Une trans à «Libé», c’était hier

22 octobre 2013 | Tags: , , ,

helene-hazeraTribune du 18 octobre 2013 publié sur Libération
(NDLR : republié sur Txy avec l’autorisation de l’auteure)

Par HÉLÈNE HAZERA – Productrice à France Culture et activiste à la commission trans d’Act Up Paris, ancienne journaliste à «Libération».

Je suis rentrée à Libération en 1978, engagée par Michel Cressole, lui-même installé par Guy Hocquenghem, pour écrire des notices sur les films qui passaient à la télévision. Nous nous étions connus au joyeux Front homosexuel d’action révolutionnaire. J’avais fait mes débuts professionnels à la Cinémathèque de Langlois, Michel me demandait d’écrire sur les films qui passaient à la télé. Mon souvenir du Libération d’alors (salaire unique pour les privilégiés, piges à 25 francs le feuillet), c’est celui d’une comédie musicale. Les locaux de la rue de Lorraine et son annexe où on nous installa présentaient (à mes yeux) le plus joli désordre que l’on puisse imaginer. Je servais aussi «des rafraîchissements horizontaux» aux passants de Pigalle, j’allais au Bois (35 francs la pipe 70 francs l’amour).

De Perpignan, où je fus un moment la vedette d’un spectacle porno, j’envoyais des lettres à Michel Cressole. Je crois que c’est sur la foi de ces lettres qu’il m’engagea (notre amitié se scellait régulièrement par des échanges de livres, comme on échange son sang). Libération, c’était une délivrance. Jean-Luc Hennig, que j’avais croisé à Pigalle m’a, un jour, balancée. Avec Michel, nous étions tout au fond des locaux, tout le journal passa me mater, sous prétexte de demander les programmes télé… Michel me dit «ils vont avoir quelque chose à raconter chez eux en rentrant ce soir». Un phénomène de plus dans cette ménagerie où les atypiques ne manquaient pas (ah, Patrick Piet et son tatouage «découpez suivant le pointillé» !). Une seule voix discordante, une claviste nommée Nicolas, qui remettait au masculin les accords de mes articles.

Je suis restée vingt ans à Libération, je m’y suis faite, dans l’obscur plaisir de se relire dans un journal. On y a accepté massivement ma différence de femme trans exubérante (et bipolaire). Mes collègues savaient-ils que j’étais la première femme trans à avoir intégré une rédaction en France ? Et que cette «intégration» faisait partie de cette épopée des trans des années 70 ou 80 décidant de rompre avec le tapin ou le cabaret pour devenir banales ? A Libération, j’ai écrit très peu sur la cause trans. Un éditorial saluant la loi Caillavet de 1982, des articles vantant le photographe Strömholm, des «Rebonds» quand, en 1982, des psys s’élevèrent contre le Parlement européen qui imposait d’octroyer de nouveaux papiers après les opérations, ou le premier livre transphobe de Colette Chiland… Et je devais laisser passer des horreurs sous la plume d’autres collègues.

Ce mot «travelo», qui pour vous semble de l’univers de la blague et qui pour nous est une discrimination féroce, les précisions genre «il ou elle», les «e» mis entre parenthèses pour signifier que telle artiste «a un passé douteux»… Et puis ce marronnier des trans : l’éternel article «Gaston est devenu Marguerite» ou «Marguerite est devenue Gaston». Et plus Gaston «avant» a un profil masculin (chef pompier, CRS) plus Marguerite au départ a un profil féminin (danseuse, coiffeuse), plus ça plaît. Et pas question de faire comprendre au lecteur que l’opération n’est pas une obligation mais un choix. Il y a sept ans avec Act Up, nous avons organisé une «Répi» (1) sur le sida des trans, l’année d’après, avec le Crips (Centre régional d’information et prévention du sida), c’est toute une journée qui s’est construite sur ce problème (aux Etats-Unis, 30% des trans sont contaminées avec des pics à 70% pour les femmes trans de couleur. En France il n’y avait rien). A la journée du Crips un seul journaliste était là, celui d’un journal médical.

Mon impression c’est que vous ne nous connaissez pas. Pour un bon article (celui de Libé sur l’Existrans le 14 octobre), combien de dévidoirs à fantasmes ? Avez-vous au moins intégré que parmi les conseillères économiques d’Obama, il y a une femme trans, Amanda Simpson ? Vous imaginez son pouvoir ? Les trans sont partout et pas seulement fils de vedettes. Mais on préfère montrer les fantasmes des artistes sur les trans que la création des trans elles-mêmes et eux-mêmes, occultant que nous sommes en train de devenir une force culturelle.

Les réussites ne doivent pas faire oublier que pour beaucoup c’est dur. L’honneur de cette communauté sera d’être aux côtés des plus maltraitées, de ne pas jouer au jeu de la «bonne image» en abandonnant les marginales, les précaires, les putes, les séropos, les migrantes, celles en prison… Sans oublier les violences, les meurtres où la victime est tuée une deuxième fois quand on parle d’elle au masculin dans le journal.

J’ai été la première trans journaliste dans un grand quotidien, à travailler à la radio, à faire des documentaires. Je suis arrivée mignonne à Libé, aujourd’hui je suis défigurée par le sida et je me heurte à la sournoise discrimination des trans où plus vous ressemblez au nouveau genre plus vous êtes respectées. Ce qui me chagrine c’est que, trente-cinq ans après mes débuts, je ne vois pas arriver de jeunes trans journalistes. Non seulement les médias disent des conneries sur nous mais en plus ils nous sont fermés. Comme chaque année, j’irai demain à l’Existrans (2).

(1) Réunion publique d’information.
(2) Marche des trans et des intersexes à Paris, départ à 14 heures, esplanade des Invalides.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
17 février 2014 – Forum Atelier de sensibilisation : Trans’ et VIH
Atelier de sensibilisation sur les trans’ et le VIH : pourquoi les personnes trans’ sont à risque, et comment travailler auprès de cette population ? Les inscriptions doivent se faire avant le 12 février. Il faut envoyer un email à l’adresse bastier@lecrips.net en spécifiant les informations suivantes : nom, prénom et email. Toutes les info sont sur le lien : http://lecrips-idf.net/rubrique392.html Atelier: Trans’ et VIH Exposition-photos: l’histoire des personnes trans’ et le VIH/sida à Paris   Objectifs Sensibiliser les professionnels de santé aux situations des personnes trans’ ...
LIRE L'ARTICLE >>
Identité, genre, trans, Pourquoi la France coince ?
Entretien avec Hélène Hazera, journaliste, productrice et Sophie Labelle, auteure de livres jeunesse sur le genre, en duplex depuis Montréal. Les trans sont en colère et vont le dire le 18 octobre lors de leur traditionnelle marche a Paris. Le candidat François Hollande avait promis une loi pour permettre de changer de sexe légalement sans obligatoirement passer par la chirurgie. Il n'a pas tenu sa promesse. La vigueur de l'opposition au mariage pour tous, le Sénat désormais a droite rendent désormais ...
LIRE L'ARTICLE >>
Trans bidule, Trans machin, Trans truc … Quatro !
J'ai parlé précédemment de mon positionnement de femme d'origine transsexuelle par distinction vis à vis des femmes bio et j'avais mis de coté le transgendérisme. Tout d'abord je rappelle que durant notre parcours nous avons tous été pendant une période plus ou moins longue, tout d'abord travesti(e), ensuite trans-genre et enfin transsexuel(le) pour ceux et celles qui se destinaient à l'opération. Le résultat de ce long parcours fait de nous des hommes ou des femmes socialement reconnu(es) comme tel(le). Pour ceux qui en ...
LIRE L'ARTICLE >>
Trans bidule, Trans machin, Trans truc … (ter)
Dans un article que j'ai écris ici, je disais que la trans aimait à se définir seule. Dans le cadre privé cela ne dérange en rien, mais lorsque l'on en arrive à un cadre plus général cela créé un méli-mélo dans lequel il est bien difficile d'y voir clair. On a tendance à vouloir généraliser la trans-identité sous l'appellation "trans-genre" ce qui est un grand fourre tout dans lequel on y trouve forcément un grand bordel. Les appelations "transsexuelle" "trans-genre" et ...
LIRE L'ARTICLE >>
STOP AUX MEURTRES DE TRANS
Une marche organisée par "Les Myriades Transs" pour rendre hommage à Mylène aura lieu demain vendredi 9 août à 14h30 Place d'Aisne face au Tribunal de Grande Instance de Limoges. >>> Lire le programme <<< (Communiqué de Presse) Pour les Limousin.e.s le meurtre de Mylène, c’est un fait divers regrettable : elle était une figure de la Ville, unanimement appréciée. Pour nous, associations trans de Limoges et Trans qui sommes venu.e.s d’ailleurs pour lui rendre hommage, son assassinat s’inscrit dans un ...
LIRE L'ARTICLE >>
3 octobre 2013 – RéPI “Trans & VIH : le retour”
Act Up-Paris organise le jeudi 3 octobre une Réunion Publique d'Information (RéPI) "Trans & VIH : le retour" de 19h30 à 22h à l'école des Beaux-Arts de Paris - Amphithéâtre des Loges au 14 rue Bonaparte - Paris 6ième. 7 ans après la RéPI 59 « TRANS' ET VIH après le silence... », nous consacrons une nouvelle réunion à ce thème. Les Trans sont très touchéEs par le VIH/sida, particulièrement chez les femmes trans (transition Male to Female -MtF-) parmi lesquelles ...
LIRE L'ARTICLE >>
Un texte de Paul Beatriz Preciado
Beatriz Preciado devient Paul Preciado !!! Comme d'habitude, ce texte est fabuleux d'intelligence. "Devenir trans, comme devenir indépendant, signifie qu’il faut surtout et toujours démissionner de la nation et du genre." Je vous laisse découvrir tout le reste et vous en imprégner ... http://www.liberation.fr/chroniques/2015/01/16/catalogne-trans_1182248 Pour lire ses autres articles, c'est ici : http://www.liberation.fr/auteur/13780-beatriz-preciado
LIRE L'ARTICLE >>
Existe-t-il une masculinité trans ?
L’un des points marquants de l’entretien d’Emmanuelle Beaubatie est que, « contrairement au genre féminin, le genre masculin se devait d’être biologique ». Mais qu’en est-il vraiment des parcours de vie FtM et de la masculinité FtM ? « L’accès au masculin est impensable », souligne la chercheuse en reprenant les termes de Julie Guillot *. Pourquoi est-elle encore si invisible par rapport à la féminité des MtF ? A lire sur http://www.observatoire-des-transidentites.com/ftm-ft-ftx-masculinites-trans.html * Julie Guillot. Entrer dans la maison des hommes. De la clandestinité ...
LIRE L'ARTICLE >>
L’enfant qui était en moi
La jeune enfant était meurtrie. Elle pleurait sans discontinuer, malgré toutes mes tentatives pour la cajoler. Elle avait fini par me désorienter sérieusement. La profonde déchirure qu’elle portait en nous avait fait mainmise sur mon âme. J’avais beau m’évertuer à rapiécer sa mémoire, elle s’octroyait de plus en plus d’espace, exigeant une condition impossible. Et cette impossibilité lui faisait répandre toutes les larmes de son corps. Je m’étais imaginé pouvoir la consoler en lui disant que je comprenais ses attentes. Que je ...
LIRE L'ARTICLE >>
Trans bidule, Trans machin, Trans truc …
Par définition la Trans est une emmerdeuse, ce qui peut se comprendre vu son parcours. Plus elle est vieille et plus elle est chiante, ce qui n'est pas forcément une règle ou exponentiel et là aussi cela peut se comprendre. La trans aime à se définir seule, elle a sa propre vision des choses qui n'est pas forcément mauvaise et elle est susceptible. Pour aborder une personne Trans sans forcément entrer en conflit linguistique avec elle, le mieux est de lui ...
LIRE L'ARTICLE >>
17 février 2014 – Forum Atelier de sensibilisation : Trans’ et VIH
Identité, genre, trans, Pourquoi la France coince ?
Trans bidule, Trans machin, Trans truc … Quatro !
Trans bidule, Trans machin, Trans truc … (ter)
STOP AUX MEURTRES DE TRANS
3 octobre 2013 – RéPI “Trans & VIH : le retour”
Un texte de Paul Beatriz Preciado
Existe-t-il une masculinité trans ?
L’enfant qui était en moi
Trans bidule, Trans machin, Trans truc …

4 responses to Une trans à «Libé», c’était hier

  1. Barbara Alie a écrit le 22 octobre 2013

    C’est une histoire impressionnante, merci pour le partage, imaginer être trans dans cette époque nous faire réfléchir pas mal sur la réalité trans d’aujourd’hui.
    J’adore quand vous dites : “Mais on préfère montrer les fantasmes des artistes sur les trans que la création des trans elles-mêmes et eux-mêmes, occultant que nous sommes en train de devenir une force culturelle” mais en précisant que “Les réussites ne doivent pas faire oublier que pour beaucoup c’est dur. ”
    Personnellement, je crois beaucoup que mettre nos réussites en évidence est la meilleure forme de réussir à avoir nos droites ainsi qu’aider les trans qui vivent dans la peur, fermées dans leur salons mais surtout avoir une voix pour aider celles qui sont dans une situation de précarité.
    Surtout, il ne faut jamais oublier que la situation de précarité peux arriver à nous toutes, le monde tournée et l’avenir est rempli des surprises.
    Encore une fois, merci pour ce texte qui m’a remis en perspective!

  2. annie31 a écrit le 22 octobre 2013

    oui mais liberation à bien changé!

  3. Cand a écrit le 26 octobre 2013

    Merci Hélène, c’est un bel article. Amanda Simpson n’est plus conseillère d’Obama mais elle a un haut-poste au Pentagone :

    Amanda Simpson (born 1961) is the Deputy Executive Director of the Army Energy Initiatives Task Force while detailed from her position as the Special Assistant to the United States Assistant Secretary of the Army for Acquisition, Logistics, and Technology. She was formerly the Senior Technical Advisor in the Bureau of Industry and Security and was the first openly transgender woman political appointee in any administration. Simpson works in the United States Department of Defense …

    Son ascension ne s’est donc pas arrêtée dans un cabinet présidentiel. L’autre jour, je regardais des débats au Congrès américain (quoi qu’on en dise, souvent une belle leçon de démocratie) et derrière le Président du Congrès, il y avait une militaire pleine de décoration. D’un coup, j’ai l’ai regardé attentivement parce que j’ai pensé à Amanda Simpson. Je ne sais pas du tout si c’était elle mais cela aurait pu être sa place et j’étais super fière.

    Soyons fières.
    Bisous
    Candice

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -