Gynécomastie ou poitrine ? “Maladie” ou souhait ? Tous les paradoxes du corps médical

30 juillet 2013 | Tags: , , ,

Gynécomatie - DR Licence Wiki Commons

Gynécomastie – DR Licence Wiki Commons

“Mon Dieu ! Notre fils a des seins !”,

doivent certainement s’exclamer certains parents lors de l’adolescence de leur enfant.

La gynécomastie est un développement des glandes mammaires qui donne à terme les seins.

J’ai lu de-ci, de-là lors de mes recherches pour mon propre cas à l’époque, des drames sociaux autour de cette gynécomastie adolescente qui parfois se poursuit à l’âge adulte, si elle est fortement développée. Un article scientifique très intéressant peut être trouvé ici (très technique), et l’article de Wikipedia qui décrivent en quoi consiste l’aromatase de la testostérone en estradiol et son rôle dans la gynécomastie.

Dans le cadre de l’adolescent, l’aromatase de la testostérone en estradiol-17ß est importante pour la maturation osseuse.

Ce même phénomène peut se produire aussi chez les hommes de plus de 40 ans au moment du changement hormonal (andropause dont on ne parle pratiquement jamais, mais qui existe) et c’est pour cela qu’on peut observer sur les plages, en cette période estivale propice, tant des adolescents, que des messieurs d’un certain âge avec une poitrine naissante. Parfois, même, on se demande pourquoi untel ou tel autre continue à porter un t-shirt sur la plage, de préférence ample alors que le soleil est loin d’être au plus fort.

Lorsqu’un être humain masculin va voir un médecin pour ce phénomène, il lui est généralement suggéré une ablation de la “poitrine disgracieuse pour un homme” alors qu’il s’agit en fait d’un organe sain de ce même corps humain (voir les chapitres “Chirurgie” et “Conclusion” de l’article du site scientifique “John Libbey Eurotext”). En effet, quelle catastrophe pour un homme d’être doté d’une poitrine ! Dans tel cas, la médecine ne s’embête pas de faire l’ablation d’un organe sain. La sacro-sainte image virile masculine en prend un grand coup si cette poitrine subsiste, tout du moins c’est ainsi que la société voit la chose.

De l’autre côté… Quand vous demandez pour vous une chirurgie de réattribution, d’un coup tout le corps médical se met en mouvement pour vous dire que vous voulez procéder à l’ablation d’un organe sain. Vous vous retrouvez avec tous les bâtons dans les roues pour pouvoir être simplement vous-même. Bien entendu, vous voulez généralement aussi une poitrine (l’un ne va généralement pas sans l’autre), et là c’est la catastrophe bis !! “Un homme qui veut une poitrine alors que le monde médical fait tout pour faire disparaître ces gynécomasties pas masculines !”.

En quelque sorte, la médecine a tout pouvoir pour retirer un organe sain qui va rendre sa virilité visuelle de circonstance à un être humain masculin, mais la médecine vous oppose que vous voulez retirer un organe sain lorsque vous voulez faire le chemin qui vous donnera un aspect intime féminin.

Etre un homme dans cette société reste encore le sommet de la pile, même si ce n’est pas forcément dit explicitement.

Les T ont encore bien du chemin à parcourir pour obtenir leur liberté sur leurs corps.

EDIT  (suite commentaire d’AlexMec) : Il en va de même pour les FtM pour qui les mastectomies sont le plus souvent refusées. Où l’on constate que le rejet des demandes trans’ par le corps médical est juste infondé. Dans ce cas, il va même à l’encontre du système patriarcal. Le combat se situe dans l’existence des trans’.


Ma propre histoire autour de la gynécomastie

Je me souviens avoir commencé à ressentir une gêne dans la poitrine et constaté un gonflement que je n’ai pas interprété ainsi vers l’âge de 35 ans. Les premières photos où celle-ci est nettement visible correspondent à mes 38 ans, plus particulièrement une où je me tiens à côté de ma mère, sur la plage de La Favière à côté du Lavandou, là où mes parents ont un petit pied-à-terre.

A 43 ans, j’ai tout compris lorsque le phénomène a pris en vitesse provoquant douleurs importantes et malaises violents. J’ai consulté un endocrinologue classique qui m’a dit qu “un homme ça n’a pas de seins”. Il m’a quand même proposé l’ablation de cette gynécomastie. Tout le paradoxe de l’affaire. Mes parents m’ont aussi suggéré de les faire enlever.

Ayant pris la décision de transiter de fait, je n’ai pas abondé dans leur sens. Mais c’est tout de même ce qui m’a été fortement conseillé… Bien entendu pour le côté social. Bon… En même temps, ils ne savaient pas que j’étais une femme trans. Mes parents l’ont bien entendu su, et depuis je ne les vois plus. Je vais le dire de façon rigolote… J’ai trop de poitrine pour être leur enfant désormais. Je préfère essayer d’en rire.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Médical
Quelques références médicales sérieuses sur FtM et MtF. Nous ne donnons volontairement ni liste de praticiens, ni références et dosages de produits, ni aucune autre information de nature à vous laisser croire qu'une transition est un acte anodin. Nous ne pouvons que vous conseiller de vous rapprocher de praticiens dument habilités et respectueux de nos démarches. Au besoin, rapprochez-vous d'une modératrice, nous pourrons vous aiguiller avec des personnes de confiance. Et un conseil : Ne pas rester seul-e face au système de ...
LIRE L'ARTICLE >>
Chat OUTrans : « La transphobie de la part du milieu médical est le premier facteur qui empêche de prendre soin de sa santé »
Vous avez pu chatter en direct avec l’association OUTrans le 19 juin. Voici la retranscription complète des échanges. Maria: Avez vous le sentiment que les revendications trans’ sont pleinement intégrées par les assos LGBT maintenant? OUTrans: Oui la question trans’ est de plus en plus prise en compte au sein des revendications LGBT mais il y a encore beaucoup d’ignorance vis-à-vis des enjeux et des réalités politiques autour des questions trans’. Ganimo: Qu’entendez-vous par « les enjeux et les réalités politiques autour des questions trans » ?  OUTrans: ...
LIRE L'ARTICLE >>
(brochure de Chrysalide Lyon) Guide pratique à l'usage des professionnels de santé Par ce document, nous souhaitons proposer des conseils pratiques aux personnels médicaux afin qu’ils puissent accueillir des personnes transidentitaires dans un climat détendu et serein. Les professionnels de santé pourront ainsi affiner leurs connaissances des transidentités et offrir un cadre respectueux dans lequel le patient trans pourra exprimer plus aisément ses besoins.
LIRE L'ARTICLE >>
DR L'Avenir de l'Artois
EDIT : Surtout allez voir les commentaires. Le texte en lui même est un point de départ pour approfondir une réflexion. Ne pas hésiter à proposer, critiquer, chercher. Ah l'éternel problème de la manière de prendre en charge les soins des trans' ! La médecine a classé depuis très longtemps notre cas dans la maladie. Et par rebond, l'assurance-maladie rembourse les soins liés du fait de cette dénomination en maladie. Mais... L'assurance-maladie rembourse tout aussi bien les soins liés à la maladie, qu'aux ...
LIRE L'ARTICLE >>
Pour bien commencer 2013, nous vous donnons rendez-vous avec notre permanence d'accueil parents et proches de personnes trans et/ou en questionnement le samedi 5 janvier 2013 ! Vous êtes parent, conjoint-e, proche, ami-e (…) d’une personne trans ou en questionnement sur son genre ? Vous cherchez des informations pour mieux comprendre ou vous désirez tout simplement échanger avec d’autres parents, conjointe-s et proches ? Vous voulez échanger avec des personnes de votre entourage (famille, ami-e-s, proches, parents…) sur des sujets touchant à votre ...
LIRE L'ARTICLE >>
Parents de Trans – Notre enfant nous dit…
Notre enfant nous dit qu’il est ou veut être de « l’autre sexe » On pense spontanément à l’homosexualité, mais il s’agit d’autre chose. Ce n’est pas l’attirance affective ou sexuelle qui est en jeu, mais un problème d’identité : être reconnu pour notre garçon « en tant que fille » ou pour notre fille « en tant que garçon ». Cependant, un tel questionnement, surtout exprimé dans la petite enfance, pourra évoluer de manières très différentes. Il s’agit de l’identité sexuée, de ...
LIRE L'ARTICLE >>
L'association CONTACT 35 vous propose une réunion consacrée à la transidentité en association avec l'ABC (Association Beaumont Continental) et le CGLBT de Rennes (Centre Gay Lesbien Bi et Trans). La réunion aura pour thème central  les relations entre les trans et leur famille, conjoints, enfants, et la transparentalité  (le thème évoluant avec la réunion , les personnes présentes et les interrogations ou questions de chacun). Cette réunion s'adresse aux personnes transidentitaires et à leur proches, le terme "transidentitaire" s'entendant dans son sens ...
LIRE L'ARTICLE >>
Une séance Existrans à Chéries Chérie – Samedi 13 octobre à 20h00
Rencontre débat avec le Collectif Existrans autour du documentaire "Le Sexe de mon identité" le samedi 13 octobre à 20h00, en partenariat avec l'association What The Film! Le collectif Existrans organise depuis 1997 l'Existrans, la marche des trans et de celles et ceux qui les soutiennent. Une fois encore, le collectif soutient la campagne internationale Stop Trans Pathologization 2012, "campagne pour la dépathologisation des identités trans". Nous avons choisi de nous aligner sur cette campagne, car nous partageons ses objectifs, dont les ...
LIRE L'ARTICLE >>
13 octobre 2012 – Chéries Chéris
Rencontre débat avec le Collectif Existrans autour du documentaire "Le Sexe de mon identité" le samedi 13 octobre à 20h00, en partenariat avec l'association What The Film! Le collectif Existrans organise depuis 1997 l'Existrans, la marche des trans et de celles et ceux qui les soutiennent. Une fois encore, le collectif soutient la campagne internationale Stop Trans Pathologization 2012, "campagne pour la dépathologisation des identités trans". Nous avons choisi de nous aligner sur cette campagne, car nous partageons ses objectifs, dont les ...
LIRE L'ARTICLE >>
Mariage pour tous. Le conseil constitutionnel a validé la loi
Aujourd'hui, journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, le conseil constitutionnel a validé la loi. Le mariage est désormais ouvert y compris aux couples de même sexe. Néanmoins, les trans' mariées et en instance de changement d'Etat-Civil ne se réjouiront pas de cette loi qui est un recul sur plusieurs points soulevés d'une part par Chloé Avrillon (voir l'article Mariage pour tous et parents trans’ : Chloé Avrillon lance l’alerte) et d'autre part par Brigitte Goldberg (voir l'article Loi sur ...
LIRE L'ARTICLE >>
Médical
Chat OUTrans : « La transphobie de la part du milieu médical est le premier facteur qui empêche de
L’accueil médical des personnes transidentitaires
Etre trans’… maladie … ou accident … ou autre chose ?
5 janvier 2013 – Permanence Outrans
Parents de Trans – Notre enfant nous dit…
26 janvier 2013 : Soirée “transidentité”
Une séance Existrans à Chéries Chérie – Samedi 13 octobre à 20h00
13 octobre 2012 – Chéries Chéris
Mariage pour tous. Le conseil constitutionnel a validé la loi

13 responses to Gynécomastie ou poitrine ? “Maladie” ou souhait ? Tous les paradoxes du corps médical

  1. Julie Mazens a écrit le 30 juillet 2013

    En tout cas, après avoir lu plusieurs références et témoignages, notamment aux US, il semblerait que le THS ne donne pas une très grosse poitrine (bonnet A bien rempli maximum) sauf cas très particuliers. Et que le fait d’avoir les seins de sa mère ou de sa sœur n’est qu’une légende.

    • Alexandra a écrit le 30 juillet 2013

      Tu voudrais dire que je suis un cas particulier ? Possible… Je n’ai pas la réponse. Je frise le bonnet D actuellement et sans prothèse.

      • Julie Mazens a écrit le 30 juillet 2013

        je lis tout et son contraire à ce sujet.

        je viens de relire l’échelle de Tanner notamment. CertainEs indiquant que le dernier stade nous est inaccessible (les filles de 40 ans et plus) car notre “puberté” est trop tardive.

        me concernant, j’aurais la réponse dans quelques années :)

        (ceci dit, je serais la plus heureuse des nanas avec une poitrine très raisonnable)

        • Alexandra a écrit le 30 juillet 2013

          Zut ! Je l’ai atteint ces derniers mois ! Hihihi !
          En fait personne ne sait rien et s’exprime sur tout.
          Cette histoire d’échelle de Tanner fait flipper bien des filles alors qu’elle n’a rien de concret. Juste du “on dit que”.

  2. Sarah Favarelli a écrit le 30 juillet 2013

    Adolescente j’aurais bien aimée que ça m’arrive… J’aurais même prit ça pour un cadeau du ciel 😛

    • Héloïse a écrit le 30 juillet 2013

      Si ça m’était arrivé, ma mère me les aurait direct fait enlever, quitte à le faire elle-même.
      Non mais ! Il ne faudrait pas que le futur prince charmant se retrouve avec un physique à se faire convertir par un inverti, à pratiquer une parodie de l’acte de la reproduction.

      • Sarah Favarelli a écrit le 31 juillet 2013

        Après tout dépend du contexte familial. Si ça m’étais arrivé, j’aurais pu en profiter pour dire à ma mère mon mal-être intérieur et je sais qu’elle l’aurait compris. Mais bon… Le cas ne s’est pas présenté et ça n’arrivera surement jamais de façon naturelle… Foutus gênes 😛

        • Alexandra a écrit le 31 juillet 2013

          Ne prie pas trop pour que cela t’arrive de façon naturelle. Je ne reviendrai pas sur l’enfer hormonal que j’ai vécu. Ca m’a permis de franchir le cap plus facilement, mais à quel prix de douleur et de peur.

  3. AlexMec a écrit le 30 juillet 2013

    En quelque sorte, la médecine a tout pouvoir pour retirer un organe sain qui va rendre sa virilité visuelle de circonstance à un être humain masculin,

    Les FtMs non hormonés et sans certificat psychiatrique attestant de leur transidentité ne peuvent pas obtenir de mastectomie en France.

  4. Kamille a écrit le 30 juillet 2013

    Je confirme, j’avais une poitrine à la pré-adolescence. J’avais posé la question à ma mère, car je me souviens avoir un peu mal. Elle m’a répondu :”c’est pareil que ta soeur”. Que j’étais heureuse. Malheureusement, ma poitrine a diminué en avançant dans l’âge.
    Marie-Kamille

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -