Têtu titrait sur son site : « Vote du mariage pour tous : Où fêterez-vous ce moment historique? ».

Ce moment historique je ne le fêterais pas.

Au delà de cette loi louable mais mal ficelée et incomplète, qui ne prend pas en compte les problèmes liés à la filiation et à la parentalité, (et je ne parle même pas de la PMA), je me disais que cette grande conquête pour l’égalité des droits concernerait aussi celles et ceux qui revendiquaient le droit à l’égalité pour pouvoir disposer enfin de leur existence.

Je viens de jeter un petit coup d’œil sur un site d’information que j’ai mis en ligne il y a quelques années, et, notamment, sur la rubrique concernant le changement d’état-civil des personnes transgenres et transsexuelles.

Je suis au regret de constater que tout ce que j’ai écrit à ce sujet reste malheureusement notre réalité.

Rien, absolument rien n’a changé nous concernant.

A lors que le gouvernement aurait du profiter de ce débat de société pour y englober celles et ceux qui n’ont qu’un seul droit, celui de payer leurs impôts, de se taire et de souffrir en silence, il a préféré surtout ne pas ouvrir une nouvelle fois la boite de pandore.

Pourquoi l’aurait-il ouverte d’ailleurs ?

Pour quelques dizaines milliers de personnes (NDLR: centaines de milliers en prenant la méthode d’évaluation de l’étude GIRES) qui n’ont aucune visibilité, aucun pouvoir et qui, pour beaucoup, ne peuvent même pas voter ? Pourquoi risquer une nouvelle vague de mécontentement pour quantité négligeable ?

Mieux encore, en se focalisant sur la loi sur le mariage, les médias aussi bien que certains collectifs LGBT, au lieu de s’en servir comme d’un tremplin pour l’égalité des droits pour tous ont tout simplement oublié jusqu’à notre existence.

Et après, que va-t-il se passer ?

La future loi sur la famille, celle, (plus hypothétique), sur la PMA ne manqueront pas de relancer ce climat malsain que nous avons connu ces derniers temps.

Comment envisager une loi sur le changement d’état-civil dans un tel climat ?

Pro et anti mariage continueront à batailler dans la rue et dans les médias, occupant le devant de la scène.

Pendant ce temps, qu’obtiendront nous ?

De belles paroles et une tape compatissante sur nos épaules fatiguées par ces années de vaine lutte ?

Voilà quarante ans que, comme sœur Anne, nous guettons une loi pour enfin bénéficier enfin de l’égalité républicaine. Mais, il est vrai que nous pouvons bien attendre encore un peu, le ciel le peut
bien lui…

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
La transphobie devient un critère légal de discrimination aux contours flous, mais pour le gouvernement l’identité de genre peut attendre
Nous nous faisons l'écho de la nouvelle loi votée le 25 juillet, les réactions continuent à tomber ... ________________________________________________________________________________ Vote à l'unanimité du projet de loi sur le harcèlement sexuel. La transphobie devient un critère légal de discrimination aux contours flous, mais pour le gouvernement l'identité de genre peut attendre. ________________________________________________________________________________ Communiqué de Presse Fédération LGBT / ANT Le 25 juillet, l'Assemblée nationale a adopté le nouveau projet de loi relatif au harcèlement sexuel, pour combler le vide juridique laissé par l'abrogation, le 4 mai dernier, du ...
LIRE L'ARTICLE >>
All Out - L'égalité pour tous et partout
All Out mobilise en ligne, et hors-ligne pour que chacun puisse vivre comme il l’entend et être accepté pour ce qu’il est : gay, lesbiennes, bi, transgenres - LGBT - et hétéro. C'est tous ensemble que nous allons gagner l'égalité des droits pour tous, pour un monde où nous sommes libres d'être différents. Déjà un million de personnes ont rejoint ce mouvement - vous aussi rejoignez nous ! Utilisant les nouvelles technologies des réseaux sociaux, All Out est une communauté en ligne mondiale, ...
LIRE L'ARTICLE >>
Peut-on parler de “marketing” du Troisième Genre ?
Il n'est pas rare de trouver spontanément des corrélatifs envers différentes choses. Il y a quelques jours par exemple, une amie et moi-même dissertions en comparant les sociétés d'insectes et la société humaine. Il me semble en avoir trouvé un sur lequel m'appuyer afin essayer de faire passer un message, d'une part à ceux dont le jugement se limite à l'apparence, mais aussi à celles qui sont parfois l'objet justifié de ce jugement. Il concerne la comparaison entre certaines communautés, en l'occurrence ici ...
LIRE L'ARTICLE >>
(A.N.T.) MANIFESTATION EXISTRANS DU 20 OCTOBRE 2012
MANIFESTATION EXISTRANS DU 20 OCTOBRE 2012 : UNITE POUR LE DROIT AU CHANGEMENT D’ETAT CIVIL LIBRE ET GRATUIT ! Pour la première fois depuis sa création, en 2004, l’Association NationaleTransgenre (A.N.T.) appelle à la 16eme édition de la marche Existrans du samedi 20 octobre. Contrairement aux années précédentes, où la plate-forme revendicative se refusait encore à revendiquer le droit au changement d’état civil libre et gratuit, l’Existrans soutient aujourd’hui clairement ce droit sous le slogan « Des papiers si je veux, ...
LIRE L'ARTICLE >>
Gaymat 2013, Marche de l’Égalité au Luxembourg
(Communiqué de Presse) L'ANT défilera pour un changement d'état civil démédicalisé et déjudiciarisé pour les personnes transgenres  en Europe ! Le 13 juillet  2013 l'Association nationale transgenre sera une fois de plus au côté des associations LGBT luxembourgeoises pour porter haut les revendications d'égalité pour les personnes lesbiennes, gays, bi, transgenres, soutenant le mot d'ordre du Gaymat demandant l'égalité complète face au mariage pour les couples de même sexe: « Une famille pour nous tous » (Eng Famill fir eis all). Tandis ...
LIRE L'ARTICLE >>
21 avril 2013 – Egalité des droits – Place de la Bastille
Act Up-Paris appelle à un rassemblement ce dimanche 21 avril 2013 à 15h à Paris, place de la Bastille. Face au déferlement de haine qui s’abat sur l’ensemble des gouines, des trans, des biEs, des pédés, nous réclamons l’égalité des droits. L’absence d’égalité des droits entretient l’homo-lesbo-transphobie, favorise les suicides et les comportements à risques vis-à-vis du VIH/sida et des IST. Pour toutes ces raisons, nous réclamons l’égalité des droits totale entre couples hétérosexuels et couples homosexuels – mariage, filiation, PMA ouverte ...
LIRE L'ARTICLE >>
Pétition pour une loi sur le changement d’état-civil
Le projet de loi sur le changement d’état-civil est au point mort. Le gouvernement aux abonnés absents. Pendant ce temps, les personnes transgenres et transsexuelles n’ont toujours qu’un seul droit : celui de se taire. Parce que nous refusons ce silence, nous appelons à une pétition nationale afin que le gouvernement prenne enfin ses responsabilités et propose une loi qui permette aux personnes transgenres et transsexuelles de changer d’état-civil dans des conditions décentes… Votre signature est notre liberté. >>> Pétition Citoyenne à signer et à ...
LIRE L'ARTICLE >>
La loi doit aller au bout des intentions !
Un positionnement net et de poids pour toutes les personnes transidentitaires sans discriminations! Souvent accusé à tord de ne pas être suffisamment investis dans la lutte pour l'égalité et la non discrimination des personnes LGBT dans le monde du travail, la Confédération CGT en appuyant l'urgence d'une nouvelle loi contre le harcèlement sexuel et moral des personnes, s'exprime clairement pour demander que l'avancée proposée par le Sénat pour lutter contre la transphobie dans son projet sous le terme "d'identité sexuelle" reprenne ...
LIRE L'ARTICLE >>
Suite aux cassations, Entretien avec Maitre Caroline Mécary
Nous nous sommes fait l'écho des arrêts rendus par première chambre civile de la cour de cassation concernant des questions LGBT. Caroline Mécary, avocate spécialiste de ces questions – elle défend un des dossiers notamment – et conseillère régionale Europe Écologie Les Verts, a livré son analyse sur ces arrêts. Comment analyser les arrêts rendus sur le changement d’état civil des personnes trans’? Rappelons qu’un arrêt de la Cour de Cassation, ce n’est pas la loi. C’est une interprétation de l’application de ...
LIRE L'ARTICLE >>
Élection de François Hollande : l’espoir de l’Égalité pour les Trans
LA COORDINATION INTERPRIDE FRANCE ET LA FEDERATION LGBT FIXENT LE CAP D'UNE ÉGALITÉ RÉELLE DANS LES 100 JOURS. Au lendemain du 6 mai, nos associations prennent acte du résultat du second tour de la présidentielle qui porte François Hollande à l’Élysée. Un résultat auquel nos associations avaient appelé. Avec François Hollande, l'Égalité des Lesbiennes, Gays, Bi et Trans (LGBT) est un espoir atteignable en raison de son Engagement 31, notamment sur les questions du mariage et de l'adoption pour les couples de ...
LIRE L'ARTICLE >>
La transphobie devient un critère légal de discrimination aux contours flous, mais pour le gouvernement l’identité de genre
Mouvement All Out / En Avant !
Peut-on parler de “marketing” du Troisième Genre ?
(A.N.T.) MANIFESTATION EXISTRANS DU 20 OCTOBRE 2012
Gaymat 2013, Marche de l’Égalité au Luxembourg
21 avril 2013 – Egalité des droits – Place de la Bastille
Pétition pour une loi sur le changement d’état-civil
La loi doit aller au bout des intentions !
Suite aux cassations, Entretien avec Maitre Caroline Mécary
Élection de François Hollande : l’espoir de l’Égalité pour les Trans

11 responses to Le ciel peut attendre …

  1. Ester a écrit le 24 avril 2013

    Bonjour,
    Je comprend ta réaction… Cette loi est focalisée sur le mariage et le problème du changement d’état-civil CEC est distinct. D’ailleurs je n’ai pas vérifié si le CEC contraint toujours au divorce les couples avec unE transsexuelLE. J’espère que non…Ce qui change est la possibilité de mariage des transsexuelLEs avant leur CEC.
    Franchement je n’imagine pas que le thème CEC aurait pu faire descendre dans la rue autant de monde…

  2. Brigitte Goldberg a écrit le 24 avril 2013

    Tout à fait d’accord avec toi, mais, bien que peu nombreuses, nos droits en sont-ils moins importants pour autant ? Logiquement, le CEC ne devrait plus contraindre au divorce, enfin j’espère :)
    En fait, une loi sur le CEC pourrait faire descendre pas mal de monde dans la rue, mais, j’aurais bien peur que ce ne soit contre vu le climat actuel…

  3. yukarie a écrit le 24 avril 2013

    c’est là que l’on se demande si le fait d’associer LGB et TI est pertinent.

    • Alexandra a écrit le 24 avril 2013

      La pertinence tient à un fait avéré : Les transphobes sont homophobes avant tout. De ce fait, toute mesure prise en faveur des LGB a des répercussions plus ou moins directes dans notre direction.
      Une exception vient quand même de se produire à cette règle. Dans l’histoire du mariage pour tous, la filiation en a pris un coup. UnE trans’ qui fait changer son état-civil est fortement susceptible de se voir coupéE de sa filiation avec ses gamins. Mais comme Chloé Avrillon et moi en avons discuté hier juste après le vote, la loi sur la famille devrait normalement palier à ce défaut. Il s’ensuit actuellement un “trou” comme il y a eu à l’époque où la loi sur le harcèlement sexuel a été temporairement invalidée pour revenir sous une forme plus conséquente et plus précise.

  4. Brigitte Goldberg a écrit le 25 avril 2013

    Désolée, mais je ne suis pas tout à fait d’accord. Si certaines discriminations sont communes, les problématique sont très différentes. Je pense notamment à celle qui font leur transition en entreprise ou qui cherchent un travail durant cette période. Depuis septembre 2012 nous avons demandé à tous nos interlocuteurs au gouvernement que soit réalisée une grande enquête sur les trans, (comme celle du National Transgenders Dicrimination Survey), et à ce qu’elle donne lieu à une campagne de sensibilisation du grand public. Nous attendons toujours…
    En ce qui concerne la filiation, je me permets de rappeler l’article 2 du code civil. Un CEC ne peut valoir que pour l’avenir, donc une filiation antérieure à ce dernier ne saurait être remise en cause…

    • Alexandra a écrit le 25 avril 2013

      Désolée Brigitte. Le texte tel qu’il est écrit actuellement vient en contradiction formelle de l’article dans le cas spécifique du CEC. Sinon, pourquoi Chloé aurait-elle levé l’alerte au Sénat ? Pourquoi aurait-elle en ce moment des échanges si denses sur le sujet avec toujours le Sénat ? Il s’avère qu’ils ont laissé passer une partie de texte extrêmement dommageable pour les trans’. Je te convie à te rapprocher d’elle, elle est en fer de lance sur le sujet, et j’ai particulièrement confiance en ce qu’elle dit. Elle a quand même un parcours assez peu banal sur le sujet de l’homoparentalité et du maintien contre vents et marées de son mariage (avec la particularité que l’on connaît).
      http://www.txy.fr/blog/2013/03/27/mariage-pour-tous-et-parents-trans-chloe-avrillon-lance-lalerte/

      Maintenant, en ce qui concerne le combat des LGB et le combat des T. J’ai bien dit qu’il y avait des similitudes fortes d’adversité qui font que nos combats se rejoignent à un moment. Il est clair que nos soucis spécifiques de CEC, de remboursements de soins, et tutti quanti, ne regardent pas la cause LGB. Mais là on est sur du technique.
      Pour la partie phobie pure, on est assimiléEs. Pour un facho, un pédé, une gouine, une pute, unE trans (je reprends le vocable Act Up très parlant), c’est du pareil au même, c’est dans sa tête “du dégénéré”.

  5. Brigitte Goldberg a écrit le 25 avril 2013

    Je suis d’accord avec Chloé quand elle réclame que le texte précise explicitement le maintient de la filiation. Cela dit, un CEC qui remettrait en cause cette dernière aurait un effet rétroactif et serait donc inconstitutionnel. Le risque me semble plus exister du coté d’un refus d’un CEC pour les trans mariées et qui désireront le rester par les tribunaux au titre du droit des enfants, (et là Cholé a tout à fait raison d’évoquer le jugement du TGI du 2 juin 1997).
    Permets moi juste de considérer pour me battre sur ces sujets depuis quelques années que le CEC et les problèmes liés au suivi médical son,t très loin d’être uniquement “techniques”. Ces question impactent notre existence d’une façon parfois extrêmement violente… Pour la phobie, c’est exact, la bêtise humaine n’a malheureusement aucune limite dans la haine de l’autre…

    • Alexandra a écrit le 25 avril 2013

      Brigitte. Je connais la violence de ce monde. N’oublie pas que je suis passée par là. J’ai eu la chance de savoir passer par d’autres voies que les voies toutes tracées en France, et les moyens de le faire. Je sais très bien ce qui se passe pour celles qui n’ont pas cette chance.
      Et moi aussi maintenant, cela fait “des” années que je me bats. Et j’ai aidé nombre de filles depuis, des filles parfois dans les protocoles, parfois hors des protocoles. J’en aide qui ne sont pas encore à la phase transitionnelle mais qui l’envisagent. Je vois très bien les problématiques actuelles. Quand les problématiques ne sont pas techniques (médical, droit), elles relèvent simplement de la transphobie. Tu enlèves la transphobie, il ne reste plus que des points techniques : Un CEC c’est technique. Un parcours médical c’est technique. Un refus de laisser progresser une fille sur son chemin c’est très souvent transphobe. Un refus de CEC (pour tous ceux que j’ai vus récemment) c’est transphobe. Un rejet familial c’est transphobe… Rien ne justifie ces refus, ces rejets.
      Enlevons la possibilité d’exprimer la transphobie (lois qui consacrent un aggravation par le fait), et ne resteront plus que des points purement techniques.

  6. Brigitte Goldberg a écrit le 26 avril 2013

    @Alexandra. Entendrais tu par là que l’ensemble des médecins et des juges auxquels nous avons affaires sont transphobes ? Permets moi de penser que la situation est un peu plus complexe. Depuis plus de quarante ans, le désistement des pouvoir publics, (que ce soit sur le CEC ou le suivi médical) les a laissé livré à eux-même face à une problématique qu’il ne maitrisent pas, d’où, une réaction de peur. Dans le même temps, cette inertie à entrainé la radicalisations des revendications de certaines associations créant un fossé, voir même un abime. Malheureusement, l’attitude du gouvernement actuel, son silence et sa passivité sur la question ne me rendent pas très optimiste…

    • Alexandra a écrit le 26 avril 2013

      Si tu prends un certain NMJ, tu as à faire à un médecin qui fait vraiment son métier, d’après tout ce que j’en entends.
      Maintenant concernant les juges, je me réfère essentiellement aux quatre arrêts de la cour de cassation entre le 7 juin 2012 et maintenant qui ont tous été contre les trans’. Et à chaque fois ce sont les mêmes arguments qui ont été brandis faisant par la même reculer les droits des trans’.
      Pour l’anecdote concernant mon propre CEC dont l’audience avait eu lieu le 5 juillet 2012, j’ai eu la chance de tomber sur une présidente de tribunal plutôt très factuelle et même sympa, même si j’ai fortement tremblé au vu des différents “attendus” énoncés. Mais… Car il y a “mais” de taille, le problème a bien failli se situer avec le Parquet. En effet, madame le Substitut du Procureur, en avril 2012, me demande des comptes sur mon opération à Bangkok par Chettawut disant que j’aurais pu tout faire en France (en tout cas certainement pas dans les délais qui m’étaient impartis) et surtout mieux “parce que les conditions d’hygiène sont meilleurs en France et qu’on a d’éminents experts meilleurs qu’en Thaïlande” (je dois rire ou je dois pleurer ? Je suis très partagée, là.) et que de ce fait en l’absence de plus de précisions elle voulait rejeter mon assignation. Le 7 juin 2012, nous apprenons qu’un rejet est fondé sur l’opération de l’une en Thaïlande par Suporn. Je demande explicitement à mon avocat de glisser dans sa plaidoirie que madame le Substitut du Procureur a fait cette demande car elle connaissait déjà à l’avance l’arrêt de la cour de cassation à venir, au moment où elle a posé sa fameuse question. Et… Vu comme elle a rougi, souri jaune et baissé le nez on peut dire “Bingo !”. Son attitude n’a pas échappé à madame le Président du tribunal. J’avais pour moi un dossier constitué de plus de 100 pages pour justifier l’opération en Thaïlande (rapport HAS, rapport IGAS, revue hebdo des médecins…). Ca a porté car il n’y avait pas de place pour passer un papier à cigarette. Mais combien de filles savent se défendre ainsi ? Combien d’avocats arrivent à suffisamment blinder les dossiers ainsi ? Malgré tout, j’ai quand même eu droit à : “Mais est-ce que l’opération faite en Thaïlande et sans que madame ne soit passée par nos psychiatres avec qui je travaille régulièrement sur les dossiers des transsexuel(le)s, a bien éliminé la psychose ?”.
      Nous sommes encore considérées psychotiques dans les tribunaux. En effet, ce n’est pas une transphobie consciente (j’ose l’espérer !) mais c’est bien une transphobie instillée à un point des procédures qui vaut à bien des filles de rester coincées dans leurs identités d’origines. Et là, je ne suis que sur le volet juridique.
      Voilà pourquoi j’ai fait cette remarque. La situation est complexe, mais élimine toute cette transphobie voilée ou non et tout va devenir d’un coup bien plus simple.
      Encore une fois, je me fonde en effet sur ce que j’ai vécu et aussi sur ce que je suis en terme d’actualité sur le sujet. Je pense avoir quand même une vue assez large sur le sujet pour pouvoir me faire une idée de la situation en France.
      Et toi ? Comment vois-tu la situation ?

  7. Brigitte Goldberg a écrit le 26 avril 2013

    @Alexandra. Je suis de ton avis sur un point, la disparité des situations et des comportement crée une inégalité devant les juridictions qui est inadmissible et à laquelle, seul la loi peut mettre un terme. En ce qui concerne NMJ, je le connais un peu puisque c’est lui qui m’a opéré ! J’ai aussi rencontré le regretté Albert Leriche dont le moins que l’on puisse dire c’est qu’il s’est vraiment battu pour nous. Cela dit, j’ai effectivement eu affaire à un médecin ouvertement transphobe, l’anesthésiste, qui a faillit faire annuler mon opération à cause d’une simple signature d’un endocrinologue que je ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam ! Bien avant, étant dans l’impossibilité de me faire opérer en France, (Lyon n’opérait plus et Paris ne voulais pas de moi), et, n’ayant pas les moyens d’aller en Thaïlande ,j’avais été en Belgique et j’avais fait une demande de prise en charge. La je suis d’accord, on peu parler de transphobie. Le refus de la CPAM était tellement bien motivé que je l’ai fait condamner à des dommage et intérêts devant le TASS pour préjudice moral ! Pour ce qui est des juges, il y a également une très grand disparité de comportement. Lors de mon changement de prénom, le président du TGI s’est montré on ne peu plus attentif et humain. Tout se déroulait à merveille. Le procureur a commencé sa plaidoirie par “je suis contre le changement de prénom et d’état-civil des personnes transsexuelle”. je suis devenue blanche ! La meilleure c’est que je me suis retrouvé de nouveau face à lui pour mon CEC ! J’ai une copie d’un jugement du TGI de Nimes qui demande non pas une mais deux expertises, (une psychiatrique, l’autre médico-légale) pour une fille suivie et opérée en France. Comme si des médecins allaient s’amuser à faire un faux ! Lors des discussions que nous avons eu pour la circulaire du 14 mai 2010, je l’avais montré au directeur de la DACS en lui demandant quand cela cesserait. Ma compagne a été opéré en Thaïlande tout comme toi avec un CEC au TGI de Versailles, (pas réputé pour être tendre). J’avais pris la précaution de lui faire faire un certificats par un urologue qui était aussi expert auprès de la cour d’appel. Il n’y a pas eu d’opposition, mais, je suis effectivement de ton avis, il faut avoir la chance d’être particulièrement bien accompagné juridiquement et ce n’est pas normal car cela crée une disparité de fait. je crois sincèrement que, même si certains magistrats sont effectivement ouvertement transphobes, la grande majorité est surtout désarmé face à ce problème et a la très fâcheuse tendance, faute de loi, à suivre à la lettre les arrêts de la cour de cassation en se reposant systématiquement sur des expertises ce qui les décharge de la responsabilité du jugement. La circulaire que j’ai citée, si elle a eu un certain d’effet sur les parquets généraux auxquels elle était destinée, (16,5% de demande d’expertise entre mai et décembre 2010), n’a pas impactée les magistrat du sièges. Je pense que la loi a venir, (si on en voit le bout de son nez un jour), devra impérativement comprendre un article proche de l’esprit de la circulaire incitant à considérer de prime abord que les certificats sont établis de bonne fois et à ne les remettre en cause qu’en cas de doute sérieux sur leur validité, (une inversion de la preuve de la charge en quelque sorte). Je pense que la situation actuelle n’est pas digne de notre démocratie, que seule la loi pourra nous sortir de cette effroyable ornière où l’on nous cantonne. Mais, cela ne sera pas suffisant. j’ai demandé avec la plus grande insistance lors de mes rendez-vous à Matignon et à l’Elysée à ce qu’une formation soit prévue à cette effet dans leur cursus ainsi que pour les avocats qui sont souvent peu compétent en la matière faut de pratique, tout comme je l’ai également demandé pour les médecins. J’attends toujours une réponse… Ce que je constate non sans un immense regret, c’est que le gouvernement n’est pas prêt à prendre ses responsabilités, que ce soit être à l’initiative d’une loi ou pour engager une commission sur le suivi médical. Je ne sais pas si le changement c’est maintenant, mais, ce que je constate, c’est qu’après un an de pouvoir, rien n’a changé et cela me navre, mais, il est vrai que nos cartes d’électeurs ne pèsent pas bien lourd dans la balance…

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -