Les 10 principaux mythes à propos des personnes Transgenres

20 juin 2013 | Tags: , , ,

symbole-transgenreLes dernières études disponibles(°) utilisant des calculs de prévalence indiquent que 0,5 à 1,5% de la population s’identifie comme transgenre – au moins 300.000 personnes en France. Et pourtant, la plupart des gens ne savent presque rien sur eux.

Et beaucoup de personnes, même parmi les militants LGBT et les féministes, ont du mal à distinguer l’identité de genre de l’orientation sexuelle, le mythe de la réalité transgenre, et à appréhender le concept même de transidentité.

Et combien de vos amis ou de personnes de votre entourage sont capable de définir le terme “transgenre“, même approximativement ? Peu nombreux !

Pourquoi en savons-nous si peu sur les personnes transgenres ?

Quand il s’agit de genre et de sexe, les personnes transgenres brisent les règles. Et comme l’existence même du patriarcat repose sur le respect de ces règles par tous, ceux qui les enfreignent sont une réelle menace.

Ces personnes doivent donc être réduites au silence. Les personnes transgenres sont systématiquement invisibilisées au quotidien.

Elles ne sont pas correctement représentées ni dans la vie politique, le gouvernement, ni dans les médias. Et elles ne sont pas encouragées à s’exprimer librement dans une société qui les craint. Elles ne sont souvent même pas en sécurité dans leur propre quartier.

Nous ne les connaissons pas parce que, franchement, nous ne les voyons pas.

Lorsque des personnes transgenres vivent leur vie publiquement, elles sont perçues comme des monstres, des déviants et des pervers. On leur dit qu’elles sont des erreurs de la nature. Elles sont haïs, blessées et même tuées.

Lorsque des personnes transgenres sont représentées dans les médias, elles sont souvent dépeintes comme des excitées sexuelles, des phénomènes incontrôlables, des droguées et des prostituées. Ou bien présentées à tord comme des drag queens flamboyantes.

Nous savons tous que c’est faux. Mais nous pourrions ne pas toujours savoir ce qui est vrai.

Car il est très facile de tomber dans le piège des stéréotypes associés à cette communauté que vous pourriez trouver difficile à comprendre. Peut-être êtes-vous même déjà tombé dedans !

Ce n’est pas grave. Être LGBT, féministe ou tout simplement humain ne signifie pas être parfait. Mais cela signifie faire un effort pour se renseigner, changer nos façons de penser et surtout démystifier les mythes que la société nous offre sur les communautés minoritaires.

Dans la suite de ce billet, nous allons donc affronter quelques-uns des mythes les plus courants à propos des personnes transgenres, et changer notre façon de penser.

Mythe # 1: Les personnes transgenres vivent des vies folles.

C’est probablement l’erreur la plus courante sur les personnes trans.

Beaucoup de gens associent à tort être transgenre avec une vie de débauche comme dans les films et les séries télévisuelles. Cela peut impliquer des performances de dragueur, des comportements hyper-masculins ou hyper-féminin, l’usage de drogues, la prostitution, …

Certaines personnes transgenres s’engagent effectivement dans ce type de comportements, tout comme certaines personnes non-trans. Mais toutes les personnes transgenres font des choses de tous les jours qui font partie d’une vie tout à fait conventionnelle : travailler, magasiner, regarder des films, embrasser leurs enfants et leur dire “bonne nuit”, …

Ce sont des personnes. Elles font ce que font toutes les personnes.

Mythe # 2: Les personnes transgenres sont confuses.

Le fait qu’une personne soit différente ne signifie pas qu’elle ne sait pas qui elle est.

Les personnes transgenres ont un sexe : mâle, femelle ou intersexe.

Les personnes transgenres ont un genre : homme, femme, queer ou tout autre genre.

Elles connaissent leur sexe et elles connaissent leur genre.

Cela peut être déroutant pour ceux qui s’identifient dans un rôle binaire homme/femme mais pour une personne transgenre, il n’y a aucune confusion. Elle sait qui elle est.

Ceci étant dit, réaliser que l’on est trans et faire un coming-out dans une société qui ne vous accepte pas ou ne vous comprends pas peut être très déroutant et blessant. Dans pareille situation, beaucoup de transgenres se sentent mal.

C’est un problème de société, pas un problème d’identité de genre.

Mythe # 3: Les personnes transgenres sont mentalement dérangées.

Il est vrai que de nombreuses personnes transgenres souffrent de problèmes psychologiques. Mais ce n’est pas en raison de leur identité de genre !

C’est parce que dans une société patriarcale, être transgenre peut causer beaucoup de détresse liée aux difficultés et à la transphobie. Tant de détresse, en fait, que cela peut être décrit par un diagnostic de trouble mental. Ce diagnostic est utile car il nous dit que cette personne est mal et que quelque chose doit être fait pour l’aider.

Les personnes transgenres ont le même cerveau que tout un chacun. Elles sont tout simplement confrontées à un stress mental et émotionnel beaucoup plus important.

Mythe # 4: Les personnes transgenres sont gay.

L’identité de genre et l’orientation sexuelle sont deux caractéristiques complètement différentes. L’identité de genre se réfère au genre par lequel une personne est socialement reconnue ou s’auto-définie. L’orientation sexuelle décrit un mode durable d’attirance (émotionnelle, romantique, sexuelle, ou une combinaison de tout ça) pour le sexe opposé, le même sexe, ou les deux sexes, et les genres qui vont avec.

Connaitre l’une des caractéristiques d’une personne ne nous apprends rien sur l’autre.

Mythe n ° 5: Les personnes transgenres sont des anarchistes avec des idées folles.

Les personnes transgenres viennent de tous les horizons politiques et religieux.

Beaucoup de personnes trans veulent juste mener leur vie dans le cadre “standard” de la société et veulent être acceptées et non condamnées par leurs familles, les religions, les gouvernements et les communautés.

Elles devraient être autorisées à vivre comme cela.

D’autres personnes trans souhaitent fortement changer le système binaire qui les a opprimé et le modifier plus radicalement. Elles souhaitent vivre en dehors des normes sociales traditionnelles et ne pas être considérées comme des monstres pour autant.

Elles devraient aussi être autorisées à vivre comme cela.

Les personnes transgenres sont diverses. ChacunE doit pouvoir prendre une décision très personnelle concernant la vie qu’ielle souhaite mener.

Mythe n ° 6: Les personnes transgenres détestent leur corps.

C’est un mythe très répandu. Il est logique qu’une personne qui s’identifie comme une femme pourrait être mal à l’aise dans son corps masculin, et vice versa. Et certaines personnes transgenres sont mal à l’aise et veulent modifier leur corps. D’autres personnes choisissent de vivre avec leur corps tel qu’il est.

Ne pas choisir n’indique pas plus que la personne se déteste. Au contraire, une personne transgenre peut s’aimer au travers de son processus global de transition. Et nous pouvons les aimer aussi !

La relation de chaque personne avec son propre corps est unique ; et nous devons soutenir toutes les personnes transgenres dans ce qui est le mieux pour elle. Lire à ce sujet le témoignage de Celia.

Mythe # 7: Les personnes transgenres effectuent des spectacles de travesti.

Les penseurs conservateurs aimeraient pointer du doigt une drag-queen chantant, se trémoussant, très légèrement vêtue et fardée comme une reine en s’exclamant : “c’est une transgenre !”. Mais ils ont tort.

En fait, saviez-vous que la grande majorité de ces spectacles sont réalisés par des personnes non-trans ? car il ne s’agit que d’un spectacle, pas de personnes réelles.

les Drag Queens et Drag Kings se travestissent dans le cadre d’un théâtre, d’une comédie, plus rarement pour des raisons politiques (cf Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence). Ils le font pour leur art et ils le font pour vous, les spectateurs.

Quand une femme trans porte des vêtements de femmes ou un homme trans porte des vêtements pour hommes, ils ne sont pas en spectacle. Ils ne se travestissent pas, même si en début de transition les techniques peuvent être les même. Ils portent tout simplement leurs vêtements.

Mythe # 8: Vous pouvez dire que quelqu’un est transgenre juste en le regardant.

C’est un mythe destiné à nous faire croire que les personnes transgenres sont toutes monstrueuses. Et que vous pouvez en spoter un, comme un méchant de dessin animé. «Regardez, unE transsexuelLE!”

C’est un mensonge nuisible et trompeur.

La vérité est que les personnes transgenres ont un corps comme le nôtre. Et qu’elles peuvent l’afficher de manière très traditionnelle.

Certaines passent très bien, d’autres pas.

En tant que militant LGBT, féministe ou tout simplement être humain, nous ne jugeons pas nos corps ni celui des autres.

Mythe # 9: Les personnes transgenres ne sont pas de «vrais» hommes ou femmes.

C’est probablement le mythe le plus nuisible de tous. Il nous dit que les personnes transgenres sont en quelque sorte moins humains en raison de leur identité de genre. Et ce serait la preuve qu’elles n’auraient pas de place appropriée dans notre société.

Cela est odieux et inacceptable.

Toute personne devrait avoir le droit d’être des hommes et des femmes, indépendamment de son identité de genre ou de tout autre classification.

Il n’y a pas de manière unique d’être humain.

Mythe # 10: Les personnes transgenres sont bizarres.

Quand quelqu’un est différent de tout ce que nous avons vu et connu, nous pensons, c’est bizarre.

Il est normal d’avoir cette pensée. C’est la nature humaine. Mais il est important de comprendre que notre perception de ce qui est «bizarre» est basé sur nos expériences et sur notre culture.

Beaucoup d’autres cultures de par le monde pensent que vivre en dehors de la binarité du genre (homme/femme) est parfaitement normal. Les personnes transgenres sont alors intégrées dans ces sociétés et peuvent même être tenues en haute estime.

Nous pouvons faire la même chose ! En tant que militant LGBT, en tant que féministe, ou tout simplement en tant qu’être humain, nous pensons que la différence est une force ! (Et nous embrassons l’étrangeté aussi).

Pourquoi ces mythes?

Tous ces mythes ont une chose en commun : ils justifient la ségrégation des personnes transgenres.

Pensez-y : si nous croyons tous que les personnes transgenres sont confuses, folles, psychologiquement instables, … alors pourquoi voudrions-nous leur octroyer une place d’égal à égal dans notre société ? si elles ne sont pas normales et vraies, pourquoi voudrions-nous pour elles plus que de l’invisibilité ?

Car il s’agit en fait d’une collection calculée de stéréotypes qui sert à maintenir le système patriarcal.

Tout en sachant que ces dix mythes sont faux, vous en savez plus sur les personnes transgenres que la plupart des gens dans notre pays aujourd’hui.

Et, grâce à cette connaissance, les personnes trans ont de meilleurs chances d’être comprises et acceptées par notre société.

Maintenant, prenez une minute pour réfléchir à la puissance de cette idée pour le mouvement LGBT et féministe dans son ensemble.

(Librement traduit, adapté et interprété de l’anglais par Julie M.)

° : synthèse US de Lynn Conway, University of Michigan, 2012 et études UK du GIRES, 2009

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
DR ILGA Europe
Une large majorité du Sénat Hollandais a voté en faveur d'une nouvelle loi pour les transgenres le 17 décembre dernier. Le Réseau Transgenre des Pays-Bas (Transgender Network Netherlands, TNN ) et le COC Pays-Bas (COC Nederland, collectif d'associations LGBT, équivalent de l'Inter-LGBT Française) parlent d'une "victoire pour les personnes transgenres dans les Pays-Bas". La loi devrait entrer en vigueur le 1er Juillet 2014. La nouvelle loi offre aux personnes transgenres , âgés de 16 ans et plus, une procédure simplifiée pour modifier la ...
LIRE L'ARTICLE >>
FAQ – Les personnes transgenres en Europe
Document Amnesty International du 4 févier 2014 Qui sont les personnes transgenres ? Les personnes transgenres sont des personnes dont la perception profonde de leur propre genre diffère du sexe qui leur a été attribué à la naissance, et qui expriment leur identité de genre selon divers schémas. Certaines personnes transgenres s’identifient comme complètement homme ou femme, d’autres perçoivent leur identité de genre comme s’inscrivant quelque part entre les deux. Certaines d’entre elles souhaitent apporter des modifications à leur corps par des traitements de ...
LIRE L'ARTICLE >>
Des sociétés américaines qui soutiennent les personnes transgenres
Le Huffington Post, dans son édition américaine, a publié une liste des trente plus grandes sociétés américaines qui soutiennent activement les personnes transgenres dans leur parcours de transition. En annonçant la semaine dernière qu'elle est une femme et qu'elle veut être identifiée en tant que tel, Chelsea Manning a attiré l'attention des médias sur les discriminations dont sont l'objet les personnes transgenres tous les jours. Et pour ne prendre qu'un sujet, le fait qu'une personne transgenre se voit souvent refuser l'accès aux ...
LIRE L'ARTICLE >>
Communiqué – Changement d’état civil des personnes transgenres au Sénat : des amendements EELV, PCF, PS et UMP inacceptables en l’état
Communiqué de presse de la FÉDÉRATION LGBT Angers, lundi 16 septembre 2013 A l'occasion du projet de loi pour l'Égalité entre les femmes et les hommes, débattu en première lecture au Sénat les 16 et 17 septembre, des sénatrices et sénateurs EELV, PCF, PS et UMP ont déposé des amendements concernant l'identité de genre et le changement d'état civil des personnes transgenres. Cette initiative est urgente puisqu'elle s'appuie, entre autres, sur les revendications que la FÉDÉRATION LGBT porte, visant à faciliter la ...
LIRE L'ARTICLE >>
Quelques mots sur les TERFs
Chloé a récemment publié une lettre en réponse à des propos particulièrement agressifs d'une militante appartenant à un mouvement radical-féministe, que je ne citerais pas pour ne pas lui faire plus de publicité que nécessaire. Je voudrais cependant revenir sur ce sujet pour tenter de caractériser ces personnes qui excluent les transgenres MtF du groupe des femmes ... ces radicales féministes appelées TERF pour Trans-Exclusive Radical Feminists. A la base, la TERF va affirmer que : ► les femmes trans font une transition ...
LIRE L'ARTICLE >>
Droits des personnes Transgenres – Mais que veut donc le gouvernement ?
Veuillez trouver ci-après les échanges entre le député M. Sergio Coronado, membre du parti Europe Écologie Les Verts, lors de la présentation mardi 19 novembre 2013 de ses amendements CS27 et CS28 en commission spéciale chargée d'examiner la proposition de loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel. Si la commission a refusé de présenter ses amendements dans le cadre de la loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel, il est à noter que le député Sergio Coronado présentera quand ...
LIRE L'ARTICLE >>
Film et débat : « Transgenres : sortir enfin des clichés ! »
Dans le cadre du programme Homosaiques 2013 proposé par l'association AGILE de Clermont-Ferrand du 5 au 21 avril 2013 "de l'invisible au visible", une après-midi réservée à la transidentité avec la projet d'un film sur les transboys suivi d'un débat sur les clichés du monde transgenre ! Le samedi 13 avril après-midi à l'espace LGBT de Clermont-Ferrand. Projection du film « Fille ou garçon : mon sexe n'est pas mon genre » Ils sont nés femmes mais vivent aujourd’hui comme des hommes. Portraits croisés de quatre ...
LIRE L'ARTICLE >>
Transgenre
Je suis transgenre et j'aime cette image. Cette photographie de source inconnue nous rappelle que personne ne peut dire en regardant quelqu'un ce qu'il se passe dans sa tête ou ce qu'il a traversé dans sa vie ou ce qu'il envisage de faire demain. et encore moins juger ou fouiller le contenu de sa culotte. Une personne transgenre ou travesti n'est pas "identifiable" par un ensemble de stéréotypes. Tout comme bien peu de transgenres ressemblent à l'image stéréotypée que vous avez à ...
LIRE L'ARTICLE >>
Femmes Transgenres en Prison
Pour mettre en perspective une nouvelle bien triste, à quelques jours du T-DOR, voici un document réalisé par le collectif Infokiosque qui présente la problématique des femmes transgenres/transsexuelles en prison avec des témoignages. Observatoire international des prisons (OIP) : "Depuis plus d'un an, elle demandait des informations sur les structures médicales spécialisées dans la prise en charge des transsexuelles. Personne ne lui répondait au niveau du centre pénitentiaire", la détenu "a subi de nombreuses brimades: non prise en compte de sa ...
LIRE L'ARTICLE >>
La protection a été accordée par le Commissaire après examen du cas et des circonstances individuelles. La première personne transgenre ayant jamais cherché la protection de réfugié à Malte a obtenu l'asile après avoir demandé la protection au Commissaire de l'ile pour les réfugiés. C'était le premier cas à Malte ou un individu a obtenu la protection sur la base de l'identité de genre. L'année dernière, le gouvernement a modifié la réglementation des règles de procédure dans l'examen des demandes de statut de ...
LIRE L'ARTICLE >>
Victoire pour les personnes transgenres aux Pays-Bas
FAQ – Les personnes transgenres en Europe
Des sociétés américaines qui soutiennent les personnes transgenres
Communiqué – Changement d’état civil des personnes transgenres au Sénat : des amendements EELV, PCF, PS et UMP
Quelques mots sur les TERFs
Droits des personnes Transgenres – Mais que veut donc le gouvernement ?
Film et débat : « Transgenres : sortir enfin des clichés ! »
Transgenre
Femmes Transgenres en Prison
Malte accorde pour la première fois l’asile aux réfugiés transgenres

14 responses to Les 10 principaux mythes à propos des personnes Transgenres

  1. Brigitte Goldberg a écrit le 20 juin 2013

    Merci pour, cette belle traduction. cela fait du bien de voir ces mythes et ces idées préconçues mises à la poubelle ! Cela dit, personnellement, je suis folle, mais chuuuuuut :)

  2. Amélie a écrit le 20 juin 2013

    Merci Julie pour ce joli texte que tu as traduite,
    Si seulement tous ceci pouvait aller à la poubelle.

    Bises
    Amelia

  3. Clarisse a écrit le 20 juin 2013

    La peur de son propre inconnu se transforme en L’INCONNU,source de croyances,de légendes,de mythes de tous ordres.La trans-identité,dans notre contexte judéo-chrétien,comme nombre d’autres réalités,se voit donc en bonne place en ce palmarès souvent passionné.
    Alors ,suffirait -t-il de dire à la personne qui se projette en nous :” dépasse ta peur, et tu verras comme nous sommes en réalité”,relèverait de la science fiction,voire de la plus totale inconscience au regard de situations relativement fréquentes.
    Cette simple recette ne peut donc s’ appliquer que dans les seules situations adéquates.
    Que dire,que faire,la situation serait elle irrémédiablement bloquée?
    Nombre de personnes trans-genres réussissent à mener toute ,ou partie, de leur existence harmonieusement,malgré un contexte difficile,contre une grande majorité en haute et réelle difficulté,lorsqu’ il ne s’ agit pas tout simplement d’ un danger vital.
    Fatalité? Non !
    Quelle baguette magique viendrait à bout de ce fléau? Eh bien ni la baguette,ni la magie,elles mêmes stéréotypes de ces croyances occultes …
    Alors? Alors?
    Dame oui !Comment y voir clair,en cette équation aussi compliquée,paniquante,qu’ impérieuse, celle au fond de tout un chacun et chacune?
    Stephan Zweig,à cette question,aurait peut être réécrit : “L’ ombre est fille de lumière”

  4. Fiona a écrit le 23 juin 2013

    faut les laisser dire, pour la plupart ils défendent une idéologie préconçue de notre soi disant société, fonctionnent comme des marionnettes actionner par des fils, des œillères fixées sur les tempes et un long pif pour éviter de se cogner partout, les plus intelligents apprendront ce qu’est l’être humain lorsque leurs maturité aura atteint le paroxysme.

  5. Vincent Magnin a écrit le 26 juin 2013

    J’ajoute, peut-être pas le mythe le plus répandu mais celui qui me choque le plus : “les trans sont des violeurs qui se déguisent en femmes pour exiger d’être admis dans les vestiaires et toilettes des femmes, et ainsi les agresser.”

    J’ai découvert ça sur ma chaîne youtube, dans un commentaire posté sous un documentaire qui évoque… une minuscule petite fille transgenre qui veut être acceptée à l’école. “Et que fait-on des droits des autres petites filles ?” = la gamine va leur montrer son pénis, voire les agresser. Voilà voilà. Il y a plein de sites qui répandent cette horrible rumeur, notamment un truc qui s’appelle “gender trender”, sans doute l’équivalent de l’ “observatoire du genre” pour nous les français… j’avoue que je n’ai pas eu le courage de cliquer sur ses liens.

    Mais si vous vous sentez d’attaque, je devrais peut-être les poster quelque part, parce que c’est ce que j’ai lu de plus transphobe de toute ma vie. Il faudrait que ce soit répertorié.

    • Julie Mazens a écrit le 26 juin 2013

      moi j’ai lu le contraire sur un forum québécois récemment … que la présence d’une personne transgenre dans un toilette féminin assurait une certaine forme de protection pour les femmes à l’instar des eunuques d’autrefois …

      on pourrait effectivement monter un billet autour de ce sujet “polémique”. je t’ouvre un compte de publication wordpress sur Txy.

      bises !

    • AlexMec a écrit le 26 juin 2013

      Moi, ce que j’entends quand un homme (parce que c’est toujours un homme) dit ça, c’est qu’il pense que tous les hommes sont des violeurs en puissance qui ne font que chercher des opportunités de violer des femmes. Même être constamment harcelé et encourir le risque d’être agressé en tant que ‘sale travelo’ serait apparemment un prix raisonnable à payer juste pour avoir une chance de pénétrer dans les toilettes des femmes O.o !

  6. Vincent Magnin a écrit le 26 juin 2013

    Je viens précisément de trouver un site où se réunissent les femmes qui pensent comme ça. Et dans mon expérience du truc, je peux principalement citer des femmes. Je ne crois même pas avoir déjà fréquenté un homme qui ait un tel discours sérieusement, une fois sorti de l’humour à deux balles (peut-être parce que je les trie soigneusement, après tout c’est mon garde-manger si j’ose dire ^^)

    L’idée étant que les hommes, de par leur phallus, sont des monstres, des animaux et des dominateurs en puissance (parce que juger une femme d’après son appareil reproducteur, c’est mal, mais juger un homme selon son appareil reproducteur, c’est lucide… mouais mouais) et si certains mecs s’en flattent probablement, genre “ouais moi je suis tellement viril que je pense avec ma b***, la classe !”, les féministes peuvent également en développer la paranoïa, ET LA DEMONSTRATION QUI VA AVEC. (Et faut pas se leurrer, y a quand même beaucoup de femmes parmi les féministes.)

    Moi c’est ça qui me fait peur, pas Duduche qui radote au comptoir pour épater ses copains. La démonstration, elle, on la retrouvera aux infos du 20h, peut-être dans la bouche de “personnalités haut placées”. C’est pas un quartier ou une famille que ça touche, c’est l’ensemble de notre communauté.

    Oui parce que, vous avez le monologue du phallus, mais vous n’avez pas la suite ^^ Ajoutez à cela la décision de considérer les femmes trans comme phalliques, donc également tyrans machistes, et les hommes trans comme des adorateurs dudit phallus, donc également tyrans machistes… et vous avez une nouvelle doctrine super sympa qui nous coiffe toutes et tous au poteau !

    J’ai fait un article sur le sujet, à sa parution vous pourrez apprécier l’étendue des dégâts…

    • AlexMec a écrit le 26 juin 2013

      dans mon expérience du truc, je peux principalement citer des femmes. Je ne crois même pas avoir déjà fréquenté un homme qui ait un tel discours sérieusement

      C’est intéressant, ça. Perso, je pensais aux discours d’hommes politiques américains, qui sont malheureusement bien sérieux dans leur croisade pour défendre les pov’ tit’ femmes contre les grands méchants traveloups qui vont les traumatiser rien qu’en pénétrant dans leurs toilettes publiques. Mais bon, il est vrai que j’ai assez peu de contacts avec les féministes qu’on va dire “anti-hommes”, parce que même quand je vivais ma vie en femme, elles me hérissaient le poil très vite.

      Marrant, d’ailleurs, comme les extrêmes (hommes politiques phallocrates et femmes féministes anti-phallus) se rejoignent dans leurs discours au final…

      les hommes trans comme des adorateurs dudit phallus

      Doublement dans le cas des hommes trans homos comme moi 😛

      • Vincent Magnin a écrit le 26 juin 2013

        Bah c’est tellement logique, une femme qui dit détester les hommes à ce point est aussi obsédée par leur “potentiel de nuisance” que le sont les homos refoulés… si tu as déjà vu un homme politique américain essayer de démontrer à quel point il n’est pas gay, avec chapeau stetson à l’appui comme dans un bon vieux clip des village people, tu vois de quoi je parle ^^ au final, quand on critique quelque chose à longueur de temps, c’est qu’on est fasciné. Ou sinon, on peut en rêver à longueur de temps, c’est plus constructif 😉 (et là je SAIS que tu me comprends.)

        “Mes femmes” sont des connaissances de la vie réelle. Le style à s’affirmer dix fois plus parce qu’elles sont des femmes, donc de pauvres victimes, donc aucun scrupule à avoir, à la fin c’est toujours elle qu’on plaindra. (C’est encore un truc qui me sidère, je ne trouve pas ça spécialement féministe de se poser en faible victime persécutée. C’est renoncer d’office au respect qu’on aurait pu gagner.)

        C’est bête à dire, mais y a des gens comme ça partout, parmi les populations maltraitées comme parmi les privilégiées, et même parmi les trans j’imagine. Des gens qui oublient que le bien et le mal est une question de bien et de mal, celui qu’on fait objectivement autour de soi, celui de l’exemple qu’on donne, etc… pas juste de la quantité de décibels à laquelle on pleure. Bah, quand les trans pourront se permettre de pleurnicher sans raison, c’est qu’on aura fait un sacré pas en avant dans leur protection. ^^

        • AlexMec a écrit le 27 juin 2013

          Ce qui m’éclate le plus, ce sont les explications hallucinantes que ces hommes totalement-hétéros-je-vous-jure inventent quand ils sont choppés à voyager avec un escort boy ou à faire des propositions malhonnêtes à des flics en civil dans les toilettes pour hommes 😛 “C’est un malentendu!” Mais oui bien sûr. Et la marmotte, elle continue à mettre le chocolat dans le papier d’alu…

          je ne trouve pas ça spécialement féministe de se poser en faible victime persécutée

          Comme tu le dis, on retrouve cette mentalité dans toutes les populations. Si ces femmes ne se posaient pas en victimes de la société machiste, elles se poseraient en victimes d’autre chose. Le féminisme n’est qu’une arme bien pratique pour ce genre de personnes qui cherchent toujours quelqu’un d’autre sur qui rejeter toutes les fautes pour se dédouaner elles-mêmes de leurs propres faiblesses.

          Bah, quand les trans pourront se permettre de pleurnicher sans raison, c’est qu’on aura fait un sacré pas en avant dans leur protection. ^^

          Pour être complètement honnête… C’est un peu le sentiment qui m’envahit de temps en temps quand certainEs transEs françaisEs se lamentent ad nauseam de la situation apparemment catastrophique des trans en France. Moi je compare avec les autres pays, et je me dis que même s’il est vrai qu’on n’est pas au top du top, on n’est quand même pas si à plaindre que ça. Il y a encore beaucoup de chemin à faire, mais de là à systématiquement “se poser en faible(s) victime(s) persécutée(s)”, justement…

  7. lucie a écrit le 30 juin 2013

    Je l’ai vu avec mon amie, qui a pourtant l’esprit ouvert… Lorsque je lui ai parlé pour la première fois de ma transidentité, elle a fait l’amalgame avec la bisexualité d’abord… Je mets des bas, de la lingerie et je m’épile, donc je suis bi, attiré aussi par les hommes, ce qui l’a effrayée car elle est exclusivement hétéro. Elle a eu du mal à comprendre que j’étais exclusivement attiré par les femmes tout en étant moi-même une femme habitant un corps masculin. Après elle a pensé que j’étais “une sorte de transexuel”. Ce en quoi je l’ai rassurée. Je n’ai aucune raison de changer de sexe… puisque je suis déjà une femme !

    En fait, nous devons comprendre que ce n’est pas parce que nous vivons une transidentité et que nous fréquentons des sites transidentitaires que tout un chacun, autour de nous, est à même de comprendre ce que sont les transidentités. Il doit y avoir de temps en temps des reportages à la télé qui parlent des transidentités (je n’ai pas la télé), plus ou moins bien faits et taillés pour vendre tel bouquin ou faire la promo de tel film, et à partir de ça l’amalgame est vite fait entre “travelos”, gays, transgenres, transexuelLEs dans l’esprit de ce qu’on appelle “le grand public”. Je suis transidentitaire et je porte des bas, je mets de la lingerie fine, des dessous unisexe quand je dois partir quelque jours avec des personnes pas au courant ni réceptives et que je ne veux pas gêner, je me balade chez moi en robe, je dors en nuisette mais je ne porte pas de perruque et je ne me maquille pas…

    C… a cru d’abord à un fantasme, ça l’a gênée tant que je n’ai pas su lui faire comprendre que vivre cette féminité était chez moi aussi normal que pour elle, se faire le maillot. Je lui fais des petits plats, des travaux de couture, je sèche ses cheveux et la coiffe au sortir du bain, mon intérieur (nous n’habitons pas ensemble) est son havre de pays, tout est à sa place et sent le propre, c’est douillet, coloré et autant que possible, raffiné. Nous ne sommes pas pour autant un couple de femmes. Et finalement, elle m’a dit aimer assez.

  8. djean klodine a écrit le 3 février 2014

    Vous avez oublié l’essentiel dans ce pannel d’infos sur les mythes transgenres !! Vous etes pardonée car personne n’a osée a ce jour entreprendre la rédaction d’un livre ”voyage au centre du poison”sur le pire fléau pour les transgenres Hommes vers Femmes … Ce sont les Femmes , les vraies !! Aprés plusieurs années de vie au féminin je peux affirmer sans embages que ma pire difficulté à été de subir les insolences et moqueries perverses des Femmes ..Je relates tout celà dans un livre qui a été retenue par un éditeur parisien qui veut l’exclusivité !!! Car qui oserait se moquer d’une femme qui se masculine … a ma connaissance personne et encore moins les vraies femmes ..Pour la bonne et simple raison que face à une trans masculine les vraies femmes ne se sentent pas concurrencer dans ce qu’elles ont de plus chères et de plus difficile a assumer leurs ” corps” C’était juste une parenthèse avant d’aller continuer d’enrichir de mes expériences vécues ” Voyage au centre du poison ” Je pense que vous aurez deviné qui est le poison !!! BISES

    • Claire a écrit le 20 février 2014

      C’est assez problématique ce que tu écris, je trouve.. Déjà qu’est-ce que c’est une vraie femme ?…

      Je suis vraie, tout autant que n’importe qui d’autre.

      Et écrire “une trans masculine” pour parler d’un homme trans, je trouve que c’est très irrespectueux vis-à-vis de ces personnes.

      Prétendre par ailleurs que personne n’ose opprimer les hommes trans, honnêtement c’est n’importe quoi. Il suffit de chercher un peu pour voir qu’ils sont tout autant ostracisés que les femmes trans, montrés du doigt, ridiculisés, que leur masculinité est niée, etc..

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -