Le soutien, la base de tout, à tous les niveaux et pour tous!

24 février 2014 | Tags: , , ,

groupe-soutien-transitionBonjour la vie!

J’ouvre les yeux ce matin, en larmes. Je sors d’un rêve particulier mais certainement très utile au niveau de ma construction personnelle. Comme ça, à chaud je vous dirais que c’est encore un de ces fameux rêves dans lequel les vieux fantômes viennent faire la nouba en toute impunité, profitant de l’activité de mon inconscient alors que celui ci est le plus vulnérable.

En fait il n’en est rien du tout! Ces chimères transparentes et fluides n’ont absolument plus aucune emprise sur ma personne aujourd’hui. Si le résultat est une crise de larmes, c’est plutôt autre part qu’il faut en chercher la cause. Alors, j’y viens.

Dans ce rêve, je me retrouvais confrontée à des souvenirs lointains de ma vie et ressentais, tout du long, des douleurs affectives profondes dues à la multitude de “choses” que j’ai du abandonner lorsque j’ai décidé d’entamer ma transition.

Encore une fois, et si j’en pleure pendant mon sommeil, c’est simplement  une mauvaise interprétation de ces épisodes anciens… Je n’ai rien perdu au final et gagné tellement.Les choses se sont modifiées profondément pour certaines et juste adaptées pour d’autres. J’en suis parfaitement consciente aujourd’hui.

J’arrive tout naturellement au but de ce billet. (Je n’ai nullement envie de vous faire chier avec mes rêves, mes psys sont là pour ça. Ni de m’emmerder à vous les raconter d’ailleurs 😉 ) Je voulais juste appuyer un aspect essentiel de la vie d’un être humain.

LE SOUTIEN!

Comment est-il possible de laisser ses vieux démons au placard alors qu’on devient une femme (ou un homme d’ailleurs…) épanoui-e pour qui le “placard” est une épreuve lointaine mais responsable de certains stigmates dont je ne suis pas certaine d’arriver à me détacher totalement un jour…(Exemple, cette perruque qui est rangée dans mon placard et dont je ne me débarrasserai sûrement jamais….)

C’est fou, tout remonte naturellement, suite à ce rêve. Tout ce qui à pu être évoqué lors du dernier atelier narratif… L’exercice consistait au fameux exercice des trois photos. :” Mon dieu! Qu’est ce que c’est que ça encore? Un instrument de torture? Plus le moyen de sortir des choses profondes et d’en extraire du positif. Merci M’dam’ Pietra 😉

La chose mise en évidence, et qui donne à ce billet sa substance aujourd’hui, c’est donc le soutien. Hormis le fait qu’un être humain, qu’il soit Cis, Trans ou je ne sais quoi d’autre n’est absolument rien tout seul!

Alors quand vous réfléchissez à une transition, posez-vous les questions au niveau du soutien que vous aurez pendant cette période.

Je sais, Beaucoup d’entre nous sont totalement délaissées mais pas besoin non plus d’avoir toute la planète pour vous soutenir. N’importe qui est en mesure de trouver les étais nécessaires au bon déroulement de sa transition.

Un comportement curieux, mais malheureusement assez répandu consiste à s’enfermer en se disant qu’on est seul et que c’est une fatalité… Là, je vais parler des personnes qui décident d’entamer une transition, et je voudrais qu’on m’explique. Comment est il possible de remuer ciel et terre avec une rage de vivre aussi grande pour démarrer un processus de changement de sexe, et s’enfermer chez soi attendant que le monde se mette à nous plaindre? Si on est capable de faire toutes les démarches pour aller vers du mieux, trouver des soutiens fait partie de ces épreuves à traverser exactement au même titre que d’avoir des rentrées d’argent régulières, ou même d’aller à son opération de réassignation.

Voila, plusieurs d’entre vous ne verront absolument aucun intérêt à un tel article, mais d’autres, peut être même une seule, prendra ces mots, les comprendra, et ils résonneront en elle pour l’aider à avancer, plus confiante en l’avenir.

C’est les différents soutiens que j’avais au départ pour quelques uns et du chercher assidument pour d’autres Qui m’ont permis d’être la femme que je suis aujourd’hui.

Et, pour en revenir à ce fameux rêve plein de fantômes, Ils m’ont aussi ouvert les yeux, et là, pas forcément besoin d’une discussion, une façon d’être suffit parfois amplement à faire comprendre des tas de choses, sur la façon de se détacher de son passé en s’appuyant quand même dessus pour aller vers demain, voir vers un avenir plus lointain. Sereine.

Merci d’avoir supporté mes états d’âme

Bises.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Un soutien-gorge au royaume éclairé des Ladyboys
Alors que les pubs pour soutiens-gorge se font de plus en plus rares dans nos pays, une très jolie video pour un soutien-gorge Thaïlandais pour la marque de lingerie Wacoal Mood. Au royaume éclairé des Ladyboys, la chute n'est pas bien difficile à deviner mais ne boudons pas notre plaisir... Et puis le modèle est tellement joli ! Préparez les brumisateurs, il va faire chaud sur le site ... Voici l'œuvre : http://www.youtube.com/watch?v=aUArFxV_V5g Synopsis : Une publicité thaïlandaise pour un soutien-gorge push-up révolutionnaire qui se nomme ...
LIRE L'ARTICLE >>
Se Travestir – Guide des Tailles de Soutien-Gorge et Bustier
S'il est un accessoire pour lequel tout travesti débutant à beaucoup de mal à choisir, c'est certainement du soutien gorge qu'il s'agit ; et toutes ses variantes comme les bustiers et autres guêpières. Un des derniers accessoires que le travesti se sent capable d'aller acheter et essayer en boutique et pour lequel l'achat par correspondance peut continuer bien après l'émancipation des premières sorties. Dans ce billet, nous allons notamment préciser les méthodes de mesure pour un soutien-gorge et son bonnet puis ...
LIRE L'ARTICLE >>
TransKind n° 5
Un cinquième numéro qui parle des hommes transgenres dans le cinéma et à la télévision. Les films où ils sont présent sont suffisamment rare, ce qui a permis d'en passer un certain nombre en revue. Vous trouverez aussi une interview de Bruce, des conseils vestimentaires, du festival de Douarnenez, des réflexions de Josk, l'annonce de la naissance du collectif nantais Purple Block, le communiqué de l'Existrans et quelques autres contributions. Pour le prochain numéro, nous lançons un appel à contribution. Le ...
LIRE L'ARTICLE >>
Outrans, soutien à STP 2012
STP 2012 OUTrans Le samedi 22 octobre 2011 s’est tenu, dans plus 60 de villes dans le monde, la 5éme « journée internationale de lutte contre la pathologisation des identités trans », de la campagne « Stop Trans Pathologisation 2012 »[1]. Cette campagne internationale, lancée en 2007 à[...]
LIRE L'ARTICLE >>
Sénat – Un manque de courage politique, des amendements catastrophiques !
Actuellement en discussion au Sénat dans le cadre de la loi Égalité Femmes - Hommes, des amendements ont été déposés par différentes sénatrices hier en fin de journée, amendements relatifs à l'identité de genre et à la procédure de changement d'état civil (CEC). Voici la liste des amendements déposés : - 79 et 80 (UCI / Jouanno) - 92 (PS / Blondin et Meunier) - 130 (Écologistes) - 154 (Communistes) - 169 (Écologistes) Et de façon plus indirecte : - 74 (UCI / Jouanno) - 56 (Communistes) - 136 (Communistes) Une ...
LIRE L'ARTICLE >>
Dessin Deligne
Ça faisait longtemps que je n'avais pas écrit, effectivement il y a déjà un certain temps que j'ai envie de ne rien faire, envie de m’isoler,  de disparaître … de rêver d'être capable de tout recommencer comme dans un livre magique. Le problème de m'isoler en espérant que tout ira mieux demain ne semble pas vraiment fonctionner, ce texte c’est ma manière d'exprimer que les choses ne vont pas bien, pardonnez-moi ! Même dans mon coin, isolée du monde, je continue à avoir ...
LIRE L'ARTICLE >>
A la recherche du bonheur
Je rédige cet article car j’en ai besoin. Ça m’aide à ne pas sombrer dans une dépression et je me dis que peut-être quelqu’un y trouvera un intérêt. Pour moi dans la vie il y a certaines choses qu’il est important d’obtenir afin d’être épanouis : L’Amour (avec un grand A comme Arnaque)  : Je ne pense pas être la mieux placée pour parler de cette partie car de ce coté là, j’ai eu très peu de chance. Mais comme le dit une ...
LIRE L'ARTICLE >>
Jenny témoigne de sa décision d’entamer une transition MtF
D'origine anglaise, j'habite en France à Saint Malo depuis quinze ans et je viens de décider d'entamer une transition MtF. Voici une petite vidéo pour présenter ma décision. Avant de me lancer sur cette transition irréversible, j'ai considéré toutes mes options. Même si je sais que je me sens femme, une transition c'est pour la vie et c'est plus compliqué que de juste prendre des hormones ou faire des séances laser. D'après moi le succès d'une transition dépend d'abord de la qualité ...
LIRE L'ARTICLE >>
40 ans de transition ? Quand une oisillonne apprend à voler
Si je puis dire, ma transition a débuté il y a plusieurs années, entre mes 13 et 15 ans. Aussi, je n’ai plus aucun souvenir de cette prise de décision. Je ne me rappelles même plus dans quelles conditions, j’ai pu la prendre. Et je n’ai pas souvenir d’avoir eu une quelconque pression de la part de mes parents et de ma famille. Tout ce que je peux me rappeler est que j’avais conscience que ce désir était plutôt subversif ...
LIRE L'ARTICLE >>
28 août 2010 bon oui je sais ca fait pas exactement 4 mois de traitement mais plutôt 4 mois et 3 semaines! je n’ai malheureusement pas eu le temps de faire de bilan avant aujourd’hui. 1- bilan physique En ce qui concerne ma masse musculaire, la tendance qui se dégageait lors de mon 1er bilan se confirme: j’ai clairement moins de force, et, il m’arrive régulièrement d’avoir des courbatures (surtout au niveau des bras et des épaules) sans pour autant avoir pratique de ...
LIRE L'ARTICLE >>
Un soutien-gorge au royaume éclairé des Ladyboys
Se Travestir – Guide des Tailles de Soutien-Gorge et Bustier
TransKind n° 5
Outrans, soutien à STP 2012
Sénat – Un manque de courage politique, des amendements catastrophiques !
Trans-identité, c’est effrayant
A la recherche du bonheur
Jenny témoigne de sa décision d’entamer une transition MtF
40 ans de transition ? Quand une oisillonne apprend à voler
2ème bilan biologique apres 4 mois de traitement

10 responses to Le soutien, la base de tout, à tous les niveaux et pour tous!

  1. Julie Mazens a écrit le 24 février 2014

    C’est marrant car dans le TGV de retour de Pau, j’ai écrit un billet sur cet atelier narratif en particulier … et en prenant connaissance de ton article ce matin, ça m’a fait vraiment écho ! Donc la suite de cet atelier narratif demain matin <3

    Je plussoie à ton billet. Le soutien de quelques personnes clés est essentiel pour une transition. Être dans un environnement le plus stable possible et pouvoir s'appuyer sur quelques personnes dans nos périodes de doutes, de faiblesses, de fatigue. C'est essentiel.

  2. Francesca Pietra a écrit le 24 février 2014

    hello béré!!!!
    merci pour ce témoignage!
    petite précision…. si tu le veux bien…… vous connaissez toutes maintenant mon référent de base… que je ne nommerai pas…. afin de ne pas attirer de foudres inutiles car ( ouiouije m’encense….) je pense être un exemple qu’il est possible de faire le lien entre différentes “écoles”, l’objectif unique étant le confort de chacune et chacun

    donc : pour ton rêve : mais c’est très très bien tout ça ! non ton isc n’est pas offensif : il est simplement en train de te dire que tu règles tes derniers comptes! il t’indique que tu es en train de poursuivre ta route, et que justement le précédent ate narratif l’a interpellé!!!! c’est la nuit qu’il bosse le plus , le pauvre et donc il n’est pas le plus vulnérable à ce moment là! bien au contraire il se déchaîne le bougre!!!
    ça n’est que la nuit qu’il peut véritablement : et faire son travail de “nettoyage” et en communiquant : on se doit d’écouter son ics autant que faire se peut c’est aussi une manière de l’apaiser….
    faire taire les fantômes est le meilleur moyen de les rendre encore plus bruyants: les reconnaître, les écouter pour pouvoir mieux leur dire ensuite que ça s’arrête là……c’est plus tactique….
    mercimerci beaucoup bérénice!!!!
    je t’embrasse fort
    :)

  3. Alexandra a écrit le 24 février 2014

    Ah ben j’aime te voir écrire de telles choses ! (Surtout ce qu’elles impliquent mentalement chez toi)

    Et non, tu n’es en effet pas seule. C’est bien de le ressentir ainsi.

    Tu vas voir… On passe par des centaines de phases en quelques années. C’est long, mais c’est une totale reconstruction que l’on s’autorise et c’est simplement beau.

  4. Barbara Alie a écrit le 24 février 2014

    Béré, merci pour ce partage !!!

    Soutien, cela m’a fait vraiment écho…effectivement, l’être-humain a besoin de soutien, ce n’est pas spécifique à un parcours Trans*
    Par contre, notre parcours peux nous faire perdre une partie des nos repères, de nos soutiens et avoir besoin de chercher d’autres ailleurs, même si cela n’est pas toujours facile.
    Sans soutien vient la solitude, moi personnellement, je suis très reconnaissante de l’atelier car il m’aide à trouver ces nouveau repères!
    Tout cela pour te dire, tu n’est pas seule, ton parcours est super beau et tu est une femme magnifique…ce vieux demain vont bientôt être rangé au fond du tiroir, ton rêve voulait dire ” nettoyage en cous” 😉 Un gros bisous.

  5. Meghannoire a écrit le 24 février 2014

    “(Exemple, cette perruque qui est rangée dans mon placard…” (Berenice)… Débarrasses toi en, elle est inutile à ce que je vois en ta photo… elle traine et elle te fait mal, psychologiquement.

    Essayes de lire ou d’écrire ou de dessiner des récits (comme celui-ci), des romans ou des bande-dessinée ou autres choses…

    J’ai terminé ma transformation et je reste cloîtrée chez moi parce que la nouvelle image guerrière des filles et des femmes me blesse profondément. Et j’ai déjà été malmenée à quelques fois hors de chez moi, c’est que là, j’en ai peur. Je sors quand je n’ai pas le choix, comme pour aller travailler ou pour aller voir ma thérapeute, Rosa et que même, je ne fais que mes emplettes en ces deux sorties.

    Je dessine une suggestion d’une solution depuis un an et demi et j’ai presque fini. N’oubliez pas que j’ai une série illustrée que je crée en même temps.

  6. Chloé AVRILLON a écrit le 24 février 2014

    Ca c’est vraiment un témoignage très émouvant.

    Il y a les moments de débat houleux parfois, des états d’âmes nous en avons tou(te)s, mais le soutien il est là, solide et présent, à chaque fois que tu en aura besoin, sâches le.

    Le soutien c’est la plus belle chose qui nous ai donné de partager. A un moment on te guide et on t’accompagne, après tu prends le relais.

    Et si c’était tout simplement ça, ce qu’on appelle l’Amitié, la vrai, avec un grand A ?

    Kiss Bérénice.

  7. Cand a écrit le 25 février 2014

    Coucou,

    Je crois que toutes les formes de soutiens sont essentiels au bon déroulement d’une transition : les réseaux associatifs, les “ateliers narratifs”, les psys, les réseaux sociaux, les amis comme les connaissances, la vie sociale …

    C’est utile pour au moins deux raisons : nos changements ne sont pas anodins et bouleversent une grande partie de notre construction antérieure, le regard social sur les trans n’est pas facile et il faut se serrer les coudes.

    Ce qu’il faut absolument éviter est l’isolement. Une partie de notre construction passe par le regard de l’autre. Je suis heureuse lorsque les autres me voient telle que je me ressens. Or cela n’a rien d’évident et pour se réaliser, nous avons besoin du soutien des autres.

    Bisous

  8. Gaëlle a écrit le 26 février 2014

    Bonjour.

    Ça c’est vraiment un sujet qui m’interpelle. Je commence tout juste à envisager ces changements si profonds par lesquels vous passez ou êtes passées et je dois vous avouer que je suis très effrayée, vous me direz qui ne l’est pas.
    Au cours des dernières semaines les choses ont changé, j’ai enfin été voir une psychiatre, choisie au hasard (enfin pas complètement, je l’ai choisie en fonction de son nom et prénom). Hasard qui fait parfois bien les choses puisque j’ai eu un super contact. Le fait de m’être exprimée après toutes ces années de silence a déclenché chez moi une frénésie de vouloir crier haut et fort qui je suis réellement, frénésie bien dure à canaliser et refréner. Mais il fallait que je le dise à quelqu’un d’autre que ma psy. C’est tombé sur une de mes meilleures amies, qui, il faut bien l’avouer, est tombée du sixième étage sidérée et quelque peu choquée mais c’est passé.
    Ma famille et mes ami(e)s proches sont ce que j’ai de plus cher au monde, c’est ma richesse. Je ne peux envisager le moindre changement sans leur parler de tout ça avant de commencer. Je sais que si je devais perdre cette richesse je ne le supporterais pas, le remède serait finalement pour moi bien pire que la “maladie”. Sans le soutien de ces personnes il m’est impossible d’envisager un futur heureux et là je compte quand même beaucoup sur les filles de mon réseau pour mâter les réticences masculines à mon désir de changement.
    Personnellement si je n’obtiens pas ces soutiens alors toute cette histoire sera tuée dans l’œuf.

    Bises à tou(te)s et merci encore pour le partage de vos expériences, on y trouve aussi une partie de ce soutien que l’on recherche.

    Gaëlle.

  9. yukarie a écrit le 26 février 2014

    moi aussi, il fallait que je le crie, que tout le monde le sache.
    Mon épouse a été l’une des premières à savoir.
    Puis elle a su me freiner, sinon le monde entier le saurait aujourd’hui 😉
    Et c’était une très bonne chose de freiner les outings.
    aujourd’hui j’ai repris cette phase, de façon réfléchie, dirigée, après avoir beaucoup progressé en moi-même . Je ne l’aborde plus de la même façon et avec n’importe qui comme je l’aurais fait au début. En particulier j’anticipe la phase sidérée ou choquée de l’autre et mes émotions sont moins visibles.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -