Témoignage d’une micro-greffe capillaire

27 octobre 2013 | Tags: , , ,

Bonjour mesdames et messieurs, ce billet concernera certainement plus les dames d’ailleurs ^^

Je vais vous dérouler ici le fil de mon opération de micro-greffe capillaire. Uniquement la journée au bloc sinon ça risque de faire un roman.

J’avais donc rendez vous à 8h45 en cette belle journée ensoleillée du Lundi 21 Octobre 2013 et je suis arrivée pile poil à l’heure prévue… Dommage, je n’aurais pas le temps de me remplir la panse comme le médecin me l’avait conseillé. L’opération étant longue, il vaut mieux être rassasiée car on n’a pas de pause déjeuner pendant la journée…

Je règle tout de suite mes dettes et on me donne un lexomil vers 9h00. Je patiente en faisant des sudoku les un à la suite des autres… Pas nerveuse pour un sou mais j’appréhende un peu j’avoue. On m’a dit tellement de choses sur d’éventuelles complications que mon cerveau mouline un peu.

10h00, la chirurgienne Marilyn et ses “Greffettes” Laurence et Brigitte arrivent sur place et moi, je commence sérieusement à planer et lutter contre le sommeil… Peace!

On me donne un beau pyjama en papier so sexy et on me laisse me préparer. J’ai beau être couverte, je me sens vraiment à poil. Et puis, il fait si froid…

Derniers problèmes administratifs avec Marilyn, elle prends des photos pré op pour monter un dossier, reprends les mesures des zones à greffer, s’acharne à m’attacher les cheveux et dessine le schéma de découpe du prélèvement pour la greffe….

Allez, c’est parti! On m’allonge sur la table le visage dans un coussin fer à cheval, On ajuste la position pour faciliter le travail des filles. Et les premières injections d’anesthésiant me sont administrées (assez désagréable comme sensation. Le produit est sous pression alors on m’appuie la tête si bien que je ne peux respirer autrement que par la bouche et de côté….). Ça agit très rapidement et j’ai vite l’impression d’avoir un casque sur la tête.

Il doit être aux alentours de 10h30 quand on commence à tailler la bande de peau donatrice. Très désagréable cette partie de l’intervention comme je l’ai dit plus haut, le visage plaqué sur la table. Je prends mon mal en patience et prie le bon dieu pour que cela se termine le plus rapidement possible….

Le temps à perdu toute consistance, je n’ai aucune idée des heures et n’aspire qu’à pouvoir enfin respirer par le nez, Dès les premiers prélèvements effectués, Laurence et Brigitte s’attellent très rapidement à découper les greffons un par un ou deux par deux… Les seules informations que j’aie sont les paroles qu’échangent les filles entre elles.

Marilyn s’efforce de me parler pour me détendre et me faire patienter mais je reste assez concise dans mes réponses…. Essayez de parler avec un matelas dans la bouche quand vous respirez par cet orifice, vous allez galérer croyez moi! Ma gentillesse légendaire m’empêche de leur expliquer que je n’arrive pas à parler à chacune des nouvelles questions qui me sont posées alors à un moment je feins de dormir….J’entends que je suis très vascularisée de la tête et les filles se battent avec mes vaisseaux tout le long du prélèvement… Je ne ressent que de faibles douleurs car ayant une forte résistance aux anesthésiants, mon cuir reste sensible tout de même.

Impossible de quantifier le temps de prélèvement et le temps de suture, Mais il est midi, je respire par le nez et je vois le jour… Ma cicatrice est fermée et les greffettes sont en pleine action! On me fait m’asseoir tout doucement, puis me lever et marcher un peu.J’ai droit à un verre de jus d’orange et trois madeleines qui sont les bienvenues… Petit passage par le pipi room et on se remet au travail.

Partie de l’intervention assez impressionnante, la préparation des cavités qui vont recevoir les greffons. On était parties sur la base de 800 greffons et les greffettes m’annoncent qu’elles ont réussi à prélever 960 pièces. Plutôt cool :-) Cela veut dire qu’on me fera 160 trous supplémentaires dans la tête et ça c’est beaucoup moins funky…

Marilyn utilise une canule et à chaque nouveau trou, j’entends des craquements et des bruits sourds contre l’os de mon crane… On papote beaucoup et le temps passe plus vite ainsi il me semble, Fleurs, cuisine, transition… Ma nuque est mise à rude épreuve durant cette opération, saignant beaucoup les filles effectuent des pressions incessantes pour aider à coaguler. Je dois bien avoir perdu encore 3cm sur ma taille^^. Encore une fois, impossible d’avoir une quelconque idée du temps qui passe mais pour la pause suivante, à 15h30, tous les trous sont faits et 560 greffons sont déjà en place.

Une petite madeleine, un verre de jus de raisin et on se lance dans la dernière ligne droite. Les filles commencent à accuser la fatigue, je m’en rends compte car elles ne parlent presque plus entre elles ce qui me vaut de tomber de sommeil, enfin. Je dois dormir une petite heure mais ce petit assoupissement me fait amener un bruit de fond au tableau, j’ai ronflé, me dit-on à mon réveil. et je suis un peu honteuse mais bon, je suis loin d’être sexy dans mon apparence du moment ;-).

Il est maintenant environ 17h00 et les filles m’annoncent que c’est fini. Elle s’acharnent à me redonner une apparence humaine, et j’avoue être pressée de me voir enfin. Je sors du bloc, doucement, complètement engourdie mais heureuse! Ça y est! C’est fait!

Micro-greffe capillaire - Bérénice so sexy :)

Micro-greffe capillaire – Bérénice so sexy :)

Je remets mes vêtements en faisant très attention de ne pas frotter ni toucher les zones greffées et direction une glace pour me regarder. Ça va, je m’attendais à pire! j’ai le front gonflé comme si je m’était faite botoxer….. Cool. Moi qui voulait faire des injections, j’ai le front lisse comme une jeune fille 😉 Moins joli par contre, les zones greffées qui sont couvertes de points ensanglantés… Mais avec des cheveux dedans. Voir des cheveux à ces endroits me rempli de joie.

Une petite retouche make up et je m’apprête à rentrer mais Marilyn préfère me garder une heure au centre car je rentre en métro et elle a peur que je choppe une merde sur le retour.

Je suis dans le gaz, éreintée, il me faut une concentration extrême pour faire des sudoku et je referme très vite le livre d’ailleurs…

18h15, on me libère enfin. Je prends un rendez vous pour enlever les fils dix jours plus tard, et repars vers l’extérieur avec une drôle d’impression, heureuse mais une grosse envie de pleurer pour vider la soupape de toute cette journée chargée émotionnellement.

Direction pharmacie pour récupérer la panoplie de médocs qu’on m’a prescrits et puis direction maison, enfin! Le choc post op, c’est une autre histoire….

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Dans le dernier Science et Vie n°1169 un article sur la greffe d'utérus décrit une expérience récente et réussie en Suède. Cette expérience est théoriquement possible pour une transsexuelle MtF selon les chirurgiens. L'expérience qui a eu lieu à consisté à greffer un utérus à une femme née sans utérus ni vagin (1 cas sur 4500 naissances). C'est une donneuse ménopausée qui présentait une meilleure compatibilité qui a accepté ce don d'organe. Un embryon obtenu in-vitro a été introduit dans l'utérus ...
LIRE L'ARTICLE >>
Autant que je m'en souvienne, tout a démarré à l'age de 7 ans ; ça a commencé par un ressenti, c'est dès l'age de 12 ans que j'ai commencé à me travestir en cachette dans ma chambre, je piquais des robes de ma maman. Pendant toute mon enfance j’ai vécu avec l’envie d’être une fille et je sentais bien que déjà je n’étais pas comme mes amis. je suis une erreur de la nature, une erreur d'aiguillage comme disent les psychologues. Entre ...
LIRE L'ARTICLE >>
La vraie histoire de Sophie – témoignage d’un-e travesti-e
Coucou, Je m’appelle Sophie, j’ai 39 ans, je suis née garçon et j’adore porter des vêtements de femme. Oui, comme la société nomme un tel cas, je suis une travestie. De nos jours, il y a de nombreuses études sur ce domaine et comme plusieurs milliers de gens peuvent se demander comment une personne devient travestie, je vous raconte mon histoire. Je peux dire qu’il n’y a rien de particulier dans ma famille, mes parents ne sont pas divorcés, j’ai grandi dans ...
LIRE L'ARTICLE >>
La vie de Charlotte : son témoignage !
La vie de Charlotte : ingénieur(e), directrice de projet .... Oui, depuis mon plus jeune âge, j'aime porter des vêtements féminins alors qu'on m'a déclarée garçon à la naissance.J'avoue la faute, j'ai commencé à l'âge de 1 ans. Pour fêter mes premiers pas ma maman a fait plusieurs photos photo, frange, chignon, robe. Je suis donc un pervers, un malade, un déglingué et ce depuis le plus jeune âge. Plus tard je me suis laissé pousser des seins, c'était vers 11 ans. ...
LIRE L'ARTICLE >>
Actualité, souvenirs, souffrance, témoignage… quand cela cessera-t’il ?
Tentative de suicide d’un enfant de 11 ans, harcelé en raison de son amour pour «My Little Pony»... Alors bien sur, rien ne dit que cet enfant est trans, mais vous comprendrez le rapport avec mon témoignage et l'actu "gender" du moment. C'est atroce, et c'est ce qu'on vit quand on est enfant trans : les brimades de cour d’école et ces FUMIERS d'adultes qui passent à la télé et qui sortent les mot tapette à tout va, qui balancent au nom ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le témoignage de Céline
Le témoignage de Céline Mon idée de la femme et de la féminité n’est pas une mascarade, ni d’ailleurs un prétexte a débordements. Je ne me vois pas, tous poils dehors, bas résille, micro-jupe et maquillage criard, arpenter les rues. Je veux juste être, dans la rue ou en public, une femme comme une autre. J’ai juste envie de me ressembler, de mettre en accord mon apparence avec ma personnalité. Celle que j’ai héritée de ma jeunesse et de ma vie, ...
LIRE L'ARTICLE >>
Tomber la perruque – le défit
Une étape importante à franchir sera celle de m’assumer sans perruque.Cette démarche n’est pas simple, car cet accessoire permet de ce cacher derrière cet artifice capillaire. Ci je veux m’assumer en temps que femme, je dois accepter qui je suis, donc rester au naturel. Ca va être très dur.Lors d’une sortie le 14 juillet avec des amies, en fin de soirée j’ai décidé de l’enlever pour montrer ma longueur de cheveux. Et la grosse surprise, on me dit d’arrêter de ...
LIRE L'ARTICLE >>
Interview de Résonancia – Témoignage
Interview de Résonancia réalisé par Melinaa lors de la sortie de Bordeaux. Le parcours de Résonancia (1 an déjà !) et une discussion sur l'intérêt des sorties et l'esprit communauté T. 1ère partie : Le Parcours de Résonancia (1 an déjà !) http://www.youtube.com/watch?v=gFtWwKF6JGU 2ième partie : A Propos des Sorties et de la Communauté T http://www.youtube.com/watch?v=2eaDnK6PC80 A propos de la sortie de Bordeaux Les autres interviews réalisées par Résonancia et Melinaa à Bordeaux. Des rencontres inoubliables ! (Tous les articles sur la sortie de Bordeaux)
LIRE L'ARTICLE >>
Les Cheveux de substitution Sur mon site d'informations pour TV/TG/TS qui traite principalement des travesties ET des transsexuelles vous trouverez d'autres information utiles. Bien sur on imagine tout de suite l'emploi d'une perruque mais les spécialistes proposent d'autres moyens. Cet article essaye de faire le point sur toutes les possibilités. Remarque pour les transgenres qui ont conservé leurs cheveux naturels: Si vous laissez pousser les cheveux pour avoir une coiffure féminine (ou mixte) vous ne pourrez pas dissimuler à votre entourage votre double vie ...
LIRE L'ARTICLE >>
Mise au point (Suisse) : Témoignage de Diane
NDLR : nous avons réécrit l'introduction du documentaire qui utilisait de façon abusive le "IL". Le lancement du documentaire reste néanmoins très irrespectueux ... A 58 ans, un père de famille neuchâtelois, est devenu Diane. Pour Mise au point, elle témoigne. Elle est née garçon, mais depuis toujours, elle se sentait mal dans sa peau d'homme. Après un mariage et la naissance de ses enfants, elle divorce. Il y a quatre ans, elle fait son coming-out et devient Diane. Elle s'est finalement ...
LIRE L'ARTICLE >>
Transsexuelle et greffe d’utérus?
Témoignage de Flora
La vraie histoire de Sophie – témoignage d’un-e travesti-e
La vie de Charlotte : son témoignage !
Actualité, souvenirs, souffrance, témoignage… quand cela cessera-t’il ?
Le témoignage de Céline
Tomber la perruque – le défit
Interview de Résonancia – Témoignage
Les cheveux de substitution
Mise au point (Suisse) : Témoignage de Diane

6 responses to Témoignage d’une micro-greffe capillaire

  1. Cand a écrit le 27 octobre 2013

    Coucou,
    Merci pour ce témoignage. Est-ce que tu veux bien nous donner le prix ? Il faudra combien de temps pour visualiser le résultat final : début de la pousse des cheveux ? etc ?
    Bisous

    • Bérénice a écrit le 27 octobre 2013

      Et bien, j’ai vécu cette aventure (Car c’en est une!) Pour la modique somme de 3700 euros clés en mains….
      Les résultats sont variables suivant les cas, les cheveux greffés sont censés tomber et ne repousser qu’après reformation d’une racine environ deux ou trois mois…
      Mais cela dépend des gens, certaines personnes gardent directement les cheveux greffés…
      La repousse est aussi moins rapide que les cheveux “normaux”, entre 5mm et 1cm par mois….
      En espérant avoir répondu à tes questions je te souhaites plein de bonnes choses pour la suite 😉

      • Aurore a écrit le 27 octobre 2013

        Alors je ne suis pas d’accord sur la pousse des greffons. En effet on preleve le bulbe dans la zone de la couronne (ou les cheveux sont genetiquement different de ceux du dessus, et donc moins sensible a la chute avec la testo). Une faut que le greffon c’est revasculariser avec les capillaires du cuir chevelu (si c pas fait rapidement, le cheveu du greffon meurt et tombe), et bien il reprend son cycle de pousse normal (qu’il soit dans la couronne ou reimplanter).
        De plus, je trouve bizard qu’elle n’est pas utiliser de fils de suture resorbable (cela permet d’avoir une suture interne et externe de la cicatrice, qui sera au final ultra fine).

        Pour accelerer la revascularisation des bulbes, il faut frotter doucement la zone avc la pulpe des doigts (sa a pour effet de dilater un peu les vaisseaux).

        Je ne rajouterais rien de plus 😉

        • Bérénice a écrit le 27 octobre 2013

          Elle a utilisé du fil résorbable…. Seulement, elle préfère me revoir pour vérifier que tout va bien et si il reste des fils, les retirer par la même occasion…

  2. Bérénice a écrit le 27 octobre 2013

    Je ne dirais qu’une chose encore, Comme stipulé dans son titre, cet “article” est un témoignage et n’a aucunement valeur d’intervention type.
    Je ne suis pas médecin (Si j’avais voulu l’être, je serais certainement en train de potasser mes cours au lieu de publier ici)
    Pourquoi l’avoir écrit alors? Et bien pour faire profiter de ma propre expérience les filles qui cherchent des infos sur le sujet pour se faire greffer elles aussi. Ceci n’est que mon ressenti et les étapes telles qu’elles ont étées pour mon opération et pour la technique de chirurgie utilisée…
    Ne faites pas la même erreur que moi, je suis très naïve et m’aperçois combien il est difficile d’obtenir des infos valides et vraiment utiles avant un acte de chirurgie…
    Prenez votre temps et choisissez bien les personnes que vous déciderez d’écouter.
    Ces petites précisions me semblaient obligatoires! Sur ce, je vous souhaite de trouver le bonheur et que les chemins que vous emprunterez pour y arriver ne seront pas peuplés d’éléments régressifs en tous genres…
    Sincèrement,
    Bérénice. <3

  3. Mary a écrit le 22 mars 2015

    Bonjour berenice , je compte me faire également une greffe de cheveux je suis une femme de 24 ans et jai les golfes creuses . J’aurais voulu savoir ou vous aviez fait la votre?

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -