Les enfants Trans, grands oubliés de la PMA

25 septembre 2013 | Tags: , ,

Photo montage d'un adolescent transgenre, un sujet trop souvent oublié dans la communauté T

Photo symbolisant un adolescent transgenre, un sujet trop souvent oublié dans la communauté T.
NB: photo extraite d’une étude photographique sur les ressemblances génétiques dans une même famille

Comme je l’ai déjà dit hier soir sur un fil de discussion Facebook où le communiqué du Collectif “Oui Oui Oui !” pour le rassemblement devant le siège du PS rue Solférino a été relayé, il ne reflète nullement ce qui a été débattu au niveau de la liste de discussion de l’organisation de l’Existrans qui est sensée représenter la parole trans en France au travers de la seule manifestation qui nous soit dédiée.

En effet, les revendications qui ont cours actuellement pour la prochaine Existrans incluent la prise en charge et la défense des enfants et adolescents trans, ainsi que la refonte/restructuration du mode de fonctionnement des équipes hospitalières françaises.

Or, que voit-on là dans ce communiqué du Collectif “Oui Oui Oui” ? Une intégration des revendications du Collectif Existrans dans sa dernière mouture (visible et aisément vérifiable du fait de l’éclatement de l’ancien point 2 de 2012 en points 2 et 3) avec à nouveau le “Démantèlement des équipes hospitalières” comme en 2012 et la disparition pure et simple de la revendication 13 concernant la protection des enfants et des adolescents trans.

De ces deux points, l’un ne va pas sans l’autre.

Explication de texte…

Les enfants et adolescents… On veut sauver les trans dans l’avenir, alors occupons-nous à sauver dès l’enfance les trans. Nous sommes une bonne partie à avoir su dès l’enfance qui nous étions et à en avoir souffert des années durant. Si nous avions pu être protégéEs dès l’enfance ou dès l’adolescence, cela nous aurait épargné bien des calvaires, bien des souffrances morales.

Pour cela, je fais un retour dans le passé proche, moins d’une semaine, où Chloé Avrillon et moi-même avons dû batailler très ferme au niveau de l’organisation de l’Existrans pour faire adopter le point 13 concernant la protection des enfants.

Chloé Avrillon a soulevé ce point, point que je soutiens très fermement, et qui est quand même le mot d’ordre de la campagne STP 2013.

Eh bien non… Ce point n’a pas été adopté de suite. Bien des associations ont tenté de s’opposer à l’introduction de ce point dans les revendications à porter pour l’Existrans 2013. À force de pugnacité, Chloé et moi avons réussi à ce que ce point soit mis dans les revendications de l’Existrans 2013, mais face à une adversité incompréhensible. On a été jusqu’à nous dire que ce point avait été discuté en réunion, évincé d’un commun accord (des présentEs à la réunion) des revendications et que comme Chloé et moi n’avions pas été dans cette réunion, nous n’avions rien à dire, que notre parole comptait pour peau de balle. C’était au passage faire fi de toutes les personnes en province qui ne peuvent venir à ces réunions parisiennes.

Donc, des associations trans qui sont présentes dans l’Existrans, s’associent au Collectif “Oui Oui Oui !” dont le mot d’ordre concerne la PMA qui demande l’ouverture pour TOUS les couples à avoir droit à avoir des enfants alors qu’ils n’en sont physiologiquement pas capables, quelles qu’en soient les raisons, et ensuite de s’occuper  de ces enfants y compris au sein de couples homosexuels, de couples trans. Et ces mêmes associations trans qui ont communiqué au Collectif “Oui Oui Oui !” qui sont loin d’être les seules associations trans en France, oublient le point concernant les enfants et adolescents trans !

Le message n’est-il pas contradictoire vu du côté de la communauté trans ? Je rappelle que nous nous sommes touTEs battuEs très fermement aux côtés des homosexuelLEs pour la protection des enfants LGBT. Dans LGBT, il y a T. L’aurait-on oublié d’un coup ???

Point suivant… Le démantèlement des équipes hospitalières…

Comme je disais dès le début de cet article, l’un ne va pas sans l’autre. Pourquoi ?… Si on s’occupe dès le plus jeune âge des enfants trans, il faudra bien leur proposer des services de soins de proximité. On ne peut d’un côté dire qu’on va s’occuper des enfants trans et de l’autre côté dire qu’on veut le démantèlement d’équipes dont le rôle, à revoir, est de s’occuper de la santé des trans y compris des enfants et adolescents, incluant les SRS si besoin.

En effet, démanteler les équipes hospitalières est juste se tirer une balle dans le pied par rapport au besoin de soins des trans, surtout ceulles qui vont jusqu’à la SRS. Il ne faut pas rêver. Si les équipes sont réellement démantelées comme demandé, l’État ne mettra rien pour remplacer et les trans peuvent faire une croix sur les prises en charge de leurs SRS. J’appelle cela donner des bâtons pour se faire taper dessus.

Et je pense qu’il ne faut pas se dire aussi qu’après tout les trans n’auront qu’à aller à l’étranger pour les SRS, car leur remboursement à l’étranger en compensation de la destruction pure et simple des capacités de prise en charge des trans sur le sol français, sera de toute façon contrecarré par les instances que les trans auront demandé à détruire. Derrière ces instances, il y a des femmes et des hommes qui sont autrement plus écoutés dans les sphères du pouvoir que quelques assos trans anecdotiques des fois ne regroupant que moins de 10 personnes. L’Etat y verra une possibilité de faire de grosses économies face à un groupe qui n’a quasiment aucune capacité de pression politique actuellement.

Nous sommes plusieurs à dire que les protocoles actuels sont en effet à cesser sous cette forme. Mais cesser ne signifie pas ne pas mettre quelque chose d’autre en place pour une prise en charge respectueuse des trans.

Une refonte du système de prise en charge des trans est nécessaire, et comme une l’a écrit il y a peu, il faudrait 4 ou 5 Docteur Morel-Journel pour assurer une prise en charge rapide, efficace et experte des SRS nécessitées par nombre de trans en France. La liste d’attente est actuellement de 18 mois à Lyon. Et on veut supprimer les équipes ??? On se marche sur la tête ! Les associations qui ont une telle demande doivent être des associations pour qui être opérée est une hérésie. Elles ne connaissent pas la liberté pour tout le monde mais uniquement pour elles.

Demander des papiers pour tout le monde, c’est bien. Mais le faire au détriment des trans en besoin de SRS est juste de l’inconséquence pour ne pas dire autre chose. Ce n’est pas parce que certainEs ne veulent pas de SRS pour eulles qu’ielles doivent détruire la capacité de prise en charge des trans en besoin de SRS sur le sol français.

J’avais fait un rapide calcul du coût pour le système de santé français actuel de la prise en charge des trans. Si on part sur une base de 35.000 € pour une MtF et de 50.000 € pour un FtM, et que l’on considère 10.000 trans de chaque côté à prendre en charge sur une période de temps de deux à cinq ans, la somme déboursée actuellement par l’État est de 35.000 x 10.000 + 50.000 x 10.000 = 850.000.000 €. En cas de disparition des équipes et de non-prise en charge de ces sommes qu’il faudra bien débourser pour les trans qui ont besoin de ces soins, qui va prendre en charge cette somme rondelette ? Les associations qui auront demandé ce démantèlement ? Car il faudra bien aider les trans qui n’ont pas les ressources pour débourser ces sommes et qui auront néanmoins besoin de leurs soins.

Je vais faire un rapide rappel de la fameuse 5ème recommandation d’Hammarberg :

Rendre les procédures de conversion de genre, telles que le traitement hormonal, la chirurgie et le soutien psychologique, accessibles aux personnes transgenres et en garantir le remboursement par le régime public d’assurance maladie

Je ne vois nulle part dans cette recommandation une injonction à démanteler les équipes de prise en charge des trans mais plutôt une volonté à les rendre plus humaines. Après, il s’agit d’interprétations très libres et sujettes à caution.

Donc, pour revenir au premier point, les enfants trans… Si plus rien n’existe pour les prendre en charge… Que devront-ielles faire pour accéder à des soins payants à l’étranger ? Où trouveront-ielles les sommes d’argent ? Surtout si les parents sont réfractaires à leur transidentité ?

J’ai quelques réponses et je sais que vous les avez déjà. Et elles ne sont pas plaisantes du tout.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Leur nombre est encore faible, mais il ne cesse d'augmenter.... Aux Etats-Unis, les enfants et adolescents en crise d'identité sexuelle sont de plus en plus nombreux. Du moins, ils le manifestent beaucoup plus. Ils seraient selon certains spécialistes un enfant sur une population de 10 000. Pour eux, un traitement est possible. Portrait de ces enfants qui ne sont pas nés dans le bon corps, Maryse Burgot, Aaron Diamond, Valerie McCabe et Arielle Monange. %CODE1%
LIRE L'ARTICLE >>
Dossier Nouvel Obs sur les enfants transgenre aux US … et en France ?
A lire en version électronique si vous ne l'avez pas déjà fait dans le Nouvel Obs de la semaine dernière, une dossier très complet sur les enfants transgenres aux US. Un excellent article comme on aimerait en voir plus souvent. En résumé : Ryan, Sade, Amya, se sentent appartenir au genre opposé à leur sexe physique. Une clinique pionnière de Chicago prend en charge dès l'âge de 3 ans, ces enfants qui n'entrent pas dans les cases. Natacha Tatu, grand reporter ...
LIRE L'ARTICLE >>
DR L'Avenir de l'Artois
EDIT : Surtout allez voir les commentaires. Le texte en lui même est un point de départ pour approfondir une réflexion. Ne pas hésiter à proposer, critiquer, chercher. Ah l'éternel problème de la manière de prendre en charge les soins des trans' ! La médecine a classé depuis très longtemps notre cas dans la maladie. Et par rebond, l'assurance-maladie rembourse les soins liés du fait de cette dénomination en maladie. Mais... L'assurance-maladie rembourse tout aussi bien les soins liés à la maladie, qu'aux ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le droit des Trans passerait-il par la reconnaissance des Transkids ?
Le 26 mars, un excellent reportage a été diffusé dans le journal télévisé  de France 2 (ici, à partir de la 33ème minute). Et il y a peu un excellent article a été diffusé par le Nouvel Obs. (lien) Je suis particulièrement heureuse et touchée que l'on parle de ce sujet là sur une grande chaîne nationale, parce que justement, être Trans, c'est avoir été dans cette situation lorsqu'on est enfants. C'est un sujet qui me tient tout particulièrement à cœur parce que ...
LIRE L'ARTICLE >>
Rapport des Affaires Sociales sur la prise en charge des Trans
Évaluation des conditions de prise en charge médicale et sociale des personnes trans et du transsexualisme. Rapport Décembre 2011. Après la remise en 2009 d'un rapport de la Haute autorité de santé (HAS) sur la prise en charge du transsexualisme, le ministère de la santé a mis en place un groupe de travail piloté par la Direction générale de l'offre de soins dont l'objectif était de mettre en œuvre l'une de ses principales recommandations : la désignation de centres de référence multidisciplinaires. ...
LIRE L'ARTICLE >>
Nicolas Morel-Journel, meilleur chirurgien de France pour les réattribution, et humain
Actuellement, en France, le docteur Nicolas Morel-Journel est considéré comme étant le meilleur chirurgien en matière tant de vaginoplasties que de phalloplasties. Il est malheureusement le seul au bon niveau de technicité pour réaliser des opérations fonctionnelles et esthétiquement réussies avec un taux de réussite digne de ce nom, n'amenant que très rarement ses patientEs à revenir sur la table d'opération pour des retouches. En 2012, j’ai pratiqué 130 opérations dans le cadre d’un changement de sexe. Mais parfois, certains patients nécessitent ...
LIRE L'ARTICLE >>
Source : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10152242115293207&set=a.10152242114128207.1073741831.655413206&type=3&theater
Un statut Facebook partagé par @happydog et commenté par @aboudias ce weekend m'a fait réagir dans un commentaire mais finalement c'est plutôt d'un article qui s'agissait... La Marche des Fiertés, ce n'est pas la marche du 'lobby LGBT' ou un carnaval. C'est un événement festif pour rappeler à une certaine vieille France qu'en 2014 les personnes LGBT ne veulent plus vivre dans un placard parce que ça 'choque les enfants' ou autres arguments lénifiants. Elles n'ont pas à avoir honte de ce qu'elles ...
LIRE L'ARTICLE >>
Monsieur le Président, Je suis une personne trans et je m’adresse à vous afin de vous décrire quel sort est le mien aujourd’hui en France. Mes droits humains ne sont pas respectés, comme je vais vous le montrer. Ma transidentité n’est pas une pathologie mais le hiatus que je ressens profondément entre mon identité de genre et le sexe que l’on m’a assigné à la naissance. Une juste définition de l’identité de genre est donnée en 2006 dans les Principes de Jogjakarta : ”L’identité ...
LIRE L'ARTICLE >>
Existrans 2011 – 15ème Marche des Trans’, de celles et ceux qui les soutiennent
 EXISTRANS - Paris - 1er octobre 2011 - 14h - Départ place de la Bastille.15ème Marche des Trans’, de celles et ceux qui les soutiennent."Transphobie d’Etat : pathologisation, stérilisation, précarisation, expulsion."Comme en 2010, le collectif Existrans s'aligne et soutient la campagne internationale Stop Trans Pathologization 2012, "campagne pour la dépathologisation des identités trans". Les objectifs principaux de la campagne sont le retrait du trouble d’identité de genre de la nomenclature des maladies (le DSM de l’American Psychiatric ...
LIRE L'ARTICLE >>
Des parents d’enfants intersexués au procès. La judiciarisation est-elle une solution ?
Il se déroule en ce moment, aux USA, en Caroline du sud un procès qui retient l'attention des médias nord américains[1]. Dans le même temps en France se prépare le même type de procès sans que rien ne transpire. Il s'agit de parents d'enfants intersexués qui estent en justice pour demander réparations des mutilations génitales que leur enfant a subit. L'intersexuation concerne en France annuellement 8.000 nouveaux nés qui n'ont pas des corps sexuellement conformes aux attendus sociétaux. Ils ne sont pas ...
LIRE L'ARTICLE >>
Ces enfants qui veulent changer de sexe
Dossier Nouvel Obs sur les enfants transgenre aux US … et en France ?
Etre trans’… maladie … ou accident … ou autre chose ?
Le droit des Trans passerait-il par la reconnaissance des Transkids ?
Rapport des Affaires Sociales sur la prise en charge des Trans
L’incroyable retard de la France dans la prise en charge des chirurgies des trans
Enfants et Marche des Fiertés
Lettre ouverte d’une trans au Président de la république française
Existrans 2011 – 15ème Marche des Trans’, de celles et ceux qui les soutiennent
Des parents d’enfants intersexués au procès. La judiciarisation est-elle une solution ?

35 responses to Les enfants Trans, grands oubliés de la PMA

  1. Julie Mazens a écrit le 25 septembre 2013

    Le comportement de certainEs est révélateur de l’égoïsme absolu de nombreuses personnes dans cette communauté T.

    Elles font de Hammarberg une lecture un peu rapide : “moi et mes petits privilèges / revendications d’abord, rien à foutre des autres”.

  2. AlexMec a écrit le 25 septembre 2013

    Chloé Avrillon a soulevé ce point, point que je soutiens très fermement, et qui est quand même le mot d’ordre de la campagne STP 2013.

    Eh bien non… Ce point n’a pas été adopté de suite.

    C’est à vous rendre malade, un égoïsme pareil =_= “Après moi le déluge!”

    Nous sommes plusieurs à dire que les protocoles actuels sont en effet à cesser sous cette forme. Mais cesser ne signifie pas ne pas mettre quelque chose d’autre en place pour une prise en charge respectueuse des trans.

    Surtout qu’il existe déjà des équipes qu’on peut donner en exemple. A la Clinique C. de Lyon, où j’ai eu ma mastectomie, l’ensemble de l’équipe qui s’est occupée de moi a été d’un respect et d’une gentillesse exemplaires. Iels n’étaient pas toujours tout à fait au point au niveau des prénoms/pronoms, mais ça c’est le genre de choses qui peut s’arranger vite fait avec une bonne petite présentation bien ficelée. Le chirurgien montre déjà l’exemple, ainsi que son secrétariat à son bureau de ville, en n’utilisant systématiquement que du Monsieur pour les FtMs, et notre prénom masculin de choix partout où c’est possible (et même des fois, par habitude, là où il ne faudrait pas 😛 ) Et ce même chirurgien m’a laissé entendre qu’il était assez choqué de la façon dont certains de ses collègues de l’équipe hospitalière (l’équipe “protocolaire”, donc) traitent et considèrent les personnes trans qui viennent les voir. Donc nous avons clairement des appuis “de l’intérieur”, des professionnelLEs que nous pouvons utiliser comme modèles pour dire, “Voilà, inspirez-vous d’eulles”. Mais encore faut-il que nous soyons prêtEs à reconnaître le bien qu’iels font, d’abord…

    Plus généralement, ça me fait bien rigoler (très amèrement, hein) que des personnes qui exigent le démantèlement des équipes hospitalières pour le parcours trans, nous demandent d’aller manifester pour que plus de personnes aient accès à des équipes hospitalières pour le parcours PMA! Hypocrites, va!

    Rendre les procédures de conversion de genre, telles que le traitement hormonal, la chirurgie et le soutien psychologique,

    Roh-là-là, mais il dit des gros mots, Saint-Hammarberg O.o ! Bon d’accord, “psychologique” c’est moins grave que “psychiatrique”, mais quand même 😛 !

    • Aurore a écrit le 26 septembre 2013

      Tout a fait d’accord !!! Encore une fois 😉

      Ce n’est pas parceque l’outil est mauvais qu’l faut le jetter au rebus. Il suffit juste de le reaffuter dans le bon sens pour qu’il serve. Et puis c’est quand meme plus rapide de partir d’un objet existant que d’en refaconner un nouveau !! Moins de pertes de temps.
      Apres si il est vraiment trop pourris, il est vrai qu’il vaut mieux repartir sur une base saine quitte a perdre du temps, mais au final c gagnant de vouloir refaire l’objet pourris (qui cassera plus tard).
      Donc la question, les equipes hospitalières sont elles réellement si pourrite que ca pour repartir de zero ?

  3. Nathasha a écrit le 25 septembre 2013

    l existrans avec de tel revendication ,ne va pas favoriser une table ronde ! mais voila ils devront en assumer les conséquences et ne plus rejeter la faute sur les autres , et sur l état car le refus de travailler sur un projet c est pas une solution ! par contre crier victoire dés qu un texte sortira ça il seront les premier a le faire , mais en oubliant que a part chier du papier et faire des manif ils n auront pas foutu une fois les pieds dans une salle de travail avec des responsables de la santé et du sceau ! mais tireront la couverture dés que possible

    alors les bonnes volonté c est pour quand ?

  4. Jeanne Swidzinski a écrit le 25 septembre 2013

    C’est toujours pareil, y a pas qu’une seule forme de transidentité mais des transidentités avec ou sans demande médicale, avec ou sans hormone, avec ou sans chirurgie de réassignation et il ne faut pas qu’une partie de ce groupe soit hégémonique comme ça a l’air d’être le cas avec l’Existrans.
    Dans notre asso Trans3.0, la plupart des personnes qui viennent pour la 1ère fois veulent des hormones et de la chirurgie, il faut aussi tenir compte de cette demande car si les équipes hospitalières sont démantelées, elles se retrouverons dans un “marché” ou la loi de l’offre et de la demande régnera et c’est pas sur qu’elles puissent s’offrir tous les soins d’un point de vue financier.
    Je suis en province et ne peux pas participer aux réunions préparatoires mais j’espère que les positions extrêmes genre démantèlement de la Sofect ne seront pas celles qui seront prônées par les militant(e)s.

    • Julie Mazens a écrit le 25 septembre 2013

      des positions raisonnables comme la tienne sont malheureusement peu représentées sur la liste Existrans. bien qu’en province, il ne faut pas hésiter à vous y inscrire pour participer et influer les décisions.

      bises.

  5. Phlune a écrit le 26 septembre 2013

    Salut Alexandra

    Si je suis sur la même ligne que toi dans tout l’article, je pense par contre qu’on est loin des chiffres avec ce calcul :
    “35.000 x 10.000 + 50.000 x 10.000 = 850.000.000 €”

    Il n’y a certainement
    pas 20000 trans qui veulent de le la chirurgie même sur 5 ans en France.

    Là ou le bât blesse, et c’est d’ailleurs pourquoi l’omerta est si forte un peu partout, c’est qu’une vagino par exemple, coute probablement le double en France de ce qu’elle coute en Thaïlande, mais la Sécu ne ferait pas d’économie en acceptant les opé à l’étranger, parce qu’actuellement, ce sont les trans sauf exception qui se les payent.

    Cela explique parfaitement
    a) ce qui a été (et demeure?) une véritable politique des quotas en France,
    b) tous les filtrages extraordinaires qui jalonnent les parcours des equipes hosptitalières, et les ont rendues si détetstables, (en plus de la qualité pour le moins discutable des prestations …) puisqu’il vaut mieux payer le double quand on n’a qu’un quart de la demande à satisfaire …
    Mais je ne pense pas qu’il y ait plus de 400 ou 500 demandes de chirurgie génitale pas an (même si on est bien d’accord, y’a pas que celle-là, etc …)
    Quant aux jeunes, l’accès aux bloqueurs de puberté à 12 ans, à l’hormonothérapie à 16 et à la chir à 18 me paraitraît raisonnable ( il faudrait voir ce qu’en disent aussi les endocrino transfriendly, les retours d’expérience étrangers, les cas français, il y en a sûrement …)

    L’idée d’équipe hospitalière intégrée où tous les spécialistes intervenant sur une même demande se connaissent et travaillent ensemble, est au fond une bonne idée, si la personne demandeuse fait partie inégrante de l’équipe.
    mais dès le départ ceces équipes on t été vérolées par des considérations religieuses, financières, morales, et mandarinales sans rapport avec les besoins réels des gens.
    De telles équipes devraient d’abord éviter de regarder de haut tout médecin de l’extérieur, et ça, c’est déjà TROP demander dans leur constitution actuelle …

    • Alexandra a écrit le 26 septembre 2013

      Je suis partie sur le nombre de 20.000 en tout en partant du calcul statistique qui tend à montrer que dans la population française on tourne entre 500.000 et 1.000.000 de transidentitaires qui ne se coulent pas dans leur genre déclaré à la naissance. J’ai donc fait une projection rapide (empirique, forcément) du nombre qui pourrait résulter de demande d’opération génitale.

      Comme tu le dis si bien, il y a une politique que j’appellerais presque un Numerus Clausius pour maintenir un nombre de trans visibles le plus bas possible. Ça arrange. Ça permet en effet de faire de fortes économies. C’est d’ailleurs une question que je me pose depuis deux ans maintenant à savoir si justement nous ne sommes pas tout simplement une variable de l’équation des dépenses de santé qu’il faut maintenir au plus bas. Ceci expliquerait cela. Et je suis heureuse de voir enfin quelqu’un d’autre que moi soulever ce point.

      Le nerf de la guerre reste l’argent, surtout dans le cadre des dépenses publiques. Reconnaître pleinement nos existences, les prendre en compte réellement, ne plus faire barrage, ça entraînerait quoi ? Je ne suis pas loin de dire sans me tromper pratiquement, une explosion des demandes de SRS. Si tu ne mets plus de barrière et tu enlèves la culpabilité d’être trans et si tu dis que d’un coup tu vas répondre à la demande, combien de filles et de gars cela va-t-il débloquer ?

      Dans l’ensemble des trans, il y en a une partie qui joue dans le camp binaire pour leurs besoins personnels, et j’en fais partie. Et il y en a une partie qui joue dans le camp non-binaire. Les deux ont des besoins très différents. Là où le premier camp va majoritairement aller aux SRS, le deuxième camp réfute tout cela.

      Dans le premier camp, tu auras ceulles qui ont peur d’afficher une réelle non-binarité. Ça donne les trans opéréEs qui regrettent leurs opérations. Un désastre.

      Dans le deuxième camp, et je sais que je ne plais pas quand je le dis, mais c’est quand même ainsi, il y a ceulles qui se mettent en système non-binaire alors qu’iels sont en fait très binaires dans leur réalité, mais qui ont tellement les foies de passer sur la table du bloc qu’iels vont t’inventer n’importe quoi pour te dire que le système binaire c’est de la … .

      Les deux camps existent. Et ce que je dis c’est que dans le premier camp il doit bien y avoir environ 20.000 trans opérables sur 5 années. Je sais, c’est empirique, mais 500 c’est pas possible.

      J’étaye aussi cela par les échanges que je lis, qui sur les forums, qui sur les blogs, où on voit souvent des termes ultra-féminins pour se décrire, de certaines, des congratulations de la belle féminité d’une telle ou de telle autre et juste après un bout de texte pour t’expliquer que “ah ben non hein ? Je ne croque pas du système binaire, moi ! Nan mais ça va pas ? Chui pas une femme.”. Et là pour la suite ça donne “chui un homme” ou “chui intermédiaire.”. Alors la grande question… Pourquoi dans ce cas adopter tous les codes féminins, adopter un prénom féminin, et tout ce qui va avec, allant parfois même bien au-delà de tout cela, pour dire au final “ben non. Chui pas une femme.”. Je trouve cela juste bizarre.

      Je me suis un peu éloignée du sujet principal, mais pas tant que cela. En effet, je maintiens que bien des trans se la racontent à un moment et que de ce fait ça fait bien des malheureuxSES. Dans un sens comme dans l’autre. Il suffit d’observer. Et donc, ce nombre que j’avance n’est peut-être pas si dénué de sens que cela… Mais comme nous n’avons pas de vraie statistique de population, on en restera à des conjectures.

      • Alexandra a écrit le 26 septembre 2013

        Pour le côté “chui pas une femme”, je parle bien entendu de personnes qui se la racontent grave, hein ? Nan… Parce que je vois arriver mon Charly qui va me mettre un coup de rame. Alors… :-)

      • Phlune a écrit le 26 septembre 2013

        “Si tu ne mets plus de barrière et tu enlèves la culpabilité d’être trans et si tu dis que d’un coup tu vas répondre à la demande, combien de filles et de gars cela va-t-il débloquer ?”
        Il y a eu en bouquin en 1997 qui s’intitulait : ” Doit-on crainte une épidémie de transsexualisme ? ”
        Tu imagines les techniciens qui ont inventé la prothèse de hanche à qui ont dirait:
        “Oki, c’est bien gentil, mais si les vieux apprennent ça dans les hospices, on va avoir une épidémie de demandes, et un effondrement du marché des fauteuils roulant ? Il faut donc n’opérer que ceux qui risquent de se suicider à cause la douleur, et ne rien dire aux autres ?”

        Et pourtant dès le début les équipes off ont TOUT fait pour empêcher l’info Rien sur le dépistage, zéro info auprès des infirmères scolaires, du planning familial, etc, et tout ça pour une “maladie mentale incurable, installée dans l’enfance, pouvant mener à l’automutilation et au suicide, pour laquelle n’existent que des soins pailliatifs hormono-chirurgicaux …. et blabla”, enfin, tout le discours pathologisant qu’on connaît.
        Après la lettre de Lou l’autre jour, je suis allée vérifier : effectivement les Standards de soins ne sont PAS publiés sur le site de la SOFECT.
        On est pas loin de la non-assistance pure et simple …

        Question pognon, relis le petit calcul, lui-même sommaire, de mon profil 😉

        • Nathasha a écrit le 26 septembre 2013

          et tu met quoi en standard de soins ? c est comme les chiffres 1 000 000 de transidentitaire ! a bon et on les explique comment ? on met quoi dans cette rubrique ?

          c est drôle on commence a avoir des truc similaire avec les inter , on élargie encore plus ! d ici peut on arrivera a l autodétermination d un état inter sexe

          après on s étonne que de l autre cotés il y a un blocage au niveau du dialogue ! la France dois montrer l exemple ect ect !! et une question ! si on retarde la puberté d un enfant ect ect et qu a 20 ans il se declare pour un retour arriere car il n etait pas mature et influencé par l entourage ou autre ! contre qui on se retourne ? a qui on impute la faute ? au psy , a non il n y en aura plus besoin ! au parents ? au medecin ? ( encore normal qu il veuille verrouiller le truc )

          • Alexandra a écrit le 26 septembre 2013

            Je crois que c’est en Thaïlande (à vérifier, j’avais lu un article là-dessus, je ne le retrouve plus) où on admet que 7 % de la population est trans. Donc, mon “petit” million ne couvre que 1,3 % de la population française. Imagine un instant…

            Et quoi qu’on en dise, on ne sait pas pourquoi, comment, une personne se trouve être trans. Je ne parle même plus d’autodétermination, parce que vouloir en passer par la table d’opération pour se sentir avoir la bonne anatomie montre qu’il y a une impossibilité à vivre dans l’anatomie de départ. Ce n’est pas un caprice et il ne faut pas le faire passer pour un caprice. Là, je ne peux te suivre, Nathasha dans le discours qui voudrait que ce soit “ceux d’en face” qui déterminent si médicalement t’es trans. De toute façon, vouloir en passer par le bloc, faire tout pour changer son Etat-Civil, ce n’est pas et ne peut être une question de caprice. C’est trop lourd en terme de conséquences sociétales pour la personne pour aller faire une chose pareille juste “pour faire comme les autres”, ou je ne sais quoi encore.

          • Phlune a écrit le 26 septembre 2013

            “et tu met quoi en standard de soins ?”
            Mireille Bonierbale, présidente de la SOFECT, clame à qui veut l’entendre que les équipes hospitalières respectent les Standards de la WPATH. La moindre de choses seraient d’en fournir la version française !
            On y apprendrait, pas exemple (page 60) qu’une personne trans’ est éligible à une chirurgie génitale après 1 ans de suivi psy, un an de vie full-time dans le genre revendiqué et un an d’hormonothérapie….
            J’attends de pied ferme le témoignage du premier cas où ça aura été effectivement appliqué en France.
            Je ne dis pas pour autant que ce Standard est une merveille, je dis qu’on nous promène …
            D’autre part, il est certain, quoiqu’en disent certaines assoces, qu’il faut un filtrage en début de parcours pour ecrémer les gens qui déconnent réellement.
            Le mensonge est de faire croire qu’il faut des années pour ça : qq consultations psy sur un ou deux mois (et, peut-être un suivi plus pointu pour les plus jeunes …)

            Et il faut admettre AUSSI qu’il aura TOUJOURS un pourcentage d’erreurs, le problème étant qu’on ne pourra JAMAIS le comparer au pourcentage de suicides des gens qui n’ont pas réussi à sortir du placard ….

          • Alexandra a écrit le 26 septembre 2013

            Ne pas oublier que nous sommes en train de parler d’enfants et d’adolescents. C’est le cœur de cet article.

            Attention à ne pas rebondir dans les cas adultes qui sont considérablement différents.

            Dans tous les cas, un enfant est sous responsabilité d’adultes. Donc, on est en train de parler de ne pas faire n’importe quoi avec des mômes. La responsabilité est très grande. Et dans cette responsabilité, l’humanité des adultes qui entourent le/la gaminE est cruciale. Ce ne sont pas des objets d’expérimentation. Il y a une responsabilité éthique très grande et n’importe qui ne peut s’occuper d’enfants et d’ados trans. Surtout côté ados, il ne faut pas oublier que la crise d’adolescence peut en rajouter des couches et il faut vraiment des personnes très humaines, très au fait de ce que l’ado est en train de dire, exprimer.

          • Nathasha a écrit le 26 septembre 2013

            et tu sera confronté au meme souci que celui que je combat avec la mutilation des enfants inter ! qui decidera ? quelle instance ? en cas de demande ou de refus n y aurat il pas une mise sous tutelle de l enfant ? et donc equipe de pedopsy ! je travail sur ce dossier a lyon et c est pas evident de trouver une ligne equitable et humaine c est complexe ! l enfant mineur entre les parents le corps medical et l etat par la decision judiciaire

          • Alexandra a écrit le 26 septembre 2013

            Si on considère un enfant trans en tant qu’enfant avant tout, avec des besoins qui sont ceux d’une transition, appelons un chat un chat, alors tu privilégieras le côté humain et tu ne mettras pas en avant le côté “bizarre” qui fait le fonds de commerce de médecins transphobes.

            En fait, je pense qu’on prend le problème complètement à l’envers. Il faut déjà éliminer de la boucle toute personne du corps médical, transphobe. Le problème est de ce côté. Si dès le départ les médecins qui s’occupent des trans, enfants-ados-adultes, sont empathes, dès lors ils pratiquent leur métier et apprennent au fil de leurs expériences de vie au contact des trans.

    • Nathasha a écrit le 26 septembre 2013

      heu peut etre qu un acte facturé en France fait travailler un service ? un médecin ? des infirmières ? et que le pognon sert a des salaire a une économie national ! déjà tout les pseudo chiffre sur une op en France le coup ect ect c est pipo , c est clair qu un forfait hospitalier en France c est pas pareil qu en Thaïlande ou les salaire c est a la fronde

  6. Nathasha a écrit le 26 septembre 2013

    Donc voila je vais me faire l avocat du diable ! mais en même temps ça me dérange pas

    pour connaitre et avoir échanger avec Mm Bonnierbale sur une tonne de sujet ! le site n est plus et ne sera plus a jour , la raison c est que depuis 2010 chaque équipe est en autogestion d évaluation et de protocole ! mais même si les assos sont parfaitement au courant et ce depuis longtemps elle se font encore un devoir de donner comme info le protocole Cordier alors qu il n est plus en application depuis pas mal de temps , car cela sert une certaine propagande ! pareil pour la qualité des operation ! legende urbaine sur les resultat ou limite certaine op en france on honte de le dire , car on leur dit a ma pauvre et tu souffre pas trop ! faut y arreter la propagande de casse ! un filtrage heureusement , et oui je trouve que les disposition WAPTH sont un garde fou (sans jeu de mots) une evaluation psy oui je suis pour un suivie pourquoi pas ! et pour ce qui est du real test , oui mais avec les hormone ! car c est diffèrent de se sentir femme et de vivre full time en femme ! les puriste me diront l habit ne fait pas le moine mais autre débat qui m échappe suis trop binaire , et des op en 3 ans ça n existe pas en protocole ? je demande a voir ! et les gens qui n ont pas reussi a sortir du placart du impute la faute a qui ?

    • Alexandra a écrit le 26 septembre 2013

      Si dans ce cas le site n’est plus à jour, pourquoi le maintenir à disposition ?
      Dans ce cas, pourquoi ces pages obsolètes ne sont pas détruites ?
      Les associations entretiennent certains messages, mais si de son côté la SoFECT dit elle-même que ses pages ne sont plus à jour, pourquoi les conserver ainsi à disposition du public ? Juste pour faire joli ? La SoFECT continue donc à entretenir un message déformant… Alors ? Elle vient quand cette destruction des pages obsolètes ?
      Ensuite… Et là, on n’est pas encore venuEs sur le sujet, mais il est dans les cartons… Que doit-on penser du DIU en préparation pour cette année et qui reprend point par point le contenu de ces pages obsolètes ? Cette affaire de DIU n’est pas passée inaperçue et va bientôt être fortement discutée.

      J’aimerais bien une explication dans le texte. Mais je sens que la situation est très très loin d’être claire. Un double-discours, comme toujours, des mandarins de cette association…

      • Nathasha a écrit le 26 septembre 2013

        absence de cadre ! donc de chaque coté on construit un programe au cas ou ! et tu sais deja ce qu il va y avoir dans le cadre du DIU ? le contenu des cours ect ect ca reprendra le minimum des reco du WAPTH ce qui tout a fait normal non ? apres lecture beaucoup de psy ! et alors la place des psy n est remise en cause par aucun etat dans les cas de transsexualisme non? donc proposer une formation pourquoi pas ?

        ils n ont jamais prétendu vouloir abandonner le suivis psy ou les critère de sélection ? ca c est ce que demande les assos ! mais la sofect ne communique pas avec les assos ou alors certaines !

        je ne vois pas ou est le problème de cette formation

        • Alexandra a écrit le 26 septembre 2013

          Qui fait le cours sur les SRS ? NMJ ? (J’ai la réponse, mais j’aimerais qu’on en parle…)

          • Nathasha a écrit le 26 septembre 2013

            il donne un cours générale c est pas une formation de chirurgien ni une spé de chirurgie et a décharge je préfère voir le baron de paris avec un pointeur laser pour un power point plutot qu un bistouri dans la main pour une op j ai deja dit ce que je pensai de cet personne

            j ai les meme infos que toi ! tu vois la Sofect comme un truc fluide ! alors que non dedans ca se dispute la place lutte de pouvoir ect ect

          • Alexandra a écrit le 26 septembre 2013

            Mais même un cours général… Ce devrait être NMJ. Point.
            Je ne vois nullement la SoFECT comme un truc fluide, je vois une asso dont le site WEB n’est apparemment pas du tout à jour (il y aurait un nouveau courant sans psy ? Vrai ?… Supputations. :-) ) mais qui de ce fait diffuse un contenu qui n’est pas en accord avec ce qui se fait maintenant, sachant que même ce maintenant doit être réformé en profondeur, revu et corrigé et rendu plus humain.
            Je ne vois rien d’humain dans la SoFECT et sa manière d’envisager les trans. Dur pour des gens sensés s’occuper de l’humain…

          • Nathasha a écrit le 26 septembre 2013

            question de point de vu dont je ne préfère pas debattre

  7. Diane Librement a écrit le 26 septembre 2013

    il est étonnant que les associations mises en cause ne soit pas venues répondre à ce texte … qui ne dit mot consent ??

  8. Chloé Tigre Rouge a écrit le 26 septembre 2013

    Le démantèlement des équipes hospitalières, c’est de la pure tactique pour obtenir des remboursements de chirurgies étrangères.

    part en maugréant sur les chiennes apatrides de la mondialisation, quand les vannes à kérosène auront été coupées vous verrez si vous irez en Thaïlande…

    En ce qui concerne un cursus universitaire, pourquoi pas, tant qu’il est éthique et qu’il est non-définitif. Ca ne sera pas forcément du “state of the art”, mais ça sera un début.

    • Alexandra a écrit le 26 septembre 2013

      C’est pour cela qu’il faut des chirurgiens comme NMJ formés en nombre pour éviter d’avoir à dépenser du kérosène (bon… entretemps y aura l’hydrogène-oxygène…).
      Entre nous, j’aurais pas eu à courir 20.000 km AR pour ma SRS, j’en aurais été heureuse. Sauf que c’était pas possible, surtout dans les délais impartis.
      Et comme je dis, si le barrage est levé, bien entendu avec suffisamment de chirurgiens BIEN formés, pourquoi aller cavaler à l’étranger ? Pourquoi aller dépenser des sommes qu’on préfèrerait avoir pour d’autres utilisations ?

      part en sifflotant et avec les narines irrémédiablement attirées par l’odeur de la cuisse de canard aux herbes de Provence, paprika doux, huile d’olive et pommes de terre de la baie du Mont Saint-Michel en train de cuire dans le four… Avec un petit verre de Madiran… On va pas se le refuser. 😉

  9. Cand a écrit le 27 septembre 2013

    Nous sommes bien d’accord sur le constat et nous sommes de plus en plus nombreuse à cela. Par contre, je ne comprends pas pourquoi vous continuez à l’Existrans, à vous battre contre 5 à 10 personnes qui bloquent tout sans avoir la moindre influence sur le gouvernement ni sur rien d’ailleurs. C’est un peu comme si un gaulliste s’inscrivait au pc et s’étonne de ne pas avoir les mêmes fondamentaux !?!

    La seule plus-value de l’existrans, depuis le départ de son fondateur, c’est le moyen technique de rassemblement que constitue la liste de diffusion. Ça fait pitié.

    Barrez vous de cette merde et imaginons de nouvelles approches, de nouvelles façons d’exprimer notre existence et nos demandes d’une meilleure prise en compte.

    Moi, j’irais pas à l’existrans. Je suis contre. Ces modes de contestation sont désuets et inopérants, sauf si tu as une réelle force de frappe comme les gay ou les cathos. Ça me saoule de pleurer ma mère avec des p´tits panneaux à la con qui veulent rien dire et qui me font passer pour un cas social, un freaks, une grosse tanche inculte.

    Bisous

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -