Le courage d’être soi ! (retour sur l’atelier narratif du 15 février 2014)

25 février 2014 | Tags: , ,

Groupe de parole improvisé à Pau juste après la table ronde sur l'identité de genre. De belles narrations, à initier partout en France !

Groupe de parole improvisé à Pau juste après la table ronde sur l’identité de genre. De belles narrations, à initier partout en France !

(Longue) Introduction

C’est une demande émanant d’une participante que d’avoir un petit compte-rendu de nos ateliers narratifs mensuels pour partager avec vous tou-te-s. C’est un exercice qu’il n’est pas possible de réaliser, à mon sens, et pour plusieurs raisons.

D’abord, nous utilisons des “techniques” narratives basées sur des témoignages très personnels et la narration doit rester confidentielle.

Puis au delà de la narration exprimée par l’un-e d’entre nous, c’est l’écho que cela provoque en chacun-e de nous qui présente un réel intérêt.

Intérêt d’abord pour le travail d’analyse et de synthèse que réalise notre « animatrice » Françoise pour préparer notre livre collectif.

Intérêt ensuite pour certain-e-s d’entre nous dans le cadre de leur questionnement et/ou de leur parcours de personne transidentitaire.

Il est impossible de traduire en mots ce que nous vivons collectivement pendant ces séances, des émotions propres à chacun-e, des tensions, parfois des larmes, parfois des rires, beaucoup d’écoute.

Je crois qu’il est préférable que certain-e-s d’entre nous témoignent alors de ce qu’ielle a ressenti, avec ses mots, son histoire personnelle, ses références.

Voilà une introduction un peu longue pour vous inciter à nous rejoindre à ces ateliers, à témoigner et vous parler maintenant de réflexions que je me suis faite pendant et après notre dernière séance.

Une narration …

La narration de Bérénice (comme dans un écho de sa dernière publication hier) m’a particulièrement parlée car elle a abordé plusieurs points essentiels de nos parcours, que ce soit dans la phase initiale de sortie du placard, de questionnement ou ultérieurement d’un éventuel parcours de transition.

Sa narration nous rappelle d’abord qu’il n’y a pas de chemin type, pas de modèle de questionnement  (même si je me suis prêtée à l’exercice récemment de référencer toutes les questions qu’il est préférable de se poser avant de prendre certaines décisions assez irréversibles) et qu’il serait vain d’écrire une recette ou un mode d’emploi d’une transition idéale.

Cela n’a aucun sens. Nous avons tou-te-s une construction d’identité de genre très différente, une histoire personnelle unique, un environnement extrêmement diverse (formation et expérience de vie, emplois et hobbys, famille et amis proches, physiologie et santé, …), une vision propre de notre épanouissement personnel, des objectifs de vie, … Et tout cela est en mouvement, rien n’est jamais figé.

Mais Bérénice nous rappelle qu’il y a néanmoins des fondamentaux qui permettent de poser des bases, de jalonner notre parcours de vie.

Être soi ?

Être soi, au seing de notre groupe, se montrer tel que l’on est dans le respect, la tolérance et l’ouverture d’esprit. Je suis d’ailleurs convaincue que le Féminisme dont nous sommes nombreux à nous revendiquer, c’est d’abord considérer que nous sommes des êtres humains (°).

Être soi, c’est tracer une voie, une ligne temporelle avec un fil conducteur, poser des bases, expérimenter et réfléchir puis planifier(^) et agir.

Oui cela nécessite souvent de crever l’abcès, de calmer sa colère, de vaincre ses peurs, sa propre transphobie. Celle qui nous empêche de sortir du placard. Qui accuse l’autre du regard que l’on se porte sur soi-même – le jugement de l’autre, qu’il se le garde !

Oui cela nécessite beaucoup de résistance, souvent de faire le dos rond, d’apprendre à lâcher prise, face aux discriminations et aux harcèlements.

Oui cela nécessite de la force de caractère, de la ténacité, beaucoup de détermination mais aussi de l’opportunisme.

Du courage ?

Comme plusieurs intervenants nous l’ont rappelé, nos parcours sont surtout des évidences ; ce besoin de nous épanouir quelques soient nos difficultés ; ce besoin de reconnaissance dans notre genre ressenti ; ce besoin de soutien, de solidarité que certain-e-s traduisent avec beaucoup d’altruisme en échanges et partages.

Le courage c’est surtout cette projection visionnée par des spectateurs du parcours de vie, de la transition d’un-e ami-e, ce courage qui nous fait défaut pour mener nous même notre questionnement et prendre en toute connaissance de cause nos décisions, nos choix de vie.

Être soi, ce n’est pas rester admiratif devant le courage supposé de l’autre, c’est d’abord devenir acteur de sa vie et agir.

Je vous vois quand à nos ateliers ? (@)

Julie, with love.


(°) petite aparté. Si je reconnais au féminisme de pointer du doigt les inégalités entre les hommes et les femmes, il lui manque la déconstruction de la binarité, ce mécanisme oppresseur/oppressée qui font dire à certain-e-s qu’elles sont enfin femmes parce qu’elles sont (enfin) oppressées.

(^) planifier ne vous évitera jamais d’être régulièrement confronté-e à des imprévus, des délais dans la réalisation de vos décisions, voire des échecs. Planifier c’est jalonner et baliser un chemin idéal auquel vous pourrez vous référer et vous appuyer pour donner un rythme et une direction.

(@) La table ronde organisée par Claude de l’association IDEM Pau samedi dernier dans le cadre du festival Queer Pix 2014 s’est ensuite transformée en groupe de paroles, et nous avons eu de belles narrations. Je ne peux que vous inciter à lancer ce type d’initiatives partout en région !

Remerciements à tou-te-s les participant-e-s de cet atelier narratif (Elodie, Lucie, Bérénice, Yonna, Alexandra C., Sylvie, Françoise, Pocahontas, Audrey, Iris et sa femme Marianne, Julie, Loan, Killian, Virginie Perle, Céline, Alain, Barbara, Delphine, Eleonore, Katy, Alexandra et sa femme Manuela, Vanessa et la journaliste Ariane), par la richesse de vos témoignages et de nos échanges. Le prochain regroupement est prévu le 15 mars prochain à La Mutinerie. En espérant vous y rencontrer encore plus nombreux !

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Une narratrice en questionnement (retour sur l’atelier narratif du 15 mars 2014)
Suite à la dernière réunion de l’atelier narratif du samedi 15 mars 2014, je ne pouvais rester sans apporter mon ressenti et témoigner sur mon plaisir d’avoir rejoint Txy. Cela fait maintenant quasiment 1 an que je suis inscrite sur Txy. Mes débuts de Lucie ont commencés il y a environ 4 ans, avec le site « Hommefleur », en prenant connaissance de ne pas être la seule dans mon cas. Aujourd’hui je suis inscrite sur les 2 sites, mais Txy m’a permis ...
LIRE L'ARTICLE >>
17 février 2014 – Forum Atelier de sensibilisation : Trans’ et VIH
Atelier de sensibilisation sur les trans’ et le VIH : pourquoi les personnes trans’ sont à risque, et comment travailler auprès de cette population ? Les inscriptions doivent se faire avant le 12 février. Il faut envoyer un email à l’adresse bastier@lecrips.net en spécifiant les informations suivantes : nom, prénom et email. Toutes les info sont sur le lien : http://lecrips-idf.net/rubrique392.html Atelier: Trans’ et VIH Exposition-photos: l’histoire des personnes trans’ et le VIH/sida à Paris   Objectifs Sensibiliser les professionnels de santé aux situations des personnes trans’ ...
LIRE L'ARTICLE >>
Atelier Narratif – 1ère séance – 9 février 2013
Nous avons commencé la première séance de l'atelier Narratif sous la direction de Françoise P. ce matin à La Mutinerie avec Alexandre, Alexandra C., Emilie D. et sa femme Marie-Paule, Chloé A., Nadine, Elodie, Loan, Sylvie, Julie M. et sa femme Agnès L. Nous avons réalisé le programme prévu : - dates des prochaines séances, - organisation du groupe avec charte/règles de fonctionnement(°), - choix des thématiques qui seront abordées. Pour décider des thématiques, nous avons d'abord déroulé, en petit groupe de 3 ou 4 ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le premier atelier Groupe Narratif Trans aura lieu le Samedi 9 février à 10h à La Mutinerie. Objectifs de cette première réunion : - projet de programme - définition des règles de fonctionnement ( charte éthique) - trouver un nom pour le groupe il est demandé à l'ensemble des participantEs ( T et conjoints qui le souhaitent) de préparer / réfléchir en amont sur le contenu du 9 février. à savoir : identifications des thèmes que partagent les personnes T participant à cette aventure qu'entend-on par ...
LIRE L'ARTICLE >>
Atelier Narratif du 21 Juillet 2013 – Le compte-rendu d’Emilie
Il est de ces idées qu'on jette dans le vent, qui prennent de l'ampleur, et génère en retour un moment de bonheur. L'idée d'organiser, ce dimanche, l'atelier narratif chez moi est de celle là. J'étais seule au départ mais par un prompt renfort, nous fumes bien dix sept en arrivant au port. La journée promettait d'être belle et radieuse, la météo fut la pour nous la rendre heureuse. L'amitié aussi rendit belle cette journée et la main dans la main, nous avons même un ...
LIRE L'ARTICLE >>
Première sortie : Atelier narratif, rencontres Txy
Je l’ai fait. Non,ce n’était pas un rêve ni un mirage. Je me pince une dernière fois pour une ultime vérification.Était-ce bien réel ? Il semble bien que oui. Oh, je n’ai rien fais d’extraordinaire mais pour moi, ce fut un pas de géant. J’avais envie de prononcer une phrase bien marketée du type : ”un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité”. Ce week-end, Léa est sortie pour la première fois. Léa, c’est moi. Comment ce fait si dérisoire peut il avoir provoquer tant ...
LIRE L'ARTICLE >>
15 février 2014 – Txy à La Mutinerie
Coucou les filles et les garçons, Samedi 15 février 2014 nous serons plusieurs animatrices de Txy à La Mutinerie à partir de 9h30 pour notre atelier Narratif. N'hésitez pas à nous y rejoindre et venez comme vous êtes ! Les débutantes en travestissement et/ou les personnes en questionnement transidentitaire veulent se joindre à nous, profitez en ! Vous pouvez vous changer dans la matinée à La Mutinerie elle-même. Sinon venez comme vous êtes :) ! La précédente session a été l’occasion d’intégrer ...
LIRE L'ARTICLE >>
Groupe / Atelier Narratif avec  des membres de la communauté «Trans»
Dans le cadre de la mise en place d'un groupe / atelier narratif avec des membres de la communauté "Trans", voici un document qui présente l'approche proposée. Ce document doit servir de base de présentation et de discussions pour la réunion d'information / constitution du groupe qui se tient dimanche 13 janvier à 11h00 à La Mutinerie - Paris. Notre histoire n’est pas un compte-rendu de notre vie Ce sont nos récits sur notre expérience qui donnent forme à notre vie et ...
LIRE L'ARTICLE >>
21 février 2014 – Queer Pix 2014 – Soirée d’ouverture
L'association IDEM vous invite à la soirée d'ouverture du festival des films LGBT de Pau, Queer Pix 2014. Lors de cette soirée, le festival a prévu la projection du film de Cynthia et Melissa Arra (France 2007), "L'ordre des Mots" au Cinéma Le Méliès. La projection sera suivie d'une rencontre débat avec Arnaud Alessandrin, sociologue et Julie Mazens, cofondatrice du média collectif transidentitaire Txy.fr. Retrouvez les détails de cette soirée sur la page Facebook : https://www.facebook.com/events/1403540866565702/ et n'hésitez pas à inviter tous vos ...
LIRE L'ARTICLE >>
14 au 22 février 2014 – La semaine des sexualités
Salut les Trans3siennes et Trans3siens, Trans 3.0 s'associe à l’association AIDES pour vous présenter la quatrième édition de X.Y.Sex, la semaine des sexualités, du 14 au 22 février 2014 ! L'atelier avec Trans 3.0 ? Lundi 17 février ! Sexe en Trans' à l'Ours Marin où la sexualité des trans' sera discutée et mise en avant entourée d'une exposition photo sur la transidentité ! Le reste du programme ? Vous trouverez  le programme ci-dessous,  et  vous pouvez également  vous rendre sur le site www.xysex-aides.org. Créer des ...
LIRE L'ARTICLE >>
Une narratrice en questionnement (retour sur l’atelier narratif du 15 mars 2014)
17 février 2014 – Forum Atelier de sensibilisation : Trans’ et VIH
Atelier Narratif – 1ère séance – 9 février 2013
9 février 2013 – Premier atelier Groupe Narratif
Atelier Narratif du 21 Juillet 2013 – Le compte-rendu d’Emilie
Première sortie : Atelier narratif, rencontres Txy
15 février 2014 – Txy à La Mutinerie
Groupe / Atelier Narratif avec des membres de la communauté «Trans»
21 février 2014 – Queer Pix 2014 – Soirée d’ouverture
14 au 22 février 2014 – La semaine des sexualités

14 responses to Le courage d’être soi ! (retour sur l’atelier narratif du 15 février 2014)

  1. yukarie a écrit le 25 février 2014

    “Je ne peux que vous inciter à lancer ce type d’initiatives partout en région !”

    peut être faudrait-il donner des informations sur la forme : il y a des règles à respecter, des sujets à aborder ou à éviter ,etc … ?

    • Alexandra a écrit le 25 février 2014

      Coucou Yukarie.

      La seule ligne de conduite, faire un truc sympa qui met à l’aise tout le monde. Rester “naturelle”. Etre dans un sens positif et laisser libre cours à l’imagination.

      Nous ne savons jamais à l’avance comment ça va se passer. On ressent comment les personnes présentes fonctionnent, si elles sont timides ou pas et on n’hésite pas un instant à donner la parole si les invitéEs souhaitent s’exprimer.

      En fait, juste l’application de “Libre d’être soi”.

      Espérant que ça te rassure.

      Bises

      Alex with love

      • yukarie a écrit le 25 février 2014

        merci.
        Je ne pensais pas que c’était aussi libre.

        Je suis touchée par ta toute dernière phrase, même si elle ne s’adresse pas qu’à moi, je suppose.

        • Alexandra a écrit le 25 février 2014

          Je m’adressais à toi et je ne copiais pas spécialement Miss Julie, mais je suis assez fleur bleue je dois le dire. (Puis en ce moment, plus heureuse que jamais alors je le communique comme je peux)

      • Claude a écrit le 25 février 2014

        Oui. La parole naît d’elle-même.
        Créer des conditions simples qui la favorisent : respect, anonymat, no photo, bienveillance…
        Pas de tour de table avec présentation systématique. Laisser place à la spontanéité, écoute qui veut, parle qui veut !
        Souvent, nous on mange et on boit, ça masque la timidité et ça libère aussi !
        Et puis quand on mâche, on écoute les autres ! 😉

    • Alexandra a écrit le 25 février 2014

      Bien entendu, ça doit rester dans une forme permettant la prise de parole, et surtout ce qui s’y dit doit rester privé, ne jamais sortir de l’atelier par respect pour les participantEs. Si, comme pour nous, on fait un bouquin derrière, les échanges seront anonymisés d’office toujours de manière à ce que les participantEs ne se sentent pas en situation à risque.

      Il faut vraiment rester dans un axe positif et constructif, rassurant et qui donne envie d’y revenir.

  2. Claude a écrit le 25 février 2014

    A Idem, nous organisons des rencontres chaque mois dans une salle en MJC, puisque l’association n’a plus de local depuis plus d’une année. Ces rencontres prennent souvent la forme de soirées conviviales, voire de soirées “auberge espagnole”. Le partage gustatif arrosé de jus de fruits légèrement fermentés (ou pas) induit de beaux échanges, des rires, parfois des larmes, mais est toujours une incitation à la parole et aux confidences.
    Ouvertes à tou(te)s et pas seulement aux adhérent(e)s, elles permettent d’être soi sans se sentir jugé par autrui.
    En tant qu’unique asso du Béarn, nous accueillons tous les LGBTIQ, et c’est une belle école de tolérance aussi ! Car il ne faut pas croire hélas que la discrimination n’est pas de mise parmi les minorités ! :(
    Parfois nous finissons la soirée dans un bar en ville. :)
    La prochaine aura lieu ce vendredi 28 février à 20h30 à la MJC du Laü, en salle de réunion.

  3. Meghannoire a écrit le 25 février 2014

    “… sa propre transphobie…” (Julie)

    Nous le sommes toutes et tous en un sens. Le moment que j’eusse eu peur de voir autres transsexuelles fut quand j’ai vu une photo d’une transsexuelle en un livre ou en un journal, autour 1978, je vis comme ses “traits masculin” ressortir de son visage, pourtant elle était belle, mais ma peur me montrait autre chose.

    Même si nous avons réussit à ressembler à une midinette ou à une Lolita japonaise et donc terminé notre transformation, nous sommes toujours en une société et il se peut qu’il y a des aspect de notre culture ou structure social que nous avions des problèmes à accepter et à y adhérer. Ceux-là sont souvent nos prochaines adaptations.

    “… Je vous vois quand à nos ateliers ? (@)…” (Julie) et “A Idem, nous organisons des rencontres chaque mois dans une salle en MJC…” (Claude)
    J’habite au Canada et je n’ai pas vraiment votre culture, j’espère que ça ne vous dérange pas que je m’immisce en vos discussions? Parfois je me sais un peu exclue.

    • Meghannoire a écrit le 25 février 2014

      Correction par décision et à cause d’un correcteur zélé…

      “… mais ma peur (l’emporta) et me montrait autre chose.”

      “Parfois je me sais (sens) un peu exclue.”

    • yukarie a écrit le 26 février 2014

      Un autre point de vue nous éclaire toujours.
      Et tu sais , je ne sais pas si la différence culturelle est si grande que cela : on reste dans le monde occidental quand même.
      Quand on voit avec les japonais, on commence à voir des différences, et avec d’autres nations encore bien plus.
      Mais aujourd’hui le monde est devenu un village. Les grandes villes sont devenues multi-ethniques et les idées circulent.
      Quand je vois les vidéos traduites par Vincent, je trouve qu’il y a de grandes ressemblances entre les trans de tous les pays, même dans des coins insoupçonnés comme chez les aborigènes d’Australie ou les gens du Népal !

      • Meghannoire a écrit le 26 février 2014

        J’aurais dû plus spécifier que je suis séparée de vous par un océan.

        Par contre, en ce qui concerne la terre est devenu tout un village, je ne puis me prononcer sur ce, je suis un peu sceptique, j’ai une idée à propos des pensées des mâles anglo-américains, des mâles canadiens anglais, des mâles canadiens français, des mâles français, des mâles chinois et des mâles japonais et il y a divergence aujourd’hui.

        Personnellement, nous, les transsexuelles françaises et canadiennes devrions prendre l’exemple des femmes transsexuelles et des garçons féminins du Vietnam, de la Chine, de la Corée dont elles ont commencé à regarder vers les garçons herbivores et les femmes transsexuelles du Japon pour inspiration. Ces derniers et ces dernières semblent plus avancées en leur société que nous toutes et tous.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -