Courrier aux instances officielles médicales de la France

30 mai 2013 | Tags: , , , ,

ordre-medecinSuite à cette affaire :

http://yagg.com/2013/05/27/la-tribune-homophobe-du-president-de-lordre-des-medecins-de-lherault/

Voici le courrier que j’ai envoyé au Conseil de l’ordre des médecins de l’Hérault, Le conseil national de l’ordre et l’agence régionale de santé – je n’ai pas les emails direct du ministère de la santé, me les transmettre si l’unE d’entre vous les a :


Madame, Monsieur,

Je m’appelle Chloé AVRILLON. Je suis une femme transsexuelle (autrefois j’étais ”officiellement” de sexe masculin et aujourd’hui reconnue par la justice, vos confrères et la société de sexe féminin). J’ai souffert du regard rétrograde de la société (et d’une grande partie du corps médical !) pendant des dizaines d’années, et ce depuis la jeune enfance.

A l’issue d’un difficile, couteux (Et personne ne me le remboursera, ni même les actes médicaux comme l’épilation définitive ou ma vaginoplastie sortis de ma poche et pourtant censés être pris en charge par l’ALD !) et long combat judiciaire, j’ai pu changer officiellement de sexe et surtout rester mariée à mon épouse avec qui j’ai eu trois enfants !!!

Oui, nous sommes devenus ainsi, depuis le 16 octobre 2012, avant même que la loi sur le mariage pour tous, un couple homosexuel marié légalement, avec des enfants issus d’une procréation biologique.

Vous comprendrez pour moi l’insupportable de votre article ”Au nom de l’égalité !” paru dans votre Lettre n°23 de Mai 2013 de l’Ordre des Médecins de l’Hérault qui, au nom du ”contre nature” se positionne contre le mariage de deux personnes du même sexe et affiche un slogan soit disant sorti de cours d’école ”un papa, des roustons ; une maman, des nichons”.

Le mal-être de la transidentité n’est pas un choix, c’est une souffrance terrible qui n’a absolument rien de politique. Pendant de trop nombreuses années le corps médical nous a trainé dans la boue sans considération aucune. Aujourd’hui encore, même si beaucoup de professionnels de la santé ont fait un pas énorme dans la prise en compte de notre souffrance et nous soutiennent, nous transsexuels et intersexes, nous restons encore confrontés à des des positions archaïques, des désaveux, des rejets et des refus de prise en charge ou des prises en charges inadaptées de la part de dermatologues, endocrynologues, chirurgiens et psychiatres.

Ce n’est pas comme cela que des scientifiques doivent se comporter ! Il n’y a pas de place pour l’arbitraire et la croyance dans la science, et la médecine est une science !
Est-ce tout cela digne du Serment de l’Ordre français des médecins de 1996 ?

Une souffrance rajoutée à la souffrance !

A ce titre, j’exige :

1) Le retrait immédiat du dit article ou de cette lettre censé être un document scientifique sur votre site :

http://www.conseil-departemental-34.medecin.fr/FR/La_Lettre_de_l_Ordre_des_Medecins_de_l_Herault.awp

2) La suspension immédiate de l’activité professionnelle du Dr Patrick Wolfe, même temporaire. Il ne s’agit pas d’évincer, mais d’offrir un temps à la personne pour réfléchir à la portée de ses propos.

3) La publication en lieu et place d’une lettre d’excuses disponible au public et auprès des personnes auprès desquelles ce torchon a été diffusé.

4) La diffusion auprès des professionnels de la santé de ma présente demande.

La non exécution de l’une de ces demande entrainera la saisie des instances judiciaires pour discrimination envers l’identité sexuelle.

Qu’il soit bien entendu qu’un nouveau regard emprunt de respect, de soutien, assouplissement des démarches, d’information et d’accompagnement envers les personnes transsexuelles soit enfin porté par la profession, y compris leur représentants dans toutes les instances (Médecine du travail, Médecins conseils, Sécurité sociale, Ministères, Écoles de Médecines, Médecine scolaire pour les jeunes homosexuels et transsexuels, Révision des protocoles des équipes ”officielles” comme le groupement SOFECT ou autres, formation des médecins de toute spécialité (hormonothérapie, chirurgie, etc…).

Arrêter de faire de ”l’idéologie du genre” un cheval de bataille dans les débats médicaux ou autres. Nous autres personnes transsexuelles avons exploré par nous même ce qu’est le genre bien avant que la psychiatrie existe.

– Le genre n’est autre que le ressenti intime et profond de la personne mis en rapport avec le corps dans lequel la personne et née et la vie sociale devant être affichée avec ce corps, la révision des protocoles pour permettre le don du sang et le don d’organes par des personnes trans et homosexuelle (population certes à risque pour le VIH et les autres IST, mais toutes les personnes transsexuelles et homosexuelles ne sont pas atteintes, tout comme la population hétérosexuelle-cisgenre, elle aussi touchée par les IST)

– Ce n’est pas la conviction d’appartenir à l’autre sexe, mais plutôt la souffrance d’une vie sociale en désaccord avec un ressenti intérieur, intime, mis en relation avec un interdit de l’expression de soi (expression corporelle et gestuelle, image vestimentaire et apparence physique, expression verbale, artistique, etc…) porté par un corps physique qui se retrouve en décalage. Lever cet interdit, c’est soulager la personne transidentitaire, accepter son genre social revendiqué aussi. Chacun et chacune à sa part de féminité ou de masculinité, plus marquée vers un bord plutôt que vers l’autre, c’est tout.

– Ce n’est pas un fantasme : la prise d’Andocur pendant une transition, coupant toute libido et désir en serait totalement insupportable (3 mois sous Androcur valent bien mieux que n’importe quel test de vie réelle).

– Ce n’est pas une maladie, encore moins une maladie mentale, c’est un état de la personnes qui a des conséquences psychologiques mais dont l’origine est une frustration de l’expression sociale. Ce qu’il faut soigner est la source (le regard de la société, pas la personne transsexuelle), le ”médicament d’urgence” est celui de permettre la transformation physique et sociale (carte d’identité).

– En soi, la revendication de la reconnaissance du genre n’est pas une mise à mal de la différenciation des sexes (sinon pourquoi, nous, personnes transsexuelles, aurions nous cette idée folle et vitale de changer de sexe ?), encore moins comme l’interdiction faite aux petits garçons de jouer aux petites voitures ou petites filles de jouer à la poupée comme je l’ai entendu le 26 Mai dernier aux Invalides lors de la Manif pour Tous, dans laquelle je me suis trouvée bien malgré moi. Au contraire, c’est arrêter de verser dans ses stéréotypes qui consistent à offrir à Noël un fer à repasser rose bonbon pour la petite fille et un kit de bricolage à son grand frère, d’autoriser le vêtement qui plait, d’arrêter les histoires d’enfants où le grand, fort et beau chevalier vient sauver la princesse (pourquoi pas l’inverse ???).

– L’origine de la transidentité n’est pas génétique, ni même sociale : il existe plusieurs cas de jumeaux homozygotes dans le monde, élevés par les mêmes parents dans les mêmes conditions, et seul l’un deux à eu ce besoin de changer de sexe (ex : les frères Washowsky, co-réalisateurs du film Matrix; l’un d’eux à changé de sexe et s’appelle maintenant Lana). Cela n’exclu pas l’existence d’un terrain génétique ou social comme facteur de développement de la transidentité. Il ne faut tout simplement pas confondre le ”catalyseur” et la ”cause” !

– Du côté génétique il faut aussi arrêter de penser que la sexuation n’est portée que par le X ou le Y ! L’expression des caractères sexués secondaires peuvent aussi être portés par les autres gènes (je pense à la qualité de réponse des récepteurs hormonaux par exemple)

– L’exposition aux produits féminisants peut être une piste (Bisphénol A par exemple, ou certains pesticides ou autres produits comme certains conservateurs dans l’alimentation), l’exposition hormonale intra-utérine du foetus aussi (surtout pour les bébés pillules : je pense à la Diane 35 qui contenait de l’acétate de cyprotérone).

Dans l’attente rapide de votre réponse, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, l’expression de mes meilleurs sentiments.

Chloé AVRILLON

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France Corinne Fortier [CNRS/LAS] dans le cadre du colloque Traitements et contraintes : approches empiriques des dispositifs de prise en charge institutionnelle, qui a eu lieu les 14 et 15 juin 2012, à l'Université Paris 13 à Bobigny. Nous nous intéresserons aux normes et contraintes du dispositif institutionnel lié au transsexualisme tel qu’il est pratiqué aujourd’hui en France, et en particulier à Paris où nous avons mené notre enquête de terrain en tant qu’anthropologue. Dans le ...
LIRE L'ARTICLE >>
Changement d’état civil des personnes « trans » en France : du transsexualisme à la transidentité
Étude sur la situation actuelle concernant le changement d'état civil pour les personnes transidentitaires. Document co-écrit par Corinne Fortier, anthropologue et psychologue, chargée de recherche au C.N.R.S., Paris. Laboratoire d’Anthropologie Sociale (C.N.R.S.-E.H.E.S.S.-Collège de France) Et Laurence Brunet, juriste, Chercheuse associée au Centre «Droit, sciences et techniques», U.M.R. 8103, Université de Paris 1. «Personne ne sera forcé de subir des procédures médicales, y compris la chirurgie de réassignation de sexe, la stérilisation ou la thérapie hormonale, comme condition à la reconnaissance légale de son identité de genre.» (Principes ...
LIRE L'ARTICLE >>
Histoire des transsexuels en France
Histoire des transsexuels en France de Maxime Foerster %CODE1% Pays d'émergence du phénomène transsexuel au début du XXe siècle, l'Allemagne réunit alors les conditions nécessaires à la mise en pratique des théories du Dr Magnus Hirschfeld sur les "intermédiaires sexuels". Après le saccage par les nazis de l'Institut de Sexologie, la France prend le relais en Europe : l'artiste Michel-Marie Poulain raconte son changement de sexe dans Voilà et la déportée Marie André Schwidenhammer crée la première structure d'aide ...
LIRE L'ARTICLE >>
Cette histoire chronologique de la transidentité en France doit être enrichie et mise à jour le plus régulièrement possible avec des sources fiables d'information. N’hésitez pas à nous contacter pour nous faire connaitre des événements manquants ou des erreurs ! cette page est un outil de mémoire collective, il est de notre responsabilité de l'enrichir. NB: cette timeline transidentitaire ne fait que lister des évènements majeurs pour l'histoire de la transidentité, elle ne raconte pas l'histoire de la transidentité comme peut ...
LIRE L'ARTICLE >>
Reportage France 3 – “Le sexe de mon identité”
NDLR : Film documentaire projeté lors Festival Chéries Chéris dans le cadre de la marche de l'Existrans. Tous les articles sur ce documentaire >> ici<<<. Tout d'abord ce reportage est très respectueux des femmes et hommes interrogé-e-s ce qui est notable lorsque l'on voit la plupart des reportages sur le sujet depuis quelques temps. Pour une fois, je me fends de la phrase suivante : je vous conseille vivement de le voir, surtout si vous êtes dans la boucle du Gretis ...
LIRE L'ARTICLE >>
Roxanne Sharks.
2012, portrait de la transidentité en France « Il fuit son corps pour un autre corps idéaliste, stérile. C’est parce qu’il met en question les racines de notre identité que ce transfuge nous interroge. La large diffusion de l’information par les médias et les progrès de la médecine ont propulsé le transsexuel sur la scène des phénomènes de société. Le transsexuel fascine : il est l’objet total du désir. "L’homme prostitué en femme a beaucoup de succès sur les trottoirs" (Welzer-Lang). ...
LIRE L'ARTICLE >>
Transidentité – Intervenir tôt pour limiter les difficultés
Dylan a 20 ans. Déjà, on a du mal à deviner qu’il est né dans un corps de fille. Sa voix a une tonalité masculine. Depuis quelque temps, il a commencé à prendre des hormones, pour à terme subir une ablation des seins. À ses côtés, Michelle a 59 ans. Elle vient également d’entamer une hormonothérapie, après avoir vécu dans un corps d’homme, partagé sa vie avec une femme durant plusieurs décennies et être devenue père de deux enfants. Nous nous ...
LIRE L'ARTICLE >>
A l’instant T ! proposition pour faire évoluer la situation Trans en France.
Préalable : je suis désolée Julie, je voulais suivre la nouvelle ligne éditoriale légère et j'étais partie pour faire un reportage sur un lieu de fête ... mais j'ai décidé d'aller au bout de ma démarche. Le gouvernement vient de mettre en place des groupes de travail. L'évolution de la condition Trans est à l'ordre du jour. Des réunions sont programmées. Des contributions sont attendues. Voir ici Voici ma proposition que j'ai déjà publié sur Facebook et le Salon de Pauline ...
LIRE L'ARTICLE >>
Article 225-1 du code pénal voté par le Sénat : nous préférons toutefois l’emploi des termes « identité de genre » à « identité sexuelle »
Communiqué commun - Inter-LGBT/ORTrans/ID-Trans’ Le Sénat vient d’inscrire à l’unanimité, jeudi 12 juillet, la discrimination envers les personnes trans dans la liste des discriminations punies par la loi (article 225-1 du code pénal). Quoiqu’imparfaite dans sa formualtion, cette inscription s’est faite à la faveur du débat sur le projet de loi contre le harcèlement sexuel. Suite à l’initiative d’ORTrans, un collectif composé d’ID Trans’, ORTrans et Inter LGBT auditionné le 7 juin 2012 par le groupe de travail sur le harcèlement sexuel ...
LIRE L'ARTICLE >>
Dossier Nouvel Obs sur les enfants transgenre aux US … et en France ?
A lire en version électronique si vous ne l'avez pas déjà fait dans le Nouvel Obs de la semaine dernière, une dossier très complet sur les enfants transgenres aux US. Un excellent article comme on aimerait en voir plus souvent. En résumé : Ryan, Sade, Amya, se sentent appartenir au genre opposé à leur sexe physique. Une clinique pionnière de Chicago prend en charge dès l'âge de 3 ans, ces enfants qui n'entrent pas dans les cases. Natacha Tatu, grand reporter ...
LIRE L'ARTICLE >>
Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France
Changement d’état civil des personnes « trans » en France : du transsexualisme à la transidentité
Histoire des transsexuels en France
Timeline de la Transidentité en France
Reportage France 3 – “Le sexe de mon identité”
[Concours Txy 2012] “2012, portrait de la transidentité en France” par Roxanne Sharks
Transidentité – Intervenir tôt pour limiter les difficultés
A l’instant T ! proposition pour faire évoluer la situation Trans en France.
Article 225-1 du code pénal voté par le Sénat : nous préférons toutefois l’emploi des termes « identité
Dossier Nouvel Obs sur les enfants transgenre aux US … et en France ?

2 responses to Courrier aux instances officielles médicales de la France

  1. Chloé Tigre Rouge a écrit le 30 mai 2013

    Bonjour Chloé,

    “Ce qu’il faut soigner est la source (le regard de la société, pas la personne transsexuelle), le ”médicament d’urgence” est celui de permettre la transformation physique et sociale (carte d’identité).” : c’est avec ce type-là d’idéologies qui veulent renverser l’ordre établi et la société que l’on peut être sûr que notre situation n’avancera jamais. Qui plus est, cela veut dire que le corps est “parfait tel qu’il est”, auquel cas le modifier est une hypocrisie totale et une fausse solution.

    Par ailleurs, c’est “empreint” que vous vouliez écrire, et vous n’êtes pas vraiment en position d’exiger des sanctions, tout au plus de solliciter l’examen juste de votre requête.

    En vous remerciant,

    Les 99%.

  2. Amanda Hinault a écrit le 31 mai 2013

    Hormis un détail (les Washowsky ne sont pas jumeaux, il y a deux ans d’écart entre leurs naissances) je trouve ta lettre parfaite !!! Merci @Chloé :)

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -