Position de l’OII Allemagne suite à l’annonce de la loi sur le sexe au registre des naissances

19 août 2013 | Tags: ,

oiiOn its website, the German Bundestag proclaims: “In the future it will be possible to leave the gender specification in the birth registry open for children who are born without a clear gender.”

Sur son site, le Parlement Allemand proclame : “à l’avenir, il sera possible de ne pas spécifier la mention du genre dans le registre des naissances (de la laisser ouverte) pour les enfants nés de genre indéterminé.” NdT: je note le mauvais emploi de la notion de genre, la seule chose étant mentionnée sur le registre de naissance étant le sexe, le truc biologique.

This statement suggests that the Bundestag created a choice for parents of intersex children to leave the sex registry open. In fact, however, is the decision:

Cette déclaration laisse penser que le Parlement laisse le choix aux parents d’enfants intersexués de ne pas spécifier de suite la mention du sexe. Toutefois, en fait, la déclaration dit :

“(3) If the child can be assigned to neither the female nor the male sex, then the child should be entered into the register of births without such a specification.”

“(3) Si l’enfant ne peut être assigné ni au sexe féminin ni au sexe masculin, alors l’enfant doit être inscrit au registre des naissances sans spécifier de sexe.”

This means in plain language is that it is not a choice but a requirement.

Cela veut dire, en clair, que ce n’est pas un choix laissé mais une obligation.

Who determines that a child “can be assigned to neither the female nor the male sex”? According to current practice: Only medicine. The power to define what sex is and who is assigned to which gender remains intact with the new regulation.

Qui détermine qu’un enfant “ne peut être assigné ni au sexe féminin ni au see masculin” ? Selon les pratiques actuelles, seule la médecine le peut. Le pouvoir de définir le sexe de telle personne et son assignation à tel genre reste inchangé avec cette nouvelle décision.

At the same time, it is extremely unlikely that doctors would opt for such a certificate, unless the parents strongly pushing for it. The risk of stigmatization would indeed be very large. Therefore to the contrary, the new provisions could encourage the (potential) parents and doctors even more to avoid an “ambiguous” child at any cost (through abortion, prenatal “treatment” or so-called disambiguating surgical and / or hormonal interventions). If the motive of the new regulation is to reduce surgical-hormonal “disambiguations” of children, it is foreseeable that this goal will not be achieved.

De même, il est très peu probable que les médecins fassent le choix d’un tel certificat, sans que les parents ne les y incitent fortement. Le risque de stigmatisation serait en effet très important. De ce fait, au contraire, ces nouvelles dispositions pourraient encourager les parents (potentiels), et les médecins encore plus, à éviter à tout prix un enfant “ambigu” (que ce soit par avortement, “traitement” prénatal, traitements hormonaux et/ou chirurgie de détermination sexuelle)

Instead of leaving sex registration open for all, and not just intersex children, once again special rules are created, which produce exclusions. The living conditions of the vast majority of intersex people will not improve as a result.
What we need is an end to the externally determined gender assignment, the practice of sexed standardization and mutilation, as well as medical authority of definition on sex.

Au lieu de laisser la mention du sexe ouverte à modifications pour tous, et non seulement pour les enfants intersexués, une fois de plus, on crée des règles spécifiques qui créent de l’exclusion. De ce fait, les conditions de vie de la grande majorité des personnes intersexuées ne s’amélioreront pas suite à ces dispositions. Ce dont nous avons besoin, c’est l’arrêt de l’assignation du genre par une détermination externe, les pratiques de normalisation génitales et de mutilations, ainsi que de l’arrêt de la décision du sexe par les autorités médicales.

NdT (Chloé T): Ma traduction n’est pas parfaite mais elle a le mérite d’être un peu plus claire. Ma traduction ne signifie pas non plus que j’adhère à 100% des propos énoncés.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
1er novembre 2013 : l’Allemagne, premier pays européen à reconnaître un 3ème sexe
Depuis le 1er novembre 2013, l'Allemagne a été le premier pays européen à reconnaître un troisième sexe dans son Etat-Civil. Ce troisième sexe est strictement réservé aux enfants intersexes, c'est à dire nés avec une configuration de l'appareil génital ne permettant pas de dire si l'enfant est une fille ou un garçon. Il ne concerne nullement les personnes trans. Vincent Guillot, fondateur de l'OII en France, explique à quel point la position des enfants intersexe est actuellement intenable et comment ces enfants ...
LIRE L'ARTICLE >>
Intersexués – une nouvelle loi en Allemagne
La ministre allemand de la famille vient de modifier la loi et permet dorénavant aux parents d’enfants intersexués de ne plus devoir indiquer Masculin ou Féminin dans l’Acte de Naissance, laissant ce choix à l’enfant plus tard Das Personenstandsrechtsänderungsgesetz setzt zudem eine Forderung des Deutschen Ethikrates im Bereich der Intersexualität um. Damit wird es erstmals möglich, das Geschlecht intersexueller Menschen im Geburtenregister offen zu lassen. Beide Neuregelungen gehen zurück auf die Initiative der Bundesfamilienministerin. source http://www.bmfsfj.de/BMFSFJ/familie,did=195878.html seul le dernier paragraphe traite du ...
LIRE L'ARTICLE >>
M,F ou vierge : «troisième genre» officiel en Allemagne à partir de Novembre
NDLR : cet article est la traduction d'un article de Spiegel. Lire la position de l'OII >>> ici <<<. L'Allemagne est en passe de devenir le premier pays en Europe à introduire une troisième désignation «indéterminé» pour le sexe sur les certificats de naissance. L'Union européenne, qui tente de coordonner les efforts de lutte contre la discrimination dans tous les États membres, reste à la traîne sur la question. La possibilité de choisir "vierge", en plus des choix standard de «Masculin» ou ...
LIRE L'ARTICLE >>
Toute une histoire – Mon enfant a changé de sexe
Toute une histoire, émission du 28/09/2010 diffusée sur France 2 présentée par Sophie Davant Synopsis : Quand on devient parents, il y a ceux qui veulent connaitre le sexe de leur enfant avant la naissance, et ceux qui préfèrent la surprise. Fille ou garçon, c’est toujours un grand bonheur. Mais imaginez que des années plus tard, votre petit garçon se transforme en fille, ou inversement. Les mères que je reçois aujourd’hui ont connu cette métamorphose de leur enfant… [flv:http://www.txy.fr/videos/toute-une-histoire-2012-09-28-13h55.flv] Invités Carmen : Carmen veut que ...
LIRE L'ARTICLE >>
A l'école des enfants sans sexe / © Mychele Daniau / AFP
Si l'initiative est jugée naïve par un certain nombre de spécialistes, et manque de repères pour d'autres, si de toutes parts on insiste sur le fait que de tels changements de mentalité prennent des années, voire des siècles, il faut bien admettre que la réflexion sur le genre est dans l'air du temps. Exit le "il" et le "elle", certains établissements suédois ont désormais recours à l'éducation indifférenciée. Polémique. Dans la salle de classe, le coin dînette et les petites voitures ont laissé ...
LIRE L'ARTICLE >>
Troisième sexe, redux !
Nous pouvions croire que le jugement en Australie pour la reconnaissance d'un genre neutre était une bonne nouvelle et un outil possible et supplémentaire pour les personnes transgenres et surtout pour les intersexes. Dans un communiqué, la branche australienne de l'Organisation Internationale Intersexes (OII) clarifie sa position et montre au contraire tout le danger de cette décision de justice. Vincent Guillot qui nous avait déjà alerté s'est exprimé à nouveau sur son profil facebook ce matin à ce sujet : Tout d'abord, comment ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le sexe fort, c’est le sexe féminin !
Le sexe fort, c'est le sexe féminin ! Voilà une affirmation fort polémique qui nécessite quelques explications ... Il existe un phénomène génétiquement intéressant dans certaines régions de République dominicaine qui est très révélateur de l'évolution des identités sexuelles. Les Guevedoces sont des enfants nés apparemment femmes et qui plus tard (autour de la puberté) commencent à développer des caractéristiques mâles. Littéralement, guevedoces est un mot qui veut dire "testicules à douze ans". Les guevedoces ont des chromosomes XY, mais à cause ...
LIRE L'ARTICLE >>
Un enseignant d’un lycée privé de Nantes va changer de sexe
Un nouveau témoignage qui peut laisser espérer une progression des esprits vers plus d'ouverture à l'égard des personnes transidentitaires socialement bien insérées? En tout cas un nouvel exemple positif à découvrir! Kiss. NDLR : merci à Nida qui vient de nous envoyer le scan de l'article papier ! Un enseignant du lycée Saint-Stanislas, parti en juin en vacances avec son identité d'homme, devait rentrer mardi devant ses élèves avec sa nouvelle identité de femme, selon une information de Presse-Océan mardi, confirmée auprès de la ...
LIRE L'ARTICLE >>
Fille ou Garçon mon sexe n’est pas mon genre
Réalisateur : Valérie Mitteaux Producteurs : ARTE FRANCE, OSTINATO PRODUCTION, CHAZ PRODUCTIONS Ils sont nés femmes mais vivent aujourd’hui comme des hommes. Portraits croisés de quatre "transboys" ou trans' FtM. Kaleb a une trentaine d’années. Après avoir fait le choix de "transitionner" (passer du féminin au masculin), il participe à des ateliers pour s’approprier sa masculinité. Lynn, lui, n’a jamais suivi de traitement hormonal. Il s’est autoproclamé "homme" et le revendique dans un one-man-show. Miguel, qui a collé des photos du temps où il s’appelait ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le bourlingueur en Thailande : “rencontres avec le 3ième sexe”
« Rencontre avec le troisième sexe » La Thaïlande compte 63 millions d'habitants dont 180 000 transsexuels, vingt fois plus qu'en France. Là-bas, on les appelle des « Katoeys », et la plupart semblent bien intégrées dans la société. Certaines sont mannequins, femmes d'affaires célèbres ou maire de leur village. Comment vivent-elles ? Comment sont-elles acceptées ? Si les Katoeys ont aujourd'hui leur place dans la société thaïlandaise, c'est notamment grâce à la religion bouddhiste, qui considère la transsexualité comme un destin, une ...
LIRE L'ARTICLE >>
1er novembre 2013 : l’Allemagne, premier pays européen à reconnaître un 3ème sexe
Intersexués – une nouvelle loi en Allemagne
M,F ou vierge : «troisième genre» officiel en Allemagne à partir de Novembre
Toute une histoire – Mon enfant a changé de sexe
En suède, à l’école des enfants sans sexe
Troisième sexe, redux !
Le sexe fort, c’est le sexe féminin !
Un enseignant d’un lycée privé de Nantes va changer de sexe
Fille ou Garçon mon sexe n’est pas mon genre
Le bourlingueur en Thailande : “rencontres avec le 3ième sexe”

6 responses to Position de l’OII Allemagne suite à l’annonce de la loi sur le sexe au registre des naissances

  1. Brigitte Goldberg a écrit le 19 août 2013

    En France, sur demande du corps médical, le procureur peut décider de sursoir à l’indication du sexe à l’état-civil pour une durée maximale de deux ans…

  2. Clarisse a écrit le 20 août 2013

    La question qui se pose à moi est de savoir si ce projet de loi est régressif,légalisant toutes les exactions commises depuis des lustres dans ce cas de figure,ou bien s’ il essaie honnêtement de légiférer dans un sens positif,pour que,précisement celà ne se reproduise plus ,par un encadrement légal?.
    Par ailleurs je m’ étonne d’ une telle levée de bouclier contre le corps médical, psychiatrique et psychanalytique.Car s’ il est vrai qu’ il n’ est pas parfait et de pouvoir déplorer nombre d’ exactions,il n’ en demeure pas moins non plus qu’ un immense progrès ,aux effets hautement probants, et positivement humains et révolutionnaires,depuis que ce vieil, génial et courageux autrichien, dans toute son humanité, nous a apporté.L’ ignorer, de par toute sa richesse, c’ est méconnaitre totalement ce sujet,car il fait peur, tristement peur.Mais comment ,faire la part des choses , en se privant de la partie la plus aboutie de cette libération de l’ être ?

  3. Vincent Guillot a écrit le 20 août 2013

    Communiqué de presse de l’OII Francophonie

    admin — 20 août 2013.

    Ces derniers jours plusieurs journaux européens publient des articles titrés : Allemagne, premier pays européen à reconnaître un troisième genre.

    L’Organisation Internationale Intersexe Francophonie joint sa voix à celles de l’OII-Allemagne et de l’OII-Europe et tient à apporter d’importantes précisions au sujet de ces articles mal documentés et pour le moins erronés !

    Cette nouvelle loi allemande ne consiste en aucun cas en la création d’un troisième genre ni en une reconnaissance quelconque des droits humains des personnes intersexes au respect de leur intégrité physique ainsi que de leur auto-détermination.

    Cette loi indique plutôt que les enfants considérés par les médecins comme non proprement «garçons» ou «filles» ne peuvent être classés comme tels dans le registre des naissances. Il ne s’agit donc pas d’une création d’un troisième genre au sein du statut civil, mais bien d’une pratique instaurant une mise «hors sexes» de certaines personnes, et ce d’après le seul jugement des médecins qui conservent leur autorité en matière d’assignation des sexes. Malgré le fait que des enfants aient des corps différents dont les traits sexués sont distincts de quelconque problème de santé, le milieu médical impliqué dans leur prise en charge persiste à les décrire comme des maladies, des anomalies, des désordres ou des troubles. L’angle négatif sous lequel les médecins annoncent l’intersexualité des enfants à leur parents, l’autorité dont ils jouissent en matière de désignation du sain et du malsain, ainsi que la possibilité dont ils disposent toujours de les assigner par la chirurgie et l’hormonothérapie exercent déjà conjointement une vive pression sur les parents pour qu’ils acceptent le bris de l’intégrité physique de leur enfant. Dans un contexte où les droits humains des personnes intersexes ne sont pas reconnus, semblable loi ne mène qu’à une mise hors-statut pour une période de temps indéfinie, ce qui a pour effet d’accentuer la pression à la normalisation des corps des enfants intersexes.

    Cette mesure de non inscription du sexe à l’état civil existe déjà dans de nombreux pays, pour des périodes de temps définies. Pour la France, il s’agit d’une période de deux ans à l’issue de laquelle une détermination doit être effectuée. De fait, cette absence de statut sexuel de l’enfant n’a pas mené à un abandon ou un relâchement des pratiques mutilantes, mais bien à leur poursuite. Les médecins ont souvent mobilisé l’argument de l’impossibilité de l’acceptation sociale et du développement positif des enfants intersexes auprès des parents pour qu’ils acceptent leur normalisation non-consensuelle.

    Cependant il existe des alternatives comme celle choisie par la Suisse qui a fait le choix de ne plus mutiler les enfants intersexués et de reconnaître leur auto-détermination. Il n’est possible de procéder aux opérations que si et quand l’enfant le demande, et ce lorsqu’il est en age de le formuler. En attendant, l’enfant est déclaré dans le sexe le plus probable à l’état civil et des mesures sont prises pour qu’il puisse changer de sexe administratif facilement s’il le demande.
    http://oiifrancophonie.org/231/communique-de-presse-de-loii-francophonie/

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -