Le travestissement est-il une addiction ? et autres flâneries …

6 juin 2013 | Tags: , , , ,

Le travestissement est-il addictif ?

Le travestissement est-il addictif ?

Hier après-midi j’ai profité du beau temps (enfin !) pour me promener* dans les rues de ma ville adorée, Rueil-Malmaison. Épuisée par de longues flâneries dans les quelques rues marchandes du centre ville, je me suis assise à la terrasse d’une brasserie bien connue, l’Adresse, qui se trouve au début de la rue Hervé, dans le prolongement de la place du marché.

Et voilà que j’engage la discussion avec un bel homme la soixantaine bcbg qui relève l’ambiguïté de ma personne mais me complimente sur l’expression de ma féminité. De fil en aiguille nous parlons du travestissement et des clichés véhiculés par la société, de la sortie du placard et des parcours très diverses qu’empruntent alors les copines, certaines allant jusqu’au changement de sexe.

Il est très surpris du décalage entre ce qu’il imaginait et la personne équilibrée, souriante et bien dans sa peau qu’il a en face de lui. Encore plus quand je lui explique que nous sommes des centaines voir des milliers à nous retrouver dans des lieux comme ce site (je n’oublie pas de lui donner une carte de visite Txy …). Il veut comprendre et surtout démonter les quelques clichés qu’il a en tête.

De formation jésuite, il a une approche presque clinique de cette rencontre mais de son avis même, il ne peut analyser ce que je lui dis de cette manière là … et dois bien reconnaitre au bout d’une heure qu’il doit se laisser porter par ce flot d’information totalement nouveau pour lui et ses points de repères.

Dans cette déconstruction des clichés, il en est un qui a une place plus particulière, objet du présent billet initialement, même si je m’aperçois en écrivant cette phrase que mon propos a très franchement dérivé … certainement la joie d’avoir pu échanger comme jamais avec une personne intelligente et ouverte d’esprit.

Je veux parler de l’acte même de se travestir. Volontairement, je fais abstraction du débat légitime sur la femme transgenre qui serait en fait travestie en homme tant que sa transition n’est pas avancée. D’ailleurs mon interlocuteur qui découvre le sujet utilise un vocabulaire forcément limité, et a du mal à ce stade à comprendre des mots comme transgenre ou transidentité. nous en resterons à travestie même si il a bien pigé que ma vie sociale va bien au delà du port de vêtements féminins.

L’addiction est un néologisme anglosaxon qui définit un comportement reposant sur une envie répétée et irrépressible, en dépit de la motivation ou des efforts de la personne pour s’y soustraire. Quelle copine ne se reconnaitra pas dans cette conduite compulsive qui consiste à jeter tous ses accessoires féminins pour sentir ensuite cette envie irrésistible de féminité revenir encore plus fort.

D’ailleurs, l’idée même que l’addiction puisse s’appliquer à l’usage d’objets qui ne sont pas des drogues, comme les jeux vidéos, l’usage d’internet ou le port de vêtements féminins interpelle … car toute passion pourrait alors être considérée comme anormale …

Alors, le travestissement, addiction ou pas ?

A mon sens, oui et non car cela dépend de votre vision du travestisme. Si vous vous travestissez cachéE du monde alors oui cela pourrait être une addiction. Mais si vous pratiquez le travestissement comme nous le faisons dans le cadre de Txy, touTEs ensembles et bien dans notre peau, alors non ce n’est pas une dépendance mais un épanouissement personnel.

Tout travesti traverse de nombreuses étapes mais la première qui est souvent la plus longue et la plus douloureuse, c’est quand vous niez ce désir intime de vous travestir et cela peut être ressenti comme une dépendance. Mais lorsque vous commencez à vous travestir régulièrement, que vous sortez de votre placard à la rencontre des autres, vous n’avez plus ce ressenti du drogué. Au contraire, le travestissement devient une partie de votre personnalité et de votre expérience humaine. Et pour certainEs, le début d’un parcours et d’un cheminement dans la transidentité.

Pour sortir de cette sensation d’addiction, une seule solution, sortir de son placard et profiter de la vie !

La discussion se termine déjà, mon nouvel ami doit me quitter. Il est perturbé par ce qu’il vient de vivre et d’échanger. Il prends conscience qu’il a parfaitement assumé d’être avec une personne telle que nous et qu’il n’aurait jamais imaginé cela avant. Très courtois, il se propose de me ramener près de mon domicile. Il restera galant jusqu’au bout.

Julie M., with love.

* : pour les curieuses, j’étais en blonde, habillée d’une jupe noir, de collants légers et d’un petit haut rose que je mettrais le 15 juin prochain pour notre rendez-vous à La Mutinerie. Carmen Steffens aux pieds, of course ! Et non je n’ai fait aucune photo, j’ai juste profité de la vie <3.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Bavoir obligatoire pour lutter contre un phénomène bien connu : la blonde n'attends qu'un instant de relâchement pour reprendre le dessus
EDIT du 12 juillet 2013 : CECI EST IRONIQUE ET AUTO-DERISOIRE ... Je voudrais vous faire profiter des réflexions intenses que nous avons menées à Tours concernant le travestissement. Nul besoin de répéter ici que le travestissement est une activité consistant à porter les vêtements associés à l’autre genre, activité réalisée par le travesti et certaines personnes transgenres en début de parcours et qui ne doit pas être confondu avec la transidentité. Je voudrais surtout aborder trois légendes tenaces concernant le travestissement au ...
LIRE L'ARTICLE >>
Supermarché du genre chez Yabingle !
Le dernier billet sur les mots-clés des recherches YaBingle commence à dater un peu et la liste s'est fortement allongée ces derniers jours, peut être un effet manif pour tous ou bien théorie du genre. Voilà marquées en gras dans ce billet les perles qui vraisemblablement nous font de moins en moins rire, l'humour saucisse, le travestissement tagada, l'identité de genre version macho ou les hormones en injection. Ça doit être l'air du temps. Un peu de cynisme ne peut pas nous ...
LIRE L'ARTICLE >>
Mes réflexions crétoises sur le travestissement et la transidentité
J'ai posté avant hier une série de photo prise en Crète où je suis très naturelle, sans aucun des artifices habituels d'unE travestiE, seulement avec quelques astuces utilisées par beaucoup de femmes : crème de peau matifiante, mascara, rouge à lèvre. Mais je vais revenir sur ce point, je pose juste le contexte. Suite à un commentaire très gentil d'Ester concernant ces photos ("De belles images de bonheur, comme ça fait plaisir a voir! Sortir au naturel est toujours une étape ...
LIRE L'ARTICLE >>
La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution
%CODE1% On a peine à imaginer que tant de femmes se soient habillées en homme entre la Renaissance et la Révolution. Il y a parmi elles de simples femmes qui s'engagent en secret dans les armées du roi pour fuir la misère, des "débauchées", de nobles amazones qui défendent leurs terres, des mystiques qui prétendent imiter les saintes travesties de La Légende dorée, des révolutionnaires qui revendiquent leurs droits de citoyennes... Bien que la justice du roi assimile le travestissement à un ...
LIRE L'ARTICLE >>
Réflexions sur le Travestissement (travestisme) destinées aux Femmes
Texte canadien traduit par Niniane (http://julieniniane.pagesperso-orange.fr/biblio/annexe_07.htm). C'est le texte que j'ai fait lire à Agnès le jour de mon coming-out, un certain 31 octobre 2010. Un peu long mais tout est dit. Bonne lecture ! Réflexions sur le Travestissement (ou travestisme) Destinées aux Femmes et aux Petites amies (pour les FEMMES BIOLOGIQUES (Femme à la naissance) ) Bon! Ici je suis assis devant un écran blanc et je réfléchis beaucoup à ce que je veux dire. Je me sens un peu triste en pensant aux problèmes que ...
LIRE L'ARTICLE >>
Coming Out, Travestisme et Transidentité
Vous n’êtes certainement pas arrivé par hasard sur cette page. Il s’agit vraisemblablement d’une recherche sur un moteur de recherche avec des mots-clé comme “coming out”, “outing”, “outé”, "démasqué", … qui vous a amené à découvrir cette page et notre site communautaire Txy. Le Coming Out est la contraction de l’expression "coming out of the closet", ou "sortir du placard" au Canada. Elle désigne principalement l’annonce volontaire d’une orientation sexuelle ou d’une identité de genre. Ce fait de « rester dans ...
LIRE L'ARTICLE >>
Déconstruisons les stéréotypes de la féminité !
Force est de constater que nos meilleurs billets sur le site, lus des zillions de fois par mois, sont essentiellement ceux ayant pour thématique le travestissement et plus précisément les mille et unes astuces indispensables pour être la plus féminine possible : les accessoires pour être plus féminine, le contenu de son sac à main, la démarche d'une vraie femme en Carmen Steffens, comment parler comme une vraie femme [NDLR : méthode totalement inutile pour Aurore (°) ], comment s'habiller ...
LIRE L'ARTICLE >>
être soi nécessite volonté et force
Hier matin je visionnais un nouveau témoignage de notre amie Emma ("Comment je vois ma transition") qui a déclenché le désir d'écrire sur un certain nombre de réflexions en cours sur le concept d'"être soi" dans un cadre transidentitaire. (Soit dit en passant, au delà des réflexions que ce visionnage a provoqué chez moi, je crois important que toute personne en questionnement sur la transition visionne ce type de témoignages rafraichissants et empreint de joie de vivre) Une jacasserie donc un peu ...
LIRE L'ARTICLE >>
Travesti, au Féminin ou au Masculin ?
Littéralement le travesti pratique l'art de se travestir, communément appelé travestissement ou pratique du travestisme et parfois eonisme en référence au célèbre chevalier d'eon. Les raisons qui pousse le travesti à porter les vêtements associés l'autre genre sont nombreuses : par confort, par esthétisme, par fétichisme (des chaussures, des bas, de la soie, ...), par jeu (jeu de rôle, jeu de féminisation forcée, cosplay), par militantisme (contre le binarisme homme/femme), par spectacle (cabarets transformistes) et/ou par nécessité (personne en début de ...
LIRE L'ARTICLE >>
L’Enfant dans le placard
“L’enfant dans le placard” est le titre d’un livre écrit par Othilie Bailly, en 1987. Il raconte l’histoire d’un petit garçon de 5 ans qui se retrouve soudain enfermé dans le placard de la cuisine après avoir fait pipi au lit. Au début, maman essaie de le faire sortir, mais le papa qui n’est pas le papa se fâche et les tentatives vont en s’espaçant. Dans le placard, petit Jean apprend la Peur. La peur d’être enfermé, la peur de ne ...
LIRE L'ARTICLE >>
Trois légendes sur le travestissement !
L’humour saucisse, le travestissement tagada et autres mots-clés du moment
Mes réflexions crétoises sur le travestissement et la transidentité
La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution
Réflexions sur le Travestissement (travestisme) destinées aux Femmes
Coming Out, Travestisme et Transidentité
Passing – Belle comme Nathasha en trois leçons …
Suis-je belle (la suite) ? L’illusion (du) travesti
Travesti (quelques définitions, quelques réflexions et des ressources)
L’Enfant dans le placard

11 responses to Le travestissement est-il une addiction ? et autres flâneries …

  1. Alexandra a écrit le 6 juin 2013

    Article très touchant et très juste dans les mots et leurs choix.

  2. Brigitte Goldberg a écrit le 6 juin 2013

    “Tout travesti traverse de nombreuses étapes mais la première qui est souvent la plus longue et la plus douloureuse, c’est quand vous niez ce désir intime de vous travestir”. Comme cela est juste! La plupart d’entre nous commencent par refouler ce désir ressenti comme une “anormalité” et en souffrent atrocement. Puis, après être arrivée à l’accepter, il y a le regard des autres à affronter, une nouvelle épreuve…
    Merci pour ce bel article :)

  3. Clarisse a écrit le 6 juin 2013

    Quelle jolie histoire qui ne sort pas d’ un conte de fée! Et cela prouve combien la vie est aussi belle,intelligente que généreuse.Mais le mot “addiction”,relève du pathos: malgré mes lunettes à la correction récemment réadaptée,je ne vois rien de cette nature.Mon ophtalmo serait il malade?

  4. Barbara Alie a écrit le 6 juin 2013

    “Quelle copine ne se reconnaitra pas dans cette conduite compulsive qui consiste à jeter tous ses accessoires féminins pour sentir ensuite cette envie irrésistible de féminité revenir encore plus fort”

    Comme je l’ai déjà fait cela dans la vie, c’est la première fois que j’ai vraiment eu du courage et je peux commencer à avoir mes propres vêtements et c’est tout fait vrais que ce ressenti du drogué ne semble plus être là 😉

    Très beaux, c’est l’espoir qui revient là.

    • Julie Mazens a écrit le 6 juin 2013

      tu as déjà une idée de l’adresse où je vais t’emmener prendre le thé prochainement … ma chère voisine 😉

      Kisss!

      • Barbara Alie a écrit le 6 juin 2013

        Souriante seule comme une folle au travail grâce à imaginer la possibilité de sortie en plein jour, j’ai gagné ma journée. Merci voisine…

  5. Emilie Dumont a écrit le 6 juin 2013

    voila bien notre julie, à philosopher sur la vie et ses bons côtés.
    cette belle histoire m’a beaucoup plu, preuve qu’après les jésuites et la période de phobie que nous venons de traverser grâce à madame barjot, l’espoir est toujours là et l’avenir possible .
    Merci à l’égérie en devenir (je parle de celle de Carmen Steffens bien sur!)
    bises

  6. Geraldine Claise a écrit le 9 juin 2013

    Bien Julie… tu fais bouger les esprits….

    J’ai un petit regret que je tenterai de satisfaire une prochaine fois…. Hier soir je fut invité à monter sur scène pour danser et parler avec Mud Morganfield, extraordinaire groupe de blues… de Chicago. J’assiste à beaucoup de spectacles et c’est souvent que je suis sollicitée à monter sur scène… ma timidité ayant disparue avec ma transformation j’accepte de jouer le jeu… en plus c’est un bel apprentissage de maintien… j’aurai voulu garder le micro pour remercier les artistes de m’avoir invitée sur scène… alors que la transphobie ambiante nous regarde comme des pestiférées… J’aurai voulu expliquer que la société éduque à ne pas être raciste et que je ne vois pas Mud comme un noir, mais comme un grand personnage qui donne du bonheur avec sa musique enthousiaste … que j’ai embrassé d’ailleurs… la société nous éduque à voir les handicapés avec les égards dus à une personne valide… je ne vois pas Mud cloué sur son tabouret comme un handicapé mais un merveilleux artiste qui me nourri de blues…. et que donc si les artistes nous acceptent si bien, que le public en fasse autant en nous regardant en “être humain”… Je crois à l’effet papillon… mais pour cette fois-ci j’ai manqué d’initiative… J’ai déjà été applaudie … mais je suis sûre qu’avec une intervention réussie qui touche le public j’aurai reçu l’assentiment général….

  7. Geraldine Claise a écrit le 9 juin 2013

    J’aime la réflexion de Carla Bruni… “Nous passons d’une addiction à une autre”….

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -