Trans, pour mieux te violer mon enfant

27 juin 2013 | Tags: , , , ,

Découvrez Gendertrender, le site “transphobe par féminisme”.

Le dernier comics de Batgirl rencontre une vieille icône féministe...

Les comics rencontrent une vieille icône féministe… Les droits de la femme, oui, mais n’est pas femme qui veut.

Joie et félicité ! J’ai découvert un site en anglais qui représente une forme de transphobie méconnue.

J’en avais brièvement parlé dans ma traduction sur youtube intitulée « Transphobie lesbienne anti-FTM », mais je viens de découvrir qu’une féministe qui s’attaque aux MtFs est encore plus redoutable, par son ancrage dans une victimisation presque légitime, ainsi que par la violence de ses attaques.

C’est le mythe pseudo-trans du Silence des Agneaux, l’horrible bonhomme qui maltraite les femmes tout en les singeant parce qu’il en est jaloux.

Je n’ai pas cherché à rencontrer cet univers, on l’a posté sous une autre de mes vidéos.

La menace représentée par le sujet de cette vidéo, une petite fille transgenre dont les parents se battaient pour la faire accepter à l’école primaire en tant que fille, était sans doute trop terrifiante : il fallait que notre « traumaqueen » (c’est son pseudo sur youtube, je n’invente rien) m’apporte d’urgence la bonne parole.

Sans titre 1&Voici un très court extrait de son long message privé :

« Que ferez-vous quand le tribunal accordera à quiconque prétend être transgenre le droit d’utiliser les toilettes des femmes ? »

Sic. Elle est particulièrement obsédée par les femmes transsexuelles : elle manifeste la même peur panique d’être pénétrée contre sa volonté que le premier homosexuel refoulé venu. Nous autres FTMs n’existons donc pas.

« Des hommes se déguisent et disent : « Je suis transgenre, donc je peux utiliser le vestiaire des femmes » ou utilisent le prétexte transgenre pour entrer dans des cercles féminins, et agresser les femmes et les enfants. Voici quelques liens pour que vous puissiez vérifier à quel point ce type de loi peut aisément exposer les gens précisément au danger dont ils disent se protéger. »

Autrement dit, si une femme prétend être en danger d’agression dans les toilettes des hommes, c’est uniquement pour pouvoir agresser ses consoeurs dans les toilettes des femmes. Ce discours émane d’une féministe. Je vous laisse apprécier.

« S’ils veulent mettre l’enfant transgenre en sécurité, peut-être devraient-ils construire un troisième type de toilettes, où seules les personnes transgenres pourraient aller. »

Donc… des personnes avec pénis, FTM post-op ou MTF pré-op, se retrouveraient dans le même local que des personnes avec vagin, FTM pré-op ou MTF post-op ? Alors que le pénis est notoirement l’instrument du viol et ne sert pour ainsi dire qu’à ça ? Bah, peu importe après tout : ils sont tous trans, n’est-ce pas ? La logique de cette personne prend des directions relativement fascisantes.

Comme je suis un incorrigible romantique, j’ai tenté quelque chose pour elle : je lui ai gentiment mais fermement expliqué, expérience personnelle à l’appui, que le risque d’être violé dépend non du fait que son prochain a un pénis, mais des intentions dudit prochain, intentions qui prennent naissance dans le cerveau et non dans le slip. Mais je crains fort de combattre des moulins à vent.

Cela dit, mis à part quelques liens vers des articles de faits divers mettant en scène des violeurs déguisés en femmes, elle m’a aiguillé vers quelque chose qui pourrait vous intéresser… OK, vous faire bondir, mais j’ai pensé qu’il était important que vous en connaissiez l’existence. Ce n’est pas simplement une paranoïaque qui trolle sur youtube pour se passer le temps : ce sont de nombreux théoriciens organisés et militants, convaincus du bien-fondé de leur construction mentale.

Le site auquel elle me renvoie, comme un fondamentaliste à son Livre Sacré, c’est gendertrender. Inutile de vous le décrire : assez ironiquement, un schéma critiquant précisément l’attitude locale y est posté (sans doute pour éveiller l’indignation et la vindicte générale) qui définit assez bien ses membres. Voici quelques phrases issues de ce schéma :

« Je ne suis pas transphobe, juste trans-critique. »

« Une transsexuelle au passing irréprochable ne vise qu’à me mettre enceinte. »

« Non, les transsexuelles n’ont pas de vagins. Non, elles ne peuvent pas être stériles. »

« Il faut créer des endroits strictement réservés aux trans, et les exclure des endroits publics. »

« Le sexe est binaire : il y a le méchant mâle et la gentille femelle. »

« *jalouse des jambes magnifiques de certaines transsexuelles* »

« Si on laisse les FTMs transitionner, on n’aura plus de camionneuses ! »

« Méfiez-vous de lui, c’est juste un homme qui porte une robe ! »

« L’usage du pénis est violent. Sauf s’il est en plastique. »

« La transition ne fait que renforcer la norme de genre. »

« On est femme si on est née femme, et vice-versa : y a pas de cis qui tienne. »

« Non, les transsexuelles ne portent pas de pantalons. Non, ce ne sont pas des féministes ! »

Eh bien, cette caricature est fondée. J’ai bouquiné un peu le site, et j’ai retrouvé les mêmes âneries. Ce sont les « arguments » verbaux compulsivement invoqués par les « TERF », « Trans-Exclusive Radical Feminists », les féministes radicales (ou radicaux, qui sait) prônant l’exclusion des femmes transsexuelles, et, par extension, de toute la théorie du genre. Nous avons un équivalent dans notre bien-aimé « Observatoire du genre » dans le domaine francophone, déjà abordé sur Txy. C’est la théorie du complot appliquée aux trans et à ceux qui les défendent.

Petit aparté sur la théorie du complot, car les innocents parmi nous peuvent difficilement imaginer spontanément un truc pareil : il s’agit de prêter un « complot » à une minorité pour justifier sa répression, par tous les moyens possibles, y compris la violence, considérée comme de la légitime défense. Par exemple, les Juifs et les Francs-Maçons voulaient diriger le monde, les Noirs métisser la sainte race blanche, et les suffragettes, détruire l’autorité naturelle du mâle.

Encore aujourd’hui, certains assurent à la télévision américaine, et sans avoir à craindre de représailles, que les homosexuels ne deviennent enseignants que pour « se reproduire » en pervertissant les jeunes générations ; les trans, eux, voudraient faire de la planète un gigantesque film porno (ce qui revient à vénérer et propager les fantasmes dominateurs de la créature phallique, qu’elle soit homme ou travesti). Des maisons de production queer, telles que Crashpad Series par exemple, seraient les premières surprises d’apprendre que le porno est par essence l’apologie de la binarité machiste ; mais passons, de toute façon dans cette théorie le ridicule est partout.

Sans titre 2

Cet article, par exemple, explique comment les consultantes transsexuelles de l’émission de télé-réalité humoristique “TRANSform me” humilient les jeunes femmes indépendantes qu’elles conseillent, et les orientent vers une image de la femme sexualisée, soumise aux fantasmes masculins. Un exemple de “fausses femmes” imposant leur image aux “vraies femmes”.

Mais pourquoi exclure les trans ?

Pour eux, trans = femme transsexuelle = « shemale » maniérée à l’excès et attiffée de même, qui naît directement âgée de 20 ans et disparaît en fumée à 35 environ, arborant d’énormes seins et une énorme bistouquette, qui ne réfléchit qu’avec ces divers attributs et voit l’existence comme un vaste plateau de film X.

Parce qu’ « ils » sont anti-femmes. « Ils » flattent l’ego masculin en satisfaisant ses fantasmes, et donnent de la « vraie » femme une mauvaise image, dont elle souffre au quotidien. Ce n’est donc là que légitime défense. Les trans sont une menace, les féministes doivent riposter.

A ce titre, tout gros crétin affichant un discours ou un comportement transphobe est momentanément considéré comme féministe militant.

Exemple de cette théorie : ce qui suit est directement traduit du site en question.

« Les lesbiennes, les féministes, la culture lesbienne, bref, les femmes de toutes sortes, sont attaquées par les activistes du mouvement transgenre anti-femme depuis des années, de manière profonde et violente. »

Sic… toujours cette même image de la pénétration phallique qui les obsède, semble-t-il, n’est-ce pas docteur Freud ? Et que dire de leur oubli volontaire des FTMs issus de la culture lesbienne, parfois toujours actifs dans cette même culture ? Oubli des MTFs lesbiennes, oubli de l’importante population queer parmi les trans… ? Enfin, passons.

« La culture gay, c’est-à-dire la culture des hommes gays, soutient l’action politique des trans, parce que cette politique est essentiellement centrée sur le mâle et anti-féministe. Tandis que les homosexuels champions de la libération de la femme, et les hommes en général, s’opposent aux droits des trans. Enfin, les législateurs et groupes politiques gays défendent souvent les revendications anti-femmes du mouvement trans. »

Je serais curieux de savoir de quelles revendications il s’agit… oh, en fait, non.

« Toutes les femmes violées, agressées, battues, menacées, mises enceintes comme du bétail, mariées dans l’enfance, mutilées génitalement, avortées pour sélectionner un héritier mâle, brûlées à l’acide, tuées pour dette d’honneur, victimes de violence conjugale, prostituées, violées en représailles, sous-payées, non payées, réduites au silence, censurées, harcelées, crimes qui ne sont ni portés en justice ni répertoriés dans les statistiques… »

Jusqu’à maintenant, la moitié des crimes en question me semblent bien proches de ce qu’on inflige aux personnes transsexuelles, et l’autre moitié relève de sociétés ou marges de la société où règne un état de non-droit patent, universellement dénoncé et combattu. Mais la liste continue !!

« …ostracisées, ignorées, chassées du système éducatif, condamnées à la honte, bannies, humiliées, infantilisées, et caetera à cause de leur système reproductif… »

Sans rire, c’est exactement ce pourquoi se battent les militants transgenres. Est-ce que c’est ça qui énerve autant l’auteur ? L’impression d’être à égalité avec une population qui lui répugne ?

« …tout cela est placé au second plan, supplanté par le « droit » du mâle qui s’imagine transgenre à investir un corps de lesbienne. »

Voilà, c’est dit. Madame a la trouille de se retrouver au lit avec une petite copine dont le schéma chromosomique remettrait en question l’image qu’elle se fait d’elle-même. Les corps de lesbiennes doivent être réservés aux gentilles XX, et… minute, c’est qu’il y a des femmes bio qui sont XY, et d’autres qui le deviennent après une greffe de moelle… diable, on ne peut donc plus vivre sa haine du Pénis paisiblement, sans se poser toutes sortes de question ? Tout ça, c’est de la faute de ces trans qui… haïssent leurs pénis… Hé, c’est mon truc ça, pas touche ! Si on m’enlève le fondement même de ma personnalité, qu’est-ce que je deviens ?

Je ne sais pas comment conclure. Je suis affligé.

Mais si ce débat me semble important, c’est qu’au contraire de l’agresseur isolé qui défraie la chronique de loin en loin pour avoir tabassé sa victime à mort, ces gens de gendertrender réfléchissent et s’organisent. Cela me semble beaucoup plus dangereux, autant que le style Christian Vanneste dans le monde politique français. C’est une théorie qu’ils mettent au point, et aucun de nos arguments n’est recevable à leurs yeux pour leur démontrer qu’ils ne sont qu’une nouvelle version de fascistes. Ce sont des « bien-pensants », des gens bien-intentionnés comme disait l’autre, des experts en manipulation du texte et  de la pensée. Je ne sais pas ce qu’on peut faire. Peut-être rien.

Mais nous les rencontrerons chaque fois que nous voudrons faire passer l’un de nos droits devant la justice. Ils seront là, parce que c’est leur grande passion, allez comprendre… et nous serons là, parce que c’est notre place. Et leur délire n’est pas forcément perceptible pour une personne mal informée. Alors c’est peut-être cela, notre seul bouclier : l’information, l’éducation de la population, par le coming-out, par le dialogue avec notre entourage, par la créativité artistique, que sais-je… Jusqu’à ce que le ridicule de telles théories apparaisse de lui-même à toute personne sensée, comme il nous apparaît à nous, qui savons que nous ne sommes pas des monstres.

Je vous laisse la parole.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Trans bidule, Trans machin, Trans truc … Quatro !
J'ai parlé précédemment de mon positionnement de femme d'origine transsexuelle par distinction vis à vis des femmes bio et j'avais mis de coté le transgendérisme. Tout d'abord je rappelle que durant notre parcours nous avons tous été pendant une période plus ou moins longue, tout d'abord travesti(e), ensuite trans-genre et enfin transsexuel(le) pour ceux et celles qui se destinaient à l'opération. Le résultat de ce long parcours fait de nous des hommes ou des femmes socialement reconnu(es) comme tel(le). Pour ceux qui en ...
LIRE L'ARTICLE >>
Lana Waschowski - DR Aceshowiz
Le féminisme de certaines femmes est clairement transphobe. En cette journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, nous pouvons décerner la palme de la transphobie à Stylist qui pense qu'une femme trans' n'est rien d'autre qu'un homme féministe !! Dans cet article, on croirait presque que d'un coup de baguette magique, Lana "s'est transformée en femme". Elle est considérée par ce magazine féministe comme "un Homen" ou encore "homme féministe" !  Une totale aberration ! Par ailleurs, la transphobie de ...
LIRE L'ARTICLE >>
Quelques mots sur les TERFs
Chloé a récemment publié une lettre en réponse à des propos particulièrement agressifs d'une militante appartenant à un mouvement radical-féministe, que je ne citerais pas pour ne pas lui faire plus de publicité que nécessaire. Je voudrais cependant revenir sur ce sujet pour tenter de caractériser ces personnes qui excluent les transgenres MtF du groupe des femmes ... ces radicales féministes appelées TERF pour Trans-Exclusive Radical Feminists. A la base, la TERF va affirmer que : ► les femmes trans font une transition ...
LIRE L'ARTICLE >>
13 mai 2013 – Préparation de la Marche de nuit féministe en non mixité
Rendez-vous le 13 mai à 19h à La Mutinerie pour la projection d’un court-métrage et pour préparer la Marche de nuit féministe en non mixité. Attention le bar sera en non mixité (par ordre alphabétique: féministes, femmes, lesbiennes, trans) jusqu'à 22h !
LIRE L'ARTICLE >>
#radfem2013 Parce qu'un corps mutilé d'homme n'est pas un corps de femme.
Twitter est une fenêtre ouverte sur l'activisme Trans' partout dans le monde et en particulier aux Etats-Unis. On y voit passer régulièrement des documents intéressants en suivant certains mots-dièses (#TERF, #transgender par exemple). Aujourd'hui, j'aimerais partager avec vous une lettre ouverte d'une de mes fidèles amies, Laurelai Bailey, activiste Trans' pour les droits des T, le respect de la vie privée, la lutte contre les discriminations, et la transparence du gouvernement américain (ce qui lui a valu une visite du ...
LIRE L'ARTICLE >>
Gare aux Trans
Une certaine façon de regarder la transphobie et d'y répondre avec fierté. Discriminations, Oppressions, Résistance ! Vidéo de Karine Espineira Trans et féministe affirmée, impliquée dans la vie associative LGBT depuis 1996 (ASB, Zoo, CEL, UEEH), Karine Espineira est co-fondatrice de l’association Sans Contrefaçon (2005) et de la revue en ligne L’Observatoire Des Transidentités (2010) avec un triple objectif : travailler à une mémoire et une culture de groupe, produire « une histoire trans qui soit aussi trans » à travers la diffusion d’écrits et de ...
LIRE L'ARTICLE >>
Pourquoi ne suis-je pas trans ?
Pourquoi ne suis-je pas trans ? C’est une vraie question à la Marcel Duchamp ! Depuis Duchamp, l’artiste, c’est celui qui dit qui l’est. Il suffit de se déclarer soi-même artiste pour l’être. Trans, c’est pareil ? J’ai rencontré une fille qui s’appelait Sophie. Mon beau-frère l’aurait prise pour un homme : habits d’homme, look d’homme, apparence sociale totalement masculine. Barbe, calvitie. Juste une fine chaînette dorée autour du cou – un homme peut en porter, c’est dans les limites de la tolérance sociale. Mais cette personne ...
LIRE L'ARTICLE >>
Trans bidule, Trans machin, Trans truc … (ter)
Dans un article que j'ai écris ici, je disais que la trans aimait à se définir seule. Dans le cadre privé cela ne dérange en rien, mais lorsque l'on en arrive à un cadre plus général cela créé un méli-mélo dans lequel il est bien difficile d'y voir clair. On a tendance à vouloir généraliser la trans-identité sous l'appellation "trans-genre" ce qui est un grand fourre tout dans lequel on y trouve forcément un grand bordel. Les appelations "transsexuelle" "trans-genre" et ...
LIRE L'ARTICLE >>
Une étude médicale montre que le traitement hormonal Trans est sûr et efficace
Une étude récente a montré que le traitement hormonal de substitution (THS) des patients transsexuel-le-s est à la fois sûr et efficace. Les résultats d'une étude européenne sur l'hormonothérapie ont été présentés au 95e Congrès annuel de l'Endocrine Society à San Francisco samedi dernier par le docteur Katriern Wierckx. Apaisant des craintes que l"hormonothérapie puisse conduire à des effets néfastes sur la santé, les résultats obtenus ont indiqué que les personnes transgenres en thérapie hormonale (NDT: sur une courte période) ont reçu ...
LIRE L'ARTICLE >>
Trans bidule, Trans machin, Trans truc …
Par définition la Trans est une emmerdeuse, ce qui peut se comprendre vu son parcours. Plus elle est vieille et plus elle est chiante, ce qui n'est pas forcément une règle ou exponentiel et là aussi cela peut se comprendre. La trans aime à se définir seule, elle a sa propre vision des choses qui n'est pas forcément mauvaise et elle est susceptible. Pour aborder une personne Trans sans forcément entrer en conflit linguistique avec elle, le mieux est de lui ...
LIRE L'ARTICLE >>
Trans bidule, Trans machin, Trans truc … Quatro !
Quand Stylist un journal féministe prend Lana Wachowski, femme trans’, pour “un Homen, homme féministe” !
Quelques mots sur les TERFs
13 mai 2013 – Préparation de la Marche de nuit féministe en non mixité
Trans et féminisme : une lettre ouverte à Cathy Brennan
Gare aux Trans
Pourquoi ne suis-je pas trans ?
Trans bidule, Trans machin, Trans truc … (ter)
Une étude médicale montre que le traitement hormonal Trans est sûr et efficace
Trans bidule, Trans machin, Trans truc …

5 responses to Trans, pour mieux te violer mon enfant

  1. Celia a écrit le 27 juin 2013

    Bravo pour cet article intéressant et bien documenté. C’est toujours déprimant de voir que Janice Raymond a des émules (In 1979, Raymond published a book on transsexualism called The Transsexual Empire: The Making of the She-Male.)
    http://en.wikipedia.org/wiki/The_Transsexual_Empire

  2. yukarie a écrit le 27 juin 2013

    “l’information, l’éducation de la population, par le coming-out, par le dialogue avec notre entourage, par la créativité artistique, que sais-je”
    tout à fait d’accord avec cette conclusion : il faut être présents dans la société.
    Nous sommes 1% de la population, ce n’est pas négligeable.

    Il y a l’idée des romans qui mettent en scène des trans, mais des trans normales !
    il y a des choses qui sont aussi à notre portée : sur chaque site ou forum, quand c’est possible se présenter en tant que trans, peut être après un certain temps de façon à laisser aux gens le temps de nous apprécier.

    Je crois qu’un brain storming sur le sujet peut amener des idées.

  3. Chloé Tigre Rouge a écrit le 30 juin 2013

    Les RadFem, anti-trans, anti-BDSM, anti-hommes, anti-tout. Des hystériques de la lutte des classes devenue lutte des genres. Le blog de Cath Brennan est un délice dans le même genre.

    Ca n’est pas un phénomène nouveau, et c’est quelque chose d’hélas très fréquent dans les milieux féminins. Pour ceusses qui s’intéressent à la wicca, aussi, voir l’exclusion systématique des trans’ par les wiccans dianiques de Madame Z Budapest.

    C’est très fréquent que les personnes trans’ se voient qualifier par ces essentialistes paranoïaques de violeurs potentiels, qui font tout pour infiltrer les espaces féminins pour pouvoir violer. “Le phallus, c’est le viol” pourrait être leur slogan.

  4. Solange Tatie a écrit le 1 juillet 2013

    Bonjour,
    Bel article,qui met bien en avant la médiocrité ambiante de cettebpseudo humanité.
    Bisous.
    Solange.

  5. aimline a écrit le 19 août 2013

    trés bon article.Je suis attérée par ces propos qui viennent de personnes sois disant féministe.Heureusement que le ridicule ne tue pas,parce que niveau stupidité,ça bat des records.
    ça vient de féministes radicales,cad des extrémistes,je pense pas que c’est l’avis majoritaire des féministe et des lesbiennes

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -