Maman

18 mai 2013 | Tags: , , , ,

petit-garcon-aux-cheveux-longsMaman,

J’espère que là ou tu te trouves, tu te sens mieux … Je t’écris car tu es partie sans que je puisse t’avouer certaines choses.

Oui, ce 11 octobre 2000, mon train avait du retard et pendant que tu agonisais sur ce lit d’hôpital, pendant que tu luttais pour vivre quelques instants de plus pour m’attendre et me revoir une dernière fois, moi je pensais très fort à toi et je n’avais qu’une hâte, celle d’arriver et de te dire combien je t’aime et combien tu allais tant me manquer toute ma vie.

Je suis arrivé et lorsque j’ai ouvert la porte de ta chambre, les médecins ne m’ont pas laissé entrer. Tu venais de mourir et moi avec toi ce jour là …

J’ignore si tu m’as senti près de toi, car je t’ai touché et ta peau était chaude. Maman, j’ai tellement pleuré sur toi ce jour là !

J’aurai voulu partir avec toi, j’étais perdu, comme si ma vie s’était arrêtée, comme si j’avais cessé de respirer.

Puis le temps est passé, bien sur, j’ai pensé chaque jour à toi, je t’ai parlé plusieurs fois mais il y a des choses Maman que l’on ne peut pas dire. Des choses qu’il est difficile d’avouer. J’aurai voulu te le dire de ton vivant, mais je n’ai pas eu le temps. La peur de ta réaction sans doute m’a fait attendre le bon moment.

Tu as toujours cru que tu avais une fille qui aimait les filles, tu as longtemps eu des doutes sur mon éventuelle homosexualité. Mais la vérité est toute autre. Tu avais un garçon qui aimait les filles. Un garçon qui n’était pas né dans le bon corps tout simplement.

Te souviens-tu de ce jour ou tu m’as téléphoné pour me dire pour quoi j’aimais les filles ? Je t’ai répondu que je ne savais pas pour quoi, que j’étais né comme ça. Et là tu as dis quelque chose qui m’as blessé … Tu as dis : « Ne t’inquiètes pas on va tout faire pour te soigner ! »
Je t’ai bien sur répondu que je n’étais pas malade et tu as coupé court à la conversation.

A un autre moment de ma vie, tu m’as dit : « Si un jour ton père vous faisais du mal, tu me le dirais ? »
Je t’ai répondu oui. Mais la vérité est que Papa nous avait déjà fais beaucoup de mal, mais tu ne voyais rien. Et si je ne t’ai rien dis, c’est parce que tu étais malade et que PAPA nous faisait du chantage en nous disant que si jamais on t’en parlait, ça te tuerai…

J’ai été CON, mais je ne savais pas que tu allais mourir, il ne nous avait jamais dis que c’était un cancer qui te rongeait de l’intérieur. On avait peur de lui et il le savait.

Bref ! Je te le dis aujourd’hui car ça tellement était dur que j’ai écris un livre racontant mon histoire. Celle d’un petit garçon aux cheveux longs.

Aujourd’hui, je me sens mieux dans mon corps, j’ai fais tout ce qu’il fallait pour m’épanouir, pour vivre la vie que j’ai choisi et non celle que toi tu aurais voulu pour moi.

Ce livre m’a beaucoup aidé, j’ai dû affronter le passé et mes démons mais j’ai réussi à tourner la page.

J’avais besoins de te le dire, te dire qui j’étais et te dire que malgré ton absence j’avais survécu à tout ça et que tu n’as pas à te sentir coupable de ce que PAPA a fait n’y d’avoir mis au monde un enfant comme moi.

J’espère que de là haut tu recevras cette lettre que j’aurai tant voulu t’écrire avant que tu ne t’en ailles.

Je t’aime MAMAN
Julian

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
3 mai 2013 – Regarde, Maman je danse
Spectacle de et avec Vanessa Van Durme : Regarde, Maman je danse. « Si l'on pose que le théâtre vit par la grâce de l'opposition entre voiler et démasquer, Regarde maman, je danse, est la sublimation des deux. Mettre Vanessa en scène est une manière unique en son genre de partir en voyage. Elle seule connaît la destination finale. moi, je suis le système GPS. »  écrit le metteur en scène Frank Van Laecke. Mais dans cette production, Vanessa ne joue pas ...
LIRE L'ARTICLE >>
Les souliers de maman
Les souliers de maman Qu’ils soient en toile, en cuir, ou même vernis Le petit garçon essayait les souliers de maman. En les portant, il devenait une fille accomplie, Actrice gâtée fuyant le jardin perdu des enfants. Son sourire enjôleur illuminait ses pas maladroits, Tel un funambule ivre, pas facile de marcher droit! Malgré la douleur, elle avançait sans aucun effroi, "Belle" comme Cendrillon au bras de son futur roi! Clic, clac, clic, clac chantaient les talons sur le sol, Quel bonheur d’entendre cette magique farandole! Bouger, courir, danser à en ...
LIRE L'ARTICLE >>
Autant que je m'en souvienne, tout a démarré à l'age de 7 ans ; ça a commencé par un ressenti, c'est dès l'age de 12 ans que j'ai commencé à me travestir en cachette dans ma chambre, je piquais des robes de ma maman. Pendant toute mon enfance j’ai vécu avec l’envie d’être une fille et je sentais bien que déjà je n’étais pas comme mes amis. je suis une erreur de la nature, une erreur d'aiguillage comme disent les psychologues. Entre ...
LIRE L'ARTICLE >>
Photo de Danielle prise le 21 février 2004
Vous allez lire une histoire vraie et rare au sujet d'un jeune garçon qui reçut une aide de la part de sa mère dont certains enfants on besoin, mais que presque aucun ne reçoivent. Daniel aurait du naître fille. Dans ces pages, vous allez rencontrer le père de Daniel qui croit que la réassignation de sexe est contre la volonté de dieu. Vous allez suivre les matches d'escrime avec les bureaucrates, et les conflits de pouvoirs avec les professionnels de la relation ...
LIRE L'ARTICLE >>
L’enfant qui était en moi
La jeune enfant était meurtrie. Elle pleurait sans discontinuer, malgré toutes mes tentatives pour la cajoler. Elle avait fini par me désorienter sérieusement. La profonde déchirure qu’elle portait en nous avait fait mainmise sur mon âme. J’avais beau m’évertuer à rapiécer sa mémoire, elle s’octroyait de plus en plus d’espace, exigeant une condition impossible. Et cette impossibilité lui faisait répandre toutes les larmes de son corps. Je m’étais imaginé pouvoir la consoler en lui disant que je comprenais ses attentes. Que je ...
LIRE L'ARTICLE >>
La vraie histoire de Sophie – témoignage d’un-e travesti-e
Coucou, Je m’appelle Sophie, j’ai 39 ans, je suis née garçon et j’adore porter des vêtements de femme. Oui, comme la société nomme un tel cas, je suis une travestie. De nos jours, il y a de nombreuses études sur ce domaine et comme plusieurs milliers de gens peuvent se demander comment une personne devient travestie, je vous raconte mon histoire. Je peux dire qu’il n’y a rien de particulier dans ma famille, mes parents ne sont pas divorcés, j’ai grandi dans ...
LIRE L'ARTICLE >>
Si je suis entrée dans la prostitution, c’est parce que je suis transsexuelle. On m’avait dit que c’était le seul endroit où je pourrais rencontrer des trans. Je n’avais pas de famille, personne. J’avais 14 ans et je voulais me procurer des hormones. On m’a envoyée dans un foyer d’urgence pour les mineurs. J’en suis partie. Je dormais à la rue, je vivais chez les uns et chez les autres. J’ai commencé la prostitution au Bois de Boulogne. Je n’ai pas ...
LIRE L'ARTICLE >>
Un nouveau pas … Un grand cette fois …
Bonjour à toutes, je reconnais que je ne "poste", ni même me connecte sur Txy aussi souvent que je le souhaiterais. Boulot boulot ... Aujourd'hui, j'ai décidé de vous faire part de ma "révélation" auprès de ... mes filles (je n'ai réussi qu'à faire des filles, et elles sont 'top' [normal, c'est les miennes]). Je vous livre ci-dessous la lettre que je leur ai donnée en mains propres, avant d'affronter l'épreuve orale avec elles. Sans dévoiler de secrets, si je publie ceci aujourd'hui, ...
LIRE L'ARTICLE >>
ATTENTION A LIRE DE PREFERENCE DANS L' ORDRE, donc lire avant de 1 à 4 ............ Cinquième volet de ‘’ ma petite vie de femme ‘’ et promis, cette fois pas de retour en arrière comme dans les précédents épisodes. Ma garde robe, s’ agrandissait donc, je penses à cette époque, avoir été une des meilleures clientes des 3 Suisses …. Mais voilà, maintenant le simple fait de me vétir ne me suffisait plus, je voulais me transformer complétement, il allait donc ...
LIRE L'ARTICLE >>
Nadine.
Il était une fois un homme qui voulait devenir une femme. Homme, il n'avait pas le souvenir de s'être senti comme tel. Ni même, le souvenir de s'y être senti à l'aise avec cette idée. Il avait pourtant essayé de se conformer à ce que son corps lui disait, à ce que l'état-civil disait de lui. Cependant, il n'avait pas failli à sa tâche qui lui incombait. Il avait réussi à fonder une famille, mais ne se sentait pas vraiment ...
LIRE L'ARTICLE >>
3 mai 2013 – Regarde, Maman je danse
Les souliers de maman
Témoignage de Flora
“Maman, J’ai besoin d’être une fille”
L’enfant qui était en moi
La vraie histoire de Sophie – témoignage d’un-e travesti-e
Myriam, transsexuelle et prostituée
Un nouveau pas … Un grand cette fois …
Once upon a time / part five
[Concours Txy 2012] “Elle, ou la découverte de l’amérique” par Nadine

2 responses to Maman

  1. Julie Mazens a écrit le 18 mai 2013

    Cette histoire me touche tout particulièrement.

    C’est parfois très difficile de parler avec sa mère …. surtout dans le contexte de l’identité de genre.

    bises

  2. élise a a écrit le 21 mai 2013

    Cette lettre me touche beaucoup. Elle me fait penser à ma mère, et ça me fait pleurer… La vie n’est malheureusement pas toute rose et violette.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -