Transsubstantiation de la chair ? Non, acte technique

23 décembre 2013 | Tags: , , ,

Les débats du moment sur Txy, initiés par @julie et pimentés par @berenice, mettent en lumière une tendance à penser que la chirurgie génitale fait d’un sexe masculin un sexe féminin. Essayons de comprendre ce que ça veut dire.

Voici le schéma d’un appareil génital masculin

 schéma d'un appareil génital masculin

1. Vessie 2. Symphyse pubienne (Os pubien) 3. Pénis 4. Corps caverneux 5. Gland 6. Prépuce 7. Méat urétral 8. Colon sigmoide 9. Rectum 10. Vésicules séminales 11. Canal éjaculateur 12. Prostate 13. Glande de Cowper 14. Anus 15. Canal déférent 16. Épididyme 17. Testicule 18. Scrotum

et voici le schéma d’un appareil génital féminin

schéma d'un appareil génital féminin

1. Trompes de Fallope 2. Vessie 3. Symphyse pubienne (Os pubien) 4. Point G 5. Clitoris 6. Méat urétral 7. Vagin 8. Ovaire 9. Colon sigmoide 10. Utérus 11. Cul-de-sac vaginal (Fornix) 12. Col de l’utérus (Cervix) 13. Rectum 14. Anus

(Je vous laisse découvrir la source de ces schémas dans cet article Wikipédia).

Une chose est certaine, on ne peut guère fabriquer d’utérus et d’ovaires à partir du matériel existant chez un mâle adulte normalement constitué à cet endroit. La chirurgie génitale MtF a pour but de fournir, sur le plan fonctionnel et esthétique, quelque chose s’approchant du fonctionnement d’un appareil génital féminin. En aucun cas elle ne transforme “un sexe d’homme” en “un sexe de femme”.

C’est quoi un sexe de femme ?

D’ailleurs, et c’est là le cœur de mon propos, “c’est quoi, un sexe d’homme, de femme, d’intersexué ?” On peut parler de la forme du sexe, on peut parler des types de gamètes produits, on peut parler de la façon dont on fait pipi, de la présence et de la taille de corps caverneux ou d’une cavité… tout cela existe et statistiquement on constate qu’une majorité d’hommes ont un sexe du type “A”, qu’une majorité de femmes ont un sexe du type “B”. Cependant, et j’en connais, il existe des femmes avec un sexe de type “A”, et des hommes avec un sexe de type “B”.

Ca n’est pas important, et ça ne définit pas une personne. Une personne est psychologique et sociale, pas physique. Un eunuque reste un homme. Un soldat qui a sauté sur une mine et a perdu son sexe de type “A” reste un homme.

Quelle que soit la forme de mon sexe, c’est qui je suis qui définit si c’est un sexe d’homme ou de femme. Ca n’est pas mon sexe qui définit qui je suis, mais qui je suis qui définit mon sexe. Evidemment (pour les lecteurs et lectrices de notre publication s’entend), la forme de mon sexe peut ne pas me convenir, susciter chez moi un malaise quant à l’image que j’ai de ce que je devrais être, au point que je vais vouloir changer sa forme. Cependant je ne suis pas moins moi-même avant intervention qu’après celle-ci. Je suis moi-même mais sans le malaise évoqué juste avant.

La chirurgie ne change rien si ce n’est le fonctionnement et l’apparence. La chair reste la même, mon sang reste le même, c’était moi avant et ce sera encore moi après toute chirurgie. Sur le plan biologique, rien ne m’est ajouté, et si quelque chose m’est enlevé ça n’est pas essentiel à moi.

Jusqu’à mes 9 semaines, de toute façon, tout aurait pu basculer si la génétique en avait voulu autrement : voici un sexe d’embryon femelle à 9 semaines.

appareil genital foetus

sexe d’embryon femelle à 9 semaines

Tout y est. A 9 semaines de mon existence, j’étais sur le plan génital externe (et vous étiez, lecteurs, lectrices) potentiellement ce que la chirurgie est aujourd’hui capable d’apporter à des adultes.

Alors ? Sexe d’homme ? Sexe de femme ? Qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire ? C’est moi qui fait ce que mon sexe est et pas le contraire, et si je me sens souffrante par sa forme, la technologie me permet de soulager cette souffrance.

Ne vous laissez pas dicter qui vous êtes par la forme de votre sexe, par votre pilosité, par la couleur de vos cheveux ou par votre corpulence. Et par extension ne dictez pas aux autres qu’ils sont ceci ou cela du fait de la forme de leur sexe. Toutes les Trans M2F de ce site, opérées ou non, ont un jour eu un “sexe masculin” (j’emprunte le terme une minute, et je le repose là de suite). Étaient-ce alors des hommes ? Un généreux chirurgien a-t-il transformé ces hommes en femmes par la magie de son bistouri ? Une vaginoplastie, est-ce une sorte de miracle de Noël, ou cette chirurgie est-elle simplement un acte technique permettant à qui le souhaite ou en a besoin d’ajuster la forme de son sexe ?

La chair féminine ne devient pas chair masculine, ni le contraire, par la chirurgie. La chair n’est ni masculine ni féminine. C’est l’être qui l’est.

En se détachant de l’aspect magique de la chirurgie, je pense qu’on s’épargne bien des souffrances et des nœuds dans la tête. Vous êtes qui vous êtes, et si vous voulez ou non une chirurgie, ça ne change rien à qui vous êtes. Et même si actuellement vous souffrez de la forme de telle ou telle partie de votre corps, vous n’en êtes pas moins vous-mêmes.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Fille ou Garçon mon sexe n’est pas mon genre
Réalisateur : Valérie Mitteaux Producteurs : ARTE FRANCE, OSTINATO PRODUCTION, CHAZ PRODUCTIONS Ils sont nés femmes mais vivent aujourd’hui comme des hommes. Portraits croisés de quatre "transboys" ou trans' FtM. Kaleb a une trentaine d’années. Après avoir fait le choix de "transitionner" (passer du féminin au masculin), il participe à des ateliers pour s’approprier sa masculinité. Lynn, lui, n’a jamais suivi de traitement hormonal. Il s’est autoproclamé "homme" et le revendique dans un one-man-show. Miguel, qui a collé des photos du temps où il s’appelait ...
LIRE L'ARTICLE >>
Andrej Pejic - Barcelone 2012
Andrej Pejic Rosa Clara Bridal Collection Barcelona 2012 source: Haus of Andrej Pejic Andrej Pejic a toujours refusé de répondre aux questions sur son homosexualité présumée tout comme il refuse de revendiquer le statut d'homme ou de femme exclusivement !
LIRE L'ARTICLE >>
DR - Huffington Post
Le 19 avril 2013, la Justice iranienne avait contraint un bandit à être humilié publiquement en le forçant à défiler habillé en femme dans les rues de Marivan dans le Kurdistan iranien. Cette initiative misogyne et avilissante n'a pas été du goût de certains hommes Kurdes et maintenant de certains hommes Iraniens qui en solidarité des femmes ont décidé de marquer fortement leur désapprobation du régime qui les rabaisse une fois de plus dans ce pays. Le mouvement a pris suffisamment d'ampleur pour ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le Cerveau possède-t-il réellement un genre?
Après avoir consulté pas mal de choses sur le sujet, je suis assez contente de ce que j'y ai trouvé! Le Cerveau humain n'est sexué qu'avec le concours des hormones qui le stimulent et c'est seulement ça qui fait une différence entre le cerveau d'une femme et celui d'un homme! Au niveau uniquement sexuel s'entend. Touts les stéréotypes genrés destinés à maintenir le joug de la gent masculine sur nous, pauvres et faibles femmes, ne sont que ramassis de foutaises. Plutôt cool ...
LIRE L'ARTICLE >>
Lana Waschowski - DR Aceshowiz
Le féminisme de certaines femmes est clairement transphobe. En cette journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, nous pouvons décerner la palme de la transphobie à Stylist qui pense qu'une femme trans' n'est rien d'autre qu'un homme féministe !! Dans cet article, on croirait presque que d'un coup de baguette magique, Lana "s'est transformée en femme". Elle est considérée par ce magazine féministe comme "un Homen" ou encore "homme féministe" !  Une totale aberration ! Par ailleurs, la transphobie de ...
LIRE L'ARTICLE >>
Photo par Bernat Armangue. DR The Washington Times
Pour la première fois de l'histoire de la nation, Israël a engagé une militaire MtF - une jeune qui est en plein processus de chirurgie de réassignation MtF. Breitbart a rapporté la nouvelle au travers de plusieurs articles de blogs. La jeune transgenre engagée a pris ses quartiers dans une base à côté de Tel Aviv durant la semaine du 15 août 2013. Elle a immédiatement prévenu les médecins de sa chirurgie de réassignation. Et les militaires de répondre : Et donc ...
LIRE L'ARTICLE >>
Ganimo
Bande dessinée réalisée pour le projet 17 mai 2012 dans le cadre de la journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie. La page de Gheof/Ganimo, l'apprenti dessineux !  
LIRE L'ARTICLE >>
Metropolis : le transgenre dans l’art et dans la réalité
Au moment où les modèles les plus demandés sont androgyne, Bettina Rheims a pris des photos de 30 jeunes transgenres. Tout a commencé par un appel lancé sur Facebook. Bettina Rheims, la star française de la photographie, était à la recherche de jeunes personnes qui entretiennent un rapport pour le moins particulier à leur sexe. Elle a reçu des centaines de réponses et noué des contacts aux quatre coins du monde. Pour finalement inviter une trentaine de jeunes hommes et femmes ...
LIRE L'ARTICLE >>
(c) Nat-Sakura 2005
Les mâles, essayez d’opter pour une sensualité au lieu d’une sexualité. Les personnes mâles et les personnes d’origine masculine, essayez d’opter pour une sensualité masculine ou féminine (ou entre?) au lieu d’une sexualité parce que la sensualité est la moins violente et que c’est aussi la moins décevante et que c’est aussi la moins en perte d’énergie et que la gratification de plaisir et de bien-être peut durer très longtemps ou à tout temps. La sexualité, ici, se définit comme une quête ...
LIRE L'ARTICLE >>
Introduction aux Gender Studies
%CODE1% Manuel d'étude sur le genre de Laure BERENI, Sébastien CHAUVIN, Alexandre JAUNAIT et Anne REVILLARD, publié aux éditions "de boeck". Pourquoi offre-t-on des poupées aux filles et des voitures aux garçons ? Pourquoi les femmes gagnent-elles moins que les hommes ? Comment expliquer qu'elles effectuent les deux tiers du travail domestique ? Pourquoi est-ce si mal vu pour un homme d'être efféminé ? Le pouvoir est-il intrinsèquement masculin ? Il s'agit là de quelques-unes des nombreuses questions auxquelles s'intéressent les études sur ...
LIRE L'ARTICLE >>
Fille ou Garçon mon sexe n’est pas mon genre
Andrej Pejic – Barcelone 2012
Les Kurdes répondent aux humiliations publiques des juges intégristes par l’habillement
Le Cerveau possède-t-il réellement un genre?
Quand Stylist un journal féministe prend Lana Wachowski, femme trans’, pour “un Homen, homme féministe” !
Israël engage sa première MtF
Ganimo
Metropolis : le transgenre dans l’art et dans la réalité
Les mâles, essayez d’opter pour une sensualité au lieu d’une sexualité.
Introduction aux Gender Studies

8 responses to Transsubstantiation de la chair ? Non, acte technique

  1. Alexandra a écrit le 23 décembre 2013

    Une vaginoplastie, est-ce une sorte de miracle de Noël, ou cette chirurgie est-elle simplement un acte technique permettant à qui le souhaite ou en a besoin d’ajuster la forme de son sexe ?

    En soi, la chirurgie reprend les tissus existants pour leur donner un aspect visuel adapté à ce que la fille attend en conservant la sensibilité des zones érogènes. Ensuite, le cerveau étant ce qu’il est, il va faire le travail de réajustement de la cartographie de la nouvelle forme. Ça donne la fameuse sensation du membre fantôme pendant quelques jours ou semaines après l’opération, au moment de faire pipi. On a dans les débuts l’impression d’avoir l’envie de pisser qui se situe à l’extérieur du corps et qui finit par revenir à l’intérieur du corps.

    Pour ce qui concerne ensuite la sensation sexuelle inhérente à une excitation du nouveau clitoris, là c’est encore autre chose. Dans les faits, aucune de nous n’est capable de dire de but en blanc si l’excitation sexuelle au moment d’un rapport est la même que celle d’une femme. Il ne faut pas perdre de vue que le clitoris est construit à l’aide du sommet du gland. Pourquoi ? Simplement parce que ce sont les mêmes cellules, celles dont le rôle à été différencié lors du développement fœtal dans les premières semaines. Maintenant, cette excitation existe bel et bien et est très puissante. C’est d’ailleurs très surprenant la première fois. L’explication possible en est que là aussi le cerveau revoit sa cartographie et est pas mal aidé pour la partie signaux par un travail des hormones qui se chargent de terminer le boulot commencé par le chirurgien. J’ai quelques éléments de réponse à titre personnel concernant la nature-ressemblance de cette excitation avec celle ressentie par une femme, mais ce n’est qu’un vécu et non une preuve scientifique pouvant donc être reproductible.

    Je ne m’étendrai pas plus pour le moment. Nous avons eu une très longue discussion, avec Chloé autour du rôle des hormones dans le post-chirurgical et ça pose pas mal de questions. Après, ça ne reste que supputations à défaut de recherches sur le sujet, mais il est clair que les hormones ont un rôle parfois important dans les finitions de ce que le chirurgien a produit à partir d’éléments biologiques de forme mâle à la base.

    Mais, en effet, rien n’est magique. La magie est là où nous voulons bien la mettre.

    Par contre, et je terminerai par cela, d’expérience personnelle, cette opération m’a apportée l’harmonie qui me manquait. A-t-elle fait de moi, plus ou moins une femme ? Non ! Je martèle ce non si nécessaire. Par contre elle m’a permis de me sentir bien et d’avoir enfin mes premières sensations sexuelles qui correspondaient à ce que je n’avais jamais eu auparavant. Car il ne faut pas se jeter de poudre de perlimpinpin aux yeux, revoir sa structure sexuelle génitale, on ne le fait pas que pour la beauté de ce qu’on verra ensuite dans la glace. Déjà, on risque de perdre toute sensation si un nerf venait à être endommagé, donc c’est un acte mental fort que de décider de se faire charcuter à cet endroit là (ces chirurgiens sont des virtuoses, le mot charcuter est juste argotique). Il y a bien forcément le désir que le fonctionnement de ce sexe revu et corrigé soit bien celui que nos sensations réclament. Mais une sensation sexuelle ne fait pas “la femme”.

    En clair, ne pas attendre de l’opération qu’elle fasse de soi une femme. Elle participe à une harmonie globale mais ne fait en effet aucune magie.

    • Chloé Tigre Rouge a écrit le 23 décembre 2013

      J’aurais tendance à dire que la chirurgie génitale répond à deux besoins : fonctionnel et visuel-esthétique. A l’heure actuelle on en est (et c’est une bonne chose) là.

      Je dirais aussi “elle peut participer à une harmonie globale”. L’opération présente n’a rien d’obligatoire, et il y a probablement autant de bonnes raisons de ne pas la vouloir qu’il y en a de la vouloir.

    • Nathasha a écrit le 23 décembre 2013

      très intéressant , et oui pour charcuter je comprend que c est de l humour ! franchement oui ce sont des virtuoses a peine une petite dizaines dans le monde (virtuoses) et si pour la beauté du résultat car pour certaine franchement ca fait pas envie , pour moi c était une étape et non une finalité , et aussi oui les hormones ont une grande importance post op

  2. Brigitte Goldberg a écrit le 23 décembre 2013

    Bel article :)
    Bien entendu, nous ne sommes pas définies par notre seul sexe physique. Cependant, certaines d’entre nous éprouvent le besoin légitime de mettre ce dernier en accord avec leur ressenti d’où la nécessitée de l’opération pour ces dernières. Il faut comprendre que l’opération n’est pas une fin en soit mais l’aboutissement d’un cheminement généralement assez long. Les progrès réalisés ces dernières années ont amené la notion de réassignation. Autrement dit, même si l’on ne peut tout changer, le fait de conserver les fonctions sexuelles de manière satisfaisante constitue un élément essentiel. Il ne faut pas oublier ce que nous devons au Dr Karel SEGHERS, précurseur de l’innervation, dans ce domaine. Nous ne devenons pas femmes parce que nous sommes opérées mais le fait de l’être fait que, pour certaines d’entre nous, est indispensable à la plénitude de notre ressenti…

  3. Bérénice a écrit le 23 décembre 2013

    La chair ne répondant pas aux diverses définitions du genre?
    Yesssss! Moi ça me plaît bien.
    Et sur le fait que un sexe mâle ne deviendra jamais un sexe femelle, je suis totalement d’accord aussi. Cool la journée commence bien.
    Je suis pas si idiote que ça au fond.

    • Julie Mazens a écrit le 23 décembre 2013

      nous n’avons jamais pensé le contraire ! tu es une fille exceptionnelle et unique, comme nous toutes ici 😀

      et mille merci pour avoir “provoqué” ces discussions extrêmement enrichissantes pour touTEs.

      <3

    • Alexandra a écrit le 23 décembre 2013

      Personne n’a été dire cela ou même le penser.

      Mais au moins, tout ce remue-ménage aura eu le but de remettre des idées à leur place et peut-être dédramatiser tout cela. Tout ce qu’on écrit sert aussi à cela. Comme toutes autant qu’on est, n’avons pas la science infuse… Ca tombe bien ! 😀

  4. Marie-Pierre a écrit le 28 décembre 2013

    J ai commencer mon traitement hormonal il y a 4 mois sa prend forme. et bien je peut dire
    que maintenant j aime pas mon sexe .Je pense a l operration malgree le cout …bise a toute

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -