Le rituel du papillon

16 juillet 2013 | Tags: ,

Chrysalide-by-Selenys

Chrysalide by Selenys

Il se tenait face à son miroir, pensif, indécis… La journée avait été longue et difficile. Enfin il se retrouvait dans son refuge loin de toutes les responsabilités et des obligations de son quotidien. Il s’était enfermé dans sa pièce à lui, ce lieu ou tous ces désirs devenaient réalité, dans cette pièce remplis de trésors chers à son cœur.

Sa pièce n’était pas très grande, mais elle lui appartenait… elle ressemblait à un petit cellier sans fenêtre, ou tout voyeur n’avait pas sa place. Quand il se retrouvait dans l’antre de cette pièce, le temps n’avait plus sa place, c’était comme si la notion de temps était suspendu, car c’était son paradis, son jardin secret pour lui et surtout pour elle… C’était sa pièce de transition, son dressing ou il rentrait pour en ressortir en une belle femme sensuelle. Il s’imaginait tel un radieux papillon qui sortait de son cocon…

Ayant auparavant pris une douche salvatrice afin d’effacer toutes les dernières traces de tracas de sa masculinité, il se préparait avec tendresse à son fameux rituel. Chaque poil de son corps avait été éliminé, cette éradication était devenu son addiction, il ne supportait pas un seul poil indélicat, qui froisserait intérieurement son être cher… tendre et doux coté féminin.

Il soupira longuement pour finalement tendre à son être cher le relais, elle ne se fit pas prier, elle n’attendait que ce moment la.

Devant son miroir, par son regard méticuleux, elle scruta ce corps et ce visage, qu’elle devait embellir… Impatiente, elle commença dans un premier temps par se déshabiller rapidement, elle ne supportait pas ces vêtements qui dévoilés totalement son apparence masculine.

Elle ouvrit son dressing afin de saisir des sous-vêtements légèrement ornés de dentelles. Elle ne se dépêchait plus, chaque mouvement se faisait délicatement. Elle aimait ce moment… Elle saisit l’ornement fétiche de sa féminité, les plaça judicieusement sur ce soutien-gorge blanc qui n’attendait que ses trésors pour briller. Elle les ajusta symétriquement afin qu’elles paraissent naturelles lui donnant ce coté glamour. Elle se déshabilla du regard, le résultat la fit sourire. La première étape lui convenait… elle avait décidé qu’aujourd’hui elle serait étincelante et jolie.

Elle s’installa confortablement sur son petit fauteuil. La manipulation auquel elle s’apprêtait à effectuer, était minutieuse, tel un orfèvre taillant sa pierre afin de dévoiler toute la beauté de ce bijou… Elle avait devant elle, sur sa petite table, tout son attirail de manucure, il ne manquait rien… pour un résultat optimum. Quotidiennement, elle prenait soin de ses ongles, car elle était persuadée que la parure de la femme naturelle était ses ongles. Sur sa table, des vernis de toutes les couleurs ornés, allant du rose pale ou rouge magenta, sans oublier le noir, le blanc, l’orange… toutes ces couleurs apparaissaient comme un arc en ciel sur cette petite pièce. Il est vrai qu’elle aimait en particulier son vernis couleur ambre, il faisait bien ressortir sa couleur de peau. Elle décida d’opter pour cette jolie teinte… Elle commença par vernir avec attention et légèreté, ses doigts de pieds. Ses gestes s’effectuaient de manière subtile et raffinée. Aucun débordement n’était admis, elle se devait de laquer chaque surface avec habilité… au fond d’elle, cette étape du vernis devait être acquise pour la femme qu’elle représentait dans son for intérieur. Elle s’attaqua à ses mains. Elle chérissait d’idée d’être une fée qui à coup de baguette magique, lui donnait les moyens à ce corps de se féminiser. Comme une marraine bienveillante, cette jolie fée qu’elle ressentait, lui offrait cette passerelle pour voler vers son paradis ultime de la féminité.

Elle se leva de son fauteuil et fouilla le tiroir de son armoire. Un vent de panique venait de la traverser, elle ne retrouvait pas ce qu’elle recherchait… D’un trait elle alla jeter un coup d’œil dans sa commode. Enfin, elle soupira, elle avait retrouvé… elle enfila son semblant de short particulier, qui allait lui donner cette apparence que beaucoup de femmes souhaitait faire disparaitre, des hanches… Elle ne comprenait pas cette gente féminine qui ne faisait que se plaindre de vouloir perdre ces fameuses hanches qu’elle jugeait disgracieuse. Si une fée pouvait passer, son vœu ultime d’obtenir ne serait-ce que la moitié de ces hanches … Elle se tourna afin d’examiner minutieusement sur le miroir la forme de ces hanches. Il jugea correcte ce qu’elle voyait.

Elle saisit son petit tabouret rouge et s’installa face à son miroir. Elle caressa des yeux ce grand miroir, qui en d’autres temps, dans des contées et comptines lointaines, avait eu ce fameux pouvoir de s’exprimer. Elle aurait tant aimée que son miroir lui dise qu’elle allait devenir la princesse la plus jolie au monde. Il est vrai que son cœur d’enfant ne l’avait jamais quitté, il était toujours enfoui intérieurement dans son cœur.

Elle se ressaisit, le rituel du papillon n’était pas terminé. Elle plaça autour de ses cheveux un bandeau.

Elle devait couvrir avant tout cette peau afin de cacher tout ce que sa nature masculine semblait dominer. Elle faisait effleurer sur sa peau, le pinceau afin d’y déposer une fine couche de fond de teint, unifiant l’ensemble de son visage. Chaque passage était une caresse en symbole de la femme prisonnière de ce corps d’homme. Sa peau s’illuminait au fur et à mesure de ces vas et vient interminables. Chaque geste était amoureusement effectué afin de sublimer ce diamant caché.

Elle sortit sa palette à maquillage… quel coloris allait-elle utilisé sur ses paupières ? Elle jeta un regard furtif sur la robe qui était posé sur sa chaise. Elle réfléchit, elle savait utiliser les couleurs en fonction des vêtements, et puis elle avait décidée de se mettre totalement en valeur car elle voulait se sentir belle.

Elle prit le pinceau, le noya dans un marron foncé. Ayant les yeux d’un ton marron clair, cette teinte lui correspondait. Elle saupoudra l’extrémité de ces paupières finement. Dans un mouvement de va et vient, elle tapissait cette surface subtilement que le temps semblait interminable. Elle n’oubliait pas à chaque recharge, de tapoter son pinceau pour éviter que le surplus s’étale sur la joue. Il est vrai qu’elle était devenue experte en la matière… Elle utilisa à l’intérieur de ses paupières, une teinte beaucoup plus claire qu’elle déposait habilement avec le même mouvement. Elle prit un pinceau d’une forme différente, et s’activa sur l’ensemble de la paupière afin que ce mélange soit homogène. Cela donnait joliment une impression d’arc en ciel. Elle avait un regard de velours… Aucun détail ne permettait de définir qu’il y avait uniquement que deux teintes, tellement l’ensemble avait été travaillé.

Elle adorait prendre du temps pour elle. Elle prit son crayon noir, tel un artiste devant sa toile laissant son inspiration en liberté, elle souligna ses paupières afin que son regard devienne profondément sulfureux et ardent. Elle n’oublia pas de brosser et de surligner ses sourcils pour donner cette touche discrète et parfaite. Elle savait que chaque détail la rendrait irrésistible.

La dernière touche nécessaire, son rimmel délicatement posé sur ses longs cils, lui rehaussait son éclat. Elle avait réussie à donner ce regard de passion et de désir. Elle savait que la véritable beauté d’une femme était dans ses yeux, car il était le portail sur son cœur, un passage, la source même de son éclat… la beauté féminine résidait dans son âme, l’endroit même ou la tendresse surgissait, la sensualité émanait, la passion explosait et ou l’amour naissait… Cette évidence même était suscitée par son instinct féminin, qu’elle ressentait au fond d’elle.

Chaque femme que nous sommes, se devait de cultiver cette beauté intérieure, celle qui faisait refléter l’éclat et la luminosité de notre moi intérieure. Elle ne ressent aucun malaise, elle est libre dans son cœur, rien ne peut l’empêcher de briller telle une étoile filante… elle veut se sentir belle, comme un mannequin défilant, à la différence que son podium, c’était les rues parisiennes… elle était fière, perchée sur ses hauts talons car elle se sentait fière d’être une belle femme accomplie.

Son combat qu’elle a enduré durant toutes ces années, sur le chemin de sa féminité, aboutissait enfin… Telle une amazone, elle avait décidée de prendre les armes, pour mener à bien son combat. Son armure était sa force et sa persévérance, son arme était sa beauté et son sourire, sa monture était ses hauts escarpins… Elle dominait la tête haute, au dessus de la médiocrité de ce monde, elle s’envolait en évitant tous les obstacles de la vie.

D’un léger coup de crayon sur le contour qu’elle dessina subtilement, elle déposa une légère rosée du matin sur ses lèvres pulpeuses, suscitant ainsi une envie de croquer un festin gourmand tant ses lèvres étaient colorées et sensuelles.

Avec beaucoup de simplicité et d’une once de timidité, elle jeta un regard sur le miroir, son visage avait été embelli, ce qui la fit sourire légèrement. La volupté et la gourmandise de ce reflet la transportait de gaieté… elle saupoudra ses joues d’un nuage d’étincelles et d’espièglerie. Fidèlement, elle se parfuma d’une saveur fruitée afin que la rose au fond d’elle, éclore en une jolie fleur.

Elle déposa autour de son cou, un collier de nébuleuses et d’astéroïdes, parsemées de petits diamants et de perles nacrées… elle adorait se parer de bijoux, de bagues et de bracelets…

Elle se releva de son siège, elle remit délicatement son bandeau qui avait bougé lors de la séance de maquillage. Elle orna sa tête de sa crinière de feu, sa belle et précieuse chevelure dorée… qu’elle brossa méticuleusement. Elle avait appris avec le temps à bien la positionner afin qu’elle puisse se sentir légère et libre de ses mouvements. Elle était heureuse… elle prit sa robe soyeuse et satinée, qui était simple et toute fleurie. Sa forme parachute mettait en valeur ses formes qui se dessinaient, sa taille svelte lui donnait une allure si sensuelle.

Elle prit ses hauts talons, de jolis escarpins qu’elle avait achetés sur un coup de tête, et qui lui allait parfaitement. Elle se regarda sur son long miroir, Qu’elle était belle !!!

Perdues dans une avalanche de pensée, elle médita sans mot, son esprit errait au gré de ses envies. Elle se sentait calme et détendue, car elle revivait enfin… elle avait réussi à effacer petit à petit chaque détail de ce visage d’homme, elle voulait tourner la page le temps d’une journée.

Dans l’enthousiasme de cet instant de bonheur, elle était le capitaine de ce navire, elle allait voguer en toute liberté, au gré de la nature et du vent, elle ne voulait plus de récifs qui représentaient à ces yeux tous ces interdits de son univers quotidien, elle voulait rester en pleine mer. Elle était libre…

Elle saisit son petit sac à main, et sortit en trompe de sa pièce de transition. Elle savait que tel un papillon sortant de son cocon, sa durée de vie n’était pas éternelle, elle avait une journée devant elle… Elle n’avait pas le temps à perdre, elle devait partir à la conquête de ce monde, de sa féminité et surtout de sa propre vie…

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
(c) Nath Sakura, 2012
Un billet qui me trotte depuis assez longtemps dans mes quelques neurones de nana givrée et qui se rappelle à mes bons souvenirs ! car dans deux jours ma prochaine sortie et mon ange Agnès qui me parle de son appareil photo à charger, des photos qu'elle va prendre de nous. Et moi d'imaginer l'organisation nécessaire pour que mon iphone ait suffisamment de jus entre le départ du matin, la rencontre avec Manon pour sa première sortie, la marche Existans, le ...
LIRE L'ARTICLE >>
Vision poétique d’une femme transgenre
Assis devant sa fenêtre, il regarde un oiseau au loin. Son regard dans le ciel est lointain car au fond de lui, il est pensif… Bientôt ce moment tant attendu va arrivé… il soupire longuement. Un léger vent s’est levé, faisant tournoyer les feuillages des arbres, réveillant ainsi de son calme et de sa tranquillité la nature. Il ferme les yeux comme pour s’imprégner de cet instant. Au fond de lui, elle se voyait transporter dans un autre monde, celle qu’elle allait ...
LIRE L'ARTICLE >>
La fée papillon
La fée papillon Fille indomptable du Soleil et des vents, Elle s’anime de la couleur du printemps. Essentielle comme le souffle du bonheur, Par son sourire, elle réchauffe les cœurs. Expulsant les frimas de l’hiver finissant, Elle ravive la sève des arbres renaissants. Sous ses ailes, plantes et fleurs s’ouvrent, Et la Terre, belle et généreuse, se retrouve. Amie des Lycènidés et des Nymphalidés, Elle glisse et virvolte dans l’azur immaculé. Chevelure au vent, elle danse dans le ciel, Essemant la Nature de nectars et de miel. Fuyant le monde des Hommes arrogants, Elle ...
LIRE L'ARTICLE >>
http://martinepeters.wordpress.com/2012/01/27/bebes-dragons/
Son sexe était « tout dur », tout tendu, une étrange sensation dans ce petit corps, il y avait  quelque chose d’un peu honteux, était-ce la nouveauté de la sensation ? Lou savait que c’était un truc de petit garçon, et elle se disait que tous les petits garçons devaient vivre cela. Elle était alors en vacances à Aachen, dans une famille allemande. Elle partageait la même chambre que Wilfried. Un petit garçon qui devait avoir un ou deux ans de moins qu’elle. Un ...
LIRE L'ARTICLE >>
Si j’étais une femme belle et libre
La pilosité Une femme qui ne se rase pas les jambes : "tu es une féministe indomptable en plein combat contre la société binaire" Une femme transgenre qui ne se rase pas les jambes : "tu n'es qu'un homme velu dans des vêtements de femme" Le maquillage Une femme pas maquillée : "tu es d'une beauté si naturelle, tu as une telle confiance en ta féminité" Une femme transgenre pas maquillée : "tu n'arriveras jamais à ressembler à une femme, mais essaye au moins de ...
LIRE L'ARTICLE >>
L’Histoire de Lou – 5ième partie – Outing
Petit intermède anachronique d’une opération d’outing, rondement menée ! Christelle est une ex « bonne copine » de Lou. Christelle, à la différence de Lou était clairement outée. Plus exactement, Christelle avait une âme de militante, elle s’affichait volontiers comme une « Femme Trans » et rajoutait à ceux qui voulaient bien l’entendre : « et les mecs que ça débectent, ça me met en transes ! » Christelle avait un franc parler, « un peu trop de testostérones ? », la taquinait ...
LIRE L'ARTICLE >>
L’Histoire de Lou – 4ième Partie – Le corps de lou
« Mon corps n’est pas ce que je voulais qu’il fut …. Et même si je faisais tout ce qu’il y aurait à faire, je ne sais même pas s’il serait à la hauteur de ce que je voudrais qu’il soit. » Ainsi me parlait parfois Lou de son corps … Comme un plan raté d’avance, un fiasco pré-annoncé, une inutile quête ? « Non ce n’est pas cela, mais quoique je fasse, je garderai en moi la trace de mes expériences masculines, ...
LIRE L'ARTICLE >>
Discrètes Apparences © Jean-Marie Francius
Une haute stature Un torse rassurant On dit c'est ça, bien sûr, Un homme en le voyant. Nul ne pressent pourtant Qu'au plus creux de son âme Et depuis si longtemps Il vit un affreux drame. La nature l'a doté De virils organes. Mais à n'en point douter Il voulait être femme. Du rouge sur ses lèvres, Une ombre à ses paupières, C'est une main d'orfèvre Qui exauce sa prière. Au miroir de ses rêves Créature irréelle Une image s'achève Enfin il devient elle. Une parure de dentelle Un brillant à ses lobes Elle se trouve si belle Dans sa petite robe. Elle voudrait ...
LIRE L'ARTICLE >>
Maison close par Lautrec : http://www.parisrevolutionnaire.com
Lou est attirée sexuellement par les hommes ; C’est un fait, une évidence, une réalité. Cela faisait de nombreuses années que Lou savait cela, et cela faisait de nombreuses années que ses partenaires étaient donc de sexe masculin. A l’époque, je veux dire, à l’époque avant laquelle Lou avait révélé (à elle-même et au monde entier) son apparente féminité, ceux-ci se qualifiaient généralement dans la catégorie des « gays » : c’est à dire des personnes d’apparence masculine portant un sexe mâle et ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le témoignage de Céline
Le témoignage de Céline Mon idée de la femme et de la féminité n’est pas une mascarade, ni d’ailleurs un prétexte a débordements. Je ne me vois pas, tous poils dehors, bas résille, micro-jupe et maquillage criard, arpenter les rues. Je veux juste être, dans la rue ou en public, une femme comme une autre. J’ai juste envie de me ressembler, de mettre en accord mon apparence avec ma personnalité. Celle que j’ai héritée de ma jeunesse et de ma vie, ...
LIRE L'ARTICLE >>
Suis-je belle ? La travestiE et le rituel des photos
Vision poétique d’une femme transgenre
La fée papillon
L’Histoire de Lou – 3ième Partie – Le Dragon de Lou
Si j’étais une femme belle et libre
L’Histoire de Lou – 5ième partie – Outing
L’Histoire de Lou – 4ième Partie – Le corps de lou
Apparences
L’Histoire de Lou – 2ème partie – Lou et les Hommes
Le témoignage de Céline

4 responses to Le rituel du papillon

  1. Emilie Dumont a écrit le 17 juillet 2013

    encore un texte rempli d’émotions et te correspondant tout à fait
    cette lecture m’a fait venir les larmes aux yeux et j’attend avec impatience de revoir ce joli papillon venir se poser dans mon jardin
    je vous embrasse toutes les deux
    EMILIE

  2. Clarisse a écrit le 17 juillet 2013

    Quel beau récit, émouvant de sincérité , d’ authenticité.La poésie qui en émane en souligne la justesse de ces traits. Merci de cette belle émotion, même si elle a une petite tendance à faire couler mon ricil….

  3. Bérénice a écrit le 17 juillet 2013

    J’ai le coeur qui va éclater à chaque lecture d’une ligne supplémentaire!!!
    Quelle beauté!
    Merci jolie Alex pour ces mots si bien choisis…..

  4. Barbara Alie a écrit le 18 juillet 2013

    Merci pour ce sentiment de sérénité, cette paix que nous ressentons chaque ligne et qui nous fait oublier le moments plus difficiles de notre “voyage”. La lecture de ton magnifique texte , faite le temps au tours de moi s’arrêter.
    Félicitations pour chaque choix des mots.
    Un gros bisous,
    Barbara

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -