CSA, deux poids, deux mesures : “College Boy” – Nicolas Sirkis – Indochine – Xavier Dolan

3 mai 2013 | Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

"Françoise Laborde, membre du CSA, souhaite que le clip soit interdit aux moins de 16 ou 18 ans." DR Le Parisien

“Françoise Laborde, membre du CSA, souhaite que le clip soit interdit aux moins de 16 ou 18 ans.” DR Le Parisien

EDIT : Vidéo en fin de billet – courtesy of Vevo !

Le clip présent en exclusivité dans l’article du journal Le Parisien, et que nous relayons ici, est dénoncé actuellement par le CSA en la personne de Françoise Laborde comme tellement violent qu’il ne devrait pas être présenté à des enfants de 16 ans, et même peut-être pas avant 22h30, et même peut-être interdit aux moins de 18 ans.

Ce qui est largement oublié, ce sont tous ces films de violences “déconseillé aux moins de 10 ans”, vous noterez le “déconseillé”, mais que tous les gosses regardent quand même car bien souvent les parents ne surveillent pas forcément ce que les enfants font dans leurs chambres, chambres où bien souvent les gamins ont leur propre télévision.

Oublié aussi tous les vidéos clips où se dandinent des bimbos dans des tenues plus qu’affriolantes destinées à exciter ces messieurs en mal de sexe et qui trouvent leur plaisir en regardant se trémousser ces filles pratiquement dévêtues et qui du fait des postures, de la gestuelle, présentent clairement en appel à l’acte sexuel ; vidéos pour le moins dégradantes pour les femmes.

Passé à la trappe le journal de 20 heures qui présente régulièrement des images de guerre, d’armes, de corps calcinés (voir les images du conflit Syrien), des images parfois d’une violence insoutenable que même un adulte ne devrait pas voir.

Sciemment occultée toute la violence morale et physique déversée au quotidien sur les chaînes d’information en continu qui bien souvent restent allumées alors que les enfants sont à côté.

Passée sous silence toute la violence qui a été crescendo à l’encontre des LGBT durant ces six derniers mois et dont le mode de présentation télévisuel incitait encore plus à la violence ceux-là même qui la perpétraient, étant dans une forme de concours à qui réaliserait le plus bel exploit contre les LGBT.

Minimisée la violence morale des cadres religieux, des députés des partis contre le mariage pour tous, la violence morale et physique des groupuscules extrémistes qui étaient largement relayées par les chaînes d’information, les JT sans que pour autant personne n’intervienne pour faire cesser ce bal funeste et surtout pas le CSA !

Oubliés ces attentats présentés en direct aux heures de grande écoute, où on va jusqu’à présenter sous tous les angles l’explosion en direct à l’arrivée du marathon de Boston, où ce n’est pas tant le sort des victimes qui intéresse, mais bien les images de sang, de destruction, car ça fait vendre.

Et qu’a fait le CSA pour tout cela ? Rien ! Aucune censure ! Aucune interdiction de diffusion de ces chaînes, aucun écran noir comme il fût une fois imposé à Canal+ parce qu’une paires de testicules avait été vue pendant moins de 5 secondes sur le plateau de “Nulle part ailleurs”.

Ce clip est criant de vérité. Il montre cette violence perpétrée à différents niveaux à l’encontre des LGBT, mais est tout aussi applicable à toutes les personnes qui souffrent d’une différence tant liée à l’orientation sexuelle, l’identité de genre, qu’au handicap, à l’origine ethnique, à l’origine étrangère. Il n’est jamais qu’un révélateur de l’aveuglement très volontaire de la société avec l’appui des médias, des pouvoirs successifs en place, aux violences perpétrées contre les minorités et toujours restées impunies.

Censurer ? Empêcher tout le monde de le voir ? Le reléguer à des heures auxquelles la plupart des gens sont couchés ? Est-ce un clip qui incite à la violence ? Non ! C’est un clip qui incite à arrêter la violence, prendre conscience de la barbarie démocratisée contre les LGBT.

Cette magnifique réalisation de Xavier Dolan sur les paroles et musique d’Indochine devrait bien au contraire servir à l’éducation des populations pour arrêter toute cette violence. Ce film provoque dès le départ l’empathie pour la victime et n’est nullement un appel à la violence. Il est une pure dénonciation de la violence.

Regardez ce clip. Il est en effet très dur. Il fait trembler d’autant plus lorsqu’on a été confrontéEs parfois à une partie de cette violence. Regardez-le jusqu’au bout. Les images sont en effet insoutenables, mais pas pour les raisons invoquées. Elles le sont par rapport aux bourreaux et à leur vindicte contre une seule personne, un gamin qui a le malheur d’être différent, d’avoir cette différence tant rejetée par les cultures occidentales imprégnées de religion. Regardez-le jusqu’à la dernière seconde, chaque image est importante.

Ce clip est une dénonciation de tout ce qu’ont subi les LGBT depuis des lustres. Il ne devrait pas être censuré par le CSA. Nous n’avons pas beaucoup vu le CSA durant les six derniers mois de violences morales et physiques contre les LGBT.

Il dénonce la passivité des gens autour. Ces gens pleurent ce qui vient d’arriver au gamin mais ne font rien.

Ces gens ont même les yeux bandés en signe de cécité à cette violence contre les LGBT. Ce clip dénonce cette cécité chronique, maladive des gens.

Ce clip dénonce la poltronnerie générale devant les violences faites aux LGBT.

Il dénonce la cécité des autorités devant cette violence que bien des LGBT subissent au quotidien où même la victime devient suspecte, voire accusée.

Il dénonce la connivence des religieux avec les homophobes.

Article du Parisien ici.

Le harcèlement, une triste réalité 
Selon une enquête du ministère de l’Éducation nationale, un élève sur vingt se dit harcelé de manière sévère ou très sévère, créant «un état d’insécurité permanent dont les conséquences sont lourdes sur le plan scolaire mais aussi en termes d’équilibre psychologique et émotionnel et de développement de l’enfant ou de l’adolescent». Ainsi, 20 à 25% des absentéistes chroniques le sont par peur du harcèlement et le risque de faire une tentative de suicide est quatre fois plus important.
Lors des Assises nationales sur le harcèlement à école en janvier 2012, une ligne téléphonique dédiée et gratuite et un guide sur le harcèlement pour les équipes éducatives, avaient été mis en place.


Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Projet “College Boy” – « Clash boy », une vidéo choc contre le harcèlement
Le projet College Boy a été lancé le 3 mai 2013 par Célia Sachet, 19 ans, avec le pitch suivant : Vous avez vu le clip "College Boy" d'Indochine ? Vous vous sentez révolté par la polémique que cela engendre ? Vous voulez dénoncer ces faits qui se déroulent chaque jours ? Alors ce projet vous concerne. L’originalité et la force de ce projet : ce sont des anonymes qui ont accepté d’y participer. Célia a lancé l’idée sur facebook, invitant toutes les ...
LIRE L'ARTICLE >>
Après les succès internationaux de "J'ai tué ma mère" et "Les amours imaginaires", le jeune réalisateur Xavier Dolan présente son nouveau film "Laurence Anyways". http://www.youtube.com/watch?v=HHFziRhHFJs
LIRE L'ARTICLE >>
Dr Nicolas Morel-Journel - DR France Télévisions - Telle est ma télé !
Après un contact direct et fructueux avec le Docteur Nicolas Morel-Journel au sujet de ce qu'il désirait communiquer à la communauté T, nous revenons vers vous avec une interview qui, nous l'espérons, vous apportera des premiers éléments de réponse quant au travail qu'il réalise dans le cadre des chirurgies de réassignations sexuelles à l'hôpital de Lyon-Sud. Nous avons pris contact directement avec lui dans le cadre de cette première interview afin de vous fournir des informations de première main sur son ...
LIRE L'ARTICLE >>
En prolongement de la bande annonce du film Laurence Anyways, Xavier Dolan donne un premier interview. http://www.youtube.com/watch?v=0MOXKr-CYUU
LIRE L'ARTICLE >>
Dans cette chanson entrainante et jouissive, Lily Allen fait la guerre à la discrimination et particulièrement à l'homophobie ! http://www.youtube.com/watch?v=o8VZX4sHn-4 Paroles et traduction de "Fuck You" Fuck You (Allez vous faire foutre) Look inside Regardez à l'intérieur Look inside your tiny mind Regardez à l'intérieur de votre petit esprit Now look a bit harder Maintenant regardez un peu mieux Cause we're so uninspired, Parce que nous sommes si ternes So sick and tired of all the Si lassés de toute Hatred you harbor La haine que vous entretenez So you say Donc tu dis It's not okay to ...
LIRE L'ARTICLE >>
La loi doit aller au bout des intentions !
Un positionnement net et de poids pour toutes les personnes transidentitaires sans discriminations! Souvent accusé à tord de ne pas être suffisamment investis dans la lutte pour l'égalité et la non discrimination des personnes LGBT dans le monde du travail, la Confédération CGT en appuyant l'urgence d'une nouvelle loi contre le harcèlement sexuel et moral des personnes, s'exprime clairement pour demander que l'avancée proposée par le Sénat pour lutter contre la transphobie dans son projet sous le terme "d'identité sexuelle" reprenne ...
LIRE L'ARTICLE >>
Groupe de travail sur le harcèlement sexuel / Collectif d’associations de personnes transsexuelles
Prenez connaissance des échanges qui ont eu lieu le 7 juin 2012 lors de l'audition par le Sénat des personnes se présentant comme je cite "Beaucoup d'associations travaillent sur les questions transgenres. Nous sommes venus au pied levé, à trois, mais nous les représentons toutes." à vous "toutes" de voir... Kiss. Mme Laura Leprince, présidente d'ID Trans' et membre de la commission Identité de Genre d'Homosexualités et Socialisme (HES). - Beaucoup d'associations travaillent sur les questions transgenres. Nous sommes venus au pied levé, à ...
LIRE L'ARTICLE >>
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=T_jSFjGBq8I (Féminin, Masculin) (Masculin, Féminin) Dans la, dans la, dans la rue, des tenues charmantes Maquillé comme mon fiancé Des garçons, filles l’allure stupéfiante Habillées comme ma fiancée Cheveux longs cheveux blonds colorés Toute nue dans une boîte en fer Il est belle, il est beau décrié L’outragé mais j’en ai rien à faire J’ai pas envie de la voir nue J’ai pas envie de le voir nu Et j’aime cette fille aux cheveux longs Et ce garçon qui pourrait dire non Et on se prend la main Et on se prend la main Une fille au ...
LIRE L'ARTICLE >>
Document transphobe publié par le Centre LGBT Paris IDF
EDIT : Ce soir, 23 mai 2013, après un travail collaboratif très fructueux avec le Centre LGBT Paris IDF, un communiqué de presse vient d'être rédigé présentant des excuses à l'ensemble de la communautés et des tierces parties impliquées sur ce qu'il s'est passé. Vous pouvez accéder à l'article en suivant le lien. Nous sommes un certain nombre à nous être ému d'un document publié en janvier dernier par le centre LGBT de Paris IDF, une enquête de santé chez les ...
LIRE L'ARTICLE >>
ACTHE
La vidéo et quelques photos "officielles" prises par le sponsor non moins officiel mais discret de l'événement ! Merci à toutes les copines membres de Txy présentent qui ont marché ensemble (dans l'ordre de mes trois neurones de nana givrée) : Florence (représentant la CGT), Loan (Présidente de l'ABC), Jacqueline, Sonia, Résonancia, Joanna et Lisbeth, Manon, Maud, Nadine, Corie, Laura, Valérie, Diane, Clémence, Aurore, Geraldine, Véronique. En espérant n'avoir oublié personne, ni dans les membres Txy présents ni dans les associations et ...
LIRE L'ARTICLE >>
Projet “College Boy” – « Clash boy », une vidéo choc contre le harcèlement
Autre interview de Xavier Dolan sur “Laurence Anyways”
Interview du Docteur Nicolas Morel-Journel
Premier interview de Xavier sur Laurence Anyways
Lily Allen – Fuck You
La loi doit aller au bout des intentions !
Groupe de travail sur le harcèlement sexuel / Collectif d’associations de personnes transsexuelles
3ième Sexe – Indochine
Document transphobe publié par le Centre LGBT Paris IDF
Existrans 2012 – Quelques photos et vidéo du défilé

11 responses to CSA, deux poids, deux mesures : “College Boy” – Nicolas Sirkis – Indochine – Xavier Dolan

  1. Julie Mazens a écrit le 3 mai 2013

    Le CSA veut censurer car ces images dérangent.

    Elles dérangent parce qu’elles sont la réalité crue et vraie ! Elles dérangent parce qu’elles sont le miroir de notre société ! C’est tellement plus facile de montrer des corps décapités et calcinés dans un lointain pays africain en s’insurgeant à distance contre leurs violences …

    La censure des biens pensants … les lobbies cathos sont certainement à l’œuvre dans le cas présent … y a une croix, un homme clouté tel jésus, des nonnes, …

    Le CSA n’a pas l’honnêteté et la transparence de reconnaitre qu’elle exprime des positions de lobbies puissants.

  2. Celia a écrit le 3 mai 2013

    Je suis d’accord avec vous les filles pour protester contre cette censure, et Alexandra bravo pour ton article très bien envoyé mais je ne trouve pas que ce clip montre la réalité. C’est une représentation purement symbolique (crucifiction ; yeux bandés) et c’est la représentation de la croix chrétienne qui évidemment dérange les “honnêtes” gens. Il s’agit d’une œuvre fictionnelle qui vise à illustrer ce qui arrive quand les figures d’autorité ne réagissent pas face à la moindre discrimination (le prof au début faisant semblant de ne pas voir alors qu’on voit qu’il voit, ça commence doucement avec les boules de papiers jetées façon lapidation…)
    C’est marrant le contraste entre la chanson molassonne d’indochine et le clip très dur

    C’est toujours le même problème avec la censure : ne pas faire la distinction entre la réalité et sa représentation artistique

    • Alexandra a écrit le 4 mai 2013

      Il ne montre pas la réalité que tu connais.

      Sans aller jusqu’à la crucifixion et les coups de feu qui sont là pour imager les violences tant dans les lycées que dans les collèges et frapper les esprits, pour ma part j’ai connu le cran d’arrêt sous la gorge à l’âge de 14 ans (1981) dans les premiers temps de mon arrivée dans un collège de ZUP en 4ème et que d’une certaine manière je faisais tâche dans le paysage. J’avais eu le malheur de répondre à un zonard dans la cour du collège. Je passe les détails de l’histoire car c’est trop sordide et ça remue de très mauvais souvenirs.

      Et ne pas aller en cours, me faire porter pâle pour éviter des ennuis, ça m’est arrivé très régulièrement en 4ème et 3ème. J’ai fini par perdre toute l’avance que j’avais en arrivant dans ce collège et j’ai dû redoubler ma seconde au lycée. Je n’imagine même pas ce qui me serait arrivé s’ils avaient eu connaissance de ma transidentité dans ce collège à l’époque.

      Je peux t’assurer que ce que j’ai vécu durant ces deux années de collège de ZUP relevait de tout sauf de l’artistique.

    • Héloïse a écrit le 4 mai 2013

      Le collège…
      J’y ai passé toute mes récrés à courrir après qui m’a piqué mes affaires pendant les cours
      Les vestaires d’eps où t’était seule au milieux des mecs de la classe
      Tout ça réalisé en présence de certains meneurs que je retrouvais d’années en année dans ma classe.
      Tout ça parce que ça donnait l’air cool.
      Les profs qui disaient qu’on parlait de moi au conseil de classe mais ça s’arrêtait là.
      Ma mère qui en rajoutait “ils se sont enervé que tu ne leur ais pas répondu quand ils t’ont appelé pour jouer”
      Se faire taper ça n’arrive qu’aux autres, ceux qui vont dans des collèges de banlieue.
      L’assistante sociale qui m’avait convoqué, puis ma mère
      La medecin scolaire qui demandait régulièrement à ma mère de m’enmener voir un psy
      Tout ce que répondait ma mère “L’assistante sociale va te faire placer dans un foyer parce que tu veux pas parler aux autres”
      Au lycée s’était plus calme mais j’avais toujours ma réputation.
      Et puis non, les insultes n’étais pas dans le registre de l’homophobie.
      Mais plutôt dans le champs lexicale de la débilité mentale et des anomalies génétiques.

  3. Brigitte Goldberg a écrit le 3 mai 2013

    Ce n’est pas tant l’image d’un homme sur lacroix qui dérange, (jésus de Montréal n’avait pas suscité une telle émotion), mais le fait qu’elle puisse être associée au discrimination envers les personnes LGBT, ca ca ne passe pas ! J’ai rencontré Eric Debarbieux et ses collaborateurs à plusieurs reprises, il était question d’un clip sur la transphobie, idée abandonnée aux dernières nouvelles pour un clip plus “généraliste” :( Quand au rapport de Michel Teychenné, (j’ai participé à son groupe de travail), spécifique au violences LGBT en milieu scolaire, il devait sortir en février, on l’attend toujours… pour l’éducation nationale, la transphobie, c’est comme la solitude, ça n’existe pas!

  4. yukarie a écrit le 3 mai 2013

    merci pour le lien, mais tout ce que je vois , c’est :
    “people who live where you live are not allowed to watch this video. etc …
    vous avez cela vous aussi ?

    Et ce n’est même pas en Français !

    c’est déjà censuré???

    J’ai plus que 18 ans !!

    quoi que en tant que femme, j’ai beaucoup moins !!
    Ah ben voilà : big brother m’a repérée …

  5. Alex a écrit le 4 mai 2013

    je trouve que ce clip rend la chanson encore plus lancinante, tragique

    et me rappelle comme à d’autres de mauvais souvenirs de collège où même si la violence n’était pas physique, elle existait, ente l’homophobie des “bonnes” soeurs (collège de filles catho) et la bien pensence à l’encontre de tout ce qui dérange…

    Je ne comprends pas le point de vue de cette dame du CSA qui veut interdire ce clip aux moins de 16-18, quand on voit le reste de ce qui passe à la télé et qui n’est interdit qu’aux moins de 10 ans!!!

    Certes ce film est violent, mais il ne fait que montrer physiquement la violence psychologique dont un certain nombre de personnes souffent/ont souffert, et il faudrait arrêter de penser que la violence psychologique n’est pas destructrice!

  6. Damia a écrit le 5 mai 2013

    C’est un très beau clip, à l’esthétique vraiment bien travaillée. Il délivre un message fort pour toutes les personnes qui ont connu ce genre de violence, si ce n’est physique, du moins psychologique. L’angoisse d’aller au collège / lycée / établissement supérieur même, la boule au ventre, car on est différent. Spécial même selon certains ou certaines. J’ai connu ça, non pas du fait de ma transidentité, mais du fait de ma volonté à ne pas “jouer au mec”. De ne pas être ce que les autres voulaient que je sois…
    Ce clip est certes violent, cru, mais il a une raison d’exister, et pour ça il ne devrait pas être censuré !

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -