M,F ou vierge : «troisième genre» officiel en Allemagne à partir de Novembre

17 août 2013 | Tags: , ,

International Day against Homophobia and Transphobia

NDLR : cet article est la traduction d’un article de Spiegel. Lire la position de l’OII >>> ici <<<.

L’Allemagne est en passe de devenir le premier pays en Europe à introduire une troisième désignation «indéterminé» pour le sexe sur les certificats de naissance. L’Union européenne, qui tente de coordonner les efforts de lutte contre la discrimination dans tous les États membres, reste à la traîne sur la question.

La possibilité de choisir “vierge”, en plus des choix standard de «Masculin» ou «Féminin» sur les certificats de naissance sera disponible en Allemagne à partir du 1er Novembre. La modification législative permet aux parents de retarder la détermination du sexe de leur bébé, ce qui permet à ceux nés avec des caractéristiques des deux sexes de choisir de devenir homme ou femme dans la vie plus tard. Avec cette nouvelle loi, des personnes peuvent également opter pour rester totalement en dehors du genre binaire.

L’Allemagne est le premier pays en Europe à introduire cette option – le journal munichois Süddeutsche Zeitung considère ce changement comme une «révolution morale».

La loi ne précise cependant pas comment ce changement affectera l’assignation du genre dans les autres documents d’identité tels les passeport qui nécessitent encore de choisir entre seulement deux catégories – “F” pour féminin et “M” pour masculin. Une troisième catégorie pourrait être introduite, désignée par la lettre “X”.

La loi a été adoptée en mai dernier mais vient juste d’être publiée, seulement six semaines après que l’Australie soit devenue le premiers pays du monde à introduire des consignes légales pour la reconnaissance du genre. Selon ce système australien, qui s’applique à tous les documents d’identité, les personnes peuvent choisir la troisième catégorie, indépendamment du fait qu’elles aient subit ou non une chirurgie de réassignation sexuelle ou une thérapie hormonale.

Bruxelles sous pression

La Finlande est le seul État membre de l’UE en dehors de l’Allemagne a avoir fait des progrès significatifs dans le domaine de la  reconnaissance d’un troisième genre. En dépit de ses efforts, les obstacles bureaucratiques dans le pays nordique ont fait en sorte qu’il n’y ait toujours pas de changement législatif concret en vue.

Selon Silvan Agius, Directeur responsable pour les droits de l’homme dans l’association ILGA Europe – la section européenne de l’Association internationale des lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexes – l’Union européenne est à la traîne sur la question. Bien que Bruxelles ai commandé un rapport sur ​​les minorités trans et intersexes en 2010, et a depuis tenté de coordonner les efforts visant à interdire la discrimination fondée sur le genre, les progrès se font attendre.

«Les choses évoluent plus lentement que ce qu’elles devraient, au niveau européen», explique Agius. “Bien que Bruxelles ai renforcé ses efforts pour la sensibilisation aux discriminations contre les trans et les intersexuées, je voudrais voir les choses accélérer.”

Un rapport de 2012 sur les changements possibles du droit européen, co-écrit par Agius, constate que les discriminations envers les personnes transgenres et intersexuées sévissent encore dans tous les pays de l’UE.

“Cette décision de l’Allemagne mettra plus de pression sur Bruxelles”, conclut Agius. “Cela ne peut être qu’une bonne chose.”

(Traduit de Spiegel du 16 aout 2013)

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
1er novembre 2013 : l’Allemagne, premier pays européen à reconnaître un 3ème sexe
Depuis le 1er novembre 2013, l'Allemagne a été le premier pays européen à reconnaître un troisième sexe dans son Etat-Civil. Ce troisième sexe est strictement réservé aux enfants intersexes, c'est à dire nés avec une configuration de l'appareil génital ne permettant pas de dire si l'enfant est une fille ou un garçon. Il ne concerne nullement les personnes trans. Vincent Guillot, fondateur de l'OII en France, explique à quel point la position des enfants intersexe est actuellement intenable et comment ces enfants ...
LIRE L'ARTICLE >>
8 Novembre – Hommage à Herculine Barbin
via Anonymous / Vincent Guillot, Communiqué de l'Organisation Internationale des Intersexes de la Francophonie. C'est aujourd'hui 8 novembre, la journée de commémoration internationale des Intersexes en hommage à Herculine Barbin. Depuis Herculine, rien n'a changé pour les Intersexes, au contraire depuis une cinquantaine d'année les enfants Intersexes sont mutilés, stérilisés en occident. Depuis quelques années, que ce soit du fait de l'annonce négative de la venue d'un enfant Intersexe de la part des médecins ou qu'ils répondent à la demande des parents, de ...
LIRE L'ARTICLE >>
Droits des trans en Europe, bilan détaillé
Le site www.tgeu.org a dressé un état des lieux de la condition des trans* en Europe en mai 2013 : - le premier document, en format PDF, est la carte des pays réclamant ou non la stérilisation préalable pour le changement d'état-civil voire n'ayant aucune législation pour cela - carte en fin d'article, - le second document, aussi au format PDF, est un bilan très détaillé de tous les droits et/ou protections des trans en Europe. 24 pays en Europe réclament encore la ...
LIRE L'ARTICLE >>
Intersexués – une nouvelle loi en Allemagne
La ministre allemand de la famille vient de modifier la loi et permet dorénavant aux parents d’enfants intersexués de ne plus devoir indiquer Masculin ou Féminin dans l’Acte de Naissance, laissant ce choix à l’enfant plus tard Das Personenstandsrechtsänderungsgesetz setzt zudem eine Forderung des Deutschen Ethikrates im Bereich der Intersexualität um. Damit wird es erstmals möglich, das Geschlecht intersexueller Menschen im Geburtenregister offen zu lassen. Beide Neuregelungen gehen zurück auf die Initiative der Bundesfamilienministerin. source http://www.bmfsfj.de/BMFSFJ/familie,did=195878.html seul le dernier paragraphe traite du ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le Parlement européen demande à la Commission d’accélérer les travaux sur les questions transgenres
Hier, mardi 16 avril 2013, le Parlement européen a demandé à la Commission européenne d'intensifier son action contre la discrimination subie par les personnes transgenres lors de l'achat ou lors de l'accès aux biens et services. La chambre plénière a adopté son rapport sur la transposition et l'application de la directive 2004/113/CE, le droit de l'UE garantissant l'égalité de traitement entre les femmes et les hommes lors de l'accès des biens et services. Rédigé par l'eurodéputé socialiste Zita Gurmai, le rapport rappelle ...
LIRE L'ARTICLE >>
Position de l’OII Allemagne suite à l’annonce de la loi sur le sexe au registre des naissances
On its website, the German Bundestag proclaims: “In the future it will be possible to leave the gender specification in the birth registry open for children who are born without a clear gender.” Sur son site, le Parlement Allemand proclame : “à l’avenir, il sera possible de ne pas spécifier la mention du genre dans le registre des naissances (de la laisser ouverte) pour les enfants nés de genre indéterminé.” NdT: je note le mauvais emploi de la notion de genre, ...
LIRE L'ARTICLE >>
Intergroupe sur les droits LGBT – Dernière enquête de l’UE sur les discriminations
L’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) avait lancé une enquête LGBT à l’échelle européenne sur les discriminations inclut l'orientation sexuelle et l'identité de genre. La Commission européenne vient de publier les résultats de cette enquête sur les discriminations dans l'Union européenne, y compris, et pour la première fois, fondées sur l'orientation sexuelle et sur l'identité de genre. Aucun changement significatif n'a été enregistré au cours des trois dernières années. Cet Eurobaromètre 2012 sur les discriminations indique que 46% des personnes ...
LIRE L'ARTICLE >>
La journée du Souvenir trans ( T-DOR ) – 20 novembre 2012
La journée du Souvenir trans ( T-DOR ) sera célébrée le 20 novembre 2012, en mémoire des victimes transgenres et transsexuelles. Le 20 novembre est la Journée internationale du souvenir trans. Elle est l’occasion de rendre hommage aux victimes de crimes,de violences,maltraitances, persécutions transphobes et de rappeler cette réalité : La transphobie tue ! Dans le monde, des milliers de personnes transgenres ont été assassinées ces dernières années,ou poussées au suicide,à cause de la "soi-disant norme" sur les sexes et les genres. La violence ...
LIRE L'ARTICLE >>
Carte des discriminations Transphobes
La carte des discriminations sert à répertorier sur tout le territoire français toutes les discriminations et les violences subies respectant le lexique international utilisé pour l'atteinte aux droits humains : HURIDOCS. Actuellement il y a 67 actes de transphobie répertoriées sur le territoire français. Née d'un projet interassociatif, cette carte est subventionnée sur fond documentaire européen géré par IlGA Europe. Elle permettra de réaliser une étude quantitative et géographique des actes de transphobie (discrimination et violences) subies par les personnes trans. Si vous ...
LIRE L'ARTICLE >>
Enquête européenne LGBT
Quel est l'objet de cette enquête européenne LGBT ? L'Union européenne souhaite entendre parler de vos expériences - faites valoir votre propre expérience. Pour promouvoir la législation et les politiques en faveur de l’égalité, l'Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) a lancé une enquête LGBT à l'échelle européenne, avec un questionnaire disponible en ligne et souhaite recueillir les opinions notamment des personnes trans âgées de plus de 18 ans vivant dans l'Union européenne. Cette enquête pose une série de questions ...
LIRE L'ARTICLE >>
1er novembre 2013 : l’Allemagne, premier pays européen à reconnaître un 3ème sexe
8 Novembre – Hommage à Herculine Barbin
Droits des trans en Europe, bilan détaillé
Intersexués – une nouvelle loi en Allemagne
Le Parlement européen demande à la Commission d’accélérer les travaux sur les questions transgenres
Position de l’OII Allemagne suite à l’annonce de la loi sur le sexe au registre des naissances
Intergroupe sur les droits LGBT – Dernière enquête de l’UE sur les discriminations
La journée du Souvenir trans ( T-DOR ) – 20 novembre 2012
Carte des discriminations Transphobes
Enquête européenne LGBT

80 responses to M,F ou vierge : «troisième genre» officiel en Allemagne à partir de Novembre

  1. Clarisse a écrit le 17 août 2013

    Oui, le monde bouge bien pour notre communauté, et je ne peux que m’ en réjouir sincèrement.Car légiférer dans le sens de notre reconnaissance est le signe d’ une colossale avancée sur les tabous mortifères qui sévissent encore trop sur la surface de la planète, et tout particulièrement dans notre pays de la déclaration de l’ homme et du citoyen.
    Ce qui se passe en Argentine, en Californie,en Allemagne et en Belgique sont des signes prometteurs ,car emboitant le pas d’ un réalisme humaniste, qui seul, peut éteindre la banalisation ségrégationniste stigmatisante et mortifère, qui s’ en découle inéluctablement, jusqu’ au crime de M, Mylène à Limoge, en ce mois d’aout 2013 .Et je ne parle pas de la liste de ce que toute personne,, hors des clous rencontre et subit à maintes reprises au cours de sa vie,avec trop souvent des effets totalement dévastateurs.
    Voir ainsi progresser les mentalités et certains états relève d’ une nouvelle aube pour l’humanité,si elle ne se détruit pas avant, ses archaismes ,des plus bestiaux aux plus peaufinés, ayant une activité et un potentiel a faire frémir.Pourtant ,notre cause commence à sortir de ces nimbes aussi stupides qu’ obscures. Bravo et grand merci à toutes celles et tous ceux qui en sont les accoucheurs!
    La question, qui maintenant se pose, est de savoir pourquoi nous sommes si en retard en France . Ou bien alors de considérer ce qui s’ est passé dans tous ces pays novateurs, et de le comparer avec le nôtre, et nous même.Bien des enseignements devraient, selon toute évidence, en émerger.
    Mais je le redis, tout celà me met du baume au coeur, et ,sans aucun angélisme, me laisse bien plus qu’ optimiste!

  2. Alexandra a écrit le 18 août 2013

    Cette loi est une catastrophe pour les inter qui voient leur vulnérabilité augmenter.
    Je recopie la réponse très éloquente de Vincent Guillot sur mon mur FB qui est à prendre très au sérieux.

    ===============

    Houlà ATTENTION! Pour les Inter cette loi est une grande défaite!, la case autre ne s’applique qu’aux enfants Inter et précipitera les mutilations (vous imaginez les parents justifier en permanence la case vide sur les doc administratifs???). Cette case ne s’applique pas pour toute autre catégorie de personnes que les Inter sur injonction médicale. De plus elle introduit dans la loi le droit de mutiler certainEs Inter et a servit de référentiel pour le future droit européen. A mon avis c’est une catastrophe présenté comme une avancé!

    Merci d’avoir traduit cet article! Nous sommes en train de consulter des juristes germanophones mais de fait il s’agit d’une loi contre laquelle nous nous sommes battu et … nous avons perdu sur toute la ligne! elle introduit la notion de n”cessité de castration, mutilation pour certaines catégories d’inter et a servi a la rapporteuse aux égalité de modèle pour introduire cette notion dans le droit européen

    ==========

    Ne nous précipitons pas à crier victoire trop vite car cela semble être un beau leurre très dangereux.

  3. Clarisse a écrit le 18 août 2013

    D’ ou la nécessité que nous parlions toutes d’ une voix cohérente et avertie!…..

    • Alexandra a écrit le 18 août 2013

      Ce n’est pas question de cohérence, c’est question de connaissance du sujet.
      Les trans (dont je fais partie) ne connaissent bien souvent rien aux problématiques inter. Les inter ont été massacrés par le corps médical depuis nombre d’années. Et ils sont les plus à même de parler des risques. Nous devons surtout les écouter.

      Vincent est quelqu’un de très au courant et je pense que quand il s’exprime sur le sujet, la cohérence veut surtout qu’on l’écoute et qu’on ne pense pas qu’en terme trans.

      Vu côté trans, ça paraît joli. Mais comme l’enfer est souvent pavé de bonnes intentions, il faut toujours faire attention à tout ce qui semble trop beau. L’adage le dit bien, c’est souvent pas vrai du tout.

      • Sylvaine TELESFORT a écrit le 18 août 2013

        Lorsque l’on parle inter sexe pour l’hermaphrodisme, il faut distingué ce qu’est une hermaphrodisme. Pour la grande musique entretenue depuis des lustres par des personnes Trans qui parlent aux noms des hermaphrodismes qu’ils appellent depuis plus d’une dizaine d’années, représente leurs propres convictions.

        Une hermaphrodisme c’est quoi : c’est une personne qui possède des tissus ovariens et testiculaires. Ce n’est pas autre chose. Puis il faut appréhender que l’hermaphrodisme est toujours infertile. Lorsque l’on de mutilation cela ne se passe pas sur l’inter sexe puisque ne pouvant se reproduire.

        Mais il est fréquemment appelé inter sexe des personnes atteintes de maladies chromosomiques, tel que le syndrome de Klinefelter 47 XXY qui se soigne très bien si diagnostiqué pendant l’age tendre. Il y a aussi les situation de malformation congénitales qui n’entrent pas dans le terme des inter sexes.

        Les inter sexes subissent une mutation génétique vers la dixième semaines de gestation. La maladie chromosomique s’installe des la division des cellules.

        Dons avant de se dire inter sexe il faut passer par les services d’embryologies qui sont très au fait de la situation du problème.

        • Alexandra a écrit le 19 août 2013

          Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai la nette sensation d’entendre un discours éminemment pathologisant ou je me trompe ?

          Ensuite, j’ai aussi la nette sensation d’un militantisme très mal placé par rapport au fil de commentaires dans lequel ce commentaire s’insère…

          Et j’ai beau chercher, nulle part je ne vois dans ce qui est écrit en indentation de commentaires le terme “hermaphrodisme”.

          So what???

          • Julie Mazens a écrit le 19 août 2013

            J’irais même plus loin, WTF ?

            Uma a modéré plusieurs interventions hors de propos et/ou attaques personnelles de AMIHE et elle m’a soufflé dans l’oreillette qu’elle a une furieuse envie de faire un cut off propre et net.

          • Sylvaine TELESFORT a écrit le 19 août 2013

            Le terme hermaphrodisme a été remplacé par le vocable Inter sexe. L’hermaphrodisme représente des maladies de mutation génétique. L’inter sexe on y met beaucoup de maladies rares qui n’ont rien à voir avec l’hermaphrodisme.

            Une maladie rare relève d’une maladie rare extrêmement grave, pour ne pas la mettre la retrouvé dans un contexte non médical.

          • Nathasha a écrit le 19 août 2013

            c est drôle on a pas le droit de dire ça c est inter ça c est pas inter ! ça devient fou ! allez on s autodétermine inter c est la mode ! et ça permet de ratisser large ! soyons fou ,une personne prend des hormone son corps change allez hop c est une inter !!!! Pathologisant a ce que je sache , affection congénital , du moment que j écris échelle de prader pour définir une Herma on enlève le com ! pourtant c est une valeur reconnue dans tout les diagno et pour moi la plus fiable avec les tests Caryo et hormonaux surrénalienne des insensibles au andro ou estro ou du testi féminisant ! après il y a des ” Catégories pseudo hermaphrodisme , hermaphrodisme vraie

          • Alexandra a écrit le 19 août 2013

            Donc, pour résumer… Intersexe, hermaphrodite, que des malades ???????
            Il y a comme une fragrance dijonnaise qui effleure mon sens olfactif.
            Ou plutôt devrai-je dire tendance raifort, wazaby ? Uma approche de plus en plus.

          • Chloé Tigre Rouge a écrit le 19 août 2013

            Ce sont des personnes avant d’être des malades (ou des maladies). Je pense qu’il ne faut pas s’échauffer autant, et si l’AMIHE est une association de support sur le point de vue médical pour les personnes intersexuées/hermaphrodites/whatever, pourquoi pas ? A mon avis, simplement, il faut savoir traiter ces personnes comme des personnes et non comme seulement des pathologies.

            J’aimerais savoir où le membre de l’association AMIHE qui communique sur Txy souhaite en venir, toutefois. J’ai entendu parler de très loin de personnes t* qui s’approprient l’intersexuation pour en faire “leur” cause militante, et je ne peux pas approuver une telle récupération si elle est idéologique. Toutefois, c’est une ultra-minorité et je pense que stigmatiser tout un groupe de personnes pour les agissements de quelques unes est regrettable.

            Amicalement,

          • Nathasha a écrit le 19 août 2013

            Allez je laisse tomber ! pas que des malades ! bon dans la plupart des cas n oublions pas qu une THS est obligatoire pour vivre sans problème quand on est inter ! mais c est pas médical !! alors je vais vous laisser parler des inter vous maitriser certainement le sujet mieux que les intéresser eux même mais ne vous plaignez pas que pour ce qui est des trans ce soit des psy qui parle a votre place ! vous employer les même technique quand on va pas dans votre sens on zap on coupe on modérè ! car être inter c est être obliger de recevoir un traitement hormonal quasiment toute sa vie mais c est pas une maladie c est NORMAL !!!!!!!!! alors décider a notre place , et parler pour nous !

          • Nathasha a écrit le 19 août 2013

            ET je publie si nécessaire Mon attestation d expertise chirurgical mon Prader et mon Caryo XXY le tout validé par l expert médical , mon ALD pour ambiguïté sexuel ( et pas autre chose)! afin de prouver que je parle en tant que herma ! je ne cherche pas a justifier une transition par l emploi du terme Inter au lieu de Trans ! je ne parlerai plus jamais pour les trans ou sur des sujet uniquement trans ,j en ai aucune compétence et comme on ma reprocher de parler au nom des trans lors de mon intervention avec HES pour certaine consultation , j en ai pris acte et je m y tiens !

          • Alexandra a écrit le 19 août 2013

            A ma connaissance, Nathasha, tu n’as pas été modérée. Ou alors je ne sais plus ce que je fais. Julie ? Tu peux confirmer ?

          • Julie Mazens a écrit le 19 août 2013

            j’ai supprimé une réponse de Nathasha à une agression d’un commentateur indélicat, agression elle-même supprimée. laisser la seule réponse de Nathasha n’avait plus aucun sens.

          • Alexandra a écrit le 19 août 2013

            Modération équitable, donc.

  4. Nathasha a écrit le 18 août 2013

    moi je suis plutôt pour , car justement cela va pouvoir donner du temps et ne plus précipiter les opération génital chez les inter ayant un prader détecter a l enfance ! leur donner le choix avec du temps pour réfléchir !”De plus elle introduit dans la loi le droit de mutiler certainEs Inter ” mais c est absolument faux et c est quoi l argumentaire ? c est fou ca ! c est comme être contre la suppression du sexe sur les papier ! on se fit laminer ! je pense que cette loi en Allemagne n est une catastrophe demandons Directement a OII Allemagne ce qu il en pensent ! ce qui coin,ce c est que cette loi ne sert pas les aspiration de certain groupe pro Queer prônant purement et simplement l abolition des mention de sexe sur tout les documents administratif pour imposer leur vision du genre ! l Australie le nepal l Israël on fait le choix du 3 em Sexe et oui pourquoi pas ! et comme d après le texte allemand le choix sera donner , laisser les personne concerné choisir plutôt que de décider a leur place , et c est comme cela qu on se rendra compte si elle répond a une demande !!!

    • Alexandra a écrit le 18 août 2013

      Je cite : “Nous sommes en train de consulter des juristes germanophones”. Lire les phrases en entier avant de s’insurger. Vincent Guillot est très actif au niveau inter, et si leur groupe est sur l’affaire c’est bien pour tirer tout cela au clair.

    • Vincent Guillot a écrit le 18 août 2013

      Bonsoir Nathasha,
      C’est la position de l’OII Allemagne ainsi que de leurs asso partenaires et celle de Zwischengeschlecht.org en Suisse.

  5. Armonia Puel a écrit le 18 août 2013

    Je ne comprends pas grand chose à cette polémique car je ne suis pas juriste. S’il s’agit de laisser le choix au inter-sexe de leur sexe physiologique c’est un progrès considérable pour le droit des personnes à disposer de leur corps. Par contre si cela entraîne une injonction de mutilation c’est pire qu’avant car effectivement laisser en blanc la détermination du sexe peut-être stigmatisant pour la personne et pousser les parents à faire opérer leur enfant. Mais alors quelles solutions qui préservent l’intégrité morale et physique de l’enfant en attendant sa prise de décision. J’avoue que je m’interroge et que n’ai pas de réponse à cette question difficile.

    • Clarisse a écrit le 18 août 2013

      Je ne pense pas que,dans le contexte mondial actuel qui semble se profiler positivement, l’ allemagne erige une loi inhumaine.
      Mais il faut bien reconnaitre que légiférer sur la complexité de la réalité humaine n’ a rien de facile ni de simple,au regard de la multiplicité des situations.N’ y a-t-il pas plutôt,une volonté sincère de sortir des ornières entretenues,pour ne pas se donner la peine et le courage de les aborder objectivement.
      Mais un juriste,un parlement,des équipes pluri-disciploinaires,peuvent elles répondre de la façon la plus adéquate,sans l’ avis ,la connaissance ,réfléchies,des principales et principaux concernés?

    • Alexandra a écrit le 18 août 2013

      Une demande des inter est la suppression pure et simple de la mention du sexe sur les papiers et à l’état-civil.

      Si tu reprends ton ancienne carte d’identité (le modèle papier), la mention du sexe n’existait pas. Prend ton permis de conduire, la mention du sexe n’existe pas plus.

      Il y a depuis quelques années une tendance à binariser à fond l’identité sur les papiers officiels, ce qui rend les inter vulnérables et tout autant les trans.

      Pour les inter cette vulnérabilité se place sous l’angle de la chirurgie non consentie. Pour les trans, ça se place sur une désocialisation durant la phase transitoire, et le risque de passer aussi par forcer à la chirurgie pour obtenir des papiers.

      Dans tous les cas, plus on met de cases, plus on renforce les cases, plus on vulnerabilise nos minorités.

      Cela répond-t-il à tes interrogations Armonia ?

      • Nathasha a écrit le 18 août 2013

        une demande de certain inter meme a l OII ( ou je suis inscrite ) le propos fait debat , et pour certain OII en europe c est pareil , donc ce n est pas la majorité qui desire cela ! pesonellement je suis contre et je n ai jamais cacher mon opinion a ce sujet , et je ne pense pas que cela arrive , la france ayant signer les accord pour les passeport bio avec renseignement elargie oublier la mention sexe dessus serait une particularité francaise ? et j ose immaginer la suite

        • Vincent Guillot a écrit le 18 août 2013

          OUi tu as raison cela fait débat c’est une demande de certainEs Inter 😉 il y a aussi la proposition d’invisibilisation des mentions de sexe dans les puces par exemple et des personnes ne souhaitant pas changer les choses…

        • Sylvaine TELESFORT a écrit le 19 août 2013

          OII a été créer, par une américaine aux Etats-UNIS selon des lois américaines et une protections sociales du même acabit.

          La France n’est pas les USA, notre pays à ses propres lois qui non seulement protègent depuis toujours les hermaphrodismes. Mêmes si certains médecin se sont référés aux pratiques des USA. Alors vouloir comparer la protection sociale Française (Européenne) avec celle des USA n’entre pas dans le patriotisme républicain.

          • Alexandra a écrit le 19 août 2013

            “Patriotisme républicain”… Dérive politique ultra ? Autre chose plus… dure ? Une sorte de phénomène de branche et de parallélisme qui tirerait franchement à droite ?

            Je suis curieuse d’en savoir plus.

            Et surtout je vois qu’on s’éloigne du sujet de base.

          • Sylvaine TELESFORT a écrit le 19 août 2013

            Nous faisons partie d’une Union Européenne. Cette UE créée et reconnais des lois qui s’appliquent dans l’UE exclusivement. Tout pays non communautaire peut en adopter et même signez des concordat avec l’UE.

            De la allé chercher des comparaison et même des influences vis à vis ce que les USA ont produit (loi de sélection humaine qui a permis de stériliser plus 60 000 personnes entre les années 1920 et 1990) D’autres pays Européens ont pour adopter ces lois en les copiant (Allemagne, Suisse, Danemark, Pays Bas, Suède) tous ces pays ont pratiqué la non solidarité sociale et ont préféré la stérilisation envers des personnes qui auront pu être soigné tout simplement. Les théories consistaient à faire croire qu’une génération de tare pouvait engendrer une nouvelle et entretenir de telles personnes produiraient un coût très élevé. Que la solution étant la stérilisation, afin d’empêcher toute reproduction.

            A cet époque les USA comme d’autres pays savaient que les hermaphrodismes ne pouvaient se reproduire, par la méthode s’est appliqué à d’autres. C’est bien triste de crier aux loups lorsqu’il n’y a aucun loups à l’horizon.

      • Armonia Puel a écrit le 18 août 2013

        Oui effectivement. L’absence totale d’indication du sexe serait évidemment la solution la meilleure solution juridique pour préserver la liberté de choix aux inter-sexe et trans et éviter toute stigmatisation administrative.

        • Nathasha a écrit le 19 août 2013

          vous désirer ça , c est une façon détourner d imposer l absence de sexe sur les papier , dans une façon de procéder simple arriver a vos fin par différent biais pour la suppression des mentions sexe sur les pièces d identité et je resterai contre çà c est sur

          • Alexandra a écrit le 19 août 2013

            L’absence de la mention du sexe sur les papiers… C’était le cas sur l’ancienne carte d’identité, c’est toujours le cas sur le permis de conduire, ce n’est pas le cas sur le passeport.
            En fait, “dans le temps”, ils étaient plus permissifs.
            Il y a bien régression de la place des citoyenNEs dans cette société qui veut tout catégoriser, classer, mettre dans des boîtes. C’est commode pour contrôler la population. Et je suis toujours effarée de voir que les plus opprimées par le système militent pour le système. Ça fait juste très bizarre.

            Je vais citer une série de la fin des années 1970 avec Patrick Mc Gohan :

            I will not be pushed, filed, stamped, indexed, briefed, debriefed or numbered. MY LIFE IS MY OWN!

          • Nathasha a écrit le 19 août 2013

            je me suis battue pour la mention sexe sur mes papier ! et pour mon num de secu ! et je ne me considère pas comme opprimée , je ne lutte pas contre le système , bien au contraire je colle au système je m investie je participe a la vie politique de façon active afin d être en mesure de faire changer les choses de l intérieur ! je ne me contente pas de jouer l Anar rebelle avec ma pancarte ! et je te renvois a M Luther King , pour ce qui est de la politique ” ma voix est une arme qui te touchera dans les urnes pour faire entendre la voix du peuple que tu opprime “

  6. Chloé Tigre Rouge a écrit le 18 août 2013

    Je suis inquiète quant à cette loi qui introduit un précédent risqué de “catégorie sexuelle à part”. Certes, c’est pour les personnes intersexuées, mais c’est le risque de voir un ghetto légal se mettre en place qui me pose problème.

    Je ne veux pas d’une place dans un ghetto juridique, je veux une place légale qui corresponde à mon identité sociale, et je pense que c’est l’aspiration légitime de la plupart des T*. Je ne suis pas une “khatoey” et je n’ai pas envie d’une telle place sociale, comme ça se fait en Thaïlande ou en Inde par exemple.

    Au delà de ça, les risques de modification génitale imposée très rapidement par les parents sont réels, car notre société ne connaît que deux “sexes sociaux”. Faciliter la rectification d’une détermination erronée, oui. Ne pas déterminer et laisser dans un flou tout sauf naturel quant à la personne, non.

    • Alexandra a écrit le 18 août 2013

      +1
      Après l’analyse de Vincent, je suis tout aussi inquiète. Il avait déjà soulevé le problème avec l’Australie. Ça m’est revenu par la suite quand il a commenté chez moi.
      Le corps médical a eu la main déjà bien trop lourde aux dépends des inter, et je peux comprendre leurs craintes de se retrouver une fois de plus victimes du bistouri.

      • Nathasha a écrit le 18 août 2013

        (se retrouver une fois de plus victimes du bistouri.) je ne comprend pas le Une fois de plus ? excuser moi d intervenir souvent sur ce fil , mais etant inter je me sent concerner plus que pour d autre sujet qui ne m interpelle pas du tout , j ai souvent peur que ce sois d autre qui parlemente a notre place ou en notre nom si une loi similaire devait voir le jour en france ! j aimerais que ce sois des inter ayant eu a subir la chirurgie ou les traitement hormonaux a l enfance qui donne leur avis , des gens qui soient en mesure de se porter partie civil ou d etre confronter au medecin qui les ont operer a l enfance , un peut comme l affaire cervier ou ce sont les victime elle meme qui seraient entendue par la justice ou les instance medical ! car trop peur que l on se servent des inter , pour des truc qui ne serviront certainement pas nos interet mais ceux d autre ! pourquoi pas de procés en france en ce moment contre les mutilation genital ? pourtant c est assez simple d avoir les compte rendu ! j ai demander le mien via mon chir actuelle ( conformement au texte sur le libre acces du patient sur son dossier medical et ce par le biais de son medecin ou specialiste) avec lettre a l hopital ou je fus operé et j ai eu la copie de l acte d intervention avec les raison avancé et ce qui a été fais a l epoque et pourtant Mai 1976 hopital d Amiens , la seule chose c est de savoir si oui ou non on a eu une operation pour faire la demande , et comme methode pour le savoir si la famille reste muette , scaner ou echo pour avoir des indices ! donc pourquoi si peut de proces ? pourquoi je me ^pose la question! personnelement je dispose de toutes les piece car j ai voulu savoir , je suis en mesure de les produire si besoin a mes medecins mais j irai pas faire de proces a un medecin ,

        • Vincent Guillot a écrit le 18 août 2013

          Nathasa, je pense qu’en prenant ton exemple d’accès à ton dossier tu fais d’un cas particulier une généralité. Or en général dans tooute l’Europe et particulièrement en France la loi de 2002 est contournée pour les Inter. Soit leur dossier est “perdu”, soit il a “brulé” ou les archives ont été “inondées” soit le dossier est vide ou presque!

          • Nathasha a écrit le 19 août 2013

            faux les copie intégrale des actes chirurgicaux sont disponible dans les hôpitaux ou l opération a eu lieu et si avant 2007 ( informatisation des hôpitaux ) demande par le médecin cout 35 euros de frais d archive pour une copie intégral et ce en recommander ,la démarche est accessible par tout les français ! sinon un scanner donnera des résultat pour confirmer une op même vielle de 40 ans et ouvrira droit a réclamation , et si le dossier et vide de façon intentionnel ! profiter en ! jurisprudence cervier sur la dissimulation de données médical vous avez toutes les chances de gagner

        • Sylvaine TELESFORT a écrit le 19 août 2013

          Mais tous les dossiers des hermaphrodismes Français ont toujours été disponible. Moi-même,si les médecins m’avaient affirmé qu’il avait pilonné, a été retrouvé par le service de la CNAMTS des maladies Rares, après son enquête dans l’hôpital ou j’avais été opéré dès ma petite enfance. Ces dossiers sont très rares pour se permettre de les détruire. Comment les étudiants pourraient étudier, sans avoir des cas.

          • Vincent Guillot a écrit le 19 août 2013

            Bonjour Nathasha,

            Il y a la loi, les directives et autres circulaires et les usages. Crois moi depuis dix ans j’ai accompagné beaucoup d’Inter et il fut rare les cas ou nous avons obtenu les dossiers.

            De plus, à mon sens,(et cela est partagé par de nombreuSEs militantEs Is) le fait qu’il y ai si peu de procès provient d’une part de la méconnaissance de la plupart des Inter de leur condition et de la honte.

            Il n’y a donc pas de corrélation entre ne pas être satisfaitE de son assignation ou des opérations et les procès. Il y a aussi des Inter qui pensent “à quoi bon” ou pour qui la judiciarisation est trop violente pour avoir la capacité d’intenter un procès. A titre personnel (j’insiste c’est ma position!) je n’en veux pas à ceulles qui m’ont mutilé et je pense que seul l’éveil des consciences changera quelque-chose!

            Bises Herma

          • Nathasha a écrit le 19 août 2013

            les dossier seront consultable par le patient et resterons chez le praticien a l origine de la demande conformément au texte ! perso mon médecin m en a donner une copie sachant mes position et que j était pas une procédurière , et je continue a penser que beaucoup de bruit avec peut de véritable concerné on se sert des inter et de leur parole pour défendre des projets sans le consentement des inter ! qui me garanti que ceux sensé me représenter sont réellement des inter? et pas des BABA New age , cherchant dans la cause des inter a servir autre chose qui ressemble plus a la théorie queer qu a la parole des inter eux même ! je voudrais bien une asso ou tout les membre soit inter sans autre ajouts pour nous représenter

          • Sylvaine TELESFORT a écrit le 19 août 2013

            Il faut dire que demander une représentation, c’est plutôt difficile puisqu’en France les inter sexes sont protégés. Elles ont des droits qui très largement respectés, vouloir desservir la vie des inter sexes en affirmant de soi-disant mutilation, ce n’est pas connaître la réalité d’un dossier médical. Puis il savoir de quoi nous parlons, Inter sexe = hermaphrodisme ou pseudo-hermaphrodisme. Les associations des inter sexes en France existent bien, mais chaque association traite une particularité ou mutation génétique. L’association de GSSIA s’occupe des syndrome d’insensibilité aux androgènes, AMIHE donne dans l’assistante afin de permettre la recherche du problème génétique en assistant les personnes assujettie. Nous les introduisons dans les services d’embryologies. Puis s’il le faut nous irons à la recherche du dossier médical primaire, nous préparons aussi à la reconnaissance auprès des services sociaux de la CNAMTS. Et nous avons deux conseillers juridique sur la place de Paris et nous avons depuis plusieurs un ténor Internationale.

            Nous avons refusé de créer un site, oh tout simplement que nos maladies rares (orphelines) se vivent mais ne doit ton les exposés au grand jour. La responsable de l’Amhie est une pseudo-hermaphrodisme : son caryotype est 47,XYY en mosaïque sa mutation est de Déficit en 17 cétostéroïdes réductase à sa naissance elle possédait un micro pénis et une vulve. En outre elle a un déficit du facteur V et une maladie sanguine déficitaire.

            Les personnes qui viennent vers l’AMIHE, vienne par notre réputation, et par déception d’associations qui désirent prendre la parole pour nous sans comprendre nos soucis. Ces associations veulent nous imposés un genre afin de mieux nous récupérer.

            Pourtant une fois le problème génétique traité nous vivons aisément bien. Mais bien sur il faut savoir et ne pas confondre une maladie chromosomique, avec une malformation congénitale ou un dysfonctionnement de surrénales.

  7. Nathasha a écrit le 18 août 2013

    cela donne le temps pour choisir ! c est un plus a mon sens ! et bien sur certain me dirons ” inter sur injonction medicale ” a savoir en cas de prader Oui injonction medical , comment fait on pour les inter ou ce n est pas visilble a la naissance , et bien eux n ayant pas eu a subir de chir d assignation de force a l enfance , si l intersexualisme est defini de façon clair par le medecin sur caryo analyse ect ect , qu un protocole de reassignation rapide soit mis en place si la personne intersexué le desire car on ne s autodetermine pas intersexe a savoir il sagit d une difference congenital se declachant pour certain a differente etape de la vie certain visible a la naissance les Prader, et pour d autre c est a l adolecence lors de la puberté et tres rarement a l age adulte , pour l instant il ne sagit que d un blanc avant une decision futur , cela ne concerne pas les T , donc Chloé t affole pas c est pas a lordre du jour , et pour ceux qui dise oui mais moi j ai pas envie de choisir , je desire etre de genre fluide , je ne sais pas si c est possible de garder le blanc ou le X , et comme nous somme dans une societé Binaire ,pour l instant c est H ou F le debat allemand n est pas encore a ce niveau binaire non binaire pour les inter pour les trans ect ect

  8. Vincent Guillot a écrit le 18 août 2013

    Non la loi allemande sur le pseudo troisième sexe n’est pas une avancé !

    Cette loi est avant tout un échec du mouvement Intersexe et une victoire des médecins mutilateurs et des parents d’enfants Inter.

    Il convient de rappeler qu’il existe la même disposition dans divers pays comme la France depuis des années et que cela n’a jamais réduit le nombre de mutilations. En France par exemple il est possible de surseoir à la déclaration du sexe administratif des enfants intersexués durant deux ans.

    Que dit la loi allemande ?

    Que sur ordonnance médicale, en cas d’intersexuation il est possible de ne pas donner de sexe administratif ! Rien de plus au sujet du « troisième sexe » !

    Par contre si elle introduit un doute sur la pertinence des mutilations pour touTEs les Inter elle inscrit dans la loi que les personnes porteuses de certaines formes d’intersexuation seraient forcément des filles et que donc pour celles-ci il faut opérer rapidement, c’est à dire les exciser, les mutiler !

    En fait ce n’est que la transcription dans la loi du protocole mutilateur des médecins appelé de façon fallacieuse consensus DSD ou consensus de Chicago.

    Cela n’est que l’aboutissement des revendications des médecins et des associations de parents et de patientes DSD.

    A mon sens c’est un double échec puisqu’il s’agit de l’introduction dans la loi de tout ce que nous combattons et qui est à l’origine de la création de notre organisation (Organisation Internationale Intersexe) et que cette loi allemande est le cheval de Troie pour l’introduction de même « consensus DSD » dans le droit européen. Ce processus est en cours puisque qu’un rapport allant dans ce sens vient d’être publié par les instances européennes.

    Alors de grâce amiEs Inter, Trans, Queers et autres ne vous réjouissez pas d’une nouvelle oppression envers les Inter !

    Cette loi ne vous concerne pas, il n’est point question de troisième genre en Allemagne, ne croyez pas tout ce que les journalistes racontent !

  9. Phlune a écrit le 18 août 2013

    Salut Vincent
    Je n’arrive pas à comprendre comment s’articule ce que tu crains si fort aujourd’hui avec ceci, lu récemment sur Yagg :
    http://yagg.com/2012/02/27/allemagne-un-rapport-preconise-des-mesures-antidiscriminatoires-pour-les-personnes-intersexes/

    Il me semble qu’à partir du moment où seraient empêchées toutes interventions “administratives” sur les corps des intersexes, et autorisées exclusivement celles correspondant à une morbidité, un pas en avant serait fait.
    A partir de là, rien ne contraindrait une personne à rester eternellement dans la case “neutre” de son état-civil, ni même d’y entrer si elle se sent désireuse de l’assumer …
    Est-ce à dire que le rapport était une brave bonne intention creuse, et la loi réelle une vraie peau de banane ?
    Je ne connais pas vraiment la problématique, mais le problème central n’est-il pas l’interdiction d’opération non-consenties ?
    Et cela n’est-il acquis nulle-part ?

    • Vincent Guillot a écrit le 18 août 2013

      Cela n’était qu’un rapport, la loi est passé il y a quelques semaines et tous les amendements progressistes ont été rejetés. Alors même si la case est virtuellement créé elle n’aura pas lieu d’être puisqu’ils ont légalisé les mutilations sur certaines catégories d’Inter! De plus alors que les trans luttent pour une dépsychiatrisation et une démédicalisation de leur cec il est paradoxal qu’illes trouvent bonne une loi où ce seront les médecins et les juges qui sexeront les Inter…

      • Alexandra a écrit le 18 août 2013

        De mon côté, avant que tu me sensibilises sur la déviation de cette loi, j’avais compris que ce X n’était pas une case d’attente.
        Mais avec les éléments que tu apportes, effectivement, c’est un beau recul et un chèque en blanc (Ah zut ! Blanc… J’ai le droit de dire ce mot ? J’ai cru comprendre que chez certaines personnes il est déformé pour leurs propres desseins…) fait aux médecins mutilateurs.

        • Sylvaine TELESFORT a écrit le 19 août 2013

          Qu’est-ce que l’on mutile : il est facile pour quiconque de parler de mutilation; Faut’il en apporté la preuve. Lorsque j’assiste à des entretiens génétiques pour définir qu’elle sexe devrait être attribuer à un enfant. Il y a débat, puis tous les éléments du dossier médical est discuté pas à pas. Exemple : un cas d’agénésie Pénienne : un enfant naît avec le sacrum et les testicules atrophiés, la verge étant absente. Que faire ! Les testicules ne serviront à rien une fois adulte, puisque une maladie chromosomique très rare est présente et référencé dans la nomenclature des maladies rares. La verge étant absente, la nature à développer un canal vaginale aveugle.

          La proposition fait aux parents a été d’opéré l’enfant dont le caryotype se trouvait en 49 chromosomes, a été d’orienté l’enfant vers le sexe féminin, en espérant que cela lui permettrai de pouvoir vivre au mieux. Y a t’il mutilation ici ! Les parents ont choisi d’attendre afin de consulter un autre service. Six mois plus tard l’enfant étant revenu dans le CHU pour assumé le premier diagnostique. L’enfant est aujourd’hui une fille.

          En France se n’est pas les médecins qui décident, mais bien les parents, ils prennent leurs responsabilités.

          • Alexandra a écrit le 19 août 2013

            C’est une mutilation. C’est-on seulement posé la question de savoir quel serait le genre de l’enfant quand il serait pleinement conscient de qui il est ?

            “L’enfant est aujourd’hui une fille” –> j’en conclus qu’on a affaire à un enfant pas encore adulte en ce moment-même, mais qui est peut-être déjà conscient d’être un garçon, ou encore un enfant qui ne choisira ni fille, ni garçon. Et comme on en a fait une fille, on lui un programmé dans tel cas un enfer.

            Plus de 50 % de chance que ce soit une mutilation, donc finalement un acte ignoble. Mais de ce que je sais du traitement réservé aux inter, c’est le lot commun et c’est juste révoltant.

            J’ai du mal à comprendre qu’une association de défense des inter abonde dans le sens de la pathologisation et des opérations du nourrisson ou même de l’enfant. Ça me dérange profondément. Ça me dérange autant que ces médecins qui poussent des trans à la réassignation pour que l’Etat leur donne des papiers en accord avec leur genre.

            Même procédé très vil.

          • Sylvaine TELESFORT a écrit le 19 août 2013

            Pour les parents cela n’entre pas dans le cadre d’une mutilation, mais dans un cadre ou leur enfant vivra. La nature n’est pas parfaite, je le sais, mais par moment elle nous met devant un choix ! De nos jours, il est facile de critiquer un choix parental, c’est nettement plus simple. Au fait la deuxième solution de ce couple était l’ablation sexuel avec une étude personnalisé par étude comparable. L’enfant aurait allez aux USA.

            Je vois que pour vous le Genre est primordial. Mais le genre c’est LGBT n’est-ce pas ! Etre hermaphrodisme ou dans ce cas pseudo-hermaphrodisme n’entre pas dans un genre, puisque c’est avant un dysfonctionnement de cellules qui non pas su interpréter un ordre pour activé ou non une cellule ou un groupe de cellule, afin de construire un tissus, un organe. A la naissance d’un enfant le capital Cellule est théoriquement le même pour tout le monde, sauf si des maladies rares se sont installés.

            Notre association est là pour apporter et mettre en relation des personnes relevant de maladies rares à caractères hermaphrodismes ou afférents, afin de répondre ou de trouver tout dysfonctionnement du corps.

            Quand vous avez une Grippe ? que faite vous ? vous vous soignez en buvant un verre de lait chaud, ou vous vous adressez à un spécialiste afin d’avoir un diagnostique par rapport à une pathologie. Entre autre terme, est-ce que vous prenez des antibiotique pour combattre le foyer de l’infection ou est-ce que vous attendez votre décès.

            Vous parlez d’ignominie, vous croyez peut être que les théories les plus obscures, sont peut être les meilleurs. Vivre une situation d’hermaphrodisme ou de pseudo-hermaphrodisme pour une personne n’est pas facile. La plupart d’entre nous ne connaissent pas les relations sexuelles ou elles ne chercherons même pas pour en avoir. Alors pourquoi vouloir à tout prix donner un Genre à des personnes qui ne sont pas intéressés par ce vocable ? Mais vous y tenez, juste pour vous permettre d’assemblée une déficience dans la chaîne de l’ADN avec une diversité d’adaptation de relation érotisme.

            Votre révolte n’est pas justifié, dans le domaine des maladies rares d’hermaphrodismes, vous vous accordez le droit de décider de ce que votre corps sera plus tard, mais vous offusquez lorsque des parents essayent de sauvez la vie de leur enfant. Voyez-vous ma mère me disait “une mère ne peut survivre au décès de sa propre progéniture” . Une mère essayera toujours d’améliorer la vie ou la future vie de son enfant, même si ce dernier n’a pas été construit par la nature parfaitement.

            Là nous parlons ici d’autorité, en Union Européenne l’autorité parentale est au-dessus de toutes influences médicales ou associatives. Pour ce qui est des Trans, nous aidons par moment des Trans, mais si j’en crois, se sont bien les personnes Trans qui font la demandent de réassignation et non le contraire (la psychiatrie me semble t’il à toujours essayer de convaincre les personnes de ne pas entreprendre ces opérations et c’est dans ce cadre que la SOFECT a été créer afin de limiter les postulants.) Ceci est un combat que nous ne portons pas, mais nous y assistons. Depuis les années 1992 même si la Cour de Cassation à du reconnaître le bien fondé du changement d’identité des trans puisque condamné par l’UE. La question Trans était arrivé à ce faire entendre. Mais depuis les années 2000 le mouvement Trans a voulu se comparer à l’hermaphrodisme en utilisant le vocable intersex’ pour leurs donnés des soi-disant droit. Si aux USA les hermaphrodismes étaient très mal considérés, ce n’étaient pas le cas France.Puis surtout à cette période les droits des maladies rares ; 8000 maladies rares dont l’hermaphrodisme étaient et sont toujours prises en charge par une ALD renouvelable tout les quatre ans. Même un service de protection et d’identification a été créée à la Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés.

            Dans la même onde, l’Association des maladies rares reconnu d’utilité public depuis plus de 40 ans, est sorti un fichier traitant les 8000 maladies rares que l’Union européenne à reprit sous l’intitulé “EURODIS MALADIES RARES” .

            Il est effectivement regrettable que des personnes puissent intervenir dans un monde ou depuis plus d’une cinquantaine d’années des chercheurs et des scientifiques cherchent à améliorer la vie de personnes qui ne pourrons jamais le droit de crier leurs désespoirs de ne pouvoir se reproduire. Mais comment il est terriblement regrettable que des personnes provenant d’autre horizon puisse s’offusquer de situation dont elles ne connaissent même pas la réalité de ce vie une hermaphrodisme. Pour ces personnes entretenir une certaine pression est de noircir toutes avancées en parlant par autorité de mutilation !

            Il n’ y a pas assez de misère dans nos conditions de vies qu’il faille à tout pris soumettre, ceux qui ne sont pas comme la dominance humaine. Jusqu’à la nous vivions plus ou moine en silence et nous ne demandions pas au mouvement LGB de nous prendre en charge puisque déjà protégé. Le mouvement LGB étant devenu LGBT certains T ont cru devoir inclure l’hermaphrodisme en prenant un vocable qui jusqu’à la était réservé au monde des animaux autre que l’homo sapiens sapiens “intersexe” mot corriger par nos académiciens en Inter Sexe. Mais même là le mouvement LGBT en a refusé sa plus simple expression, c’est bien les seules !

          • Chloé Tigre Rouge a écrit le 19 août 2013

            Je me contenterai de vous renvoyer au cas de David Reimer pour connaître les conséquences d’une assignation prématurée à un genre non conforme et d’une modification (on pourrait dire “mutilation”) génitale pour le mettre en conformité.

            Sur Wikipedia

            La réalité de la présence du genre, je ne l’ai pas, mais je sais que ça fait partie de moi et que ça n’est pas lié à 100% à ma physiologie, à mon anatomie ou à mon milieu social. Ce serait une avancée sociale que de laisser ces enfants en l’état, physiquement, et de ne pas les “normaliser de force”. Après tout, être intersexué ne pose pas nécessairement de problème fonctionnel.

          • Chloé Tigre Rouge a écrit le 19 août 2013

            Par ailleurs, désolée pour le troll, mais si des parents musulmans égyptiens vivant en France veulent faire exciser leur fille pour qu’elle soit conforme aux bonnes mœurs, on l’interdit.

            Food for thought

          • Sylvaine TELESFORT a écrit le 19 août 2013

            Pour David Reimer, si je me souviens bien, c’est un enfant opéré au Canada dans les années 1960. Le Canada à cet époque observait les théorie de John MONEY . Disserté sur les erreurs de cette personne, ici n’est pas approprié puisque nous sommes bien cinquante ans plus tard. Puis le Canada avait à cette époque la même politique sociale que son voisin.

          • Sylvaine TELESFORT a écrit le 19 août 2013

            Excuse moi pour la réponse qui va suivre. Je pense que lorsqu’une personne ou une famille étrangère immigre en France ou dans l’UE, cette personne ou cette famille doit accepter les lois en vigueurs dans le pays ou ils ont immigré.
            Nous n’avons pas le droit d’accepter un droit qui n’a aucune vigueur dans nos pays. Il en va de soi pour quiconque immigre d’origine de l’UE qui voyage dans les pays musulmans.

          • Chloé Tigre Rouge a écrit le 19 août 2013

            Alors vous refusez que l’on procède à une modification génitale sur une fille qui est effectuée parce qu’elle est une fille. Par contre, vous acceptez et vous encouragez le fait que l’on procède à une modification génitale sur un enfant intersexué, parce qu’il est intersexué justement.

            Il est très difficile pour une égyptienne non excisée de trouver un époux (du moins le croit-on en Egypte et dans la culture égyptienne). Vous croyez de même qu’il est très difficile de grandir intersexué dans notre civilisation. C’est juste une croyance, et je pense que l’on peut très bien vivre avec un clitoris intact et avec un sexe aussi ambigu soit-il.

            Dans un cas comme dans l’autre, c’est un abus d’autorité parentale avec des conséquences graves. Vous voyez où je veux en venir ?

            Amicalement,

          • Nathasha a écrit le 19 août 2013

            je suis contre les opération génital non consenti , on doit donner le temps a l enfant de prendre sa décision et c est a lui de la prendre ! et de vivre avec un sexe ambiguë, la je parle de sexe pas de genre !!! c est pas évident de construire une relation d être accepter par l autre ! alors oui on recherche une certaine normalité pour pouvoir vivre ! et ceux qui dise mais non c est simple la société dois changer , on peut vivre ambiguë ! et bien je répond Mon C.. ! oui on peut être marginal ,rejeté , vu comme un monstre ou une curiosité rejeter seule ! pour certain c est même une recherche une façon d être , voila pourquoi certain on envie de se dire Ambiguë ! alors besoin de binarité oh que oui et ce pour la majorité des inter et c est pour ça qu il ne souhaite pas venir dans des asso pour être encore stigmatiser ou montrer du doigt , comme disait bambi a paris en mars 2012 ! “pour être ce que nous voulions ( trans), nous devions prétendent que nous avions subis des expérimentation pendant la guerre avec des injection d hormone )! pour certain c est pareil pour imposer le non genre et le genre fluide ou gender Queer on prétend etre inter ca permet de dire c est pas un choix je suis née comme ca !!!! LA FIN JUSTIFIE LES MOYENS

          • Sylvaine TELESFORT a écrit le 19 août 2013

            Là il y deux textes : Oui je suis foncièrement contre les mutilations des clitoris chez les petites filles, par contre lorsque l’on parle d’inter sexe là c’est autre chose. Il faut identifié le cas de l’inter sexe, dans quel domaine se trouve t’il, est-ce un SIA là il n’y a aucune opération avant de 40 ans. Une ovotestis c’est ce que nous appelons l’hermaphrodisme vrai puisqu’elle possède les tissus ovariens et testiculaires (un ovaire et un testicule) le testicule est neutre, l’ovaire peux se développer et accessoirement émettre une menstrue infertile. Il y a les Déficits en 17 plusieurs forment existent, sachez que dans le mien, il existe une vingtaine de conformité possible. Etc..

            Il y a les malformation congénitale qui n’entrent pas dans la dénomination de l’inter sexe, ou les déficits des surrénales non plus et moins encore les maladies chromosomiques.

            Pour donner du temps au temps à l’enfant il faudrait encore en avoir de ce temps. Si en 1955 les élus de notre nation a estimé que 24 mois devrait logiquement suffire pour définir le sexe d’un enfant, c’était pas rapport au temps passer dans sa famille. A notre époque comment expliquer à une maîtresse ou à une éducatrice sociale le pourquoi du comment. Puis est-ce que ces personnes seront elles réceptives à cette information ? Déjà, pour un Médecin généraliste, c’est tous juste s’il n’avale pas son propre serment d’Hippocrate.

            Moi-même, mon premier généraliste en est resté BaBa, c’est sans compter mon premier Gynécologue qui lui me demandait si ce n’était pas une plaisanterie. Voir un homme avec une menstrue tous les 56 jours curieux non ! Mais réaliste. Oui j’ai subit une modification de mon sexe phénotype à ma naissance, et j’ai du mettre pratiquement 45 ans pour comprendre que de toute façon j’étais stérile bien avant ma naissance.

            Nathasha tu as raison d’affirmer nous parlons de sexe pas de genre, mais la grande majorité des inter sexes vont dans les associations gérés par des inter sexes, qui savent de quoi nous parlons. Dire que j’ai été mutilé serai totalement faux, puisque une mutilation ce n’est pas une modification de son apparence sexuelle. C’est le fait d’ôter quelques chose du corps humain contre la volonté de celui ci.

            Non j’ai subit la politique médicale du moment à 1 an près, les médecins ne m’auront pas modifier mon apparence sexuelle. Et depuis en France et surtout la nouvelle génération des embryologiste respect avant la vie de leurs Clients. Ah oui, je ne sais pas si vous le savez mais depuis juin 2011 l’UE à adopter une réforme structurelle et sociale, nous ne sommes plus des Patients ou Patientes mais des Clients ou Clientes, tous les comptes rendus hospitaliers peuvent être frappé de discrimination.

            J’avais assisté à un mini débat à la mi-juin 2011 au siège de la Faculté, et j’avais posé la question sur cette réforme : Il m’avait été répondu, que cela devrait être mit en place, mais qu’il faudrait bien le temps d’une génération pour que ce soit appliquer et accepter par le médical. En octobre de la même année étant hospitalisée mon rapport parlait en terme de patiente. J’ai sollicite de par l’avocat de l’association de réécrire dans le sens de la recommandations européenne, sous peine de porter l’affaire en juridiction. Il a fallu pratiquement deux mois pour le réécrire dans le bon sens. J’ai interpellée par la suite une généticien, en lui disant, ce n’est pas en 25 ans mais en 6 mois.

          • Alexandra a écrit le 19 août 2013

            Quand vous avez une Grippe ? que faite vous ? vous vous soignez en buvant un verre de lait chaud, ou vous vous adressez à un spécialiste afin d’avoir un diagnostique par rapport à une pathologie –> Je soigne avec un “numéro 7″ et éventuellement un peu d’homéopathie. Je bannis les antibiotiques.

            Same player, shoot again!

          • Alexandra a écrit le 19 août 2013

            La plupart d’entre nous ne connaissent pas les relations sexuelles ou elles ne chercherons même pas pour en avoir. Alors pourquoi vouloir à tout prix donner un Genre à des personnes qui ne sont pas intéressés par ce vocable ? –> intéressant… Je suis du genre à laisser le choix libre sur le genre ou l’agenre. Je ne me souviens pas d’avoir voulu catégoriser. Par contre, si je reprends vos propos, vous vous émerveillez que l’inter ait été transformée en fille pour rentrer dans les cases. Ou alors, ces propos étaient finalement contre vous même ?

            And then?…

          • Sylvaine TELESFORT a écrit le 19 août 2013

            Non, je ne suis pas émerveillé devant une telle situation, mais lorsque c’est la seule solution que faire ! Vous pensez à donner dans cette solution, la solution du genre Puisque vous pensez qu’une inter sexe pourra toujours à l’age adulte se déterminer. Mais voilà avec des théorie et des si nous n’avançons pas pas. Avez-vous déjà vu un sexe mal-formé ou atrophié que la nature à produit. Dans le monde des malformations il y a des situations inextricables, Il faut bien prendre une décision de vie. En ce qui me concerne je suis heureuse d’avoir été malgré moi modifié alors que je n’avais pas encore le droit de prendre la décision. Puis dans les années 1950 c’était le Grand Chirurgien qui prenait seul cette décision. Nous avons évolué depuis. Lorsque j’ai du prendre ma décision, je l’ai prise seule face à moi même. J’ai opté pour une réparation ce qui me semblait plus juste à l’époque puisque une menstruation se produisait tous les 56 jours. Mais je ne connaissais pas les subtilités de ma situation. C’est grâce à des généticiens de nouvelles générations qui mon expliquez ce que je pouvait attendre d’une réparation. Il faut vous dire que l’opération entreprit était en ce qui me concerne 2 chances sur 5 de survit. 12 heures de bloc deux arrêts du cœur dont un de plus de 3 minutes. Je ne regrette rien, mais je souhaite juste une chose le respect de ma condition d’hermaphrodisme ou plutôt celle de mon pseudo-hermaphrodisme puisque je n’appartient pas à un GENRE. Car je ne suis ni L ni G ni B et encore moins T voir Q mais un être humain qui apporte une connaissance dans le respect des autres.

          • Sylvaine TELESFORT a écrit le 19 août 2013

            Tu as tout a fait raison d’évité les antibiotiques, même si moi je pratique la même chose. Mais ici c’était sous forme d’un cliché pour le verre de lait chaud.

          • Chloé Tigre Rouge a écrit le 19 août 2013

            AMIHE, vous agitez le genre comme si c’était un objet ou une théorie idéologique. Ca n’est pas un objet, ni une idéologie. C’est un fait sociologique.

            Vous, Sylvain/e (j’ai vu votre interview dans le Monde), vous semblez être une personne troublée qui a besoin de se définir à travers la médecine, et n’être pas tout à fait sûr/e de ce que vous êtes et de qui vous êtes. Je pense très sincèrement que vous êtes assez mal placé/e pour donner des opinions, vu vos propres difficultés.

            Mutiler (ou modifier, je vous laisse le choix du mot) un organe génital uniquement pour se conformer à une norme sociale, qui plus est avec des risques graves pour la santé de qui on opère, ça doit être consenti par la personne elle-même et non par ses parents ou une autorité médicale. C’est pourtant simple à comprendre, non ?

        • Alexandra a écrit le 19 août 2013

          Mais depuis les années 2000 le mouvement Trans a voulu se comparer à l’hermaphrodisme en utilisant le vocable intersex’ pour leurs donnés des soi-disant droit. –> Ah bon ?? On sait que les inter sont les plus invisibiliséEs par la société. SeulEs quelques ignorantEs peuvent au début vouloir cela. Dans les faits, tout le monde apprend vite que c’est la situation la pire en Droit Français. En tout cas, ici, sur Txy, c’est pas le cas.
          Vincent nous renseigne très bien sur des tonnes de sujets concernant les inter, et nous ne nous substituons pas. Par contre, on a de la chance, car c’est toujours très courtois et jamais agressif.

          [modéré]

          • Nathasha a écrit le 19 août 2013

            [modéré] la parole des inter et des herma appartient a un seul groupe ! et c est pas négociable ni contestable ! [modéré]

        • Alexandra a écrit le 19 août 2013

          Sylvaine… Il y a beaucoup de confusion sur l’utilisation du terme genre. LGB ne sont nullement des genres. T n’est pas un genre non plus mais un état de lequel les genres et agenres sont brassés. Dans le T, il existe des gens genrés, des gens agenrés. Dans T il peut y avoir LGB ou hétéro ou sans sexualité.
          Donc, aller placer les lettres LGB comme définissant le genre est incorrect.
          Quant à Q, c’est la seule lettre qui ait du sens si on la comprend dans sa réalité de “autre”, un peu un deuxième axe dans un repère cartésien si on considère un axe principal sur lequel se situeraient à chaque extrémités F et M.
          Bon… J’arrête la géométrie. :-)

  10. Vincent Guillot a écrit le 18 août 2013

    Bonjour à touTEs,

    Quelques précisions: les éléments que je donne dans la critique de cet article sont ceux de l’OII Germanie mais aussi de nombreuses associations Intersexes (politiques ou de patientEs) des pays germanophones, ce n’est pas juste mon analyse!

    Cette loi reprend le faux “consensus de Chicago” qui fait une distinction entre différentes sortes d’intersexuation et qtipule que les personnes porteuses d’une hyperplasie congénitale des surrénales ne sont pas des personnes intersexuées mais des filles avec un clitoris hypertrophié qu’il faut réduire (excision) et souvent un vagin a “agrandir’ ou “créer”. C’est donc l’inscription dans la loi du droit à mutiler sans le consentement des personnes concernées.
    Par ailleurs le pseudo troisième genre n’est qu’une case que l’on ne coche pas qu’en attendant l’assignation de l’un des deux sexes! Bien sûre il n’y a pas de date limite comme dans d’autres pays (2 ans p/la france) mais nul ne songe à ne pas donner de sexe administratif aux enfants intersexués. C’est pour ça que rien n’est prévu pour les passeports ou à la sécurité sociale par exemple!
    Cette loi est faite pour encadrer légalement les mutilations, c’est une loi réactionnaire et non une avancé ni pour les Inter, ni pour les trans, seulement pour les associations de patientEs et leur parents!

    • Clarisse a écrit le 18 août 2013

      Cher Vincent,
      que suggérez vous au regard de ce que vous nous dites?Car tout ceci est grave, et, pour une non juriste comme moi,il est bien difficile de se faire sa propre opinion.
      J’ ajoute que la cause ou la santé de quiconque ne m’ indiffère aucunement, la cause humaniste,dans sa large et complexe réalité nous concernant toutes et tous.
      Bien à vous

      • Sylvaine TELESFORT a écrit le 19 août 2013

        [modéré]

        En France quelques médecins se sont confrontés en leurs temps ont adopter les principes provenant des Etats-UNIS, comme la loi de 1907 de l’état d’Indiana, mais depuis n’oublions pas que le Général de Gaule les a renvoyé chez eux. Nous les associations d’hermaphrodisme nous nous demandons pourquoi devrions, une nouvelle fois reprendre l’influence des USA. Voyons nos systèmes de protections sociales, En France s’est nettement plus développer. Comparer les deux et décider.

        Une information la Suisse, L’Allemagne, le Danemark, la Finlande et la Suède ont pratiqué la mutilation génitale sur des êtres n’entrant pas dans la norme pré établi par les eugénismes.

  11. Vincent Guillot a écrit le 18 août 2013

    Clarisse, je suggère que vous alliez sur notre site: http://oiifrancophonie.org/ pour vous faire votre propre opinion.

  12. Vincent Guillot a écrit le 19 août 2013

    voici la position de l’OII Allemagne au sujet de cette loi: http://oiieurope.org/bluff-package-for-inter-leaving-sex-entry-open-is-not-an-option/
    (mauvaise traduction automatique)
    Sham paquet pour intersexes: Quitter le sexe ouvert d’entrée n’est pas une option

    Ins – 15 Février 2013 .

    Sur son site Internet, le Bundestag allemand proclame: «À l’avenir, il sera possible de quitter la spécification du genre dans le registre des naissances ouvert pour les enfants qui sont nés sans sexe claire.”

    Cette déclaration suggère que le Bundestag a créé un choix pour les parents d’enfants intersexués à quitter le registre des délinquants sexuels ouvert. En fait, cependant, est la décision:

    “(3) Si l’enfant ne peut être attribué ni à la femelle ni le sexe masculin, l’enfant doit être inscrit dans le registre des naissances sans un tel cahier des charges.”

    Cela signifie, en langage clair, c’est que ce n’est pas un choix mais une obligation.
    Qui détermine qu’un enfant “peut être attribué ni à la femelle ni le sexe masculin»? Conformément à la pratique actuelle: seul médicament. Le pouvoir de définir ce qu’est le sexe et qui est affecté à l’égalité qui reste intacte avec la nouvelle réglementation.
    Dans le même temps, il est extrêmement improbable que les médecins opteraient pour un tel certificat, sauf si les parents poussant fortement pour elle. Le risque de stigmatisation serait en effet très large. Par conséquent contraire, les nouvelles dispositions pourraient encourager les parents et les médecins (potentiels) encore plus pour éviter un enfant «ambiguë» à tout prix (par l’avortement, prénatal «traitement» ou soi-disant disambiguating interventions chirurgicales et / ou hormonal). Si le motif de la nouvelle réglementation est de réduire “Disambiguations” chirurgicale hormonales enfants, il est prévisible que cet objectif ne sera pas atteint.
    Au lieu de laisser l’enregistrement de sexe ouvert à tous, et pas seulement les enfants intersexués, une fois de plus des règles spéciales sont créées, qui produisent des exclusions. Les conditions de vie de la grande majorité des personnes intersexuées ne va pas s’améliorer par la suite.

    Nous avons besoin d’un bout à l’assignation de genre déterminé l’extérieur, la pratique de la sexué normalisation et féminines, ainsi que l’autorité médicale de définition sur le sexe.

    • Chloé Tigre Rouge a écrit le 19 août 2013

      Traduction rapide en français de la bouche :

      On its website, the German Bundestag proclaims: “In the future it will be possible to leave the gender specification in the birth registry open for children who are born without a clear gender.”

      Sur son site, le Parlement Allemand proclame : “à l’avenir, il sera possible de ne pas spécifier la mention du genre dans le registre des naissances (de la laisser ouverte) pour les enfants nés de genre indéterminé.” NdT: je note le mauvais emploi de la notion de genre, la seule chose étant mentionnée sur le registre de naissance étant le sexe, le truc biologique.

      This statement suggests that the Bundestag created a choice for parents of intersex children to leave the sex registry open. In fact, however, is the decision:
      Cette déclaration laisse penser que le Parlement laisse le choix aux parents d’enfants intersexués de ne pas spécifier de suite la mention du sexe. Toutefois, en fait, la déclaration dit :

      “(3) If the child can be assigned to neither the female nor the male sex, then the child should be entered into the register of births without such a specification.”

      “(3) Si l’enfant ne peut être assigné ni au sexe féminin ni au sexe masculin, alors l’enfant doit être inscrit au registre des naissances sans spécifier de sexe.”

      This means in plain language is that it is not a choice but a requirement.

      Cela veut dire, en clair, que ce n’est pas un choix laissé mais une obligation.

      Who determines that a child “can be assigned to neither the female nor the male sex”? According to current practice: Only medicine. The power to define what sex is and who is assigned to which gender remains intact with the new regulation.
      Qui déterminé qu’un enfant “ne peut être assigné ni au sexe féminin ni au see masculin” ? Selon les pratiques actuelles, seule la médecine le peut. Le pouvoir de définir le sexe de telle personne et son assignation à tel genre reste inchangé avec cette nouvelle décision.

      At the same time, it is extremely unlikely that doctors would opt for such a certificate, unless the parents strongly pushing for it. The risk of stigmatization would indeed be very large. Therefore to the contrary, the new provisions could encourage the (potential) parents and doctors even more to avoid an “ambiguous” child at any cost (through abortion, prenatal “treatment” or so-called disambiguating surgical and / or hormonal interventions). If the motive of the new regulation is to reduce surgical-hormonal “disambiguations” of children, it is foreseeable that this goal will not be achieved.
      De même, il est très peu probable que les médecins fassent le choix d’un tel certificat, sans que les parents ne les y incitent fortement. Le risque de stigmatisation serait en effet très important. De ce fait, au contraire, ces nouvelles dispositions pourraient encourager les parents (potentiels), et les médecins encore plus, à éviter à tout prix un enfant “ambigu” (que ce soit par avortement, “traitement” prénatal, traitements hormonaux et/ou chirurgie de détermination sexuelle)

      Instead of leaving sex registration open for all, and not just intersex children, once again special rules are created, which produce exclusions. The living conditions of the vast majority of intersex people will not improve as a result.
      What we need is an end to the externally determined gender assignment, the practice of sexed standardization and mutilation, as well as medical authority of definition on sex.

      Au lieu de laisser la mention du sexe ouverte à modifications pour tous, et non seulement pour les enfants intersexués, une fois de plus, on crée des règles spécifiques qui créent de l’exclusion. De ce fait, les conditions de vie de la grande majorité des personnes intersexuées ne s’amélioreront pas suite à ces dispositions. Ce dont nous avons besoin, c’est l’arrêt de l’assignation du genre par une détermination externe, les pratiques de normalisation génitales et de mutilations, ainsi que de l’arrêt de la décision du sexe par les autorités médicales.

      NdT: Ma traduction n’est pas parfaite mais elle a le mérite d’être un peu plus claire. Ma traduction ne signifie pas non plus que j’adhère à 100% des propos énoncés.

  13. Nathasha a écrit le 19 août 2013

    ce qui gène c est quoi ? que ce ne soit pas ouvert a tous? en verité c est ca le soucis , comment arriver a faire passer la non mention sexe sur les documents en disant c est pas juste pourquoi eux et pas nous c est une exclusion ! (Au lieu de laisser l’enregistrement de sexe ouvert à tous, et pas seulement les enfants intersexués, une fois de plus des règles spéciales sont créées, qui produisent des exclusions.) encore et toujours !!!!!!!!!!!!!

    • Chloé Tigre Rouge a écrit le 19 août 2013

      L’OII est un organisme d’intersexués, qui dit juste “on nous met encore à part et de ce fait on nous précarise”. Ca n’est pas une structure trans qui réclame ça pour les trans. C’est une structure d’intersexués qui dit “on veut une généralisation de la non-mention du sexe dans les documents administratifs”… en effet, ça leur permet de se vivre tels quels sans avoir à subir le choix d’autres.

      • Nathasha a écrit le 19 août 2013

        alors oui dans ce cas il y a une solution simple , qu on propose au intersexué de choisir entre H/F ou rien ! vous êtes inter, vous êtes en mesure de prouver votre intersexualité , dans ce cas vous pouvez choisir !

        alors la je suis pour , ce sera a destination des inter et un choix fait par eux . et d autre diront ah non on va créer une nouvelle case discriminante , il faut le faire pour tous de façon uniforme ! et on en reviens au même point LA FIN JUSTIFIE LES MOYEN , qu on demande a toute personne ayant subis un une intervention de modification génital et étant en mesure de prouver celle ci de choisir ou de donner son avis serait mieux car les structure d intersexué sont remplie de sympathisant et pas beaucoup d inter tout compte fait ! alors comme pour l op d assignation qu on donne le choix a l enfant , pour ce qui est sexe administratif qu on donne le choix a la personne concerné et non pas a un groupe de sympathisant de tel ou tel cause ! et l OII est un organisme d intersexué et de sympathisant d’ ou aucune garanti d être représenter par une personne inter ,ou que les membre soit inter ! car intersexualité est entouré d un flou absolu quand on demande en quoi consiste le terme intersexe et les cause ! on nous dit qu ils y a une multitude de facteur d intersexualité et que l on refuse le dictat médical et le besoin de justification pro patho , donc a la base il n y a pas de dialogue possible avec les autorités médical et gouvernemental car pas de crédibilité lors des actions ! ce qui est d ailleurs assez différent en Amérique ,reste une spécificité en Europe

        • Chloé Tigre Rouge a écrit le 19 août 2013

          En même temps, si on parle de l’Amérique, pas besoin d’être noir pour lutter pour les droits civiques des noirs, ou d’être condamné à mort pour lutter contre la peine de mort.

          De la même façon je pense qu’il peut y avoir des militants sensibilisés à la cause des intersexués pour des raisons autres que l’être soi-même (petit/e ami/e intersexué/e, quelqu’un dans la famille…).

          Ce qu’il faut, c’est surtout éviter la récupération de ces luttes pour servir des objectifs détournés. C’est ce qui se passe avec la récupération par les GQ des L, des B, des T, et maintenant avec leur expansionnisme des I, des Autres, et des Autres que Autres, ce qui nous donne un LGBTQIAAA qui en fait sert surtout à servir les petits intérêts des gays du Marais. (et oui, je suis contre mais ça n’est pas l’objet de ce débat)

          • Nathasha a écrit le 19 août 2013

            et c est ce qui se passe une recup global; des GD et ils volent la parole des I impose leur système et évince toutes personne tenant un autre discours !

          • Alexandra a écrit le 19 août 2013

            +1
            Même si on ne connait pas, il n’est de toute façon pas question de parler “en le nom des inter” mais bien de les défendre.
            Et je défendrai une position impliquant la liberté mais certainement pas une position consistant à mutiler les inter sous prétexte de faire rentrer dans des cases, surtout quand il n’y a aucune maladie dégénérative ou aucune conséquence de santé et de vie pour l’inter lorsqu’on ne touche à rien des ses organes génitaux “non-conformes” (pour la société binaire médicale actuelle, et par extension la société dans son entier).

            Et ce serait bien d’arrêter de parler de récupération. Il n’y aucune récupération, juste une tentative de donner plus de parole aux inter, même si Txy a pour vocation de base la lettre T. Si une asso inter respectueuse veut ouvrir une rubrique complète I, alors nous lui offrirons cette opportunité.

          • Alexandra a écrit le 19 août 2013

            Le +1 est pour le commentaire de Chloé.

            La partie récupération est pour le commentaire de Nathasha.

  14. Nathasha a écrit le 19 août 2013

    plus de parole au inter ? ou ca ! du moment qu on parle c est la curée au non de ceci ou cela ! ou sont les inter ? a par OII qui ne représente pas tout les inters et loin de la ! je ne me mêle pas des affaire T , même si j ai un avis sur ce qui est médical ou psy a ce sujet , alors oui faut penser comme la majorité

  15. Vincent Guillot a écrit le 20 août 2013

    Une rapide analyse d’un juriste spécialisé dans la question Intersexe dans le droit français et européen.

    Voilà une traduction bien meilleure que celle de google :

    “Au cas où l’enfant ne peut pas être mis/rangé/classé ni comme sexe féminin ni comme sexe masculin, cet état personnel doit être inscrit dans les registres de naissance sans cette information.”

    La référence exacte du texte est la suivante : article 6 de la loi du 7 mai 2012 modifiant le § 22 de la loi sur le statut personnel (état civil)

    Par ailleurs, après enquête, j’ai l’impression que la recommandation de la Cour constitutionnelle allemande mentionnée par les différents articles n’existe pas. Il y a eu semble-t-il une confusion du journaliste qui a mélangé deux choses :

    une décision de la cour constitutionnelle allemande de 2011 qui, à propos des unions entre personnes trans’, indique que porte atteinte à leur droit humain le fait que d’exiger d’avoir été stérilisé pour changer de sexe à l’état civil (http://www.bundesverfassungsgericht.de/pressemitteilungen/bvg11-007en.html). Cette décision est particulièrement intéressante par la mise en balance qu’elle opère entre les intérêts des personnes trans’ et de ceux du reste de la société

    – l’avis du comité d’éthique allemand (http://www.ethikrat.org/files/avis-intersexualite.pdf) qui propose au Gouvernement Allemand un ambitieux programme pour améliorer la situation des personnes intersexes et notamment de créer un troisième sexe après avoir écarté l’idée d’un choix libre du sexe ou d’une suppression généralisée du sexe.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -