Du Big-Bang à la Transsexualité – 1

24 décembre 2013 | Tags: , ,

bigbangBig-Bang

Chaque matin, je me réveille, j’allume la lumière et je prends une douche. Passionnant me direz vous. Peut-être plus que vous ne le croyez… D’abord, pourquoi  me réveiller, même si l’on est dimanche et que j’aurai bien aimé faire la grasse matinée?

Tout simplement parce qu’une toute petite structure de la taille d’une pointe de crayon située au croisement des nerfs optiques constitue mon horloge biologique, et que c’est elle qui déclenche l’activité de l’un des trois types de neurones, qui vont dire à mon cerveau : « debout la dedans ! »…

A quoi pense t-on quand on appuie sur un interrupteur et que la lumière jaillit ? Qu’il faut préparer le café et qu’une nouvelle journée commence… On pense à tout ce que l’on veut mais jamais, au grand jamais, que le flux d’électrons que l’on vient de libérer va faire chauffer le filament de l’ampoule qui va se mettre à émettre une lumière se comportant aussi bien comme une onde que comme un flux de particules appelés photons. Et pourtant, cette dualité, appelée en physique quantique dualité ondes-corpuscules, reste un grand mystère de la science…

Et l’eau de la douche… Mis à part le fait qu’elle soit trop chaude ou trop froide elle ne nous inspire pas grand-chose. Et pourtant, sans ce composé chimique d’une extrême simplicité nous ne serions tout simplement pas là. Sans eau, pas de vie…

Là, je vous voit froncer les sourcils : « mais où veut-elle en venir ? » Pour le savoir je vous propose un petit voyage dans le passé. Un petit voyage de 13,7 milliards d’années pour être exacte, (l’avantage de l’écriture c’est que les effets spéciaux coûtent beaucoup moins cher qu’au cinéma).

Nous sommes au temps 10-43 secondes, autrement dit au commencement de la « vie »  de l’univers. La température est tellement élevée que la matière est décomposée en des multitudes de « briques élémentaires » appelées quarks. C’est le début du Big-bang. L’univers poursuit son expansion et les quarks commencent à se refroidir. Cela entraîne la phase de fabrication de matière et d’antimatière. Normalement, la matière et l’antimatière ne se supportent pas, ça fait un énorme boum! Et c’est d’ailleurs très exactement ce qui s’est passé c’est même pour cela qu’on a appelé cette explosion le « Big-bang ». Seulement voila, il existe une loi physique, appelée « loi de la symétrie CP ». Selon cette loi  les quantités de matière et d’antimatière qui se sont formées à partir des quarks étant strictement égales, il n’aurait rien du rester de l’explosion de cet énorme pétard céleste.

Rien, sauf que pour un milliard de particules d’antimatière, il y a un milliard et une particules de matière ce qui constitue une violation inexplicable de cette  loi de la symétrie CP.  Cet univers gigantesque dans lequel nous nous trouvons ne représente en fait qu’un milliardième de sa masse initiale.

Bon d’accord me direz vous, y’a un petit truc bizarre au départ, mais maintenant, c’est bon, on l’a notre univers et ça roule…

Je ne voudrai pas jouer les empêcheuses de penser en rond, mais non, ça ne roule pas encore. Pour qu’il y ait de la vie, il faut impérativement du carbone. Et l’univers s’est refroidi vite, très vite, trop vite pour que le carbone ait eu le temps de se former. On a donc un univers avec plein d’énergie et de matière, mais pas de vie possible. Énervant non ? Là il va falloir être patient, très patient.

Petit à petit, des nuages de gaz composés essentiellement d’hydrogène et d’hélium vont « s’effondrer » sur eux-mêmes sous l’effet de la gravitation. Plus la densité de ces gaz va grandir sous l’effet de leur propre masse, plus la température va augmenter. Elle va même tellement augmenter que cela va entraîner la fusion de l’hydrogène, cette fusion va fournir l’énergie qui va non seulement arrêter l’effondrement de l’étoile mais aussi générer de la lumière et de la chaleur, source de toute vie. Et notre carbone  dans tout ça, qu’est-ce qu’il fiche. Et bien, les conditions de température nécessaires à sa formation étant enfin atteintes, il se forme au cœur de l’étoile. Autrement dit, bien avant que la terre ne tourne autour du soleil, (et ça ne date pas d’hier), il y avait déjà deux excellentes raisons pour que la vie ne voit jamais le jour…

Un peu d’eau de vie ?

Bon, ce coup-ci, c’est bon, on a les étoiles, les planètes, les gaz vitaux, du carbone. On l’a la vie sur notre petite planète. Je sais que vais encore faire figure d’enquiquineuse, mais un peu de patience. Normalement, pour qu’il y ait de la vie, on a besoin d’azote, de carbone et d’oxygène. Là, il y a juste un tout petit problème. Nous somme sur terre, il y a quatre milliards d’années, et il n’y a presque pas d’oxygène. Nous sommes dans une atmosphère composée principalement de gaz carbonique, de méthane gazeux, d’ammoniac et de vapeur d’eau. Pas l’idéal pour sortir faire ses courses… Le manque d’oxygène ne permettant pas la formation d’une couche d’ozone, seule protection contre  les U.V, les composés primitifs qui existent alors sur notre planète sont soumis à un très fort rayonnement ultraviolet. C’est ce rayonnement ainsi que l’électricité dégagée par des énormes orages qui auraient favorisé la formation des premiers composés organiques. Autrement dit, c’est l’absence d’un composant, l’oxygène, indispensable à la vie qui a favorisé l’apparition de celle-ci !

Bon, ce coup-ci on l’a notre vie. C’est bon. Regardez vous donc dans une glace. Entre un stromatolite et vous, vous ne pensez pas qu’il y a comme une petite différence ? Il faut dire que les stromatolites sont des colonies bactériennes qui fixent le carbonate dissous dans l’eau de mer et produisent de l’oxygène, sans doute la première forme de vie apparue il y a 3,5 milliard d’années.

Comment a-t-on pu arriver à partir d’une simple bactérie à la charmante personne qui se tient devant le miroir ?

Il faut se rendre à l’évidence, la vie évolue. Difficile de parler d’évolution sans évoquer Darwin. Ce dernier découvre l’idée d’évolution, (par transformation graduelle), et propose pour la première fois le mécanisme de la sélection naturelle. Autrement dit, seuls les individus les plus forts d’une espèce survivent et transmettent leurs caractéristiques à leurs descendants.

Cette théorie eu le mérite de replacer l’homme comme un simple maillon de la chaîne de la vie, et suscita les mêmes polémiques que celles déclenchées par un de ses célèbre précurseur : Galilée. Après avoir été chassé du centre de l’univers, l’homme n’était  plus à l’image de son créateur mais le maillon final d’une évolution logique.

Actuellement la théorie synthétique de l’évolution, (aussi appelée néo-darwinisme), reprend la théorie de Darwin en y intégrant les découvertes de Mendel sur l’hérédité, (et donc la transmission des caractères d’une espèce par la transmission des gènes), ainsi que la génétique des populations. Cette théorie a la faveur de la plupart des biologistes.

Pour ma part je vous propose une petite variante de l’approche cybernétique : la théorie synthétique de l’évolution. Elle affirme que  les  possibilités d’évolution d’un système sont inversement proportionnelles au nombre de restrictions auquel il est soumis.

Albert Einstein à dit que  dieu ne jouait pas aux dés, c’est vrai, il lui préfère le billard !

Ça vous semble compliqué ? Alors je vous propose une petite partie de billard.

Imaginons une table de billard américain. Plus un système vivant est complexe, plus il y a de boules sur la table. Au fur à mesure que la complexité de ce système augmente le nombre de possibilités d’évolution qui s’offrent à lui augmente également. Ces possibilités d’évolution sont représentées par les « poches » sur la table de billard, (ce sont les trous qui permettent aux boules de tomber hors de la table). Plus il y a de restrictions, (donc de contraintes), à l’évolution du système, moins il y a de solutions donc de « poches ».

Au début du jeu, nous avons un système vivant très simple, (une bactérie par exemple), donc, une seule boule sur la table. Ce système est soumis à un très grand nombre de contraintes, par conséquent, il n’y a qu’une poche. Il n’existe qu’une seule trajectoire, donc une seule possibilité d’évolution, pour que la boule tombe dans la poche et puisse continuer à survivre. Le système ayant évolué et étant devenu plus complexe, il n’y a plus une, mais deux boules sur la table. Et comme il est plus complexe, le nombre de possibilités de solutions augmente, il y a donc aussi deux poches. Le nombre de trajectoires, donc de possibilités qu’a le système vivant d’évoluer pour survivre augmente très fortement puisque l’on peut envoyer non seulement l’une ou l’autre des boules dans l’une ou l’autre des poches mais aussi parce que l’on peut « taper » une boule avec l’autre pour l’envoyer dans le trou. Autrement dit le nombre de possibilités d’évolution s’accroît de façon exponentielle par rapport à l’accroissement de la complexité du système.

C’est là où ça devient intéressant. Jusqu’à un certain de nombre de boules sur la table, les recherches de solutions, (donc d’évolutions), sont toujours le fruit de la nécessité de la survie.

Lorsque le système arrive à un certain niveau de complexité et que le nombre de boules a donc considérablement augmenté, il se passe la chose suivante : vu le nombre élevé de boules et de « poches », donc de possibilités de solutions, les trajectoires deviennent trop complexes pour être totalement prévisibles. Le fait d’envoyer une boule dans un trou peut en envoyer également d’autres dans d’autres trous sans que cela ait été voulu.

Au delà d’un certain seuil de complexité l’évolution d’un système vivant peut entraîner l’apparition de solutions non prévisibles et non définies par la nécessité initiale de survie de ce système. Certaines évolutions ne sont plus le fruit de la nécessité mais le résultat d’un « chaos déterminé». Autrement dit ce sont les conséquences logiques mais non recherchées d’une évolution.

Il s’agit de chaos et non de hasard. Le chaos  est un comportement aléatoire se produisant dans un système déterministe comme notre table de billard. Il s’agit d’un déterminisme “complexe” avec des “marges de manœuvre” qui déterminent un horizon de prévisibilité. On parle alors de “causalité complexe” …

Ainsi chez les mammifères, des évolutions complexes ont entraîné l’apparition de solutions qui le sont plus encore. Par exemple, la girafe ne devrait pas exister. En effet, la longueur de son cou est telle qu’il lui faudrait un cœur démesuré pour envoyer le sang au cerveau. Mais comme les vaisseaux sanguins de l’animal sont munis de clapets anti-retour qui empêchent le sang de refluer, ça fonctionne quand même…Cela montre que l’évolution des espèces, loin d’être linéaire emprunte parfois des chemins aussi complexes que les trajectoires de nos boules de billard.

(à suivre)

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Du Big-Bang à la Transsexualité – 2
La détermination du sexe. Le sexe génétique Avec l’apparition de la vie, la nature adopta le système de reproduction le plus simple et le plus efficace. Chaque individu se reproduisait de façon asexuée. L’avantage, un processus rapide permettant  la production d'un grand nombre de descendants et une vitesse de prolifération élevée. Au risque de vous décevoir, la reproduction sexuée n’est pas apparue pour notre plaisir. Rappelons nous qu’à l’époque, les rayonnements ultraviolets qui atteignaient la terre étaient d’une très forte intensité et entraînaient ...
LIRE L'ARTICLE >>
Bang bang le cock à Bangkok !*
31 octobre, départ pour Bangkok pour ma réassignation de sexe prévue le 6 novembre. Ça a été un peu compliqué à l’aéroport du fait de l’écart entre ma photo de passeport et mon apparence actuelle. C‘était le branle bas. La femme de l’enregistrement ne savait que faire de mon cas. Pourtant un vol pour Bangkok ils devraient avoir l’habitude que l’avion soit bourré de trans ! Une responsable est venue. Elle a prévenu la compagnie aérienne et les flics. Elle était là ...
LIRE L'ARTICLE >>
Jouets de Noël : Super U contre le père fouettard…
Comme l'an dernier, les magasins U viennent de sortir un catalogue de jouets qui prend le contre-pied des clichés sexistes habituels : Fini les petits garçons avec un GI Joe et les petites filles jouant à la dînette, le catalogue est organisé par univers (poupées, bolides, "je fais comme les grands", ...). On pourrait trouver cela tout à fait naturel et s’inscrivant dans le cadre de l’évolution vers l’égalité des sexes. Cela n’a pas manqué de réveiller les opposants au mariage pour tous ...
LIRE L'ARTICLE >>
Transsexualité sans transition ?
Généralement, les femmes transsexuelles savent qu'elles sont différentes dès l'âge de trois ou quatre, aussitôt dans leur enfance elles souhaitant pouvoir grandir tel que les autres filles, aussitôt elles sont dégoûtées par leur corps, par contre ce n'était pas mon cas, aussi loin que je m'en souvienne. Par contre, dans mon adolescence l'effet de la puberté a frappé très très fort, la dysphorie était à mon rendez-vous et avec elle, le bullying est venu s'ajouter, il fallait apprendre à vivre une vie "normal". S'en ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le sexe et l’état-civil (synthèse)
Dans ce texte Philippe Reigné, à partir de la jurisprudence actuelle, des recommandations européennes, de la loi argentine et de l'évolution de la définition du sexe, fait des propositions juridiques pour intégrer socialement tant les personnes transidentitaires que les personnes intersexués par le CEC. Ainsi il fait les propositions suivantes (ce que l'on retrouve tout en fin de l'article) : En conclusion, il est proposé de maintenir la mention du sexe portée sur les actes de naissance, mais de l’omettre de tous les autres ...
LIRE L'ARTICLE >>
L’UMP inquiète des théories sur le “genre”
En réaction à la progression de la loi sur le mariage pour tous, dans un amalgame entre orientation sexuelle et identité de genre, plusieurs députés UMP s'inquiètent de la remise en cause des stéréotypes entre l'homme et la femme et demandent la mise en place d'une commission d'enquête sur "la diffusion de la théorie du genre en France", prenant pour exemple le catalogue de Noël de Super U mettant en scène des filles qui bricolent et des garçons qui pouponnent. ...
LIRE L'ARTICLE >>
La prise en charge de la transidentité – Héloïse SCHNEIDER
Héloïse Schneider est diplômée du Master 2 droit de la santé de l’Université Montesquieu Bordeaux IV, promotion 2011-2012. Elle est l’auteur du mémoire sur La prise en charge de la transidentité. Ce mémoire aborde le difficile et actuel sujet de la prise en charge effective, adaptée, cohérente et simplifiée de la transidentité afin de garantir l’effectivité des droits reconnus à tout citoyen. En France, le parcours trans est très critiqué : les bases légales sont quasiment inexistantes ou inadaptées, les possibilités de traitements ...
LIRE L'ARTICLE >>
Livre Blanc “Etat civil et Population Trans: droits non respectés”
Ce livre blanc est le premier ouvrage aussi complet réalisé depuis de nombreuses années sur un sujet qui touche environ 10 000 à 15 000 personnes en France, ainsi que leurs ayant droits. Centré sur la vie réelle de ces personnes, ce livre blanc fait état des nombreuses difficultés rencontrées par cette population dans tous les domaines de la vie - professionnelle, privée et familiale, citoyenne, voire carcérale. En dépit des évolutions positives depuis les condamnations de la France par l'Europe sur ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le genre comme Fait Social, dernier rempart à notre liberté individuelle
Pour entamer ce week-end, je vous propose une réflexion sur le genre et le fait social. La transidentité ne serait pas liée (uniquement) à notre biologie mais à une lutte individuelle pour notre liberté face à un fait social coercitif et contraignant. Le genre n'est pas une "théorie". Nos détracteurs n'utilisent d'ailleurs pas ce terme de "théorie" par hasard. Dans le langage courant, ce terme désigne un ensemble de spéculations sans fondement, à l'inverse du sens admis par de vrais scientifiques. Si ...
LIRE L'ARTICLE >>
4 techniques de camouflage
Anti-cernes : 4 techniques de camouflage Si vous souhaitez gommez vos poches et autres cernes ou camoufler quelques imperfections, découvrez sans plus attendre tous les bons conseils d'Agnès b.. Votre arme secrète ? Un anti-cernes... et c'est tout ! Je veux éclaircir mon regard !  L'astuce camouflage : . Dans ce cas, l'anti-cernes s'applique sur le fond de teint préalablement étalé, par petites touches sur le cerne. Tapotez pour estomper en descendant sous l''oeil et en remontant vers la paupières mobile, mais sans trop étaler ...
LIRE L'ARTICLE >>
Du Big-Bang à la Transsexualité – 2
Bang bang le cock à Bangkok !*
Jouets de Noël : Super U contre le père fouettard…
Transsexualité sans transition ?
Le sexe et l’état-civil (synthèse)
L’UMP inquiète des théories sur le “genre”
La prise en charge de la transidentité – Héloïse SCHNEIDER
Livre Blanc “Etat civil et Population Trans: droits non respectés”
Le genre comme Fait Social, dernier rempart à notre liberté individuelle
4 techniques de camouflage

9 responses to Du Big-Bang à la Transsexualité – 1

  1. Sophye Glamour a écrit le 24 décembre 2013

    Le plus drôle dans le “bing bang” est que ce nom a été donné par un détracteur de cette théorie (Fred Hoyle), lors d’une conférence, pour imager l’idée de l’explosion primordiale.

    • Brigitte Goldberg a écrit le 24 décembre 2013

      Même si la théorie du “Big-Bang” est devenue une chose acquise, il ne faut pas oublier que les trois quarts du contenu en masse et énergie de l’univers sont inconnus. On ne s’explique toujours pas pourquoi les galaxies s’éloignent les unes des autres en accélérant…

  2. galwenne a écrit le 24 décembre 2013

    intéressant .. j’attend la suite du polard !

  3. Mickelle a écrit le 24 décembre 2013

    Merci pour cet article, bien sûr c’est avec plaisir que j’attends la suite.
    Je te souhaite de passer de très bonnes fêtes de Noël et de Nouvel An.
    Reçois tous mes baisers, Mickelle

  4. Brigitte Goldberg a écrit le 24 décembre 2013

    Merci et très bonne fêtes de Noël à toi aussi :)

  5. Valentine a écrit le 25 décembre 2013

    Chouette chouette chouette!!! A quand la suite??? ^^ Et Joyeux Noël bien sur! ^^

  6. Ava a écrit le 26 décembre 2013

    Super ! Surprenant ! Supernel ! Superfin ! Pas superflu !!

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -