« LE SUJET EST LOURD …» (Ben voyons)

22 septembre 2013 | Tags: , , , , , , ,

transleaks

« LE SUJET EST LOURD …» (Ben voyons)

Lettre ouverte à Mesdames Taubira et Vallaud-Belkacem

NDLR : une fois n’est pas coutume, cette lettre, qui sera envoyée demain matin aux Ministres Taubira et Vallaud-Belkacem, est publiée sous un compte anonyme pour protéger le parcours de l’auteure.


« Le peuple colonisé est idéologiquement présenté comme un peuple arrêté dans son évolution, imperméable à la raison, incapable de diriger ses propres affaires, exigeant la présence permanente d’une direction. » (Franz Fanon)

Mesdames,

L’ensemble des amendements concernant les personnes transgenres dans le projet de loi sur l’égalité Hommes-Femmes vient d’être rejeté au prétexte qu’ils constituaient des cavaliers, donc en bon français des « hors- sujet » au sein de cette future loi.

Je tiens à vous faire part d’un peu plus que de mon indignation : il est donc clair que l’égalité des femmes entre elles (trans’ ou non) ou les hommes entre eux (trans’ ou non) ne fait pas partie du projet, strictement réservé aux personnes non-trans, binairement définies et différenciées par la génétique, et rien d’autre, la chose n’est, hélas, pas le premier scandale auquel nous, transgenres soyons confronté-es.

Nous n’en sommes pas autrement surpris-es : lorsque l’an dernier le Groupe 6 avait permis la concertation (?) avec l’ensemble des associations trans’, votre communiqué, Mme Belkacem, n’avait même pas seulement envisagé, ne serait-ce que par décret, en urgence, l’abolition des expertises lors de nos changements d’identité, dont vous avez pourtant pu entendre à l’envi que nous les considérons massivement comme des viols, depuis de nombreuses années.

Nous savons que Mme Bonierbale, présidente de la SOFECT, qui a ses entrées chez vous, (elle s’en est vantée à plusieurs reprises) soutenait leur dispense pour les seules personnes opérées selon les protocoles français, les femmes opérées en Thaïlande restant invitées, à leurs frais, au moins par les tribunaux parisiens, à se déshabiller entièrement, être palpées et mesurées puis se faire fouiller le vagin par des « experts » pour avoir droit à la rectification de leur état civil.

Mais ce n’est pas tout. La proposition 31 de François Hollande comportait la promesse de faire passer dans le droit français la résolution européenne 1728, il est manifeste que c’est tout aussi hors sujet dans vos intentions.

Quelle importance y avait-il à ce que les amendements récemment rejetés passent pour des cavaliers? En quoi cela empêchait-il immédiatement après de déposer une vraie loi en bonne et due forme et conforme à notre dignité ?

Des dizaines de milliers de personnes sont condamnées en France à vivre sans papiers, ou avec des papiers absurdes parce que sans le dire, suivant les caciques de la Cour de Cassation, et ce qu’il faut bien appeler une loi d’exception, notre état-civil est actuellement conditionné par une preuve d’irréversibilité de nos traitements, dont tout le monde sait que les seuls qui sont irréversibles sont les traitement stérilisants.

Lorsqu’une employée aux abois ne conserve son emploi qu’au prix de relations sexuelles non désirées avec son employeur sous la pression du chantage, le viol est qualifié, n’est-ce pas ?

Quand la France reconnaîtra-t-elle qu’en pratiquant le chantage état-civil contre stérilisation, elle pratique ouvertement l’eugénisme, crime contre l’humanité ? N’est-ce pas un peu plus fâcheux et lourd qu’une soi-disant entorse au principe d’indisponibilité ? Quand cesserons-nous de n’être admis-es à la citoyenneté qu’au prix de considérations vétérinaires ?

Pourquoi la liberté de conscience n’est-elle jamais évoquée dans ce débat, en tout cas par vous, vous qui préférez nous traiter de « sujet lourd » pour lesquelles il est manifestement urgent d’attendre (refiler le bébé à la droite aux prochaines élections ? C’est donc ça, l’idée ? )

En ce moment, en dehors de quelques assassins, (dont aucun psychiatre de la SOFECT n’a jamais pris la peine d’étudier la pathologie, bien réelle, elle) la vraie transphobie, vient de l’État – vous en êtes, ces temps-ci – qui refuse l’évidence, et l’objective simplicité du problème, largement débroussaillé de longue date par d’excellents juristes mais que vous n’avez pas le temps de lire. (Philippe Reigné, Magaly Lhotel pour ne citer que ces deux noms-là).

Quant à la SOFECT, elle vient de s’inventer une légitimité universitaire par le biais d’une formation où les personnels médicaux qui après trente ans d’incurie sont toujours incapables d’opérer plus du tiers des trans’ dans des conditions normales dans notre beau pays dicteront la pensée scientifique officielle en France. Savez-vous que nous n’avons qu’ UN SEUL bon chirurgien (14 mois d’attente une fois validé le changement, ce qui peut prendre deux ans ou plus. Tous les autres : 3 à 6 mois, cherchez l’erreur …)

Il suffira d’un tout petit décret discret pour que ces braves gens et leurs disciples soient bientôt -formation diplômante oblige-, les SEULS spécialistes autorisés à traiter les trans’, et le peu de choix de médecins qu’il nous reste sera réduit à zéro.

Je parierais bien que c’est le prochain coup de poignard dans le dos qui se prépare pour nous, loi sur le changement d’identité ou pas.

Heureux alors ceux et celles qui disposeront des milliers d’euros nécessaires pour aller se faire soigner ailleurs.

Bienheureuse SOFECT, autoproclamée société savante, qui n’est pas encore capable à ce jour de publier en français (ni en anglais d’ailleurs) les «Standards de Soins pour la Santé des Personnes Transsexuelles, Transgenres et de Genre Atypique » (WPATH) qui font référence dans le monde entier et qu’elle prétend appliquer (ce qui est a minima un bon gros mensonge, comme la dépsychiatrisation de la transidentité en France, d’ailleurs … )

Un audit des incroyables bourdes médicales passées des équipes hospitalières a-t-il jamais été envisagé ? Comment se fait-il que des psychanalystes (dont on sait depuis Harry Benjamin dans les années 50 qu’ils sont TOUJOURS à côté de la plaque sur cette thématique), continuent à tenir le haut du pavé et influencer des protocoles massivement maltraitants à notre égard ?

Nous, trans’, vivons dans un régime qui relève d’une loi d’exception eugéniste, ainsi que les inter-sexes, pas mieux lotis, subissant régulièrement à la naissance et/ou dans l’enfance des mutilations génitales pour raisons administratives dans le plus complet silence de l’Ordre des Médecins, du Comité d’Éthique, etc, 1/3 de suicides réussis, au final, chapeau, qui osera enfin mettre les pieds dans le plat sur cette tragédie en France ?

Vous avez raison, Madame Taubira, le sujet est lourd, mais il pèse un peu plus depuis des décennies sur nos épaules que sur les vôtres, à mon humble avis.

En 1952, Franz Fanon avait écrit un terrible « Peau noire et masque blanc » ; vous avez manifestement toutes les deux, Mesdames, parfaitement assimilé la position du colon blanc, dominateur et raciste, (eh oui : le mépris des gens à raison d’un de leurs caractères de naissance, ça s’appelle comme ça) et tout dans votre éclatante réussite politique le montre dès que vous parlez de nous.

Nous avons même notre Alexis Carel à nous, ce sont les Cordier, Chiland, Bornierbale, Mercader, Czermak, Frignet, Castel, et consort, qui ont étalé leur mépris de nos personnes pendant des années dans leurs protocoles ou leurs écrits, tantôt par leur compassion bigote, mielleuse et hypocrite, tantôt par un puritanisme d’aliénistes d’un autre âge, malgré leur récente habitude d’éviter en public les mots qui fâchent, comme « psychose, maladie mentale, délire », etc, etc, qui sont, eux – et ça commence à se savoir – internationalement disqualifiés de longue date à notre sujet – (Cf Principes de Jogjakarta, 2007. Rapport Hammarberg, 2009. Résolution 1728 du Conseil de l’Europe, 2010).

Aucune de ces personnes n’a jamais levé le petit doigt en faveur de nos DROITS CIVIQUES.

Aujourd’hui les colonisé-es, c’est nous, le peuple trans’, et vous vous êtes clairement rangées du côté de l’oppresseur, il n’y a rien à dire, l’histoire se répète.

Prochaine étape ? Un 8 au lieu d’un 1 sur nos Cartes Vitales ? Une formation pour dire aux gendarmes d’être polis avec nous quand on leur présentera nos papiers idiots ? Mais de régularisation, digne, simple sans juge et sans médecine forcée, il n’est pas question, voilà ce que nous lisons dans votre comportement récent.

Vous avez peut-être raison : quand l’un-e d’entre nous se suicide après un arrêt de la Cour de Cassation ou l’éviction d’un de ces interminables et humiliants protocoles, c’est bien la preuve que nous sommes fous, la morale est donc sauve, et le législateur débordé peut continuer à s’occuper de choses sérieuses, comme il le fait pour nous avec tant de soin depuis le projet avorté du défunt sénateur Caillavet en 1982. 31 ans déjà, comme le temps passe, la gauche au pouvoir, vous vous souvenez ?

Aujourd’hui je me demande, je VOUS demande : QUI donc tient tellement au maintien dans l’arriération de notre condition et pourquoi ?

Lou, femme XY en butte à la discrimination génétique.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Circulaire sur le changement de sexe à l’état civil
Circulaire de la DACS n° CIV/07/10 du 14 mai 2010 relative aux demandes de changement de sexe à l’état civil. L’attention du ministère de la justice et des libertés a été appelée à de nombreuses reprises sur les difficultés que peuvent rencontrer certaines personnes transsexuelles ou transgenres (c’est-à-dire n’ayant pas subi l’opération de mise en conformité de leurs organes génitaux avec le sexe revendiqué) pour obtenir le changement de leur sexe en marge de leurs actes de l’état civil.
LIRE L'ARTICLE >>
Fille ou Garçon mon sexe n’est pas mon genre
Réalisateur : Valérie Mitteaux Producteurs : ARTE FRANCE, OSTINATO PRODUCTION, CHAZ PRODUCTIONS Ils sont nés femmes mais vivent aujourd’hui comme des hommes. Portraits croisés de quatre "transboys" ou trans' FtM. Kaleb a une trentaine d’années. Après avoir fait le choix de "transitionner" (passer du féminin au masculin), il participe à des ateliers pour s’approprier sa masculinité. Lynn, lui, n’a jamais suivi de traitement hormonal. Il s’est autoproclamé "homme" et le revendique dans un one-man-show. Miguel, qui a collé des photos du temps où il s’appelait ...
LIRE L'ARTICLE >>
Sénat : Le droit des Trans’ attendra – Tous les amendements rejetés !
Après des discussions qui ont vu la ministre Najat Vallaud-Belkacem déclarer que le conseil constitutionnel pourrait y voir des cavaliers législatifs (1), le sénat, qui examinait le projet de loi sur l'égalité entre les hommes et les femmes, a rejeté l'ensemble des amendements sur le changement d'état civil des trans' ainsi que celui sur l'introduction de la notion d'identité de genre. Ces discussions avaient pourtant bien débuté avant hier, lundi 16 septembre 2013, avec la prise de paroles de trois sénatrices ...
LIRE L'ARTICLE >>
Des associations trans appellent à un rassemblement MERCREDI 25 SEPTEMBRE à 19H devant le PS
(Communiqué de Presse) Des associations trans et leurs alliéEs appellent à un rassemblement MERCREDI 25 SEPTEMBRE à 19H devant le siège du Parti Socialiste, aux côtés du Collectif OUI OUI OUI ! Droits des personnes trans : le Parti socialiste au pouvoir doit respecter ses engagements et ses promesses ! Démédicalisation et déjudiciarisation du changement d’état civil pour les personnes trans ! Accès à la PMA pour toutes les personnes y compris les trans ! Nous nous associons aujourd’hui au collectif OUI ...
LIRE L'ARTICLE >>
Loi AB 1266 de protection des jeunes transgenres à l’école… La Californie nous montre la voie !
(Communiqué de Presse A.N.T. / 14 aout 2013) La loi permettant aux couples homosexuels de se marier en France a été saluée à juste titre comme une avancée importante. Elle ne doit cependant pas occulter les questions non résolues, en particulier les droits des personnes transgenres, le groupe humain le plus opprimé de toute la communauté LGBT française. Pour les personnes transgenres, l’espoir est d’abord venu d’Argentine, où a été votée en 2012 la première loi au monde de protection de la ...
LIRE L'ARTICLE >>
Sénat – Un manque de courage politique, des amendements catastrophiques !
Actuellement en discussion au Sénat dans le cadre de la loi Égalité Femmes - Hommes, des amendements ont été déposés par différentes sénatrices hier en fin de journée, amendements relatifs à l'identité de genre et à la procédure de changement d'état civil (CEC). Voici la liste des amendements déposés : - 79 et 80 (UCI / Jouanno) - 92 (PS / Blondin et Meunier) - 130 (Écologistes) - 154 (Communistes) - 169 (Écologistes) Et de façon plus indirecte : - 74 (UCI / Jouanno) - 56 (Communistes) - 136 (Communistes) Une ...
LIRE L'ARTICLE >>
Parcours de Transition
COGIATI - questionnaire combiné d’Identité de Genre et de Transsexualité en ligne. SoFECT - la Société Française d’Études et de prise en Charge du Transsexualisme a pour objet de réunir les professionnels de la prise en charge en France des problèmes relatifs à l’identité de genre. Parcours de Transition MtF Parcours de Transition FtM Nous vous conseillons un site très complet sur le sujet ici. ► Le mode d'emploi ultime pour une transition réussie et rapide ! ► Trans Aide - Guide de Transition ► Changement d'état-civil ...
LIRE L'ARTICLE >>
Collectif Existrans – Communiqué de Presse – Une loi et vite !
Démédicalisation et déjudiciarisation du changement d'état civil pour les personnes trans : après l'avis de la CNCDH, le parti socialiste au gouvernement doit plus que jamais tenir ses engagements : une loi et vite ! Le 20 mars 2006, à la suite d’une occupation du siège du PS par Act-Up Paris, François Hollande répondait par courrier : "Il me semble donc indispensable qu’un nouveau prénom d’usage puisse être attribué plus facilement, et que les documents administratifs qui doivent être produits dans ...
LIRE L'ARTICLE >>
(A.N.T.) MANIFESTATION EXISTRANS DU 20 OCTOBRE 2012
MANIFESTATION EXISTRANS DU 20 OCTOBRE 2012 : UNITE POUR LE DROIT AU CHANGEMENT D’ETAT CIVIL LIBRE ET GRATUIT ! Pour la première fois depuis sa création, en 2004, l’Association NationaleTransgenre (A.N.T.) appelle à la 16eme édition de la marche Existrans du samedi 20 octobre. Contrairement aux années précédentes, où la plate-forme revendicative se refusait encore à revendiquer le droit au changement d’état civil libre et gratuit, l’Existrans soutient aujourd’hui clairement ce droit sous le slogan « Des papiers si je veux, ...
LIRE L'ARTICLE >>
Programme d’actions gouvernemental contre les violences et les discriminations
Programme d’actions gouvernemental contre les violences et les discriminations commises à raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre (31 octobre 2012). Des groupes de travail ont eu lieu au ministère du droit des femmes ces dernières semaines. Nous nous faisons l'écho du programme de lutte contre les discriminations LGBT qui devrait être mis en place ces prochains mois. A diffuser très largement ! L’orientation sexuelle, réelle ou supposée, motive aujourd’hui encore trop souvent la moquerie, l’insulte ou l’agression. En France, d’après les ...
LIRE L'ARTICLE >>
Circulaire sur le changement de sexe à l’état civil
Fille ou Garçon mon sexe n’est pas mon genre
Sénat : Le droit des Trans’ attendra – Tous les amendements rejetés !
Des associations trans appellent à un rassemblement MERCREDI 25 SEPTEMBRE à 19H devant le PS
Loi AB 1266 de protection des jeunes transgenres à l’école… La Californie nous montre la voie !
Sénat – Un manque de courage politique, des amendements catastrophiques !
Parcours de Transition
Collectif Existrans – Communiqué de Presse – Une loi et vite !
(A.N.T.) MANIFESTATION EXISTRANS DU 20 OCTOBRE 2012
Programme d’actions gouvernemental contre les violences et les discriminations

61 responses to « LE SUJET EST LOURD …» (Ben voyons)

  1. Kim Syl a écrit le 22 septembre 2013

    Bonjour
    J’ai lu dans votre article ceci :
    “quand l’un-e d’entre nous se suicide après un arrêt de la Cour de Cassation”
    Est-il possible d’avoir plus d’information ? Car suivant régulièrement la question trans, je n’ai vu nul part ailleurs une telle information.
    Merci

    • Trans-leaks a écrit le 22 septembre 2013

      réponse de lou:

      Qu’il s’agisse d’un arrêt de la cour de Cassation, ou d’une cour d’appel appliquant servilement ses consignes, est-ce très important, quand on en arrive là?
      les cas existent, mais vous n’attendez pas que la Justice en tienne le compte méticuleux ?
      Ces gens n’ont pas connaître **** des conséquences*** inhumaines de leurs décisionS …
      Ne faites pas semblant de vouloir débattre si vous n’avez rien d’autre à dire.

    • Alexandra a écrit le 22 septembre 2013

      Je fais pointer vers Act Up Paris pour ceci :

      http://www.actupparis.org/spip.php?article5203

      “Cette année à Limoges, Karima Sidiki s’est suicidée : opérée en France, on lui avait refusé ses papiers, et cela malgré la condamnation de la France par la Cour européenne des Droits Humains.”

    • Alexandra a écrit le 22 septembre 2013

      N’ayant pas vu la réponse de Nathasha au moment de la rédaction de mon commentaire, ajouter à ce que j’ai pointé son info que j’ai déjà d’ailleurs entendue à plusieurs reprises.
      Il est rare qu’il y ait de la fumée sans feu.

  2. Chloé Tigre Rouge a écrit le 22 septembre 2013

    Frignet, pas Freignet. (typo à corriger)

  3. Nathasha a écrit le 22 septembre 2013

    “les femmes opérées en Thaïlande restant invitées, à leurs frais, au moins par les tribunaux parisiens, à se déshabiller entièrement, être palpées et mesurées puis se faire fouiller le vagin par des « experts » pour avoir droit à la rectification de leur état civil.” c est pareil pour toutes op en France j ai eu mon expertise en décembre 2012 dans des condition similaire et pour recadrer vos propos , il s agit d un examen gynécologique classique comme en subisse des millier de femme chaque jour en France

    je n ai pas envie de commenter plus loin ce papier qui n est qu une tissus de raccourcie niant le travail effectué depuis plus d un ans avec les consultation parlementaire et le travail de concertation avec le CNCDH ,

    de ce fait et dans ce contexte je me désolidarise de toutes action d information dans une page ou il me serait reprocher , mes contact avec certaine personne du gouvernement ( encore Hier a l occasion de la fête de la rose a L’Arbresle. ou Madame NVB était présente ainsi que le comité HES !) ou encore avec la présidente de la sofect avec qui nous travaillons régulièrement et qui est loin d être ce que vous en dites

    vous préférez un amendement révocable par la prochaine majorité sur simple consultation parlementaire a une loi qui traitera tout les aspect de la transidentité et pour laquelle un passage devant les deux assemblée serait obligatoire pour la révoquer ! c est assez simple a comprendre mais pour cela il ne faut pas réfléchir sur la colère et donc voir a long terme

    Travailler a l élaboration d un projet consiste a rencontrer toutes les mouvance traitant du sujet ! et désolé de vous décevoir ce ne sont pas des monstre comme vous le laisser entendre , ce sont des gens de conviction différente des vôtres c est tout , mais leur avis est a prendre en compte , n oublions pas que le certificat psy est encore de mise dans la totalité des pays pratiquant la SRS a tel point que depuis 2012 la Thaïlande et le canada en demande 2 ! vous me répondrai la France dois montrer l exemple ca ce sera la futur loi qui le dira ! car une loi dois composer avec l ensemble des courant représentatif du pays ceci est une démocratie !

    pour ce qui est de Hammarberg ce ne sont que des recommandation comme le conseille de l Europe en fait plusieurs dizaine chaque année et dont très peut sont suivies d effet alors arrêter de traiter cela comme l évangile ce document n a aucune valeur juridique dans aucun des pays signataire il s agit d une base de travail a l attention des états membre arrêter de lui donner plus de valeur qu il n en a !

    regarder ce qui c est passer pour Yokarta dernièrement

    quant a “quand l’un-e d’entre nous se suicide après un arrêt de la Cour de Cassation” j espère que vous ne faite pas référence a Karima , car dans ce cas je suis en mesure de démonté vos argument , effectivement c était une de mes amies très cher , nous avons eu notre SRS ensemble et nous étions très proche , et son geste n est pas imputable uniquement a une cours de justice mais plus largement a l époque a la communauté Trans en recherche de virginité qui rejeter Les Trans Pute ! notre seule soutien fut Cabiria oui je le dis et je le défendrai la communauté trans est responsable de son geste a la même hauteur que la justice !

  4. yukarie a écrit le 22 septembre 2013

    j’ai été très impressionnée par la qualité (la forme et le fonds) de la lettre ouverte.

    J’ai été encore plus impressionnée par ta réponse , Nathasha.
    Cet apport au débat, construit et étayé (ce que tu fais trop rarement à mon goût car j’ai besoin d’avoir de vrais arguments ) , montre que tu es indispensable ici, Nathasha.

    Mais maintenant, je ne sais plus que penser. Je fais partie de ces gens qui donnent raison à la dernière personne qui a parlé , et je n’en ai plus honte : c’est simplement qu’il me manque des arguments pour départager les deux points de vue.

  5. Brigitte Goldberg a écrit le 22 septembre 2013

    Lu sur le site du Ministère : “Cet impératif de sécurité juridique est aussi celui qui a conduit le gouvernement à demander le retrait des amendements relatifs à la procédure d’état civil en cas de changement de sexe, tout en s’engageant sur un calendrier précis sur cette question.” Un calendrier précis ? La bonne blague ! Il n’y a aucune info sur le projet de loi de de simplification des procédures judiciaires du ministère de la justice pour 2014 !

  6. AlexMec a écrit le 22 septembre 2013

    Je tiens à vous faire part d’un peu plus que de mon indignation : il est donc clair que l’égalité des femmes entre elles (trans’ ou non) ou les hommes entre eux (trans’ ou non) ne fait pas partie du projet, strictement réservé aux personnes non-trans, binairement définies et différenciées par la génétique, et rien d’autre, la chose n’est, hélas, pas le premier scandale auquel nous, transgenres soyons confronté-es.

    La moutarde commence sérieusement à me monter au nez, là… Vous ne croyez pas que dans un pays où on en est encore réduit à devoir passer des LOIS pour OBTENIR quelque chose d’aussi BASIQUE que L’EGALITE HOMME-FEMME, il est de très mauvais goût de venir pleurer parce qu’on n’a pas encore examiné votre cas très rare et très à part?

    l’abolition des expertises lors de nos changements d’identité, dont vous avez pourtant pu entendre à l’envi que nous les considérons massivement comme des viols,

    NON! NON NON NON! Une expertise gynécologique consentie, aussi brutale, disrespectueuse et humiliante soit-elle, n’est PAS UN VIOL! En utilisant ce genre de vocabulaire alors que vous vous adressez A DES FEMMES CIS, qui ont donc TOUTES subies des examens gynécologiques, et dont fatalement (d’après les statistiques) certaines d’entre elles ont probablement AUSSI subi des violences sexuelles, vous ne faites que vous décrédibiliser massivement en exposant votre égocentrisme.

    les femmes opérées en Thaïlande restant invitées, à leurs frais, au moins par les tribunaux parisiens, à se déshabiller entièrement, être palpées et mesurées puis se faire fouiller le vagin par des « experts » pour avoir droit à la rectification de leur état civil.

    Et? Bienvenue dans le monde des femmes! Vous vouliez en faire partie, vous y êtes! Se foutre à poil (moitié haute, moitié basse, ou la totale) devant des gens qu’on n’a parfois jamais vus avant, fait partie INTEGRANTE de la vie d’une femme: mammographies, examens gynécologiques, et ainsi de suite. Et puis je trouve très hypocrite la façon dont vous vous plaignez de devoir être examinée par des experts, alors que si vous en êtes là, c’est quand même bien parce que vous vous êtes foutue plus qu’à poil devant des chirurgiens et toutes leurs équipes, non?

    Qu’on ne s’y trompe pas: je suis bien d’accord que vous ne devriez PAS avoir à être examinée par ces “experts” DU TOUT. Les certificats de vos médecins habituels, et en particulier de vos chirurgiens et du gynéco qui vous suit depuis, devraient absolument être suffisants. Ce n’est pas ce point que je combats. C’est votre façon d’exprimer votre colère, qui nie l’expérience habituelle des femmes cis, en prétendant que quelque part c’est pire pour vous. Non, non ça ne l’est pas. Et quand vous vous adressez à des femmes cis en disant que c’est horrible d’être traitée comme elles le sont depuis leur enfance… Ben, vous n’êtes pas crédible.

    Quelle importance y avait-il à ce que les amendements récemment rejetés passent pour des cavaliers? En quoi cela empêchait-il immédiatement après de déposer une vraie loi en bonne et due forme et conforme à notre dignité ?

    Je n’ai pas de mot devant l’étendue de votre égoïsme et égocentrisme. Risquer de remettre en cause l’ensemble de la loi sur l’égalité homme-femme juste pour vous faire plaisir… Dites-moi que j’hallucine O.O !?

    Des dizaines de milliers de personnes sont condamnées en France à vivre sans papiers, ou avec des papiers absurdes

    Oui, mais beaucoup d’entre eulles se démerdent très bien et ne se considèrent sûrement pas comme étant sous le coup d’une “condamnation”. Je connais plusieurs FtMs qui n’apprécieraient PAS DU TOUT la façon très cavalière dont vous les utilisez dans vos statistiques alors qu’ils ne considèrent nullement cette histoire de papiers absurdes comme étant un traumatisme ou un empêchement à vivre leur vie comme ils le souhaitent.

    Lorsqu’une employée aux abois ne conserve son emploi qu’au prix de relations sexuelles non désirées avec son employeur sous la pression du chantage, le viol est qualifié, n’est-ce pas ?

    ENCORE cette utilisation très cavalière du VIOL! On arrête, on arrête TOUT DE SUITE!

    Quand la France reconnaîtra-t-elle qu’en pratiquant le chantage état-civil contre stérilisation, elle pratique ouvertement l’eugénisme, crime contre l’humanité ?

    Après le viol, l’eugénisme… Vous êtes toujours aussi à côté de la plaque. L’eugénisme est un ensemble de pratiques délibérées visant à modifier le patrimoine génétique humain. L’ENSEMBLE du patrimoine génétique humain, pas juste vos petits gènes à vous, qui d’ailleurs se sont souvent DEJA reproduits avant la transition – et, point encore plus important, qui seraient laissés libres de se reproduire encore et encore s’il n’y avait eu transition. Donc non, ce n’est pas de l’eugénisme si le but n’est pas d’empêcher à tout prix toute une population de se reproduire.

    Quand cesserons-nous de n’être admis-es à la citoyenneté qu’au prix de considérations vétérinaires ?

    Pardon? Vous avez toujours des papiers, que je sache? TouTEs les trans conservent leurs papiers et leur citoyenneté, à tout moment de leur transition! Juste parce que ces papiers ne disent pas ce que nous voudrions qu’ils disent ne veut pas dire qu’ils n’existent pas. Nous SOMMES, TOUTES ET TOUS, des CITOYEN-NE-S! J’ajoute donc “les VRAIS sans-papiers” à la liste des personnes que vous insultez avec votre égoïsme.

    Pourquoi la liberté de conscience n’est-elle jamais évoquée dans ce débat,

    Parce que cette liberté de conscience est un LUXE, et que cette loi est à propos des besoins BASIQUES. Demander qu’il soit possible d’obtenir gratuitement et facilement de mettre un F sur vos papiers, alors que les femmes cis en sont encore à devoir accepter d’être systématiquement moins payées que les hommes, c’est la définition même de l’exigence déplacée.

    En ce moment, en dehors de quelques assassins, (dont aucun psychiatre de la SOFECT n’a jamais pris la peine d’étudier la pathologie, bien réelle, elle)

    Heu beu quoi O.o ?? Qu’est-ce que ça a à voir avec quoi que ce soit?? En quoi est-ce que quelqu’un qui s’auto-définit comme un spécialiste de la question trans, manque à ses devoirs supposés en n’étudiant pas la pathologie meurtrière d’assassins??? C’est du grand n’importe quoi…

    la vraie transphobie, vient de l’État – vous en êtes, ces temps-ci – qui refuse l’évidence, et l’objective simplicité du problème, largement débroussaillé de longue date par d’excellents juristes mais que vous n’avez pas le temps de lire.

    Etes-vous donc télépathe, pour savoir ce qu’il se passe dans la tête des gens, et ce qu’elles ont ou pas lu?

    Savez-vous que nous n’avons qu’ UN SEUL bon chirurgien

    Parce que les seulEs trans qui comptent sont les MtFs, tout le monde sait ça – et vlan pour l’égalite homme-femme. Faudrait que quelqu’un se décide à faire une loi là-dessus, un jour…

    Il suffira d’un tout petit décret discret pour que ces braves gens et leurs disciples soient bientôt -formation diplômante oblige-, les SEULS spécialistes autorisés à traiter les trans’, et le peu de choix de médecins qu’il nous reste sera réduit à zéro.

    Mais oui bien sûr. C’est pas comme si les Ordres de Médecins existaient, ou comme si à partir du moment où une formation est reconnue comme indispensable pour exercer, alors n’importe quels autres universités ou instituts peuvent la proposer du moment qu’ils respectent le cahier des charges qui la définit, pour ne mentionner que deux énormes trous dans ce scénario aussi absurde qu’apocalyptique.

    Je parierais bien que c’est le prochain coup de poignard dans le dos qui se prépare pour nous, loi sur le changement d’identité ou pas.

    C’est sûr que ça va inciter les politiques à nous prendre au sérieux, ce genre de remarques paranoiaques…

    ce qui est a minima un bon gros mensonge, comme la dépsychiatrisation de la transidentité en France, d’ailleurs …

    Notre ALD est-elle ou n’est-elle pas sortie des ALDs 23?

    Un audit des incroyables bourdes médicales passées des équipes hospitalières a-t-il jamais été envisagé ?

    Qui l’ordonnerait? Qui le ferait? Avec l’argent de qui? Et surtout: dans quel but?

    Comment se fait-il que des psychanalystes (dont on sait depuis Harry Benjamin dans les années 50 qu’ils sont TOUJOURS à côté de la plaque sur cette thématique), continuent à tenir le haut du pavé et influencer des protocoles massivement maltraitants à notre égard ?

    Et ça, ça regarde le gouvernement… comment, exactement? Ce problème est un dysfonctionnement interne au monde psychiatrique français; ce n’est pas au gouvernement de le régler.

    Nous, trans’, vivons dans un régime qui relève d’une loi d’exception eugéniste, ainsi que les inter-sexes, pas mieux lotis, subissant régulièrement à la naissance et/ou dans l’enfance des mutilations génitales pour raisons administratives dans le plus complet silence de l’Ordre des Médecins, du Comité d’Éthique, etc, 1/3 de suicides réussis, au final, chapeau, qui osera enfin mettre les pieds dans le plat sur cette tragédie en France ?

    Ooooh, bel amalgame entre les trans et les intersexes, laissant savamment le trouble sur quel groupe est concerné par ce “1/3 de suicides réussis”. Perso, je trouve cette technique fondamentalement dégoutante, et je rajoute “les Intersexes” à la liste des groupes que vous utilisez tout en les méprisant dans votre croisade complètement égocentrique.

    En 1952, Franz Fanon avait écrit un terrible « Peau noire et masque blanc » ; vous avez manifestement toutes les deux, Mesdames, parfaitement assimilé la position du colon blanc, dominateur et raciste, (eh oui : le mépris des gens à raison d’un de leurs caractères de naissance, ça s’appelle comme ça) et tout dans votre éclatante réussite politique le montre dès que vous parlez de nous.

    De mieux en mieux… Alors primo: non, “le mépris des gens à raison d’un de leurs caractères de naissance” ne s’appelle pas le racisme, mais la discrimination. Le racisme, comme son nom l’indique, c’est quand cette discrimination est fondée sur la race en général (couleur de peau, ethnie, traits physiques, etc…)

    Deuxio: ces deux femmes ne sont parvenues au gouvernement qu’à cause de lois comme celle qui était au vote cette fois-ci. En particulier, sans la loi sur la parité, elles seraient plus que probablement toujours en touche, travaillant dans l’ombre de leur ministre masculin. Ceci expliquerait, peut-être, je sais pas vraiment, pourquoi elles se sont montrées si acharnées à protéger cette loi sur l’égalité homme-femme et à éviter tout ce qui pourrait la compromettre? Non?

    Et tertio: ces deux femmes de couleur sont au gouvernement A CAUSE du racisme français! On appelle ça de la discrimination positive, même si en France c’est légalement interdit, et c’est une spécialité du PS: à choisir entre une personne sans couleur et une personne de couleur de même qualité et potentiel, ils vont souvent choisir la personne de couleur pour favoriser la lutte contre le racisme au niveau national (ben oui, parce que voir quelqu’un de sa propre couleur devenir ministre, il parait que c’est bon pour le moral des mômes de couleur qui subissent le racisme au quotidien – tout comme voir une femme devenir ministre renforcerait la confiance en soi des filles. Etonnant, hein!?)

    Alors ce paragraphe que j’ai cité? Un véritable concentré de m…. raciste, sexiste, et égocentrique.

    Aujourd’hui les colonisé-es, c’est nous, le peuple trans’,

    Nous ne sommes pas colonisé-e-s. C’est juste que certaines d’entre vous, Mesdames les MtFs sans couleur et sans handicap, découvrez ce que c’est que d’être discriminé au quotidien. Bienvenue dans le monde des femmes cis, des gens de couleur, des handicapés, et de toutes les autres catégories de gens discriminés dans leur propre pays, par leurs propres concitoyens.

    Une formation pour dire aux gendarmes d’être polis avec nous quand on leur présentera nos papiers idiots ?

    Mes papiers ne sont pas idiots, merci bien! Et à en croire un sujet de forum que j’ai lu ici-même pas plus tard qu’hier, les gendarmes sont déjà polis avec nous.

    Mais de régularisation, digne, simple sans juge et sans médecine forcée, il n’est pas question, voilà ce que nous lisons dans votre comportement récent.

    Autrement dit: “Tant que vous ne faites pas exactement ce que JE veux, vous êtes mes ennemies.” Dans le genre immature et égoiste, ça se pose là, comme raisonnement.

    le législateur débordé peut continuer à s’occuper de choses sérieuses, comme il le fait pour nous avec tant de soin depuis le projet avorté du défunt sénateur Caillavet en 1982.

    Parce que c’est bien connu: nous sommes le SEUL sujet sérieux dont le législateur a à s’occuper. C’est pas comme si on en était encore à se battre pour obtenir, oh, je sais pas, L’EGALITE HOMME-FEMME !?

    Aujourd’hui je me demande, je VOUS demande : QUI donc tient tellement au maintien dans l’arriération de notre condition et pourquoi ?

    Erreur logique de base: juste parce nous ne sommes pas leur priorité, ne veut nullement dire qu’elles sont heureuses de notre situation actuelle, et encore moins qu’elles veulent la maintenir.

    En résumé, je poserai mon propre diagnostic sur le genre de personne qui peut écrire un tel ramassis d’absurdités et d’horreurs égocentriques: Syndrome de Caliméro.

    • AlexMec a écrit le 22 septembre 2013

      PS: je suis manifestement énervé, mais il n’en reste pas moins que je suis tout à fait ouvert à la discussion. Si j’ai dit une connerie, alors dites-moi où, et expliquez-moi pourquoi et comment c’est une connerie. J’écouterai, ça je peux le promettre.

      • Alexandra a écrit le 22 septembre 2013

        Je peux ? Dis ? Dis ? Dis ? Je peux ? Je peux ? Vraiment ? 😀

        Je relirai tout à tête reposée car c’est dense. Mais mon œil a accroché l’histoire des papiers d’identité.

        Je mets un bémol. Il ne faut pas perdre de vue que bien des filles se sont retrouvées dans des situations de merde (et je suppose aussi des gars, j’ai moins d’infos…) en allant chercher un simple recommandé. Ca s’est même fini au poste pour plus d’une d’entre elles parce que la photo ne correspondait plus du tout.

        Et puis comme je suis gentille, je mets un bémol sur le bémol. Même sans Acte de Notoriété, rien n’empêche de changer l’ensemble des papiers d’identité (surtout la CNI et le Permis de Conduire) parce que la photo ne correspond plus à sa physionomie. C’est inscrit dans la loi et ça permet d’avoir des papiers qui nous correspondent. Mais beaucoup de trans refusent même cette simple démarche pourtant gratuite par pure fierté car “tant que j’ai pas mon CEC, je toucherai pas mes papiers ! Na !”.

        Le sujet est en effet compliqué.

        Il y a aussi le point de l’expertise… Elles sont très hard de toute évidence et surtout menées avec apparemment un non-respect de la trans (Je parle toujours côté MtF) et en plaçant du “Monsieur” partout. Mais bon… En même temps l’expert… expertise pour dire “C’est une femme” ou “Non. Ce n’est pas une femme”. Donc, au moment où il expertise, il se fonde sur l’Etat-Civil de la personne qu’il a en face, sinon il prendrait le pas sur le juge qui lui demande cette expertise et il y aurait en Droit ce qu’on appelle un vice de forme. Ce qui est soulevé par XXXXX est la violence morale (et parfois aussi la violence physique) avec laquelle sont menés ces examens. C’est cela qui est anormal et qui peut en effet s’apparenter à un viol. En effet, l’examen n’est pas consenti et est fait sous la pression de la Justice. Il n’est pas le fait de la demande de la trans (du trans) et peut être très traumatisant du fait de ce caractère forcé, et de la violence avec laquelle il peut parfois être mené. Le terme n’est pas forcément trop fort.

        Pour ma part, j’ai eu mon CEC sans expertise, dans le premier Jugement et donc sans Appel et encore moins de pourvoi en Cassation de fait. Nous ne sommes pas touTEs touchéEs par les expertises.

        Pour les autres points, je reviens plus tard, s’il y a lieu. Il faut que je relise ce que tu as dit dans le détail, en déparasitant la partie “chui en pétard”, pour ne garder que le message de réponse. :-)

        Alex
        PS : Et puis moi ça me va vachement bien d’être au même niveau que toutes les femmes. J’ai pris le package complet sans voir de notion d’avantage ou d’inconvénient. 😀 D’ailleurs, j’ai déjà eu quatre examens gynécologiques parfois profonds par ma gynéco dans le cadre du suivi post-opératoire, et même si ce n’est pas très agréable, ça reste un examen pour voir si ma santé va bien. Donc, je le prends comme quand on me fait une prise de sang. Je ne le vois pas plus invasif que ça. Je dois d’ailleurs prendre rendez-vous pour une visite de contrôle à N+2 de la SRS. C’est important. Et je peux dire que c’est même moi qui demande cet examen.

        • AlexMec a écrit le 22 septembre 2013

          Honnêtement, je ne réfute rien de ce que tu as dis 😉

          Il ne faut pas perdre de vue que bien des filles se sont retrouvées dans des situations de merde (et je suppose aussi des gars, j’ai moins d’infos…) en allant chercher un simple recommandé. Ca s’est même fini au poste pour plus d’une d’entre elles parce que la photo ne correspondait plus du tout.

          Je le reconnais volontiers. Ce n’est pas moi qui vais nier que quand on ne ressemble plus à la photo sur les papiers, on se retrouve dans une espèce de no man’s land où les choses peuvent très vite dégénérer. Donc ça, d’accord. Mais de là à dire qu’on est des sans-papiers ou qu’on n’est plus des citoyenNEs, il y a quelques énormes pas que je refuse de franchir.

          Ce qui est soulevé par XXXXX est la violence morale (et parfois aussi la violence physique) avec laquelle sont menés ces examens. C’est cela qui est anormal et qui peut en effet s’apparenter à un viol.

          On est d’accord.

          En effet, l’examen n’est pas consenti et est fait sous la pression de la Justice. Il n’est pas le fait de la demande de la trans (du trans) et peut être très traumatisant du fait de ce caractère forcé, et de la violence avec laquelle il peut parfois être mené. Le terme n’est pas forcément trop fort.

          Il n’est pas trop fort *pour une personne donnée*. Chez les femmes cis aussi, il existe de nombreuses personnes qui vivent tout examen gynécologique comme un viol, pour toutes sortes de raisons. Mais ce n’est pas systématique, et je doute que ça le soit (systématique) pour les femmes trans.

          Qu’on parle de traumatisme, oui, absolument. Qu’on explique que pour certaines, cet examen a été ressenti litérallement comme un viol, oui, puisque c’est vrai. Mais qu’on laisse entendre que cet examen est quasi-systématiquement apparenté à un viol? Non. Le concept de viol est trop facilement galvaudé, et ceci en est un exemple à mes yeux. (D’ailleurs, en sous-entendant que toutes les trans qui y passent le ressentent comme un viol, on efface de fait le traumatisme spécifique de celles qui l’ont réellement vécu comme un viol, et qui ont donc besoin d’une aide spécifique. C’est une conséquence typique de l’utilisation du mot “viol” pour désigner des choses qui n’en sont pas.)

          Et puis moi ça me va vachement bien d’être au même niveau que toutes les femmes. J’ai pris le package complet sans voir de notion d’avantage ou d’inconvénient.

          Je ne m’attendrais pas à moins que ça de ta part 😉

          Donc, je le prends comme quand on me fait une prise de sang. Je ne le vois pas plus invasif que ça.

          Alors tu le prends mieux que beaucoup de femmes cis 😀

          • Alexandra a écrit le 22 septembre 2013

            Alors tu le prends mieux que beaucoup de femmes cis 😀

            Oui. C’est ce que mes copines me disent ! 😀

        • Alexandra a écrit le 22 septembre 2013

          … Un point important par rapport à mon CEC et sa résolution sans expertise gynécologique…
          J’avais demandé à mon endocrinologue-gynécologue de réaliser un examen génital et de témoigner, avec sa carte de l’Ordre des Médecins jointe en copie, que en m’auscultant au niveau de mon appareil génital, elle voyait bien un appareil génital féminin. Connaissant la problématique actuelle où souvent on veut que la trans soit opérée pour lui donner son CEC (j’y peux rien. C’est comme ça, même si quelques chanceuses ont réussi à avoir leur CEC sans opération, ce qui est génial mais reste l’exception), j’avais pris les devants en me soumettant à un examen de la sorte mais avec une personne de confiance, douce et respectueuse en la personne de ma gynécologue.

          Tant qu’aucune loi n’existe, pour les trans opérées (Je parle toujours côté MtF), n’hésitez pas à faire un examen gynécologique spécifiquement orienté avec une gynécologue suivant la procédure que j’ai faite. Le juge en tient compte. Je précise d’ailleurs que Madame Le Juge du Tribunal aux Affaires Familiales de Créteil a dit clairement dès le départ de l’audience : “Je viens du TGI de Paris où je travaillais en collaboration très étroite avec les médecins et chirurgiens de l’hôpital Saint-Louis, ainsi que les experts pour les expertises gynécologiques.”, et plus tard elle constatait la présence de l’expertise par ma gynécologue. Je n’avais pas suffisamment blindé mon dossier sur la partie psychologique par rapport à cette juge. Aussi, elle avait terminé ainsi : “Pour ma part, je ne demanderai aucune expertise, madame étant visiblement une femme à mon sens, mais il n’est pas dit que mes deux collègues qui n’ont pu être présents aujourd’hui ne veuillent pas à minima une expertise psychiatrique des fois que la psychose de madame n’ait été résolue par son opération de réassignation faite en Thaïlande. Je verrai avec eux. Le jugement sera définitivement rendu le 6 septembre 2012″ (Je cite de mémoire, mais pour moi c’est comme si c’était hier).

          • Alexandra a écrit le 22 septembre 2013

            NB : Quand je dis “chanceuses”, c’est pour celles qui ne veulent pas l’opé et qui veulent leur CEC et qui l’ont. Je ne suis pas dans ce cas, donc cette notion de “chance” ou “pas chance” ne s’applique pas à moi hein ? Je la voulais ma SRS !! Indépendamment de ces histoires de papiers.

          • AlexMec a écrit le 22 septembre 2013

            Je suis un peu paumé, là. Cette prise des devants que tu as faite, en obtenant une expertise de ta gynéco avant le jugement, est-ce quelque chose qui est faisable dans tous les tribunaux? Parce que moi, ce que j’en ai compris à écouter à droite à gauche, c’est que ce genre d’attestation ne suffit pas toujours, et que certains tribunaux veulent absolument une expertise par leurs propres experts de toutes façons. Dans ce cas, tu aurais eu de la chance que la juge ait accepté l’attestation de ta gynéco. Est-ce que c’est ça, ou est-ce que j’ai tout compris de travers (encore)?

          • Alexandra a écrit le 22 septembre 2013

            J’ai fait un coup de poker et elle a réalisé cette expertise et écrit un texte à caractère très juridique avec copie de sa carte professionnelle afin de servir pour le tribunal.

            La juge en a tenu compte en précisant bien qu’elle avait affaire à une expertise gynécologique établie par une gynécologue de métier.

            Par ailleurs, j’ai appris beaucoup plus tard que dans le rejet du 7 juin 2012 par la cour de cassation, l’expertise fournie par la trans provenait d’un médecin non-gynéco (opthalmo ou autre, d’après ce que quelqu’un m’avait dit).

            Pour moi, ça a marché. C’est tout ce que je peux dire.

          • AlexMec a écrit le 22 septembre 2013

            Il me semble que ça serait une piste à creuser, non? Il faudrait voir si ton cas est généralisable. Est-ce que tu sais si une autre trans a essayé cette tactique? Est-ce que ça a marché ou pas?

          • Alexandra a écrit le 22 septembre 2013

            Non, je ne sais pas du tout. Je suis très très imaginative et du fait de ma formation en droit et de son application durant des années, j’ai appris à toujours avoir plusieurs coups d’avance sur la personne en face de moi susceptible de me contrecarrer. Et là, j’ai appliqué de mon propre chef cette tactique en réfléchissant à ce que l’autre en face (le juge) pourrait opposer. Je ne voyais à priori rien à partir du moment où je lui mettais en face une personne dont le métier est de voir une dizaine de foufounettes par jour, soit environ 2000 foufounettes dans l’année. J’ai joué sur cet aspect de la chose, l’expertise-métier reconnue d’une gynéco.

          • AlexMec a écrit le 22 septembre 2013

            … Franchement, les filles, des fois vous me rendez dingue 😛

            Tu sais, quand je te parle du fait que les FtMs sont beaucoup plus du genre à chercher les moyens de gruger le système plutôt que de se la jouer Don Quichotte? Ouais, c’est de ce genre de situations que je parle.

            Tu as – vous avez toutes – l’exemple de quelqu’un qui a fait faire sa propre expertise gynéco à l’avance, et qui sait parce que la juge l’a dit que ça a contribué à ce que tu reçoives ton CEC du premier coup.

            Et depuis… Rien? On sait pas si quelqu’une d’autre a essayé et si ça a marché?

            Non, sérieux, chez les FtMs, quand on entend un truc comme ça, notre première réaction, c’est: “Tu peux me refiler l’attestation que ta gynéco t’a faite? Je vais voir avec ma gynéco pour qu’elle en fasse autant. Je te dirai si ça marche aussi avec mon juge.” Dans les mois qui suivent ton jugement, il y en aurait eu plusieurs autres avec le même genre d’attestation, et on aurait déjà commencé à partager les résultats pour voir ce qui marche le mieux.

            En creusant un peu plus, je dirais que même le fait que tu aies du y penser toi-même me laisse un peu pantois. Nous, ça fait longtemps qu’on a les parcours tous faits, les attestations-types à refiler aux différents médecins selon les cas, la liste des choses à mettre dans les dossiers juridiques, les trucs et astuces, et ainsi de suite – avec mises à jour constantes… J’suis vraiment tout confusionné, là :/

          • Alexandra a écrit le 22 septembre 2013

            Tu sais Alex, avec toutes le blondes, les poissons rouges, les dorades, les daurades et les kinders qui peuplent l’univers MtF, y a rien d’étonnant.

            A ce propos, ce point je vais l’aborder car maintenant qu’on sait qu’il n’y aura pas de loi avant les calandes grecques, je continue mon dossier sur le CEC. J’avais volontairement mis en souffrance du fait de ce qui se passait depuis avril dernier. Maintenant, je sais que je peux fournir l’effort.

        • Trans-leaks a écrit le 23 septembre 2013

          Je suis d’autant plus tentée de vous suivre, que dans votre démonstration, nombreux éléments correspondent tout-à-fait à la façon dont j’ai eu une vraie tranquillité, dès le début avec la population, et les administrations “de base”.
          (la Poste, et même les gendarmes, oui, aussi …).

          Toute ma lettre crie contre le législateur et le juge, l’un muet, l’autre aléatoire, et non contre le “citoyen lambda” dont, après deux ans et quelques de transition, je n’ai pas eu à me plaindre.

          J’explique, je “mets dans ma poche”, comme vous dites si bien, et ça se passe bien.
          Je reconnais que notre “rareté” impose un effort de pédagogie, je m’applique à l’assumer au mieux, comme vous je pense, et ça fonctionne, même auprès des gamins …

          Je vais adhérer à votre conseil, parce qu’il me convainc, parce le désespoir, parfois, que l’humeur peut induire n’est pas un bon conseiller, et cette lettre restera un coup de gueule que d’autres, plus utiles, je l’espère, remplaceront rapidement.

          Toutefois je souhaite qu’elle reste en ligne, telle quelle.

          C’est en votre intervention, Alexandra, que j’ai senti la solidarité dont j’ai vraiment besoin en ce moment, merci encore !

          Je remercie la direction de TXY de sa gentillesse à mon égard, mais cette lettre ne sera pas postée personnellement aux ministres concernées comme c’était annoncé en tête du billet.

          Lou

          • Alexandra a écrit le 23 septembre 2013

            Bonjour Lou.

            Pour ma part je suis plutôt pour que les choses en effet se passent en rondeur quand on le peut.

            En effet, le législateur n’est pas le public et le législateur est aussi pris en continu dans la tornade de la politique. Il subit même très souvent la pression de lobbies qui peuvent même mettre à genoux le plus vaillant d’entres eux. CertainEs tirent leur épingle du jeu, nous avons pu le voir, même s’ils ne sont pas écoutés au final.

            Ce coup de gueule à été très utile, je pense, il remet les idées au clair et comme tout coup de gueule sur des sujets sensibles, il déclenche des passions. Ce n’est pas mauvaise chose du tout. Je sais que quand on est “aux commandes” d’un article on peut être fortement bousculées dans les commentaires. Il faut en prendre son parti.

            Après, s’il y a des débordements, on les gère en modération. Là, ce furent juste des échanges musclés, et qui montrent finalement combien le sujet est difficile. Déjà, entre nous, nous arrivons à avoir des divergences sur la notion du mot “viol” dans le cadre des expertises, imaginons ce qui se passe dans la tête de gens qui n’imaginent même pas ce qu’est un néo-vagin, j’aurais même tendance à dire, dans la tête des hommes… De ceux qui n’ont jamais eu de pénétration anale.

            Tout est loin d’être rose. Ça fait plus de 31 ans que tout est verrouillé au niveau législatif et juridique, même si au gré de grosses batailles de certaines filles qui ont réussi à obtenir des avancées, la situation trans s’est améliorée.

            Je lisais en diagonale hier soir un très beau livre sur les filles de la Place Blanche (celle qui me l’a offert, si elle passe par là se reconnaîtra) et à la fin d’un témoignage, je lisais ceci (je cite de tête) : “je suis heureuse de savoir que maintenant des filles arrivent à avoir un niveau d’étude et un travail.”. Ça en dit long sur ce qu’ont vécu ces filles. On le sait toutes si on s’est intéressées à un moment à l’existence de celles des années 50-80.

            Nous devons continuer à combattre au niveau collectif pour encore et toujours améliorer la situation, et nous devons le faire intelligemment, c’est à dire aussi avec les armes de ceux-là même qui bloquent les avancées.

            Continuons à convaincre, travailler au niveau de la population, et continuons à faire remonter les belles idées et les belles réalisations. Un jour viendra où nous serons écoutéEs. J’en suis sûre. Je suis adepte du verre à moitié plein.

            Et je suis heureuse d’avoir pu vous remonter le moral. Sur un sujet si sensible, avec un déclenchement de passions auquel il fallait s’attendre, arriver à vous redonner même un tout petit peu le moral, en tout cas, est déjà important pour vous.

            Et j’aurai tendance à dire, protégez-vous, pensez à vous en priorité dans votre quotidien.

            Les combats, il faut se jeter dedans quand on est au mieux de sa forme afin de ne pas être trop affectée. Je pense notamment de mon côté à certains échanges très éprouvants que j’ai eus à subir sur certaines listes la semaine dernière, où malgré des insultes parfois très ouvertes, je n’ai moi-même pas plongé au jeu de l’insulte. Cela dit, rien n’empêche d’être très caustique, ce qui par certains esprits peut être perçu comme de l’insulte, là où il n’y a que l’utilisation à plein rendement de notre chère langue de Molière.

            Bien à vous, Lou.

            Alexandra

      • Julie Mazens a écrit le 22 septembre 2013

        sur le viol je ne suis pas d’accord.

        la femme transgenre se fait fouiller le vagin avec un consentement arraché par un chantage (tu veux tes papiers, alors écartes les cuisses), pour vérifier qu’elle est bien stérilisée ? … si c’est pas un viol …

        la femme cisgenre tout comme la femme transgenre vont chez la gynéco pour des examens volontaires …

        bises.

        • Alexandra a écrit le 22 septembre 2013

          Ca rejoint pile ce que j’ai dit au-dessus, en citant les deux cas, le premier cas étant l’acte non-consenti et mis en balance en brandissant “le cadeau” du CEC, et le deuxième cas étant les examens gynécologiques pour simplement voir si on est en bonne santé.

        • AlexMec a écrit le 22 septembre 2013

          la femme transgenre se fait fouiller le vagin avec un consentement arraché par un chantage (tu veux tes papiers, alors écartes les cuisses), pour vérifier qu’elle est bien stérilisée ? … si c’est pas un viol …

          Non, ça n’est pas un viol, pour une raison bien simple: un tel examen n’est pas une agression sexuelle. Un viol, par définition, est une agression sexuelle. Ces examens ne sont pas des agressions sexuelles, donc ce ne sont pas des viols.

          Par contre, ils peuvent parfaitement être ressentis comme des viols. Ah ça oui!

          (Et du côté bien glauque, on peut aussi imaginer que certains juges les ordonnent afin de commettre un viol par expert interposé, et que certains experts en fassent effectivement des viols en prenant un plaisir sexuel à humilier la personne trans. Mais ces possibilités ne changent pas le fait que l’examen gynécologique lui-même n’est pas une agression sexuelle, donc pas un viol en soi.)

          Plus généralement, s’il suffisait qu’une personne ayant autorité (médecin, police, etc…) dise à une femme, “Ouvrez les jambes, qu’on aille y voir de plus près”, pour que ça constitue un viol, alors quid des examens et prélèvements génitaux post-viol, ou des examen génitaux imprévus durant une consultation de routine pendant la grossesse, par exemple? La femme ne les souhaite pas, mais elle y est contrainte par une autorité. Mais ce ne sont pas des viols parce que ce sont pas des agressions, et encore moins des agressions sexuelles.

          • Alexandra a écrit le 22 septembre 2013

            selon l’article 222-23 du Code pénal, « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise »

            Et là, il s’agit bien d’une “pénétration” à caractère “sexuel” puisqu’il s’agit de vérifier le “sexe” de la trans (Forcément MtF puisqu’on est en train de parler de pénétration). D’autant que pour faire telle vérification d’opération, il n’est pas nécessaire de faire cette pénétration, un simple examen visuel devrait suffir. S’il n’y a plus de zizi et de coucougnettes, à priori il n’y a plus de capacité à procréer, et donc il n’y a pas besoin d’aller vérifier par un examen physique par introduction de quoi que ce soit dans le néo-vagin. On ne peut nier que l’acte en soi est une forme de viol puisqu’il pourrait aisément ne pas être fait, l’observation étant suffisante. Pratiquer une pénétration dans tel cas n’a aucune raison médicale.

            D’autant que je connais un cas au moins où il n’y a eu que l’ablation des testicules et que la trans en question a bien obtenu son CEC au final. Je ne sais pas si elle a dû passer une expertise génitale, mais là il faudra m’expliquer comment ils auraient pu introduire quelque chose dans son vagin. Elle n’en a pas et l’expert par examen visuel peut constater la non-présence des testicules.

            Je suis ouverte à toute contre-proposition de ta part, Alex. :-)

            Alex

          • AlexMec a écrit le 22 septembre 2013

            Pour moi, on est là dans la même confusion que celle qu’entraîne l’utilisation du mot “transsexuelLE”. Il y a “sexuel” dedans, donc c’est une histoire de sexualité, pas vrai? Sauf que non, parce que la transidentité, ou le transgendérisme, ou le transsexualisme, ou ce que tu voudras, n’a rien à voir avec la sexualité mais avec les organes génitaux en tant que simples organes.

            Donc en retour, quand un expert examine les organes qu’on a fait modifier, nous devons partir du principe qu’il les considère comme de simples organes physiques et non comme le siège de la sexualité.

            On ne peut pas dire d’un côté, “la transidentité n’a rien à voir avec la sexualité” et de l’autre, “c’est forcément sexuel quand un expert examine nos organes génitaux modifiés”.

            Tu vois ce que je veux dire?

          • Alexandra a écrit le 22 septembre 2013

            Oui. Je vois très bien. Pour lui, il peut opposer que ce n’est pas sexuel puisqu’il est en expertise judiciaire.

            Par contre, pour la fille qui subit l’examen, si ce n’est pas fait avec un speculum mais avec la main, on peut parler de pénétration sexuelle car dans ce cas, d’un côté il y l’attente d’un examen humiliant, et de l’autre il y a un acte qui n’est plus un examen. Et quand bien même, on a bien vu que le seul examen visuel est suffisant. Donc, le speculum, c’est déjà très très limite.

            Ma gynéco quand elle m’examine dans le cadre d’un examen de contrôle gynécologique, utilise un speculum jetable avec du lubrifiant, met un gant latex pour le cas où elle doive aller toucher si elle a une raison réelle et sérieuse de le faire (ça n’est arrivé qu’une fois et c’était quand j’ai eu mes 39 de fièvre et qu’elle a voulu voir s’il n’y avait pas de kyste ou autre non visible à l’examen… visuel), et en fait ne prend que des écouvillons pour faire des prélèvements en cas de besoin.

            Donc un type qui pour une expertise utilise autre chose qu’un spéculum et ses yeux n’a pas de bonnes intentions, n’a plus d’intentions médicales, c’est sûr. Quelle est la raison d’un tel examen à la main ?

          • AlexMec a écrit le 22 septembre 2013

            Donc un type qui pour une expertise utilise autre chose qu’un spéculum et ses yeux n’a pas de bonnes intentions, n’a plus d’intentions médicales, c’est sûr. Quelle est la raison d’un tel examen à la main ?

            “Curiosité professionnelle” est la seule réponse un tant soi peu positive que je puisse trouver, et même celle-là pourrait le faire condamner si la personne trans se trouve un bon avocat.

            Autrement dit, je ne conteste pas du tout que la façon dont certaines (trop, c’est sûr; j’espère pas toutes) expertises gynécos sont menées est abusive. Et je pense même que sur ce point-là, il devrait être relativement (!) facile d’obtenir une protection légale. On pourrait peut-être même tout simplement s’adresser à leur Conseil de l’Ordre, pour qu’il leur rappelle qu’un tel examen doit être pratiqué le plus respectueusement possible même quand commissionné par un juge?

            Par contre, qualifier l’examen lui-même, de par son existence même, de viol… Non, j’y arrive toujours pas.

    • Chloé Tigre Rouge a écrit le 22 septembre 2013

      Le professeur Alex Castro (pour le côté discours fleuve) a parlé et j’approuve complètement. Toutefois pour nuancer ton propos sur les lois et l’étatisme, Montesquieu a dit “en France, pour tout il y a des lois”. D’ailleurs, de façon amusante et purement anecdotique, le nom chinois de notre pays est “Pays de la Loi”.

      On est un pays fortement étatiste et jacobin dans tous les aspects de la vie. La France est une “théocratie républicaine”, où les lois de la République régissent les êtres de la naissance à la mort. Partant de cette philosophie française du droit des personnes, des lois efficaces et protectrices pour ce sujet sont nécessaires si on veut ouvrir un droit.

      Les lois sur la parité, je les trouve complètement connes car contre-productives, mais elles sont un moindre mal face à l’obscurantisme de certains cadres de l’administration.

      Le privilège masculin existe en partie dans le monde du travail et du pouvoir, oui, et peut-être qu’une période autoritariste aidera.

      • AlexMec a écrit le 22 septembre 2013

        Le professeur Alex Castro (pour le côté discours fleuve) a parlé.

        Nan. Quand je parle, c’est pour discuter. Je ne suis pas à l’Eglise ici, je n’ai pas l’inspiration directe du Saint-Esprit pour m’empêcher de dire autre chose que La Vérité (toute la vérité et rien que la vérité…) Alors quand je parle, je dis forcément des conneries, et je préfère qu’on me le dise plutôt que de me laisser avec mes fausses idées.

        Par contre, pour le côté fleuve, tu devras t’y faire 😛 J’ai renoncé depuis belle lurette à me restreindre.

        Toutefois pour nuancer ton propos sur les lois et l’étatisme, Montesquieu a dit “en France, pour tout il y a des lois”. D’ailleurs, de façon amusante et purement anecdotique, le nom chinois de notre pays est “Pays de la Loi”.

        MDR! Mais bon, on ne peut pas dire que ça m’étonne: de tous les peuples que j’ai rencontrés au fil de mes voyages, aucun n’a élevé le concept de “comment puis-je gruger les lois un max sans me faire prendre?” au rang de sport national comme les Français savent si bien le faire 😛 Maintenant, qui de l’oeuf ou de la poule est venu le premier? Ca, je n’en sais rien 😀

        Partant de cette philosophie française du droit des personnes, des lois efficaces et protectrices pour ce sujet sont nécessaires si on veut ouvrir un droit.

        Je suis d’accord.

        Les lois sur la parité, je les trouve complètement connes car contre-productives,

        Moi je les considère comme un mal nécessaire. Plus généralement, c’est tout le concept de discrimination positive que je considère comme étant un mal nécessaire: c’est con et souvent injuste quand appliqué aveuglément, c’est souvent contre-productif, mais paradoxalement, au final, je crois que c’est bon pour la société dans son ensemble.

        Le privilège masculin existe en partie dans le monde du travail et du pouvoir, oui, et peut-être qu’une période autoritariste aidera.

        Ca a marché dans un tas d’autres domaines, alors ça vaut le coup d’essayer, je pense.

  7. Nathasha a écrit le 22 septembre 2013

    Tres bonne réflexion Alex , pertinent sur beaucoup de point sincèrement a réfléchir

    • AlexMec a écrit le 22 septembre 2013

      Merci Nathasha. Je t’en dis autant en retour à propos de ta propre réponse 😉 Je suis bien d’accord avec Yukarie: il est clair que tu as beaucoup à apporter aux petits nouveaux comme moi, ici.

  8. Trans-leaks a écrit le 22 septembre 2013

    réponse de lou :

    Ecoutez, je ne vous cacherai pas que je suis passablement déroutée par une telle avalanche de rage.
    Entre la mollesse générale de la résistance au système,
    la brutalité de Natacha …
    (Je n’ai jamais attaqué l’avis de la CNCDH, bien au contraire, j’ai l’impression que les ministres s’en moquent, c’est là qu’est le problème, à mon avis)

    Quant à AlexMec, je ne sais pas ce que vous cherchez, mais je ne peux laisser passer ça :
    “Mesdames les MtFs sans couleur et sans handicap”
    QU’EN SAVEZ-VOUS, MONSIEUR ?”

    Sincèrement, je croyais beaucoup plus que les réactions seraient -globalement- favorables au contenu de cette lettre, même avec des nuances ou des critiques, mais un tel tir de barrage, je ne sais pas trop quoi en penser.

    Même polémique, elle est surtout factuelle, et je maintiens ma question de fond, origine de ma lettre : y’a-t-il une intention RÉELLE au gouvernement de changer quoi que ce soit à la situation actuelle ?

    Et j’en doute.

    Lou

    • AlexMec a écrit le 22 septembre 2013

      Quant à AlexMec, je ne sais pas ce que vous cherchez,

      Rien. C’est vous qui avez posté cette lettre. Moi, je ne fais que commenter.

      mais je ne peux laisser passer ça :
      “Mesdames les MtFs sans couleur et sans handicap”
      QU’EN SAVEZ-VOUS, MONSIEUR ?”

      Disons que vous ne parlez pas comme quelqu’un qui a l’habitude d’être discriminée. Et le fait que vous ne disiez pas carrément que j’ai factuellement tort, ne fait que me renforcer dans mon soupçon.

      Je remarque également que cette suspicion de ma part est la SEULE partie de mon commentaire à laquelle vous avez choisie de répondre – comme par hasard, la seule où je ne peux pas démontrer que j’ai raison. C’est une tactique de détournement de l’attention bien connue: “Regardez, il a dit quelque chose qu’il ne peut pas prouver! Donc son commentaire dans son entier ne vaut rien!” J’espère bien que personne ne tombera dans ce panneau trop facile…

      • Trans-leaks a écrit le 23 septembre 2013

        AlexMec : “Et le fait que vous ne disiez pas carrément que j’ai factuellement tort, ne fait que me renforcer dans mon soupçon.”

        Vous avez factuellement tort, Mr le détective : Je suis en invalidité à 80% depuis 20 ans
        (et ma compagne aussi depuis 2 ans maintenant, et en fauteuil roulant).

        Vous m’excuserez de pas vous envoyer la photocopie de ma carte, d’autant que c’est peut-être celle de mon frère, allez savoir …

        http://www.peninsules-demarrees.com/images/9/94/Calimero_flingue2.jpg

        Je n’ai pas répondu davantage au précédent parce que je n’en voyais pas l’intérêt, tant vous semblez brutal et décidé à noyer le poisson à tout prix.

        Votre présupposé de malhonnêteté envers moi met fin à la discussion.

        Lou

        • AlexMec a écrit le 23 septembre 2013

          Vous avez factuellement tort, Mr le détective : Je suis en invalidité à 80% depuis 20 ans (et ma compagne aussi depuis 2 ans maintenant, et en fauteuil roulant).

          Alors je vous présente mes plus plates excuses sur ce point.

          Votre présupposé de malhonnêteté envers moi met fin à la discussion.

          Veuillez regarder vos propres mots:

          Vous m’excuserez de pas vous envoyer la photocopie de ma carte, d’autant que c’est peut-être celle de mon frère, allez savoir …

          vous semblez […] décidé à noyer le poisson à tout prix.

          Vous m’accusez ouvertement de malhonnêteté, donc vous ne pouvez pas vous mettre en position de victime sur ce sujet; ce serait de l’hypocrisie pure et simple.

          Quant à ma brutalité, elle n’est que l’écho de celle dont vous avez fait preuve dans votre lettre. Plaignez-vous à vous-même.

  9. yukarie a écrit le 22 septembre 2013

    “la mollesse générale de la résistance au système”

    en fait le vrai débat porte là dessus : faut-il râler dans notre coin entre nous, ou interpeller les responsables , leur signaler que leur attitude relève de la fuite en avant et que nous avons du mal à leur faire confiance.
    En cela la lettre ouverte, même si on lui trouve des défauts , est une tentative pour montrer tout l’espoir attendu depuis longtemps, et la déception face à ce que nous prenons pour des reculades.

    Après, les exagérations, s’il y en a, sont-elles à bannir ? Et lesquelles ?

    • Alexandra a écrit le 22 septembre 2013

      Je ne sais pas pour ma part s’il est vraiment judicieux de l’envoyer.

      Je m’explique. Alex, même si parfois je m’énerve parce qu’il y va fort dans ses analyses, lève quand même des points qui peuvent être pris très négativement.

      Il ne faut jamais perdre de vue que nous cherchons à être considéréEs “standard” par la société, même si les gens savent notre parcours (C’est mon cas, je ne cache pas, et ça se passe merveilleusement bien avec la majeure-partie des gens dans tous les milieux. C’est du vécu.).

      La société, ce sont majoritairement, très très très très majoritairement des cisgenres, des gens qui n’ont AUCUN problème entre leur genre et leur sexe physiologique. La plupart du temps, ils ne comprennent pas notre problème, même si certains font l’effort de nous comprendre.

      Même si nous avons parfois de la rancœur parce que nous n’obtenons pas nos vies tranquilles, nous ne pouvons pas, nous ne devons pas nous mettre à dos bien des personnes qui ne savent même pas qui nous sommes, et même, qui n’ont rien pour ou contre nous.

      Il faut faire très attention quand on communique à un moment.

      Je pense qu’on doit tenir compte de la lecture d’AlexMec même si comme il le dit après “je suis manifestement énervé”.

      Ce qui manque à bien des trans, c’est de se mettre dans la peau de celui/celle d’en face.

      OK, personne n’est contentE de ce que le gouvernement a fait du cas trans dans la Loi Famille. D’accord. Je ne le nie pas un instant.

      Mais mon expérience qui a quand même du sens, est que dans toute ma transition administrative, j’ai toujours su me mettre dans la poche les gens en face de moi. Jamais je ne leur ai fait sentir que si je n’obtenais pas j’étais énervée. Au pire, je me défoulais un bon coup sur mon mur FB, mais je suis toujours restée calme face aux personnes qui ne connaissaient pas forcément ce que j’endurais. Et franchement, c’est la très grande majorité des gens. Les transphobes, je le répéterai jusqu’à plus soif, sont très très marginaux, même si quand ils agissent ils font du mal.

      Donc, mon avis est que je ne suis pas convaincue que ce courrier doive partir. Il ne devrait rester qu’un défouloir. Il a permis des réflexions intéressantes, mais l’émettre peut causer plus de tort qu’autre chose. Avec tout le respect que je peux avoir pour la personne émettrice de ce courrier, et que je comprends dans son énervement. Je ne juge nullement qui a écrit ce courrier. Cette personne a ses raisons qui sont tout à fait louables.

      • AlexMec a écrit le 22 septembre 2013

        +1 sur tout, mais encore plus sur les parties où tu insistes que indifférence n’est pas transphobie, et qu’il ne faut pas se mettre à dos des personnes qui commencent à peine à nous comprendre et nous connaître.

    • AlexMec a écrit le 22 septembre 2013

      faut-il râler dans notre coin entre nous

      Oui, pour évacuer la tension 😛

      interpeller les responsables , leur signaler que leur attitude relève de la fuite en avant et que nous avons du mal à leur faire confiance

      Le truc, c’est qu’ielles le savent déjà, tout ça. Alors bien sûr, on peut le leur dire quand même, pour leur montrer qu’on n’est pas dupes, mais nous sommes une population bien trop négligeable pour que ça leur fasse chaud ou froid.

      Perso, je rebondirais plutôt sur la promesse de NVB de reprendre l’ensemble de la question trans lors des débats du premier semestre 2014, en lui renouvelant notre confiance, voire en lui demandant ce qu’on peut faire de l’intérieur pour l’aider à se préparer à l’extérieur, etc… Et pas que NVB, bien sûr, mais touTEs ceulles qui ont exprimé de l’intérêt pour notre cause ou présenté des amendements pour nous.

      Après, les exagérations, s’il y en a, sont-elles à bannir ? Et lesquelles ?

      Toutes les attaques personnelles, déjà. A mes yeux, ce type de comportement est complètement inadmissible.

      • Nathasha a écrit le 22 septembre 2013

        pour info je l ai rencontrer hier a labresle lors d une fete ! et le sujet et plus que présent comme elle ma expliquer simplement les consultation ont déjà bien avancer , et un amendement supplétif cela se dégage en deux coup d assemblé majoritaire sur simple requête d un chef de groupe parlementaire ! alors qu une loi , c est passage devant les deux assemblé et vote a la majorité élargie donc plus dur ! vous voulez quoi une loi passez a coup de 49.3 dénoncer par l opinion dés son application? ( le mariage pour tous ne vous a t il rien appris ? on a libérer la parole homophobe !)ou une loi qui encadre a long terme ? a force de râler on a que dalle bien au contraire c est retour case départ

  10. frédérique pilato a écrit le 23 septembre 2013

    Le gouvernement dit premier semestre 2014, les masques tomberont à ce moment la, je reste personnellement dubitative sur la volonté réel du gouvernement, et d’une partie du ps. Je pense qu’il faudra jugé sur les actes, pour l’instant les paroles publiques et les actes publiques du gouvernement ne vont pas dans le bon sens, et attention au parole en privée, ce sont avant tous des politiques, seul leur engagement ferme et publique vaut. J’espère qu’ils se reprendront et respecteront leurs parole. dans le cas contraire il ne faudra plus rien attendre de quelques partie politique que ce soit, la moindre avancée ne pourra venir que de l’europe et sera imposée à nos pleutres.

  11. Nathasha a écrit le 23 septembre 2013

    mais les paroles privé en politique certes n engage que ceux qui ont foi en un changement ! mais je préfère ça a des envolées lyrique comme certaine asso nous ont gratifié lors des consultation parlementaire pour quitter la réunion au bout de 30 minutes avec un style façon “messieurs les censeur Salut “! il est temps de faire table rase de toutes les amertumes du passé , j en ai souffert vous en avez souffert , il n y a pas d échelle de valeur , travaillons ensemble a faire naitre un projet en écoutant tout les intervenant et aussi l opinion même si cela dérange ! afin d écrire un projet construit et réaliste , j ai vu sur la page d un quotidien dans la section blog la réaction d un trans , la même qui chante que sa SRS n est que la conséquence d une pression social d un monde hétéro patriarcal binaire exigent la mise en conformité des corps et constitue une atteinte , que les trans devraient vivre sans srs que c est envie de chirurgie n est que le résultat d un formatage qu il faut leur apprendre que c est une atteinte ! donc cette même personne prétend qu il suffit de prendre les douze reco de saint hammar et de les adopté sans autre forme de procès et ceci dans un but d économie sur les commissions couteuse ! tout ca n est que démagogie et anti jeu de propagande , imaginer les conséquence d un passage de texte sans consultation ! avez vous souvenir du mariage pour tous ?les commission interminable demander par certain parlementaire et ceci dans le respect de la démocratie , donc une loi ca se construit , on ne peut pas prendre un texte pré pondu et en faire une loi ! les institution en France fonctionne d une certaine façon depuis le début de notre 5 em république , alors vous voulez des résultats ? fédérer vous dans des asso et assurer vous que vos représentant sois présent et travail , qu il n exigez pas la disparition des équipes en préambule a tout dialogue , ce qui d office va geler les concertation ! nous devons travailler a une refonte du système publique , travailler avec le corps medical ,et non pas nous le mettre a dos , certaine avaient en but de faire cesser les op en France, pour de ce fait imposer un remboursement hors UE pour le motif spécialité absente en France , j avoue je suis contre de tel pratique ! comme je suis contre la commission des rabatteuses et j ai fais un mots en ce sens a Marisol Touraine ,pour moi c est pire que les marchant de sommeil et qu on me dise pas que ceci est faux , j ai plus que des soupçon nous avons même des témoignage d une ancienne ” coordinatrice (rabbateuse ) ” donc c est a nous de jouer

    • frédérique pilato a écrit le 23 septembre 2013

      Je précise ce que je disais, de mon point de vu, il ne faut pas se contenter que de parole, mais d’actes allant vers une amélioration de la situation, par la loi, par décret n’importe, des actes, c’est le résultat qui compte. Ensuite je pense que si les associations se braquent trop sans négocier on arriva à rien, la politique c’est négocier, c’est convaincre, le but est d’avancer au moins sur les points les plus urgents, procédure de changement d’état civil uniformisé, gratuit et simplifier , lutte contre la précarisation, la transphobie, etc…. Pour le blog dont tu parle (je ne connais pas), un principe simple, plus les possibilités de choix sont grande, plus de liberté il y a, puisque la liberté c’est de choisir, elle est donc dans une vision totalitaire (suppression d’un choix). Pour l’instant ce que je constate c’est que la société mine de rien évolue plus vite que notre classe politique, c’est décevant, et frustrant. (j’ai en effet une méfiance envers notre personnel politique, la gestion de leur carrière primant parfois sur l’intérêt général, mauvaise expérience sur un autre sujet). Ma position, est basé sur ces principes, cela va donc dans les deux sens, que ce soit celle qui exige la suppression des équipes ou que ces mêmes équipes deviennent le seul choix, c’est à l’individu de choisir en connaissance et pas à des institutions ou des organisme de choisir à sa place. (moi c’était, mes parents, l’educ nat, la société qui on passé leur temps à choisir pour moi, ma démarche vers la transition à été de prendre mon destin en main donc de faire mes choix). Le principale c’est d’arriver à une solution meilleure qu’aujourd’hui en gardant à l’esprit la diversité du monde trans, construire une solution équilibré tout en évitant l’écueil d’une uniformisation du parcours. (je suis pas toujours très clair, je devrais faire de la politique). Et en effet c’est à nous de jouer et de ne pas perdre. (encore)

    • Alexandra a écrit le 23 septembre 2013

      J’ai idée de quelles sont ces associations capables de claquer la porte des négos. Je ne te demanderai donc pas desquelles il s’agit.

      Pour les opérations, j’ai bagarré très fermement sur les revendications de l’Existrans pour le maintien des équipes hospitalières et une refonte complète des modes de fonctionnement de ces équipes avec leurs patientEs ce qui m’a valu bien des attaques très frontales et aussi autrement. Je maintiendrai ce cap. Je n’ai pas obtenu l’ensemble de ce que j’essayais de faire, à savoir protéger le savoir-faire actuel en France, du côté d’un chirurgien comme le Docteur Morel-Journel, mais j’ai quand même réussi à assouplir les revendications de ce point de vue qui au départ étaient de l’ordre de la catastrophe sanitaire pour les trans en France.

      Pourquoi ne suis-je pas étonnée d’apprendre que certaines veulent faire complètement capoter le savoir-faire français ? De la manière dont les choses se déroulent, c’est une évidence. Et je ne le répéterai jamais assez, ceulles qui ne veulent d’aucune opération et avoir leurs papiers ainsi ne doivent pas mettre ceulles qui ont besoin des opérations, des soins, des traitements pour leur petit égo mal placé en danger. Ca tient de la non-assistance à personnes en dangers.

      Il est un dicton qui dit : “Ce n’est pas parce qu’on donne un droit à l’un, qu’on l’enlève à l’autre.”.

      Donc, je continuerai à maintenir la pression pour empêcher la destruction des équipes en France, mais surtout pour qu’il y ait une véritable augmentation du savoir-faire en France et une restructuration qui permette une prise en charge respectueuse des trans qui souhaitent se faire assister par un encadrement médical. C’est leur droit, on n’a pas à les en empêcher.

      • Nathasha a écrit le 23 septembre 2013

        Je sais qu on me déteste dans le milieu , a cause de mes position , sur les équipes sur la politique ! rassurez vous je ne dirai pas être la représentante de toutes les trans ! pas moi rassurer vous !

        mon but et de fédérer les asso autour d un projet commun lors de table ronde , pour déposer un projet unanime et que nous parlions d une même voix devant des instances sanitaires et juridique

        nous devrons faire table rase du passé , des dissension des noms d oiseau , et enfin faire des concession ! nous portons la responsabilité a la même hauteur que les politique a chaque mutilation crimes ou suicide d Inter/Trans a cause de notre immobilisme ou de nos blocage ! vouloir un tout c est utopique ! combien de trans sauver avec une simple CEC ! alors travaillons ensemble oublions nos lutte partisane pour ne pas faire naitre un fossé entre les génération de trans

      • AlexMec a écrit le 23 septembre 2013

        Pour les opérations, j’ai bagarré très fermement sur les revendications de l’Existrans pour le maintien des équipes hospitalières et une refonte complète des modes de fonctionnement de ces équipes avec leurs patientEs

        Donc, je continuerai à maintenir la pression pour empêcher la destruction des équipes en France, mais surtout pour qu’il y ait une véritable augmentation du savoir-faire en France et une restructuration qui permette une prise en charge respectueuse des trans qui souhaitent se faire assister par un encadrement médical.

        Merde :/ Si j’avais su que tu défendais cette position, j’aurais peut-être osé mettre le nez dans la liste Existrans pour te soutenir.

        • Nathasha a écrit le 23 septembre 2013

          parfois ! il arrive qu on se trompe ! et beaucoup dans la foule ( si peut en 2012) suive comme des moutons mais ne connaissent pas les revendication et leur aboutissements

        • Julie Mazens a écrit le 23 septembre 2013

          AlexMec, non non et non !

          c’est déjà un tel bordel que ta présence serait … comment dire … superflue 😛

          bises <3 !

        • Alexandra a écrit le 23 septembre 2013

          Ah ben je dis si ! 😀
          Alors là, on assistait à une vraie volée de moineaux !
          J’le dis clairement, il manquait Alex et Chloé dans les listes. Ca aurait été encore plus tonique !

          Yes !

          Viendez ! Viendez !

          • Nathasha a écrit le 23 septembre 2013

            heu je veux pas foutre la merde ! mais je viens a l existrans ! et oui tout arrive on a légèrement insisté donc j y viens ! j espère juste ne pas me faire insulter tout les 20 metres

          • Alexandra a écrit le 23 septembre 2013

            Qui insulte mis à part l’idiot ?

        • AlexMec a écrit le 23 septembre 2013

          Hmm… Alexandra me dit de venir, et Julie me dit de rester à l’écart. C’est le monde à l’envers, ça! J’en conclue donc… que Julie pense que je peux faire exploser la liste Existrans à moi tout seul 😀 ! MOI Y’EN A AVOIR SUPER-POUVOIRS 😀 !

          … Par contre, si je faisais vraiment exploser la liste Existrans, ça ferait de moi un super-héro, ou un super-vilain? 😛

          • Nathasha a écrit le 23 septembre 2013

            qui insulte ? les même qui en 2012 mon insulté et mon dit que je voler la parole des trans ! sauf que en 2013 je suis plus forte , aigri méchante acide détestable ! je ne pleurerai pas cette année

          • Alexandra a écrit le 23 septembre 2013

            Avec l’Existrans j’ai appris que dire que la protection des enfants et adolescents trans en disant que c’était un point à intégrer de manière non-négociable, point soulevé initialement par Chloé Avrillon ( @ladywasky ) et défendu par elle et moi, relevait de l’hystérie. Forcément, on a parfois fortement durci le ton pour être entendues (Ici, je n’ai jamais vraiment durci le ton, même dans les moments les plus chauds).

            En fait, défendre le savoir-faire français en matière opératoire et dans le même temps parler de réformer en profondeur le système de suivi des trans (donc, exit les protocoles), et défendre les enfants et adolescents relève apparemment du crime de lèse-majesté. Certains piliers de l’organisation de l’Existrans ne supportent pas être misES en balance et ne supportent pas avoir à justifier des positions intenables. Car le pire, il y a eu en effet des avalanches de mails et je n’ai pas été en reste dans les dernières avalanches mais pour au final me trouver face à des personnes à court d’arguments et pour qui l’argument ultime se trouvait être l’insulte, quand mieux on n’intimait pas généralement l’ordre de ne plus écrire de mails si rapprochés sous peine d’être kickée ou bannie. Je trouve le procédé très cavalier quand on sait que les personnes insultantes n’ont pas été rappelée à l’ordre.

            Je sais que je passe pour une sorte d’hérétique parce que j’ose dire qu’il faut une expertise chirurgicale en France très étendue et surtout un maintien des équipes complètement restructurées pour s’occuper des trans qui ne savent pas se prendre en charges elles-mêmes, car tout le monde ne s’appelle pas Chloé Avrillon, tout le monde ne s’appelle pas Alexandra (Je nous prends nous deux qui sommes sur la liste) et n’est pas forcément capable de faire un parcours full-libéral. Donc, oser prôner un maintien des troupes mais en les humanisant réellement par une restructuration profonde relève de l’hérésie (le mot n’a pas été prononcé, mais les propos ont été très éloquents).

            Je serai très certainement un super-vilaine à leurs yeux. Mais comme je l’ai dit, je n’oblige personne à m’aimer et je ne suis pas obligée d’aimer touTEs les trans sous prétexte qu’on est de la même communauté.

  12. Anna Tiger a écrit le 24 septembre 2013

    en résumé, en pleine procédure de cec, j’ai juste envie d’aller vite car je ne sais pas si le cadre ne risque pas de se durcir dans les mois qui viennent.
    Biz

    Anna

  13. Ole Ferme l'Oeil (Pseudo) a écrit le 24 septembre 2013

    Je j’ai pas eu le courage de lire tous les commentaires où de participer au débat mais je veux donner un message de soutien à Lou

  14. Caroline de Nice a écrit le 26 septembre 2013

    A mon humble niveau, je souffre d’avoir mes papiers en genre masculin. J’ai vu des entretiens d’embauche REUSSIS devenir des sorties sans retour au moment où en voyant ma carte d’identité les DRH devenaient pâles. Contrat prêt à être signé, et BOUM !
    Donc ma situation (je sais, c’est la mienne et c’est tout) est extrêmement pénible financièrement parlant car je n’arrive pas à me faire embaucher EXCLUSIVEMENT à cause de ma carte d’identité MASCULINE.
    Donc si on doit obtenir une loi, la demande doit être axée sur le besoin de faire correspondre les papiers à l’apparence affichée socialement. Ceci n’est que mon avis perso.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -