Communiqué du collectif Existrans : quelques nuances nécessaires

3 août 2013 | Tags: , ,

On ne peut que se réjouir des récentes conclusions de la CNCDH appelant à l’arrêt des pratiques de stérilisation forcée sur les personnes trans’, actuellement conditions préalables à la correction de leur état civil. Toutefois, le communiqué signé par Txy et d’autres organisations et diffusé par le collectif Existrans n’est pas exempt de défauts et il importe, aussi tardif que cela puisse sembler, de les mettre en avant et d’appeler à un débat public et à des éclaircissements en attendant la reprise des échanges.

ExistransFranceIl est tout à fait louable de rappeler à la ministre Taubira l’urgence de prendre des mesures pour remédier à la situation catastrophique de l’état civil des personnes trans’ en France. Je dois pour autant dire que certains éléments du communiqué sont sujets à caution, et notamment la phrase en gras :

Nous ne voulons que le droit de disposer librement de nos identités, de nos corps et de nos vies sans subir en permanence des violences médicales, psychiatriques, administratives, judiciaires, sociales, qui nous blessent, nous précarisent et nous mettent simplement en danger !

Il me semble très risqué de dire que nous voudrions disposer de notre identité. C’est une dangereuse réification de l’identité, qui n’est pas une chose dont on dispose, mais une caractéristique propre à chacun. De quoi parle-t-on ? La phrase citée semble faire référence à l’identité légale, qui est censée être le constat par l’autorité publique et la société qu’elle représente de l’identité réelle de la personne. Par définition, c’est indisponible (“non-disposable” si l’on préfère), car cela émane de la personne et de son appartenance à la société humaine, et non d’une décision que la personne prendrait d’affirmer telle ou telle identité. S’il y a une essence de la personne, elle se trouve dans l’identité.

Demander à disposer librement de son identité est un non-sens : on peut demander tout à fait légitimement à pouvoir disposer d’une identité légale conforme à son identité réelle, mais pas de soumettre notre identité légale à notre arbitraire personnel et à notre seul caprice. Or c’est texto ce qui est demandé par ce communiqué (“disposer librement”).

Quant au fait de disposer librement de son corps, c’est d’ores et déjà le cas avec quelques restrictions (pas de commercialisation de la chose humaine, pas de vente d’organes, pas de location d’utérus ni de vente de gamètes, pas d’exploitation commerciale de la sexualité d’une tierce personne…) présentes pour protéger la personne des abus de la société humaine qui sans restriction vendrait tout pour son bénéfice immédiat. Évidemment, cela ne signifie pas que le recours à la technologie médicale est libre : il ne l’est pas, il est soumis à la bonne volonté des médecins et à des évaluations médicales préalables, à mon sens nécessaires pour un médecin garant de l’éthique de sa profession, mais ce sujet peut être longuement débattu et l’a déjà été sur Txy. Toutefois, aucune force judiciaire ne viendra s’opposer à ma mammoplastie ou à la vaginoplastie de ma compagne : ce qui est de l’ordre du médical reste désormais dans le médical… et on ne peut pas en vouloir aux médecins, dans le fond, bien que certains abusent de leur pouvoir de garants de l’éthique pour imposer leur idéologie arriérée.

Disposer de nos vies ? Nous le faisons, la preuve, les personnes trans’ sont trans’ et personne ne les en empêche.

Un autre point attire mon attention :

la décision de changement d’état civil des personnes trans ne doit pas être compromise par une quelconque autorité médicale, psychiatrique ou judiciaire susceptible de contester la légitimité de leur demande. Il est indispensable d’en tenir compte si on souhaite vraiment mettre fin à des dizaines d’années de violences et de discriminations envers les personnes trans, et réellement «protéger les personnes trans» comme le souhaite Christiane Taubira !

S’il est légitime qu’aucune autorité arbitraire n’empêche une personne trans de disposer d’une identité légale conforme à son identité réelle. Mais… cela n’arrêtera pas les casseurs de trans’ pour qui le facteur déterminant leur droit à agresser n’est pas ce qui est écrit sur le passeport mais la présence dans la culotte d’un bout de chair ou non,  l’existence de caractéristiques morphologiques “révélatrices” des origines trans’ d’une personne. Je dois aussi parler des caractéristiques historiques :  si on grandit fille et qu’on se révèle homme à l’âge adulte, ce n’est pas une décision de quelque juge que ce soit qui effacera la mémoire du quartier où l’on a grandi et les éventuelles manifestations hostiles qui pourraient être induites par le changement.

Bref, le changement d’état civil n’est pas la résolution de tous les problèmes, celle-ci passant par une évolution des mentalités et une intégration des personnes trans’ à notre société. Évidemment, j’ai tout à fait conscience de la violation de la vie privée qu’une identité légale non-conforme implique et des éventuelles difficultés qu’une personne trans’ peut rencontrer, du fait de sa situation particulière, pour trouver un emploi, mais ça n’est pas une fatalité ni une situation universelle : on peut s’en tirer, et des employeurs pas cons et qui nous acceptent telles que nous sommes, ça existe, même dans les milieux les plus surprenants.

Par ailleurs, le collectif Existrans s’en prend à la droite, en oubliant que c’est Roselyne Bachelot, ministre UMP sous la présidence de Nicolas Sarkozy, qui a initié la dépsychiatrisation du fait transidentitaire et qui a pris fait et cause pour la défense des trans’. J’ose espérer que le collectif saura faire preuve de pluralisme et de non-sectarisme dans les idées, en transcendant le clivage gauche-droite dans ce qui n’est pas moins qu’un processus d’obtention de droits civiques. L’assimilation des sensibilités de droite à la transphobie, à la haine, à la violence me semble vexatoire et diviseur. La gauche n’a ni le monopole du cœur, ni celui de l’intelligence, ni celui du progressisme. La lutte pour les droits civiques des personnes trans est une lutte qui va au delà des sensibilités politiques, des convictions religieuses et philosophiques, et qui résonne en tous ceux qui sont sensibles aux libertés individuelles et à l’intégration citoyenne dans notre belle Nation.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Collectif Existrans – Communiqué de Presse – Une loi et vite !
Démédicalisation et déjudiciarisation du changement d'état civil pour les personnes trans : après l'avis de la CNCDH, le parti socialiste au gouvernement doit plus que jamais tenir ses engagements : une loi et vite ! Le 20 mars 2006, à la suite d’une occupation du siège du PS par Act-Up Paris, François Hollande répondait par courrier : "Il me semble donc indispensable qu’un nouveau prénom d’usage puisse être attribué plus facilement, et que les documents administratifs qui doivent être produits dans ...
LIRE L'ARTICLE >>
Communiqué de Presse du Collectif Existrans
Proposition de Loi (PPL) de Mme Esther Benbassa visant à « protéger l’identité de genre » et encadrer le changement de la mention du sexe à l’état civil : une initiative attendue mais gâchée par l’absence de concertation avec les personnes trans et intersexes. Suite à la réunion organisée le 26 avril 2014 par Le collectif Existrans, les personnes et organisations trans et intersexes présentes ont souhaité exprimer une position commune sur la Proposition de Loi déposée par la sénatrice Mme ...
LIRE L'ARTICLE >>
Communiqué de Presse du Collectif Trans-Europe
COMMUNIQUE DE PRESSE Notre Collectif, « trans-Europe », a examiné avec attention la Proposition de Loi déposée le 13 décembre par Madame la Sénatrice Esther Benbassa concernant le changement d’état-civil des personnes transgenres et transsexuelles. Plusieurs points de cette proposition nous semblent malheureusement plus que discutables : 1)    l’introduction de la notion « d’identité de genre » dans le droit français ne saurait se limiter au simple replacement du terme  « d’identité sexuelle » par ce dernier. Si la CNCDH a effectivement fait une recommandation en ce sens, elle n’a malheureusement ...
LIRE L'ARTICLE >>
Communiqué de Presse – EXISTRANS #17 – 19 OCTOBRE 2013 – 14H – INVALIDES
COMMUNIQUÉ DE PRESSE – 15 octobre 2013 EXISTRANS #17 – 19 OCTOBRE 2013 – 14H – INVALIDES L’Existrans : la marche des personnes Trans & Intersexes et de celles et ceux qui les soutiennent aura lieu cette année le 19 octobre avec un cortège qui partira des Invalides à 14h où chacunE est attenduE afin de venir scander et défendre les revendications du collectif. Pour cette dix septième édition, et dans un climat politique frileux où le gouvernement ne mesure pas l’urgence de ...
LIRE L'ARTICLE >>
Un collectif Existrans enfin (ré)uni !
Yo, Nouvelles du front ! N'en déplaise à Mme Esther Benbassa, sénatrice EELV, de nombreux responsables et activistes de la communauté Trans étaient réunis (20+ personnes) et notre communauté largement représentée dans sa diversité, hier dans les locaux d'Act-Up ; nous avions même plusieurs responsables d'associations en région en confcall. Finalement la PPL de Mme Benbassa aura eu du bon. Elle aura fait l'unanimité contre elle ... (et elle pourra balayer devant sa porte en parlant d'unité ...). L'ensemble de notre agenda a pu ...
LIRE L'ARTICLE >>
Communiqué de presse - 29 septembre 2011CONTACT PRESSECamille BARRÉ // 06 87 45 79 80Sophie LICHTEN // 06 09 22 22 22EXISTRANS - Paris - 1er octobre 2011 - 14h - Départ place de la Bastille.15ème Marche des Trans’, de celles et ceux qui les soutiennent."Transphobie d’Etat : pathologisation, stérilisation, précarisation, expulsion."Comme en 2010, le collectif Existrans s'aligne et soutient la campagne internationale Stop Trans Pathologization 2012, "campagne pour la dépathologisation des identités trans".(*)Pour sa 15ème marche qui ...
LIRE L'ARTICLE >>
Communiqué – Changement d’état civil des personnes transgenres au Sénat : des amendements EELV, PCF, PS et UMP inacceptables en l’état
Communiqué de presse de la FÉDÉRATION LGBT Angers, lundi 16 septembre 2013 A l'occasion du projet de loi pour l'Égalité entre les femmes et les hommes, débattu en première lecture au Sénat les 16 et 17 septembre, des sénatrices et sénateurs EELV, PCF, PS et UMP ont déposé des amendements concernant l'identité de genre et le changement d'état civil des personnes transgenres. Cette initiative est urgente puisqu'elle s'appuie, entre autres, sur les revendications que la FÉDÉRATION LGBT porte, visant à faciliter la ...
LIRE L'ARTICLE >>
L’Observatoire Des Transidentités publie un entretien avec le Collectif Txy !
Pour son dossier de février 2013, l'Observatoire Des Transidentités (O.D.T.) publie un entretien avec le Collectif Txy ! Un moyen pour vous toutes et tous de partager sur notre projet collaboratif et participatif : notre genèse, nos réalisations, nos projets et nos objectifs. Nous voulons aborder l’ensemble des sujets transidentitaires (relations aux autres, parcours de transition, féminisation, coming-out, traitements médicaux, changement d'état-civil, vie dans le couple, ...), sans ignorer le sujet de la sexualité mais en luttant contre l’image stigmatisante, réductrice ...
LIRE L'ARTICLE >>
Existrans 2013 – Quelques photos et vidéo du défilé
Quelques vidéos et quelques photos "officielles" prises en ce samedi 19 octobre 2013 par un des soutiens non moins officiel mais discret de l'événement ! et le communiqué de presse AFP en fin de billet. (Retrouvez aussi quelques photos supplémentaires dans cet album facebook public). Merci à la trentaine de copines membres de Txy présentes qui ont marché ensemble (dans l'ordre de mes trois neurones de nana givrée) et/ou qui nous ont rejoints ensuite pour un repas festif : Nadine (à la ...
LIRE L'ARTICLE >>
Sénat – Un manque de courage politique, des amendements catastrophiques !
Actuellement en discussion au Sénat dans le cadre de la loi Égalité Femmes - Hommes, des amendements ont été déposés par différentes sénatrices hier en fin de journée, amendements relatifs à l'identité de genre et à la procédure de changement d'état civil (CEC). Voici la liste des amendements déposés : - 79 et 80 (UCI / Jouanno) - 92 (PS / Blondin et Meunier) - 130 (Écologistes) - 154 (Communistes) - 169 (Écologistes) Et de façon plus indirecte : - 74 (UCI / Jouanno) - 56 (Communistes) - 136 (Communistes) Une ...
LIRE L'ARTICLE >>
Collectif Existrans – Communiqué de Presse – Une loi et vite !
Communiqué de Presse du Collectif Existrans
Communiqué de Presse du Collectif Trans-Europe
Communiqué de Presse – EXISTRANS #17 – 19 OCTOBRE 2013 – 14H – INVALIDES
Un collectif Existrans enfin (ré)uni !
Communiqué de presse – 29 septembre 2011
Communiqué – Changement d’état civil des personnes transgenres au Sénat : des amendements EELV, PCF, PS et UMP
L’Observatoire Des Transidentités publie un entretien avec le Collectif Txy !
Existrans 2013 – Quelques photos et vidéo du défilé
Sénat – Un manque de courage politique, des amendements catastrophiques !

31 responses to Communiqué du collectif Existrans : quelques nuances nécessaires

  1. Julie Mazens a écrit le 3 août 2013

    Ce communiqué de presse n’est pas parfait mais il a le mérite d’exister (et pour avoir suivi avec attention tous les débats sur la mailing-liste permanente de l’Existrans, je peux vous assurer que ce ne fut pas une sinécure) !

    Avec autant de signataires, il y a forcément quelques alignements, quelques compromis. Mais l’important c’est d’avoir créé l’unité et cela crée un rapport de force – certes minime mais bien réel. Et nous en avons bien besoin dans les discussions actuelles.

  2. Julie Mazens a écrit le 3 août 2013

    Concernant la signature de Txy, cela s’est fait sur la base suivante :

    – plusieurs administratrices du site ont approuvé la signature de ce communiqué (et certaines ont participé aux échanges sur la mailing-liste permanente de l’existrans),

    – il est en ligne avec la promotion et la visibilité que nous faisons de la transidentité et les valeurs que nous défendons.

  3. Alexandra a écrit le 3 août 2013

    “Le principe d’indisponibilité de l’état des personnes est une règle non écrite mais dont l’existence est affirmée par la Cour de cassation.” –> http://fr.wikipedia.org/wiki/Indisponibilité_de_l'état_des_personnes

    Le principe d’indisponibilité n’est écrit nulle part en droit. On notera le mot “affirmé” qui montre à quel point ce principe est subjectif et ne se fonde finalement que sur du dogme. Il est le fruit d’une interprétation de la cour de cassation sans pour autant être dans la loi. Et c’est un des combats menés par l’ensemble des associations que de faire disparaître cette condition à l’obtention d’une identité correspondant à chaque T. Je t’accorde que cela détricoterait d’autres cas. Mais le droit n’est-il pas fait d’exceptions ? C’est l’un des premiers principes que l’on étudie en cours de droit en 1ère (Enfin… A mon époque quand je préparais mon Bac G2. J’ai aussi dans mes multiples métiers été comptable fiscaliste et je faisais en plus, du droit des sociétés et du droit des affaires et du droit comptable entre le droit français et le droit US. Ça, c’était entre 1985 et 1998).

    Ensuite, Julie et moi avons en effet signé pour Txy ce document qui n’est pas forcément parfait mais qui représente un compromis entre toutes les idées de toutes les associations et qui est très loin d’être déconnant.

    Et ensuite, rien ne t’empêchait de venir t’inscrire (Txy a communiqué à ce sujet pour permettre à tout le monde qui voulait mettre les mains dans le cambouis de venir travailler à l’Existrans), de venir poser tes idées au sujet par exemple de ce communiqué et de bien d’autres sujets qui concernent les T et sur lequel bien des personnes travaillent en bénévole et avec cœur. Si des personnes comme elles n’existaient pas et ne se battaient pas pour certaines depuis des décennies, les droits (sans loi, il faut bien le préciser) dont tu disposes actuellement, même s’ils sont imparfait, tu ne les aurais pas. Tu ne pourrais même pas songer à ton CEC si en 1992 certaines de ces filles ne s’étaient pas battues comme des lionnes pour infléchir ce fameux principe de l’indisponibilité de l’état des personnes dont tu parles ici.

    J’ai moi-même été travailler sur des points de ce communiqué alors que ces derniers temps j’étais plutôt preoccupee par la fin de mon projet qui occupait la majeure-partie de mes journées. J’ai quand même donné de mon temps (point important, forcément pour les autres puisque si c’était pour moi, de mon côté j’ai tout terminé, donc c’est forcément sans intérêt personnel dans l’affaire). Les discussions sont très houleuses parfois et on est bien loin des Bisounours et d’un camp de vacances de scouts. Tous les points sont abordés et très fortement discutés.

    Il faut savoir que ce CP tel qu’il est obtenu est une avancée considérable au niveau des associations qui arrivent enfin à s’entendre entre elles, ce qui ne s’est jamais vu auparavant.

    Donc, tu vois ce communiqué par le petit bout de la lorgnette, tu lui constates des défauts, grand bien te fasse, mais personne ne t’a jamais empêché de venir travailler AVEC tout le monde et soumettre tes propres idées.

    Quant à ce qui concerne l’UMP et Roselyne Bachelot, cette sortie de l’ALD 23 faite par le gouvernement de droite a surtout été un moyen non de dépsychiatriser mais surtout de bloquer beaucoup plus de filles dans le besoin hors des ALD, car avec l’ALD 31, la sécu a beaucoup plus moyen de refuser tout ou partie des demandes. En quelque sorte c’est une belle poudre aux yeux à laquelle les plus optimistes ont adhéré sans en voir les conséquences. Cette sortie de l’ALD 23 n’a pas été suivie de la création d’un statut spécifique pour les trans qui les aurait tout autant protégéEs tout en étant hors du champ psychiatrique. D’ailleurs, n’es-tu pas toi-même suivie par un psy dans ta démarche actuelle ?

    Autre question. Es-tu en protocole avec les équipes pluri-disciplinaires ou passes-tu par le monde libéral ? C’est important pour étoffer la compréhension de ton article que de connaître le parcours dans lequel tu es.

    Bien à toi.

  4. Florence GrandeMa a écrit le 3 août 2013

    Oui… Si le communiqué à peut-être quelques défauts, cette réponse n’en manque pas!

    A la lire je me retrouve au pays des bisounours, dans une france idyllique ou tout ou presque irait bien pour les trans qui peuvent y vivre et y travailler comme tout le monde… Mais bien sur, ils ne doivent pas demander à la société de rectifier leur identité sexuée sans correspondre physiquement aux critères opposés à ceux qui avait donnés le droit indiscutable et non opposable à cette société de la leur imposer!

    Et puis même on peut faire ce qu’on veut de son corps, mais c’est du domaine médical, comme prendre des hormones par exemple on pourrait… Mais c’est uniquement aux psychiatres d’en décider et si oui ou non un chirurgien a le droit de pratiquer certaines interventions ou pas pour protéger le patient de lui même, c’est bien connue les trans sont quasiment tous des fantasmeurs malades du cerveau!

    Sinon on peut tous exprimer publiquement et vivre une transidentité sans soucis, travailler être socialement anonyme et intégré mis à part bien sur quelques trans, toujours les mêmes majoritairement les dingues, qui refusent de modifier leur anatomie et qui donc n’ont pas de papiers et un numéro de sécu correspondant à leur genre indisposable selon la justice car ne présentant pas aux expertises médicales les garanties de conformités physiques “irréversibles” demandées pour autoriser un changement…

    Et pour finir une fois encore Bachelot et sa loi qui aurait initié la libération des trans des griffes des psychiatres, de quoi mourir de rire quand on sait de quoi il retourne véritablement et les effets désastreux de son application sur de nombreux dossiers!

    Oh oui la gauche n’est pas parfaite sur ces questions trans! Mais présenter la droite sur le même plan d’ouverture alors la… Aprés les derniers mois et actuellement ce qu’ils font pour s’opposer aux travail éducatif sur le genre en milieu scolaire? Et pour critiquer et rejeter les propositions de la CNCDH! Tout ça pour des sensibilités politiques liées à des convictions religieuses et philosophiques, la droite serait autant pour les libertés individuelles et l’intégration citoyenne des trans dans notre belle Nation??? Faut arrêter de dire des conneries!

    Franchement faut pas pousser mémé dans les orties sinon elle gueule la vieille, en gros cette réponse c’est tout va bien, rien à changer, tant mieux pour les personnes qui s’en sorte individuellement et les autres si elles galèrent c’est qu’elles sont folle et que les médecins, la justice et la société ont raisons de les marginaliser et même de les exclure socialement!

    Alors j’approuve l’ensemble du communiqué du collectif Existrans que je soutiens et cette réponse hallucinante que je viens de commenter prouve combien il est essentiel de lutter pour nos droits comme exprimé mot pour mot par l’Existrans!

    Florence.

  5. Alexandra a écrit le 3 août 2013

    [modéré], j’ajoute que je défendrai sans condition ce communiqué de presse car il est temps que la main-mise des équipes pluridisciplinaires et des tribunaux sur la vie des T cesse.

    Bien des T ne nécessitent pas d’opération pour trouver leur équilibre de vie. D’autres comme moi ont eu besoin d’une SRS, ou en ont besoin. Ce sont des DÉCISIONS STRICTEMENT PERSONNELLES qui ne définissent nullement être “plus” une femme que celles qui n’ont pas besoin de SRS. Encore une fois, le genre ne se mesure pas à ce qu’il y a dans le slip ou dans la culotte.

    Donc, oui, disposer librement de son identité est juste un droit humain et prend tout son sens dans le cas particulier des T.

    J’ai relu cet article et je rejoins Florence. Si on synthétise, c’est clairement “surtout, on ne bouge pas”. Une belle forme d’égoïsme en somme. Tout le contraire de ce que l’Existrans représente.

    Alors oui, il faut qu’une loi passe rapidement, parce qu’avec la droite les T sont partiEs pour à minima 10 ans de traversée du désert. Aller dire que la droite est transphile n’est même pas rigolo, c’est vouloir faire prendre des vessies pour des lanternes. Ça peut passer avec des jeunes, ou avec des crédules, peut-être, et encore… Mais ne dit-on pas “on n’apprend pas aux vieux singes à faire les grimaces” ? Par souci de genre, on peut remplacer si on en a envie “singe” par “guenon”, mais cette expression n’est en fait pas genrée.

    • Chloé Tigre Rouge a écrit le 3 août 2013

      Je précise : disposer librement de son identité, ça veut dire pouvoir aller dans les registres, et modifier son identité de façon arbitraire. Si ça se faisait, convenons-en, ça ôterait tout sens au mot identité, ça serait la destruction de la notion d’identité légale telle qu’on l’entend. Souhaite-t-on ça ? Souhaite-t-on une identité légale totalement déconnectable de l’identité réelle ?

      • Alexandra a écrit le 3 août 2013

        Identité réelle ? Pour qui ?… Pour toi ?

        • Chloé Tigre Rouge a écrit le 3 août 2013

          [modéré]. L’identité réelle est celle qui émerge de qui tu es.

          La différence entre légal et réel, c’est que le réel est concret, constatable, profond, là où le légal n’est qu’une ligne dans une interminable base de données. [modéré]

  6. Chloé Tigre Rouge a écrit le 3 août 2013

    Bonjour Florence, Alexandra. [modéré]

    Concernant le point “tu n’avais qu’à y participer”, j’y réponds en introduction de mon article : ouvrir une réflexion sur ce communiqué pour affiner les idées et fourbir les arguments n’est pas faire preuve d’hostilité mais plutôt faire acte d’encouragement.

    Mon message se veut avant tout analytique et philosophique, avec quelques rappels de faits politiques à la fin certes. Et toi, Alexandra, tu me demandes où je fais faire telle ou telle chose, où je suis “suivie” ? Je ne suis pas suivie. Je ne vois pas le rapport par ailleurs, nulle part dans cet article je ne parle de moi, c’est donc hors-sujet. Pour information, j’achète mes œufs, mon lait et ma farine chez Franprix, ça fait bien longtemps que je n’ai vu un psy ([modéré]), et ça n’influe en aucun cas sur mon propos (quoi que, le lait Franprix, il monte vite à la tête). Ça n’a aucun rapport avec mon article, et quand bien même je serais une chercheuse de l’université de Bamako ou un banquier de Wall Street j’écrirais la même chose car le processus de réflexion est le même, l’analyse est la même. C’est une analyse de texte, et non une psychanalyse que j’effectue.

    Je pense que certaines personnes se braquent en lisant cet article car elles ont l’impression que je rejette en bloc le travail effectué par la commission. Or c’est écrit dans le titre, il ne s’agit pas d’un rejet : il s’agit d’un nuancement. Certes je conteste la formulation “disposer librement” car je la considère inefficace et surtout dangereuse, mais je ne rejette aucunement la nécessité pour les trans d’obtenir un changement d’état civil dans des délais et conditions raisonnables. L’exactitude importe, et je pense que le travail fait par Trans-Europe sur les conclusions de la CNCDH est bien plus efficace que ce communiqué qui revendique des choses qui ne peuvent pas passer car philosophiquement et politiquement irréalisables. Je l’ai dit, je le répète, on ne dispose pas de son identité, elle émerge de qui nous sommes, et l’identité légale doit refléter l’identité réelle et non être soumise à une décision arbitraire : c’est l’esprit-même de l’état civil et c’est dans cette partition que nous devons jouer. Brigitte Goldberg l’a exposé avec raison et sagesse.

    Je lis aussi, et j’en suis très surprise, que l’on critique la dépsychiatrisation et le placement des personnes trans en ALD hors-liste (31). Je dois dire que je suis très surprise car, et là je parle de moi-même, j’ai toujours été en ALD 31, et ce même avant la réforme de Bachelot. Je ne peux que m’étonner de la critique qui est faite de ce pas en avant, qui serait selon certains une façon de bloquer les personnes trans’. Je vous rassure : on n’a jamais suivi autant de personnes trans’ en France, on n’en a jamais autant opéré, d’ailleurs les files d’attente sont interminables. Certes tout n’est pas parfait, loin de là, et la prise en charge médicale des transidentitaires laisse encore à désirer, mais en aucun cas on assiste à un blocage de dossiers plus fort que les abus de pouvoir médicaux (qui certes existent, et c’est un tort) du fait de l’ALD 31. Ca n’est pas parce qu’un progrès vient de la droite qu’il faut le rejeter, parbleu. Qu’a fait la gauche depuis 1981 jusqu’en 1995 et de 1997 à 2002 pour les transidentitaires ? Pas plus que la droite, que tchic, que nib, nada. La société doit évoluer et ce à droite comme à gauche.

    [modéré]. J’espère que mon commentaire vous éclaire sur la teneur de mon propos qui est : bougeons, faisons bouger, mais faisons BIEN bouger. Invoquer l’Argentine ne sert à rien en France, ou alors je vous suggère d’émigrer à Buenos Aires ou chez Florent Pagny, car le droit argentin et le droit français n’ont rien à voir.

    Évidemment, mes propos ne vont pas tous dans le sens unique de ce communiqué, et j’émets des opinions divergentes. Que les choses soient claires : [modéré], je me positionne en philosophe et en analyste. J’espère que mes éclaircissements illumineront mon propos et éviteront une situation bloquée.

    En l’état je n’apporte pas mon soutien total à ce communiqué, mais je ne m’interdis pas de glisser quelques idées lors des prochaines sessions, ne serait-ce que par esprit de pluralisme.

    • Alexandra a écrit le 3 août 2013

      [modéré]
      Concernant Franprix, c’est ton problème et on ne te demandait pas où tu achètes ton lait et même d’ailleurs si tu achètes du lait.

      Par contre, il me semble me souvenir que tu voulais travailler main dans la main avec les équipes des protocoles et particulièrement avec les psys. Ma mémoire flanche peut-être (tu sais… à mon “grand” âge…).

      Autre point… Trans-Europe, Brigitte Goldberg en l’occurrence, n’est pas LA référence en terme de ce qui doit être dit pour les T. Brigitte, c’est une personne qui n’est pas reconnue par la majorité des T et en qui bien des T ne se reconnaissent pas, et l’Existrans représente bien plus de T que Trans-Europe n’en représente. Brigitte a ses idées, que beaucoup d’entre nous contestent en toute courtoisie et dans le respect de la diversité d’opinion, mais Brigitte n’est pas les T, tout comme toi, tout comme moi, tout comme chacunE de nous prisES individuellement.

      Suivre beaucoup de trans [modéré] Il y en a surtout beaucoup plus qui sortent de l’ombre et qui ne connaissent que les protocoles principalement par manque d’information. Est-il nécessaire toutefois de rappeler que plus de 60 % des trans’ fuient ces protocoles comme la peste, ne se reconnaissant pas dans l’archaïsme des procédés menés par une partie de ces équipes ?

      Ensuite… Je pose à nouveau mes questions sous un autre angle puisque tu refuses de répondre clairement aux deux premières questions, tout au moins tu les éludes :

      1) As-tu prévu une SRS ?

      2) Si oui, par les équipes protocolaires ?

      3) Si oui au point 2, on t’accorderai ta SRS sans que ta demande soit validée par les psys de ces protocoles ?

      4) Corollaire du point 3. Comme dans les protocoles l’avis d’un psychiatre et d’un psychologue sont incontournables, à quoi servent-ils s’ils ne suivent pas les filles et les gars ?

      5) Si les psys ne suivent personne finalement, et qu’ils sont quand même au centre de ces protocoles, peux-tu expliquer à la béotienne que je suis quelle est leur utilité ?

      Je suis curieuse de connaître les réponses que tu feras à mes questions. [modéré]

      Tu ne veux pas faire d’explication de texte, mais le sujet est lourd. Alors, [modéré] je pense en effet que des éclaircissements s’impose pour que les filles et les gars qui viennent s’informer ici aient une idée très claire de ce que tu as écrit en filigrane et qui peut ne pas sembler évident pour des “jeunes”.

      Bien à toi.

      PS : [modéré]

      • Chloé Tigre Rouge a écrit le 3 août 2013

        [modéré]. Il est vrai que j’ai eu des échanges constructifs avec le docteur Morel-Journel (un chirurgien, donc), mais je n’ai pas donné suite, des sociologues plus assidus que je ne peux l’être occupant déjà tout l’espace. Si cette affinité avec une partie plutôt ouverte et progressiste du personnel médical existe, elle n’est pas pour autant porteuse d’un conflit d’intérêt : c’est avant tout en philosophe que je me pose. Ce projet de livre sur l’éthique est pour l’heure en suspens, on fait ce qu’on peut.

        Ensuite, puisque tu me poses des questions.

        1/ Oui

        2/ Par un chirurgien.

        3 et suivant/ [modéré]. Ma réponse quant aux psys, je l’ai déjà exposée : ils sont les garants, pour les médecins, d’une certaine éthique médicale (voir pour cela un de mes précédents articles).

        Par ailleurs, je tiens à le préciser, partout dans le monde un certificat de psy est demandé, y compris en Thaïlande (le docteur Suporn, si vous allez le voir, vous réclamera un certificat en anglais ou vous fera en acheter un auprès d’un psy consensuel pour quelques milliers de bahts). Ca n’est pas un fait franco-français, c’est un fait qu’on constate partout, et la raison en est simple : on ne casse pas un organe fonctionnel sans être sur que c’est pour le mieux-être de la personne, et le psy (c’est certes critiquable, la psychiatrie n’étant pas le summum de l’objectivité scientifique ni une vérité révélée) apporte une forme de “garantie” à ce sujet (c’est, j’en conviens, une garantie tout à fait contestable).

        [modéré]. Les protocoles sont un fait constaté un peu partout dans le monde, parce que c’est un moyen pratique pour des équipes médicales organisées de travailler ensemble. Ce n’est pas l’existence des protocoles qui est contestable, ce sont les abus de pouvoir qui en découlent du fait de la mise au centre du médecin en particulier du psychiatre et non du patient.

        [modéré]

        • Alexandra a écrit le 3 août 2013

          [modéré]

          Tu es dans les protocoles.

          J’ai été complètement hors-protocoles. J’ai fourni un certificat psy à Chettawut à l’époque et je ne le renie pas le moins du monde, bien qu’il ait été superflu à mon sens (ça c’est mon point de vue).

          Ce n’est pas parce qu’un fait est constaté dans le monde qu’il est juste.

          [modéré]

    • Brigitte Goldberg a écrit le 3 août 2013

      Merci pour ton article Chloé,
      cela fait plaisir d’entendre une voix différente dans notre petit monde où règne de part trop souvent une pensée unique qui se voudrait politiquement correcte.

      Deux remarques :

      la CEC ne résoudra pas tout loin de là. A t-on pensé à ce qui va se passer si celui-ci devient, (et c’est plus que souhaitable), possible dans des conditions décentes. ce n’est pas pour autant que celles qui voudront se faire suivre et opérées en France, (tout le monde n’a pas les moyens de dépenser le prix d’une Twingo pour une CEC en Thaïlande), pourront le faire en bénéficiant enfin du libre choix du médecin sans forcément passer par les fourches caudines de la Sofect. Depuis octobre, nous demandons avec la plus grande insistance au Ministère de la santé que soit créé une commission sur le sujet basée sur le rapport de l’IGAS. depuis octobre l’on nous répond qu’il est en expertise. En réalité, le ministère attend le vote d’une loi sur le CEC avant de bouger le petit doigt…

      La deuxième chose consiste dans les conditions d’une future loi concernant le CEC. Chloé a tout à fait raison de rappeler la notion d’indisponibilité des personne, cette même notion ayant été évoquée par Taubira au Sénat le 4 juillet. Penser que l’on pourra signer un CEC sur le coin de table d’une mairie est une utopie. Le CEC sera peut-être gratuit, mais, penser qu’il sera le simple fait de la volonté de la personne est totalement irréaliste. ce n’est pas demain que l’identité de genre entrera dans notre système juridique, et ça, ce n’est pas moi qui le dit :
      http://revdh.org/2013/07/11/cncdh-identite-de-genre-changement-de-mention-du-sexe/

  7. admin a écrit le 3 août 2013

    *** MODÉRATION ***

    Tous les propos marqués [modéré] ont été modérés. Il ne s’agit aucunement d’une censure, tous les commentaires et points de vue sont acceptés tant qu’ils sont constructifs, courtois et argumentés.

    Tout propos qui relève (non limitatif) du troll, de l’insulte, de l’injure, du harcèlement, de l’attaque personnelle, de la diffamation ou contraire à la loi et à l’esprit de partage et de tolérance qui nous anime est irrémédiablement supprimé.

    *** MODÉRATION ***

  8. Cand a écrit le 4 août 2013

    Hello,

    On m’avait parlé de ce fil et je suis stupéfaite.

    Sur le fond, je suis stupéfaite qu’un groupe minoritaire, les trans en France, s’imaginent avoir suffisamment d’impacts pour révolutionner le droit français. On peut le vouloir et militer, respect, mais je trouve inconscient d’instrumentaliser la nécessaire amélioration des conditions de vie des trans au nom de principes politiques difficilement atteignables.

    Aujourd’hui, la simplification des conditions du changement d’état civil est à portée de main. Ce n’est pas gagné, loin s’en faut, mais c’est jouable. C’est jouable pour deux raisons :
    – le sujet trans commence à être perçu/entendu par les politiques. C’est un frémissement, rien de plus ;
    – la question juridique complexe du CEC a enfin des réponses en droit français. Réponses parcellaires, réponses qui ne répondent pas exactement au rêve collectif ambiant mais enfin, réponses concrètes et efficaces : changer vite et bien.

    Alors de grâce, ne nous étripons pas ! Tout le monde à sa place mais ce serait bien de rester à sa place, justement.

    Sur la forme, je suis atterrée de voir les chamailleries de la liste Existrans atterrir ici. A l’Existrans, la règle du jeu est simple : dès qu’une position discordante s’affirme, elle se fait trucider avec la plus complète mauvaise foi. On dirait une chasse aux sorcière. C’est devenu pareil ici ? C’est l’existrans qui déteint sur Txy ? j’aurais préféré l’inverse.

    Oui, le communiqué de l’Existrans est mieux que l’an dernier … en même temps, c’était pas dur de faire mieux. Pour autant, je le trouve un peu trop raide. Alors, j’aurais pas le droit de le dire, si ça me chante, sans me faire défoncer la tronche ? Je trouve que les remarques juridiques de Chloé sont pertinentes. Elle pas le droit d’expliquer son point de vu sans se faire atomiser ?

    Ce que je trouve affreux, c’est qu’une personne qui ose affirmer une autre opinion se fasse traiter de suppôt de la sofect et d’immobilisme (“on ne bouge pas”). Mais enfin, Chloé n’a jamais dit ça. Prétendre le contraire est de la mauvaise foi. Remettre en question le désir d’un consensus politique autour de la question trans, est aussi consternant. Donc, le combat trans est un combat de gauche ou n’est pas ? Si t’es au centre ou à droite, t’as pas le droit d’avoir une opinion positive sur la question trans ? T’as pas le droit de chercher à influencer ton camp ? T’es nécessairement un sale manif pour tous, un pychiatriseur, un sofectiseur ? Pffff.

    En lisant la violence des réponses, je me félicite d’être sortie de la liste existrans. Plus ennuyeux, je me dis que je n’aurais peut-être pas dû engager mon association en signant ce cp … parce que prétendre à l’unité par la force, c’est pas correct.

    En fait, je suis inquiète du positionnement de l’Existrans. Je me demande s’il ne s’agit pas d’une erreur tactique. Vous dites avoir réussi à réunir les asso autour d’une vision commune. Mais ce n’est pas votre rôle et puis ce n’est pas vrai : Trans 3.0 n’est pas exactement d’accord, elle signe par solidarité et elle espère que vous saurez porter cette solidarité. Ce n’est pas à l’existrans que doit se réaliser le compromis autour d’une orientation, autour d’un texte de loi. Par exemple, jamais Trans 3.0 ne vous a donné mandat pour défendre ses positions. Par contre, je crois que l’Existrans serait hyper légitime pour donner de la visibilité à la question trans et pour porter/soutenir le compromis qui va finalement émerger (je l’espère) des négociations en cours. En d’autres termes, chacun sa place :
    – Laissons les juristes faire, essayons de les orienter si nous en avons les compétences (taisons-nous si on ne les as pas) puis soutenons d’une seule voix la solution juridique qui sera retenue (qui sera le résultat inévitable d’un compromis entre contraintes juridiques, contraintes politiques etc.) ;
    – Laissons les politiques et mouvements associatifs, les lobbyistes agir, ces personnes sont légitimes pour se positionner dans le rapport de force, dans la négociation.
    – Que l’existrans s’efforce de mobiliser l’ensemble des mouvements associatifs autour de quelques idées-clés communes (il y en a, de trans-europe à outrans, même si ça parait compliqué de prime abord) et soutienne le résultat, lorsqu’il y aura quelque chose de concret à défendre, c’est bien … et c’est suffisant … merci

    Or là, que se passe-t-il, en direct live ? des membres qui se disent influents de l’Existrans essayent d’imposer une position et ce faisant, divisent.

    Bises

    • Julie Mazens a écrit le 4 août 2013

      Txy est un espace de discussion, il est normal que ça discute. (perso, je trouve d’ailleurs anormal que des sujets aussi important soient discutés entre une petite vingtaine de personnes qui ne rendent de comptes à personne …). Nous avons une bonne vingtaine de billets polémiques, presque un par mois, qui se sont fait secoués, parfois bien plus violemment (tient, ça me donne l’idée de les recenser …).

      Concernant la signature Txy, j’en ai donné l’esprit. Nous approuvons ce CP qui est bâti (forcément) avec des compromis et il est important de montrer une unité et une solidarité.

      Pour le reste des points discutés dans ce fil, cela n’engage que les personnes individuellement. A titre personnel, je suis d’ailleurs plus à l’aise avec une position comme la tienne.

      Bises.

      PS/ je sais pas à qui tu penses avec “membres qui se disent influents de l’Existrans”, perso à chaque fois que je l’ouvre sur la mailing-liste avec des idées positives je me prends une branlée :D.

      • AlexMec a écrit le 8 août 2013

        Txy est un espace de discussion, il est normal que ça discute.”

        Il y a discuter, et il y a engueuler et/ou se faire engueuler. J’adore discuter; je ne supporte pas de me faire engueuler parce que j’ai le malheur d’avoir une opinion qui ne plait pas à quelqu’unE. C’est la raison pour laquelle je ne participe plus (et ne compte pas participer dans le futur) aux “discussions” ici (et encore moins, évidemment, sur la liste Existrans). Le fanatisme et l’extrémisme, j’ai déjà largement donné dans ma vie précédente; cette fois-ci, je passe.

        • Alexandra a écrit le 8 août 2013

          Il est vrai que dans cette vie-ci tu as été un vrai ange, tu n’as jamais engueulé personne, tu ne t’es jamais énervé, tu es tout le temps resté zen, d’ailleurs sur l’ensemble des personnes à fort caractère ici présentes, jamais tu n’as eu de frictions avec elles sur tes propres idées, ou sur leurs propres idées.
          Et jamais, Ô Grand jamais tu n’as voulu avoir le dernier mot coûte que coûte. Jamais.
          Jamais tu n’as défendu tes théories toutes griffes dehors, et jamais l’une d’entre elles n’a frôlé, que dis-je, effleuré l’extrémisme.
          Je suis heureuse de connaître enfin le premier ange des T. C’est de saison en même temps !

          Bises, Alex.

          Alex (qui retourne en congés)

          • AlexMec a écrit le 9 août 2013

            CQFD.

          • Julie Mazens a écrit le 9 août 2013

            “T’es con Alex” 😛

          • Alexandra a écrit le 9 août 2013

            Y a un copyright sur c’t’expression. 😀

        • Chloé Tigre Rouge a écrit le 9 août 2013

          AlexMec, tu sais que le jour où la polyandrie pour tous est légale, j’t’adopte ?

          <3

    • Julie Mazens a écrit le 4 août 2013

      j’ai retrouvé un collector. Ton billet de septembre 2012 (http://www.txy.fr/blog/2012/09/22/instant-t/) a créé un fil de discussion intense avec de multiples points de vue (173 commentaires !)/.

      Les meilleures polémiques sur Txy : http://www.txy.fr/polemiques-transgenres-et-transidentitaires/

    • Alexandra a écrit le 4 août 2013

      Personne ici ne s’est bombardé “membre influent”. Pour être influent au niveau de l’Existrans, il faut aller simplement échanger sur la liste. Dans ce cas, vu le nombre d’échanges qu’il y a eu autour de ce CP et le nombre de fois que Julie et moi sommes intervenues, ce n’est pas la quantité qui aura pu nous rendre influentes.

      Par contre, un indice. Deux mots précis n’apparaissent pas pour la première fois dans un communiqué et ne sont enfin plus associés à “transidentité”. Il y a eu de fortes discussions à ce sujet sur plusieurs mois avec des échanges houleux qui font paraître cet échange ici très très soft, même si les deux mots et les sujets qui leurs sont associés restent d’actualité dans le monde trans et ne sont pas minimisés pour autant.

      C’est peut-être pas grand-chose, mais il y a eu un changement, la disparition de ces deux mots.
      Et bizarrement personne n’a relevé cela.

    • Chloé Tigre Rouge a écrit le 4 août 2013

      Bon, alors, les deux mots “magiques” c’est : “prostitution” et “toxicomanie”.

      • Julie Mazens a écrit le 4 août 2013

        prostitution et VIH.

        Ce qu’Alexandra a voulu indiquer, c’est que la seule petite influence que l’on peut revendiquer au niveau de la mailing-list Existrans, elle et moi, est celle d’être très vigilante pour faire en sorte que les communications en général et nos communications de l’existrans en particulier soient “positives” et “constructives” et ne s’enferment pas, mais sans l’occulter, dans le misérabilisme ; justement pour montrer que la transidentité n’est pas seulement une liste de problèmes (vih, prostitution, chômage, transphobie, …) mais peut/doit être une opportunité (diversité, richesse humaine, joie de vivre, épanouissement personnel, …).

      • Alexandra a écrit le 4 août 2013

        Leur seule magie est de “misérabiliser” les trans.

        • Cand a écrit le 4 août 2013

          C’est cool vos réponses :-)

          Vous savez, c’était tellement agressif existrans, que je suis devenue allergique et je me demande comment vous faites.

          Je crois que je m’agace aussi parce qu’on peut avoir des discussions passionnés sur plein de sujets “de salon” (ce n’est pas péjoratif, j’adore ça), les classifications tout ça tout ça … mais ce sujet du cec est une porte possible et concrète pour une évolution demain … c’est donc devenu ultra-politique et si ça passe, on aura eu chaud chaud chaud … donc il ne faut donc surtout pas se gronder entre nous sur cette question, se serrer les coudes et serrer les dents :-)

          Aussi, j’ai relevé qu’il n’y avait pas de référence à l’identité de genre dans le communiqué (en tout cas, j’ai pas vu) ce qui me semble très bien en ces temps troublés.

          Bises les filles,
          Candice

          • Julie Mazens a écrit le 4 août 2013

            On dit pas plutôt serrer les fesses LOL ?

            <3

            Ps: sur la mailing-list on boit du Té et on fait des incantations magiques avec 1D12 pour rester zen … Ça semble marcher !

          • Alexandra a écrit le 4 août 2013

            Sur la liste Existrans il y a en fait beaucoup de “très forts” caractères, des vécus pour certains très durs, des idées ancrées depuis parfois des années. Ca ne rend pas pour autant ce groupe de travail imbuvable. En entreprise, j’ai vu et vécu bien pire.

            J’ai parfois moi-même été très combattive et j’ai eu des échanges où j’avais l’impression de me trouver dans une essoreuse lancée à pleine vitesse. Mais je précise bien que je n’en veux à personne de ces discussions parfois très houleuses où j’ai pu moi-même être très secouée, car elles ont construit quelque chose. Et même, je joue la transparence jusqu’au bout, dans ces discussions il m’est arrivé quelques fois de dire des bêtises. On me l’a fait remarqué. J’ai en effet constaté que c’était bête. Que dire dans tel cas sinon “excusez-moi” ?

            Quand tu vois le nombre d’associations signataires, dont celle dont tu es présidente, il y a forcément des compromis et de l’eau dans le vin de chacune de ces assos qui a été mis. Aucune asso n’a eu 100 % de ce qu’elle prône à titre local. Même nous, ici, n’avons pas forcément obtenu ce que nous aurions voulu, mais c’est le principe même d’une application de la démocratie.

            La grande différence par rapport à ce qui peut être dit ici, c’est que même les grosses disputes sont forcément restées privées à la liste.

            Ici, quand ça se dispute, tout le monde, donc les 1500 visiteurs/jour membres ou non-membres peuvent voir. Il ne faut jamais le perdre de vue.
            Pour les “[modéré]” qui apparaissent de-ci, de-là, y compris dans mes propres commentaires, j’ai participé à cette purge en me mettant externe à ce que j’avais écrit et j’ai considéré mon profil comme “lambda”. J’ai appliqué les règles de purge communes à tout le monde à mes propres commentaires, sachant que ce n’est pas moi qui ai physiquement purgé mes commentaires. Ayant été participante, je ne pouvais faire éthiquement ce travail. On ne peut être juge et partie. La décision finale en est revenue à “Uma Thurman/Kill Bill”.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -