Photo du profil de Nadine

by

Le Feminine Boy Project (Projet des Garçons Féminins)

5 janvier 2014 | Tags: , , ,

Le Feminine Boy Project (Projet des Garçons Féminins) menace toujours les personnes au genre non conforme.

Par Cynthya BrianKate

traduit par Nadine GIBAUD.

Vous pourrez retrouver le texte original à l’adresse suivante : http://sbpress.com/2010/03/feminine-boy-project/

En résumé : pendant deux décennies, l’état fédéral américain a financé un projet de lavage de cerveau pour empêcher les enfants « de se comporter étrangement » (acting queer). Cette collaboration entre des psychologues anti-LGBTI (Lesbien, Gay, Bisexuel, Transgenre, Intersexe) et les « leaders » de la droite religieuse, connu sous le nom de Feminine Boy Project a été mise en place pour cautionner les abus psychiatriques contre les personnes transgenres ou au genre non-conforme.

Ce texte publié le 30 mars 2010 et est bien antérieur à la publication de la version V du DSM. D’ailleurs, il y ait plusieurs fois mention de ses éventuelles ajouts ou modification quant à la Dysphorie de Genre puisque cette dénomination remplace le Trouble de l’Identité de Genre.

Quant aux personnes intersexes, il semblerait que le lobbying ait bien marché puisque les « Troubles du Développement Sexuel » ne font pas partie du DSM V.

(Note de l’auteure: depuis le premier essai, il a été constaté que certains faits mineurs étaient inexacts, et ont été corrigés. Quiconque a des questions peut me les poser ici : barbieboy001@yahoo.com).


Pendant deux décennies, l’Etat fédéral des Etats-Unis a financé un projet de lavage de cerveau pour empêcher les enfants « de se comporter étrangement » (acting queer). Cette collaboration entre des psychologues anti-LGBTI (Lesbien, Gay, Bisexuel, Transgenre, Intersexe) et les « leaders » de la droite religieuse, connu sous le nom de Feminine Boy Project a été mise en place pour cautionner les abus psychiatriques contre les personnes transgenres ou au genre non-conforme.

Cette action a été financée par le National Institute of Mental Health (NIMH) de 1972 à 1986. A l’origine, le but déclaré était le « Traitement de la pré-homosexualité », idée selon laquelle éloigner les enfants de l’envie de sortir des stéréotypes du genre les empêcherait de devenir gays. Quand l’homosexualité a été retirée du DSM (Manuel Statistique et Diagnostique des Troubles Mentaux) au milieu des années, l’objectif fut modifié en «Traitement de la pré-transsexualité », amalgamant l’identité de genre avec la sexualité, en considérant de façon idéologique que tout écart des genres typiques et de l’hétérosexualité était mauvais. Les enfants étaient déclarés « pathologiques » vis à vis de certains comportements : par exemple, si un garçon jouait à la poupée, portait des robes et participait à la cuisine, ou si une fille grimpait aux arbres, jouait avec des jouets de garçons ou portait des vêtement masculins.

Voici certaines des personnes impliquées dans le projet Feminine Boy Project.

Richard Green est un collègue de John Money, lequel a institué les «protocoles Money» préconisant dans le cas des enfants intersexués des chirurgies génitales inutiles et imposées pour les mettre en « conformité », après avoir contraint David Reimer à vivre en fille (ce fut la fameuse « expérience John/Joan »), jusqu’à ce que Reimer ne revive en garçon avant de mettre fin à ses jours. Durant cette « expérience », Green a co-écrit Transsexualisme et Réassignation Sexuelle avec Money. Green a passé sa carrière à pathologiser les personnes LGBTI, notamment avec ses propos incendiaires de 1995 affirmant que «qui joue avec des poupées Barbie à cinq ans, couchera avec des hommes à 25 ans». Tout en étant responsable de la branche Sexualité Humaine du département de psychologie de l’Université de Stony Brook (désormais disparue), il s’est vu attribuer par le NIMH près d’un million de dollars pour le Feminine Boy Project.

George Rekers appartient à plusieurs groupes fondamentalistes anti-gay, tel que Family Research Council qu’il a co-fondé et qui était l’éditeur de son un essai Trouble de l’Identité du Genre. Jusqu’à peu il était « conseiller scientifique » au NARTH (Association Nationale pour la Recherche et la Thérapie de l’Homosexualité) lequel affirme « soigner » les gays bien que l’APA (Association Américaine des Psychiatres) condamne les « thérapies réparatrices ». En 2004, il fut «témoin expert» pour aider l’Arkansas à interdire l’adoption d’enfants par des parents homosexuels, de même qu’il le fut en 2008 en Floride. Inconnu à l’époque, Rekers était apparemment un homme aux penchants homosexuels (voir ci-dessous) qui a adopté ou accueilli quatre enfants, tout en empêchant les couples ouvertement gays de faire de même. Il témoigna in absentia par le biais de deux témoins en faveur de la proposition 8 actuellement rejetée qui interdit le mariage aux personnes du même sexe. Les « preuves » que Rekers apporta lors des auditions de la proposition 8 ont été discréditées, de même que ses témoins, David Blankenhorn et Hack-Shing William Tam. Blankenhorn est président de l’Institut pour les Valeurs Américaines et a publié un livre intitulé Le Futur du Mariage dans lequel il expose une liste sensationnaliste des conséquences néfastes du mariage de personnes du même sexe ; il admet maintenant que cette liste avait été mise au point par « une expérience de pensée collective » ou « toute idée était retenue dès lors que quelqu’un la proposait ». En mai 2010, le chroniqueur Frank Rich mit Blankenhorn en relation avec Rekers. Blankenhorn nia toute relation avec Rekers, mais un mois plus tard il écrivit au New York Times qu’il avait consulté le travail de Rekers dans les auditions de la proposition 8. Hack-Shing William Tam est secrétaire du America Return to God Prayer Movement (Mouvement de Prière pour le Retour de l’Amérique à Dieu) lequel gère le site Web anti-mariage homosexuel One Man, One Woman.net. Tam a affirmé que les personnes gays étaient « 12 fois plus susceptibles d’agresser les enfants que les hétérosexuels » et affirma que « si le mariage gay est autorisé […] les états tomberaient les uns après les autres aux mains de Satan. ». Tam admet que le NARTH est sa source d’information sur l’homosexualité parce qu’il « croit ce qu’ils disent » et que l’Internet était sa source pour affirmer que le mariage homosexuel « mènerait à la polygamie et à l’inceste ». Le 31 mars 2010, Rekers envoya une lettre à chaque superintendant scolaire des Etats-Unis par le biais d’un groupe fondamentaliste dénommé American College of Pediatrics (Collège Américain de Pédiatrie), lequel joue sur la possibilité de confusion avec l’American Academy of Pediatrics (Académie Américaine de Pédiatrie). Dans cette lettre, Rekers affirme qu’«il n’y a pas de preuve démontrant que les enfants naissent gays ou transgenres». En mai 2010, le Miami New Times révèle l’histoire où Rekers a été impliqué dans un scandale sexuel concernant de jeunes hommes du site Web de prostitution gay Rentboy.com. Ce scandale était fondé ; un autre jeune prostitué au moins a affirmé avoir fréquenté Rekers. Depuis lors, Rekers a donné sa démission du NARTH. Les visiteurs de son site Web « Professorgeorge.com » peuvent toujours lire ses tentatives de dénégation des faits, et peuvent aussi constater la présence d’un lien désormais cassé vers un site Web que Rekers approuvait, dénommé « Teen Sex Today », ce qui rend encore plus dérangeant le fait qu’il ait adopté et accueilli des enfants.

Green et Rekers ont travaillé sur le Feminine Boy Project avec des médecins tels que Susan Coates, des comportementalistes comme O. Ivor Lovaas et David Barlow. Ils avaient à disposition le personnel de plusieurs institutions.

Plusieurs institutions ont servi à justifier le financement et le lavage de cerveau des enfants. Le Séminaire Théologique Fuller est une université chrétienne évangélique. Dans son livre Etranger à la Porte, Mel White dit alors qu’un étudiant du Séminaire le présenta à Billy Graham et Jerry Falwell, qui lui demandèrent d’être nègre littéraire de leur autobiographie. Rekers se servait du Séminaire pour obtenir des fonds pour le Projet et y justifier son implication. Rekers s’est aussi servi du Logos Research Institute dans le même but. Logos est un think tank de la « droite religieuse » promouvant la « science » fondamentaliste. Actuellement un groupe dénommé Logos, qui peut-être est le même, finance la version revue et corrigée de l’Origine des Espèces de Darwin des acteurs Kirk Cameron et Ray Comfort (aussi connu comme le «Banana Guy» de YouTube, qui affirme que les bananes infirment la théorie de l’évolution) . Green a utilisé l’Université Brook pour obtenir la plupart des subventions du NIMH et pour effectuer la majeure partie du travail administratif, statistique et de secrétariat de son «étude». La plupart des lavages de cerveau se firent à l’UCLA bien que d’autres, dit-on, se soient déroulés à l’Unité de l’Identité de Genre Infantile à l’Hôpital de Recherche de St Luke de la ville de New York. Les subventions du NIMH référencées pp. 257-258 dans le livre de Phyllis Burke Gender Shock (Le choc du genre) établissent un lien avec des subventions issues de l’Institut Roosevelt.

Green et Rekers recrutaient les patients par l’entremise des praticiens de santé mentale qui connaissaient des enfants pré-pubères qui ne correspondaient pas aux stéréotypes de genre, principalement des garçons efféminés, bien qu’il y ait eu quelques filles masculines. Certains étaient envoyés les administrations scolaires pour non-conformité à leur genre, certains étaient amenés par les parents.

Les enfants étaient diagnostiqués à l’aide de « Tests de genre » pseudoscientifiques comprenant le «Barlow Gender-Specific Motor Test» utilisant les stéréotypes pour « mesurer » l’identité de genre selon que l’enfant s’assoie/se tienne debout/bouge comme le «devraient» les garçons ou les filles. S’ils étaient diagnostiqués comme souffrant d’un «développement du genre pathologique», il leur était recommandé de subir une modification comportementale invasive, avec entre autres, placement dans des salles de jeux spécifiques avec un accompagnement répétitif, par du personnel les observant indirectement à travers des glaces sans tain, pour les encourager à choisir des jouets correspondant aux stéréotypes de leur genre. Des comportementalistes tels que Shasta Mead interagissaient directement avec les enfants, gagnaient lentement leur confiance pour renforcer le comportement stéréotypé, suggérant sans cesse qu’ils devraient plutôt porter ou jouer avec les «bons» objets. Les enfants devaient porter des compteurs au poignet pour comptabiliser chaque fois où ils pensaient à jouer avec le «mauvais» jouet. Des récompenses et des réprobations étaient donnés respectivement pour les «bons» et les «mauvais» choix. Les parents étaient appelés à surveiller les choix de leurs enfants, à jeter leurs jouets,  à forcer les garçons à sortir de la cuisine et à canaliser les enfants vers des choix plus stéréotypés à la maison aussi bien que dans l’établissement. Ceci durait jusqu’à ce que l’enfant soit déclaré « guéri ».

Ce Projet a été considéré comme une « réussite » bien qu’il ait seulement réussi à traumatiser les enfants. « Becky » fut déclarée « complètement guérie » parce que l’enfant de huit ans vit un homme qui aurait pu être son père comme son «petit ami».

Kirk Murphy est âgé de 4 ans et demi sur ce portrait réalisé quelques mois avant son entrée dans le projet

Kirk Murphy est âgé de 4 ans et demi sur ce portrait réalisé quelques mois avant son entrée dans le projet à l’UCLA

« L’enfant-modèle » du Projet, dénommé « Kraig » par Rekers et « Kyle » par Green, se suicida en 1993. En juin 2011, la famille de Kirk Murphy a pris l’initiative de raconter son histoire, comment son traitement comme jeune dans le Projet le mena au suicide. Ils affirment que sa vie était une vie humaine et « pas une simple expérience scientifique ». La famille de Murphy a été mise en avant sur CNN dans l’émission AC350 d’Anderson Cooper pour une série d’épisodes intitulée «The Sissy Boy Experiment:: Exposing the Truth». Cette série, de même que l’article du blog Box Turtle Bulletin intitulé  What Are Little Boys Made Of (De quoi sont faits les petits garçons ?), citent nommément et décrivent le Feminine Boy Project, exposent les méthodes de la « thérapie réparatrice » dans ses moindres détails et citent nommément l’UCLA et l’Université Stony Brook pour leur part active dans le projet.

Un survivant du Projet a récemment écrit une pièce intitulée The Blue Dress. Cette pièce de théâtre est une oeuvre mémorielle écrite pour dramatiser et informer sur les violences appelées « traitement » qu’ont subi les enfants.

Rien de tout cela n’a empêché l’expansion des concepts de «Trouble de l’Identité de Genre» ou de «Trouble de l’Identité de Genre Infantile» pathologisant les personnes transgenres ou variantes en terme de genre sans tenir compte de leur santé émotionnelle. Les recommandations du DSM-IV décrivent même que le fait pour un garçon de jouer à la poupée est un «symptôme».

L’administration de l’Université Stony Brook nie que Green y ait jamais enseigné, bien que les subventions du NIMH soient archivées dans le livre Gender Shock et que Green remercie des membres du personnel de Stony Brook dans son livre The «Sissy Boy» Syndrome, certains y travaillant encore. Les deux livres sont consultables dans la bibliothèque de cette université.

En 1980, Dylan Scholinki, un jeune homme transgenre alors prénommé Daphne a été interné dans des institutions psychiatriques pendant des années pour «Trouble de l’Identité de Genre». Ses Mémoires intitulées The Last Time I Wore a Dress montrent que son école l’a signalé aux psychiatres, qui l’ont diagnostiqué avec le Barlow Gender Motor Test et placé sous « traitement », traitement qui incluait un “relooking” forcé. En 2000, un enfant de six ans a été retiré à ses parents aimants, considérés comme «exacerbant un trouble mental». Le «trouble ?», Aurora Lipscomb avait dit à ses parents qu’elle n’était pas un garçon mais une fille, et ses parents avaient approuvé sa décision de vivre en fille. Parce que ses parents «exacerbaient» son «trouble d’identité de genre», le tribunal décida de retirer Aurora de ses parents aimants et la mit dans une maison où pendant deux ans elle fut forcée de vivre comme un garçon chrétien plutôt que comme une fille juive. Elle est maintenant sortie de cette maison et se remet de cette expérience qu’elle n’aurait jamais dû connaître.

En ce moment, il y a une incitation à réécrire le DSM pour le rendre encore plus pathologisant envers les personnes transgenres, au genre non-conforme et intersexuées. Ces changements ont été proposés par Ken Zucker et Ray Blanchard.

Zucker pathologise les personnes LGBTI depuis de nombreuses années. Il a été responsable du Clark Gender Institute (Institut du Genre Clarke). Le traitement réservé aux personnes transgenres et intersexuées dans cette institution est si révoltant pour ces communautés que certains activistes le désignent comme « Jurassic Clark ». Zucker était expert désigné dans l’affaire Lipscomb et recommanda au tribunal de retirer Aurora à sa famille. Alors que Zucker n’est pas partie prenante du NARTH, il leur permet de se revendiquer de son travail et de le citer dans leurs publications.

Blanchard est un collègue de J. Michael Bailey. Bailey est l’auteur du livre raciste et LGBTI-phobe The Man Who Would Be Queen, et s’est fait le chantre de l’avortement sélectif des « bébé gays ». Blanchard a participé à la popularisation de certaines théories du genre discréditées, telle que la théorie démystifiée de l’autogynéphilie, à la base du livre de Bailey. Il a aussi gagné en notoriété en travaillant avec des eugénistes tels que Alice Dreger pour promouvoir la réutilisation de termes toxiques et désuets tels que TDS, ou Trouble du Développement Sexuel, en lieu et place d’intersexe. Dreger a passé sa carrière à exploiter et à pathologiser des populations entières, telles que les personnes gays, transgenres et intersexuées, de même que les personnes handicapées. Bien qu’elle ne soit pas intersexuée, elle a dirigé la Intersex Society North America (ISNA), désormais fermée, pendant plusieurs années. Sous son mandat ce groupe devint un promoteur de la théorie du TDS. En 2007, elle présenta une conférence sur la bioéthique intitulée « Devrions nous limiter la croissance des enfants handicapés ? ». Dreger a défendu en plusieurs occasions le racisme, le sexisme et la transphobie de Bailey, menaçant même la carrière de la chercheuse féministe transgenre Joelle Ruby Ryan alors que celle-ci organisait un comité sur les préjugés de Bailey intitulé « The Bailey Brouhaha » en 2008 à la Conférence de la National Womens’ Studies Association (Association Nationale des Etudes sur les FemmesNWSA). Bien que Blanchard ne soit pas directement lié à Dreger, il est un collègue de Bailey. Tant Bailey que Blanchard font partie du think-tank eugéniste dénommé Human Biodiversity Institute (Institut de Biodiversité Humaine), dont l’auteur de The Bell Curve, qui affirme que les Noirs américains sont intellectuellement inférieurs, est également membre, et qui fonda avec d’autres membres le virulent groupe anti-immigrants VDARE. Certains nomment  cette sorte de recyclage des vieilles haines envers la différence «Newgenics».

Les changements proposés prévoient de renommer le Trouble de l’Identité de Genre (TIG, GID en anglais) « Trouble de l’Incongruence de Genre », ce qui exposerait quiconque sort des stéréotypes du genre au risque d’être déclaré mentalement atteint, non seulement les personnes transgenres mais possiblement les gays, lesbiennes, bisexuels, tout autant que les hommes féminins et les femmes masculines. Ceux-ci prévoient également d’ajouter l’intersexuation à la listes des troubles du genre, ce qui n’a aucun sens puisque l’intersexuation est une variation physique, étant biologiquement entre masculin et féminin, ce qui n’a rien à voir avec la santé mentale.

En plus de l’APA, certaines de ces personnes, entre autres Zucker et Green, sont activement impliquées et puissants dans d’autres organisations dont les décisions ont un impact sur la vie des personnes en termes de genre. En juin 2010, la World Professional Association for Transgender Health (WPATH, auparavant Harry Benjamin International Gender Dysphoria Association, ou HBIGDA) a publié un communiqué de presse qui affirmait défendre la « dé-psychopathologisation de la variation de genre au niveau mondial ». Cela peut sembler très progressiste, sauf si vous connaissez la vérité sur le dossier de la WPATH au niveau du genre.

Parmi les anciens présidents de la WPATH on trouve Richard Green, et Ray Blanchard était membre de son conseil d’administration jusqu’à sa démission en 2003. Ken Zucker siège à deux des commissions, comme le font plusieurs de ses collègues, tels que Heino Meyer-Bahlburg. Celui-ci est considéré par beaucoup comme un homophobe, transphobe, mysogine , qui essaye « d’empêcher l’homosexualité ».

Les Normes de Soins (SOC) de la WPATH, ses recommandations pour les personnes cherchant une transition médicale du genre, tels que les hormones et/ou la CRS (Chirurgie de Réassignation Sexuelle) soutiennent le DSM-IV. Les SOC réitèrent la pathologisation de la non-conformité du genre du DSM-IV ainsi que le Trouble d’Identité de Genre (GID). Ken Zucker, tout autant que Randi Ettner, font partie de la commission SOC du WPATH. Dans son livre Confessions of a Gender Defender, Ettner décrit les personnes transgenres en des termes comme «zombie», «saucisses boudinées» et «le trav’ démoniaque… se retourna pour m’assassiner dans la chaleur d’août».

Le communiqué de presse affirme ainsi : « la psycho-pathologisation des caractéristiques et des identités de genre renforce ou peut susciter le discrédit, favorisant ainsi les préjugés et la discrimination, rendant les personnes transgenres et transsexuelles  plus vulnérable à la marginalisation et l’exclusion tant sociale que légale, ce qui accroit les risques physiques et mentaux au bien-être». Cependant les personnes intersexes ne sont pas du tout mentionnées dans le document. Le WPATH pathologise toujours les personnes intersexes, et ne les appelle même pas personnes intersexes. Le WPATH a en revanche une vraie Commission dont le but est de continuer à utiliser le terme TDS, quand bien même il a été prouvé que ce terme est néfaste et stigmatisant envers les personnes intersexes, et est une création des nouveaux eugénistes. Tant Zucker que Meyer-Bahlung font partie de la Commission « Troubles du Développement Sexuel » du WPATH. Le WPATH est aussi en partenariat avec le GLMA (Gay-Lesbien Medical Association, Association Médicale Gaie et Lesbienne) pour leurs conférences en 2011 qui se recoupaient. En 2006, le GLMA a travaillé avec des groupes comme l’ISNA pour promouvoir l’utilisation du terme TDS pour se référer aux personnes intersexes. En 2005, Le GLMA autorisa l’ISNA à organiser une conférence au sein de leur conférence afin de promouvoir les TDSs, et les deux groupes participèrent à l’écriture de prospectus popularisant les TDSs.

En 2005, le GLMA et l’ISNA tinrent le même genre de conférence à Chicago pour promouvoir la publication des travaux d’un groupe se dénommant eux-mêmes le « Consensus Group » lequel était le «consensus» de plusieurs groupes médicaux non-intersexes, sans la moindre participation d’intersexes, sans même la moindre publicité envers la communauté intersexe. Les participants à ce groupe comprennent plusieurs membres du WPATH, y compris Ken Zucker, Heino Meyer-Bahlburg et Richard Green. Tout aussi impliquée fut la fondatrice de l’ISNA, Cheryl Case qui s’est depuis lors révélée être en fait l’activiste pro-TDS Bo Laurent depuis le tout début du groupe. Ce « Consensus Group » rédigea un document intitulé « Consensus Statement on the Managent of Disorders of Sex Development » (Déclaration Consensuelle sur la Gestion des Troubles du Développement Sexuel). Leur concept  de « gestion » est bien pire que les Protocoles de Money, lesquels veulent faire subir des interventions chirurgicales inutiles aux bébés intersexes avant l’âge de deux ans ; la Déclaration de Consensus exhorte à intervenir chirurgicalement à l’âge de deux mois.

Aussi longtemps qu’il y aura des personnes comme Zucker, Meyer-Bahlburg et Ettner comme responsables au WPATH, désignant les personnes intersexes «Troubles du Développement Sexuel» et soutenant les positions du DSM sur la non-conformité du genre, toute affirmation de leur part qu’ils défendent le droit aux personnes à l’expression de genre sonnera creux. Je recommanderais que les personnes exigent du WPATH qu’il arrête de pathologiser les personnes intersexes, transgenres, et au genre non-conforme, et qu’elles disent à ceux qui n’en ont pas conscience ce qu’il y a réellement derrière ce communiqué de presse, et ceci jusqu’à ce que le WPATH fasse réellement ce qu’il dit faire : qu’il soutienne réellement le droit de tout un chacun à une libre expression de genre.

L’APA a mis fin à la période des commentaires publics sur leur site Web à www.dsm5.org/Pages/Default.aspx à l’été 2010, mais je vous recommande toutefois de continuer à leur écrire sur cette page et je vous recommande surtout de leur écrire à apa@psych.org afin de leur faire connaître votre sentiment sur le sujet. Je les invite à prendre leurs distances vis à vis de Zucker et Blanchard, et je désignerais la culpabilité par complicité de Zucker, qui laisse des personnes telles que Rekers se servir de son travail pour justifier leur hypocrisie et la violation des règles de l’APA sur la « Thérapie Réparatrice ». J’espère que nous pourrons faire comprendre à l’APA que nous ne voulons pas qu’ils mettent à rude épreuve ces changements.

Sources :

1)        Archives of Disease in Childhood ac98319 Module 2, 5/4/06, www.medhelp.org/ais/PDFs/Chicago-Consensus-Statement-06.pdf

2)        Aurora Lipscomb archive, www.mermaids.freeuk.com/aurora1.html

3)        Beirich, Heidi,  and Moser, Bob, “Queer Science,” Southern Poverty Law Center Intelligence Report, www.splcenter.org/intel/intelreport/article.jsp?sid=96

4)        Bullock, Penn and Thorp, Brandon K.,, “Christian Right Leader George Rekers Takes Vacation with ‘rent boy’,” Miami NewTimes 5/6/10, www.miaminewtimes.com/2010-05-06/news/christian-right-leader-george-rekers-takes-vacation-with-rent-boy/

5)        Burke, Phyllis, Gender Shock: Exploding Myths of Male and Female, Anchor Books 1997

6)        Burroway, Jim, “What Are Little Boys Made Of?” in Box Turtle Bulletin News, June 2011, . http://www.boxturtlebulletin.com/what-are-little-boys-made-of2

7)        Colapinto, John, with Reimer, David, As Nature Made Him: The Boy Who Was Raised as a Girl, Harper Books, 2000

8)        Colbert, Steven, on George Rekers’ “rent boy” scandal, video clip athttp://blogs.miaminewtimes.com/riptide/2010/05/video_stephen_colbert_names_ge.php

9)        Conover, Pat, Transgender Good News, New Wineskins Press 2002

10)     Conway, Lynn, “Ray Blanchard Resigns from HBIGDA In a Huff!”http://ai.eecs.umich.edu/people/conway/TS/BaileyAssociates/BlanchardResigns.html

11)     Conway, Lynn, “J. Michael Bailey’s statements about wanting to abort ‘gay babies,”http://ai.eecs.umich.edu/people/conway/TS/Bailey/HBES/Bailey%20on%20homosexuality.htm

12)     Cooper, Anderson, AC360. Blogger speaks out on ‘ex-gay’ movement, June 2011, http://ac360.blogs.cnn.com/2011/06/15/ac360-follow-blogger-speaks-out-on-ex-gay-movement/

13)     Cooper, Anderson, AC360: The ‘Sissy Boy’ Experiment: Uncovering the Truth, June 2011, http://www.youtube.com/watch?v=A-irAT0viF0

14)     Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders DSM-IV-TR (Text Revision), American Psychiatric Association

15)     DSM-V Committee feedback link, www.dsm5.org/Pages/Default.aspx

16)     Ettner, Randi, Confessions of a Gender Defender, Spectrum Press 1996

17)     Exposing Junk Science About Same-Sex Behavior, http://blog.ejsssb.org/category/george-rekers/

18)     Green, Richard, The “Sissy Boy” Syndrome and the Formation of Adult Homosexuality, Yale University Press 1987

19)     Green, Richard, and Money, John, Transsexualism and Sex Reassignment, Johns Hopkins Press 1969

20)     Intersex Society North America, DSD Symposium at the 2006 San Francesco GLMA Conference, www.isna.org/dsdsymposium20066

21)     “Kirk Cameron’s ‘Origin Of Species’ Plan: Ex-Actor To Distribute 50,000 Altered Darwin Books,” www.huffingtonpost.com/2009/09/22/kirk-camerons-origin-of-s_n_294349.html

22)     Maddow, Rachel, “Rachel Maddow Reports on George Rekers Rentboy.com Vacation,” Youtube clip at www.youtube.com/watch?v=skXMv5vsFpE

23)     Maddow, Rachel, on connections between George Rekers, David Blankenhorn and Hack-Shing William Tam, found as Youtube clip at www.youtube.com/watch?v=cu56T_AirsM

24)     Organisation Intersex International, “Alice Dreger: Disorders of Sex Development” www.intersexualite.org/AliceDreger.html

25)     Organisation Intersex International, “Alice Dreger Played Intersex People a Nasty Trick for Halloween,”www.intersexualite.org/Dreger_Halloween.html

26)     Organisation Intersex International, “Alice Dreger: the Unethical Ethicist?” www.intersexualite.org/Alice_Dreger_ethics.html

27)     Organisation Intersex International,, “Cheryl Chase and Disorders of Sex Development (DSD),” http://oii-usa.blogspot.com/2006/10/cheryl-chase-and-disorders-of-sex.html

28)     Organisation Intersex International, DSD Fact Sheet, www.intersexualite.org/DSD_Activists.html

29)     Organisation Intersex International, “Would the real Cheryl Chase, Bo Laurent, Charlie Chase, Brian Sullivan, Bonnie Sullivan please stand up?” www.intersexualite.org/Cheryl_Chase.html

30)     Petition, “Objection to DSM-V Committee Members on Gender Identity Disorders.” www.thepetitionsite.com/2/objection-to-dsm-v-committee-members-on-gender-identity-disorders

31)     Preventing Homosexuality & Non-Comforming Women: When Science & Medicine Go Astray (a criticism of Heino Meyer-Bahlburg) www.afterthree.net/tag/gender/

32)     Proposed DSM-V Revisions, www.dsm5.org/ProposedRevisions/Pages/proposedrevision.aspx?rid=192

33)     Rekers, George, “Gender identity Disorders,” Family Research Council of America 1985

34)     Ryan, Joelle Ruby, Appeal to community about threats by Alice Dreger, http://ai.eecs.umich.edu/people/conway/TS/Dreger/ASB%20paper/NWSA%20panel/Academic_Attack_Against_Transwoman_by_Alice_Dreger.html

35)     Ryan, Joelle Ruby, panel host, “The Bailey Brouhaha” at the 2008 National Womens’ Studies Association (NWSA) conference, entire panel on Youtube at www.youtube.com/watch?v=gMJAK_IqQa4

36)     Scholinski, Daphne,, The Last Time I Wore A Dress, Riverhead Trade 1998

37)     Serano, Julia, Whipping Girl: A Transsexual Woman on Sexism and the Scapegoating of Femininity, Seal Press 2007

38)     TG Crossroads article archive of Ken Zucker’s pathologizing LGBTI people, www.tsroadmap.com/info/kenneth-zucker.html

39)     “The Blue Dress” (play written by a survivor of the Feminine Boy Project), www.jweekly.com/article/full/22941/boy-in-a-blue-dress/

40)     TS Roadmap archive on Ray Blanchard, www.tsroadmap.com/info/ray-blanchard.html

41)     TS Roadmap archive of transgender criticism of J. Michael Bailey, www.tsroadmap.com/bailey/

42)     University of Michigan Bioethics Grand Rounds Speakers’ series, “Should We Attenuate the Growth of Children with Disabilities? Looking at Ashley in a Broader Context,” lecture by Alice Dreger. 10?31/07, www.med.umich.edu/adultethics/2007.htm

43)     White, Mel, Stranger at the Gate: To Be Gay and Christian In America, Plume Books 1995

44)     Wilkinson, Stephanie, “Drop the Barbie!: If You Bend Gender Far Enough, Does It Break?”, Brain, child the magazine forthinking mothers, 2001, www.brainchildmag.com/essays/fall2001_wilkinson.htm

45)     World Professional Association for Transgender Health (WPATH), www.wpath.org

46)     WPATH June 2010 Press Release, www.wpath.org/publications_public_policy.cfm

WPATH, Past Presidents List, www.wpath.org/documents/WPATH%20BOD%20Terms%20List%205-7-09.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Atwood et Jim Ambrose lors d'une interview pour la chaine locale d'information à Missoula
Bien que chaque parcelle de son corps indique un corps de jeune fille, un test sanguin réalisé à 14 ans a révélé à Atwood qu'elle avait des chromosomes XY typiquement masculins. C'est ce qu'on appelle le syndrome d'insensibilité complète aux androgènes (SICA) et cela signifie qu'elle est née sans utérus et sans ovaires mais qu'elle a des testicules dans son abdomen. Dans de nombreux cas, les enfants intersexués naissent avec des ambiguïté anatomiques visibles et sont régulièrement soumis à des chirurgies non ...
LIRE L'ARTICLE >>
Quand les vêtements féminins étaient l’apanage des hommes …
Aussi étonnant que cela puisse paraître, les talons hauts, les bas, le corset et autres pièces de la garde-robe féminine ont d’abord été portés par les hommes et, à une époque où les questions de genres fleurissent, les allers-retours de l’histoire semblent dire que rien n’est jamais aussi « genré » qu’il n'en a l’air. Jusqu’au Moyen-Âge, le sous-vêtement n’avait pas de fonction érotique, ni ne permettait la distinction des classes, il était simplement utilitaire. C’est à la Renaissance que sa ...
LIRE L'ARTICLE >>
Jackie Green
Jackie Green, transgenre, est demi-finaliste de Miss Angleterre le 30 mai au concours de beauté. Sur les 56 filles qui ont pris part à la sélection, seulement 15 ont été choisis pour rejoindre les autres finalistes à aller à la finale de Miss Angleterre, qui aura lieu le 26 Juin 2012 au Athéna à Leicester. Comme enfant, Jackie a toujours agi comme une petite fille et a insisté pour porter des vêtements féminins et pour jouer avec des jouets de filles. Jackie après ...
LIRE L'ARTICLE >>
Lingerie et sous-vêtements sexy pour les hommes féminins
Pour les hommes (et les travestis et les transgenres avec service trois pièces) qui veulent des sous-vêtements sexy type lingerie fine, réalisés avec soin et s'intégrant parfaitement à un corps masculin, la société HommeMystère propose des culottes confortables, des soutien-gorges qui tiennent aux épaules, des combinés sexy malin et des tissus et coupes agréables pour être portés toute une journée. Notamment de jolis soutien-gorges et bustiers dans des tailles de bonnet (AA et A), de tour de poitrine et de bretelles adaptés. Je ...
LIRE L'ARTICLE >>
Y’a-t-il un lien entre Autisme et Dysphorie de Genre ?
Traduction, par mes soins, de l'article "Is There a Link Between Autism and Gender Dysphoria?" publié le 13 septembre 2013 sur le site web du Huffington Post et écrit par Kyle Simon (co-fondateur et vie-président du Family Autism Center). L'original se trouve à l'adresse suivante : http://www.huffingtonpost.com/kyle-simon/is-there-a-link-between-autism-and-gender-dysphoria_b_3896317.html Quand on parle d'autisme, on cite presque toujours des statistiques. Et le chiffre ayant trait à l'autisme le plus communément jeté en pâture de nos jours est celui que les garçons sont quatre fois plus susceptibles que le filles d'avoir ...
LIRE L'ARTICLE >>
Trois astuces faciles pour se sentir plus féminine
Mettre une robe et du rouge à lèvres ne sont pas les seuls moyens pour entrer en mode tgirls. Les femmes utilisent naturellement des techniques plus sophistiquées que ça. C'est pour cela que je souhaite vous faire partager trois évidences (à postiori) qui permettent de se sentir plus féminine. 1. Utilisez du parfum Le bon parfum qui vous correspond peut que vous vous connectez avec votre féminité comme rien d'autre. Le parfum est souvent fortement lié à des souvenirs et votre parfum actuel ...
LIRE L'ARTICLE >>
A l'école des enfants sans sexe / © Mychele Daniau / AFP
Si l'initiative est jugée naïve par un certain nombre de spécialistes, et manque de repères pour d'autres, si de toutes parts on insiste sur le fait que de tels changements de mentalité prennent des années, voire des siècles, il faut bien admettre que la réflexion sur le genre est dans l'air du temps. Exit le "il" et le "elle", certains établissements suédois ont désormais recours à l'éducation indifférenciée. Polémique. Dans la salle de classe, le coin dînette et les petites voitures ont laissé ...
LIRE L'ARTICLE >>
Intersexués – une nouvelle loi en Allemagne
La ministre allemand de la famille vient de modifier la loi et permet dorénavant aux parents d’enfants intersexués de ne plus devoir indiquer Masculin ou Féminin dans l’Acte de Naissance, laissant ce choix à l’enfant plus tard Das Personenstandsrechtsänderungsgesetz setzt zudem eine Forderung des Deutschen Ethikrates im Bereich der Intersexualität um. Damit wird es erstmals möglich, das Geschlecht intersexueller Menschen im Geburtenregister offen zu lassen. Beide Neuregelungen gehen zurück auf die Initiative der Bundesfamilienministerin. source http://www.bmfsfj.de/BMFSFJ/familie,did=195878.html seul le dernier paragraphe traite du ...
LIRE L'ARTICLE >>
Trouble dans le genre : Le féminisme et la subversion de l’identité
%CODE1% Présentation de l'éditeur Dans cet ouvrage majeur publié en 1990 aux Etats-Unis, la philosophe Judith Butler invite à penser le trouble qui perturbe le genre pour définir une politique féministe sans le fondement d'une identité stable. Ce livre désormais classique pour les recherches sur le genre, aussi bien que les études gaies et lesbiennes, est au principe de la théorie et de la politique queer : non pas solidifier la communauté d'une contre-culture, mais bousculer l'hétérosexualité obligatoire en la dénaturalisant. Il ne ...
LIRE L'ARTICLE >>
L’APA révise le DSM : être transgenre n’est plus un trouble mental ?
Ce samedi 1er décembre 2012, le conseil d'administration de l'APA (American Psychiatric Association - Association américaine de psychiatrie) vient d'approuver les dernières révisions proposées au Manuel de Diagnostique et Statistiques des troubles mentaux, ce qui sera désormais connu comme le DSM-V. Cela marque un jalon historique pour les personnes transgenres et au genre non conforme, que leurs identités ne soient plus considérés comme un trouble mental. L'homosexualité avait été déclassifiée de la même façon des troubles mentaux en 1973. Jusqu'à présent, ...
LIRE L'ARTICLE >>
“Interface Project” – Plus jamais honteux !
Quand les vêtements féminins étaient l’apanage des hommes …
Jackie Green transgenre demi-finaliste à Miss Angleterre
Lingerie et sous-vêtements sexy pour les hommes féminins
Y’a-t-il un lien entre Autisme et Dysphorie de Genre ?
Trois astuces faciles pour se sentir plus féminine
En suède, à l’école des enfants sans sexe
Intersexués – une nouvelle loi en Allemagne
Trouble dans le genre : Le féminisme et la subversion de l’identité
L’APA révise le DSM : être transgenre n’est plus un trouble mental ?

14 responses to Le Feminine Boy Project (Projet des Garçons Féminins)

  1. Julie Mazens a écrit le 5 janvier 2014

    C’est effrayant. Sans compter l’impact que cela a eu sur la vie des cobayes !

    J’ai comme une envie soudaine d’enfermer à vie les connards initiateurs de ce programme dans une cage avec une roue d’hamster …

  2. Alexandra a écrit le 5 janvier 2014

    Le WPATH est donc compromis. Pas mal… Surtout que le WPATH dénigre systématiquement les intersexes, chose que je découvre ici. Etre intersexe et défendre le WPATH est donc juste une histoire du canard qui aime être laqué.

    Et en effet, tout ceci est à vomir.

  3. Francesca Pietra a écrit le 5 janvier 2014

    merci beaucoup nadine pour cet article remarquable!
    ceci dit….. effrayant, terrorisant
    ladite “normalité” à tout prix
    je pense que malheureusement on est reparti pour ce type de situations….d’où la nécessité pour la Tcommunauté de se rendre visible! battante et efficace
    chacun et chacune a sa place dans la société sans accpeter pour autant de payer le prix au risque de sa vie!

  4. Dominique Menezkaer a écrit le 5 janvier 2014

    Merci à Nadine pour cette traduction (c’est du boulot… !!!). Tout ce qui est relaté dans l’article montre bien à quel point la “non conformité “aux normes de genre dérange beaucoup de gens…. lesquels sont prêts aux pires maltraitances pour “guérir” ces pauvres gamins ….
    J’ai ressorti il y a peu dans une réunion, pour appuyer un commentaire, le bouquin de Stoller “Masculin, féminin” parus dans les années 80 et dont j’ai lu la traduction en français par Colette Chilland dans les années 90 (je n’avais rien d’autre à me mettre sous la dent à l’époque…). Il est question dans ce livre de “féminité” et de “masculinité”… de comportement masculin, de comportement féminin, sans que jamais ces notions ne soient jamais questionnées…. Cette féminité et cette masculinité sont des “postulats” qui semblent venir du ciel…

    Et on en a pas fini avec tout cela, beaucoup de gens ont envie d’entendre ce genre de discours (ainsi chacun est à sa place ce qui est assez rassurant… pour eux): On a beaucoup de travail devant nous… !!!

  5. Brigitte Goldberg a écrit le 5 janvier 2014

    La France a aussi eu un passé pas très glorieux dans ce domaine…
    http://psychiatrie.histoire.free.fr/traitmt/varia/trans/trans.htm

  6. Chloé Tigre Rouge a écrit le 5 janvier 2014

    C’est assez abominable. Toutefois nuançons, car on ne peut pas traiter une organisation comme le WPATH (des centaines de membres et de nombreuses commissions) de façon monolithique. S’y associent des personnalités positives et d’autres moins positives. N’ayons pas une vision binaire, sachons juste faire preuve de prudence.

    Ces soi-disant thérapeuthes s’inscrivent tout à fait dans les gender studies, à cela près qu’ils tentent d’imprimer de force les comportements attendus par la norme plutôt que de les traiter comme des attentes sociales et les laisser à ce qu’elles sont. On pourrait parler de thérapie conformiste, et des effets mortifères du conformisme à outrance.

  7. Ava a écrit le 5 janvier 2014

    Quel boulot !
    Ces “pratiques” pour ne pas dire crimes sont écœurantes et terrifiantes ; lorsque l’on vit déjà la difficulté d’être avec nos simples questionnements de genre, j’imagine douloureusement les dégâts de telles expériences…

    C’est effarant de constater le nombre de personnes dérangées par des parcours de vie différents. Pour avoir subi très tôt moqueries et insultes concernant mon comportement, je me suis rapidement blindée en me disant que les problèmes que je posais a ces détracteurs étaient et resteraient leurs problèmes a eux !!! En effet les anecdotes croustillantes concernant la sexualité de Rekers et autres illustre bien ce propos…

  8. Héloïse a écrit le 5 janvier 2014

    “basé sur des préjugés tels que les stéréotypes sexistes ou l’hétérosexualité étaient mauvais.”
    Il n’y a pas une erreur ?

  9. Sylvaine TELESFORT a écrit le 5 janvier 2014

    Une histoire bien connue, faisant partie de cette génération ou en France les pratiques et théories Américaine mon été appliquer. Jusqu’au jours ou certains médecins ont opposé leur veto. C’est en 1994 que la France s’est opposé à ces théories. Puis c’est bien en 2003 que le Ministère de la Santé à rappeler au corps Médical que la France et l’UE n’appliquait pas la DSM produit des USA, mais bien la CIM produit de l’ONU nettement plus humaine.

    Pourtant les psychiatres eux ne parlent en DSM car plus avantageux pour eux ! Par contre tout leurs documents établis envers les instances sociales, sont transcrit en CIM. Il est plus facile de diviser, les clients que de ne pas respecter l’institution.

    La DSM ne considère pas les maladies rares dont relève les inter-sexes, il n’en va pas de même pour les maladies rares touchant à l’hermaphrodismes, aux maladies chromosomiques, aux malformations congénitales etc. puisque là tous les document administratif doit comporté l’exactitude le la maladie. Que de mettre “dysphorie du genre” “inter-sexe” des mots qui ne sont pas pris en considération. Par contre Syndrome de Klinefelter, Syndrome AIS, hermaphrodite vrai (ovotestis) sont des maladies référencées dans la nomenclatures des maladies rares et reçoivent un code CIM.

    Soi on se trouvent dans l’Union Européenne et on se réclame de son droit, ou l’on émigre et l’on conteste la main mise des médecin qui emploi la DSM nomenclature officielle qui sert aux USA seulement. Les psy qui désirent se référer à cette nomenclature peuvent lors d’un prochain congrès resté de l’autre côté de l’atlantique.

    L’Union Européenne n’est pourtant pas la cinquante et unième étoile des Etats-Unis.

    Peut-on comparer le système social Français avec celui qui règne aux USA ?

    Par expérience ! NON !

  10. marie loiseau a écrit le 6 janvier 2014

    C’est terrifiant ! Comment peuvent des êtres humains faire cela? J’ai l’impression de relire une page d’histoire peu glorieuse de l’humanité. C’est un crime.

  11. Marie a écrit le 7 janvier 2014

    J’ai trouvé cet article très intéressant et je pense que si l’on veut comprendre quelque chose au débat qui fait rage en France autour de la CIM 11 il est indispensable de comprendre ce qui s’est passé et se passe encore outre-Atlantique. Quelques points m’interrogent et je vais me procurer le livre de Randi Ettner : Confessions of a Gender Defender. J’ai lu Gender loving Care et certains de ses articles. Je ne l’aurai pas mise dans le même sac que Zucker, Blanchard, Bailey et compagnie. C’est vrai qu’elle fait partie de la WPATH. C’ est vrai que le SOC 7 a été traduit en français par la Sofect et que la WPATH peut paraître un organisme suspect. Mais c’est en fait un collectif où s’affrontent plusieurs courants dont les différents SOCs reflètent un point de vue à un instant T. En fait on trouve aussi dans le groupe consultatif des personnalités comme Kelley Winters (Gender Madness in American Psychiatry) qui ont pris des positions carrément opposées à celles de Zucker et consorts et son action à peser lourd dans l’élaboration du DSM V.
    http://www.gidreform.org

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -